Publié le 4 Juillet 2010

J'ai le plaisir de présenter sur ce blogue deux textes de la militante identitaire Péruvienne

Virginia " Vicky " Pelaez .

Le premier a pour sujet la privatisation des biens culturels , en l'occurence des ruines de la cité

de Cuzco dont elle originaire . Virginia a toujours été fière de ses racines Amérindiennes Inca .

On y retrouve sa haine viscérale de la MacDonaldisation du monde .

 

 

Le second est une critique - acerbe - du film " Indiana Jones et le crâne de cristal " qui lors de sa sortie à soulevé un tollé non seulement au Pérou en raison du manque de rigueur - restons poli- géographique et historique [ 1 ]  mais aussi en Russie ou le KPRF a demandé son interdiction pour ses relents Russophobes et Soviétophobes .

Bien sûr , elle  peut ne pas évoquer la grande figure de Maria Reiche .

Comme illustration de l'engagement identitaire de Virginia Pelaez , rien  ne convient mieux qu'un extrait de la cantatrice Péruvienne Yma Sumac .

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Le dernier Indiana Jones : « une insulte à tous les Américains »

 

Cuzco no quiere privatizar su patrimonio cultural

[ EL DIARIO LA PRENSA, Nueva York ]

“Uno no vende la tierra por la que camina su pueblo”. —Tashunka Witko ‘Crazy Horse’

 

   Los globalizadores no pierden ni un instante para aprovechar todo lo que en su mente neoliberal esté relacionado con el dinero. Apenas pasaron unas semanas desde la ratificación del Tratado de Libre Comercio (TLC) entre EE.UU. y el Perú, para que los ‘felipillos’ peruanos (nombrarles testaferros sería elevarlos de categoría) aprobaran la Ley 29164 de Promoción del Desarrollo Sostenible de Servicios Turísticos en los Bienes Inmuebles, Integrantes del Patrimonio Cultural de la Nación. Desde entonces la población del Cusco, que es el centro principal de la atracción turística en el Perú, se halla en constante movilización contra esta nefasta ley que significa la venta de su legado histórico.

Tan grande fue la indignación de los cusqueños y tan grande la movilización que el Congreso tuvo que modificar esa ley y otorgó facultad a los gobiernos regionales para aprobar zonas de patrimonio donde puede ingresar la inversión privada. En el caso del Cusco otorga la posibilidad de que se aplique o no la ley, de manera soberana. Pese a eso, el gobierno amenaza a los cusqueños con la represión, tildándolos de “comunistas”, “ultras” y “extremistas humalistas” (partidarios de Ollanta Humala).

Los medios de comunicación al servicio del gobierno y las transnacionales están en campaña de desinformación para confundir a los cusqueños, romper su unanimidad de oponerse a la privatización y así hacer frustrar las protestas escalonadas anunciadas por la Asamblea Regional del Cusco para esta semana. También, están intentando demostrar que los intereses cusqueños están en contradicción con los intereses de otras regiones que buscan la inversión privada extranjera creyendo que les traerá prosperidad y desarrollo.

La realidad es mucho más compleja de lo que suponen los partidarios de esta ley, algunos de los cuales pecan de cínicos, y otros de ingenuos. Oficialmente, de acuerdo al Artículo 21 de la Constitución Política del Perú de 1993, “los restos arqueológicos son Patrimonio Cultural de la Nación y están protegidos por el Estado”. En la práctica, el Estado hace poco para cumplir con su obligación. Además se trata de un país centralizado donde todas las directivas emanan de Lima, que tiene al Cusco como fuente de ingreso para las necesidades burocráticas del gobierno central, y que posteriormente remite algunas propinas al gobierno regional.

En el marco histórico y actual, muy pocas veces la Lima burocrática ha tomado en cuenta las necesidades de las provincias ni tampoco presta atención a las decisiones de los gobiernos regionales. Este es el principal temor de los cusqueños en lo referente a la Ley 29164. Y tienen toda la razón para preocuparse teniendo en cuenta la experiencia del NAFTA (Tratado de Libre Comercio entre EE.UU., México y Canadá) en México. Su Patrimonio Cultural, igual como en el caso peruano, no fue incluido en la legislación sobre la propiedad intelectual, estatal, cultural, patentes, marcas etc. Se quedó a merced de la ley de la oferta y demanda controlada por las corporaciones transnacionales del turismo, las organizadoras de la cínica selección de ‘las Maravillas del Mundo’ con el único pretexto de sacar mayor provecho financiero al Patrimonio Cultural sea en México o Perú.

En México, las zonas circundantes a las ruinas están llenas de hoteles, supermercados y de todo tipo de negocios extranjeros. Y en Lima la Defensoría del Pueblo tuvo que exigir al gobierno la protección de la Huaca Huantinamarca donde dos empresas estaban construyendo un edificio, sin que nadie diga algo.

¿En estas circunstancias podrían los cusqueños tener esperanzas que su decisión se tome en cuenta? Por supuesto que no. La naturaleza de los TLC no está basada en la preservación de los patrimonios culturales sino en la ganancia de las transnacionales que utilizarán dinero, presión y represión del Estado contra todos que predican lo nacional. El primer ministro Jorge del Castillo ya los tildó de “extremistas y falsos profetas”.

La suerte está echada y la sombra del TLC está extendiéndose sobre el Perú sin que la UNESCO diga nada en este caso. Por eso, si los cusqueños se descuidan pronto veremos un hotel Marriott con McDonald’s incluido, en pleno Machu Picchu.

 

 
Indiana Jones y la ensalada de Spielberg

[ EL DIARIO LA PRENSA, Nueva York ]

Si la Dama del Desierto, María Reiche, hubiera visto el último bodrio de Steven Spielberg, su frágil cuerpo envejecido no hubiera sido impedimento para ubicar al cineasta, darle de escobazos y decirle que las tonteras que presentó en su “Indiana Jones y el Reino de la Calavera de Cristal”, es un vulgar cuento del cine racista usado por los globalizadores para aculturizar al mundo y convertirlo en una “aldea global” dominada por la raza anglosajona (lea todo).

 


Seguramente la anciana que cuidó y estudió durante décadas, las Líneas de Nazca le diría que fueron los antiguos peruanos, y no los extraterrestres, los que trazaron las enigmáticas figuras.

Cuando esta columnista conoció a la famosa matemática y la entrevistó para la televisión peruana ella tenía unos 80 años envidiablemente lúcidos. “Puro racismo”, dijo indignada cuando habló sobre la gente que creía en que los extraterrestres habían trazado los gigantescos dibujos en el desierto, ésos que alcanzan cientos o miles de metros y representan plantas, animales y otras figuras.

“Esta teoría es de un débil mental, hablan sin pensar. Estas figuras las hicieron los antiguos peruanos para utilizarlos como puntos de observación astronómicos, les eran sumamente útiles para la agricultura. Es el libro de astronomía más grande del mundo, como decía mi profesor Paul Kosok. No queramos ocultar nuestra ignorancia sobre el avance tecnológico de los antiguos peruanos, con teorías de extraterrestres”, dijo la matemática quien solía, escoba en mano, ahuyentar a los vándalos que entraban a destruir la líneas...

Es una pena que el talentoso pero poco estudioso Steven Spielberg no haya leído los libros de Maria Reiche, especialmente “Contribuciones a la Geometría y Astronomía en el Perú Antiguo”, donde se recogen más de cuatro décadas de investigación. También es absurdo que Spielberg no haya viajado a Nazca, de lo contrario se hubiera enterado que la zona está en el desierto más seco del planeta, incluyendo el Sahara, y que allí solamente llovizna media hora cada dos años. Es risible que Indiana Jones haya llegado a un aeropuerto donde la gente vestía ponchos y chullos de lana.

Pero cómo va a saber esto Spielberg, si su conocimiento está a nivel de un estudiante C de secundaria. Según sus biógrafos, a pesar de su talento nunca pudo ingresar en la “Escuela de Teatro, Cine y Televisión” de la Universidad de California del Sur. Las tres veces que se presentó no pasó ningún examen de ingreso. Después, quiso estudiar Filología en la Universidad Estatal de California pero la dejó después de un semestre. Seguramente por eso tiene tal confusión, típico del norteamericano sin estudios, que cree que en todos los países de Latinoamérica se canta y baila rancheras.

En resumen, el extraterrestre era realmente Indiana en esta película, pues sobrevive en una nevera a una explosión atómica; llega a un aeropuerto que no existió en ese tiempo, y a un desierto con tempestad. Allí, pasa de una cueva donde encuentra un cráneo deformado a la usanza Paracas, para entrar a un templo Maya, cultura desarrollada en Guatemala (Centroamérica), para luego llegar, a través de una jungla, a las cataratas del Iguazú, frontera de Brasil y Paraguay, donde al final el templo resulta ser una nave espacial. Es tal la mescolanza que la película debió de haberse llamado “Indiana Jones y la ensalada del tiempo y el espacio”.

Pero esto no es casual, este tipo de películas es parte del proyecto de los globalizadores que están empeñados en distorsionar los hechos históricos, donde las leyendas se convierten en realidad y la realidad en leyendas.

Mientras tanto, “el sombrero, la chaqueta y el látigo de Indiana Jones” ya se exhiben en el Smithonian American History Museum en Washington DC., lo que nos dice que en el futuro, los jóvenes estudiarán las ‘investigaciones’ del arqueólogo, Indiana Jones, mientras, los libros y la vida de María Reiche quedarán sepultados en el desierto de la ignorancia.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kulturkampf

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

Rédigé par DanielB

Publié dans #Opinions

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

Selon plusieurs sources l'avocat Ramsey Clark pourrait faire parti de l'équipe chargée de défendre la militante anti-globaliste et identitaire Virginia " Vicky " Pelaez .

Celle-ci a été libérée hier contre une caution de 250 000 USD mais doit rester assignée à résidence  avec un bracelet electronique jusqu'au  6 juillet , date à laquelle les tribunaux doivent examiner une requête visant à annuler sa libération sous-caution .

Le juge Ronald Ellis a fixé le dépot de garantie nitial à 10 000 USD . Mme Pelaez doit trouver trois personnes garantes du montant de la caution .

A la sortie du tribunal , Mme Pelaez a été accueilli par plusieurs dizaines de personnes membres de la communauté Hispanique Newyorkaise qui sont venu manifester pour réclamer sa libération .

  L'implication de Ramsey Clark dans la défense de Vicky Pelaez soulignerait le caractère politique des charges retenues contre elle .

La direction du journal Newyorkais La Prensa dans laquelle Vicky Pelaez a pour habitude d'écrire ses éditoriaux traitant de la condition des immigrés Hispaniques aux Etats-Unis et ou elle défend le gouvernement Bolivarien au Venezuela et l'expérience Castriste à Cuba a déclaré  que Mme Peleaz n'était pas suspendue pour l'instant mais que l'annonce d'une inculpation pour espionnage entrainerait son licenciement .

Le président Péruvien Alan García accuse desormais l'époux de Mme Pelaez , Juan Carlos Lázaro , d'avoir été un " ambassadeur de la subversion interne au Pérou " .

Juan Carlos Lázaro a reconnu devant le tribunal avoir fourni des informations au gouvernement Russe .

Selon plusieurs témoins , c'est Alan Garcia qui aurait demandé en 1985 l'exclusion de Mme Vicky Pelaez de la chaîne Frecuencia Latina .

 

  Liens :

Los verdaderos motivos detrás de arresto de Vicky Peláez y supuestos espías rusos en EEUU

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La cause des peuples

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

SAINT-PETERSBOURG, 2 juillet - RIA Novosti

 

Les chercheurs américains veulent s'associer à leurs collègues russes pour explorer l'Arctique à l'aide des drones utilisés par la station polaire dérivante russe SP-37, a annoncé aux journalistes Vladimir Sokolov, chef d'une expédition arctique relevant du Service fédéral russe pour l'hydrométéorologie (Roshydromet).

"Après avoir appris la nouvelle de l'utilisation de drones russes [ 1 ] dans les recherches polaires, la NASA et l'Administration océanique et atmosphérique nationale des Etats-Unis (NOAA) nous ont proposé d'engager un travail conjoint en Arctique", a-t-il déclaré.

La station SP-37 a exercé ses activités pendant neuf mois.

Pour la première fois de l'histoire, des aéronefs sans pilote ont servi à pratiquer la photographie aérienne des régions polaires et à étudier les variations de l'atmosphère en fonction de l'épaisseur des glaces.[ 1 ]  Ces éléments ont permis de corroborer les observations de la carapace glaciale effectuées depuis les satellites.

"Le nouveau projet russo-américain fait actuellement l'objet de négociations menées à un niveau élevé", a conclu M. Sokolov.

 

Articles associés

[ 1 ] Des drones et des batyscaphes pour l'arctique Russe

 

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

L'immobilisation du brise-glace de classe polaire  Etasunien USCG Polar Sea pour des problèmes d'usure de cylindres fait que la Russie demeure aujourd'hui la seule nation riveraine de l'Océan Arctique capable de se projeter dans l'Arctique dans les zones recouvertes par la banquise .[ 1 ]

Le brise-glace USCG Polar Sea  est immobilisé au moins  jusqu'en janvier 2011 tandis que le brise-glace USCG Polar Star fait l'objet d'opérations de maintenance afin d'allonger sa durée de service de 10 ans . Il ne sera pas opérationnel avant 2013 .

La garde-côtière Etasunienne ne dispose plus que du brise-glace de rechercheUSCG Healy .

Même si la Atomflot  prévoit de démenteler dans un avenir proche les brise-glaces NS Sibir et NS Arktika , la Russie restera jusqu'en 2013 la seule puissance au monde capable de se projeter dans les régions polaires .

Elle est suivie par la ... Chine qui construit actuellement un brise-glace de classe polaire qui devrait entrer en service en 2013 tandis que l'entrée au service actif du brise-glace Canadien de classe polaire CCGS John G. Diefenbaker n'est pas prévue avant 2017 .

Il est effet ridicule de comparer les performances du  navire amiral de la flotte de brise-glaces de la garde-côtière Canadienne , le CCGS Louis S. St-Laurent , avec un NS 50 let Pobedy .

 

 

 

Liens

[ 1 ]CG cancels fall deployment of polar icebreaker - Depêche de NavyTimes du 28 juin 2010 .

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 2 Juillet 2010

Le ralentissement des travaux d’exploration géologique sur le plateau continental russe pourrait conduire à terme à une réduction des extractions d’hydrocarbures en Russie .


Le 21 mai 2010, à l’hôtel Baltschug Kempinski à Moscou, s’est déroulée la VIIème Conférence internationale « L’exploitation du plateau continental de la Russie et des pays de la CEI ». La politique d’État relative aux minéraux, la coopération des entreprises russes et étrangères sur le plateaU, ainsi que la préparation et la réalisation des projets-clé dans les mers arctiques, du Sud et d’Extrême Orient de Russie ont été à l’ordre du jour lors du forum, écrit jeudi le mensuel Neft Rossii.


Denis Khramov, le directeur du département des politiques d’État et de la réglementation dans les domaines de la géologie et de l’exploitation du sous sol, au Ministère des ressources naturelles et de l’écologie, a présenté aux participants les tendances principales dans le cadre de la mise en œuvre des projets off-shore . Selon le ministère, les mers de Kara (37,4% de matière première), de Barents (30,7%) et d’Okhotsk (8,9%) sont les trois premières ressources estimées d’hydrocarbures sur le plateau continental russe. En terme de réserves prospectées, la mer de Barents occupe la première place avec 4 663 milliards de m3 de gaz naturel et 415 millions de tonnes de pétrole, suivie par la mer de Kara avec 3 889 milliards de m3 de gaz et près de 15 millions de tonnes d’or noir, la mer d’Okhotsk avec 1 191 milliards de m3 de gaz et 411 millions de tonnes de pétrole et la mer Caspienne avec 768 milliards de m3 de gaz et 367 millions de tonnes de pétrole. Globalement le plateau continental russe constitue un volume total de réserves de 10 540 milliards de m3 de gaz (dont 2 916 millions de m3 dans des réserves non-reparties) et 1,216 milliards de tonnes de pétrole (50 millions de tonnes dans des réserves non-reparties). Selon Denis Khramov, la Russie a un retard monumental par rapport aux autres puissances pétrolières en termes de travaux d’exploration géologique des gisements maritimes.


Selon le ministère, dans la période 2005-2008 les compagnies ont dépensé 30 milliards de roubles, et l’État 1,2 milliards de roubles, pour l’exploration géologique du plateau continental. « La prospection ultérieure, l’évaluation et l’exploration de matière première d’hydrocarbures sur le plateau continental sont à la charge de ceux qui exploitent les richesses du sous-sol», a fait remarquer Denis Khramov.


C’est depuis longtemps déjà que le Ministère des ressources naturelles et de l’écologie critique les compagnies publiques pour leur activité insuffisante en matière de mise en valeur du potentiel d’hydrocarbures des mers russes. Afin d’accomplir le programme gouvernemental respectif, les utilisateurs des richesses du sous-sol russes auront besoin de 150 ans. « Nous estimons que les travaux sur le plateau se font au ralenti. Sans investissements et sans travaux sur le plateau, d’ici 10-15 ans on ignore si la Russie sera capable d’exploiter ses propres avantages naturels », a déclaré le porte-parole du ministère de l’Environnement. Il estime que les compagnies devraient commencer la réalisation des projets off-shore  aussi vite que possible, sachant que l’exploitation d’un gisement off-shore  nécessite près de 25 ans.

 

Source :

Neft Rossii via Ria Novosti .

 

Articles associés :

 

  Youri Troutnev : 40 milliards de Roubles pour l'exploration géologique du plateau continental Russe d'ici 2020 .

 

Documentation

 

Ресурсы шельфа

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 2 Juillet 2010

Le programme fédéral de subventions de passages aériens vers les périphèries  se poursuivra en 2011 a déclaré vendredi le vice-premier ministre Sergueï Ivanov  qui est en visite de travail dans le kraï de Krasnoïarsk .

Le Vice-Premier ministre a rappelé que le programme a été lancé l'an dernier. Il est essentiellement destiné à fournir aux résidents de l' Extrême-Orient  [ pour les étudiants et les personnes agées  de plus de 60 ans] des passages aériens à moitié prix pour se rendre à Moscou et à Saint -Pétersbourg .

En 2009 , 164.000 passagers ont été transportés sur des vols à tarifs réduits pour une subvention du buget fédéral se montant à  1,6 milliards de roubles . Cette année est la somme allouée est de 2,5 milliards de roubles pour une prévision de 326.000 personnes transportées .

Le nombre des destinations a été augmenté cette année avec des vols vers Norilsk et Kyzyl .

Sergueï Ivanov a déclaré que le programme pourrait être étendu au delà de la liaison Norilsk - Moscou - Norilsk à des liaisons Norilsk - Saint-Pétersbourg - Norilsk et Norilsk - Sotchi - Norilsk .

Beaucoup plus  qu'en France avec les liaisons Corse-Continent et Métropole - Caraïbes , le transport aérien en Russie ne peut se suffir d'une logique purement libérale et nécessite l'intervention de l'Etat pour garantir la " continuité territoriale " entre le Centre Petersbourgo-Moscovite et les périphèries .

Des analystes Anglo-Saxons espéraient en septembre 2008 une distanciation des liens entre ce Centre  Petersbourgo-Moscovite  et ces pérpiphèries , le gouvernement fédéral n'étant plus en mesure selon eux de financer ces passages aériens à tarif réduit .

 

 

Source : Иванов: программа субсидирования авиаперевозок будет продолжена

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 2 Juillet 2010

BRASILIA (AFP) - Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva entame samedi une longue tournée dans six pays africains, marquant l'intérêt grandissant du géant sud-américain pour le continent noir.

Le chef de l'Etat brésilien entamera son périple au Cap-Vert, l'un des neuf pays ou régions lusophones avec le Brésil où il participera à un sommet Brésil/Cedeao, la communauté économique de l'Afrique de l'ouest qui réunit quinze pays. Puis, il visitera successivement la Guinée équatoriale, le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, et enfin l'Afrique du sud où il assistera à la finale de la Coupe du monde de football le 11 juillet.

"Depuis l'arrivée du président Lula au pouvoir en 2003, la priorité donnée à l'Afrique est devenue une politique d'Etat, soutenue par des actions concrètes", a déclaré jeudi le porte-parole de la présidence, Marcelo Baumbach lors d'une conférence de presse.

Lula n'a de cesse de rappeler que le Brésil -l'un des derniers pays du monde à abolir l'esclavage en 1888- est le deuxième pays noir du monde derrière le Nigeria avec 76 millions d'afro-brésiliens [ sur 190 millions d'habitants ] . [ 1 ]

Ce rapprochement avec l'Afrique entre dans le cadre du renforcement de la coopération sud-sud prônée par la Brésil, mais le pays sud-américain est encore un acteur mineur face à la Chine lancée dans la conquête des richesses du continent noir pour alimenter sa croissance.

Cette tournée sera la cinquième de Lula en Afrique où il aura visité vingt pays au total, certains à plusieurs reprises. Ce sera également la dernière puisque la Constitution l'empêche de se présenter à un troisième mandat consécutif lors de la présidentielle d'octobre, en dépit d'une popularité record de 80%.

Selon Baumbach, le Brésil "souhaite devenir un partenaire des pays africains dans de nombreux projets de développement. Il veut aussi développer les accords de coopération, les investissements et les financements de projets dans les secteurs de l'agriculture, des infrastructures et des énergies renouvelables", notamment.

Comme lors de tous ses précédents voyages, Lula sera accompagné d'une importante délégation d'hommes d'affaire.

A chaque étape, le programme de Lula prévoit une rencontre avec les chefs d'Etat ou de gouvernement suivie d'un séminaire bilatéral avec des entrepreneurs.

La stratégie a porté ses fruits puisque, depuis 2003 quand Lula est arrivé au pouvoir, les échanges commerciaux du Brésil avec les pays africains ont presque triplé: ils sont passés en sept ans de 6,15 milliards de dollars (2,68 mds USD d'exportations brésiliennes) à 17,15 milliards de dollars fin 2009 (8,69 mds USD d'exportations brésiliennes), selon les chiffres du ministère du Commerce extérieur.

Le Brésil est particulièrement intéressés par une plus forte présence de sa compagnie pétrolière Petrobras et par des contrats pour des grands travaux d'infrastructure où les entreprises brésiliennes sont très compétitives.

Le Brésil va proposer aussi un programme d'aide à l'agriculture, notamment pour le développement de biocarburants à base de canne à sucre.

Lula a aussi décidé de fonder au Brésil la première université afro-brésilienne pour aider à former des spécialistes africains .

 

 

Articles associés :

  [ 1 ] Samuel Pinheiro Guimaraes : La stratégie Brésilienne de rapprochement avec l'Afrique est cohérente .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 1 Juillet 2010

L'actualité de ce début de semaine a été marquée par la découverte aux Etats-Unis d'un prétendu réseau d'espionnage au bénéfice de la Russie .

Bien entendu la presse fidèle à son réductionisme et à son sensationalisme a oublié de préciser que ces personnes ne sont pas pour la plupart accusées d'espionnage mais accusées d'avoir contrevenu à la régle d'enregistrement  auprès du FARA , le Foreign Agent Registration Act .

Cette procédure administrative oblige  les citoyens Américains et les résidents étrangers à se déclarer en tant qu' " agents d'influence " d'une puissance étrangère à partir du moment ou ils exercent une activité de lobbying ou de renseignement au profit de cette puissance étrangère et qu'ils reçoivent des fonds ou des avantages en nature  pour exercer cette activité .[ 1 ]

La procèdure déclarative est des plus simples !

Une personne qui exerce cette activité de renseignement ou de lobbying par conviction politique mais qui se voit rembourser les frais de connexion à internet par exemple ou offrir un " voyage d'études " est ainsi obligée de s'enregistrer en tant qu' agent étranger . [ 2 ]

Bien sûr l'interpretation d' " agent étranger " est vaste et le débat est en cours aux Etats-Unis par exemple pour obliger l'AIPAC et ses membres à se déclarer au FARA dont l'objectif est de " faciliter au gouvernement Americain et au peuple Américain l'évaluation des déclarations et des activités de telles personnes à la lumière de sa qualité d'agent étranger " .

 

 

Le FARA a été établi en 1938 sous la pression de J. Edgar Hoover pour s'opposer à l'activisme des " agents d'influence " Nazis ou considérés comme tels et plus précisemment de deux écrivains et grands-reporters , on les appellait des " publicistes " , Colin Ross [ proche du géopolitologue Karl Haushofer ]  et Alfred Ernst Johann .

Outre leur description au scalpel de la société Etasunienne des années 20-30 frappée par la crise , gangrénée par la violence et le racisme , Colin Ross et Alfred Ernst Johann ont eu le tort de s'ingérer dans les " affaires intérieures " des Etats-Unis et du Canada , le premier en appelant à la sédition des tribus Amérindiennes et le second en participant à des grèves .

Ces deux publicistes ont aussi au travers de leurs déclarations publiques , principalement à destination de la communauté Allemande vivant aux Etats-Unis , vanté les progrés de l'Allemagne Nazie aprés 1933 .

Par la suite des personnalités célèbres comme l'aviateur Charles Lindbergh et l'aviatrice Laura Ingalls  seront poursuivies au titre du FARA pour leur prises de position  germanophiles .

 

En 1966 , le FARA est amendé et interdit desormais à toute institution étrangère ou sous le contrôle étranger de financer sous quelque fome que ce soit une activité politique aux Etats-Unis .

 

Jusque là on ne peut qu'adhérer au principe du FARA .

 

Or depuis 1945 la " Grande Démocratie " ne cesse de financer l'activité politique à l'étranger .

Les cas historiques les plus célèbres étant la création du syndicat CGT-FO en France et le financement de la Démocratie Chrétienne en Italie .

Aujourd'hui cette activité subversive vise principalement l'Iran , le Venezuela ou une commission d'enquête vient d'être créée et la Russie au travers d'associations comme Memorial , Comité Moscou d'Helsinki et Les Comités de mères de soldat .

La France non plus n'est pas épargnée avec le financement d'actions de lobbying [ certainement associées à des missions de renseignement ]  par des représentants de l'ambassade Us au sein de nos banlieues dites sensibles .

Outre les Etats-Unis  des responsables communutaires à l'image de ceux du CRIF exercent des actions de lobbying en faveur d'une puissance étrangère et aussi certainement exercent des activités de renseignement .

 

Il est donc grand temps pour la France de se doter d'un dispositif législatif à l'image du FARA qui obligerait toute personne exerçant des activités de lobbying ou de renseignement  au profit d'une puissance étrangère et qui perçoit sous quelque forme que ce soit une rétribution pour ces activitès à se déclarer comme " agent étranger " .

Cela permetterait de "faciliter  au peuple Français l'évaluation des déclarations et des activités de telles personnes à la lumière de sa qualité d'agent étranger " !

  De la même manière il serait opportun de créer un site internet recensant ces activités de lobbying . et dont les auteurs des articles seraient protégés contre une procédure en diffamation .

 

 

 

 

 

 

 

 null

 

[ 1 ] (1) any person who acts as an agent, representative, employee,
    or servant, or any person who acts in any other capacity at the
    order, request, or under the direction or control, of a foreign
    principal or of a person any of whose activities are directly or
    indirectly supervised, directed, controlled, financed, or subsidized
    in whole or in major part by a foreign principal, and who directly
    or through any other person--
            (i) engages within the United States in political activities
        for or in the interests of such foreign principal;
            (ii) acts within the United States as a public relations
        counsel, publicity agent, information-service employee or
        political consultant for or in the interests of such foreign
        principal;
            (iii) within the United States solicits, collects,
        disburses, or dispenses contributions, loans, money, or other
        things of value for or in the interest of such foreign
        principal; or
            (iv) within the United States represents the interests of
        such foreign principal before any agency or official of the
        Government of the United States; and

        (2) any person who agrees, consents, assumes or purports to act
    as, or who is or holds himself out to be, whether or not pursuant to
    contractual relationship, an agent of a foreign principal as defined
    in clause (1) of this subsection.

[ 2 ]   (h) The term ``publicity agent'' includes any person who engages
directly or indirectly in the publication or dissemination of oral,
visual, graphic, written, or pictorial information or matter of any
kind, including publication by means of advertising, books, periodicals,
newspapers, lectures, broadcasts, motion pictures, or otherwise;

  (o) The term ``political activities'' means any activity that the
person engaging in believes will, or that the person intends to, in any
way influence any agency or official of the Government of the United
States or any section of the public within the United States with
reference to formulating, adopting, or changing the domestic or foreign
policies of the United States or with reference to the political or
public interests, policies, or relations of a government of a foreign
country or a foreign political party;

Documents de référence :

 

TITLE 22--FOREIGN RELATIONS AND INTERCOURSE

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #psyops - guerre secrête

Repost0

Publié le 1 Juillet 2010

MOSCOU, 30 juin - RIA Novosti

 

La commission d’enquête chargée d’étudier les causes des précédents tirs d'essai échoués du missile balistique Boulava a décidé de poursuivre les tests, a déclaré mercredi à RIA Novosti Vladimir Popovkine, premier vice-ministre de la Défense.
« La commission d’enquête chargée d’éclaircir les causes des tests échoués du missile Boulava vient d’achever sa mission. Nous affirmons la nécessité de poursuivre les tests vu que toutes les conditions sont réunis pour cela », a indiqué le responsable militaire qui participe au forum Technologies du génie mécanique dans le cadre du Salon international d’armement IDELF-2010 tenu dans environs de Moscou.

Le missile intercontinental Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile à propergol solide et à trois étages. D'une portée de 8.000 km, Boulava peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante. La Russie a procédé à 12 tirs d'essai, dont cinq seulement ont été des succès.

 

Alors que la date de reprises des essais avait été initalement fixée au début novembre 2010 [ 1 ] , le vice-premier ministre Serguei Ivanov vient de déclarer qu'il est encore trop tôt pour décider de la date de reprise des essais .[ 2 ]

 

Liens :

[ 1 ] Missile russe Boulava: les essais relancés en novembre 2010 (Défense) - Depêche de Ria Novosti du 21 mai 2010.

[ 2 ] Vicepresidente del Gobierno ruso cree incorrecto fijar la fecha de reanudación de los lanzamientos del Bulavá - Depêche de Ria Novosti du 30 juin  2010.

 

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #SNLE et missiles

Repost0