Dmitri Medvedev réaffirme la souveraineté Russe sur les îles Kouriles .

Publié le 1 Novembre 2010

Ce n'était que partie remise !

Annoncée après la visite de Dmitri Medvedev en Chine à la fin du mois de septembre , le déplacement du Président Medvedev sur les îles Kouriles s'est effectué aujourd'hui dans le prolongement de sa visite au Vietnam .

Cette visite s'est focalisée sur les question de l'autonomie énergetique des îles Kouriles du Sud avec la visite d'une centrale géothermique , la modernisation des infrastructures de transport et de l'amélioration des conditions de vie afin " que les personnes qui viennent ici aient l'envie de s' y établir pour toujours " a précisé le Président Russe .[ voir video ]

Cette visite est plus que symbolique car c'est la première visite d'un chef d'Etat Russe ou Soviétique dans cette région de la Féderation de Russie depuis 1945 et le début du contentieux territorial Russo-Japonais sur ces îles .

Elle intervient dans un contexte particulièremment tendu dans la région avec la récente dispute Sino-Japonaise concernant un incident maritime impliquant un chalutier Chinois .

Confrontés à des problèmes économiques internes depuis une dizaine d'années , les chefs politiques Japonais ont depuis une décennie adoptée une réthorique révisionniste et " grandiste " sur les conséquences territoriales de la défaite du Japon à l'issu de la Seconde Guerre Mondiale . On pourrait même parler ainsi d'un Nipponisme - pendant du Sionisme - qui cherche à justifier la souveraineté Japonaise sur ces îles par une occupation territoriale de populations de souches Nippones - ou présentées comme telles - depuis l'antiquité et même la préhistoire [ Jomons ] .  

  A ce grandisme Japonais qui se traduit par les réactions aussi épidermiques qu' irrationelles de sa diplomatie , s'oppose le " réalisme " Russo-Soviétique qui fait des frontières un " isobare politique " , c'est à dire la matérialisation physique d'un rapport de forces politiques ou militaires . C'est ainsi que les attitudes " conciliantes " de la diplomatie Russo-Soviétique sur ce dossier  à l'époque de MM. Gorbachev et Eltsine redeviennent plus souverainistes dans un contexte de la réafirmation de la présence Russe en Extrême-Orient . On peut aussi relier l'attititude ferme  de Dmitri Medvedev sur la question des  Kouriles à la fermeté dont il a fait preuve lors de la guerre dans le Caucase en aout 2008 . [ Voir 1ére video ]

 

 

L'annonce de cette visite a , on s'en doute , provoquée une réaction épidermique de la classe politique et du corps diplomatique Japonais auquel le MAE Serguei Lavrov vient d'opposer une fin de non recevoir en la qualifiant - avec raison - d'"  affaire intérieure Russe " :

"C'est notre territoire et le président Russe s'est rendu sur un territoire Russe", a déclaré l'ambassadeur Russe au Japon  .

Si le dossier de la souveraineté des îles Kouriles porte en lui une lourde charge mémorielle avec en particulier les tentatives du révisionnisme Nippon de vouloir remettre en cause les changements territoriaux consécutifs à la Seconde Guerre Mondiale , il comporte des éléments ayant trait à la géopolitique des ressources et à la géostratégie .

- La ZEE économique autour des îles Kouriles posséde d'importantes ressources halieutiques tandis que de récentes prospections entreprises par les géologues Russes sur la base de travaux effectués par leurs confrères Soviétiques ont permis de lancer l'exploitation de l'or mais surtout  du rhénium provenant des fumerolles des volcans de l'île . Les îles disposeraient aussi d'importantes réserves de titane .  [ Voir 1ére video ]

 - Les îles Kouriles verouillent l'accés au " bastion naval "de la Mer d'Okhotsk et constituent la première ligne de défense des côtes Russes dans la région .

 

Enfin pour les habitants de l'Extrême-Orient Russe qui ont été profondément marqués par la cession d'une île à la Chine sur le fleuve Amour , le caractère " physique " et " solide " d'une île est plus important que le caractère mouvant et instable de relations bilatérales avec les états voisins et ces habitants  ne sont pas prêtes à d'autres " pertes géopolitiques " qui remetraient en cause leur présence dans cette périphérie Russe .  [ Voir 1ére video ]

 

Sur le plan intérieur , les attitudes fermes de M. Dmitri Medvedev tant lors de la guerre de Géorgie que dans ses rapports avec MM. Youchenko et Loukachenko et desormais sur la question des Kouriles l'aménent à être le paire de M.Vladimir Poutine au sein de la dyarchie Russe .  [ Voir 1ére video ]

 

Au delà de l'aspect mémoriel de la Seconde Guerre Mondiale , le dossier des îles Kouriles est central dans le cadre de la présence Russe en Extrême- Orient dans la région Asie-Pacifique et ceci depuis plus d'un siècle , antérieurement à la guerre Russo-Japonaise de 1905 .

Cet aspect a été rapellé par le président Dmitri Medvedev lors de sa dernière visite sur la péninsule de Liaotong  fin septembre 2010 .

Le 26 septembre, le président Medvedev inaugurait son voyage officiel en Chine par une visite au cimetière de Lushun, près de la ville de Dalian, où sont enterrés plus de 20000 soldats et officiers de l’armée russe tombés lors des guerres contre le Japon (de 1898 à 1945), en particulier lors de la libération par les troupes russes du nord-est de la Chine contre les occupants japonais pendant la seconde guerre mondiale. “ Dalian abrite un mémorial pour les soldats Soviétiques qui ont donné leur vie pour la liberté et l’indépendance de la Chine. Il est symbolique que ce monument ait été élevé conjointement par des organisations Russes et Chinoises. J’ai voulu participer à son inauguration. Comme vous le savez, 2010 marque le 65ème anniversaire de la victoire dans la deuxième guerre mondiale. L’événement unit nos deux pays, qui étaient alliés pour combattre le nazisme et le militarisme ” soulignait Dimitri Medvedev lors d’un point presse.

 

 Alors que la Russie s'oriente vers une " Fern-Ostpolitik " marquée par un partenariat stratégique avec la Chine , elle renforce sa présence militaire dans la région avec une optique qui considère  le Japon comme un compétiteur et non un partenaire avec lequel - au delà de quelques accords - elle n'envisage pas de nouer des relations au niveau de celles en cours de développement avec les autres états de la région .

 L'amiral Viatcheslav Popov, président de la commission navale du sénat Russe ,a ainsi déclaré au moins de juin 2010 :

" Un navire de cette classe [ BPC Mistral - NDLR ]  nous aidera à élever la manœuvrabilité de nos troupes dans le Pacifique, compte tenu de l'importance géographique de cette région et de l'absence de troupes suffisantes pour couvrir, notamment, les Kouriles" .

 

Le Japon se trouve quand à lui de plus en plus isolé dans la région . Il est en conflits de souveraineté avec la Russie sur la question des îles Kouriles , sur la question des Rochers Liancourt avec la Corée du Sud et celle des îles Diaoyu avec la Chine . Il n' a desormais d'autres ressources que de chercher un appui aupres de l'alliè Etasunien apres avoir - toujours pour des questions de politique intérieure - critiqué sa présence militaire sur l'ile d'Okinawa .

Sa réthorique agressive et ses postures diplomatiques ne sont que la traduction de cet isolement et de cette faiblesse qui le repousse sous la protection du parapluie du systéme ABM des destroyers AEGIS livrés par les Etats-Unis .

 

 

Etude :

Quand le Pacifique Nord était un « lac russe »…

   Philippe Conrad -

Historien. Directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense

 

 

 

 

 

   

  

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Bonjour, je souscris au commentaire d'Olivier. De plus, grand merci pour<br /> <br /> <br /> l'article historique de Philippe Conrad sur le "Lac Russe". Hmmm, juste<br /> <br /> <br /> pour se faire une idée de la persistence USA, quant à la Sainte-Russie,<br /> <br /> <br /> il faut lire et méditer ce qui suit. Ils sont vraiment têtus !!<br /> <br /> <br /> http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2010/10/29/soft-power-la-guerre-culturelle-des-etats-unis-contre-la-rus.html<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Claude Jodoin Ing.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> <br /> Excellent article, comme toujours.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Bonjour ,<br /> <br /> <br /> Merci pour vos éloges : Je reprends les analyses du politologue de Ria Novosti concernant la position habitants Russes de l'Extreme-Orient et les consequences pour la politique intérieure .<br /> <br /> <br /> La situation autour des Kouriles est amha à analyser non seulement au travers de la grille Russie-Japon apres la SGM mais aussi au travers de la grille du triangle Russie-Chine-Japon et ce des le<br /> dernier quart du XIX éme siècle .<br /> <br /> <br /> Ce qui est à noter c'est pour l'instant le " silence assourdissant " de la diplomatie Etasunienne qui semble rester tétanisée face à l'imbroglio d'ameliorer ses relations avec la Russie pour la<br /> detacher del a Chine et la preservation de son alliance avec le Japon .<br /> <br /> <br /> Tres Cordialement<br /> <br /> <br /> Daniel BESSON<br /> <br /> <br /> <br />