Libye - AQMI : Ah les Cons ! ©

Publié le 4 Avril 2011

Cette expression attribuée de manière non-historique à Edouard Daladier débarquant de son Bloch 220 à l'aérodrome du Bourget aprés avoir signé les accords dits " de Munich " pourraît trés bien s'appliquer non pas aux chefs politiques et militaires qui ont organisé l'agression contre la Libye mais bien à cette communauté de publicistes , je ne citerais que Bernard Guetta , Pierre Rousselin et surtout cette petite conne - cela lui va beaucoup mieux que connasse - de Samah Soula mouillant sa petite culotte devant l' USS Kersarge franchissant le Canal de Suez ou la bannière Sénoussie déployée sur le fronton d'un édific public de Benghazi , qui nous " vendent " cette guerre . Elle pourraît aussi trés bien s'adresser à ces experts qui aux travers des mediats et des blogues - doctes " experts " civils , militaires ou ex-militaires , professeurs dans tel IEP ou chargé de recherche dans tel institut de veille stratégique -  essayent de nous convaincre de la légitimité de cette agression contre la Libye par ce qu'ils en sont convaincus au fond d'eux mêmes . Elle s'applique bien sûr à tous ces hurluberlus drouâdelômistes qui tombent en pâmoison devant  chaque excité au teint basané armé d'une Kalachnikov et qui voient en lui la Déesse de la Liberté terrassant le dragon du totalitarisme . Ce que toute cette gente qualifiait d' " impossible " , de " propagande Kadhafiste " est desormais devenu une réalité :

Ce que " nous " annoncions , à savoir la destabilisation de l'ensemble de la région Sahara- Sahel et une " Somalisation " de la Libye est bien  en cours !

 

 

Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) profite du conflit libyen pour se procurer des armes, dont des missiles sol-air, et les acheminer clandestinement vers son bastion du nord du Mali, a déclaré à Reuters un responsable des services de sécurité algériens.

 

 

Un convoi de huit pick-up parti de l'est de la Libye a traversé le Tchad et le Niger avant de gagner le nord du Mali où il a livré ces derniers jours une cargaison d'armes, a-t-il dit.

Parmi ces armes figurent des lance-grenades antichar RPG-7, de fabrication russe, des fusils d'assaut Kalachnikov, des explosifs et des munitions.

Ce responsable, qui s'exprimait à condition de rester anonyme, a ajouté qu'Aqmi s'était également procuré des missiles russes sol-air "Strela", désignés par l'Otan sous le nom de Sam-7.

"Nous savons que ce n'est pas le premier convoi et que cela continue", a déclaré ce responsable.

"Plusieurs casernes ont été pillées dans la région (de l'Est libyen) avec leurs arsenaux et leurs dépôts d'armes. Les éléments d'Aqmi qui étaient présents n'auraient pas pu ne pas profiter de l'occasion."

"Aqmi, qui maintient d'excellentes relations avec les contrebandiers qui traversent la frontière libyenne dans toutes les directions sans la moindre difficulté, leur confiera probablement la tâche d'apporter les armes", a-t-il dit.

Selon ce responsable algérien, Al Qaïda au Maghreb islamique exploite le désarroi des troupes fidèles à Mouammar Kadhafi et s'est également infiltré parmi les rebelles.

Le groupe armé islamiste a exprimé à la fin février dans un communiqué sa solidarité avec les insurgés, qui nient de leur côté tout lien avec Aqmi et dénoncent des informations fallacieuses qui servent la propagande de Mouammar Kadhafi.

S'exprimant à ce sujet, l'amiral américain James Stavridis, commandant suprême des forces de l'Otan en Europe (Saceur), a toutefois évoqué la semaine dernière devant le Sénat américain des signes ténus d'une présence d'Aqmi parmi la rébellion libyenne, sans rôle significatif dans le soulèvement.

L'Algérie a combattu pendant près de deux décennies une insurrection islamiste dont les derniers éléments opèrent désormais sous la bannière d'Al Qaïda. Le pays surveille également les activités d'Aqmi à l'extérieur de ses frontières.

La violence s'est réduite ces derniers mois mais Alger craint que l'instabilité en Libye permettre à l'insurrection de redémarrer.

"Les Algériens sont très, très inquiets, avec de bonnes raisons", a déclaré un diplomate occidental.

Le responsable de la sécurité a déclaré que la coalition internationale qui intervient en Libye devait envisager la possibilité de voir Al Qaïda profiter d'un éventuel chaos consécutif au départ de Kadhafi pour étendre son influence vers la côte méditerranéenne.

"Si le régime Kadhafi tombe, ce sera toute la Libye, en tant que pays aux frontières étanches (...), qui disparaîtra, au moins pendant un bon moment, suffisamment long pour qu'Aqmi se redéploie jusqu'à la Méditerranée", a-t-il estimé.

"Dans le cas de la Libye, les forces de la coalition doivent faire un choix urgent. Permettre au chaos de s'installer (...) ou préserver le régime libyen, avec ou sans Kadhafi, pour rétablir la situation sécuritaire antérieure au soulèvement."

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article