Grand Nord Canadien : Fin des exercices Nanook 2009

Publié le 29 Août 2009

L'opération annuelle de souveraineté Canadienne dans l'Arctique est maintenant terminée.

 

Plus de 700 personnels ont participé à l'opération NANOOK 2009, pendant trois semaines. Cette année, elle comportait de nombreuses patrouilles de souveraineté, une formation militaire et un exercice pangouvernemental visant à mettre à l'essai l'état de préparation aux situations d'urgence dans le Nord.

Selon le général Walter Natynczyk, chef d'Etat-Major des forces armées Canadiennes , le Canada n'est pas confronté à une menace conventionnelle dans l'Arctique. L'augmentation du trafic maritime, avec l'ouverture du passage du Nord-Ouest par la fonte des glaces due aux changements climatiques, pourrait mener à de nouveaux problèmes dans cette région: risque de désastre écologique, infiltrations criminelles et immigration illégale, par exemple.Des unités de plongeurs de l'armée Canadienne , du personnel de la Police Montée , un submersible et des brise-glaces ont participé à ces exercices .

Les autorités Canadiennes souhaitent que de tels exercices permettent aussi à la Garde côtière et à la sécurité publique d'apprendre à intervenir rapidement
Selon le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, l'opération a permis de démontrer la capacité du Canada à exécuter des opérations terrestres, maritimes et aériennes dans un environnement nordique austère tout en répondant à des situations d'urgence pour appuyer le gouvernement territorial.

 Selon le commandant de la défense continentale Canadienne, le vice-amiral Bruce Donaldson, il faut apprendre à opérer dans ce nouvel environnement avant d'inventer des menace militaires fictives..
" En travaillant ensemble avec nos partenaires fédéraux et territoriaux , nous pouvons accroître notre capacité à répondre aux urgences . Dans le grand nord , répondre aux urgences nécessite un travail d'équipe " a souligné le chef d'Etat Major des forces armées Canadiennes , le général Walter Natynczyk . [ 1 ]


Stephen Harper se rend aux armées

Le premier ministre Canadien Stephen Harper s'est rendu aux armées dans la région du 17 au 21 aout .
M. Harper effectue ce voyage chaque année, mais la  presse Canadienne précise que cette visite intervient alors que le Canada et le Danemark commencent à envisager une coopération militaire plus serrée dans cette région.
Il a été accueilli dans la baie de Frobisher à bord de la frégate Toronto par le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, et par le général Walter Natynczyk .
Avant son départ ,  le ministre de la Défense nationale a commenté le projet Russe d'envoyer des parachutistes dans l'Arctique en avril 2010. [ 2 ] Peter MacKay a affirmé qu'il surveillera le projet de près, mais ne voit pas pour l'instant de problème, précisant : «
 S'il y a une menace dans notre territoire, nous sommes prêts à défendre notre intérêt ».

Le premier ministre a pris les commandes d'un hélicoptère Sea King durant une partie du vol qui l'a mené d'Iqaluit, au Nunavut, jusqu'à la frégate NCSM Toronto.

M. Harper a également embarqué dans le sous-marin NCSM Corner Brook pour assister à un exercice de lutte anti-sous-marine . Les autorités Canadiennes soupçonnent que des submersibles Russes [ 3 ] mais aussi Etasuniens patrouillent dans la région . De la part des Etats-Unis , ces patrouilles serviraient de pretexte à une non-reconnaissance de la souveraineté Canadienne , plus particulièrement sur le passage du Nord-Ouest . [ 4  ]



Du militaire , mais aussi du social au Nunavut  


Conformément aux nouvelles dispositions qu'adoptent de plus en plus de nations riveraines du cercle arctique , dont le Canada , la souveraineté s'exerce aussi au travers d'une meilleur prise en compte des aspirations des populations autochtones .[ 5 ]

Stephen Harper a affirmé que les besoins sociaux et le développement de l'Arctique canadien ne sont pas relégués au second plan par l'importance qu'accorde son gouvernement à une présence militaire dans la région.

 

Le premier ministre assure être conscient des "problèmes importants" qui sévissent dans le Grand Nord, et il a affirmé que des investissements "sans précédent", au niveau des infrastructures et à vocation communautaire, aideront à corriger la situation. 

M. Harper a indiqué que l'agence, baptisée CanNor, mettra fin à une situation où les décisions concernant l'économie du Nord étaient prises dans les bureaux du Sud.

L'agence pourra compter sur un budget de 50 millions $ au cours des cinq prochaines années. Elle aura son siège à Iqaluit et des bureaux de district à Whitehorse et à Yellowknife. Un bureau chargé des politiques et de la coordination sera situé à Ottawa.

M. Harper a émis ces propos dans le cadre d'une visite à Pangnirtung, où il a confirmé  la construction d'un nouveau port pour petits bateaux. Une fois terminé, ce port offrira aux pêcheurs de la région une base d'exploitation qui se veut moderne et fiable.

 

Le gouvernement avait réservé 10,7 millions $ pour ce projet dans le budget fédéral de 2008. Un montant additionnel de 17 millions $ a été ajouté à cette somme dans le budget de 2009. Les travaux débuteront en septembre.


Une organisation économique et culturelle du Nunaavut  a prié le gouvernement conservateur d'appliquer en totalité l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut, affirmant que la meilleure façon de solidifier l'empreinte canadienne sur le Grand Nord passe par des communautés locales vivantes .

Selon le vice-président de Nunavut Tunngavik Inc., James Eetoolook, l'importance actuellement accordée à une présence militaire ne tient pas compte de la réalité historique. Selon lui, le Nord s'est bâti notamment grâce au commerce, et sans les Inuits, le drapeau du Canada ne flotterait pas sur l'Arctique.

L'entente de revendications territoriales, conclu en 1993, a mené à la création du territoire du Nunavut il y a 10 ans.

 

En vertu de cet accord, le nouveau gouvernement territorial se voyait confier la gestion de divers dossiers, notamment la faune, l'utilisation et le développement du territoire, et les taxes foncières.

 

Dans un communiqué, M. Eetoolook a rappelé que cette entente faisait du Canada et du Nunavut des partenaires pour les années à venir. Mais le Nunavut a trop souvent l'impression de jouer le rôle de "partenaire oublié ou même invisible", a-t-il aussi déploré.


De la viande de phoque au menu

 

Snobant une fois de plus l'UE qui interdit la commercialisation des produits issus de la chasse au phoque  ,  le premier ministre Canadien et les membres de son cabinet ont mangé de la viande de phoque crue et bouillie lors de leur visite à Iqaluit ( Nunavut ) .

"L'appui de notre gouvernement envers l'industrie du phoque est bien connu", a affirmé M. Harper.

 

"Les normes mises de l'avant dans cette industrie sont, honnêtement, supérieures à celles que l'on retrouve dans d'autres industries de produits animaliers. Il n'y aucune raison justifiant le fait que l'industrie du phoque fasse l'objet d'un traitement discriminatoire de la part des Européens ou de citoyens d'autres nations", a ajouté le premier ministre.


Lors de la dernière réunion du Conseil Arctique , l'UE a été déboutée de sa demande d'un statut de membre observateur au sein de l'organisation en raison de sa décision sur les produits issus de la chasse du phoque par le veto de plusieurs membres permanents entrainés par le Canada et le Groenland .[ 6 ]

Vers une coopération militaire entre le Canada et le Danemark

Le Canada et le Danemark, qui se sont autrefois disputés au sujet du contrôle de l'île Hans, ont récemment commencé à forger des liens militaires plus serrés. Cette collaboration qui va en s'amplifiant démontre une dépendance au moment même où les deux pays tentent de définir leurs revendications sur le Nord, une région potentiellement riche en minéraux.

 

Le mois dernier, un avion des Forces armées danoises a visité plusieurs sites d'atterrissage en gravier dans des avant-postes canadiens dans le Haut-Arctique. L'opération est presque totalement passée sous silence dans les médias.[ 15 ]  Toutefois, selon un communiqué de presse danois, elle s'inscrivait dans le cadre de préparations pour une éventuelle collaboration avec le Canada.

 

L'hiver dernier en Islande, le chef d'état-major de la Défense, Walter Natynczyk, avait rencontré son homologue danois lors d'une conférence sur l'Arctique.
Le Danemark a d'autre part fait état de sa volonter de renforcer ses unités arctiques [ 7 ] tandis que le nouveau secretaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen , ancien premier ministre du Danemark  , a preconisé un renforcement du rôle de l'OTAN dans la région lors de sa dernière visite en Islande [ 8 ] .De nombreux experts pensent que les manoeuvres Canadiennes Nanook 2009 ne servent que de paravent à ce renforcement de l'OTAN dans la région sous couvert de la réarfimation d'une souveraineté " Canadienne " . [ 11 ]

Selon Rob Huebert, de l'université de Calgary, des commandants militaires des deux pays se seraient rencontrés pour discuter de terrains d'entente et de coopération, plus particulièrement de missions de recherche et de sauvetage dans le Nord.

 

"Je sais que les deux parties se parlent à un niveau plus élevé que par le passé", a-t-il affirmé.

 

A son avis, les deux Etats ont réalisé que leurs infrastructures et leurs capacités respectives n'étaient pas assez importantes pour être en mesure, par exemple, de mener des missions de recherche et de sauvetage, de faire face à un désastre environnemental ou de s'attaquer aux contrebandiers par soi-même.

 

"Même s'ils font tout ce que (le gouvernement fédéral) a promis de faire, ce ne sera pas suffisant sur le terrain, et une collaboration avec les pays voisins sera nécessaire", a-t-il ajouté.

 

M. Huebert a dit que le chef du Commandement du Nord, le brigadier-général Dave Miller, a apparemment discuté avec son homologue du Groenland, un territoire autonome du Danemark .

Le Canada et le Danemark ont déja entrepris des opérations de cartographie commune du plateau continental arctique . [ 9 ]

Le goulot d'étranglement des brise-glaces et des télécommunications

Si l'actuel premier ministre Canadien ainsi que le ministre de la défense ont a plusieurs reprises état de leur volonté de moderniser , et même d'armer [ 14 ] , la flotte de brise-glaces opérants dans l'arctique , ce sujet reste le principal goulot d'étranglement aux capacités de projection du Canada ( et des Etats-Unis ) dans l'arctique .

La Garde Cotière Canadienne affirme qu'elle ne peut pas étendre la période de présence de ses brise-glaces dans l'arctique . La plupart des brise-glaces opérant dans l'arctique Canadien proviennent d'autres régions du Canada et doivent , au début de la saison d'hiver , retourner dans leurs bases pour y subir des opérations de maintenance et de réequipement avant de reprendre leur missions au service de leurs régions et admnistartions d'origine .

Selon l'expert Canadien Rob Huebert , c'est l'ensemble de la flotte de brise-glaces Canadiens qui est vieillissante .
Si le Canada ne renouvelle pas cette flotte dans un proche avenir il sera obligé de louer des brise-glaces à d'autres pays , à la Russie par exemple , pour pouvoir mener ses missions dans l'arctique .[ 10 ]

L'autre problème constaté est la saturation du réseau de téléphonie mobile dans le Grand Nord Canadien .Le Brigadier Général David Millar a déclaré que les utilisateurs de téléphones portables ont eu des problèmes pour communiquer en raison de la hausse du traffic provoquée par les exercices . Selon David Millar un renforcement du réseau de communications est nécessaire non seulement en raison de la présence de militaires mais aussi pour améliorer les conditions de sécurité lors des opérations de recherche et de sauvetage . Les forces armées Canadiennes comptent faire du renforcement des communications dans le Grand Nord une de leurs priorités .[ 16 ]

D'aprés AFP et La Presse Canadienne , autres sources voir infra .

Liens :

[ 1 ] 
Annual Arctic Sovereignty Operation Comes to a Close - Depêche de Marketwire du 29 aout 2009 .
[ 3 ]
Canada monitors Russian subs off East Coast  - Article de CBCNews du 12 aout 2009 .
[ 10 ]
Can't extend Arctic icebreaker season: Coast Guard - Article de CBCNews du 27 aout 2009 .
[ 11 ] Canada flies NATO flag in arctic showdown - Depêche UPI du 18 aout 2009 .

[ 12 ]
Cameras de combats des forces armées Canadiennes
[ 13 ] Banque d'images des forces armées Canadiennes , tapper " Nannok 2009 " dans le moteur de recherche .
[ 14 ] Stephen Harper announces the new defence policyput forward by the Conservative Party of Canada
sur le site de la Canadian American Strategic Review
[ 15 ]
A Danish Military Aircraft on Familiarization Flights over Canada's Arctic - Article de CASR du 3 juillet 2009 .
[ 16 ] Northern communications need more 'horsepower': general - Article de CBCNews du 27 aout 2009 .

Articles associés :

[ 2 ]
Des parachutistes Russes au Pôle-Nord en 2010 .
[ 4 ]
ICEX 2009 :Stephen Harper est il sincère ?

[ 5 ] Le Canada publie sa stratégie pour le Grand Nord : Notre Nord , notre patrimoine , notre avenir  
[ 6 ]
Le premier ministre du Nunavut s'oppose à la présence de l'UE au sein du Conseil Arctique
[ 7 ] La militarisation de l'arctique par le Danemark augmente le risque de conflits dans la région
[ 8 ] Rasmussen plaide pour une coopération renforcée avec la Russie mais veut renforcer l'OTAN dans l'arctique .
[ 9 ] Le Canada et le Danemark rompent la glace pour se partager l' arctique .







Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Canadiens dans l'Arctique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le monsieur James Eetoolook est un menteur, sans plus. L'Arctique est devenu territoire canadien en 1909, lorsque le capitaine J.E. Bernier, sur le voilier "ARCTIC" posa uneplaque sur l'Ile Melville dans le Grand Nord canadien. LesInuits furent des observateurs passifs.Claude Jodoin Ing., M.Sc. (G.Oc.), M.Sc. (G.El.)
Répondre
D
<br /> Bonjour ,<br /> Vous avez raison mais je crois c'est plus compliqué que cela  !<br /> Je pense que M. James Eeltoolook veut signifier que c'est au travers des Inuits Canadiens que le Canada peut se prévaloire d'une légitimité ( ancestrale ) sur l'Actique , de la même manière que les<br /> Russes basent leur légitimité sur l'Arctique en partie au travers de Pomores , qui ont servi sous les ordres d'Alexandre Nevsky , ou des Komis et des autres " petits peuples " de l'arctique devenus<br /> les " gardiens de la Russie polaire " .<br /> De la même manière , il y a un sentiment de Brasilianité chez les Amerindiens qui permet au gouvernement Bresilien d'asseoir ses revandications sur l'Amazonie .<br /> C'est cette présence " légitimatrice " des autochtones qui fait que les principales nations du cercle arctique ont reconnu la necessité d'une politique en faveur de ceux ci dans le cadre de leurs "<br /> doctrines arctiques " . Ces populations autochtones peuvent être facilement l'objet de manipulations .<br /> Je ne pense pas que la creation d'une entité politique autonome circumpolaire Inuit soit une réalité .<br /> Merci pour vos commentaires et vos précisions qui seront toujours les bienvenues .<br /> Cordialement<br /> <br /> Daniel BESSON<br /> <br /> <br />