Canada : Medvedevisme au rabais !

Publié le 21 Septembre 2008

Steven Harper promet une agence de développement pour le Grand-Nord canadien

IQALUIT, Canada - A l'occasion d'un déplacement de quelques heures à peine à Iqaluit, dans le Nunavut, le Premier ministre canadien Stephen Harper a promis de nouvelles mesures pour assurer le développement du Grand Nord canadien, et par ricochet, la souveraineté du Canada sur l'Arctique.
Il était le premier candidat au poste de Premier ministre à fouler le sol gelé depuis le début de la campagne, et il a fait savoir qu'il entendait faire du Grand Nord canadien, l'une de ses priorités.

"L'importance économique et stratégique de l'Arctique s'est accrue de façon exponentielle au fil des ans, notamment en raison de la hausse de la demande mondiale pour ses ressources énergétiques et minérales, de la fonte de la calotte glacière et de l'augmentation de la navigation", a-t-il soutenu lors d'un point de presse dans un centre communautaire d'Iqaluit.

Un gouvernement conservateur réélu s'engagerait à regrouper toutes les activités de développement du Grand Nord sous la direction d'une agence de développement régionale indépendante. Il établirait également un "bureau satellite", sorte de guichet unique facilitant les démarches administratives et il améliorerait le processus réglementaire pour les projets sur les ressources naturelles.



Avec ces mesures, le chef conservateur se targue de ne laisser aucune région du Canada à l'écart, aussi éloignée soit-elle.

Mais si l'intérêt croissant d'Ottawa pour les énormes réserves de pétroles et de gaz naturel dans ses fonds sous-marins ne fait pas de doute, certains sur place se demandent si sa population et ses conditions de vie suscitent un tel enthousiasme.

"Nous avons beaucoup de gens qui sont sans travail, nous avons une crise du logement et notre taux de pauvreté est dans le plafond: ces problèmes doivent être abordés dès maintenant", a fait valoir le candidat libéral pour le Nunavut, Kirt Ejesiak.

Avec son équipe, il faisait le pied de grue devant le centre communautaire où M. Harper tenait son point de presse, pour lui demander des comptes sur ces thèmes.

Le leader du Parti conservateur s'est défendu de laisser les gens à l'écart. "C'est clair que ce gouvernement a une priorité du Grand Nord avec plusieurs éléments: évidemment la souveraineté du Canada, appuyée par tous les Canadiens, mais aussi le développement économique et social", a-t-il indiqué.

D'autres avancent que le réchauffement planétaire, bouleversant le mode de vie des gens qui habitent la région, devrait être plus haut dans la liste des priorités des conservateurs.

A cela, M. Harper réplique en enfonçant le clou sur son sujet préféré: le plan vert de son adversaire libéral. "Personne ne veut payer de taxe sur le carbone, y compris dans cette partie du pays", a-t-il prétendu.

Le Canada n'est pas le seul a avoir les yeux rivés sur l'Arctique, riche en hydrocarbures. Pas plus tard que cette semaine, le chef conservateur s'est dit préoccupé par les revendications territoriales de la
Russie  et par les incursions de ses bombardiers.Les Etats-Unis, la Russie, la Norvège, le Danemark et le Canada convoitent ce territoire, tant pour ses ressources naturelles cachées que pour son positionnement stratégique. AP

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Canadiens dans l'Arctique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article