Du gaz Russe pour l'Europe ( 1 ) : Aux origines de Novi-Ourengoï

Publié le 27 Juin 2008

Un article de la revue " Spoutnik " datant de Juillet 1983 sur les origines de Novi-Ourengoi .
Comme le souligne un journaliste Allemand qui a visité le site : " Les destinées de ces peuples [Nenets , Komis , samis ] ne sont en rien comparables au lot affligeant des esquimaux dans l'Alaska ou l'on exploite également des gisements de pétrole et de gaz "
Une constation encore valable de nos jours  comme ont pu se rendre compte les journalistes qui ont visité la ville de Khanty-Mansyisk à l'occasion du sommet EU-Russie .

Russie , la Ruée vers l'est
LE MONDE | 26.06.08 | 13h36
" En 2001, lors d'une visite à Novy Ourengoï, la ville du district autonome Iamalo-Nenets voisin, où sont extraits 80 % du gaz russe, Vladimir Poutine avait piqué une colère contre les "intermédiaires" qui prenaient leur dîme sur la vente de l'or bleu. "Où est l'argent ?", avait-il demandé abruptement à Alexeï Miller, directeur exécutif de Gazprom, resté sans voix. Quelques arrestations plus tard - Mikhaïl Khodorkovski, patron de Ioukos en 2003, Alexeï Barinov, gouverneur du district Iamalo-Nenets en 2006 -, le message a été entendu. "Les relations entre le business, la population, l'Etat, ont été revues à l'équilibre", résume sobrement le gouverneur.

Colonisés sous les tsars, peuplés à marche forcée par le pouvoir soviétique à coups de goulags et de zones de relégation, devenus à la fin des années 1960 le centre de l'attention des planificateurs communistes, la Sibérie et le Grand Nord détiennent la plupart des ressources naturelles du pays. Le territoire Iamalo-Nenets est riche en gaz, la région de Khanty-Mansiysk regorge de pétrole, la république de Sakha (ex-Iakoutie) recèle de l'or et des diamants.

Avec 1,5 million d'habitants seulement, la région de Khanty-Mansiysk, vaste territoire marécageux semblable à une éponge imbibée de pétrole, est la quatrième de la Fédération russe en termes de richesse. Le revenu moyen par habitant y est plus élevé qu'à Saint-Pétersbourg (653 euros par mois et par habitant contre 420 pour l'ancienne capitale impériale). Plus au nord, les habitants du district Iamalo-Nenets ont un niveau de vie plus élevé que les Moscovites (1 411 euros mensuels contre 868)."

Un point de vue partagé aussi par Euronews
euronews - Vendredi 27 juin, 20h04
" Une ville de 70.000 habitants qui est aussi et surtout la vitrine d'une région produisant à elle seule près de 60% du pétrole russe. En huit ans de boom, ce qui n'était qu'une bourgade de province s'est transformé en un centre d'affaires façonné par les pétrodollars. La flambée des prix du brut aidant, Khanty-Mansiïsk poursuit sa métamorphose, et les salaires y sont environ deux fois plus élevés que la moyenne nationale. Pour exploiter ces sous-sols qui ont donné à la  Russie son statut de superpuissance énergétique, la deuxième derrière l'Arabie saoudite, il a fallu grignoter les territoires des peuples indigènes de la région. Mais le soutien financier des compagnies pétrolières aux minorités et les lois très protectrices promulguées par les autorités semblent avoir coupé court à toute revendication identitaire."

Paul Goble   ne va pas apprécier du tout !

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article