RAIPON accorde un satisfecit aux sociétés pétrolières et gazières Russes dans l'arctique !

Publié le 30 Janvier 2010

Face aux défis industriels et écologiques qui pèsent sur la région arctique, les populations autochtones qui représentent environ 10 % des quatre millions d'habitants de la zone polaire, souhaitent peser de plus en plus dans les décisions à venir. Elles ont ainsi réussi à obtenir des sièges au sein de plusieurs assemblées institutionnelles, notamment au Conseil Arctique .

Quant à leurs relations avec les compagnies pétrolières intéressées par les ressources naturelles de la région, elles restent ambivalentes, même si certains autochtones semblent s'en féliciter. Lors de la conférence "Arctic Frontiers" à Tromsø (Norvège) fin janvier, Sergei Kharyuchi  président de Raipon, l'association russe des populations indigènes du Nord, mettait en avant "une bonne coopération avec les compagnies pétrolières et gazières".

Même son de cloche, au Groënland, territoire aujourd'hui danois où les Inuits, qui aspirent à l'indépendance, espèrent beaucoup de la découverte future de pétrole : "Les gens au pouvoir au Groënland sont ceux qui étaient les plus radicaux dans les années 1970, constate Oran Young  un spécialiste américain de l'Arctique. Ce sont eux qui aujourd'hui négocient avec les compagnies pétrolières. Sachant les effets du pétrole sur le réchauffement, c'est un peu passer un contrat avec le diable pour eux." Robert Blaauw , conseiller de Shell, est donc venu dire combien la coopération avec les populations indigènes était fructueuse. "Nous employons des conseillers autochtones pour nous représenter et nous assurer que nos projets tiennent compte des exigences locales", a-t-il expliqué.

"Les industriels ont de plus en plus confiance dans leur approche, remarque Neil Hamilton  un consultant australien ancien responsable du programme arctique de l'association écologiste WWF. Il y a quelques années, seule la compagnie norvégienne Statoil se serait permise de tenir ce genre de discours. Ce qui est nouveau, c'est que les autres compagnies aussi adoptent ce langage".

Or la situation est loin d'être aussi idyllique. David Gordon, directeur de Pacific Environment  une ONG américaine active en Alaska, qui a réussi au cours d'une action en justice menée conjointement avec des populations autochtones à bloquer depuis trois ans des opérations pétrolières exploratoires en mer de Beaufort, a une vision très critique du travail des compagnies pétrolières. "Exxon a exclu les principaux leaders autochtones et passé un accord avec d'autres. Ils divisent pour mieux régner. Pour les compagnies pétrolières, ces communautés indigènes sont plus un obstacle à franchir qu'un problème à résoudre."

Source " L'Immonde " du 31 janvier 2010 .

Note de l'Editeur :

Le revirement de l'association indigèniste RAIPON est spectaculaire vis à vis des sociétés pétrogazières , majoritairement Russes Rosneft et Gazprom  , opérant dans l'arctique et vient ainsi contrarier la " légende Noire " sur la présence Russe dans l'arctique .
On doit certainement y voir le résultat d'une lutte interne au sein de cette association financée en grande partie par des gouvernements et des universités étrangères .
Ce n'est pas la première fois que la gestion Russe des relations avec les autochtones dans l'arctique est plebiscitée par ces peuples eux-mêmes . La redistribution équitable des revenus entre le centre et la pérpihèrie avaient déja été siganlée lors de la conférence des nations Finno-Ougriennes à Kanti-Mansysk en juin  2008 .[ 1 ] .
Le tracé des lignes  de chemin de fer et des gazoducs en provenance de la péninsule du Yamal a été élaboré de manière conjointe entre Gazprom et les éleveurs de rennes Nenets afin de minimiser l'impact de celui-ci sur les migrations de rennes .[ Voir photo ] .
Il sera intéressant de suivre les prochaines prises de position des responsables de RAIPON lors de la définition des nouvelles infrastructures dans la région .
Ce n'est pas aussi la première fois que des divergences apparaissent au sein de l'association indigèniste vis à vis du pouvoir central Russe et des sociétés Russes opérant dans le secteur pétrogazier  .
Au mois de mai 2008 une manifestation organisée à Moscou contre la pose d'un oléoduc au Kamtchatka par la sociéte Transneft s'est transformée en une simple demande d'écoles et de dispensaires supplémentaires .
Les " joint-ventures " entre RAIPON et les associations environnementalistes Occidentales comme le WWF et Greenpeace ont de plus en plus de mal à se développer , même si elles existent encore , en raison de la divergence d'objectifs : Aucun développement et préservation radicale de l'environnement dans sa " pureté originelle " pour les associations occidentales et leurs clônes Russes , co-développement et participation aux bénéfices de l'exploitation minière selon RAIPON .
Outre les sociétés Russes opérant dans l'arctique , il faut signaler la société Italienne ENI présente dans la péninsule du Iamal
qui a entamé un co-développement avec les populations  autochtones .[ 2 ]
Il faut y voir là la philosphie de son fondateur Enrico Mattei qui a toujours souhaité associer les états et les populations propriétaires des ressources en hydrocarbures à leur mise en valeur . Ceci dés les débuts de la geste de l'ENI en 1949 à Cortemaggiore .

Articles associés :
[ 1 ]
" Il vaut mieux être Zyriane ( Komi ) ou Nenets en Russie que ....." ( 3 ) : Même Euronews le reconnaît !

[ 2 ] Les Italiens dans l'Arctique Russe - I Italiani nell' Artide Russa

 

 

Rédigé par DanielB

Publié dans #La cause des peuples

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Cher Monsieur,<br /> <br /> <br /> Merci de votre réponse ainsi que du lien vers le site du RAIPON (hélas je ne suis pas parvenue à ouvrir le fichier comportant le texte proposé...).<br /> <br /> <br /> Je suis d'accord avec vous sur le fait que les positions radicales autochtones n'apporteraient pas nécessairement les meilleures réponses à la condition globale de ces peuples. J'essaie de faire<br /> mûrir ma réflexion en me disant que, face à l'attraction irrésistible (inévitable ?) de la mondialisation, la position "médiane" la plus adaptée consiste peut-être, en effet, à lier traditions<br /> ancestrales et activités économiques actuelles, pourvu qu'il y ait suffisamment de concertation entre les dirigeants et les peuples autochtones... c'est là tous les enjeux que le RAIPON tente de<br /> surmonter, non sans heurts à l'évidence.<br /> <br /> <br /> Au plaisir de venir vous rendre visite prochainement.<br /> <br /> <br /> Céline<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Cher Monsieur,<br /> <br /> <br /> Je lis votre blog avec grand interêt depuis plusieurs mois. Là, je ne peux m'empêcher de réagir tant il est vrai que la position du RAIPON me laisse perplexe -voire me déçoit... Certes, il faut<br /> bien admettre que pour survivre, les Petits peuples de Sibérie et du Grand Nord doivent s'adapter et s'adapter encore... éventuellement entrer un peu dans la mondialisation ? Il me semble<br /> toutefois que cela pose une question importante : si les "Petits Peuples" viennent à participer activement aux activités des industries pétrolières, quid du maintien de leur statut de peuples<br /> autochtones puisque toutes les lois fédérales les concernant exigent qu'ils exercent une activité traditionnelle ? N'y aura t-il pas là un paradoxe difficile à surmonter ?<br /> <br /> <br /> Peut-être aurez-vous davantage d'informations à ce sujet ?<br /> <br /> <br /> До свидания.<br /> <br /> <br /> Céline<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Madame ,Mademoiselle<br /> <br /> <br /> Je ne connais pas en détail la législation concernant les activités que peuvent ou que ne peuvent pas exercer les " Petits Peuples " mis à part la doc fournie par RAIPON<br /> <br /> <br /> http://www.raipon.org/Новости/tabid/428/mid/1278/newsid1278/3937/Default.aspx<br /> <br /> <br /> Je constate que  , et je vais vous citer un exemple , leurs représentants peuvent  prèférent participer au développement des activités pétrogazières ou autres , cad en recevoir un<br /> dividende , plutôt que de participer à des campagnes d'obstruction systématique .<br /> <br /> <br /> Il y a un an et demi Greenpeace Russie  a contacté RAIPON pour s'opposer à un gazoduc ou un oléoduc dans l'Extrême-Orient Russe [de mémoire ]  et une manifestation a été organisée<br /> devant le siège de la société à Moscou , je crois qu'il s'agissait de Transneft . Les représentants de Greenpeace furent surpris de constater que les reprèsentants Indigènes sont venus non pas<br /> avec des pancartes réclammant l'arrêt du projet mais avec la volonté de demander plus de concertations sur le tracé et une part de royalties supplémentaires . Ces royalties elles peuvent être<br /> utilisées librement je pense par exemple pour développer leurs troupeaux ou louer des services aériens pour le transport .<br /> <br /> <br /> J'avoue cependant que lorsque je vois RAIPON associé avec certaines associations Finno-Ougriennes basées en Finlande et en Estonie qui appellent à la constitution d'un " Etat Finno-Ougrien "<br /> ,avec Paul Goble  qui est un ex-agent de la CIA  [ Il s'est felicité d' y avoir ses entrées ] connu pour ses activités Prometheistes me laissent toutefois sceptiques sur la " pureté" "<br /> des intentions de la direction de RAIPON de même que leurs liens avec les terroristes de Plotina.net qui ont menacé d'assssiner  le personnel de RusHydro su des critères ethniques . C'est<br /> pour cela que j'ai relayé cette depêche qui m' a semblé étonnante . Je crois que d'ailleurs le porte-parole de RAIPON  a été violemment critiqué par des indigènistes radicaux à cette<br /> conférence mais je ne suis pas au courant d'un débat interne au sein de cette association , ou du moins il n'est pas apparu dans les médias . Je pense toutefois qu'il doit y avoir un débat<br /> interne car RAIPON semble  coopérer avec les sociétés pétrogazières dans l'Arctique Russe et que cette attitude ne doit pas palire aux plus radicaux .Mais le radicalisme indigèniste est je<br /> pense en crise à travers le monde et le " dernier carré " est de plus en plus réduit . C'est ce que semble indiquer cet article . Comme corrolaire , j'y vois un glissement vers le terrorisme<br /> d'abord verbal comme dans les cas des barrages d'Evenkia et de Belo-Monte . Cet isolement le conduira à rechercher des appuis à l'étranger et donc à mettre en cause sa posture sur le plan<br /> national .<br /> <br /> <br /> Il est clair pour moi que les indigènes , partout dans le monde , doivent avoir le droit d'exercer les activités qu'ils désirent tout en gardant des droits spécifiques sur leurs terres . Je le<br /> dis d'autant plus librement que je suis mariè à une Amérindienne du Brésil dont la famille a choisi " la modernité " sa rejeter sa culture .<br /> <br /> <br /> Tres Cordialement<br /> <br /> <br /> Daniel BESSON<br /> <br /> <br /> <br />