Publié le 29 Avril 2011

DAMAS, 29 avril - RIA Novosti

L'appel des Frères musulmans, mouvement interdit en Syrie, pour faire descendre, vendredi après la grande prière, la population dans la rue et réclamer la liberté est une confrontation ouverte avec les autorités, a déclaré à RIA Novosti le politologue syrien Hamid Al-Abdullah.

"Cela signifie une guerre ouverte", estime l'expert.

Jeudi, à la veille du jour de grande prière, la direction des Frères musulmans en exil à l'étranger, a appelé le peuple syrien à se soulever en masse contre le régime en place.

"Avec cette déclaration, les Frères musulmans ont reconnu faire partie des forces qui dirigent les processus en cours en Syrie. D'autre part, leur déclaration est publiée alors que l'Occident accentue ses pressions sur Damas, ce qui témoigne d'un plan commun", a indiqué l'analyste politique.

Le président Bachar el Assad est confronté aujourd'hui à une vague de manifestations sans précédent depuis son arrivée au pouvoir il y a onze ans. Il doit aussi faire face à un début de dissidence au sein de son parti Baas et à des signes de mécontentement dans l'armée face à la répression violente des manifestations, qui a déjà fait 500 morts, signale une ONG syrienne.

Les autorités syriennes voient dans cette contestation sans précédent la main des islamistes tandis que les Frères musulmans accusent le pouvoir de vouloir déclencher une guerre civile et de chercher à saper les appels lancés par la communauté internationale en faveur des libertés politiques et de la lutte contre la corruption.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 29 Avril 2011

Rédigé par DanielB

Publié dans #Opinions

Repost0

Publié le 28 Avril 2011

Le titre pourra choquer quelques esprits cocardiers ou quelques vieilles ganâches de l' EM Français nostalgiques de l' Opération Manta mais c'est l'esprit d' Ice Station Zebra : Tout comme l'on y trouve Fidel Castro et Miguel Primo de Riveira côte à côte , je ne peux m'empêcher d'associer le raid audacieux effectué ce jour par une colonne de " Kadhafistes " sur l'oasis de Koufra à la geste de Leclerc au Sahara ! Et je l'avoue , je ne m'en cache pas : J'éprouve de l"admiration pour ces " Kadhafistes " ! De la belle ouvrage ! je ne peux m'empêcher de reprendre la citation deDu Guesclin choisie par le général François Ingold pour préfacer son livre :

" Pas d'attaques sans surprises ! "

 

 

Pour comprendre la complexité d'une telle opération je vous livre quelques scans de " L'épopée Leclerc au Sahara " du Général Ingold paru aux éditions Berger-Leverault en 1945 et préfacé par Mongénéral - celui de Londres -  himself !

C'est un veritable bréviaire qui tient à la fois du guide de logistique et d'un cours de tactique : Tout ce qu'il vous faut pour organiser votre petite colonne mobile dans le Fezzan et la ravitailler . .. Je le conseille d'ailleurs aux Pieds Nickelés du COS qui se sont égarés il y a quelques jours dans la région .

Il n'y manque plus que l'odeur du sable chaud et le regard de braise des belles houris .

Je tiens aussi à signaler aux " grincheux " que " Heia Safari " n'est nullement un " chant nazi " .

Ma filleule l' a appris chez les Schwestern  Allemandes dans son Kamerun natal ! C'est une ode à l'audace , et un hommage à ce maître de la " guerre asymétrique " que fut Paul Emil von Lettow-Vorbeck .  

 

Ci-dessous , relevés de l'officier orienteur , le capitaine Edmond Pinhède .

 

Leclerckoufra10001

 

 

  Leclerckoufra20001

Leclerckoufra30001

Leclerckoufra40001

Leclerckoufra50001

 

Calculs de carburant par le Chef d'escadron Jacques de Guillebon

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #" Les evenements " survenus entre 1933 et 1945

Repost0

Publié le 28 Avril 2011

(Belga) Les forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi ont pris le contrôle jeudi de la ville d'al-Koufra, dans le sud-est de la Libye, a annoncé à l'AFP la rébellion.

"Une soixantaine de 4X4, avec à leur bord quelque 250 soldats libyens, sont arrivés à al-Koufra", a déclaré un combattant rebelle. Les insurgés se sont retirés après "avoir peu résisté", a-t-il dit, précisant que les pro-Kadhafi "contrôlaient maintenant les trois quarts de la ville". Selon lui, l'arrivée des troupes loyalistes n'a "pas fait de victimes". "Ils ont attaqué le tribunal et planté un drapeau vert" de la Libye, a déclaré un autre insurgé. Jalal al-Gallal, un porte-parole du Conseil national de transition, organe représentatif de la rébellion, a confirmé cette information, indiquant que les insurgés se préparaient à "envoyer des renforts". (MUA)

Camionetta A.S.42/43 Sahariana

  http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idLang=fr&idCitoyen=29

KOUFRA, début d'une épopée -26 janvier-1er mars 4Carte des opérations1 null

 

Le butin pris aux Italiens

 

 

Camions Bedford entre Koufra et Faya-Largeau

 

Prisonniers italiens sur les pistes entre Koufra et Faya-Largeau

 

Colonne motorisée italienne ("sahariana")

 

 

Nota : Si la nouvelle est de l'agence AFP , je la retire et je la reformate !

Aux " spécialistes  "de la " chose militaire " qui viendraient à lire cette page , j'aimerais poser cette question .

Comment se fait-il qu'une colonne d'une soixantaine de véhicules a pu se former et progresser en toute impunité alors que la maîtrise de l'air est totale et en faveur des coalisés ? S'est elle formée à proximité de Koufra ce qui impliquerait que les tribus locales sont entièremment acquises aux " Kadhafistes " ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #" Les evenements " survenus entre 1933 et 1945

Repost0

Publié le 28 Avril 2011

La révolution mange ses enfants !

 

Les forces du président ivoirien Alassane Ouattara ont tué mercredi soir l'ex-putschiste Ibrahim Coulibaly, dit «IB», chef du «commando invisible» dans le nord d'Abidjan, qui était perçu comme une menace par le pouvoir même s'il avait contribué à la chute de Laurent Gbagbo.

IB a pris une famille en otage avant d'être tué

Plusieurs centaines de membres des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI), équipés de pick-up surmontés de mitrailleuses lourdes et de lance-roquettes, ont lancé mercredi matin une attaque d'envergure contre le fief d'«IB» dans le quartier populaire d'Abobo (nord), a constaté l'AFP. Après cette «opération de sécurisation et de pacification», «IB est allé se réfugier dans une cour (d'habitations) non loin d'une usine à PK-18 (secteur nord d'Abobo)», a déclaré à l'AFP le capitaine Léon Kouakou Alla, porte-parole du ministère de la Défense.

Dans cette cour, Ibrahim Coulibaly «a pris en otage toute une famille. Les FRCI ont effectué des tirs de sommation à deux reprises et il a réagi avec des tirs nourris. Les FRCI n'ont eu d'autre choix que de riposter, et la riposte lui a été fatale», a ajouté le porte-parole. L'affrontement qui a eu lieu vers 20h (22h heure française) a fait «deux soldats tués et plusieurs blessés» côté FRCI, et «sept morts» dans le camp adverse, dont «IB» lui-même, a-t-il précisé.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Interventions coloniales en Afrique

Repost0

Publié le 27 Avril 2011

Le conflit Libyen se métastase jusqu'au ... Caucase Russe !

Alors qu'un groupe de Tcherkesses- Circassiens  résidants dans la République Caucasienne Russe de Kabardino- Balkarie a envoyé un message de soutien à l'ambassadeur de Libye à Moscou lui assurant son soutien à la résistance du colonel Mouammar Kadhafi et lui proposant même une aide militaire , des " Tcherkesses de Californie " ont dénoncé le " massacre des Tcherkesses de Misruta" .

On s'étonne de pouvoir encore s'étonner !

Source : Добровольцы из Кабардино-Балкарии предложили ливийским черкесам помощь в военном конфликте

 

 

Господину Муаммару бен Мухаммед Абу Меньяр Абдель Салям бен Хамид аль-
Каддафи

От черкесов Кавказа.

Многоуважаемый Братский лидер и руководитель первосентябрьской Великой
революции Социалистической Народной Ливийской Арабской Джамахирии

В этот судьбоносный час, когда решается судьба независимости и самого
существования Ливийской Джамахирии, Вы являетесь примером для
подражания всем свободным людям мира.

Злобные интриганы, направляемые ненасытными транснациональными
корпорациями, испытывают прочность государственности Ливии и стойкость
и свободолюбие его граждан.

Даже Ваши ближайшие соседи предали Вас, поддавшись страху повторить
разделить судьбу Ливии. А человек, использовавший в корыстных целях
Вашу дружбу, теперь бомбит Вашу страну, чтобы не расплачиваться за
долги.

Мы обращаемся к Вам с заявлением полной и безоговорочной поддержки
курса Ливийской революции и Вашей позиции по защите своей страны.

Мы просим Вас - разрешить прибыть в Вашу страну, чтобы с оружием в
руках встать на защиту независимости Ливии.

Много лет назад Ливия стала пристанищем для наших соплеменников -
черкесов, потомки которых до сих пор живут там. И нам бы хотелось хоть
малым вкладом отплатить Вашей стране за доброе отношение к черкесам -
нашим братьям.

Мы верим, что враг будет разбит и солнце свободы вновь засияет над
Ливией!

Долгих Вам лет и Победы над врагом. Свободу Ливии!

Маржэ! Адыга-уей-уей!!!

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #psyops - guerre secrête

Repost0

Publié le 26 Avril 2011

A l'heure ou les  feux de l'actualité convergent vers la Syrie et ou certains universitaires juifs sionistes comme Mordechaï Kedar en appellent au " démembrement " de la Syrie et des états arabes selon des critères ethniques - cercles proches d'ailleurs de l'activiste juif sioniste  Avraam Schmoulevitch qui prône l'expulsion de la Russie hors du Caucase et qui soutient les groupes terroristes Caucasiens  -  il est bon d'évoquer l'existence - consciensieusement occultée par les mediats - du Parti Social Nationaliste Syrien .

Celui-ci est issu d'une particularité puisque son corpus doctrinal n'est pas une iédologie mais est basé sur un projet géopolitique : La " Grande Syrie " . Géopolitique est à prendre ici au sens restreint du terme puisque dans son livre " La genèse des Nations " , Antoun Saadé le fondateur du PSNS décrit le processus de formation de la " Nation Syrienne " comme d'une alchimie entre les hommes et leur environnement géographique .

« La nation résulte non de l'origine ethnique commune, mais du processus unificateur du milieu social et physique ambiant. L'identité des Arabes ne provient pas du fait qu'ils descendraient d'un ancêtre commun, mais qu'ils ont été façonnés par le milieu géographique : le désert de l'Arabie, l'Assyrie pour la Syrie, le Maghreb... »

  

  

 

 

  C'est une vision " Vidalienne " de la Grande Nation Arabe Syrienne qui est encore de nos jours  un OVNI idéololgique dans ce monde Arabe  .



Christian Bouchet a consacré avec prémonition un article au PSNS au début de ce mois d'avril . Avant de vous inviter à lire cet article , je vous conseille aussi de vous reporter à une personnalité controversée mais qui a publiè il y déja une dizaine d'années  un excellent ouvrage sur la question Syrienne et plus particulièrement l'abandon du Sandjak d'Alexandrette à l'impérialisme Turciste en 1938 : Lucien Bitterlin et  : Alexandrette : Le « Munich » de l’Orient

 

 

En effet, la Syrie est un pays qui organise régulièrement des élections et où agissent au grand jour neuf partis politiques. Si le parti nationaliste panarabe Baas domine l’ensemble de la vie politique syrienne, il le fait en coalition, au sein d’un Front national progressiste, avec d’autres partis qui sont le Mouvement des socialistes arabes, deux Partis communistes syriens, l’Union socialiste arabe, l’Union démocratique arabe, le Parti unioniste socialiste, le Parti unioniste socialiste démocratique et le Parti social-nationaliste syrien.

 

Deux caractéristiques doivent être notées. Tout d’abord, afin de préserver l’unité de la nation et de respecter sa laïcité, les partis confessionnels ou ethniques sont interdits, ensuite, ne furent autorisés, de la création du FNP en 1972 jusqu’à un date récente, que des partis « de gauche » et nationalistes arabes.

 

Or la situation a changé en 2005 avec la légalisation et l’entrée au sein du Front national progressiste du Parti social-nationaliste syrien. Une étrange organisation dont les membres se saluent le bras tendu et arborent un insigne qui ressemble curieusement à un croix gammée… Un parti qui porta aussi, dans les années 1930, le nom de Parti populaire syrien et qui fut décrit par François Duprat comme « la tendance la plus authentiquement fasciste du mouvement nationaliste arabe ».

 

Le parti de la Grande Syrie

 

Créé en 1932, par Antoun Saade, un instituteur libanais de confession grecque orthodoxe, le Parti social-nationaliste syrien s’est caractérisé par le fait que, contrairement aux organisations politiques fondées par d’autres intellectuels chrétiens à la même époque, il n’était ni nationaliste libanais comme le Parti phalangiste de Pierre Gemayel ni nationaliste arabe comme le Baas de Michel Aflak (1). Tout au contraire, le PSNS militait pour la formation d’une « Grande Syrie », englobant outre ce pays, l’Irak, la Jordanie, le Liban, la Palestine et Chypre dont, selon ses vues, « les habitants forment une seule et unique nation ».

 

Créé en réaction aux tentatives françaises de faire éclater la Syrie en plusieurs États: Syrie, Liban, territoire des alaouites, djebel druze, le PSNS ne cachait pas ses sympathies pour le IIIème Reich et fut immédiatement soupçonné d’être en contact étroit avec les services d’espionnage allemands. Durant la deuxième guerre mondiale, ces sympathies lui valurent d’être interdit à deux reprises – sous Daladier puis sous Pétain - par le gouvernement français qui goûtait peu sa propagande anti-française. Après la conquête de la Syrie par les forces anglo-gaullistes, l’administration mise en place par le général De Gaulle s’inquiéta à son tour de l’action du parti. À juste titre, car lors des graves troubles de 1943 et 1945, qui entraînèrent la fin du mandat français sur le Liban et la Syrie, le PSNS joua un rôle central dans les manifestations de rue et ses milices firent le coup de feu contre les troupes françaises.

 

Mais le PSNS fut déçu par la proclamation de l’indépendance du Liban car elle enterrait son espoir de la création d’une « Grande Syrie ». Deux États étaient nés et Antoun Saade n’eut alors plus qu’une idée en tête, trouver le moyen de les faire fusionner.

 

La voie des urnes puis celle des armes

 

Installé au Liban, Antoun Saade joua d’abord la carte de la légalité et de la voie électorale. Aux élections de mai 1947, nombre de candidats du PSNS furent élus. Mais, constatant rapidement l’impossibilité de faire triompher ses idées par la voie parlementaire Saade s’exila en Syrie et entrepris d’organiser une action subversive à l’intérieur du Liban. Mais les services de sécurité libanais eurent vent de l’affaire et une tentative de soulèvement militaire dans la zone de la Bekka eut pour conséquence l’arrestation d’Antoun Saade en juillet 1949 et son exécution immédiate (2). Quant au PSNS, il fut déclaré hors la loi et devint clandestin, ce qui ne l’empêcha pas de rester très actif et de tout faire pour venger son chef, assassinant le premier ministre libanais en 1952, multipliant les attentats à Beyrouth et les émeute dans tout le Liban, jusqu’à l’élection à la présidence de la République de Camille Chanoun en 1952. 

 

Un combat sans merci contre la Phalange

 

Redevenu un parti légal le Parti social-nationaliste syrien participa sous ses propres couleurs aux élections de 1953. Il s’y opposa avec violence Parti phalangiste de la famille Gemayel qui tentait de s’implanter dans ses fiefs. Ce fut le début d’un combat sans merci qui perdure encore.

 

Danses années qui suivirent le PSNS se consacra à un patient travail de noyautage de l’armée libanaise en vue de prendre le pouvoir par un coup de force. C’est ainsi que dans la nuit du 31 décembre 1961 au 1 janvier 1962, il tenta un coup d'État qui échoua. Trois mille cinq cents membres du parti furent arrêtés, cinquante furent tués lors d’affrontement armés. La dure répression fut principalement menée par des partisans de la famille Gemayel et le parti fut interdit.

 

La vengeance étant un plat qui se mange froid, le 13 avril 1975, un commando du PSNS tua le garde du corps personnel de Pierre Gemayel pour venger la mort et la torture de ses membres emprisonnés en 1961. Mieux, en 1982, un militant maronite du parti organisa l’assassinat du président de la République libanaise Bashir Gemayel, tant pour venger les morts du PSNS que pour punir le président d’avoir des liens étroits avec Israël. Enfin, en 2006, le PSNS fut fortement soupçonné d’être l’organisateur de l’assassinat de Pierre Amine Gemayel.

 

Entre temps, le PSNS clandestin s’était étroitement lié à la résistance palestinienne et avait multiplié les actions contre l'occupation israélienne du Liban, organisant de nombreux attentats à la voiture piégée, ainsi que des attentats-suicides comme lorsque Sana Khyadali, une de ses militante, devint, en 1985, la première femme kamikaze du Proche-Orient.

 

Durant la guerre civile libanaise, la milice du PSNS affronta durement celle des partisans de Gemayel. Le PSNS fut ensuite l'un des libérateurs du Sud-Liban, avec Amal, l'armée libanaise et le Hezbollah.

 

Le PSNS aujourd’hui

 

A partir des années 1970, le PSNS fut toléré en Syrie et, en 2005, Bachar el-Assad accepta qu’il intégre le Front national progressiste. Fort d’une centaine de milliers de membre, il joue depuis un rôle discret mais non négligeable dans la vie politique syrienne.

 

Dans le contexte libanais le PSNS se positionne comme pro-syrien. Il est membre du Bloc de la résistance et du développement, une coalitions parlementaires au sein de l’Assemblée nationale libanaise, avec le mouvement Amal, le Hezbollah, le Parti Ba’as et le Parti phalangiste de Karim Pakradouni.

 

Christian Bouchet

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 26 Avril 2011

Alors que les chefs politiques et militaires Français et Anglais cherchent du mieux qu'ils le peuvent à masquer leur expédition coloniale en Libye sous le patronnage de la " Communauté Internationale " , ils sont servis par de piètres petits propagandistes dans les mediats Français qui se référent à l' " Expédition de Suez " , un fantôme qui hante  Sarközy et Cameron mais que beaucoup de Français ne connaissent pas du tout en raison tout simplement de l' " omerta " qui règne sur ce dossier dans les programmes de l' EN et les mediats .  

Je cite tout d'abord Isabelle Lasserre , la " spécialiste des questions militaires " du Figaro* , qui évoque sous l'air de la " personne informée " , la présence de 600 parachutistes Britanniques à Chypre qui fut la base arrière de l'agression contre le colonel Nasser .

Le colonel Michel Goya est plus explicite lui puisqu'il rêve tout haut à une réedition de la ratonnade aéroportée et amphibie de 1956 : " Bien entendu, un corps expéditionnaire franco-britannique (et si possible aussi arabe) du type de celui de Suez en 1956 permettrait d'emporter la décision à coup sûr mais aussi à coûts sûrs."

 

 

 

 

 

 * Qui est incapable , citant des " sources " , de donner le nom exact du systéme d'aide au commandement informatique installé à bord du BPC Mistral et de donner le nombre de ces navires que la Russie compte déployer en Extrême-Orient . Bref une " Pavel Felgenhauer Française " !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Interventions coloniales en Afrique

Repost0

Publié le 26 Avril 2011

13H45. Pas d'intervention en Syrie sans résolution de l'ONU
La France n'interviendra pas en Syrie sans une résolution préalable du Conseil de sécurité de l'ONU, "qui n'est pas facile à obtenir", a déclaré mardi à Rome le président français Nicolas Sarkozy. "Il ne saurait être question de quoi que ce soit sans une résolution du Conseil de sécurité" de l'ONU, a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet franco-italien.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Interventions coloniales en Afrique

Repost0

Publié le 25 Avril 2011

Les me(r)diats Français - écrits ou télévisuels - se sont tous fait l'écho d'une bannière Française hissée sur un édifice public de Benghazi - à côté de la bannière islamiste Sénoussie - pour justifier les crimes de guerre commis en Libye par l'Armée de l'Air et la Marine Nationale sur ordre de Nicolas Sarközy , Gérard Longuet , Alain Juppé et inspirés par le philosophe juif sioniste Bernard-Henri Levy .

On a aussi pu voir ça et là de petits panneaux maladroits ou l'on pouvait lire : " Merci la France "

 

Bien peu - aucun - n'a montré les panneaux déployés dans tout Benghazi  lors de la visite du sénateur John Mac cain dans cette ville de Benghazi . Et pour cause !

 

 

 

 

Libye: les insurgés veulent un renfort international

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Interventions coloniales en Afrique

Repost0