Evo Morales et les racines idéologiques de la " gauche " Latino-Americaine .

Publié le 17 Avril 2011

L'image que l'on a en " Occident " de la "gauche " Latino-Americaine est considérablement déformée par ce que le géopolitologue Allemand Karl Haushofer appellait le " prisme déformant des fantasmes " . Alors que parmi " notre " gauche , les notions d'ethnie , d'identité culturelle comme l'Hispanidad ou l' Amérindianité , de nation [ au sens large de " communauté populaire " ] sont frappés de tabou au profit d'un sanfrontièrisme , d'un sanpapièrisme et d'un drouâdelômisme béat frôlant le crétinisme absolu et le degré du zéro absolu - cad -273°C , la température de l'hélium liquide  - de l'analyse politique , ces " constantes " sont prégnantes dans la pensée politique Latino-Américaine et en particulier dans la pensée politique de " gauche " , ou perçue comme telle en Occident !

Comment ainsi l'expérience politique de Francisco Solano Lopez , de son père Carlos Antonio López et de José Gaspar Rodríguez de Francia entre 1811 et 1870 au Paraguay peut elle être acceptée comme étant " socialiste " en Amérique-Latine - Le lider Maximo Fidel Castro lui-même y  a fait référence dans ses discours fleuves - et " despotique " en Europe ? Curieux ces " socialistes " Latino-Américains qui s'inspiraient de Napoléon et de Bismarck , qui expulsaient les koulaks latifundiarios locaux pour construire des kolkhozes   Estancias da patria , qui ont chassé  manu militari les curés des églises  50 ans avant la France , qui redonnaient droit de cité aux  langues Amérindiennes tout en lançant leur pays dans une industrialisation planifiée et centralisée proto-Stalinienne !

 

 

Notons  que cette remarque vaut aussi pour les mouvements qualifiès aujourd'hui de " fascistes " - et bien sûrs d' " antisémites " - qui sont apparus en Amérique Latine au cours des années 30 comme l' " Ação Integralista Brasileira " de Plinio Salgado et Gustavo Barroso au Brésil .

Comment expliquer à un cerveau hémiplégique politiquement que le comité politique directeur d'un " mouvement fasciste " pouvait comprendre le Rabbi Steinberg de Rio de Janeiro , des noirs musulmans de l'état de Pernambouco  , un matelot révolté - lui aussi noir - , le très catholique Dom Helder Camara - qui termina son engagement sacerdotal en odeur de soufre au Vatican - ainsi que des femmes " basanées " - pretas , mulatas et morenas  - issues de la " classe ouvrière " alors que le " crime d'honneur " était parfaitement accepté sinon légal au Brésil et que le " salut fasciste " était un salut ... Amérindien tupi : ANAUÊ [ Je suis ton frère ] .

 

Cette incompréhension des racines idéologiques de la " gauche Latino-Americaine " se manifeste par des réactions épidermiques lorsque l'on évoque les relations du Cuba de Fidel Castro avec l' Espagne de Francisco Franco mais aussi au travers des commentaires qui commencent à fleurir sur la candidature et la personnalité d' Ollanta Humala .

Christian Bouchet qui vient d'écrire un article sur les élections présidentielles Péruviennes , avait déja fait une excellente analyse des origines du MAS Bolivien d' Evo Morales : Accrochez vos ceintures !

 

Les origines fascistes d’Evo Morales

 

Le 6 décembre 2009, en obtenant 63% des suffrages, contre 27% à son principal adversaire, Evo Morales a facilement été réélu président de l'État bolivien. Les journalistes qui ont rendu compte de ce succès n’ont pas manqué de rappeler, pour s’en féliciter ou s’en inquiéter, que notre homme était « de gauche », voire « de gauche extrême ». D’ailleurs, preuve de son engagement progressiste, n’était-il pas soutenu, au Parlement et dans la rue, par le parti qu’il a dirigé jusqu’en 2005, date de sa première élection au poste suprême, le Movimiento al socialismo ? Ce n’est qu’en consultant la presse latino-américaine que l’on pouvait trouver des articles osant rappeler que ce parti s’est longtemps appelé le Movimiento al socialismo-unzaguista et que son « socialisme » n’avait que très peu de points en commun avec celui de la gauche occidentale.

Unzaguista ? Il est bien évident qu’un tel adjectif ne peut pas évoquer grand chose chez les journalistes occidentaux dont la connaissance de l’histoire de l’Amérique latine est faible voire nulle. Si leur culture dépassait les habituels clichés sur Che Guevara, la révolution cubaine et le sous-commandant Marcos, ils sauraient, qu’en Bolivie, on définit comme « unzaguistes » les disciples de Oscar Únzaga de la Vega (1916-1959) qui, en 1937, fonda la Falange socialista boliviana, à l’imitation de la Falange Española de las JONS de José Antonio Primo de Rivera...

Dans les années 1930, en Amérique latine, une importante fraction de la jeunesse étudiante avait les yeux braqués sur l’Europe et s’enthousiasmait pour les diverses expressions qu’y adoptaient le nationalisme autoritaire et la résistance au bolchevisme. Ainsi vit-on naître sur le continent sud-américain des expériences de fascisme autochtone qui prirent des aspects différents selon les pays : il y eut le nacisme au Chili, l’intégralisme au Brésil, le synarchisme au Mexique, le sancherisme au Pérou, l’unzaguisme en Bolivie, etc.. À la différence de l’Europe, ces mouvements et leurs dirigeants ne connurent aucune répression en 1945 et ils ne furent nullement exclu de la vie politique. Il y en eut alors qui se modérèrent et se fondirent dans les partis de la droite traditionnels, certains disparurent, d’autre comme la Falange socialista boliviana continuèrent leur combat comme si rien ne s’était passé.

Lors de sa fondation en août 1937, la Phalange socialiste bolivienne se proclama anti-marxiste et anticapitaliste, déclara que son idéologie pouvait se résumer en trois mots « Dieu, patrie et foyer » et qu’elle voulait instaurer un « État nouveau », adopta le salut le bras tendu et se dota de sections d’assaut... Durant la deuxième guerre mondiale elle milita en faveur de la neutralité, ce qui signifiait, vu le positionnement géopolitique de l’Amérique latine d’alors, qu’elle luttait contre tout soutien accordé aux Alliés…

Cependant, la FSB, inconstestablement inspirée par les fascismes européens, n’en était pas uniquement un clone et Oscar Únzaga de la Vega prit en compte, ce qui fut la cause de son audience et de la longevité de son mouvement, les spécificité boliviennes. La principale de celles-ci est la composition ethnique du pays, peuplé très majoritairement de descendants d’indiens Quechua et Aymara, et de métis, tandis que les Boliviens de souche européenne représentent moins de 15% de la population. Le nationalisme de la FSB fut donc un indigénisme. Oscar Únzaga de la Vega prit ainsi soin d’écrire la première biographie de Tupaj Katari, un chef indigène qui dirigea, en 1780, une importante révolte des tribus indiennes contre la colonisation espagnoles et il en fit la figure de référence du nationalisme bolivien. De plus la Phalange milita pour une réforme agraire qui rendrait la terre aux indiens et s’opposa aux grandes sociétés minières qui exploitaient durement un prolétariat entièrement composé d’indigènes. La conséquence de cela fut qu’aux élections législatives de 1947, la Phalange socialiste bolivienne obtint un nombre très conséquent de députés et qu’à la présidentielle de 1951 son candidat arriva en troisième position.

En 1952, un coup d’État porta au pouvoir Víctor Paz Estenssoro, le dirigeant du Movimiento nacionalista revolucionario qui proposa à la FSB de l’associer au pouvoir en lui confiant un nombre non négligeable de postes ministériels. La réponse d’Oscar Únzaga de la Vega fut sans appel : jamais la Phalange ne collaborerait avec un gouvernement qu’il considérait comme « infiltré par les communistes et les trotskistes »… Tout au contraire, Únzaga choisit l’affrontement. La FSB critiqua l’influence grandissante, tant politique qu’économique, des USA dans les affaires intérieures boliviennes, accusant le gouvernement d’être sous la coupe directe des ambassadeurs américains à La Paz malgré sa rhétorique de gauche. Elle dénonça aussi la réforme agraire qui en divisant les terres avait créée une masse de petits paysans pauvres, alors que pour la Phalange la solution passait par le retour à une culture collective des sols par les communautés rurales. Le 19 avril 1959, pensant son heure était venue, la Falange socialista boliviana tenta de prendre le pouvoir par les armes. L’affaire échoua et Únzaga de la Vega fut tué lors des combats. Il s’en suivit, une longue période de répression contre les militants phalangistes dont certains créèrent des groupes de guérilla dans les zones les plus montagneuses du pays.

En 1964, ces groupes armés participèrent au coup d’État qui donné le pouvoir au général René Barrientos. La Phalange ne fut pas directement intégré alors au pouvoir, mais son influence sur le gouvernement fut grande. En 1971, elle fut de nouveau parti prenante dans le coup d’État militaire du général nationaliste, souvent dénoncé comme « fasciste », Hugo Banzer. La condordance de pensée entre celui-ci et les éléments les plus modérés et les plus droitistes de la FSB fit qu’une partie de ses cadres et militants passa avec armes et bagages à l’Action démocratique nationaliste, un parti de droite nationaliste que fonda le général en 1978. Ceux qui restèrent fidèles à Oscar Únzaga de la Vega se partagèrent entre une fraction orhodoxe et une aile gauche qui fit scission en 1987 pour fonder le Movimiento al Socialismo-unzaguista qui changea son nom en Movimiento al Socialismo dix ans plus tard et qui vit alors accéder à sa direction un certain Evo Morales.

Dans les références et la doctrine de celui-ci, il n’est pas difficile de retrouver de multiples traces d’unzaguisme, que ce soit son nationalisme indigéniste, sa défense du monde paysan, son hostilité aux Etats-Unis, sa référence à Tupaj Katari, etc.

Alors de gauche Evo Morales ? Peut-être… Mais en tous les cas d’une gauche bien particulière et aux racines bien étranges, très différente de celle que l’on connaît en Occident !

 

 

 

 

 

null 

 

 null 

 null 

 null

Rédigé par DanielB

Publié dans #" Les evenements " survenus entre 1933 et 1945

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> <br /> Mmmh... Il faut bien savoir ce qu'on appelle le fascisme. Il y a l'emballage et le produit.  Il est vrai que pour beaucoup de personne le fascisme d'un pays est proportionnelle au nombre<br /> d'uniformes, de drapeaux et de tompettes. Je ne vois pas les choses de cette manière.<br /> <br /> <br /> Quelle est la différence entre l'URSS, l'Italie de Mussolini et le IIIième Reich ? Pour le premier, contrairement aux deux, il n'y avait pas de propriété privé de moyen de production (sic! c'est<br /> peut-être barbant, mais c'est comme ça) :<br /> <br /> <br /> -pour le premier (pays antifasciste -imperial mod-), l'économie était totalement soumise à l'état.<br /> <br /> <br /> -pour les deux autres (pays fascistes) (l'Italie, je connais moins), l'état était soumis aux élites économiques :http://www.aden.be/index.php?aden=hitler-irresistible-ascension ou même<br /> http://www.amazon.fr/mythe-bonne-guerre-Etats-Unis-Deuxi%C3%A8me/dp/2930402113<br /> <br /> <br /> Maintenant, il est possible que le prisme déforme dans les deux sens. Par exemple, les mesures de collectivisations des terres (public, et non privé) sont des marqueurs de régimes antifascistes,<br /> et vice-versa. Ce que je veux dire, si en Amérique du Sud :<br /> <br /> <br /> - fasciste = indigéniste = collectiviste = anticapitaliste (pour de vrai, parce que on peut être anticapitaliste pour de faux)<br /> <br /> <br /> et,<br /> <br /> <br /> - communiste = trotskyste = gauchistes = chantres de la propriétés individuelles = liberales = américanistes<br /> <br /> <br /> bah, il est évident qu'il faut faire attention aux transpositions, surtout dans le sens :<br /> <br /> <br /> fascisme en Bolivie, c'es OK => donc, fascisme ici c'est OK. SURTOUT PAS !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Bonjour ,<br /> <br /> <br /> Vous soulevez avec raison  la question de la propriété privée . L'AIB n'a jamais remis en cause la propriété privée et plus particulièrement la proprièté foncière  . Mais au même<br /> moment , en Bolivie en 1936 , un gouvernement militaire qui ressemble à un " gvt fascsiste " comme le Canada-Dry ressemble au Whisky nationalise les actifs de la Standard oil pour créer YPFB ,<br /> Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivianos , qui devient deux ans avant la PEMEX la première " petrostatale " de l'histoire ( si l'on exclue l' " Anglo Persian " qui<br /> representait les interets de l'Amirauté Britannique ! ) . Ces divers mouvements avaient par contre la caractérisque commune de s'opposer au " capitalisme financier " " prédateur " et "<br /> cosmopolite " . L'une des oeuvres politiques majeures de Gustavo Barroso , et la plus contreversée , est justement " Brasil , colonia de banqueiros http://www.4shared.com/document/kMf3660T/Brasil_Colnia_de_Banqueiros_-_.html<br /> <br /> <br /> Ceci ecrit  en lisant l'analyse " Marxiste " , ou du moins largement considérée comme telle , de la Guerre du Paraguay , ou " Guerre de la Triple Alliance " , faite par José Júlio<br /> Chiavenatto : Guerra do Paraguai , genocidio Americano http://www.culturabrasil.pro.br/guerradoparaguai.htm et<br /> http://professormarnio.blogspot.com/2011/04/guerra-do-paraguai-visao-marxista-de.html je<br /> n'ai aucun mal à y retrouver un point de vue " Barrosien " et même " Peroniste "  sur cette " finance apatride " et le rôle de l'Impérialisme Anglais! <br /> <br /> <br /> Tres Cordialement<br /> <br /> <br /> Daniel BESSON  <br /> <br /> <br /> <br />