De l'importance des îles Kouriles pour la Russie

Publié le 26 Novembre 2009

Le commentateur Ilia Kramnik fait sur Ria Novosti la liste des raisons pour lesquelles les îles Kouriles sont importantes pour la Russie . Certaines de ces raisons ont déja été évoquées sur ce blogue [ 1 ] , nottament leur rôle geo-strategique : Elles " verrouillent " l'accés à la Mer d'Okhotsk , " bastion naval " de la Russie dans le Pacifique pour ses SNLE . 
Il analyse ensuite le " problème " des îles Kouriles à l'aune de la politique intérieure Nippone .

Comme me le faisait remarquer hier Bernard , le gouvernement Japonais à decider d'utiliser le " joujou nationalisme " sur deux fronts , au Nord et au Sud : Au sud en critiquant l'implantation d'une base Etasunienne à Okinawa et au Nord avec la réactivation polemqiue du dossier des îles Kouriles .


Le gouvernement japonais a entériné un document considérant les Kouriles du Sud comme « un territoire occupé ». Cette formule se trouve dans une réponse à une requête des députés japonais.

L’expression « occupation illégale » a été utilisée pour la première fois le 17 octobre par le ministre japonais des Transports Seiji Maehara, qui assume aussi le poste de ministre de l'archipel d'Okinawa et des Territoires du Nord, comme sont appelées au Japon les quatre îles des Kouriles du Sud Kunashir, Iturup, Shikotan et les Habomai. A la suite de cette déclaration, les députés japonais lui ont adressé une requête et ont reçu cette réponse.

La réaction du ministère russe des Affaires étrangères était prévisible: une note considérant la position de Tokyo comme inacceptable a été transmise au Japon.

Les Kouriles du Sud sont importantes pour la Russie d’un point de vue économique: la mer qui baigne ces îles est riche en ressources biologiques et la perte de dizaines de milliers de kilomètres carrés d'une zone économique exclusive russe n'arrange pas la Russie.

Cette question touche aussi au prestige national russe. L'URSS a reçu les Kouriles après avoir remporté la guerre de 1945, revanche de la défaite essuyée par la Russie dans la guerre de 1904-1905.

Militairement, les détroits des Kouriles du Sud ont aussi une grande valeur, car ils assurent aux navires de la Flotte russe du Pacifique leur "propre" sortie sur l'océan. Les autres détroits - de Sangar et de Tsushima - sont contrôlés par des Etats étrangers, tandis que ceux des groupes central et septentrional des Kouriles se trouvent bien plus au Nord et sont beaucoup moins explorés.

Plus important encore: en cas de passage des Kouriles du Sud au Japon, la Russie perdrait la possibilité de contrôler l'entrée de navires et des sous-marins étrangers dans la mer d’Okhotsk, la région sillonnée par les croiseurs sous-marins stratégiques lance-missiles de la Flotte russe du Pacifique. En cas de conflit, un adversaire éventuel aurait la possibilité de surveiller les sous-marins dans cette région et de les détruire rapidement.

Il est à remarquer que le problème des Kouriles ressemble à celui des Malouines. Le contentieux pour les Malouines a conduit en 1982 à un conflit armé entre l'Argentine et la Grande-Bretagne. Les dirigeants argentins se sont toujours servis des Malouines comme d'un atout permettant de régler les problèmes intérieurs en détournant l'attention de la population sur la lutte contre "l'ennemi extérieur".

Certes, la situation au Japon diffère de la situation de l’Argentine dans les années 50-80 du siècle dernier, mais théoriquement, les Kouriles du Sud pourraient s'avérer un jour une cible très commode pour une agression.

La "commodité" de cette cible sera plus grande encore si la Russie fait traîner en longueur le renouvellement et l'extension des infrastructures militaires et économiques de l'Extême-Orient russe, qui a besoin de nouveaux navires, de bases militaires, d’aérodromes, d'avions et de matériel, mais surtout d’un personnel qui puisse y vivre et y travailler de façon permanente, au lieu de « tourner avec des saisonniers ».

Il est à noter que de son côté le Japon accroît le potentiel de ses forces armées. En ce qui concerne les armements conventionnels, le Japon détient actuellement une supériorité en nombre sur le groupement extrême-oriental russe, sans parler de son pourcentage de matériel moderne dans ses forces navales, aériennes et terrestres.[ 2 ]

Cependant, la Russie dispose d’atouts importants, comme la présence dans le Pacifique d'un groupement de sous-marins nucléaires puissants et invulnérables, ainsi que d’une aviation à grand rayon d'action.[ 3 ]  Ces atouts combinés à l’arme nucléaire assurent, pour l'instant, une protection efficace des régions de l'Extrême-Orient russe contre une attaque éventuelle, mais leur influence n'est pas illimitée.

Il faut aussi comprendre que n'importe quel potentiel militaire ne vaut rien sans volonté politique, et que si le Japon (ou tout autre pays) comprend un jour que la Russie n'attache pas une importance suffisante à tels ou tels territoires russes  pour  combattre pour eux, le résultat sera à déplorer.

Un bon moyen de remettre le problème des Kouriles du Sud une fois pour toutes sur la voie des pourparlers pacifiques (par exemple, en coopérant pour mettre en valeur leurs richesses) pourrait être une déclaration non ambiguë qui aviserait le Japon que leur souveraineté sur ces îles ne se ferait, premièrement, qu'en déclenchant une guerre ouverte contre la Russie et, deuxièmement, en la gagnant.

Liens :
[ 2 ] Concernant l'estimation des forces en présence , on consultera
ce lien du " Japanese White Paper on Defense 2009 "
Articles associés :
[ 1 ]
Fête de la Flotte russe du Pacifique dans un contexte tendu à propos des îles Kouriles .
[ 3 ] Un des Tu 95 a subi un accident il y a trois semaines . Les vols ont repris depuis
Voir : Un Tu-142 de la Marine russe s'écrase dans le détroit de Tatarie, 11 portés disparus

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

Bonsoir,

Je vous encourage vivement aussi à continuer. Votre blogue comble un vide (à ma connaissance, donc faillible) sur la géopolitique du "Grand Nord". Vous posez bien les termes du débat.

J'espère qu'on pourra profiter de votre point vu sur l'influence chinoise en Sibérie : pression démographique, économique, agricultrice (?) et diplomatique (les traités inégaux et les terres au
delà du fleuve Amour). Que dire des réserves de la Sibérie qui, comme vous le notez si bien, ne sont plus si bien protégé. La Russie déclinante de 140 (voir 120 vers 2050) millions d'habitants est
un nain démographique fasse à la Chine. 1 russe pour 13 chinois !



Répondre
D

Bonjour ,
Merci pour vos encouragements .
La réponse à un commentaire est bien courte pour parler de la Siberie dans la perspective des relations Ruso-Chinoisdes.
Je pense , amha , qu'il s'agit d'un " épouvantail " que l'on dresse devant le gouvernement Russe pour mettre un frein à la ccoperation Russo-Chinoise .
La Chine doit  , avant de penser à " conquérir la Siberie " , résoudre ses problémes centre-peripherie qui sont loin d'être simples que ce soit au Tibet ou au Sin-Kiang  ou les
rapports entre la Chine-Interieure et la Chine côtière .
Il y a aussi le dossier de Taiwan .
Les exemples récents montrent que la Chine essaye d'acheter des terres en Afrique plutôt qu'en Sibérie et l4l'immigration Chioise en Extrême-Orient est desormais maitrisée .
Concernant la Siberie , elle y méne une politique active d'acAhts de matières premières auprés de sociétés Russes alors qu'elle est beaucoup plus active au Khazakstan dans l'acquisition d'actifs
.
Tres Cordialement
Daniel BESSON



E

Merci pour la suite de billets sur les Kouriles
EGEA


Répondre
D

Bonsoir ,
Merci pour votre encouragement .
Je ne savais pas à quoi je m'attelais avec ce blogue .
Tres Cordialement
Daniel BESSON