Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 19:27

Je reprends presque mot pour mot un article publié il y a tout juste presque 2 ans . J'y rajoute toutefois que maintenant on peut bien parler de " constante géopolitique " et de " réouverture d'un rift géopolitique " datant du XIX éme siècle puisque mis à part "Israel" les acteurs sont mutatis mutandis les mêmes : La République Française et le Royaume-Uni qui n'ont pas changé de structure , l'Empire Ottoman qui est devenu la Turquie , le Royaume de Piémont - Sardaigne [ allié des précédents lors de la Guerre de Crimée ] qui est devenu l'Italie  [ favorable à la livriason d'armes aux terroristes islamistes en Syrie ] , l' Empire Russe qui est devenu la Fédération de Russie .

Cette ligne de fracture se retrouve même dans la position de l'Autriche et de la Tchéquie - héritières de l' Autriche-Hongrie - qui sont opposées à la livraison d'armes aux terroristes islamistes , tout comme l'Autriche-Hongrie et la Prusse - qui a donné l'Allemagne - ont adopté une neutralité bienveillante vis à vis de l' Empire Russe !

  L'appui de la France et de la Grande-Bretagne aux terroristes islamistes combattant en Syrie n’est pas malheureusement pas une nouveauté pour la pitoyable diplomatie Française . Ce fut déjà le cas dans les années 1850 , sous le règne de Badinguet , lorsque toujours associée à l’Angleterre la France armait les tribus du Caucase . En consultant cette étude , vous pourrez aussi constater comment les modes de mobilisations de l’ opinion publique ont très peu évolué et comment les agents Français et Anglais tentaient déjà d’organiser politiquement des tribus disparates en Conseil National , aujourd’hui face à Bachar- Al- Hassad  , hier face aux «  Moscovites » . On notera aussi le caractère fragmentaire des informations , tout comme aujourd’hui  disposent les chefs politiques et militaires Français qui veulent livrer ces armes :  

Source :

 Lesure Michel. La France et le Caucase à l'époque de Chamil. In: Cahiers du monde russe et soviétique. Vol. 19 N°1-2. Janvier-

Juin 1978. pp. 5-65.

doi : 10.3406/cmr.1978.1306

 

 

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/cmr_0008-0160_1978_num_19_1_1306            

 

Après 1848, l'intérêt de la correspondance se déplace. Les consuls,

gênés dans leur travail par la tension politique entre la France républi

cainee t la Russie, perdent tout à coup leurs moyens d'information,

tandis que les activités de Chamil et des montagnards paraissent marquer

un déclin. Bientôt la guerre russo-turque, puis l'intervention de la France

dans le conflit vont absorber leurs réflexions et vont reléguer à l'arrièreplan

les combats du Caucase. Pourtant l'espoir reste tenace dans les

milieux diplomatiques français de voir Chamil et les tribus circassiennes

accourir aux côtés des Alliés et ouvrir un second front pendant l'expédi

tiodne Crimée. Plusieurs officiers, un ministre plénipotentiaire, enfin un

agent consulaire envoyé à Soukhoum Kale vont être chargés de préparer

le terrain et d'apporter des armes aux montagnards. Leur correspondance

est, avec celle de l'ambassade de France à Constantinople, la seule qui

mérite désormais de retenir l'attention en ce qui concerne le Caucase ;

elle témoigne de la méconnaissance qu'on avait en France du véritable

caractère du muridisme, des illusions et des malentendus qui ont guidé

 

 

la politique orientale des Alliés jusqu'en 1855 . 

 A Constantinople, on apprend l'arrivée prochaine de dix mille fusils envoyés de Marseille et destinés à  

Chamil, bien qu'on n'ait aucune indication sur les besoins, les dispositions

et même sur le lieu de résidence de ce chef122. Le 5 mai, une flottille francoanglaise,

commandée par le contre-amiral Lyons et par le commandant

français de Chabannes, prend la mer pour aller détruire quelques places

fortes des Russes, pour débarquer en un point favorable et pour préparer

la liaison avec Chamil et tenter de rencontrer, dans un premier temps,

Mohammed Emin, son naïb (lieutenant) en Circassie123. Au même moment,

plusieurs navires quittent Constantinople pour la même destination,

transportant de l'artillerie, des fusils et des munitions, ainsi que plusieurs chefs circassiens influents, Ismail Bey et Sefer Pacha. Leur arrivée doit

être le signal de l'offensive générale, et le commandement français est

autorisé à disposer des bataillons turcs qui lui seraient nécessaires pour

d'éventuelles opérations terrestres124.

Les officiers et les hommes sont accueillis à Ghelindjik, puis à Bardan

par de nombreux cavaliers, et rencontrent le même enthousiasme que

leurs prédécesseurs : « Tous à Guelindjik étaient animés des idées les plus

belliqueuses. Leur plan de campagne consistait à marcher en masse sur

Anapa qu'ils enlèveraient pendant que nous le détruirions avec les vais

seaux. Nous n'en demandions pas tant ! »125

 

 

Dans une lettre du 29 octobre au général Canrobert, nouveau com

mandant en chef, le chargé d'affaires Benedetti résume en quelques

 

phrases la situation : « Monsieur le Général [...] s'il est un fait acquis

 

désormais en ce qui touche les contrées caucasiennes, c'est qu'on ne

 

possède aucune information digne de foi [...] Schamyl opérant dans le

 

Daghestan reste enveloppé dans ce mystère profond que rien n'a pu

 

pénétrer, et les rapports de ce chef avec les Circassiens donnent lieu à

 

des accusations et à des querelles dont il est impossible d'apprécier le

 

caractère et l'importance. »142

 

 

 

The decree added that Longworth

was instructed to act in concert with the French agent M.Champoseau at Batum. As they were both distinguished and confidential agents, the Circassian tribes were asked to show them every courtesy and pay attention to what these agents stated conceming the comman object. The Sultan further pointed out that the sincere aim and intention of the three imperial govemments was to hasten the liberation of Circassia from the grasp of Russia, to save the Circassian people from the troubles and difficulties they had for some time been plunged into, to ensure their welfare and prosperity, and to respect and preserve the national rights and privileges enjoyed of old by the Circassian race and the chiefs of the tribesll

http://dergiler.ankara.edu.tr/dergiler/19/1248/14274.pdf

 

 

 

 

 

  Photo 

   

     

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jan z. 01/06/2013 21:14


Germany' s elected officials and Germany's "Wirtschaft" are looking at a longer horizon: Warts and all - the BRICS will be a very important market for Germany over the long run. Structurally
France is hobbled domestically, although still determined to hold its influence - especially around the Mediterranean: This is where the Caucasus constitutes the outer-ring of France's parameter
of geopolitical and geostrategic interest - the Caucasus partially on the Black Sea, an appendix to the Mediterranean - and the Caucasus within missle range of the Easter Mediterranean. But
German's Foreing Service, BND, Military - are not fully under the control of Germany's elected officials - and instead take their "cues" from the U.S. Embassy in Berlin, from the CIA and the
Pentagon. Thus, Germany's elected officials have been able to restrain those U.S. controlled elements of Germany. Germanya's elected officials and the "Wirtschaft" (industry) are counting on the
continued deterioration within Britain and France to dampen their neo-colonialistic impulses...

christian 28/05/2013 21:54


curieux retournement que cet appel à l'aide des circassiens vers la Russie. Alors qu'il y a peu ceux ci s'attiraient les foudres du Kremelin en mentionnant le nettoyage ethnique qu'ils ont subi
lorsque la Russie a pacifié leur région. Qui est autour de Sochi.

Liens