Economie physique : L'Uruguay est prêt à un échange " pétrole contre riz " avec l'Iran .

Publié le 31 Mars 2012

Les " sanctions " que l'auto-proclamée " communauté internationale " envisage de déployer contre l'Iran ne conduiraient elles pas à une définanciarisation et démonétisation des circuits économiques internationaux ?

En privant l'Iran de l'accés aux circuits internationaux d'échanges bancaires , cette " communauté internationale" vient de créer un précédent qui remet à l'ordre du jour l'" économie physique " .

J'ai déja évoqué dans un article précédent la position de la Russie qui envisage de " dédollariser " et " déseuroiser "ses échanges avec l'Iran en acceptant les paiements en Roubles et Roupies Indonésiennes pour ses livraisons de blé .Un pas supplémlentaire vient d'être franchi avec l'annonce d'un possible échange " pétrole contre riz " entre l'Iran et l'Uruguay .

 

Le ministre Uruguayen de l'agriculture - Ministerio de Agricultura, Ganadería y Pesca, Tabare Aguerre [ voir photo ] , vient d' annoncer  que son pays était prêt à un échange " riz contre pétrole " pour peu que la partie Iranienne accepte cette offre .

" Si l'Iran désire échanger du riz contre du pétrole , nous sommes prêts à démonétiser ces transactions "

 

Outre le coup porté aux banques qui servent d'intermédiaires dans les échanges internationaux ( dépots de garanties ,... ) , la proposition Uruguayenne remetterait en cause le rôle des sociètés internationales de courtage en céréales .

 

L'Uruguay qui est le principal exportateur Latino-Américain de riz , et le 7éme exportateur mondial , a vendu l'année dernière 90 000 tonnes de riz à l'Iran . Les rendements y sont parmi les plus élevés au monde avec 7,5 tonnes à l'hectare prévus cette année . Les plus grandes zones de riziculture , situées le long de la frontière avec le Brésil , sont la proprièté de familles ou de capitaux Brésiliens . Cette présence Brésilienne dans les zones frontalières - la " frontière mouvante " -  résulte d'une politique proactive de défense des frontières initiée par le général- géopolitologue Golbery do Couto e Silva dans les années 60 . [ lien vers article ] 95% de la production Urugayenne est exportée . [ lien ]  

 

En octobre 2008, Mahmoud Ahmadinejad a rencontré le nouvel ambassadeur Uruguayen à Téhéran, Fernando Alberto Arroyo, spécifiant que l'Iran était déterminé à approfondir ses relations avec l'Uruguay. Il s'est d'autre part entretenu avec le Président Urugayen en mars 2011 à l'occasion du Nouvel An Iranien .[ lien ] 

Ces liens font parti d'une politique Iranienne proactive de rapprochement multivectorielle ( économie , énergie , défense , culture ) avec l'Amérique Latine qui porte aujourd'hui ses fruits .[ lien ]  

 

 La proposition Uruguayenne replace au coeur de l'économie , et de la géopolitique ,  des éléments tels que : Les bassins aquiféres [ 1kg de riz nécessite 1400 litres d'eau ![ lien ]  ] , la terre arable , les moissoneuse-batteuses , les moulins , les terminaux céréaliers , les navires céréaliers , les champs pétrolifères , les derricks , les oléoducs , les terminaux pétroliers , les pétroliers , la force de travail intellectuelle et physique ( " manpower " ) et la ...confiance  [ voir 2éme video ] ! La "monnaie " et ses circuits virtuels deviennent des élèments secondaires .

 

 

 

 

 

 

null

 

 

 

 

 

 

 

null

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique des ressources

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> There is a geo-strategic  benefit  for the nations of Latin America in relations with Iran: While the U.S. and its NATO "partners" have to concentrate on the Middle East, they<br /> cannot devote as much "attention" on Latin America, especially South America- and the "international media" (read: U.S.&British news and TV organizations) cannot generate the propaganda that<br /> would justify the "resposibility for assistance" (read: Intervention or economic measures) against any nations in Latin America.  This analysis has been stated repeatedly in Latin America,<br /> for example in "Arco de Fronteiras" by Fregapani.<br />
Répondre
D
<br /> <br /> Hello Jan ,<br /> <br /> <br /> Yes , you're right  ! But unfortunatly i don't believe that the Us will forget what they consider to be their " backyard " so easily ! They don't keep always the two eyes on Latin<br /> America , but from time to time they turn their head towards this region ...<br /> <br /> <br /> Abraços<br /> <br /> <br /> Daniel BESSON<br /> <br /> <br /> <br />