" La bataille du grand nord a commencé ....... " : Determinisme Fukuyamien !

Publié le 20 Septembre 2008

Lorsque j'ouvre un livre de geopolitique lié à l'actualité , il me vient invariablement à l'esprit l'idée de le comparer à un exposé alarmiste comme " La lutte pour le Pacifique " de Bienstock en 1936 , un exposé savant , plein de références agrémenté de prospectives comme " Soviets in the Arctic " de Taracouzio en 1939 ou à une étude theorique universitaire comme " Weltmeere und Weltmachte " de Haushofer et " Geographie des frontières " d' Ancel .
Je choisis volontairement ces références car , comme le cas qui nous interresse ici , il s'agit de la description d'un monde à la veille d'un conflit ( hypothetique dans le cas de l'Arctique ).

L'ouvrage de Richard Labevière et FrançoisThual appartient un peu à toutes ces catégories .
Il constitue un excellent ouvrage de vulgarisation aux boulversements qui se produisent actuellement dans cette partie du Monde .
Il est , en outre , agreable à lire même si le souffle de l'épique qui s'esquisse dans le premier chapître fait vite place aux faits et aux chiffres .
" Nuit blanche au large de Sisimut - Groenland . La brillance de la banquise répond à celle de la voute céleste à portée de main . Une myriade de points noirs oscille sur l'horizon " .
Les deux chapîtres suivants sont consacréà la mise en place du décor  et des acteurs , qui selon Robert Boucard " sert de toîle de fond pour amuser les îlotes pendant que les décisions dont dépendent l'avenir de l'humanité sont prises dans les coulisses " , avec un résumé de la conquête de cette région .

 " la bataille pour le grand Nord ......." est bourré d'appartés interresants  en particulier sur l'historique de la Defense Anti Missile puisqu'on y decouvre les performances du P51 Mustang contre les V1 et la contribution de Paul Emile Victor aux divers programmes militaires Etazuniens dans l'Arctique depuis la sgm .
Les auteurs nous initient aussi à des concepts comme la " maritimisation " ou nous font découvrir au travers des témoins interrogés les luttes doctrinales au sein de l'Etat Major de la Flotte de Guerre Russe .
Il est aussi interressant par ses cartes centrales et par le nombres de reférences bibliographiques qu'il donne .
Plusieurs sujets developpés sur ce blogue sont abordés au fil des pages : La restructuration de la construction navale Russe , l'importance de la RMN lors de la guerre Russo-Japonaise , la tempête de 1983 ( article à venir ) ,le tir d'un ICBM par leSNLE " Ekaterinburg " , .............

Toutefois , et c'est là son principale défaut , ce livre est empreint d'un "déterminisme Fukuyamien " .
Pour les auteurs , les jeux sont faits ou du moins sur le point d'être faits .L'Histoire est écrite .
Si ce livre se caractérise par son absence de prospectives , peut être est ce du au serieux des fonctions exercées par les auteurs , malgrés  trois scenarii livrés sur la fin il n'en est pas mois marqué par un " ineductabilisme " qui devient agaçant lorsque l'on avance au fur et à mesure de l'ouvrage :
- Le Canada est pieds et poings liès dans sa politique arctique vis à vis des Etazunis
- l'indépendance du Groland est inéluctable , de même que son entrée dans l'orbite des Etazunis
- L'incapacité de la Russie à mettre en valeur ses richesses arctiques de manière autonome , nos auteurs ayant même trouvéun sakha pour " témoigner " .de la gabegie Russe dans l'Arctique .
Du sous  Bellona ou du sous Paul Golbe !

De la même manière , il est regretable que les auteurs n'utilisent , mis à part le Sakha tiré de sa toundra , qu'UNE SEULE source Russe .
Et le défaut reproché par Haushofer aux " observateurs occidentaux " du Japon peut être adressé aux auteurs :
Celui d'observer  et d'analyser " au travers du prisme déformant de ses fantasmes " .

Sur la fin les auteurs se résignent à voir  l" hyper marine " cingler toutes chaudières nucleaires au vent dans les eaux  Arctiques des deux routes maritimes septentrionales , c'est l'un de leurs trois scenarii .

A peine esquissent ils un rôle pour l'Europe et son " soft power " ( Une aide à des lycéens * en difficultés * au Groland ! ) . On croirait entendre l'ambassadeur Stefanini - Peut être est ce la raison du rappel  récurrent de l'expertise accordée par PEM à l'Armée Americaine et de l'émerveillement  de Jean Malaurie visitant la base de Thulé : Nos auteurs rêvent certainement que l' " hyper marine " accordera une place sur ses ponts d'envol à un escadron de  Rafale-M et à un groupe de chercheurs en ichtyologie Bruxellois venus fixer les quotas de pêche des Inuits Grolandais ????
Il est dommage que les auteurs , qui ont écrit un ouvrage sur la geopolitique du Caucase et , qui presentent tout un long de chapitre un Vladimir Poutine velléitaire aient vu leur livre imprimer au ......mois d'Aout !
Ils auraient pu constater le caractère relatif de ce " soft power " , même au sein d'une Ue réunie , face au " hard power " de quelques blindés dans les rues de Gori ou autour du port de Poti !
Mais peut être , certainement , est du à leur parti pris Européisto-Atlantiste ?
Les articles que vous pouvez lire quotiennement sur ce blogue montrent  que les " carottes ne sont pas cuites " et le scenario n'est pas ecrit .








Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #La bibliothèque

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
Bonne critique, surtout quand on cite Ancel.Dommage, Thual est d'habitude bon. Pourquoi cette évolution?
Répondre