La guerre de la morue par Ilia Kramnik, RIA Novosti

Publié le 18 Juillet 2008

La réapparition des navires de guerre russes près du Spitzberg a fait sensation, bien que cela ne fût pas une surprise. En fait, pour la première fois après une longue interruption, la Marine de guerre russe reprend ses fonctions très importantes de garant de la libre navigation et de l'exploitation des ressources maritimes. Il est particulièrement symbolique que ces fonctions soient exercées non pas dans des "eaux neutres" abstraites qui n'intéressent personne,mais dans les eaux autour du Spitzberg, qui font l'objet d'un litige entre la Russie et la Norvège. L'interprétation du statut particulier du Spitzberg-Svalbard est à l'origine du contentieux. Conformément aux dispositions en vigueur du droit international qui réglementent le statut de l'archipel, ces îles appartiennent à la Norvège, mais la Russie a le droit d'y exercer une activité économique, ainsi que dans les eaux qui l'entourent. Actuellement, cette activité concerne essentiellement l'extraction de houille par la compagnie Arktikougol et la pêche dans les eaux entourant les îles.

Le droit des pêcheurs soviétiques (russes) de pêcher dans les eaux qui baignent l'archipel avait été remis en question en 1977, lorsque, au plus fort de la guerre froide, la Norvège proclama unilatéralement la zone des 200 milles autour des îles comme étant sa zone économique exclusive. Cependant, cette démarche n'eut aucune conséquence concrète: les patrouilles régulières effectuées par les navires, avions et sous-marins de la Flotte russe du Nord dans les eaux des mers de Barents et de Norvège garantissaient aux pêcheurs russes une activité normale.

Cependant, après le démembrement de l'URSS, la situation commença à se détériorer. La Norvège se mit à dicter à la Russie des conditions pour la pêche dans les eaux de l'archipel et à arraisonner les chalutiers dont les équipements ne correspondaient pas aux règlements norvégiens. Le scandale de ce type le plus connu est l'incident survenu avec le chalutier Elektron.

Plus récemment, un incident du même genre s'est produit dans la nuit du 23 au 24 mars 2008, lorsque les gardes-côtes norvégiens ont arraisonné le chalutier russe Koralnes.

Les patrouilles des navires des forces navales russes dans les eaux litigieuses doivent garantir le droit des pêcheurs russes à pêcher librement dans les eaux entourant les îles, conformément au statut particulier de l'archipel. Le navire anti-sous-marins Severomorsk, actuellement en mission dans cette région, sera prochainement relevé par le croiseur lance-missiles Maréchal Oustinov.

Il est peu probable que les gardes-côtes norvégiens osent arraisonner des bateaux de pêche russes alors que de grands navires de guerre capables de se rendre en quelques heures en n'importe quel endroit des eaux entourant l'archipel se trouvent dans la région. * Des négociations entre la Norvège et la Russie qui permettraient aux deux parties de parvenir à un accord et d'exclure d'éventuels heurts en matière de partage des ressources des mers du Nord seraient évidemment la meilleure issue.

Si aucun accord n'intervient, le conflit ne fera que s'aggraver, sans parler du fait que, dans les conditions de la crise économique mondiale qui s'approfondit, cette région riche en ressources biologiques pourrait susciter un intérêt croissant de la part des Etats voisins.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur

* Traduit par Michel Audiard cela donne : " Dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus. Y a des statistiques là-dessus."


Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #guerre navale Russo-Norvegienne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article