Publié le 27 Juillet 2009

La " Verticale du pouvoir " mise en place par le Président ( à l'époque ) Vladimir Poutine aprés l'attaque terroriste de Beslan et qui consiste principalement en la nomination et non l'élection des gouverneurs à souvent servi de prétexte à fustiger la " régression démocratique " en Russie .
La " répression " dont seraient victimes les opposants de la part des forces de l'ordre ' aux ordres du pouvoir " est aussi souvent mise en avant .
Si le mode de nomination des gouverneurs différe peu de celui de nos prêfets à la grande différence que les prêfets ne doivent pas passer par l'entérinement ultérieur par une structure  législative  locale , ce qu'oublient beaucoup de " spécialistes " et " critiques " de la Russie , et que ceux ci ne disposent pas d'ailleurs de toutes les pouvoirs admnistratifs de nos préfets , la Russie s'achemine vers un modèle Français de contrôle de ses forces de l'ordre .
Aprés , on pourra toujours dire que les juges d'instruction Russes sont aux " ordres du pouvoir " !

Qui se sent morveux , qui se mouche !

MOSCOU, 27 juillet - RIA Novosti. L'expérience française en matière de contrôle public de l'activité des forces de l'ordre pourrait être utilisée lors de la réforme de l'Intérieur russe, a estimé son ministre le général Rachid Nourgaliev, dans une interview qui sera publiée dans le journal Rossiïskaïa Gazeta mardi.

Le ministère français de l'Intérieur se distingue par une centralisation rigide qui s'accompagne d'un contrôle permanent de la part des autorités civiles, des procureurs et des magistrats instructeurs, a expliqué le ministre Nourgaliev.

"Ce principe d'organisation permet de neutraliser les menaces de corruption et bureaucratiques", a-t-il poursuivi. "En parlant du ministère russe de l'Intérieur, cette expérience pourrait être sollicitée en choisissant les formes optimales de contrôle social et public des activités des organes de l'Intérieur", a noté le général.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Repost0

Publié le 25 Juillet 2009

Dimanche soir à 1 h du matin , dans le cadre du " Cinéma de minuit " , France 3 va diffuser l'excellent " Les Mondes Futurs " ( Things to come ! ) d'aprés le roman éonyme de Wells .
Ce film est intéressant à plus d'un titre :
- La scéne du bombardement d' " Everytown " est particuliérement réaliste et évoque le " Blitz " qui frappera Londres quatre ans plus tard . Ces scénes furent censurées par le gouvernement Britannique lors de la sortie du film en 1936 .
- Le film évoque la naissance d'un " gouvernement mondial " régi par une technocratie scientifique ( " Wings over the world " dans le film ) , voir scientiste  . Le sujet est toujours d'actualité !

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La cinematheque

Repost0

Publié le 25 Juillet 2009

Pour l'universitaire Américain Phil Steinberg profeseur d'université de l'Université d'Etat de Floride , les tensions actuelles autour de l'arctique proviendraient du fait que les différents acteurs ont des " représentations " différentes de la géographie de la région . Ces représentations différentes se traduiraient par des répresentations cartographiques différentes .
Pour la Russie et le Canada , l'Arctique c'est de la terre recouverte d'eau , et c'est selon ce principe que ces pays y envisagent l'exploitation des ressources naturelles ou le contrôle des voies maritimes septentrionales .
Pour les Americains , le passage du Nord-Ouest est seulement de l'eau sur laquelle on peut  naviguer d'un point à un autre .
" Dans l'imaginaire Americain , je ne pense pas que l'espace là-bas puisse être divisé en des territoires qui appartiennent à quelqu'un " ( Mare Liberum - NDLR  ) .
" Regardez une carte du monde . Les espaces terrestres sont divisés en pays , chacun d'une couleur différente . Cela renforce l'idée de possession . Mais sur une carte , les espaces maritimes sont colorés uniformément en bleu - Une représentation graphique suggérant que l'Océan est accessible à tous "

Le même concept s'applique à l'Antractique . Celle ci est généralement coloriée uniformément en blanc sur les cartes , sans distinction d'appartenance . Dans le cas de l'arctique , il y a un facteur qui complique les choses . Quand l'océan est recouvert par la banquise , on peut y marcher dessus et dans une certaine mesure l'utiliser comme une terre . Quand la banquise fond , l'arctique devient de l'eau .

" J'essaye de comprendre le débat " déclare de Dr.Steinberg [ Et moi aussi ! - NDLR ] "  Cela aide de comprendre les références ( représentations) implicites auquelles se rattachent les différentes parties " " Souvent les désaccords proviennent de suppositions (représentations ) non formulées "

La cartographie , la Russie et le théorème des quatre couleurs

 

Les propos du Dr.Steinberg sur la cartographie m'amènent à vous parler du " Théoréme des quatre couleurs " .

Le théorème des quatre couleurs affirme qu'il est possible, en n'utilisant que quatre couleurs différentes, de colorer n'importe quelle carte découpée en régions connexes de sorte que deux régions adjacentes (ou limitrophes), c'est-à-dire ayant toute une frontière (et non simplement un point) en commun reçoivent toujours deux couleurs distinctes. L'énoncé peut varier et concerner, de manière tout à fait équivalente, la coloration des faces d'un polyèdre, ou des sommets d'un graphe planaire ( source Wikipedia )
Le cas donné le plus souvent en exemple est celui de la coloration des différentes entités admnistratives de la Fédération de Russie .
Comme me l' a fait remarquer récemment de manière vipérine une personne  : " Ce théorème reste valable dans le cas de la Federation de Russie même avec  l'adjonction de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie !"


Note de l'Editeur : Le titre " The true colors of the arctic " , ma été inspiré par un article de Raoul de Roussy de Sales dans le Harper's magazine en 1941 : " The true colors of France , the true colors of Vichy " .
Son livre " l'Amérique entre en guerre " fait partie de mes lectures estivales . Il y évoque  le projet , peu connu , de FD Roosvelt de diviser la France aprés la guerre et de créer un " Etat Bourguignon " !.


Liens :
( 1 )
Unstated Assumptions Color Arctic Sovereignty Claims - Article de Sciencedaily du 31 mai 2009 . 
( 2 )
Arctic Map Plots New 'Gold Rush' - Article de Sciencedaily du 6 Aout 2009 .

Bibliographie :

- " Terre et  Mer " - Carl Schmitt - Flammarion - 1985
- " Geopolitique - Constantes et changements dans l'histoire - Aymeric Chauprade - Ellipses - 2007
p°161-168 : Une constante : Le choc terre-mer
p°611-634 : Thalassopolotique et puissance

Site :
Encore une fois , le site " The Map Room " .et plus particulièrement : Arctic Maritime Jurisdiction Map




Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 24 Juillet 2009

C'est un peu un des " Buzz " d'Internet , et je m'en veux de ne pas en avoir parlé un peu plus tôt .
Il s'agit de la carte intitulée " l'Archipel de Palestine Orientale  " publiée mi- mars par le Monde-Diplomatique .
Elle représente les territoires sous " souveraineté Palestinienne " en Cisjordanie au milieu de l'Océan de colonisation Sioniste .
Tout de suite le  projet  géo-politique sioniste transparaît beaucoup mieux que sur une carte " en plein " de la Cisjordanie .
Il  s'agit de fragmenter au maximum le territoire Palestinien de manière à lui enlever toute viabilté .
Toutefois si je trouve cette représentation excellente ( une véritable " trouvaille " en matière de représentation cartographique ) , j' y metterais deux critiques qui en montrent les limites :
1- Les espaces maritimes  font office de protection ou d'espaces  de projection pour les états archipelagiques ( Indonésie , Phillipines ) .
Or la " Mer d'Israel " peut être difficilement considérée comme un espace de projection , et à fortiori de protection , pour les habitants de l'archipel Palestinien .
2- Les eaux archipélagiques sont depuis la convention de Montego Bay sous souverainté exclusive de l'état archipélagique , ce qui assure sa " territorialistion " . Or on est loin du cas avec l'archipel Palestinien dont toutes les eaux archipelagiques sont sous contrôle sioniste .

copyright : La carte ci-dessous a été imaginée et produite par Julien Boussac à partir des documents du Bureau de coordination pour les Affaires humanitaires dans les territoires palestiniens et de l’association B’Tselem



Note de l'Editeur : Le titre en Anglais , c'est pour le référencement par les moteurs de recherche ;0)
J'en profite pour vous signaler un superbe site sur les cartes et la cartographie : The Map Room Weblog .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009

MOSCOU, 23 juillet - RIA Novosti. Après la démission du concepteur du missile Boulava, Iouri Solomonov, au lendemain de l'échec de son dernier essai ( 1 ) les tests seront poursuivis, a annoncé jeudi un représentant haut place de l'Etat-major principal de la Marine, cité par les médias russes.

"Nous poursuivrons ces essais et nous n'envisageons pas encore d'autres variantes, qui à ce jour n'existent pas", a annoncé le militaire.

Sur les onze tests du Boulava, 6 ont été un échec. Le 15 juillet, après une défaillance technique au premier étage, le missile s'est autodétruit.

Le missile balistique naval intercontinental R30 3M30 "Boulava" (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) équipera les sous-marins stratégiques russes (projet 955, classe Borée) actuellement en cours de construction ou au stade des essais. Il s'agit de trois sous-marins, le Iouri Dolgorouki, l'Alexandre Nevski et le Vladimir Monomakh.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009

Un scénario Ouighouro-Tchètchène

C'était un secret de Polichinelle , mais il vient d'être éventé par le journal " Nezavissimaya Gazeta" . ( 1 )
Les manoeuvres conjointes Russo-Chinoises " Mission de Paix 2009 " qui viennent de commencer dans le district militaire de Khabarovsk en Russie et prés de la base de Tao Nag dans le district militaire de Chenyang auront pour thème la coopération dans le domaine de la lutte contrte le séparatisme qui sert de levier à un terrorisme " orchestré depuis l'étranger " au Caucase , au Tibet et au Xinjiang ( 2 )
Elles se dérouleront en trois étapes du 22 au 26 juillet dans l'Extrême-Orient, de part et d'autre de la frontière russo-chinoise. Elles impliqueront environ 1.300 militaires russes et autant du côté chinois, 160 véhicules blindés dont environ 70 chars et 20 avions et hélicoptères (avions de transport militaire Il-76, avions d'assaut Su-25, bombardiers Su-24, chasseurs Su-27 et hélicoptères Mi-8).  .
Elles se déroulent  juste aprés les manoeuvres Caucase 2009 ( 3 ) et aprés la réunion de l'Organisation de Coopération de Shangaï  à Ekaterinbourg  qui a vu les participants se mettre d'accord pour la création d'une Force de Réaction Rapide qui pourrait intervenir sur tout le territoire de l'Organisation pour y " assurer la stabilité " ( 4 )
Les manoeuvres Russo-Chinoises serviront essentiellement à coordonner les états-majors dans la lutte anti-terroriste et à mutualiser les expériences dans le domaine de la lutte anti-terroriste et anti-séparatiste ( Caucase , Tibet , Xinjiang ) .
Il s'agit d'étudier " l'engagement de grandes unités contre des groupes mobiles de terroristes " et d'étudier leur possibilité de déploiement dans un pays tiers de l'organisation .Des troupes Chinoises pourraient aussi intervenir au Caucase pour y appuyer l'armée Russe et réciproquement .
Selon le chef d'Etat-major général russe Nikolaï Makarov. il s'agit de :
"Contrer les menaces croissantes émanant d'organisations terroristes et extrémistes ainsi que des organisations et des groupes de pirates, constitue une des tâches des nos forces armées. Les exercices Mission de paix 2009 doivent prouver à la communauté internationale que les forces armées de la Russie et de la Chine ont pleine capacité à assurer la stabilité et la sécurité dans la région "
Selon M. Sun Bo, chercheur au Centre d'étude sur la sécurité et le contrôle des armements affilié à l'Institut chinois des relations internationales.
"Bien que les événements dans le Caucase et au Xinjiang ne soient pas liés entre eux, ils attestent néanmoins que la Russie et la Chine font l'objet d'attaques terroristes "
" Ce facteur requiert une coopération approfondie entre la Chine et la Russie à la fois sur le plan bilatéral et dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)".

C'est le deuxième exercice anti-terroriste à grande échelle que mènent les états membres de l'OCS . En 2007 dans le district militaire de l'Oural , le scénario consistait en la destruction de bases arrières terroristes et séparatistes .
Les prochaines manoeuvres de l'OCS se dérouleront au Kazakhstan , prés de la frontière avec le Xinjiang .
Dimanche dernier , prés de 5000 Ouighours ont manifesté dans les rues d'Almaty pour soutenir leur compatriotes du Xinjjiang . ( 5 )
Les manoeuvres de 2005 avaient soulevés quelques inquiétudes dans la " communauté internationale " ( ! ) car elles semblaient simuler une invasion Sino-Russe de l'ïle de Formose .

Ce que l'armée Russe peut apprendre de l'APL et l'APL de l'armée Russe


Si les manoeuvres de l'armée Russe Caucase 2009 se sont déroulées selon les scénari prévus , il n'en reste pas moins qu'elles ont mis à jour sa principale lacune : Un temps de réaction trop long et une logistique qui empêche un déploiement rapide sur les " points chauds " : C'est encore parfois un "
élèphant qui doit apprendre à danser " .
De la même manière  les nouveaux systémes de gestion et de supervision du champ de bataille ( Battlefield management systems ) " Acacia " - " Акация " et " Constellation " - " Созвездие " ainsi que  les transmissions ont présenté quelques lacunes lors de leur emploi opérationnel dans un scénario qui consistait à localiser , investir  et détruire un camp de terroristes séparatistes dans le Caucase Nord .( 6 )

L'APL a montré à contrario lors des crises au Tibet en Mars 2008 et au Xinjiang en Juillet 2009 une grande réactivité et une grande capacité à identifier les meneurs des troubles puis à les neutraliser le tout avec un bilan humain peu élevé et des dommages collatéraux minimes .
De la même manière la coordination entre les unités civiles de maintien de l'ordre et  l'APL a parfaitement fonctionné ainsi que la gestion du " champ de bataille numérique " ( blocage des communications de télephonie cellulaire  et filtrage internet ) .

L'APL est bien un " Dragon qui danse " qui doit toutefois s'affranchir de la prise de décision du " Grand Timonier " Hu -Jintao pour améliorer encore sa réactivité alors que l'armée Russe a renoué avec sa tradition des " généraux frondeurs " née de la conquête du Turkestan ( Von Kaufman , Skobilev ) , prêts à exploiter un avantage sur le terrain pour pousser plus avant sus à l'adversaire comme on a pu le voir lors du conflit en Géorgie en Aout 2008 ,  ceci sans se soucier des conséquences diplomatiques ( l' "Intendance " selon une expression célèbre ) .
Cette autonomie des chefs militaires Russes sur le terrain , qui contraste avec le strict respect des consignes hiérachiques et des décisions du Politburo de l'ère Soviétque ( KAL 007 - Affaire Mathias Rust ) , s'est déja manifesté lors de l'assaut des terroristes Caucasiens contre la ville de Nalchik en 2006 .


L'Iran , les troubles séparatistes et l'OCS


A terme , l'Iran qui connaît aussi des troubles séparatistes orchestrés depuis l'étranger , au Balouchistan par exemple ( 7 ) , pourraît rejoindre cette force de réaction rapide .
Les minorités Iraniennes sont réparties le long des frontières terrestres et maritimes du pays . C'est le résultat d'une politique de déplacement de populations organisée par les chefs politiques Iraniens depuis l'Antiquité et jusqu' au cours des XVIII eet XIX eme siècle afin de créer un " noyau Perse "et  des " Krajinas " ethniques pour défendre les frontières  . Cette politique de déplacement de populations explique par exemple la présence de Kurdes à la frontière Nord-Est de l'Iran , ceux ci ayant été déplacés depuis la frontière occidentale pour s'opposer aux Turkmènes .( voir carte )
Le fait ethnique a été orchestré au cours de la campagne electorale de mai 2009 par le candidat de " l'opposition démocratique " M. Moussavi qui est d'origine Azéri  , tout comme l'Ayatollah Khamenei .( 8 )
M.Ahmadinedjad a su désamorcer le problème des minorités périphériques Iraniennes , dont la minorité arabe des ouvriers du secteur pétrolier du Kouzistan par exemple ,  par une politique de redistribution de revenus qui a désolidarisé la population ouvrière de la bourgeoisie dite " compradore " ,  " Bazaar " en Iran , liée à l'entourage de l'Ayatolalh Rafsanjani ( 9 ) - ( 15 )
Cette politique explique les derniers résultats électoraux par rapport aux " prévisions " des années précédentes qui faisaient ressortir l'opposition " Centre ( * dictatorial * Perse ) - Périphérie ( *démocratique * polyethnique ) " ( 10 )
Dés sa réelection , et malgrés les troubles factieux connus sous le nom de " Révolution Verte " ( 12 ) , M. Ahmadinedjad s'est rendu au sommet de l'OCS à Ekaterinbourg ou l'Iran dispose d'un statut de membre observateur .
Les relations de l'Iran avec la Russie et la Chine sont multiples et se fondent autant sur l'économie ( et en particulier l'énergie ) que de plus en plus sur les questions de sécurité et la gestion de l'Asie Centrale . Elles ont été renforcées depuis la première élection de M. Ahmadinedjad  ( 13 ) - ( 14 )
Les chefs politiques Iraniens ont eu aussi des propos trés modérés vis à vis des dirigeants Chinois lors des dernières émeutes du Xinjiang .
Les partisans de MM.Moussavi et Rafsanjani quand à eux contestent le rapprochement Irano-Russe et Irano-Chinois au sein de l'OCS et tentent d'instrumentaliser ce rapprochement à des fins de politique intérieure .Les manifestations de mardi dernier lors de la commémoration de la nationalisation des pétroles par le Dr.Mossadegh en 1953 et lors de la prière du 17 juillet 2009 se sont déroulées aux cris de " Mort à la Russie " et " Mort à la Chine " :  Moscou et Pekin ont été en effet les deux premières capitales à reconnaître la réelection de M.Ahmadinedjad . ( 11 )


Conclusions

1- La lutte contre le séparatisme ethnique " orchestrée depuis l'extérieur " est nouveau facteur de rapprochement Russo-Chinois aprés la coopération énergetique .
2- Les manoeuvres de l'OCS révélent la perception des menaces par ses membres .
3- La menace du terrorisme associé au séparatisme ethnique est prioritaire pour les membres de l'OCS .
4 - La création d'une FRR pour contrer cette menace permettera à terme aux membres de l'OCS  de s'affranchir du danger né du " syndrome de Prague " ou du " syndrome de la Maison Blanche " ( Moscou 1991 ) , c'est à dire de l'empathie ethnico-religieuse de certains membres des forces de maintien de l'ordre pour les insurgés .( Doctrine Kryoutchkov ) .
5-En Asie Centrale le rapprochement dans le domaine sécuritaire entre Moscou et Pékin vient contebalancer la compétition pour les sources d'approvisionnement énergetiques .
6- Le Kazakhstan pourrait voir la première intervention de la FRR de l'OCS dans le cadre d'une mission de lutte contre un separatisme ethnique Touranien .
7- La menace d'un séparatisme ethnique " orchestré depuis l'extérieur " pourrait contribuer à rapprocher l'Iran de l'OCS .

Liens ;
( 1 )
По уйгуро-чеченскому сценарию - Selon un scenario Ouigouro-Tchétchène - Article de Nezavissimaya Gazeta du 21 juillet 2009

( 2 ) Mission de paix 2009: coopération sino-russe pour lutter contre l'extrémisme  - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2009 
      
Russie-Chine: renforcer la coopération antiterroriste - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2009 .
( 3 )
Fin des exerecices Caucase 2009 - Photoreportage de Ria Novosti
В ходе учений "Кавказ-2009" армия подготовится к вооруженному конфликту и уничтожению террористов
- Dans le cadre des exercices " Caucase 2009 " l'armée va se préparer à des conflits armés et à la destruction de terroristes - Article de NEWSru.com du 11 juillet 2009 .

( 4 ) Yekaterinburg declaration of the Heads of the members states of the Shanghai Cooperation Organisation

( 6 ) "Акация" не расцвела -  " Acacia " n'a pas fleuri - Article de Gazeta.ru du 20 juillet 2007 .
( 7 )
Iran: 13 membres du groupe sunnite Joundallah pendus - Depêche AFP du 14 juillet 2009
( 8 )
Iran's ethnic minorities key issue in elections - Article de Al-Arabiya du 23 mai 2009 .
( 9 )
La bourgeoisie iranienne ou le contrôle de l'appareil de spéculation  -  Analyse de B. Hourcade sur Persée.fr

( 10 )
Can Iran's Minorities Help Oust Ahmadinejad? - Article de Time Magazine du 30 mai 2009 .
( 11 )
La Russie, bouc émissaire de l'opposition iranienne - Article de Ria Novosti ( citant Gazeta.ru ) du 20 juillet 2009 .
(12 )
Iran , une " Révolution colorée " en cours ? Article de Cauacz.com du 21 juillet 2009 .
( 13 )
Ahmadinedjad-Jintao , un couple fidèle ? Article de Caucaz.com du 23 avril 2006 .
( 14 )
Moscou-Teheran , entre connivence et méfiance Article de Caucaz.com du 23 avril 2006 .
( 15 )
Iran , le bobard de " l'election volée " - Article de Reseau Voltaire du 19 juin 2009 .

articles associés :
( 5 )
Les émeutes à Ouroumtsi étaient planifiées ( Presse Chinoise )
- Un nouvel arc de crises en Eurasie depuis l'adriatique jusqu'au Pacifique

Bibliographie :
- " Dictionnaire de géopolitique " - Aymeric Chauprade - François Thual - Ellipses
Iran p° 206-212
Carte " l'Iran encerclé " p°460
Chine p°92-100
Carte " Geopolitique de l'espace Chinois " p°470
- " Geopolitique - Constantes et changements dans l'histoire " - Aymeric Chauprade - Ellipses
p°106-107  L'Iran ; Le centre est un plateau chiite et persan , la périphérie est une plaine sunnite
6-1 La perphérie Baloutche - 6-2 La périphérie Turkmène
p°227-228 Le clan , l'ethnie , la nation et le territoire : Mouvements forcés de populations en Iran .
Carte 53 - L'Asie Centrale : Le monde Iranien



 

 

 





Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Le " Nouveau Grand Jeu "

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009

Shtokman retardé ?

MOSCOU, 22 juillet - RIA Novosti. Le géant Gazprom ne se limitera pas à reporter la mise en valeur du gisement de Bovanenkovo (Yamal): il n'exclut pas un retard dans la mise en exploitation du gisement de Chtokman ( - Shtokman ) en mer de Barents, note mercredi le journal Vedomosti. ( 1 )

Parmi les projets gelés, Gazprom n'a jusqu'ici mentionné que la mise en valeur du gisement immense de Bovanenkovo: l'ajournement d'un an (jusqu'à la fin 2012) permettra au groupe d'économiser cette année presque 137 milliards de roubles (quelque 3 milliards d'euros). Mais récemment, Gazprom annonçait avoir corrigé d'autres projets. La grande surprise est liée à l'éventuel ajournement de la mise en exploitation de Chtokman.

Jusqu'ici, les représentants de Gazprom assuraient que le projet serait lancé à la date prévue: la construction de la première phase (avec une production de 23,7 milliards de mètres cubes) devait être achevée en 2013, celle de la seconde (7,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an), en 2014. Mais ces délais peuvent être révisés "en raison de la situation sur le marché du gaz naturel", a récemment déclaré Gazprom.

La date de mise en exploitation du gazoduc Nord Stream, qui reliera la Russie à l'Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique, reste inchangée: le lancement de la première branche du pipeline est programmé pour 2011, celui de la seconde, en 2012. Or, cette seconde branche devait précisément être remplie avec le gaz provenant du gisement de Chtokman, note le directeur de East European Gas Analysis Mikhaïl Kortchemkine.

Le porte-parole de Gazprom ne commente pas la possibilité de reporter la date de lancement du gisement de Chtokman. Conformément au plan approuvé en décembre dernier, les investissements dans ce gisement cette année devaient se chiffrer à 37,1 milliards de roubles (840 millions d'euros), et les investissements à long terme à 18,5 milliards de roubles (419 millions d'euros) supplémentaires. Le coût total de la première phase du projet était évalué à 15 milliards de dollars (selon le cours de 2006).

Gazprom a reporté les délais de réalisation de plusieurs projets. Les investissements de la compagnie dans ces projets devaient se chiffrer en 2009 à 12,4 milliards de roubles (281 millions d'euros). La mise en oeuvre de projets étrangers, auxquels elle envisage de consacrer 10,9 milliards de roubles (247 millions d'euros), pourrait retarder la réalisation de ses plans en Venezuela, notamment le début du forage du champ Urumaco-2.

Nord-Stream franchit la Neva et Sakhaline va être relié à Vladivostock

Si le projet de Shtokman pourrait souffrir de retards , le projet de gazoduc " Nord-Stream " pousuit son bonhomme de chemin .
La date de mise en exploitation du gazoduc Nord Stream, qui reliera la Russie à l'Allemagne en passant par le fond de la mer Baltique, reste inchangée: le lancement de la première branche du pipeline est programmé pour 2011, celui de la seconde, en 2012.
Cette semaine va être inauguré dans l'Oblast de Leningrad un tunnel qui permettre  au gazoduc de franchir la Neva et être reliè au port de Vyborg ou il commencera son trajet sous-marin .
Le Gazoduc " Nord-Stream " ( "Северный поток" en Russe ) d'une longueur de 1220 Km est destiné à relier le champ gazier de Shtokman , mais aussi la peninsule du Yamal , avec l'Allemagne sans passer par la Pologne ou l'Oukraine . ( 2 )
Au même moment débutait dans l'extrême-orient Russe la construction d'un nouveau gazoduc qui doit relier le champ de Sakhaline à la ville de Vladivostock via Khabarovsk .
A cette occasion le président Russe Dmitri Medvedev a envoyé un télégramme soulignant l'importance  du projet pour l'extrême-orient Russe et pour la Russie ainsi que son apport à l'industrie nationale ( 3 )
La construction du gazoduc doit être terminée pour le Q3-2011 .
Un embranchement à partir de ce gazoduc pourrait servir , en cas d'accord , à alimenter la Corée du Sud ( 10 ) .

 
Plus de soixante nouveaux navires pour GAZPROM

GAZPROM aura besoin de plus de soixante nouveaux navires d'ici 2020 , dont 23 methaniers , une dizaine de plateformes d'exploitation , des navires de recherche sismiques , vient d'annoncer dans une conférence de presse Alexandre Anamenkov membre du directoire de la société pétrogazière Russeà l'issu d'une rencontre avec les acteurs de la construction navale Russe ( 4 ) .
GAZPROM envisage de commander ces navires et ces plateformes principalement auprés de chantiers navals Russes et envisage même à participer à la création de nouveaux centres de production .
Les représentants du secteur de la construction navale se sont déclarés prêts à répondre aux commandes de GAZPROM malgrés les goulots d'étranglement qui frappent ce secteur : Manque de formes depuis la fin de l'URSS , manque de personnel qualifié .
Actuellement quatre palteformes de forage sont en cours de construction en Russie , toutes dans des entreprises du Cluster Maritime Russe de l'arctique : " Prirazlomnaya” aux chantiers  Sevmash (Severodvinsk), “Arkticheskaya” aux chantiers Zvezdochka (Severodvinsk) , “Severnaya Siyanie” et " Polyarnaya Zvezda” aux chantiers de Vyborg ( 5 )
Le secteur de la construction navale , civile et militaire , fait l'objet de la plus grande attention de la part des chefs politiques Russes . Le Président Dmitri Medvedev a récemment rendu visite aux chantiers Sevmash ou il s'est assuré de l'avancement des travaux de la plateforme " Prirazlomnaya " ( 6 ) tandis que le premier Ministre Vladimir Poutine lors d'une visite à Saint-Petrsbourg a souligné l'importance pour la présence de la Russie dans l'arctique de se doter d'une flotte de navires capables d'évoluer dans la banquise ( 7 ) .
Au delà d'une solution purement nationale la Russie s'oriente dans le secteur de la construction navale avec une coopération active avec des partenaires étrangers , avec la Corée du Sud principalement .

 

 La coopération civilo-militaire avec la Corée du Sud


Le consortium public Russe OПK qui regroupe les principaux chantiers navals Russes vient de signer un protocle d'accord avec la société Sud-Coréenne Hyundai Heavy Industries pour développer en commun des navires méthaniers à capacités arctiques . ( 8 ) La Corée du Sud est intéréssée au développement de la Route Maritime du Nord ( 9 ) et à la diversification de ses sources d'énergie , en provenance de l'arctique Russe en particulier .
Elle pourrait être un des partenaires clefs de GAZPROM dans la construction de l'usine de liquéfaction de Teriberka prés du champ de Shtokman et un client potentiel du champ gazier de Sakhaline ( 10 ) à un moment ou le géant pétrogazier Russe cherche à diversifier ses moyens d'exporation et ses clients ( 11  ) .
Selon les termes de ce protocole d'accord , HHI va aider les chantiers navals Russes et les bureaux d'études comme " Iceberg " dans la conception de nouveaux navires ( méthaniers , navires de support , .......... ) , la conception d'équipements off-shore et la modernisation et la conception de chantiers navals .
HHI est égallemment interéssé à collaborer avec les sociétés pétrogazières ( GAZPROM ) et maritimes ( SOVCOMFLOT ) en charge du développement du plateau continental arctique Russe .
OПK avait déja signé un protocole d'accord avec Samsung Heavy Industries au mois de février 2009 ( 12)
Des sociétés Sud-Coréennes participent actuellement à l'équipement des superstructures des plateformes “Severnaya Siyanie” et " Polyarnaya Zvezda” aux chantiers de Vyborg ( 5 )
Tout comme l'industrie de la construction navale Russe , Samsung s'orient desormais vers une stratégie de niche dans les navires à forte valeur ajoutée parmis lesquels les navires methaniers de classe arctique et les porte-conteneurs de classe arctique ( 20 ) .
Cette stratégie a permis a Samsung de dépasser ses concurrents HHI et Daewo et SHI considére que le réchauffement climatique peut offrir de nombreuses possibilités :
" Alors que la banquise fond , de nouvelles routes de transport vont s'ouvrir dans un proche avenir . Il ne se passera pas beaucoup de temps avant qu'une demande pour des navires renforcés ou avec des capacités brise-glaces apparaisse "
Au delà de la coopération dans le transport maritime civil , le gouvernement Russe envisage de développer la copération militaire avec la Corée du Sud ( 13 ) - ( 14 ) - ( 15 )
La Russie et la Corée du sud sont en train d'élaborer un programme de coopération militaire qui prévoit entre autres une maintenance des équipements livrés par le passé à Séoul, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov à l'issue d'une rencontre avec son homologie sud-coréen Lee Sang-hee. MM. Serdioukov et Lee Sang-Hee ont entamé mardi des négociations à Moscou, au siège de l'état-major général des Forces armées russes. Ils envisagent d'évoquer un large éventail de questions relatives au partenariat militaire et stratégique bilatéral, dont les efforts conjoints visant à promouvoir la sécurité internationale.

Ce rapprochement Russo-Coréen est le signe qu'aprés un partenariat à l'Ouest en Europe avec l'Allemagne et l'Italie , la Russie recherche un partenaire à l'Est en Asie pour renforcer ses positions dans l'arctique . Ce partenariat pourrait avoir aussi des répercussions sur le dossier épineux des îles Kouriles entre la Russie et le Japon qui  a connu un regain de tension ces dernières semaines .( 16 )  La Corée du Sud est effet interessée en approvisionnement depuis le champ gazier de Sakhaline ( 10 ) [ Il s'agit du gazoduc évoqué supra en ( 3 ]  pour lequel le Japon estime être prioritaire . Le partenariat militaire avec la Russie , alliée de la Chine au sein de l'OCS , pourrait modifier l'équilibre stratégique autour du Japon et la perception des menaces tels qu'elles le sont par les redacteurs du Livre Blanc Japonais sur la défense ( 17 ) - ( 18 )
Sans rentrer dans " l'orbite Russe " , une coopération accrue dans le secteur civil dans l'arctique et dans le domaine militaire pourrait amener Séoul à modifier ses points de vus en matière de sécurité . L'interêt pour la Russie étant d'avoir un partenaire et non pas un adversaire autour du bastion naval de la mer d'Okhotsk dans un contexte de montée en puissance de la marine de guerre Sud-Coréenne .
La Corée du Sud , tout comme l'Italie  la Chine , dispose d'un statut de membre observateur au sein du Conseil Arctique , ce statut a été refusé au Japon malgres l'appui des Etats-Unis ( 19 ) .




Liens :
( 1 )   
«Газпром» тянет время - Article de Vedemosti du 22 juillet 2009 
( 2 )  
Под руслом Невы проложен тоннель для подводного перехода газопровода "Северный поток" 
              Depêche de l'Agence ITAR-TASS du 22 juillet 2
 ( 3 )
Началось строительство газотранспортной системы, которая свяжет Сахалин и Владивосток
              Depêche de l'agence ITAR-TASS du 22 juillet 2009 .
( 4 ) 
On meeting dedicated to placing of orders at Russian shipbuilding plants - Communiqué de GAZPROM du 21 juillet 2009 .
 ( 8 )
Подписан протокол о намерениях между Объединенной Промышленной Корпорацией и Hyundai Heavy Industries - Communiqué de OПK du 14 juillet 2009 .
            
( 10 )
La Corée du Sud veut s'approvisionner en gaz de Sakhaline - Article de Ria Novosti du 23 juin 2009 . 
( 11 )
L'Europe s'éloigne de Gazprom - Article de Ria Novosti du 30 juin 2009 .
( 12 ) SHI secures a bridgehead for entry to the Russian marine market - Communiqué de Samsung Heavy Industries du 20 Février 2009 .
 ( 13 )
Russie-Corée du sud: un programme de coopération militaire en gestation - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2009 . 
 ( 14 )
Russie-Corée du Sud: 2009 marquera une percée (Défense russe) - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2009 .

 ( 15 ) Séoul souhaite élargir la coopération militaire avec Moscou  - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2009 . 
 ( 16 )
Kouriles: les griefs japonais pourraient compliquer les contacts régionaux  - Article de Ria Novosti du 9 juillet 2009 .
 ( 17 )
Missiles nord-coréens, armée chinoise, sous-marins russes: trois menaces pour le Japon - Article de Ria Novosti du 17 juillet 2009 .
 ( 19 )
Japan Urged to Join Arctic Shipping Group, Japan Times Says - Depêche de Bloomberg du 8 novembre 2008 .

 ( 20 ) Samsung focus only high value-added ships

Articles associés :  
( 5 )
Lancement de la première plateforme semi-submersible pour Shtokman 
( 6 )
Dmitri Medvedev visite le Cluster Maritime Russe de l'arctique . 
( 7 ) Vladimir Poutine : " Nous devons construire d'autres brise-glaces " 
( 9 ) Route Maritime Nord , Dommages collateraux : Singapour et Somalie .

Documents :
( 18 ) Livre Blanc Japonais sur la défense 2009 ( En ) .

( 21 ) Le projet Shtokman sur hydrocarbons-technology.com (En ) .

Sites :
 - Shtokman Development AG ( En )
- Nord Stream AG ( En )
- Samsung Heavy Industries

 



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 22 Juillet 2009

Mondialisation.ca, Le 8 juillet 2009
Stop NATO


Note de l'Editeur : Un excellent article de Rick Rozoff qui à l'intelligence d'associer la Baltique , ce qui est le coeur de la " doctrine Stoltenberg " , à l'Arctique .
L'auteur cite aussi la Pologne , état clef du " Baltikum " , et qui a le statut de membre observateur au sein du Conseil Arctique .
L'auteur cite aussi l'Oukraïne qui peut parraître hors de la zone Balto-Arctique .
Si l'on considère que l'isthme Polono- Oukrainien est le débouché de la Suéde sur la Mer Noire dans le cadre d'une alliance avec la puissance organisatrice du plateau Anatolien ( Empire Ottoman , Turquie ) , la présence de l'Oukraïne n'est plus incongrue .
Cet article reprend de manière synthètique les différents articles que j'ai pu publier sur ce blogue .
L'article ne parle pas des projets militaristes Danois qui ont été révélés la semaine dernière ainsi que des futures manoeuvres Canadiennes .
C'est , en tout cas  , un beau résumé des six premiers mois de l'année dans la region .


Depuis le début de l'année, les États-Unis et l'OTAN ont indiqué à maintes reprises en paroles et par des actes leur intention d'établir leur revendication territoriale et d'étendre leur présence militaire dans ce qu'ils appellent le Grand Nord : le cercle polaire et les eaux qui s'y relient, les mers de Barents et de Norvège, ainsi que la mer Baltique.

Le 12 janvier 2009 Washington a émis la Directive présidentielle de sécurité nationale 66 qui contient la prétention belliqueuse que « les États-Unis ont des intérêts de sécurité nationale fondamentaux et étendus dans la région de l'Arctique et sont disposés à agir indépendamment ou en conjonction avec d'autres États pour protéger ces intérêts [qui] comprennent la défense anti-missile et l'alerte avancée ; le déploiement de systèmes marins et aériens pour le transport maritime stratégique, la dissuasion stratégique, la présence maritime et les opérations de sécurité maritimes »[1] Plus tard le même mois l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) tenait une conférence sous le thème « Perspective en matière de sécurité dans le Grand Nord » dans la capitale de l'Islande à laquelle ont assisté le secrétaire général de l'alliance et ses plus hauts commandants militaires.

Cette initiative concertée a été abordée dans un article précédent de la présente série[2] et les plans de l'Occident d'empiéter sur le territoire arctique et confronter la Russie dans la région occidentale de l'océan dans un autre.[3]

Les pays membres de l'OTAN, individuellement et collectivement, ont multiplié les efforts depuis un mois pour accroître de façon impressionnante leur présence militaire et leur capacité de combat dans le Grand Nord.

La Suède : Le champs d'essai et de bataille de l'OTAN

Un exemple de cette campagne agressive et inquiétante nous est donné par les manoeuvres militaires Loyal Arrow 2009 de l'OTAN, qui ont lieu présentement et durent dix jours, en Suède, qu'un des quotidiens américains à grand tirage décrit comme « une force à action rapide de l'OTAN [...] sur un pied de guerre dans la Laponie suédoise » avec la participation « de dix pays, 2 000 soldats, un porte-avions et 50 chasseurs, dont le F-15 Eagle de l'armée de l'air des États-Unis, à des exercices de guerre près de territoires arctiques contestés ».

Le quotidien ajoute que « le choix de l'endroit pour tenir des exercices de guerre reflète l'importance stratégique grandissante de l'Arctique, qui renfermerait, selon des estimés, le quart des réserves de pétrole et de gaz naturel de la planète. [...] »[4]

Un site web de l'OTAN offre les détails suivants :

« Dix pays membres et non membres de l'OTAN participent à l'exercice aérien Loyal Arrow 2009, du 8 au 18 juin 2009, en Suède. Une cinquantaine d'avions à réaction rapides, qui seront basés à l'aile de Norrbotten, en Suède, participeront à l'exercice. Le but de l'exercice est de former des unités sélectionnées des quartiers généraux de la composante de l'air de la force conjointe de la Force de réaction de l'OTAN dans la coordination et la conduite d'opérations aériennes. De plus, des appareils du système aéroporté de détection et de contrôle (AWACS) de l'OTAN et d'autres avions et hélicoptères de transport soutiendront les exercices. Certaines unités participantes voleront en provenance de bases situées en Norvège et en Finlande.

« L'exercice est basé sur un scénario fictif. Dans ce scénario, des éléments de la Force de réaction de l'OTAN (NRF) [...] seront déployés dans un théâtre d'opération. La NRF a été créée pour donner à l'Alliance un outil efficace face aux nouvelles menaces à la sécurité du XXIe siècle. Il s'agit d'une force multinationale et conjointe pouvant être déployée rapidement, munie d'équipements modernes pouvant accomplir n'importe laquelle des missions de l'Alliance, où et quand elles sont nécessaires, telles que mandatées par le Conseil de l'Atlantique Nord.

« Environ 800-900 soldats d'Allemagne, de Finlande, du Royaume-Uni, d'Italie, de Norvège, de Pologne, du Portugal, de Suède, de Turquie et des États-Unis ainsi que la composante de détection aérienne avancée y participeront. »[5]

Le personnel de l'armée de l'air des États-Unis est arrivé par avion de la base qu'utilisent les États-Unis à Mildenhall, en Angleterre, et « des équipages de l'air et de terre de l'armée de l'air des États-Unis en Europe ont rejoint des unités militaires d'une dizaine d'autres pays le 8 juin. [...] »[6]

Les exercices de guerre ont leur base à la baie de Botnie dans le nord de la mer Baltique et il s'agit de la plus grande démonstration de la puissance aérienne de l'histoire dans cette région.

Le premier jour des exercices, le 8 juin, on rapportait que « l'exercice aérien Loyal Arrow sous la conduite de l'OTAN a commencé dans le nord de la Suède aujourd'hui. Le porte-avions britannique HMS Illustrious [avec 1 000 soldats à son bord] est arrivé dans la baie de Botnie, 50 aéronefs et 2 000 personnes, l'équipage du porte-avions y inclus, provenant de dix pays participeront au plus grand exercice d'entraînement aérien de l'histoire dans la baie finlandaise-suédoise de Botnie. »[7]

La base aérienne de Lulea en Suède, celles de Bodo en Norvège et d'Oulu en Finlande sont utilisées dans ces exercices de guerre de l'OTAN.

Les exercices Loyal Arrow sont basés sur un « scénario fictif » dans lequel « La Force de réaction de l'OTAN (NRF) est déployée dans un théâtre d'opération, le Lapistan.

« Le Lapistan est un pays instable, non démocratique fictif gouverné par une clique militaire qui accueille des camps d'entraînement de terroristes. Le scénario est centré sur un conflit entourant le pétrole et le gaz naturel avec la Botnie, un pays voisin fictif membre de l'OTAN, avec la participation de pays fictifs neutres, le Nordistan et la Suomie, qui sont une référence à la Norvège et à la Finlande. »[8]

Lorsque les exercices ont commencé, Stefan Lindgren, vice-président de Solidarité afghane en Suède, a déposé une plainte auprès du protecteur du citoyen en matière de discrimination et dit que les exercices de guerre de l'OTAN sont à la fois une diffamation des Samis et des musulmans en Suède. La terminaison « istan » rélève un lien mentalement avec la guerre de l'OTAN en Afghanistan.

Les Samis, un peuple autochtone de la région, ont protesté contre l'utilisation du terme « Laps », interdit en Suède, et contre la description de l'exercice.[9]

Un journal de la presse à grande diffusion explique la controverse dans les termes suivants : « Les principaux habitants autochtones du nord de la Norvège, le peuple sami, sont mécontents du fait que le "pays ennemi" dans le scénario de guerre s'appelle "le Lapistan" et se sont joints aux manifestatations contre l'OTAN. Le nom a été inventé par l'OTAN et ressemble à l'expression "Lapps" qui est désobligeante envers les Samis. »[10]

Le quotidien américain The Christian Science Monitor y ajoute ces citations dans son édition du 11 juin :

« "Ces exercices augmentent le risque de conflit", dit Anna Ek, présidente de la Société pour la paix et l'arbitrage de la Suède. "Ils envoient des signaux offensants et agressifs. Devrions-nous vraiment nous préparer à un conflit avec la Russie alors qu'existe encore la possibilité de coopération dans l'Arctique ?"

« "Ni le parlement, ni le comité de la Défense n'a été informé de l'ampleur de cet exercice", dit Peter Radberg, député du Parti vert. "Cela ressemble à un effort de promotion de l'OTAN en Suède. [...] Cela risque de provoquer une escalade militaire dans une région où nous devrions désarmer." »[11]

Non seulement la sécurité, le bétail et le statut même des Samis ont-ils été mis en péril dans le nord de la Suède, mais l'exercice Loyal Arrow 2009, en conjonction avec d'autres exercices et initiatives militaires que nous examinerons plus tard, vise directement la Russie, le seul rival de l'OTAN dans la course à la domination de l'Arctique.

Le groupe OTAN Hors de la Suède a organisé plusieurs actions à Lulea (le site de la base aérienne suédoise utilisée dans les exercices d'entraînement) et manifesté contre l'utilisation du comté de Norrbotten comme terrain d'entraînement et champ de tir pour de possibles actions futures au pays et à l'étranger.

Anna-Karin Gudmundson de cette organisation a dit : « Ces exercices peuvent être perçus comme étant très provocateurs. La région de la mer de Barents est une région névralgique par son emplacement par rapport à l'Arctique. Avec tout ce qui se dit au sujet de la fonte des glaces et la rivalité pour les ressources naturelles, cela pourrait ressembler à une démonstration de force de la part de l'OTAN. »[12]

Ofog, un autre groupe suédois qui milite pour la paix, a annoncé le 8 juin qu'il envoyait des militants dans un champ de bombardement près de la base aérienne de Vidsel dans le Norrbotten pour « arrêter les préparatifs pour des crimes de guerre » et pour « empêcher l'OTAN de continuer de bombarder la région ».[13]

Le groupe a émis un communiqué dans lequel il affirme : « Comme l'OTAN, nous serons aussi dans les airs, au sol et en mer. Nous ferons tout en notre pouvoir pour montrer à l'OTAN que ses affaires sont répugnantes et mortelles. »

« L'OTAN n'est pas une alliance de défense. Elle est le plus grand club d'armements nucléaires et la plus grande machine de guerre du monde. »[14]

Le deuxième jour des exercices, le 10 juin, cinq membres de l'Ofog ont été arrêtés après être entrés sur le champ de bombardement.

Six autres ont été arrêtés alors que les bombardements continuaient et une des militantes de l'Ofog sur les lieux, Miriam Cordts, a dit : « L'OTAN est la plus grande machine de guerre et le plus grand club d'armements nucléaires au monde. Cet exercice aérien dans le nord de la Suède est son plus grand exercice cette année et est conçu pour accroître la capacité de la Force de réaction de l'OTAN à attaquer à n'importe quel moment. Quatre-vingt-dix pour cent de ceux qui sont tués dans les guerres de l'OTAN sont des civils. Nous avons la responsabilité en tant qu'êtres humains de tout faire pour stopper cet exercice. »[15]

L'intention des militants de l'Ofog était d'arrêter les bombardements par leur présence, mais les exercices de l'OTAN ont continué.

Un porte-parole du groupe a commenté : « Nous savons que l'OTAN bombarde des civils, mais c'est la première fois qu'elle menace de bombarder des civils en Suède. »[16]

Bien qu'elle ne soit pas encore membre à part entière de l'OTAN, la Suède est l'hôte de ces exercices par ses obligations envers le Partenariat pour la paix de l'Alliance et elle s'approche ainsi toujours plus de l'intégration complète à l'OTAN malgré l'opposition de la majorité des Suédois.

La Suède dans l'OTAN : La neutralité au passé

L'incorporation de la Suède à l'OTAN est préparée de façon méthodique depuis plusieurs années.

À la mi-mai, la député et responsable du Parti libéral en matière de politique étrangère Birgitta Ohlsson a déclaré : « Pour moi, et pour le Parti libéral (Folkpartiet), cela prouve plus que jamais que la Suède doit être membre de l'OTAN. Les partis politiques ne peuvent pas seulement suivre l'opinion publique, ils doivent aussi l'influencer, et l'isolationnisme est très passé. »[17]

Un peu après, le ministre de la Défense Sten Tolgfors a annoncé « la plus grande restructuration des forces armées de la Suède de l'ère moderne » et que « la Suède aura pour la première fois en plusieurs décennies une organisation de défense ».

Il a clarifié son message en ajoutant : « Aujourd'hui, nous avons une force avec une organisation à des fins nationales, basée sur un système de conscription, et une autre à des fins internationales, basée sur les unités permanentes.

« Nous allons réformer notre défense en partant des leçons apprises de notre position au rang des premières nations dans le Groupe de combat nordique. Nous aurons à l'avenir une défense basée sur un groupe de combat.

« Nous avons bâti le Groupe de combat nordique ensemble. Nous sommes en Afghanistan avec la Finlande. »

On a vu que l'Afghanistan n'était pas la seule raison de l'intensification de la militarisation de la Suède et de son intégration aux structures de l'OTAN lorsque Tolgfors a dit au sujet des exercices Loyal Arrow en juin : « La Russie a certainement haussé le ton ces dernières années [...]. »[18]

Deux jours plus tard il s'est rendu au quartier général de l'OTAN à Bruxelles pour y rencontrer Jaap de Hoop Scheffer et « informer le secrétaire général de la transformation prochaine des capacités de défense de la Suède, pour rendre les forces suédoises plus efficaces, plus déployables et plus aptes à mener des opérations internationales. »[19]

Quatre jours avant le début des exercices de guerre Loyal Arrow, l'ambassadeur de la Suède en France, Gunnar Lund, « parlant au nom du ministre des Affaires étrangères de la Suède Carl Bildt », a encouragé l'utilisation d'un contingent de cinq pays nordiques des groupes de combat de l'Union européenne (qui agirait sous la conduite de l'OTAN par l'entremise du Berlin Plus et d'ententes connexes) lorsqu'il a dit : « Du côté militaire, j'aimerais attirer votre attention sur l'utilisation de groupes de combat, un outil qui pourrait s'avérer très utile pour appuyer la paix et la sécurité internationales. »

Le gouvernement suédois a dit regretter que l'UE n'ait employé plus tôt le Groupe de combat nordique (avec des forces de la Suède, de la Finlande, de la Norvège, de l'Islande et de l'Estonie) et n'ait pas « donné feu vert à son envoi au Tchad et en République centrafricaine l'année dernière. »[20]

(La Suède, la Finlande et l'Irlande sont trois des cinq pays encore neutres nominalement, les deux autres étant la Suisse et l'Autriche. Les cinq ont maintenant déployé des contingents militaires de diverses grandeurs pour servir dans la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan sous la conduite de l'OTAN. En Suisse, un groupe militant pour la paix, Suisse sans Armée, qui « accuse le gouvernement de chercher à diriger la Suisse neutre vers l'alliance militaire qu'est l'OTAN », a récemment présenté au parlement fédéral une pétition de plus de 100 000 signatures, le nombre requis pour déposer un projet de loi, contre le projet d'achat de nouveaux chasseurs pour assurer l'interopérabilité de l'OTAN.)

Une frontière de 1 300 km avec la Russie : La Finlande intégre l'OTAN

Le mois dernier il y a eu en Finlande une rencontre des ministre de la Défense des pays nordiques (Suède, Finlande, Danemark, Norvège et Islande, qui n'est pas la même chose que le groupe ministériel de la Défense des pays nordiques et baltes) où les ministres des cinq pays ont « discuté des développements en matière de sécurité dans le nord de l'Europe et échangé les points de vue sur les processus de transformation de la défense nationale en cours » et « évalué les défis communs en Afrique et en Afghanistan ».

« Les ministres ont discuté des développements dans le Grand Nord et des possibilités d'une coopération nordique dans la région.

« Ils ont également analysé les possibilités de rehausser la coopération nordique dans le mer Baltique. »[21]

La réunion a eu lieu un peu après que « l'ex-ministre des Affaires étrangères de la Norvège Thorvald Stoltenberg [...] a conclu dans un rapport sur la coopération de défense nordique que les cinq pays nordiques doivent renforcer leur coopération de sécurité dans l'Arctique [...]. »[22]

Moins d'une semaine plus tard des pilotes de l'armée de l'air des États-Unis étaient en Finlande pour entraîner des pilotes finlandais dans la procédure de ravitaillement en vol comme on en utilise dans les missions et opérations militaires à long cours.

Selon l'officier des opérations pour le 21e Escadron de combat de l'armée de l'air de la Finlande, « un capitaine qui a demandé l'anonymat en raison de la politique gouvernementale », les exercices d'une semaine avec la participation de Hornets F-18 de la marine et d'un Stratotanker KC-135 de l'armée de l'air ont « aidé l'escadron, et tout le service, à satisfaire à un critère établi par le gouvernement pour pouvoir être déployé à l'extérieur de la Finlande pour soutenir les forces de l'OTAN. Bien que la Finlande ne soit pas membre de l'OTAN, elle fait partie du programme du Partenariat pour la paix de l'alliance, que soutient également l'armée de l'air des États- Unis en Europe (USAFE).

« Cela nous ouvre les yeux sur un champ d'opération beaucoup plus étendu. »

Le rapport duquel est tirée cette phrase informe les lecteurs que « c'est la première fois que l'armée de l'air des États-Unis en Europe déploie un équipe d'avion-citerne en Finlande pour une opération de ravitaillement en vol ».[23]

Le 25 mai dernier, le ministre finlandais du Commerce et du Développement, Paavo Vayrynen, du Parti du Centre, a dit que le partenaire de son parti dans la coalition au pouvoir, le Parti de la coalition nationale, « a mené une campagne soutenue pour créer une opinion publique favorable à l'adhésion à l'OTAN ».[24]

Des initiatives semblables, concertées et secrètes, pour entraîner des pays dans l'OTAN contre le gré de la majorité de leur population ont lieu en Suède et à Chypre, entre autres.

Du 1er au 4 juin, le Commandement allié Transformation (ACT) de l'OTAN, basé à Norfolk en Virginie, et les Forces de la défense de Finlande ont participé à un portail d'éducation et de formation des partenaires de l'OTAN (NPETN) à Helsinki.

Un colonel de l'armée de l'air de la Turquie assigné au NPETN a décrit le programme comme étant « essentiellement un réseau humain qui offre un forum aux membres, incluant le Collège de la Défense et le Centre de guerre interarmées et le Centre de formation interarmées de l'OTAN, l'École de l'OTAN, l'École des systèmes de communications et d'information, le Centre de formation opérationnelle d'interdiction maritime et les Centres d'excellence de l'OTAN et les centres d'éducation et de formation militaires de l'OTAN et des pays partenaires ».[25]

La conférence de trois jours n'était cependant pas une affaire bilatérale entre les quartiers généraux de l'OTAN aux États-Unis et en Finlande, puisque des pays de pas moins de cinq continents y ont participé.

« Pour la première fois de l'histoire de la conférence, un représentant de l'Australie, un pays contact de l'OTAN, participera aux discussions. »

Le représentant de la Turquie à l'OTAN précité a dit : « La conférence nous donne l'occasion d'atteindre nos objectifs parce que nous aurons plus de contribution de nos pays partenaires, des représentants de l'OTAN, du Partenariat pour la paix, du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul, de Pays Contacts. »[26]

Avec les 28 pays membres à part entière de l'OTAN, les 25 candidats du Partenariat pour la paix, les sept membres du Dialogue méditerranéen, les six de l'Initiative de coopération d'Istanbul (le Conseil de coopération du golfe Persique) et plusieurs pays contacts comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Corée du Sud, cela représente au total près du tiers des 192 pays du monde.

Le jour où la Conférence de l'OTAN s'est terminée, dans la capitale finlandaise, la police de ce pays a arrêté six militants pour la paix pour avoir peint des symboles de l'OTAN en rouge(-sang) sur les murs du quartier général du Commandement de la Défense finlandaise à Helsinki.

Le groupe Muurinmurtajat a émis un communiqué dans lequel il affirme avoir « voulu attiré l'attention sur le travail pratique qui se fait pour rapprocher militairement la Finlande de l'OTAN au Commandement de la Défense ».[27]

Quatre jours plus tard, l'Agence de consultation, de commandement et de contrôle de l'OTAN (NC3A) a signé un protocole d'entente avec la Finlande sur la technologie de la défense.

« La Finlande participe depuis longtemps au programme du Partenariat pour la paix de l'OTAN et a une solide histoire de contribution aux missions et exercices de l'OTAN.

« La Suède fut le premier partenaire à signer une entente semblable avec la NC3A en 2007. »[28] Le même jour, les forces armées finlandaises ont commencé « leur plus grand exercice militaire en plusieurs décennies ».

Maanvyory 2009 (raz-de-marée 2009) comprend la participation de « 18 000 militaires, dont 7 000 réservistes des trois branches du service ».[29]

La Norvège : L'armée de l'OTAN entre dans l'Arctique

Le 2 juin on a annoncé que la Norvège déplacera le quartier général de son Commandement opérationnel du sud du pays, dans le nord de Stavanger, à Reitan, à l'extérieur de Bodo, « faisant ainsi de la Norvège le premier pays à déplacer son commandement militaire dans l'Arctique ».

« Ce déplacement correspond au déplacement de l'attention du gouvernement vers les régions du Nord. Avec son nouvel emplacement à l'intérieur du cercle polaire, le commandement opérationnel suprême de la Norvège sera directement en contact avec toutes les questions concernant le Grand Nord. »[30]

Lors d'une rencontre des parlementaires de l'OTAN à Oslo du 22 au 26 mai, le secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer a eu des entretiens avec le premier ministre Stoltenberg, le ministre des Affaires étrangères Store et le ministre de la Défense Strom-Erichsen et une audience avec le roi Harald V. « Les discussions ont centré sur les plans de l'OTAN après son sommet, y compris la mise à jour prochaine du Conseil stratégique de l'Alliance, les relations avec la Russie et les nouveaux défis de sécurité des alliés. »[31]

À la même rencontre des parlementaires de l'OTAN, des membres du cabinet norvégien ont dit aux participants que « l'OTAN devrait accroître son rôle dans le Grand Nord », tandis que le secrétaire d'État à la Défense Espen Barth Eide a insisté pour que « la prochaine réorganisation de la structure de commandement de l'OTAN tienne compte du Grand Nord [...]. »[32]

L'ambassadeur de la Norvège à l'OTAN, Kim Traavik, a accompagné les ambassadeurs de cinq confrères de l'OTAN dans un « voyage d'étude » dans le nord du pays après la rencontre des parlementaires pour inspecter le site prévu du future conflit.

Une semaine auparavant, la ministre de la Défense de la Norvège Anne-Grete Strom-Erichsen « a souligné l'importance de formuler une position commune sur les questions de défense et de sécurité concernant le Grand Nord. La ministre a particulièrement insisté sur la nécessité de "rehausser la pertinence de l'OTAN". À la lumière de la récente poussée de la Russie sur le plan militaire et économique dans l'océan Arctique, Strom-Erichsen voit une source d'inquiétude potentielle de déstabilisation dans la région. »[33]

Dans ses propres mots :

« L'Alliance est au coeur de la stratégie de sécurité et de défense de tous les États de l'océan Arctique sauf un. Elle n'a donc pas le choix que de définir son rôle dans la région. Le défi sera de formuler une politique qui répond au intérêts fondamentaux de sécurité de l'Occident [...]. »[34]

Le Commandement allié Transformation, de l'OTAN, effectue une démonstration d'interopérabilité de coalition (CWID) à Lillehammer, en Norvège, du 1er au 26 juin « avec un accent particulier sur ce qui sera déployé dans des opérations menées par l'OTAN comme une riposte de l'Article 5, la Force internationale de sécurité et d'assistance (ISAF), Active Endeavour et la Force du Kosovo ou au sein d'une Force de réaction de l'OTAN (NRF) [...]. »[35]

Une riposte de l'Article 5 est une invocation de la cause sur l'aide militaire collective de l'OTAN, comme cela se fait depuis près de huit ans avec la guerre en Afghanistan.

Le 16 juin on rapportait que les exportations d'armements de la Norvège avaient atteint un record et que « la majeure partie des exportations de matériel de défense norvégiennes se font vers les pays membres de l'OTAN ainsi que la Suède et la Finlande ».[36]

 

Nouveaux empiétements sur la Russie : L'OTAN et la mer baltique

On rapportait à la fin du mois dernier que l'OTAN continuera ses patrouilles aériennes en rotation au-dessus de l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie au moins jusqu'en 2020.[37] Comme l'ont souligné des représentants russes, les avions de guerre de l'OTAN qui y participent sont à cinq minutes de vol de Saint-Pétersbourg, la deuxième plus grande ville de la Russie.

Les exercices multinationaux de la Force de réaction Baltic Eagle de l'OTAN (NRF-14) ont lieu du 2 au 18 juin dans la Zone militaire Adazi, en Lettonie, pour préparer le Bataillon balte de la Lettonie et les forces armées estoniennes et lituaniennes « à tester le niveau de préparation au combat de l'unité ».

« Selon le scénario de l'exercice, les troupes seront déployées dans la région de conflit militaire et se livreront à des opérations de grande envergure. [...] Une quantité importante d'armes et d'équipements modernes, incluant des missiles antichar guidés Spike, des véhicules lourds multifonctionnels 8x8 SISU modernes, des transporteurs de personnel blindés SISU et des fusils d'assaut G36, sera utilisée durant l'exercice [...]. »

Le Bataillon balte est une composante de la Force de réaction de l'OTAN qui, elle, est « une force très préparée et technologiquement avancée de l'Alliance comprenant des composantes terrestres, aériennes, maritimes et spéciales pouvant être déployées rapidement au besoin. Elle est autonome et capable d'accomplir des missions partout dans le monde dans n'importe quel type d'opérations. »[38]

Durant la même période la marine américaine a dirigé les exercices annuels Baltic Operations (BALTOPS) dans la région.

« Les forces maritimes de 12 pays participeront au plus grand exercice naval multinational cette année dans la mer Baltique du 8 au 19 juin.

« L'exercice Baltic Operations (BALTOPS) est un événement annuel qui vise à améliorer l'interopérabilité et la coopération des alliés régionaux » et cette année il comprend des forces navales des États-Unis, de l'Allemagne, du Danemark, de la Grande-Bretagne, de l'Estonie, de la Finlande, de la France, de la Hollande, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne et de la Suède. »[39]

Y participent le contre-amiral américain John N. Christenson, commandant du 12e Groupe d'intervention porte-avions, et le contre-amiral suédois Anders Grenstad, commandant du Commandement de la composante maritime et l'« équivalent suédois du chef des opérations navales de la marine américaine ».[40]

Cinq jours avant le début des opérations BALTOPS 2009, le USS Mount Whitney (le navire amiral de la 6e Flotte de la marine américaine et le navire de commande et de contrôle du commandant du Commandement interarmées de Lisbonne et de la Force de frappe de l'OTAN, déployée contre la Russie dans la mer Noire après la guerre d'août dernier dans le Caucase) est arrivé près des côtes de la Lituanie et a reçu l'expatrié américain et actuel président de la Lituanie Valdas Adamkus.

Ce dernier s'est servi de l'occasion pour affirmer : « Au nom de toute notre nation, la présence du Mount Whitney est significative pour tout le pays. Elle fait preuve de respect, apporte une force et conviction additionnelles pour combattre pour leur engagement, mais surtout la solidarité de la communauté de l'OTAN. »

Ce à quoi le commandant américain a répondu : « Je désire remercier publiquement la Lituanie pour son [sic] appui au Kosovo, en Irak et surtout en Afghanistan. »[41]

La marine et l'armée de l'air de l'Allemagne retournent dans le voisinage de Léningrad

Le ministre de la Défense de l'Allemagne Franz Josef Jung a fait une tournée des pays baltes la semaine dernière et s'en entretenu avec ses homologues estonien, lettonien et lituanien pour « discuter [...] de questions pressantes au sein de l'OTAN et de l'Union européenne » et pour « renforcer les bons rapports de sécurité avec les trois pays baltes ».[42]

Des avions allemands vont prendre en charge la patrouille balte de l'OTAN plus tard cette année, ce qui ravivera à coup sûr des souvenirs chez les Péterbourgeois assez vieux pour avoir survécu le siège de 900 jours de la ville lorsqu'elle s'appelait Léningrad.

Comme le fera aussi l'arrivée récente de la marine allemande. « Un navire-atelier auxiliaire, sur la dizaine d'unités allemandes, apporte un soutien à plus de 40 navires alliés participant aux exercices Baltic Operations 2009 ici [...]. »[43]

La Pologne : Base principale de l'OTAN dans la mer Baltique

À la mi-mai, un haut représentant de la défense polonaise a déclaré que « la Pologne s'attend à ce qu'une batterie de missiles américains Patriot soit déployé sur son sol en 2009 peu importe que le président Barack Obama choisisse ou non d'aller de l'avant avec les plans de défense antimissile en Europe » et a enjoint l'OTAN « de ne pas négliger les dangers potentiels de sécurité plus près d'elle en Europe et [...] exprimé la disposition [du gouvernement polonais] à accueillir une infrastructure de l'alliance. »[44]

Washington n'a pas tardé à lui rendre la pareille : « Le département d'État des États-Unis a confirmé que la batterie de missiles Patriot sera déployée en Pologne quoi qu'il advienne des plans du système de défense antimissile. »[45]

Trois jours plus tard le Financial Times rapportait qu'en rapport avec le stationnement de missiles Patriot en Pologne par le Pentagone, « les pourparlers vont comme prévu sur l'achèvement des ententes finales en juillet, suivi d'un déploiement de 100-110 soldats américains et de 196 missiles avant la fin de l'année ».

Le quotidien cite le ministre adjoint de la Défense de la Pologne Stanislaw Komorowski qui dit : « Ce sera la première fois que des soldats américains sont stationnés en sol polonais, à l'exception de ceux qui sont venus sous commandement de l'OTAN, prendre part à des exercices, par exemple. [...] Ce sera symbolique pour la Pologne. »[46]

Au début du mois de juin le premier ministre polonais Donald Tusk affirmait « que la Pologne n'a pas changé d'avis concernant le bouclier antimissile américain »[47], en particulier le stationnement de 10 missiles intercepteurs basés au sol à Redzikowo, dans le nord de la Pologne, jadis le site d'une base aérienne de la Luftwaffe de l'Allemagne nazie, un autre parallèle historique qui devrait inquiéter tout Russe informé et sensé.

Vers la fin de la semaine dernière le porte-parole du gouvernement polonais Pawel Gras a dit que « l'accord bilatéral sur le déploiement du bouclier anti-missile parrainé par les États-Unis en Pologne prévoit la livraison d'une batterie prête à au combat » et que les missiles américains Patriot seraient « armés et stationnés en permanence ».[48]

Le même jour le ministre de la Défense de la Pologne Bogdan Klich « a annoncé que l'OTAN établira le Centre de commandement de combat interarmées à Bydgoszcz, dans le nord de la Pologne, suite à une décision des ministres de la Défense à une réunion de l'OTAN à Bruxelles ».[49] Le Centre de commandement de combat interarmées s'ajoutera au Centre de formation interarmées de l'OTAN déjà à Bydgoszcz.

La réunion des ministres de la Défense de l'OTAN a eu lieu à Bruxelles le 11 juin et réunissait les chefs de la défense des 28 pays membres et 22 pays partenaires de l'OTAN. Les chefs de cinquante armées nationales ont discuté de la guerre en Afghanistan, de l'occupation de la province serbe le Kosovo, d'opérations navales près des côtes de la Somalie et du conflit qui oppose la Géorgie et la Russie dans le sud du Caucase.

En plus des échanges des chefs de la cinquantaine de pays sur les opérations militaires, « les membres du Groupe de planification nucléaire se sont consultés sur plusieurs questions importantes relatives à la politique nucléaire de l'Alliance ».[50]

La composante centrale du nouveau Concept stratégique de l'OTAN pour le XXIe siècle en voie de préparation est la continuation et l'intensification de l'avancée de l'alliance vers l'Est, et la Pologne est prévue être le lieu d'une bonne partie de ses déploiements militaires et infrastructures.

Le ministre polonais de la Défense « a souligné le fait que l'OTAN a décidé d'investir de façon importante dans la Pologne en modernisant son infrastructure militaire, y compris les bases aériennes et maritimes ».

Les bases maritimes seront dans la mer Baltique et les bases aériennes à une bonne distance de frappe de la Russie et de ses deux plus grandes villes, Moscou et Saint-Pétersbourg.

Le ministre de la Défense a donné quelques précisions sur les plans arrêtés par l'OTAN jeudi dernier, disant que « l'Alliance a décidé d'ouvrir une nouvelle cellule de l'OTAN, un nouveau régime interarmées au sein de l'OTAN. Selon cette décision, les commandements de trois régiments seront situés à Bydgoszcz. »

« À Bydgoszcz, nous aurons les commandements permanents du bataillon et d'autres composantes : un des six modules interarmées mobiles, une composante de sécurité et des opérateurs de logistique et de soutien. »[51] L'unité stationnée en Pologne sera composée d'environ 200 soldats de l'OTAN.

Plusieurs jours auparavant Klich avait invité les pays baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, ainsi que l'Ukraine, voisin de la Russie, à participer à une brigade d'expédition internationale collective, pour de prétendues opérations de maintien de la paix.

« Le ministre polonais de la Défense [...] a dit que les pourparlers ont porté sur la coopération de l'Ukraine avec l'OTAN et l'Union européenne et sur le rôle de ces pays dans les opérations militaires, y compris la participation de militaires ukrainiens aux opérations en Afghanistan. [...] Les partis ont également discuté de l'aide à l'Ukraine dans ses efforts pour adhérer à l'OTAN. [...]

« Les ministres ukrainien et polonais de la Défense Yuriy Yekhanurov et Bogdan Klich ont invité les pays baltes à se joindre à l'initiative sur la formation d'une brigade conjointe de maintien de la paix. »[52]

La première guerre américaine contre la Russie dans l'Arctique : Leçons apprises et leçons non apprises

Du 11 au 21 mai, l'OTAN a tenu ses exercices de guerre annuels Joint Warrior, le plus grand exercice militaire en Europe, près des côtes de l'Écosse dans la mer du Nord, qui est reliée à la mer de Norvège limitrophe à l'océan Arctique.

« Plus de 20 navires de guerre, 75 aéronefs et des centaines de militaires ont été mis à l'épreuve par différents scénarios », dont un dans lequel « un groupe de 33 navires et des marins français ont été envoyés dans la Zone de conflit nordique fictive pour arraisonner les "Draconiens" qui harcelaient "les Calédoniens et les Avaloniens".

« Des soldats, marins et membres d'équipage aérien du Danemark, de la Hollande, de la Belgique et des États-Unis y ont participé. »[53]

Selon la même sourse, les exercices Joint Warrior à l'automne prochain seront rallongés de deux à trois semaines cette année.

Pour ce qui est de la participation des forces américaines aux exercices du mois dernier, « le USS Arleigh Burke (DDG 51), le USS Porter (DDG 78), le USS Philippine Sea (CG 58), le USNS Kanawha (T-AO 193) et le COMDESRON 24 ont pris part à l'engagement du scénario, en plus de vassaux de neuf autres membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN). Les exercices [Joint Warrior] sont censés améliorer l'efficacité et la préparation au combat de la flotte autant pour la marine américaine que pour les marines alliées. »[54]

À l'autre bout de l'Arctique, du 15 au 26 juin les États-Unis mèneront l'opération Northern Edge 2009 en Alaska avec la participation de « plus de 200 aéronefs, incluant des B-52, des F-16 et des hélicoptères Blackhawk. [...] En plus, le USS John C. Stennis et son groupe d'intervention porte-avions seront dans le golfe de l'Alaska durant les exercices. Le super porte-avions à propulsion nucléaire a une flotte de plus de 70 aéronefs et un équipage de 5 000 marins. »[55]

Dans une critique d'un documentaire parue dans un journal de l'État du Michigan le 28 mai on trouvait le commentaire suivant sur une unité militaire américaine déployée dans la région russe de l'Arctique aux derniers jours de la Première Guerre mondiale :

« Quelques 5 500 soldats furent envoyés à Arkhangel'sk, en Russie, près du cercle polaire, dans le cadre de l'expédition Polar Bear en septembre 1918, deux mois avant la signature de l'armistice qui allait mettre fin à la guerre. L'expédition fut mise en branle après la Révolution russe de 1917, lorsque la Russie signa un accord de paix séparé avec l'Allemagne et se retira de la guerre.

« À la demande insistante de Winston Churchill, qui était alors au War Office britannique, le président Woodrow Wilson [...] accepta de contribuer des troupes pour soutenir l'armée Blanche anticommuniste. Les Américains et quelques Canadiens, qui croyaient se diriger vers la France, furent placés sous commandement britannique. »

Le sénateur Carl Levin était présent au visionnement du document et a dit à l'assistance : « Il y a des leçons à tirer de l'histoire, il y a des leçons à tirer ici. [...] La leçon est que nous devons être clairs dans notre mission. »[56]

Il y a en effet des leçons à tirer. Les troupes américaines combattirent en sol russe et aboutirent du côté des vaincus. Ce n'est pas une leçon que Levin et les dirigeants politiques et militaires des pays de l'OTAN ont apprise et ils risquent de répéter l'erreur sur une échelle encore beaucoup plus grande et dangereuse.

Notes

1. National Security Presidential Directive 66, http ://www.fas.org/irp/offdocs/nspd/nspd-66.htm
2. NATO's, Pentagon's New Strategic Battleground : The Arctic, http ://groups.yahoo.com/group/stopnato/message/37104
3. Le Canada, ligne de bataille dans le conflit Est-Ouest dans l'Arctique http ://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2009/Q39120.htm
4. Christian Science Monitor, 11 juin 2009
5. Allied Air Component Command HQ Ramstein, 9 avrl 2009
6. U.S. Air Forces in Europe, 8 juin 2009
7. Barents Observer, 8 juin 2009
8. "Lapistan" inte bra sager Nato, Norrbottens-Kuriren via Wikipedia
9. Aftonbladet, 5 juin, par voie de Stefan Lindgren
10. Barents Observer, 8 juin 2009
11. Christian Science Monitor, 11 juin 2009
12. Sveriges Radio via Barents Observer, 8 juin 2009
13. The Local, 10 juin 2009
14. The Local, 8 juin 2009
15. De Agneta Norberg
16. Ibid
17. The Local, 12 mai 2009
18. Defense News, 17 mai 2009
19. NATO International, 19 mai 2009
20. Agence France Presse, 3 juin 2009
21. Defense Professionals, 13 mai 2009
22. Barents Observer, 12 mai 2009
23. U.S. Air Forces in Europe, 18 mai 2009
24. NewsRoom Finland, 25 mai 2009
25. NATO International, Allied Command Transformation, 29 mai 2009
26. Ibid
27. Helsinki Times, 4 juin 2009
28. NATO International, 9 juin 2009
29. Finnish Broadcasting Company, 9 juin 2009
30. Barents Observer, 2 juin 2009
31. NATO International, 26 mai 2009
32. Jane's Defence Weekly, 1er juin 2009
33. Ministre de la Défense de Norvège, 14 mai 2009
34. Ibid
35. NATO International, Allied Command Transformation, 18 mai 2009
36. Norway Post, 6 juin 2009
37. Defense News, 28 mai 2009
38. Ministère de la Défense nationale de Lituanie, 28 mai 2009
39. U.S. Naval Forces Europe, Navy NewsStand, 6 juin 2009
40. Ibid
41. United States European Command, 3 juin 2009
42. United Press International, 9 juin 2009
43. U.S. Naval Forces Europe, 11 juin 2009
44. Reuters, 18 mai 2009
45. Warsaw Voice, 3 juin 2009
46. Financial Times, 21 mai 2009
47. Trend News Agency, 3 juin 2009
48. Xinhua News Agency, 12 juin 2009
49. Polish Radio, 12 juin 2009
50. NATO International, 11 juin 2009
51. Polish Radio, 12 juin 2009
52. Interfax-Ukraine, 29 mai 2009
53. BBC News, 22 mai 2009
54. United States Navy, Navy Newsstand, 22 mai 2009
55. Fairbanks Daily News-Miner, 12 juin 2009
56. Hometown Life, 28 mai 2009



Article original en anglais, http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=13975, publié le 14 juin 2009.

Traduit de l'anglais par CPML.


Rick Rozoff est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Rick Rozoff publiés par Mondialisation.ca

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #l'OTAN dans l'arctique

Repost0

Publié le 21 Juillet 2009


Le blogue de Barbara Drezhlo " voices from Russia " , citant le Juneau Empire [ 1 ] , annonce la fermeture du Musée Othodoxe Russe d'Anchorage . Ce musée retrace l'histoire de l'Orthodoxie et de la présence Russe en Alaska .
Selon un communiqué de l'Eglise Orthodoxe des Ameriques , la fermeture a été décidée en raison des charges et de la crise économique . Les objets exposés seront rendus aux donateurs , dispersant une collection unique témoignant de la présence Russe en Alaska .
La foie Orthodoxe est largement présente au sein de la communauté Aléoute qui subit de plein fouet les conséquernces de la crise économique et qui souffre d'un ostracisme de la part des WASP Alaskans tandis que les ressources locales sont pillées selon un schéma colonial [ 2 ]
A contrario de la colonisation Anglo-Saxonne de l'Amérique du Nord et à l'image de la colonisation Française , la présence Russe en Alsaka et jusqu'en Californie et dans les îles Hawaï a été marquée par un profond respect des populations indigènes comme ce fut le cas  des contacts entre Russes ethniques et " petits peuples " de l'arctique et de la Sibérie .
Au XIX eme siècle , une délegation d'Hawaiens s'est rendue à Saint -Petersbourg pour solliciter l'aide du Tsar Nicolas II face à l'impérialisme Etasunien dans l'île .
La récente réunification des églises Orthodoxes constitue un levier d'influence de la diplomatie Russe , en particulier dans la région arctique ou les appels , peu suvis d'actes , à la collaboration avec les " peuples premiers " se multiplient . [ 3 ]
Les Aleoutes ont tenu à conserver leurs patronymes Russes et leur foie Orthodoxe  même durant la période de la " Guerre Froide " ou certains étaient considérés comme des membres d'une " Cinquième colonne " pro-Soviétique .
Cette volonté de conserver leur racines culturelles et religieuses Russes leur a valu de nombreuses persecutions de la part des autorités Américaines .

Je profite de cet article pour présenter mes meilleurs voeux de rétablissement à Barbara Drezhlo .


Liens : 
[ 1 ]
Russian Orthodox museum to close its doors for good - Article du Juneau Empire du 15 juillet 2009 .
[ 2 ]
Le carnage de l'abondance - Reportage du Figaro du 13 juillet 2009 . 
[ 3 ]
La réunification de l'Eglise russe contribue au renforcement du pays  Article de Ria Novosti du 18 mai 2007 .



Documents :
ГАВАЙСКИЕ ОСТРОВА И РОССИЯ - Les ïles Hawaï et la Russie . Immigration Russe vers les îles Hawaï au début du XX eme siècle .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kulturkampf

Repost0

Publié le 21 Juillet 2009

Abstract - Canada , United-States , Russia : The mapping of the continental shelf continues .
CCGS Louis St-Laurent leaved monday the port of Halifax to meet USCG Healy for the second American-Canadian mission to map the arctic continental shelf . The two ships will conduct seismologic and acoustic surveys of the western continental shelf till october when they  will return to their icebreaking missions .
Norwegian press has announced that four Russian submarines , two of them nuclear powered  ,  were spotted in the North-Atlantic between the Jan Mayen island and Iceland . The conventional submarines are supposed to be on a mapping mission of the continental shelf . Icelandic authorities were silent on the presence of the Russian submarines in Icelandic waters as the island is negotiating a 500 millions USD loan with Moscow . The head of the Icelandic Defense Agency , Mrs Ellisif Tinna , only acknowledged that russian submarines were spotted in the North-Eastern atlantic zone heading towards Spitzberg .

L'été est la saison la plus favorable pour cartographier le plateau continental arctique dans le but de soumettre ses revandications auprés de la commision sur l'extension du plateau continental de l'ONU .
Lundi 20 juillet le brise-glaces Canadien CCGS  
Louis Saint-Laurent a quitté le port de Halifax ( Nova-Scotia ) pour se rendre sur zone début Aout ou il commencera ses operations de cartographie avec le brise-glaces Etasunien USCG Healy . ( 1 ) dans le cadre de la campagne Arctic West Summer 2009 . ( 2 )
C'est la deuxième mission commune Canado-Etasunienne ( 3 ) - ( 4 ) aprés celle de l'année dernière dont les premiers résultats ont été publiés au mois de Juin 2009 .( 2 )
L'USCG Healy a quitté son mouillage au début du mois de Juillet et se trouve actuellement le long des îles Aléoutiennes à destination de la Mer de Béring .
L'étude du plateau continental se fera au moyen de méthodes seismologiques et de bouées sonores ( voir le rapport cité supra ) . La fin  de la mission est prévue pour le début de l'embacle au mois d'octobre , les navires reprendront alors leurs missions d'assistance à la navigation .

Le Louis St-Laurent effectuera des relevés sismiques sur la composition du plateau continental, tandis que le Healy récoltera des données qui aideront à déterminer la forme du fond marin.

« C'est une occasion unique et excellente d'intensifier les efforts que déploie le Canada pour dresser la carte du contour extérieur de son plateau continental », a déclaré la ministre des Ressources naturelles du Canada, Lisa Raitt.

« Un volet important de notre stratégie pour le Nord consiste à déterminer exactement où le Canada peut exercer ses droits souverains sur les ressources des fonds marins, en fixant les limites extérieures de son plateau continental », a affirmé le ministre des Affaires étrangères du Canada, Lawrence Cannon



La presse Norvégienne a annoncé la présence au mois de Juin de quatre submersibles Russes ( 5 ) dont deux  à propulsion nucléaire  dans les eaux territoriales Norvégiennes et Islandaises entre les îles de Jan Mayen et l'Islande .
Les submersibles à propulsion nucléaire qui n'ont pas été identifiés auraient servi de support logistique aux deux autres submersibles chargés de faire des relevés bathymétriques au moyen de sonars de suivi de terrain .
Le silence des autorités Islandaises s'expliquerait par les discussions en cours entre l'Islande et la Russie sur l'octroit d'un prêt de 500 millions de dollars . ( 6 ) La responsable de l'Agence Islandaise de la Defense , Mme Ellisif Tinna , a juste reconnu que des submersibles Russes avaient été repérés au Nord-Est de l'Islande faisant route vers le Spitzberg .


Liens : ( 1 ) Canada's largest icebreaker to help map country's Arctic subsea claim   - Article de The Canadian press du 17 juillet 2009 .
            (  2 )
Joint U.S.-Canadian Icebreaker Surveys in the Arctic Ocean ( descriptif de la mission de 2008 ) et 
Compte rendu de l'expedition d'Aout-Septembre 2008 . 
               ( 3 ) US extended continental shelf project - Page du programme Etasunien d'extension du plateau continental .
               ( 4 )
Geological Survey of Canada - Atlantic - Using Science to Delineate the Limits of Canada's Continental Shelf  Page du programme Canadien d'extension du plateau continental .
               ( 5 )
Russere kartla norsk farvann - Article de Dagblaet du 18 juillet 2009 .

Articles associés :  ( 6 ) Le parlement Islandais se pronnonce pour une adhésion à l'UE .



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0