Histoire - tragédie - farce : Le mouvement du Passe Livre et la Revolta do Vintém .

Publié le 26 Juin 2013

L'histoire ne serait-elle qu'un éternel recommencement ? Les manifestations que connait le Brésil ont pour origine le mouvement Passe Livre pour la diminution du coût des transports de R$0,20 !

Ce n'est pas le premier mouvement de ce genre au Brésil : En 1880 la population de Rio de Janeiro , alors capitale du Brésil impérial , s'est soulevé contre l'augmentation du tarif des transports par tramway hippomobile - bonde - de 20 reis  [ soit 1/20éme  de cruzado d'une valeur de 400 reis ] . Mais les similitudes ne s'arrêtent pas là : Le mouvement contre l'augmentation des tarifs a été organisé par la presse , tout comme aujourd'hui la PiG - Partido da imprensa Golpista - répercute et forge les slogans de la rue .De la même manière , la révolte survient au début d'une période de légère recession économique qui frappe surtout  la classe moyenne et moyenne-basse .[ lien ]   Le journaliste - libéral et Républicain - Lopez Trovao rejette dans la Gazeta da Noite une proposition conciliatrice de l'Empereur et appelle les habitants à faire valoir leur revendications par la force le 28 décembre 1879 . [ chronologie de la révolte ] Le 1er janvier 1880 , date de mise en application de la mesure d'augmentation , prés de 5000 personnes se dirigent vers la gare ou sont stationnées les voitures de tramway  . La présence des policiers les excite encore plus et ils se mettent à tuer les mules qui tractent les voitures et à frapper les conducteurs . Débordée la police fait appel à l'armée . Face aux manifestants qui commencent à jetter des pierres sur la cavalerie , les militaires ouvrent le feu pour disperser les manifestants . La révolte fut considérée comme un succés car malgrè un bilan de 3 morts [ 10 morts ]  et 15 blessés  [ 45 blessés ] , le prix des transports ne fut pas augmenté . [ lien ]    [ chronologie de la révolte ] Neuf années plus tard la République était proclamée au Brésil .Le Brésil a connu d'autres révoltes liées au cout des transports comme en 1959 à Rio de Janeiro . [ lien ]     [ lien ]

Rédigé par DanielB

Publié dans #BRICS - IBAS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> <br /> <br /> <br /> lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news<br /> <br /> <br /> En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de<br /> Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du<br /> village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions<br /> hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un<br /> seul aujourd'hui se décide à parler.<br /> <br /> <br /> 35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser<br /> le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.<br /> <br /> <br /> Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de<br /> ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi<br /> joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)<br /> Interview du 26 mars 2012<br /> sur radio-alpes.net<br />
Répondre
C
<br /> Le "printemps brésilien" en Belgique :<br /> <br /> <br /> Cet après-midi, à Liège, sur la plateforme centrale d'un bus de la ligne 4, une jeune bonne soeur (en civil, petit voile bleu), avec un groupe d'une autre jeune femme et de trois ou quatre jeunes<br /> gens (tous plus ou moins dans les 25/30 ans). La bonne soeur demande à une passagère si elle veut bien les photographier et lui passe un appareil photo. Un des jeunes gens déroule alors un<br /> drapeau (terre bleue dans carré jaune sur fond vert, avec l'inscription "Ordem y Progreso". Ils le déploient devant eux et prennent la pose de groupe. La photo est prise, ils remballent leur<br /> calicot et papotent l'air très contents d'eux. (Solide le calicot, double épaisseur, soigneusement cousu, prévu pour faire de l'usage.)<br /> <br /> <br /> Ce n'étaient ni des presbytériens ni des pentecôtistes, mais des  bourgeois cathos bien dans la tradition locale.<br /> <br /> <br /> L'union (de notre Sainte Mère l'Eglise et de ses hérétiques) fait la force.<br />
Répondre
D
<br /> <br /> Bonjour ,<br /> <br /> <br /> Je ne pense pas que l'ECR malgré quelques appuis discrets soit un facteur de destabilisation . Certaines sectes Protestantes oui car elles sont les  "filiales " de sectes Etazuniennes .<br /> <br /> <br /> Très Cordialement<br /> <br /> <br /> Daniel BESSON<br /> <br /> <br /> <br />