Publié le 13 Juillet 2010

Dans trois articles , l'un traitant de la mise en accusation d'un sécessioniste Carélien , le deuxième ayant pour sujet les  " Partisans  du Primorie " , le troisièmetraitant de l'accident de la mine de Raspadskaya , j'avais mis en avant le rôle trouble du DPNI -  Движение против нелегальной иммиграции.

Roland Machefer de Nations Presse Infos avait tracé le portrait de ces activistes en mai 2009 dans un article De bien étranges invités annoncés au « Congrès nationaliste » du Renouveau français  

  Les mouvements * racistes * et " fascistes * semblent bien être des opérations " False Flag " ou " Hareng Rouge " - En l'occurence " Hareng Noir " - destinées à déstabiliser la Russie en y créant des tensions inter-communuataires .

 

En invitant et offrant tribune libre au chef de file des factieux du Nord, en pleine campagne électorale des Européennes, le Renouveau français, croyant sans doute, avec une certaine naïveté, travailler à une illusoire unité du camp national/nationaliste, sert volens nolens les basses « mal-œuvres » de ceux qui le divisent.

En effet, en cautionnant de fait le discours ouvertement européiste de ces factieux marginalisés, le Renouveau français s’éloigne des grands principes édictés par les maîtres du nationalisme français auxquels, pourtant, il prétend constamment se référer. Ce genre de reniement n’a jamais fait avancer d’un iota la cause nationaliste en France et peut aisément s’apparenter à un mauvais coup délibérément asséné au mouvement national, seul capable de porter auprès de l’opinion publique un discours d’authentique rupture avec le Système à tuer notre peuple !

Il est irréfutable que l’orientation de ce congrès, au regard des interventions prévues, présente des travers résolument de facto fondamentalement antinationaux, à l’instar du positionnement de Carl Lang, dont Spieler et Vial affirmaient récemment qu’il était « sur la même ligne » qu’eux. En somme, tout cela n’a rien à voir avec l’actuelle campagne d’affiches du RF intitulée « Sortons de l’Union européenne » ! On nage en pleine confusion…

C’est vraisemblablement en ce sens qu’il faut comprendre la présence d’une formation extrémiste ethniciste russophone, ouvertement opposée à la politique nationaliste du Kremlin, de même que celle d’un groupuscule hellénophone dont le logo résume à lui seul son idéologie caricaturale .

Une formation de quelques centaines de membres dont le dernier haut fait d’armes date du samedi 9 mai dernier au centre ville de la capitale grecque, « pour libérer Athènes et la Grèce des hordes des immigrés clandestins » (sic !), avec pour seuls résultats des affrontements d’une rare violence contre des groupes d’anarchistes et les forces de l’ordre, occasionnant plusieurs dizaines de blessés et d’arrestations de part et d’autre.

Outre le fait que l’ethno-nationalisme n’a jamais fait partie du corpus intellectuel des nationalistes français, sauf dans de très rares cas marginalisés et totalement insignifiants, il n’est pas sans intérêt de s’interroger sur cette inquiétante déviance, qui dévoile non seulement une évidente confusion dans l’esprit de quelques-uns en matière de perceptions des combats nationaux au cœur de notre continent, mais une surprenante reductio ad ethnicis dans l’engagement politique, qui ne peut que nous amener, au final, droit dans le mur.

Des provocateurs au service des anti-Kremlin

Il faut reconnaître que le DPNI ou Parti contre l’immigration clandestine, présente l’avantage d’avoir une appellation sonnant bien aux oreilles de jeunes radicaux français qui ont encore besoin de grandir et qui sont assez peu familiers avec les spécificités du paysage politique de la Fédération de Russie. Le « ic », car il y en a un, est que le DPNI n’est pas du tout une formation politique d’opposition nationaliste, ainsi que nous l’entendons en tant que français aux repères occidentalo-centrés.

Cette formation, apparue en juillet 2002 (1), est dirigée par Aleksandr Potkine dit Belov, ancien attaché de presse de Pamyat, que certaines sources accusent d’avoir changé son patronyme car présentant une consonance par trop hébraïsée. Une « rumeur » selon ses partisans, néanmoins suffisamment crédible pour être reprise par le très sérieux Jewish United Fund de Chicago le 29 novembre 2007.

Mais, ce qui est loin d’être une rumeur, et qui est confirmé par des personnalités comme Alexandre Douguine, l’un des intellectuels de droite les plus influents de la nouvelle Russie et dont la crédibilité n’est plus à démontrer, ce sont les liens entretenus par la direction du DPNI avec nombre de réseaux oligarchiques anti-Poutine et d’ONG stipendiées par les habituels courroies de transmission des lobbies russophobes occidentaux.

En effet, le DPNI est lié à « La Marche du désaccord », appellation donnée aux manifestations de l’opposition antinationale en Russie qui ont eu lieu le 16 décembre 2006 et le 14 avril 2007 à Moscou, le 3 mars et le 15 avril 2007 à Saint-Pétersbourg et le 24 mars 2007 à Nijni Novgorod et qui étaient destinées à délibérément provoquer la police afin d’entraîner, selon les organisateurs, une violente répression policière censée démontrer à l’Union européenne « les crimes sanglants de Poutine » (Nezavissimaïa Gazeta, 21 mai 2007). Peine perdue : il n’y eu que quelques centaines d’arrestations, sans plus…

Ces démonstrations de rue étaient organisées par le Front civique uni présidé par Garik Kimovitch Weinstein dit Garry Kasparov, leader de l’opposition anti-Poutine et ancien champion du monde d’échecs, et Mikhail Kassianov, ancien Premier ministre russe lié à la période Eltsine avec tout ce que cela comporte comme sous-entendus affligeants. Ce Front regroupe différents mouvements politiques, de gauche et de droite, dont la convergence des intérêts est une hostilité affichée à la politique du président Vladimir Poutine et de son successeur. Cette agrégation d’opposants épars agit très étroitement avec des ONG occidentales comme la Soros Foundation, Freedom House dirigée par James Woolsey, ancien patron de la CIA, ou encore la National Endowment for Democracy, elle aussi liée à l’Agence de Langley. Aleksandr Belov avait même appelé, lors des élections en 2007, à s’associer à l’Autre Russie de Kasparov (Nezavissimaïa Gazeta, 07 novembre 2007).

Soros derrière les tensions inter-ethniques

Derrière toute cette agitation d’extrémistes racialistes, il y a un homme, puissant et influent : Stanislav Belkovsky, un des principaux analystes politiques de Russie, et directeur du NSI (National Strategy Institute), un think tank créé en 2002. C’est une éminence grise de ce qu’il est convenu d’appeler là-bas l’opposition « libérale », à savoir : les pro-occidentaux anti-Kremlin, en constante perte d’influence depuis des années. Réputé très proche de Boris Abramovitch Berezovsky, le célèbre oligarque israélo-russe déchu et exilé en Grande-Bretagne, Belkovsky est devenu en peu de temps l’un des principaux conseillers de l’opposition, avec Gueorgui Satarov président de la Fondation Indem (associée aux fondations Soros, Ford et Mac Arthur) qui publie régulièrement des évaluations de la « corruption » supposée du Kremlin et des réseaux du pouvoir russe. A l’été 2004, il ne demandait rien de moins que l’intervention de l’OTAN en Transnistrie (ZIUA, 21 juillet 2004) ; il intervient régulièrement au très euro-mondialiste Yalta Annual Meeting et il fut de ceux qui conseillèrent, en 2006, la fameuse « Révolution orange » en Ukraine qui imposa de force un gouvernement pro-occidental et anti-russe à Kiev.

Devant l’impossibilité de fomenter en Fédération de Russie un tel coup d’Etat, Belkovsky a choisi de fédérer des réseaux épars d’opposants extrémistes en utilisant comme vecteur l’Internet. En Russie, le phénomène des blogs connaît un aspect nettement plus politique qu’en Occident : difficile de discuter avec un journaliste ou un intellectuel moscovite sans évoquer le dernier « post » (billet) ou la dernière rumeur lancée par untel (Le Monde, 25 février 2008). Comme l’explique Florent Parmentier, doctorant à Sciences Po, Belkovski est l’un de ces « politechnologues » qui tentent de manipuler l’opinion, notamment à travers la pratique du ‘kompromat’, ou divulgation d’informations compromettantes (réelles ou fabriquées). Chroniqueur sur le site d’APN (Agence de nouvelles politiques) Stanislav Belkovski, ancien collaborateur du président Poutine, se fait fort de dénoncer depuis deux ans « l’enrichissement personnel » de Poutine (ce qui est rigoureusement contredit par le célèbre magazine Forbes).

Il avait affirmé haut et fort que l’arrivée de Medvedev aux affaires allait « certainement renforcer le contrôle de l’Etat russe sur le Net ». C’est justement via APN et toute une nébuleuse sur Internet que le DPNI et autres mouvements similaires agissent. [ APN ouvre aussi ses colonnes à Avraam Schmoulevitch - Conseiller du MAE Avidgor Liebermann et partisan d'une insurrection anti-Russe dans le Caucase - NDLR ] Car le DPNI stricto sensu n’est qu’une structure quasi informelle et n’a rien à voir avec un parti politique classique comme on pourrait l’imaginer en Europe occidentale. Les rassemblements du DPNI sont annoncés, gérés et coordonnés sur la base d’Internet, comme ce fut le cas lors des émeutes de Kondopoga, le 2 septembre 2006, en Carélie [ proche de la frontière russo-finlandaise ]  où des centaines d’extrémistes firent la chasse aux Caucasiens, Tchétchènes et autres « culs noirs ». Comme par hasard, Belov et sa garde rapprochée étaient arrivés juste à point nommé, quelques heures seulement avant le début des troubles… Un événement dramatique qui permit aux ONG russophobes stipendiées, à la presse occidentale et à l’opposition russe d’hurler allègrement aux « pogroms » et de pointer un doigt accusateur vers le Kremlin [ « Le racisme en pleine expansion en Russie » titrait par exemple Le Figaro le 15 oct. 2007, accusant Poutine d’être derrière tout cela ] [ Voir aussi les articles de Lorraine Millot - NDLR ] .

On comprend mieux alors que les mesures de surveillance renforcée prises par le pouvoir politique russe à l’encontre de ces réseaux virtuels aient été assez tièdement accueillies tant du côté de Belkovski que des activistes d’extrême droite anti-Poutine. C’est justement un des lieutenants de Belov, Alexei Mikhailov, qui fut le premier, en juin 2007, à dénoncer la « censure » sur Internet attribuée au gouvernement russe, via l’OpenNet Initiative de la Fondation Soros (2) -Reuters, 8 juin 2007-. De là, à penser qu’une grande partie des sites et blogs racistes russophones sont officieusement soutenus par Soros et ses affidés, il n’y a qu’un pas.

Ce qui est reproché, aujourd’hui, au couple Medvedev-Poutine par ces « oranges bruns », alliés objectifs des « libéraux », est d’avoir redressé économiquement la Russie, lui avoir rendue sa fierté nationale, son identité, son unité, lui avoir permis de jouer de nouveau un rôle d’importance au plan international, lui avoir redonné un outil militaire digne de ce nom, une diplomatie cohérente et efficace, avoir mis à bas les oligarques des périodes Gorbatchev et Eltsine, avoir pacifié la Tchétchénie, avoir empêché Saakachvili, le satrape atlantiste géorgien, d’enflammer le Caucase, avoir éradiqué le terrorisme islamique dans la fédération et ses marches, avoir contribué au renouveau spirituel chrétien qui anime actuellement le pays, avoir redonné l’espoir en l’avenir à la jeunesse russe, etc, etc. Et il leur reste encore beaucoup de travail à faire… Que tout cela est effectivement détestable, comme on peut s’en rendre compte !

Déstabiliser la Fédération de Russie

En fait, le DPNI, tout comme l’Union slave  [ groupuscule semblable dont l’appellation en russe a été choisie uniquement pour son abréviation : Slavyanskyi Soyuz - SS !][ Aujourd'hui dissous - NDLR ]  , le ROD (Mouvement social russe) de Konstantin Krylov ou encore le très antisémite NDPR (Parti de la puissance nationale de Russie) d’Alexander Sevastyanov, défendent un nationalisme ethnique qui s’oppose au nationalisme d’État de la Fédération de Russie [ voir les articles de Flash n° 2 et 3 sur ce sujet ] . Aussi, ils n’entendent pas agir contre l’immigration africaine ou asiatique mais bien contre les mouvements de population internes à la Fédération de Russie et ils considèrent les ressortissants des républiques du Caucase ou de Sibérie comme des « immigrés ». Une situation aussi absurde que si des nationalistes français organisaient un mouvement d’opinion pour lutter contre l’immigration corse, flamande, bretonne, basque ou alsacienne à Paris ! Le drame de Kondopoga, symbole des tensions interethniques dans la Fédération de Russie alimentées par ces groupes manipulés, risque de se réitérer ailleurs. « Situation très dangereuse, selon Alexandre Douguine, parce que la Russie est un Etat multinational et les tensions entre les différents peuples peuvent faire exploser certaines régions russes et déstabiliser la situation dans le pays ».

 

C’est à l’évidence ce que semble rechercher le DPNI, puisqu’il était présent lors des marches contestataires des 16 octobre et 4 novembre derniers, interdites par les autorités de Moscou, qui se sont heurtées au déploiement policier massif et où plusieurs centaines de personnes ont été interpellées dont le fan club du « national-bolchevik » Eduard Limonov. En face, les Nachi [ Les Nôtres, jeunesse militante pro-Kremlin ]  l’Alliance populaire russe et Russkiy Obraz [ Image/Icône russe]  ont rassemblé plus de 10.000 partisans venus de 15 républiques de la Fédération de Russie (sur 21) pour soutenir la politique de renouveau national entreprise depuis bientôt 10 ans. Autant dire qu’avec leurs quelques milliers d’agités (3), le DPNI et assimilés ne représentent quasiment rien dans ce grand pays aux dimensions continentales.

Comme l’expliquait Christian Bouchet dans Flash n°2, l’initiative était loin de faire l’unanimité dans les rangs du mouvement national russe. Les Nachi avaient fait savoir qu’ils prévoyaient une éventuelle contre-manifestation musclée et Alexandre Douguine avait dénoncé l’initiative comme une « provocation pro-américaine organisée par des oranges-bruns ». Aussi, il est surprenant de s’apercevoir que Potkine-Belov a pu jouir à de multiples reprises d’une certaine promotion de la part de réseaux médiatiques pro-occidentaux, comme lors du talk show « Vremena » [« Les temps »] de Vladimir Posner sur Pervy Kanal, journaliste libéral russe formé à New-York qui a toujours pris soin de ne jamais inviter des intellectuels nationalistes comme Douguine…

L’instrumentalisation de ces groupes par ceux qui entendent, au nom du Nouvel ordre mondial, affaiblir la fédération de Russie puis la faire disparaître est évident : leur volonté de créer des affrontements internes à la fédération, leurs provocations incessantes et leurs comportements caricaturaux sont systématiquement utilisés par les médias occidentaux ou anti-Kremlin en Russie pour nuire à image du gouvernement russe, faisant croire à une tolérance du racisme et de l’antisémitisme. C’est pourquoi ces structures bénéficient de soutiens qui peuvent être considérés de prime abord comme paradoxaux. L’analyste politique Laurent Vinatier, peu suspect de sympathies pro-Kremlin, reconnaît dans un rapport sur « la jeunesse d’opposition en Russie » en date de septembre 2007 que le DPNI serait financé « sans doute » par des hommes d’affaires « sensibles à la thématique nationaliste ». Comme cela est habilement dit…

 

L’alliance de la carpe et du lapin

La présence de ces provocateurs, selon les organisateurs du congrès, serait justifiée par le fait que le gouvernement russe ne souhaitait pas envoyer de représentant à ce rassemblement hétéroclite d’activistes. Si cette remarque ne trahissait pas une certaine naïveté d’esprit de la part de son auteur, elle pourrait être bien mal interprétée. Il semble peu vraisemblable qu’un représentant de Poutine, Premier ministre de la Fédération de Russie, trouve sa place au milieu du public du RF, dont certains, reconnaissons-le, se « cherchent » parfois un peu… Surtout pour y croiser des individus de l’entourage de Lang, atlanto-sionistes qui étaient très favorables, l’été dernier, de mener campagne avec Washington et Tel Aviv contre Moscou afin de préserver la dictature de Saakachvili à Tbilissi pour le plus grand profit de multinationales anglo-américaines… ou encore afin d’y côtoyer quelques cas pathologiques qui, il y a une bonne dizaine d’années, se sont engagés dans une détestable croisade intégriste pseudo catholique contre les orthodoxes des Balkans quitte à, pour certains, ouvertement soutenir les milices musulmanes en Krajina et en Bosnie-Herzégovine (voir ci-contre -4-) !

Aussi, les militants de la Fraternité franco serbe (FFS) apprécieront sans doute le fait de savoir que Carl Lang et son entourage sont proches d’un Vlaams Belang dont les dirigeants ont soutenu le nettoyage ethnique contre les Serbes dans les années 1990 et qui ont invité en mai 2008, lors du rassemblement du Vlaams Belang Jongeren (branche jeune du VB), un représentant du HVIM, sous-groupuscule activiste magyar qui a plus que de la sympathie pour les méthodes génocidaires de la Seconde Guerre mondiale à l’encontre des Serbes en ex-Yougoslavie ; structure formée essentiellement de provocateurs et qui, en République de Serbie, prône un rapprochement politique avec ceux qui copinent avec les euro-mondialistes, les antifas d’Otpor, les islamistes du Sandjak et Novi Pazar et les Albano-mafieux de la Vallée de Presevo.

 

Comme il n’est pas assuré que ce genre d’acoquinement ait été perçu de manière favorable du côté des partisans de Poutine et Medvedev, on comprend sans doute mieux pourquoi le Renouveau français a été obligé de recourir à des « oranges bruns » pour pouvoir bénéficier d’une présence « nationaliste » russe.

Aussi, vu l’ambiance que tout cela augure, nous ne doutons pas un instant que l’arrière cour carliste fasse un saut à cette réunion, ceux-là mêmes qui se sont précipités pour promouvoir les dernières guerres civiles européennes du XXe siècle dans les Balkans, de même que la politique néo-pangermaniste post Guerre froide en Europe centrale, qui aujourd’hui soutiennent Jacques Bompard dans l’affaire de la mosquée d’Orange, qui appuient la liste Libertas dans le Sud-Est contre celle de Jean-Marie Le Pen, qui hier approuvaient le Traité de Maastricht, et qui justifient la délirante et incessante francophobie du Vlaams Belang et des groupuscules séparatistes alsaciens.

Au regard de tout ce beau monde, on ne s’étonnera donc pas qu’un certain nombre d’intellectuels nationalistes, au discours sans ambages vis-à-vis de l’euromondialisme, des lobbies et autres ligues de vertus, ne soient pas annoncés… Leurs propos par trop marqués risqueraient bien de froisser la délicate sensibilité de l’entourage ouvertement atlanto-sioniste de Carl Lang, qui appelait ouvertement à soutenir, en dépit du bon sens, la politique des faucons israéliens en janvier dernier au sujet de la Bande de Gaza… On ne s’étonnera pas non plus que certains invités annoncés, ayant pris toute la mesure de cette triste confusion, aient finalement choisi de se décommander.

Ultime bizarrerie : une représentante du Renouveau français figure en bonne place sur la liste « antisioniste » de Dieudonné et Soral. Et la direction du RF peut difficilement dire qu’elle « n’était pas au courant » ! Apparemment, le RF pratique un antisionisme militant à géométrie très variable, qui ne s’appliquerait ni à la Russie, ni à Lang et ses acolytes…

——

Notes :

[ 1 ]  Fort de quelque 5.000 adhérents disséminés dans une trentaine de villes (un groupuscule au regard de la taille de la fédération qui compte plus de 142 millions d’âmes), le DPNI a tenu son premier congrès assez tardivement, le 12 juillet 2008. Association de fait, ce mouvement s’est développé à un tournant majeur du second mandat de Poutine, lorsque ce dernier a confié à des entrepreneurs d’Etat de son choix le secteur décisif des hydrocarbures – partiellement repris aux oligarques, lesquels l’avaient acquis à « prix d’ami » grâce aux privatisations de l’ère Eltsine-. En Ukraine, fin 2004, la veille de la Révolution orange, le même phénomène de manipulation de groupes extrémistes était apparu avec les activistes galiciens de l’UNA-UNSO qui se revendiquent ouvertement du nationaliste antisémite Simon Petliura (assassiné le 25 mai 1926 rue Racine à Paris par Samuel Schwartzbard, un révolutionnaire juif natif de Smolensk) et des volontaires de la 14. Waffen-Grenadier-Division der SS « Galizien » (1943-1945). Ils avaient été utilisés comme troupe de choc lors des manifestations menant au coup d’Etat qui a renversé le gouvernement pro-russe au bénéfice des mondialistes occidentaux. Des volontaires de l’UNA-UNSO avaient rejoint les islamo-terroristes pendant la première guerre de Tchétchénie (1995-1995) pour s’opposer à ce qu’ils désignaient comme « l’impérialisme de Moscou ».

[ 2]  Structure créée en 2004 par la Foundation’s Open Society Institute de Georges Soros.

[ 3 ] La Russie compte quelque 200 groupes extrémistes de ce genre totalisant environ 10.000 membres, a indiqué le 29 avril dernier le procureur général adjoint Viktor Grin à l’agence Interfax.

[ 4 ]  Pour plus de détails voir notamment : « The Croatian Project to Partition Bosnia-Hercegovina, 1990-1994 », by Attila Hoare, in East European Quarterly, Vol. 31, 1997. Positionnement proprement délirant qui sacrifiait de facto nombre de zones catholiques, comme celle de Travnik, notamment, ethniquement épurée en juin 1993 par les jihadistes internationaux de la 7e brigade « El-Mudzahedin » rattachés au 3e corps d’armée bosniaque d’Enver Hadzihasanovic ; opération qui obligea les civils croates à fuir vers les lignes serbes afin d’y trouver protection, selon les correspondants locaux des médias croates ! Des Serbes orthodoxes qui, tout à coup, n’étaient plus du tout dépeints comme des « agresseurs » par ces mêmes médias… On pourrait aussi citer l’affaire de Mostar, assez semblable dans les faits.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #psyops - guerre secrête

Repost0

Publié le 12 Juillet 2010

MOURMANSK, 12 juillet - RIA Novosti

 

Pour la  première fois cette saison, le brise-glaces à propulsion nucléaire "NS 50e anniversaire de la Victoire" appartenant au groupe russe Atomflot est parti en croisière au pôle Nord, avec 126 touristes à son bord, a annoncé lundi à RIA Novosti le porte-parole du groupe Vladimir Blinov.

"La croisière a débuté samedi à Mourmansk (nord du cercle polaire ]  . 126 touristes en provenance des Etats-Unis, d'Allemagne, de Pologne, d'Argentine, du Chili, de Chine ainsi que de Russie se trouvent à bord du brise-glaces, réunis par notre  partenaire américain traditionnel, l'agence de voyages Quark Expedition", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Il a précisé qu'au cours de la croisière, les touristes effectueraient des sorties en Zodiac ™

pour prendre en photo des morses, des ours polaires ainsi que d'autres animaux. Pendant la  navigation des cours d'histoire et des conférences sur la nature arctique seront proposés aux passagers. La durée de la croisière est de 12 jours, son prix s'élevant à près de 20.000 dollars par  personne.

null

 

 

Articles associés

Sotchi - Abkhazie - Caucase - Extrême Orient - Arctique : Le tourisme comme moyen de maîtrise de l'espace Russe . 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 12 Juillet 2010

MOSCOU, 12 juillet - RIA Novosti

La sécheresse anormale qui sévit actuellement dans les régions centrales de la Russie ne provoquera pas de pénurie de blé, a déclaré lundi le président de l'Union russe du blé Arkadi Zlotchevski lors d'une conférence de presse organisée par RIA Novosti.

Il a rappelé que la récolte de neuf millions d'hectares sur 48 avait été détruite par une sécheresse inédite depuis 130 ans.

"C'est vraiment énorme. Toutefois,  tous les bruits [  propagés par le KPRF et les Kasparoviens - NDLR ] qui annoncent une pénurie de blé et  une récolte catastrophiquement réduite n'ont aucun fondement", a indiqué le responsable.

Il a ajouté qu'il trouvait fondé le pronostic du ministère russe de l'Agriculture tablant sur une récolte de 85 millions de tonnes de blé pour cette année.

"Cette estimation est objective et nous l'approuvons. Compte tenu de la consommation intérieure de blé en Russie, chiffrée à 77 millions de tonnes par an, et de la réserve existante de 24 millions de tonnes, il n'y a aucun risque de pénurie", a conclu le président de l'Union russe du blé.

 

M. Arkadi Zlotchevski a égalemment souligné que la sécheresse serait sans influence sur le prix du pain . [ 1 ]

  La Russie endure actuellement la sécheresse la plus imporatnte depuis 38 ans mais il est prématuré d'affirmer qu'elle est consécutive au soi-disant " rechauffement global " [ 2 ]

Liens :

[ 1 ] Russia's heat wave no cause for grain deficit, higher bread prices - Grain Union - Depêche de Ria Novosti du 12 juillet 2010 .

 

  [ 2 ] Russia experiences worst drought in 38 years - aide - Depêche de Ria Novosti du 12 juillet 2010

 

Articles associés :

  Géopolitique des ressources - blé : Viktor Zubkov , " En Russie il y a assez de blé "

 

Géopolitique des ressources - blé : La sécheresse menace la campagne 2010 en Russie .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 11 Juillet 2010

C'est encore un " fantôme géopolitique " du XIX éme siècle qui ressurgit  : L'accés à l'Océan Pacifique de la Bolivie .

Dans une interview à l'agence EFE l'ex CEMA des forces armées Boliviennes devenu sénateur de l'opposition , le général Marcelo Antezana , a déclaré que la Bolivie doit s'armer  pour pouvoir faire valoir sa position dans les discussions bilatérales avec le Chili concernant un accés à l' Océan Pacifique de la Bolivie .[ 1 ]

Selon le général Marcelo Antezana  les négociateurs Boliviens font preuve de " naïveté " en espérant un réglement uniquement pacifique avec le Chili de cette question et " qu'il faut s'armer pour parvenir à un équilibre stratégique avec le Chili afin que celui accéde selon sa propre devise * par la raison ou par la force * à nos demandes d'un accés à la mer ".

 Le général  Marcelo Antezana considére que le réarmement de la Bolivie est l'unique moyen de lui rendre son caractère maritime .

 

En 2006 la présidente du Chili  Michelle Bachelet et le président Bolivien Evo Morales ont mis en place un programme de discussions en  treize points qui pour la première fois inclus le thème "maritime " et a depuis conduit à un rapprochement entre les deux pays .

 

La Bolivie et le Chili n'ont pas de relations diplomatiques au niveau des ambassadeurs depuis 1962 ,  sauf lors d'un intermède entre 1975 et 1978 , en raison de l'absence d'un accord sur le dossier de la revendication maritime Bolivienne .

Les pourparlers sur l'ordre du jour des treize points sera réactivé le 12 Juillet à La Paz avec une réunion entre les vice- ministres des Affaires étrangères des deux pays , Fernando Soriano du Chili et Mónica Schmidt pour la Bolivie .

Dans le cadre du programme de discussions en treize points , la Bolivie et le Chili sont déja parvenus à un accord pour l'utilisation des eaux du Rio Silala .[ 2 ] - [ 3 ]  

  Le Chili est l'un des grands responsables de la " course aux armements " qui est en cours en Amérique Latine . Depuis le régime du général Pinochet , 10% des revenus provenant de l'extraction du cuivre ont été  affectés constitutionnelement [ malgrés une tentative de réforme du mode de financement des forces armées en septembre 2009 ] -Ley del Cobre Reservado -  à l'équipement des forces armées ce qui permet , par exemple , au Chili de renconstituer de manière trés rapide les capacités de sa marine détruites lors du tremblement de terre de février 2010  . [ 8 ]

 

La Bolivie a perdu son accés maritime lors de la guerre qu'elle a soutenu aux côtés du Pérou entre 1879 et 1883 contre le Chili . Cette guerre est  connue sous le nom de Guerre du Pacifique mais aussi sous le nom de Guerre du salpêtre  - Guerra del Salitre .

 À deux reprises, le Chili, décidé à repousser ses frontières du nord, attaqua le Pérou et la Bolivie : Une première fois en 1836-1839, une seconde fois en 1879-1883. Le premier conflit chercha à empêcher la réunion du Pérou et de la Bolivie au sein d'une confédération ; le second visa à annexer une région riche en salpêtre, substance qui servait à l'époque à la fabrication des explosifs et des engrais .

Le gouvernement Anglais a soutenu l'expansionisme Chilien dans cette seconde guerre fratricide afin de s'opposer aux accords entre la Bolivie et le II éme Reich Allemand qui se fournissait en nitrates en Bolivie  et qui finançait le développement des industrie extractives et chimiques Boliviennes .

Il s'agissait d'une politique délibérée des diplomaties Françaises et Britanniques de contrecarer le développement de l'Empire Allemand - Brot und Sprengstoff blockade -  et plus particulièremment de son  complexe militaro-industriel et de son agriculture qui devait nourrir une population en pleine expansion -   .

 Confrontée à la perte des approvisionnements en provenance de Bolivie et devant faire face à un embargo du Chili  dont les industries extractives était controlées par la finance Londonienne  , l'industrie chimique Allemande a su développer grâce au talent de ses scientifiques la synthèse des composés azotés [ procédé Haber-Bosch ]  tandis que la chimie Française et Britannique continuait à se reposer en majeur partie  sur les nitrates Chiliens . Ce n'est qu'aprés la première guerre mondiale et au travers du pillage intellectuel de l'industrie Allemande ,  et plus particulièremment le vol des brevets des sociétés BASF et Hoechst , inscrit dans les " réparations de guerre " que les industries chimiques Françaises et Britanniques ont pu rattraper une partie de leur retard dans la synthèse des composés azotés .

  Le Chili a toujours été soutenu dans son opposition à concéder un débouché maritime à la Bolivie par les diplomaties Etasuniennes et Britanniques mis à part un court interméde lors de l'administration Carter  . Sans accés à la mer la Bolivie ne peut pas envisager d'exporter son gaz naturel vers la zone Asie-Pacifique de manière indépendante . [ 6 ] - [ 7 ]

  Le général Marcelo Antezana a été accusé d'avoir livré aux Etats-Unis  peu avant l'accession au pouvoir d'Evo Morales un lot de 28 missiles anti-aériens Hong Ying-5 fournis par la Chine à la Bolivie en 1993 .[ 4 ]

  Il vient d'être disculpé pour ce fait par la justice Bolivienne .[ 5 ]

 

 

 " Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y'a des statistiques là-dessus."

  Général Marcelo Antezana pcc Michel Audiard

 

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Ex jefe del Ejército plantea que Bolivia se arme para recuperar su salida al mar - Depêche de Atenea du 7 juillet 2010 .

 

[ 2 ] Bolivia y Chile reanudan el diálogo en su Agenda de 13 Puntos - Article de Atenea du 26 juin 2010 .

 

[ 3 ] Chile, Bolivia near deal on disputed Silala river

 

[ 4 ] Bolivia hands over its missiles to the United States (continued)

 

[ 5 ] Fiscalía no incluyó en caso misiles chinos al general Antezana  - Depêche de Los Tiempos du 9 juillet 2010 .

[ 6 ] Chile and Peru are gatekeepers for Bolivia's export ambitions.(political disputes inhibit development of gas industry in Bolivia

 

[ 7] Bolivia and Chile's tunnel vision - Article de The Guardian du 6 juin 2009 . 

 

[ 8 ] Chile’s Aggressive Military Arm Purchases Are Ruffling the Region, Alarming in Particular Bolivia, Peru and Argentina - Analyse du Council on Hemispheric Affairs .

  The issue at hand is that, regardless of how much CODELCO produces and how high the price of copper rises on the international market, the law requires ten percent of the total value of CODELCO’s revenue must be reverted to Chile’s armed forces. As a consequence, not only is CODELCO deprived of funds needed to fully expand its production, but also President Bachelet’s ambitious social programs risk going underfinanced. A further and more serious result is La Moneda’s controversial purchase of combat aircraft, tanks, missiles, frigates and submarines for seemingly no rational strategic defense purpose. This has contributed to creating growing tensions in the region, and has forced countries that should be devoting the bulk of their resources to the internal development, to instead embark on a costly arms race.

 

Documentation :

 

Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura

 

Bibliographie conseillée

 

Cortiz s'est révolté - Roman d'Henry Castillou  - Prix interlallié 1948 .

Dans la Bolivie violente et colorée du siècle dernier, le Général Cortiz, 42 ans, ambitieux, froid et énergique, a la considération de son gouvernement après avoir maitrisé des complots régionaux. Mais il se révolte et prend le pouvoir à La Paz avec l'appui d'une puissante firme américaine qui exploite les mines d'étain et de cuivre du pays. Il veut gouverner au service de la volonté populaire, mais les pressions des groupes étrangers ne lui en laissent pas la possibilité. Tous se ligueront contre lui. Seule sa fille, l'indomptable Monabel, qui nourrit pour Cortiz un amour presque incestueux, le soutiendra et sauvera son honneur. [ Wikipedia ]

 

Wissenschaft bricht monopole. - Anton Zischka - Wilhelm Goldmann Verlag  - 1937

 

Sieg der Arbeit - Anton Zischka - Zentralverlag der NSDAP - 1941

 

Der Chaco-Krieg zwischen Bolivien und Paraguay 1932-1935

Eine historisch-strukturelle Analyse der Kriegsgründe und der Friedensverhandlungen - Michael Herzig - 1996

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 11 Juillet 2010

Répondant à un journaliste de Vesti.ru avec pour triste décor un champ desséché au Tatarstan , le vice-premier ministre Viktor Zubkov a annoncé que les réserves de blé Russes étaient suffisantes pour garantir la sécurité alimentaire du pays . La Russie est actuellement frappée par une sécheresse dans 14 régions qui a détruit les productions sur prés de 9 Mio hectares .

Le vice-premier ministre a annoncé que la Russie dispose de 24Mio tonnes de réserves de céréales au 1er juillet 2010 - dont 9.5 Mio engrangées  par le fonds d'intervention mis en place par l'état - et que même les capacités d'exportation seraient préservées .

Si la sécurité alimentaire de la Russie " est sous contrôle de l'état " , la situation en ce qui concerne l'alimentation du bétail [ fourrages ] est plus tendue avec un déficit de l'orde de 30-35 %.

Le vice-premier ministre a mis en avant l'extension territoriale de la Russie qui fait que dans certaines régions les productions agricoles n'ont pas souffert de la sécheresse et recommande une coopération inter-régionale pour l'approvisionnement des régions frappées par la sécheresse .

Viktor Zubkov a aussi annoncé des mesures d'aides gouvernementales aux agriculteurs frappés par la sécheresse .

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 10 Juillet 2010

La militante identitaire et progressiste Péruvienne Virginia Pelaez est donc arrivée cet aprés-midi à Moscou dans le cadre de l' " échange d'espions " conclu entre la Russie et les Etats-Unis . Elle a du auparavant signer un document ou elle reconnaissait avoir servi de courrier pour les fonds octroyés à son époux pour ses activités de renseignement au profit de la Russie .*

Elle a aussi rennoncé à sa nationalité Etasunienne , d'ou l'inutilité de la surnommer désormais " Vicky " , et à essayer de retourner aux Etats-Unis .

Auparavant les autorités Russes ont annoncé qu'elles lui octroyaient un viatique mensuel de 2000 USD , un apppartement et des billets d'avions pour que ses enfants puissent venir la voir en Russie . C'est une évolution positive de la diplomatie Russe qui au début de l' " affaire " ne comptait accorder sa protection qu'aux ressortissants Russes . Cette diplomatie Russe en retirera certainement des dividendes dans le monde Latino-Americain compte tenu de la popularité de Mme Pelaez .

Virginia Pelaez a toutefois annoncé selon ses avocats qu'elle ne comptait rester qu'une semaine en Russie et qu'elle désirerait rentrer au Pérou et en cas de refus du gouvernement Péruvien elle comptait s'installer au Brésil ou réside sa soeur Elvira Pelaez ou éventuellement se réfugier au Venezuela pour y continuer son activité militante .

 

 

Si Virginia Pelaez retourne au Pérou , ellle devra y affronter un " ennemi intime " , le président en exercice Alan Garcia . En 1985 lors de son premier mandat il aurait été à l'origine de son explusion de la chaîne Canal 2  en raison de son activisme social . Le 15 juin 2009 dan sun editorial en soutien au peuple Amazonien Awajun elle qualifiait le gouvernement d'Alan Garcia de " génocidaire " .

 

Socialisme et Solarisme

 

Si Mme Pelaez est surtout connue pour son activisme journalistique en faveur des immigrés Latino-Americains aux Etats-Unis , des sans-papiers de l'Arizona  , sa  défense de la Révolution Bolivarienne et de l'expérience Castriste à Cuba elle était aussi et reste une des grandes figures de la mouvance identitaire Amerindienne aux Etats-Unis . Cette native de Cuzco a en effet toujours affiché avec fierté ses racines  Inca .

Dés le début des années 1990 elle participe avec un groupe d'intellectuels Latino-Americains résidant dans la Gran Manzana à la formation de l'association Abya Yala [ La terre nouricière en langue Kuna ] dont l'objectif était la promotion de la culture Amerindienne et Hispanique à New-York et plus généralement dans un environnement Anglo-Saxon . Elle en assurera un temps la présidence .

 

En 2006 elle organise avec le peintre Fernando Pomadaza en plein coeur de Manhattan le premier  Inti Raymi [ Fête du Soleil - Fête du solstice d'hiver le 24 juin ] de l'histoire de la ville  avec la participation de groupes folkloriques Péruviens , Boliviens , Chiliens , Equatoriens et de représentants de la tribu des Sioux .

 

Parmi ses autres activités , Mme Pelaez organisait régulièremment des actions culturelles en hommage aux écrivains et poétes Péruviens José María Arguedas et Manuel Scorza .

 

 

La bonne question à se poser

 

L'inculpation de Virginia Pelaez a provoqué de nombreuses réactions au sein de la classe politique Péruvienne .

Si la procureur général Gladys Echaiz  et l'ex chef des Sr Péruviens Juan Velit ont affirmé que le cas de Mme Pelaez était une " affaire privée" à laquelle le gvt Péruvien ne devait pas se mêler , le chef de la Cour Suprême Péruvienne Javier Villa Stein a osé poser une question qui risque de devenir embarassante : Comment se fait-il que le FBI et la CIA ont pu opérer  en toute impunité sur le territoire Péruvien !

 

 “Es un tema preocupante y delicado que una agencia de inteligencia extranjera haya hecho seguimiento y espionaje en el Perú. Ese es un tema que, imagino, la Cancillería debe estar estudiando”

 

* Sur les conditions de cet accord lire :[ Lors de sa comparution , Virginia Pelaez a refusé de s'exprimer en Anglais ]

EE.UU. / espionaje: "El acuerdo le fue impuesto a Vicky Peláez"

 

Documentation :

 

L'Empire socialiste des Inkas

 

José Carlos Mariátegui et le modèle du « communisme » inca 

 

Site du Parti Nationaliste Péruvien

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #psyops - guerre secrête

Repost0

Publié le 10 Juillet 2010

MOSCOU, 9 juillet - RIA Novosti

 

WWF a adressé à la vice-présidente du Parlement européen Diana Wallis une demande visant à appeler tous les pays à mettre en place un moratoire sur les nouveaux projets d'extraction pétrolière dans l'Arctique et espère que ce thème sera au menu de la session parlementaire d'automne. 

"La catastrophe du golfe du Mexique montre de toute évidence que l'industrie n'est pas en mesure de gérer les risques élevés liés à l'exploitation pétrolière en mer et que cette sphère ne possède pas de mécanismes de régulation de ce nom. Dans un contexte de quête active de nouveaux gisements de pétrole et de réduction de l'épaisseur de la calotte glaciaire dans l'océan Arctique, des Etats et des compagnies se préparent à la prospection et l'extraction des ressources inexplorées du plateau continental de l'Arctique. Toutefois, dans leur ruée vers des revenus pétroliers rapides, ils risquent de mettre en danger des ressources et des enjeux économiques bien plus importants", lit-on dans un communiqué du World Wildlife Fund.

D'après les écologistes, d'éventuels déversements de pétrole endommageraient les ressources renouvelables de l'Arctique, dont les stocks de poisson de l'Atlantique nord et de la mer de Barents.

Le communiqué indique que l'un des principaux arguments en faveur de la mise en valeur de l'Arctique est la création d'emplois. Cependant, l'Europe aspirant à une "décarbonisation" de l'économie et à des investissements majeurs dans l'énergie renouvelable, il serait erroné de se lancer dans de nouveaux projets pétroliers.

WWF estime qu'il convient d'éviter coûte que coûte les doubles standards: une économie basée sur l'extraction d'hydrocarbures en Arctique d'un côté et une économie "verte" en Europe de l'autre.

Possédant un énorme potentiel de développement de l'énergie éolienne aussi bien en mer qu'au sol, l'Arctique a toutes les chances de contribuer à la stabilité de l'économie, stipule la lettre.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 8 Juillet 2010

MOSCOU, 29 juin - RIA Novosti

Dans les dix ans à venir les forces armées russes effectueront 12 tirs de missiles balistiques par an, a annoncé jeudi à la Douma (chambre basse du parlement russe) le chef d'état-major adjoint de l'armée russe, le général Alexandre Bouroutine, lors d'une réunion consacrée à la ratification du nouveau traité START.

"Actuellement nous effectuons entre 10 et 12 tirs de missiles balistiques par an, le chiffre restera le même dans la perspective la plus proche", a indiqué M. Bouroutine.

Le Traité russo-américain de réduction d'armements stratégiques (START) a été signé le 8 avril 2010 à Prague. Pour entrer en vigueur il doit être adopté par les deux chambres du parlement russe et le Sénat américain. La Douma a donné jeudi son feu vert à sa ratification.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #SNLE et missiles

Repost0

Publié le 8 Juillet 2010

C'etait aussi un de ces grands projets suivis sur Ice Station Zebra [ 1 ] - [ 2 ] | 3 ] . L'oléoduc ESPO [ East Siberian-Pacific Ocean ] est en train de transformer le rapport de forces en Asie au profit de la Russie et en défaveur du Moyen-Orient .[ 4 ]

De plus  en plus de raffineurs Asiatiques préférent le brut Sibérien transporté par l'ESPO mis à service à la fin du moisde décembre 2009 à des importations en provenance du Moyen-Orient .

Le cout de transport du baril par l'ESPO représente 70cts alors que le cout du transport du brut moyen-oriental atteint

Les importations de brut par la Corée du Sud ont atteint le record de 179 000 barils quotidiens au mois de mai ce qui représente 7.3% des importations Sud-Coréennes tandis que les imporations Japonaises ont atteint 241 000 barils quotidiens soit une progression annuelle de 61% .

L'autre avantage du pétrole Sibérien transporté par l'ESPO estq ue celui-ci est de meilleur qualité que le pétrole Moyen-Oriental . Il ne contient que 0.535 % de composés soufrés en comparaison du brut Saoudien qui en contient 1.8 %.

Le brut Russe transporté par l'ESPO ne menace toutefois pas la prédominence du Moyen-Orient comme principal source d'approvisionnement du marché asiatique

 

 

 

Liens :

[ 3 ] Russia Making Oil Inroads Through Siberian Pipeline - Article du Djakarta Globe du 26 février 2010 .

[ 4 ] Russian Oil Erodes Middle East's Hold on Exports to Asia: Energy Markets - Depêche de Bloomberg du 8 juillet 2010 .

 

  Articles associés

[ 1 ] Lancement du premier tronçon de l'oléoduc Sibérie orientale - Pacifique

[ 2 ] Du pétrole arctique Russe pour la Chine .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 7 Juillet 2010

La sécheresse qui frappe la Russie menace la campagne 2010 pour le blé , mais aussi pour le sucre et d'autres productions agricoles comme le fourrage et les oléagineux . Au printemps et au début de l'été les précipitations ont été quatre fois moindres  que les années précédentes dans certaines régions de Russie .

La chaleur a déja détruit les récoltes sur plus de 5,3 millions d'hectares . Selon la ministre de l'Agriculture Elena Skrynnik , en raison de la sécheresse dans les régions Russes les prévisions de la récolte 2010 sont passées de  90 millions de tonnes à 85 millions de tonnes.

Selon le ministre de l'Agriculture , ce sont les districts de la Volga, de l'Oural et du Centre qui sont les plus affectés tandis que dans le Sud et le district fédéral du Nord-Caucase la situation de  la récolte de céréales n'est pas mauvaise .12 régions ont déja déclaré une situation d'urgence dont le Tatarstan et la région d'Orenbourg .

La sécheresse frappe dans les régions de Voronej , Samara , Saratov , Oulianovsk , Belgorod ,  Lipetsk et Tcheliabinsk .

Toutefois l'auto-suffisance alimentaire de la Russie n'est pas menacée . La consommation intérieure oscille entre 72 et 77 Mio tonnes et une capacité d'exportation de 15 Mio de tonnes pourrait être  préservée .Certaines prévisions parlent desormais d'une récolte comprise en 82 et 86 Mio tonnes . La Russie se verait contrainte toutefois d'importer certaines variétés de blés panifiables de qualité supérieure .

La sécheresse dans la partie européenne de la Russie et certains pays de la CEI a déja provoqué une hausse des cours sur le marché de Chicago ces deux dernières semaines .

 

Le Premier ministre Vladimir Poutine a chargé le vice-premier ministre Viktor Zoubkov et la ministre de l'Agriculture Elena Skrynnik à préparer pour le 8 juillet une analyse complète de la situation dans les régions Russes ainsi que des mesures d'aide à prendre pour les agriculteurs qui sont victimes de la sécheresse  .

  La  sécheresse dans la République de Mari-El , en Mordovie ,  au Tatrarstan , en Tchouvachie , en Oudmourtie et au Bachkorkostan pourrait donner lieu à l'activition depuis l'étranger [ Finlande , Estonie ] de mouvements de prostestation identitaires " spontanés " contre le gouvernement Russe ,

 

 Mention légale : Texte établi sur matériel Ria Novosti , Vesti.ru , La voix de la Russie .

Copyright pour le texte © Ice Station Zebra 2010 - Reproduction partielle ou totale du texte interdite sans autorisation surtout par agences de presse Françaises . Reproduction autorisée par les sources .

 

Documentation :

 

Dossier Ria Novosti sur la sécheresse durant l'été 2010 dans certaines régions de Russie

 

 

 

 

 

Засуха в России
Засуха в России

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0