Publié le 5 Juin 2010

MOURMANSK, 4 juin - RIA Novosti

Un grand navire anti-sous-marins de la flotte du Nord, le Severomorsk, a effectué une escale dans la base navale norvégienne de Haakonsvern, a annoncé le porte-parole de la flotte.

"Tôt dans la matinée, le navire russe a été accueilli par la frégate norvégienne Otto Sverdrup qui l'a escorté vers la base. Sur le quai d'amarrage, le Severomorsk a été salué par les représentants du commandement de la base et de l'ambassade russe en Norvège", a indiqué le militaire.

Vendredi le commandement du Severomorsk a examiné avec ses collègues norvégiens les détails du prochain exercice conjoint Pomor-2010 dont la phase active se déroulera du 7 au 11 juin en mer de Barents et de Norvège.[ 1 ]

Le 7 juin le Severomorsk et l'Otto Sverdrup gagneront le large et lanceront la première des quatre étapes de l'exercice, selon le militaire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

La lecture d'une depêche d'agence concernant la Russie , et plus particulièrement d'une agence de presse traitant des dossiers économiques , est assez révélatrice des craintes qui assaillent  les chefs politiques et militaires Ocidentaux et disons-le clairement Anglo-Saxons .

 

Il est rare que ces craintes soient explicitées car elles sont sous-jacentes . Cette depêche de l'agence Bloomberg est une exception car la " menace Russe " est desormais clairement explicitée et concerne un dossier traité plusieurs fois sur ce blogue : Les performances du secteur céréalier Russe que l'on disait moribond dans les années 90 non pas uniquement comme l'affirme Bloomberg en raison du passé Soviétique , ce n'est qu'un aspect du problème , mais surtout en raison du " pogrom économique " dont a été victime la Russie avec la complicité de ses chefs politiques sous l'ére du très démocratique Boris Eltsine qui n'est pleuré aujourd'hui uniquement que chez les analystes et commentateurs  Occidentaux et plus particulièrement Anglo-Saxons de la Russie . [ 1 ]

 

Le 28 mai dernier la Russie a remporté un contrat céréalier en Egypte au dépend de ses concurrents Etasuniens en raison des conditions attractives qu'elle proposait : 187.50 USD la tonne , soit 13 USD de moins que le blé Etasunien .Desormais avec la montée en puissance du blè Russe sur le marché Egyptien , la part des Etats-Unis ne représente plus que 8% au lieu de 13% des importations de blé Egyptien .

 

 

L'allusion au marché Egyptien n'est pas neutre . En acquérant une part plus importante des importations de ce pays , la Russie s'assure en même temps un levier diplomatique sur cet état dont l'importance politique et surtout géostrtatégique demeure  importante au  Proche-Orient . Car derrière les inquiétudes Etasuniennes sur la montée en puissance du secteur céréalier Russe , c'est bien une inquiètude qui concerne  la perte de la " force de frappe " de leur arme alimentaire que les Etats-Unis utilisent contre la planète entière depuis des décennies et y compris contre l'URSS au début des années 80 .

Aujourd'hui les exportations Russes représentent 14% du marché mondial alors que la part des Etats-Unis est passée de 26% à 19% . La plupart des analystes du secteur considérent que d'ici très peu de temps la Russie aura remplacé les Etats-Unis comme premier exportateur céréalier mondial et donc leur reprendra la " couronne de Cérés " , ou plutôt la " faucille de Cérés " de l'arme alimentaire ceci avec un  faible taux d'emblavement des régions agricoles et l'utilisation peu développée des engrais . Cette évolution inquiète d'autant plus les responsables du secteur céréalier aux Etats-Unis  , et ils le reconnaissent eux-mêmes , que les variétés de blé proposées par la Russie sur le marché mondial atteignent les standarts Etasuniens tant sur le plan de la qualité nutritionelle que de la résistance au pourissement et aux insectes .

 

Une autre partie de la depêche concerne l' " arrière-cour " Latino-américaine ou aprés y avoir brisé le monopole presqu'exclusivement Etasunien des ventes d'armes , la Russie commence à concurrencer les productions céréalières des Etats-Unis et du Canada .

On y voit s'afficher sans vergogne la justification d'un " marché libre " à l'échelle du continent Nord-Americain : Favoriser les productions agricoles Etasuniennes et éventuellement Canadiennes au dépends des productions provenant d'autres continents même si celles-ci sont in fine plus avantageuses pour les clients locaux .

Conquérir des parts de marché plus importantes dans cette région aux dépend des Etats-Unis pour en retirer des dividendes géopolitiques , les chefs politiques Russes à l'image de Serguei Lavrov ne s'en cachent pas et l'affichent haut et fort [ 2 ] et les ventes céréalières Russes comme les ventes d'armes  y diminuent la dépendance  vis à vis des Etats-Unis .

 

Pire ! La Russie exporte désormais ses productions au travers des dons du Programme Alimentaire Mondial - PAM - et les célèbrissimes sacs frappés du "USAID -  Gift from the people of the United States " qui font - faisaient ? - partie de la diplomatie d'influence Etasunienne sont remplacés de plus en plus  par des inscriptions plus exotiques . [ 3 ] - [ 10 ]

 

L'autre région de la planète qui pourra bientôt susciter l'inquiétude des producteurs de blè , et aussi des chefs politiques et militaires , Etasuniens est l'Asie . Lors d'un récent voyage en Sibèrie , le Premier Ministre Valdimir Poutine a présenté une série de mesures destinées à favoriser les productions cérèalières dans cette partie de la Russie avec pour objectif explicite de conquérir des parts supplémentaires du marché Asiatique . [ 4 ] - [ 5]

 

La lecture de cet article nous amène aussi sur l'espace Pontique par lequel s'effectuent une grande partie des exportations de blé Russe [ Une " constante " géopolitique - NDLR - voir [| 6 ]  ] et de l'importance du détroit de Kertch qui permet l'accés à la Mer d'Azov et ses ports céréaliers .

Malgrés la construction de nouvelles infrastructures à Saint-Petersbourg [ Baltique ] et Novorossyissk [ Mer Noire ] , l'accés libre et à des tarifs avantageux du chenal l de Kerch-Yenikal reste important pour les exportateurs de blé Russe mais aussi pour les exportations de composés azotés et de pétrole . [ 7 ]

 

 

Pour comprendre la dernière partie de la depêche et l'éloge de la marque New Holland *

[ Certes de qualité mais j'ai toujours préféré les moiss-bat' Braud ! ] par rapport aux productions Russes qui " rouillent " [ Il doit s'agir probablement de vieux tracteurs Soviètiques ] il faut se reporter à la dernière visite de Vladimir Poutine aux usines Rostselmash de Rostov sur le Don au mois de décembre 2008 .[ 8 ]  Le Premier Ministre Russe y a annoncé une série de mesures de soutien au secteur du machinisme agricole Russe qui commence à se relever après avoir failli disparaître au cours des années 90 .

Les analystes Occidentaux de la Russie auto-entretiennent le mythe qu'ils pourront canaliser le développement du secteur pétrogazier et agricole Russe par un " apartheid technologique " de la même manière qu'ils pourront canaliser le développement des autres nations du BRIC par cette stratégie  .

Or le machinisme agricole Russe après avoir failli complèterment disparaître comme une grande partie du secteur de la construction mécanique dans la tourmente de la décennie 90 à réussi  à reconquérir ses parts de marché non seulement en Russie mais dans l'Ex-Urss et fait partie des axes de développement de la Russie à l'étranger , y compris en ...Amérique-Latine . [ 2 ] - [ 9 ]

 

 

 Sur le fond , et c'est cette crainte qui est sous-jacente dans ses lignes , cet article pose la question de la légitimité de l'utilisation de l' " arme alimentaire " [ ou du levier des exportations agro-alimentaires dans le cadre d'une diplomatie d'influence pour parler avec plus de circonvolutions ] par la Russie alors qu'elle a été utilisée sans vergogne par les Etats-Unis depuis ...la Première Guerre Mondiale ** et avec une force plus grande encore ces cinquante dernières années .

 Si l'auto-suffisance alimentaire et la défense du secteur agricole de son pays est un objectif que doivent se fixer tous les chefs politiques , la dépendance vis à vis des céréales Russes ou des céréales du consortium céréalier , un " CéréaleProm " , que pourraient créer la Russie , l'Ukraine et le Kazakhstan n'est pas plus dangereuse , certainement moins , que la dépendance " désinteréssée " qu'offrent les producteurs céréaliers Anglo-Saxons depuis des décennies à la planète ! [ 11 ]

  Aprés tout la Russie ne participe t'elle pas à ce que l'on ose appeller la " sécurité alimentaire mondiale " comme l'on fait de manière si désintérésée les producteurs  Anglo-Saxons ces dernières décennies et le blé Russe livré sur des camions KAMAZ aprés avoir été transporté par des ANTONOV  du MChS est il plus indigeste pour un petit nenfant Ethiopien que du blé Etasunien livré sur des camions FORD ou CHEVROLET et transporté sur des DC-8 cargo d' Air America  ? [ 12 ]

 

  * La société New Holland a d'ailleurs conclu un protocle d'accord avec le constructeur Russe KAMAZ .

Voir Engins agricoles: KAMAZ et CNH Global NV créent une coentreprise

  **

" La première guerre mondiale a constitué  pour le secteur cerealier Etasunien une * excellente opportunité * " 
William MacAdoo in " l'Exportateur Americain " mars-avril 1919

Brisons ici le mythe de l'aide alimentaire exclusivement Etasunienne à l'issu de la SGM . C'est bien l'Argentine du pestiféré  Juan Domingo  Peron qui " sauva l'Europe de la famine " . Le voyage d'Eva Peron en Europe en 1947 concernait l'aide alimentaire Argentine , en parti expédiée via les Etats-Unis ,  en particulier pour l'Espagne , l'Italie mais aussi la France et la Grande-Bretagne et non pas un voyage destiné à placer les avoirs des criminels de guerre nazis en fuite comme le prétendent moultes * historiens * .

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia Fights for World Wheat Dominance, Undercuts U.S. Grain  - Depêche de Bloomberg du 3 juin 2010 .

[ 3 ]    PAM: la Russie a achevé les livraisons de blé à l'Ethiopie  -Depêche de Ria Novosti du 18 mai 2010 .

[ 4 ]  Blé: la Russie lorgne sur le marché de l'Asie du Sud-est  - Depêche de Ria Novosti du 14 décembre 2010 .  

[ 8 ] Foreign-Made Harvesters Are An Adverse Factor sur le site du Premier Ministre de la Fédération de Russie .

 Prime Minister Vladimir Putin chaired a meeting on the development of agricultural machinery production sur le site du Premier Ministre de la Fédération de Russie .

 [ 9 ]  Russie-Nicaragua: des machines agricoles russes pour l'Amérique latine (médias) - Depêche de Ria Novosti du 30 décembre 2008 .

[ 10 ] "   Across the earth, America is feeding the hungry; more than 60 percent of international food aid comes as a gift from the people of the United States." - GW Bush - Discours sur l'Etat de l'Union - 29 janvier 2003 .

 [ 11 ]  La Russie remporte la course au blé devant les Etats-Unis - Le journal des finances du 16 avril 2010 .

[ 12 ]RUSAID :  Russian Officials Study U.S. Development Assistance


Articles associés

 

[ 2 ] Politique étrangère Russe : Le programme et les recommandations de Serguei Lavrov .

[ 5 ] Go East Young Man : Un plan de développement pour la Sibérie .

[ 6 ] Robert Louis Dreyfus , Marseille , la Mer Noire , le blé , un " CerealeProm " et la lutte pour les ressources agricoles .

  [ 7 ] Echec des négociations pour la délimitation de la frontière maritime Russo-Ukrainienne dans le détroit de Kertch .

 

Site :

 

Rostselmash

 

  Filmographie

 

Dans le sillage de l'aigle russe - Film documentaire, France, 2008 de Iossif Pasternak .

 

Une partie de ce film tournée dans le Kouban concerne le développement de la production céréalière dans cette région et les infrastructures d'exportation du port de Novorossyissk .

 

 

 

 

 

 

 null 

 

 

 null 

 

 null

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

 

null 

 

 

 

 

Par Ilia Kramnik, RIA Novosti

 

Le budget militaire pour la réalisation du programme gouvernemental de réarmement à l’horizon 2020 s’élèvera à 13.000 milliards de roubles. Tel est le chiffre annoncé par le général Oleg Frolov, chef du département armements du ministère russe de la Défense, durant son intervention à la Douma (chambre basse du parlement russe).

Selon le général, ce budget devrait être suffisant pour moderniser les forces nucléaires stratégiques, ainsi que l’armée de l’air et la défense antiaérienne. Toutefois, il est proposé de reporter à des jours meilleurs la modernisation de l’armée de terre et de la marine, qui devront pour l’instant se limiter au maintien des équipements existant en état de disponibilité opérationnelle avec une acquisition minimale de nouveaux matériels.

Pour financer la totalité des besoins des forces armées russes, entre 28.000 et 36.000 milliards de roubles sont nécessaires pour le programme de réarmement dans les dix prochaines années, estime Frolov.

De quels équipements seront finalement dotées les forces armées ? Dans les cinq ans à venir, l’armée de l’air doit compléter son parc de 350 nouveaux chasseurs et de 400 nouveaux hélicoptères modernisés. Au final, dans dix ans l’armée de l’air devrait compter 1500 appareils de tous types, dont au moins de 800 nouveaux chasseurs modernisés. Le chasseur de cinquième génération T-50, qui, selon les estimations officielles, devrait être produit en série en 2015, constituera la principale nouveauté.

Il est prévu de moderniser l’aviation militaire de transport qui comprendra le parc actuel des appareils Il-76, An-22, An-124 Rouslan etc. et les nouveaux appareils Il-476, Il-112B, An-70 et les nouveaux Rouslan dont la production devrait reprendre.

Les forces antiaériennes continuent à recevoir les systèmes S-400 qui compléteront les S-300 modernisés, les systèmes de missiles Pantsir à courte portée, ainsi que les S-500, les Vitiaz et autres armements actuellement en cours de développement.

Les forces nucléaires stratégiques, étant une priorité selon les déclarations faites à plusieurs reprises par les chefs militaires et dirigeants du pays, continueront à être réarmées. Les troupes des missiles stratégiques (RVSN) seront dotées de missiles balistiques intercontinentaux Topol-M et Iars ainsi que d’un nouveau missile lourd en silo. La modernisation des bombardiers lourds Tu-95 et Tu-160 ainsi que le développement du bombardier du futur pour l’aviation stratégique, PAK-DA se poursuivent pour l’armée de l’air. Les forces nucléaires stratégiques navales devraient recevoir 8 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins du projet 955 dotés du missile Boulava, dont les essais devraient être terminés cette année.[ Article en préparation - NDLR ]

Qu’en sera-t-il pour l’armée de terre et la marine ? Apparemment, en ce qui concerne ces types d’armées, il faudrait s’attendre à une modernisation très lente du matériel militaire avec une dotation minimale de nouveaux systèmes, et cela constitue un danger important.

Pour l’armée de terre une telle approche pourrait être justifiée. Aujourd’hui pratiquement tous les pays voisins de la Russie refusent d’augmenter les capacités de leurs armées de terre, la majorité d’entre eux va même jusqu’à les réduire considérablement. Les modifications concernent aussi les programmes de développement et de production de tous nouveaux systèmes. Ainsi, les États-Unis ont annulé l’ambitieux projet Future Combat System, dans le cadre duquel il était prévu de créer toute une famille de nouveaux véhicules de combat allant de pièces d’artillerie à des véhicules blindés de combat d’infanterie. L’Allemagne et la Grande-Bretagne ont annulé leurs projets de développement de chars. Tout récemment la Russie a annoncé la suspension du développement du nouveau char T-95.

De toute évidence, l’armée de terre devrait se limiter à la dotation en versions modernisées des systèmes existants, ainsi qu’à la réparation des systèmes actuellement en service.

La situation de la marine est d’autant plus difficile. Sans une augmentation du budget, dans les dix prochaines années la marine recevra tout au plus 12-15 navires de surface de classe corvette-frégate, 6-8 sous-marins polyvalents à propulsion nucléaire et diesel et quelques navires et vedettes d’autres classes. Reste possible l’acquisition de 4 porte-hélicoptères d’assaut amphibie de classe Mistral.

Ce nombre est tout à fait insuffisant pour compenser les pertes de la marine compte tenu du vieillissement des navires. À ce rythme de dotation, en 2020-2025 la marine russe sera réduite à une formation de base incapable d’intervenir sur un théâtre d’opérations extérieures, de protéger les intérêts économiques de la Russie, de naviguer dans les zones maritimes stratégiques, d’assurer le soutien de l’armée dans les zones côtières et de défendre ses eaux territoriales en cas d’affrontement avec un ennemi puissant.

L’exécution d’une mission d’importance capitale, telle que la mise en œuvre de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, sera remise en question. Compte tenu de l’importance croissante de la marine et des opérations militaires en zone maritime, une telle situation serait absolument inacceptable. L’édification de la marine doit se dérouler de manière régulière et stable sur une période de plusieurs années voire décennies. Dans la situation actuelle, l’incapacité dans laquelle est la Russie de financer le développement de sa marine est susceptible, d’ici dix ans, de remettre en question sa capacité à défendre ses propres intérêts, sa souveraineté et son intégrité territoriale. La seule issue serait d’augmenter la part des dépenses militaires dans le PIB en améliorant parallèlement le système de répartition du budget alloué. L’expérience montre qu’en Russie on sait gaspiller l’argent.


Ce texte n’engage que la responsabilité de l’auteur.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

Séminaire franco-norvégien sur "le Grand Nord, une approche stratégique" (Paris, 3 juin 2010)

 

Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, inaugurera le 3 juin en compagnie du secrétaire d’Etat norvégien aux affaires étrangères, Erik Lahnstein, le séminaire franco-norvégien intitulé "le Grand Nord, une approche stratégique".

Organisé conjointement avec la Norvège, avec laquelle la France entretient un dialogue suivi sur cette région, ce séminaire se tiendra à l’Institut français des relations internationales (IFRI) à Paris. Des experts norvégiens et français, ainsi que l’Ambassadeur pour les pôles arctique et antarctique, Michel Rocard, aborderont les enjeux politiques, économiques et stratégiques de la région, ainsi que les coopérations à mettre en place.

Ce séminaire témoigne de l’intérêt de la France pour les enjeux liés au Grand Nord et fait suite à la participation de Pierre Lellouche et de Michel Rocard à la réunion ministérielle du Conseil Arctique, le 27 mai dernier à Copenhague.

En marge de ce séminaire, Pierre Lellouche aura avec Erik Lahnstein un entretien qui portera, outre sur l’Arctique, sur les questions énergétiques et financières, ainsi que sur les relations de la Norvège avec l’Union européenne. [ 1 ]

 

 

A partir du 14 juin 2010  , le premier ministre  François Fillon effctuera une visite d'état  en Norvége avec au programme un déplacement dans les provinces septentrionales de la Norvége et en particulier à l'usine de liquéfaction de Melkøya qui vient de reprendre sa production aprés des arrêts consécutifs à des problèmes récurrents concernant les système de réfrigération .

Dans un entretien à Nordlys  le secrétaire d'état du MEA Norvégien Erik Lahnstein explique que l'intêret de la France pour le dossier arctique va bien au delà des questions energétiques .

La France souhaite contribuer au développement des régions septentrionales sur le plan scientifique , de la sécurité , du climat et de l'environnement. [ 2 ]

 

Note de l'Editeur :

 

On ne peut que regretter que la France s'implique dans le dossier Arctique au travers de la personne du mondialiste  Michel Rocard mais surtout de M. Pierre Lellouche . La présence de ce Russophobe rabique doublé d'un Atlantiste patenté au sein de la " Task Force Arctique " de la diplomatie Française dirigée par M. Bernard Kouchner laisse supposer un alignement des positions Françaises sur celles de Washington , en particulier sur la question de la souveraineté du Canada et de la Russie sur les voies maritimes septentrionales .

Il est fort probable que cette équipe ne travaille pas pour les intêrets de notre pays , ou alors de manière secondaire , mais pour des intêrets étrangers .

L'implication de l'IFRI et en particulier de M. Thierry de Montbrial ,  c'est à dire du Groupe de Bilderberg [ a côté de M. Pierre Lellouche sur la photo ci-dessous ] ne fait qu'aggraver ces soupçons !

 

 

 

 

 

 

null

 

 

Liens :

[ 1 ] Communiqué de France - Diplomatie

[ 2 ] Fransk toppmøte i Nord-Norge - Interview de M.Erik Lahnstein à Nordlys du 3 juin 2010 .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 3 Juin 2010

A l'heure ou le terrorisme Caucasien manipulé par des intêrets étrangers hostiles à la Russie refait surface à Moscou et dans le Caucase , ou l'activisme Promethéen des officines analytiques Etasuniennes comme la Jamestown Foundation redouble dans la perspective des JO de Sotchi , va se tenir à Paris un colloque sur Beslan organisé dans le cadre de l'année France-Russie .

Signe de bon augure , aucun des "spécialistes " autoproclamés de la Russie qui déversent leur haine dans les mediats ne semble y prendre part  ce qui préfigure d'un débat des plus sain .

Ce colloque se fera en  la présence du Maire de Beslan et  de Dimitri de Kochko, journaliste-réalisateur, président de France-Oural et co-fondateur de l’Union des russophones de France .

La partie GP sera animée par par David Mascré . David Mascré est docteur en mathématiques et docteur en philosophie et en histoire des sciences. Chargé de cours à l'université Paris V, professeur de géopolitique à l'école des Hautes études internationales et à l'école des Hautes études commerciales, il collabore à de nombreuses revues et participe aux travaux de plusieurs fondations. Spécialiste de géostratégie et d'analyse prospective, titulaire d'un troisième cycle en analyse des menaces criminelles contemporaines, il s'intéresse de près aux nouvelles menaces et aux nouvelles formes de violence et de criminalité qui traversent et structurent le monde contemporain.

L'inscription , obligatoire  , est toujours en cours .

 

Liens :

 

Caucase, la guerre éternelle ? 1/2.

 

Caucase, la guerre éternelle ? 2/2

 

Articles associés :

 

  Sotchi 2014 : La Géorgie , les Etats-Unis et Israel poursuivent leurs actions déstabilisatrices dans le Caucase .

 

Attentats de Moscou et de Kizlyar : Objectif Sotchi 2014 ?

 

Attentats du métro de Moscou : Nicolas Patrouchev évoque la " piste Géorgienne "

 

Terrorisme Caucasien- Attentat de Nazran : La piste d'Israel et de l'OTAN !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 3 Juin 2010

La catastrophe survenue à la plateforme Deepwater Horizon  a changé l'attitude de beaucoup d'états en ce qui concerne  le développement des champs pétroliers offshore. Les Etats-Unis ont  cessé de délivrer des licences pour les opérations de forage offshore . La Grande-Bretagne, la Norvège, l'Australie et le Canada planifient l'introduction de législations et de contrôles plus rigoureux des activités des compagnies pétrolières dans ce domaine.

Qu'en est il en Russie ?

 

Dans une interview accordée à Izvestia Vasilli  Bogoslovski responsable du département maritime du Rosprirodnadzor [ Agence de contrôle environnemental Russe ] souligne que l'accident survenu à la plateforme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique n'affectera pas le développement des forages off-shore sur le plateau continental Russe , dans la Mer d'Okhotsk, la Mer Baltique, la Mer Noire, la Mer Caspienne et le plateau continental Arctique.[ 1 ]

Pour Vassili Bogoslovski , il s'agit d'une méthode de production qui nécessite une amélioration des technologies  pour se conformer aux  réglementations environnementales  mais dont on ne peut pas se passer . Citant la catastrophe de Tchernobyl , il considère que l'accident survenu dans le Golfe du Mexique ne doit pas empêcher le développement des forages off-shore pas plus que la catastrophe de Tchernobyl n' a empêché la poursuite des programmes nucléaires civils et la construction de nouvelles centrales .

Il réfute les exigences des environnementalistes radicaux pour qui la présence de l'homme dans la nature vierge - systématiquement préjudiciable à la faune et à la flore - devrait être interdite et considére que le développement de l'off-shore doit se traduire par un compromis entre la protection de l'environnement et les exigences des compagnies pétrolières .

Pour la Russie , rennoncer au développement des forages off-shore serait rennoncer au progrès et serait contraire aux intêrets de la Russie . Ce développement de l'off-shore reste une priorité pour le gouvernement Russe .

 

Pour  le développement de techniques respectueuses de l'environnement , il souligne l'avance de la législation Russe en matière de normes et en particulier la politique du " zero rejet " des boues de forage alors qu'en Norvège , nation considèrée à la pointe du progrès en matière de techniques de forage respectueuses de l'environnement ,  celles-ci continuent d'être rejetées après dilution .

Un durcissement de la législation concernant l'exploitation off-shore est toutefois étudié par les autorités Russes . [ 2 ]

 Les mesures annoncées par Dmitri Medvedev concernant un durcissement de la reglementation pétrolière ont reçu l'appui du gouverneur de la Nenetsie Igor Fedorov qui déclare suivre de prêt la situation dans le Golfe du Mexique et d'ajouter que si un accident se produit sur le plateau continental placé sous responsabilité fédérale ce seront les populations locales qui en souffriront en premier .

À la fin de Septembre 2010 , se déroulera à Naryan-Mar [  capitale de la Nenetsie  ]  la deuxième Conférence scientifique internationale "EkoPechora - 2010», où seront abordés des enjeux environnementaux concernant le district autonome de Nenetsie et le plateau continental Arctique.

 

Dans  l'interview accordée à Izvestia Vassili Bogoslovski rejette l'idée d'une chasse aux sorcières concernant la sociète BP qui pour l'instant n'exerce aucune activité sur le plateau continental Russe mais qui envisage de s'implanter dans l'Arctique Russe .[ 3 ]

Le président Russe Dmitri Medvedev s'est par contre récemment posé jusqu' à la question de l'avenir de la major aprés la catastrophe de la plateforme Deepwater Horizon [ 4 ]

 

Vassili Bogoslovski considère que le principal problème en Russie est le manque de navires dédiés aux contrôles environnementaux et à la lutte contre les catastrophes survenant en mer .

Il cite le cas de l'accident survenu aux larges des côtes Irlandaises [ Pointe du Fastenet ] lors du ravitaillement du PA Admiral Kuznetsov le 14 février 2009  [ West Cork oil spill ] et qui s'est traduit par le déversement de 500 tonnes de combustible .

Les autorités Russes ont du alors entièremment se fier aux observations d'un navire Irlandais pour localiser la nappe et le seul cout de la surveillance de cette nappe s'est élevé à 150 000 Euros pour la Russie .

Ce manque de navires spécialisés se traduit par l'incapacité de mener des inspections régulières sur les points de forage  - actuellement une tous les trois ans - et nécessite la collaboration de la Garde-Côtière .

Ce manque de navires spécialisés oblige aussi le Rosprirodnadzor à se fier aux données environnementales fournies par les sociétés pétrogazières plutôt qu' à celles qu'il aurait pu collecter de manière indépendante sur le terrain .

 

Dans une interview accordée le 3 juin 2010 à l'agence Ria Novosti sur l'impact  pour l'industrie pétrolière de la catastrophe survenue dans le Golfe du Mexique ,  le ministre des Ressources naturelles et de l' Environnement  Iouri Troutnev souligne que la marée noire aura effectivement des répercussions sur l'industrie pétrolière , celle-ci devant reconsidérer la question des moyens pour faire face à ce types de catastrophes et sa position face aux questions environnementales . Cette catastrophe amènera les sociètés pétrolières à d'avantage respecter les conditions légales et normatives réglementant leur activité .

  "Cette accident aura sûrement un impact important sur l'industrie pétrolière, car de telles leçons pour l'humanité laissent toujours des traces. La stratégie dans le domaine de l'exploitation des gisements de pétrole évoluera, le respect de toutes les normes et de toutes les règles sera plus sévèrement contrôlé et le marché changera lui aussi par voie de conséquence", a indiqué le ministre russe.

"Il est difficile de pronostiquer l'ampleur des conséquences de l'accident et son influence sur les prix, mais je crois qu'ils augmenteront", a ajouté M.Troutnev.

Youri Troutnev a également ajouté que la catastrophe survenue dans le Golfe du Mexique  aura une incidence sur le  développement de l'off-shore .

 "Tous les gisements seront exploités plus soigneusement car cet exemple nous a montré que le milieu maritime est plus vulnérable que le milieu terrestre .Sur terre  il y a aussi de temps à autre des fuites , mais elles ont d'autres conséquences " a estimé le ministre.

 

A la fin du mois de janvier le ministre Troutnev avait annoncé un plan d'investissement de 40 milliards de roubles à l'horizon 2020 pour le développement du plateau continental Russe et annoncé un train de mesures destinées à faciliter l'accés des sociétés pétrogazières Occidentales à l'exploration et à l'exploitation de ce plateau . [ 11 ]

 

L'état du secteur off-shore Russe .

 

La société Russe Lukoil-Nijnevoljskneft vient de mettre il y aun mois  en exploitation la plateforme du gisement de  Kortchaguine dans la Mer Caspienne [ 5 ] , des sociétés Russes et Ukrainiennes envisagent d'exploiter le plateau continental de la Mer  Noire [ 6 ]  et la première plateforme pétrolière Russe dans l'Arctique sur le champ de Prirazlomnoye  dans la Mer de Pechora est prévue d'être mise en exploitation dés 2011 .  [ 7 ]

 

Comme je l'ai deja signalé à plusieurs reprises sur ce blogue , le plateau continental Russe risque fort de devenir l'endroit " in " pour les sociétés pétrogazières occidentales en raison de la sensibilité , pour ne pas parler de la sensiblerie , écologiste qui règne dans cet " Occident " .

Le plateau continental Brésilien malgré des contraintes lièes à la profondeur présente désormais le même attrait .

 

 null 

 

null 

 

null

 null

 

null

Liens :

[ 1 ] Пятна на шельфе - Article de Izvestia du 2 juin 2010 .

[ 4 ]   Medvedev Questions Future of BP, Post-Spill  - Article de The Moscow Times du 28 mai 2010 .

  [ 5 ] Pétrole russe de la Caspienne: Poutine lance la production - Depêche de Ria Novosti du 28 avril 2010 .

[ 6 ] Gazprom-Naftogaz Venture May Get Black Sea Field, Vedomosti Says  - Depêche Bloomberg du 2 juin 2010 .

[ 7 ] Prirazlomnoye Oilfield - Barents Sea, Russia sur le site offshore-technology.com  .

[ 8 ] Авария в Мексиканском заливе изменит развитие нефтяной отрасли - Depêche de Ria Novosti du 3 juin 2010 .

[ 9 ] Marée noire: l'accident modifiera la stratégie d'exploitation pétrolière - Depêche de Ria Novosti du 3 juin 2010 .

 [ 10 ] Игорь Фёдоров за усиление экологической ответственности - Communiqué du gouverneur Igor Fedorov .

 

Articles associés :

[ 2 ] La Russie pourrait durcir les régles pour l'exploitation off-shore .

[ 3 ] Le groupe pétrolier BP veut s' implanter dans l'arctique Russe ...pour sauver la Grande-Bretagne de la pénurie énergetique .

[ 11 ] Youri Troutnev : 40 milliards de Roubles pour l'exploration géologique du plateau continental Russe d'ici 2020 .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 2 Juin 2010

Rédigé par DanielB

Repost0

Publié le 2 Juin 2010

Les huits états qui sont situés autour du Cercle Polaire doivent s'ouvrir au reste du monde a déclaré l'ambassadeur du Danemark au Canada Erik Lorenzen  dans une interview accordée à La Presse Canadienne .

"  Nous constatons qu'il y a un intêret pour l'Arctique de la part des autres états et nous devons traiter ça d'une manière ou d'une autre "

 

Selon Erik Lorenzen cet intêret se manifeste par la demande d'un statut de membre observateur au Conseil Arctique dont les huits états situés autour du Cercle Polaire sont membres de plein droit .

Des états ne bordant pas le Cercle Polaire comme la France ; l'Allemagne et le Royaume-Uni y ont le statut d'observateur tandis que états comme la Chine [ 4 ] ou le Japon et des organisations supra-étatiques comme l'Union Européenne cherchent à obtenir ce statut .

Selon Erik Lorenzen , donner à certains acteurs extérieurs à la région le statut de membre observateur est nécessaire pour maintenir la reconnaissance internationale du Conseil Arctique mais il se refuse à ce que l'institution évolue jusqu' à donner à ces états un pouvoir décisionnel . [ 1 ]

 Le Canada est hostile à ce que des nations non-riveraines de l'Océan Arctique , y compris des états comme la Finlande , la Suède et l'Islande ainsi que les représentants des nations indigènes , prennent part aux discussions sur les dossiers sensibles liès à l'Arctique .

Lors d'une rencontre internationale à Gatineau-Chelsea organisée par le Canada sur l'Arctique , ces derniers états ainsi que les représentants des nations indigènes n'ont pas été invités ce qui a donné lieu à une critique virulente de la part de la diplomatie Etasunienne . [ 2 ]

Le point de vue de la diplomatie Canadienne est partagé par la diplomatie Russe .[ 3 ]

 

Site :

 

Conseil Arctique ( En. )

 

Liens :

[ 1 ] Arctic Council must warm to others: Denmark - Article de The Canadian press du 31 mai 2010 .

 

 

Articles associés :

 

[ 2 ] Conférence sur l'arctique de Chelsea : Tensions entre les Etats-Unis et le Canada et réalignement des positions .

[ 3 ] Partage de l'Arctique: UE et OTAN pas partie prenante (Lavrov)

[ 4 ] La Chine dans l'arctique : La Chinarctique inquiète les Canadiens et pourrait créer des tensions avec la Russie .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 1 Juin 2010

DDV hier soir dans " Mots Croisés " évoquait un " changement d'époque " bien qu'il soit possible qu'il n'envisageait pas le problème en dehors du cadre du conflit Israelo-Palestinien .

Dans le cadre du droit maritime international et au delà dans le cadre du droit international , il y a bien un " changement d'époque " !

 

 

L'agression de l'OTAN contre le Kossovo en 1999 et sa non-condamnation , pire la reconnaissance d'un changement de frontières obtenu par la force , a définitivement renvoyé aux " poubelles de l'histoire " les accords d'Helsinki sur l'intangibilité des frontières issues de la SGM en Europe .
En 2008 , c'est en se basant sur la  " jurisprudence Kossovo " que la Russie reconnaît l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie apres une guerre avec la Géorgie .

Les affreux " nationalistes Serbes " l'ont d'ailleurs bien compris puisque dans une publication datant de 2007 ils soutennaient l'intangibilité des frontières de la Géorgie et qu'ils le font encore .
De nombreux analystes sont convaincus que d'autres modifications de frontières de la " carte normative " de l'Europe sont à prévoir au cours des prochaines années , y compris par la force .
Pas besoin d'aller bien loin , il suffit de regarder ce qui se passe en Belgique ou le divorce risque de ne pas se faire " à l'amiable " cad sans pertes humaines .

  

En matière de politique internationale , le " bon docteur " Kissinger avait l'habitude de dire :

" Occupation is 90% of the law ! " C'est desormais l'état du droit international aussi bien dans les territoires occupés , Chypre ,  le Kossovo , l'Ossétie du Sud ou l'Abkhazie .

 

En agressant la " Flottille de la Liberté " battant pavillon neutre et ne transportant ni " contrebande de guerre " , ni produit illicites dans les eaux internationales alors que l'action du forçage de blocus n'était pas constituée , c'est une partie de la convention de Montego Bay et du Manuel de San-Remo qui sont desormais " caduques " pour employer une expression célèbre dans la région . Car il est plus que probable qu' au delà des condamnations verbales , Israel s'en tirera comme toujours avec une " grosse réprimande " mais sans autres conséquences comme un embargo commercial maritime [ Je ne parle pas de blocus , Horesco referens , on nous ressortirait le Ghetto de Varsovie !  ] qui serait une sanction minimum à appliquer contre Israel apres les " événements " d'hier .
Ce n'est pas bien sûr la première fois qu' un acte de " piraterie d'état " [ la piraterie sui generis ne concerne que des acteurs privés ] est commis par Israel en Mediterranée , que ce soit de la piraterie maritime ou aérienne d'ailleurs .
Mais comme il n'y a pas eu de pertes humaines c'est passé inapperçu de la même manière que la France n' a pas eu a subir les conséquences de l' " Affaire Ben Bella " ou de l'arraisonnement du " Lidice " durant la guerre d'Algérie .
Israel a réalisé hier l'exploit de ramener le droit maritime international à l'époque des torpillages et des arraisonnements du commerce neutre par la Marine du Kaiser dans les eaux internationales .
*

En retenant des passagers neutres capturés dans les eaux internationales , Israel reprend à son compte la politique du gouvernement Nationaliste Espagnol apres l'arraisonnement du " Mar Cantabrico " .
Il y aura donc , car Israel ne sera pas condamné par le CS de l'ONU , une " jurisprudence Gaza " cad que la prochaine fois qu'un état enverra sa Marine arraisonner un navire battant pavillon neutre dans les eaux internationales et bien la " communauté internationale " devra se taire .

De la même manière , la création d'un tribunal pénal international pour les actes de piraterie qui est une proposition de la diplomatie Russe n' a desormais plus aucune raison d'être !

 Pour paraphraser le geopolitologue Viachestlav Nikonov , desormais pour faire valoir son droit sur la mer un état aura de moins en moins besoin de juristes spécialisés devant les juridictions internationales mais de plus en plus de submersibles , de missiles mer-mer , de corvettes , de frégates ou de torpilles hypervéloces car tel est desormais l'état du droit international maritime : La primauté de l'usage de la force armée .

  *Le 4 février 1915, l’Allemagne déclare les îles britan­niques en état de blocus. Les neutres protestent et, le 19 février, ordre est donné d’épargner les bâtiments américains et italiens : les premiers parce que les Etats-Unis sont trop puissants, les deuxièmes parce que l’on s’efforce d’empêcher l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des alliés. En avril, à la suite de l’émotion provoquée par le torpillage du vapeur hol­landais Katwick, ordre est donné d’épargner tous les navires neutres.

Durant prés de deux ans partisans [ la Marine ]  et adversaires [ le Kaiser ] de la guerre sous-marine à outrance s'opposent .

 Le 1er février 1917 l'Empire allemand annonce qu'il mènera une guerre sous marine sans restrictions dans une large zone navale entourant le Royaume-Uni.

 

 

  " What a red rag is to a bull - the Red Cross is to the Hun "

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 1 Juin 2010

 
Attaque contre la flottille : Un crime de guerre

L’attaque de la flottille par les militaires israéliens constitue un crime de guerre qui engage la responsabilité pénale de ses auteurs, et qui doit être jugée.


La population de Gaza, victime de crime contre l’humanité

 

Une violation jamais connue de la IV° Convention de Genève. L’attitude de l’Etat d’Israël vis-à-vis du territoire palestinien de Gaza s’analyse dans la durée comme une violation, à un niveau jamais atteint, du droit international. En droit international humanitaire, l’occupation est acceptée comme un état temporaire, le temps nécessaire à la recherche de la paix. Mais, rien en droit ne peut justifier une occupation de plus 43 ans, sauf la volonté de laminer l’adversaire. C’est que fait Israël, devenu un lieu de culture de l’apartheid. Et alors qu’au titre de la IV° Convention de Genève, la puissance occupante doit la protection à la population, Israël a imposé aux Palestiniens, fait unique dans l’histoire, un blocus économique, qui constitue une punition collective. Enfin, Israël a conduit l’opération militaire Plomb Durci en décembre 2008 - janvier 2009 sur cette population qui n’avait la possibilité ni de se protéger, ni de fuir, et le blocus a été maintenu empêchant l’organisation des secours. Début 2010, l’OMS a démontré que la réponse à des besoins primaires de santé est devenue impossible.

 

Territoires occupés ? Non, processus de colonisation. Aussi, il ne suffit pas de parler de territoires occupés. L’occupation est devenue une politique de colonisation, à savoir l’annexion de territoires et de richesses par la force, accompagnée de punitions collectives, ce qui constituent des crimes contre l’humanité au sens de la IV° Convention de Genève et du Statut de la Cour Pénale Internationale. L’opération militaire sanglante conduite le 31 mai s’inscrit dans ce contexte.

 

 

Une question de principe, et pas de disproportion

 

Déjà, les explications des braves fusent de tous cotés : l’attaque a été disproportionnée ! Il en ont trop fait ! Il nous faut une enquête ! Non, avant d’ouvrir l’enquête, il faut dire l’évidence : c’est un crime de guerre car l’attaque a eu lieu dans les eaux internationales, et la flottille n’est pas partie au conflit armé. L’enquête est nécessaire, mais pour les circonstances aggravantes de violence. Soutenir que l’enquête est nécessaire pour savoir s’il y a un crime de guerre est une injure faite aux victimes.

 

Cela résulte de trois constats juridiques.

 

Application de la IV° Convention de Genève. Les faits sont intervenus dans le cadre d’un conflit international au sens du droit international humanitaire, Israël justifiant son action par rapport à la question palestinienne. De ce fait, le cadre de toute analyse est bien défini. Il est établi par la Cour Internationale de Justice, le Conseil de Sécurité et toutes les instances internationales que l’Etat d’Israël a la qualité de puissance occupante et doit respecter les obligations de la IVème Convention de Genève, qu’il a ratifiée.

 

La flottille n’est pas partie au conflit. Le conflit armé oppose Israël et la Palestine, et les bateaux de la flottille ne sont pas parties au conflit. Ils s’inscrivaient dans une démarche pacifiste et humanitaire visant à apporter des secours à une population victime d’un crime contre l’humanité. Vis-à-vis des combattants, se pose la question de la proportionnalité, mais pas vis-à-vis des tiers. C’est une question de principe.

 

Israël n’a aucune autorité dans les eaux internationales. L’agression est intervenue dans les eaux internationales. La Convention sur le droit de la mer de Montego Bay (1982) n’a pas été ratifiée par Israël, mais les dispositions garantissant en haute mer la liberté de circulation et l’interdiction pour tout Etat d’y exercer des actes militaires ont incontestablement valeur coutumières, et sont donc opposables à Israël.

 

Article 87. – La haute mer est ouverte à tous les Etats […] Elle comporte : a) la liberté de navigation.

 

Article 88. – La haute mer est affectée à des fins pacifiques.

 

Article 89. – Aucun Etat ne peut légitimement prétendre soumettre une partie quelconque de la haute mer à sa souveraineté.

 

La violence est une circonstance aggravante, mais la violation du droit est établie du seul fait de l’intervention. 

 

Ces violations graves du droit international se sont accompagnées d’actes sanglants et sauvages, et d’inadmissibles mesures de privation de liberté. L’Etat d’Israël n’a aucun droit sur les occupants de ces bateaux attaqués en haute mer.

 

C’est donc une affaire de principe : parler d’enquête pour savoir s’il y a crime, c’est déjà commencer à relativiser. C’est dire que sous certaines conditions une intervention en haute mer par une puissance occupante contre un convoi humanitaire apportant des secours à la population occupée, qui se trouve soumise à un blocus économique, est une chose qui peut se discuter. Non, il n’y a pas de discussion sur le crime. Les seules discussions portent sur les circonstances aggravantes et toute la lumière doit être faite par une enquête pénale.

 

Mettre fin à l’impunité

Une nouvelle fois, la démonstration est faite que l’impunité encourage la commission de nouveaux crimes, avec toujours plus de désinvolture. La réponse passe par des actes politiques, souhaitons qu’ils viennent, mais il est indispensable que de telles violations du droit soient portées devant les juridictions.

 

 

La justice israélienne n’a aucune crédibilité car elle refuse l’application du droit international et conteste la notion même de territoires occupés. Israël a ratifié le pacte de 1966 sur les droits civils et politiques, mais refuse de l’appliquer dans les territoires occupés et la justice israélienne se dit incompétente pour contrôler les actes de l’armée aux motifs des contraintes de sécurité. Pour donner aux pays occidentaux de motifs faciles de dire qu’Israël est une démocratie, on a inventé une justice d’apparence, mais qui ne vaut rien dès lorsqu’elle ne reconnait pas l’autorité de la Cour Internationale de Justice.

 

Il est hors de question de se satisfaire de processus d’enquête incertains qui visent en réalité à éviter le principe de la condamnation. Il y a de quoi être navré quand Catherine Ashton, au nom de l’Union européenne, demande une commission d’enquête confiée à Israël. La tolérance à de tels faits rend possible toutes les agressions contre les Palestiniens, et cette affaire qui bafoue l’idée d’humanité doit être jugée par une juridiction ayant la possibilité effective de prononcer des condamnations. En 2010, on sait ce qu’est une juridiction. Nous n’avons pas à inventer le droit, mais à l’appliquer.

 

Selon la jurisprudence internationale, un acte relève de la qualification de crime de guerre, à partir du moment où il prend place dans un conflit armé, ce qui est le cas selon l’analyse de la CIJ, même s’il a été conduit dans un bref délai, dès lors qu’il a été d’une très forte intensité, ce qui est le cas aussi.

 

Les procédures pénales peuvent être engagées dans les pays dont sont originaires les victimes. Mais l’ampleur du crime, et la diversité de nationalité des victimes, peuvent conduire à préférer un procès devant une juridiction internationale.

 

La compétence de la Cour Pénale Internationale, suite à la déclaration de compétence faite par l’Autorité Nationale Palestinienne le 21 janvier 2009, ressort des critères généraux d’analyse, liés au principe de l’accès au juge pour les violations graves du droit, sauf à admettre le déni de droit. Mais elle se trouve ici doublée d’une compétence liée à l’immatriculation des bateaux. Sous réserve d’autres vérifications, il est établi que l’agression a concerné des bateaux immatriculés en Grèce, donc assimilable au territoire grec par application de l’article 12-2 a du traité de la CPI, qui a été ratifié par la Grèce.  

 

La déclaration de compétence du 21 janvier 2009 n’est pas limitée à Plomb Durci. Elle est générale, et doivent être adressés à la Cour tous les éléments relatifs aux crimes commis par Israël : la colonisation, les prisonniers et maintenant, l’attaque du 31 mai 2010. La politique d’Israël est un crime, et ce crime doit être jugé.

 

Maintenant, il en est assez d’invoquer la justice, en souhaitant surtout que le pire ne se renouvelle pas. On voit le résultat. Nous le devons aux victimes : la justice doit punir le crime.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0