Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 14:26


Une interview publiée par le site " Le Courrier de Russie "

Aymeric Chauprade enseigne la géopolitique depuis 10 ans au Collège interarmées de défense. Il est l’auteur du grand traité Géopolitique : Constantes et changements dans l'histoire, devenu rapidement un manuel de référence. Son récent atlas de géopolitique mondial Chronique du choc des civilisations, en revanche, a déclenché une polémique qui s’est soldée par sa mise à pied, exigée par le ministre de la Défense.

 

Il se trouve que Chauprade défend et incarne une approche scientifique de la discipline qui prend en compte le « facteur culturel », et donc la représentation que les peuples se font d’eux-mêmes et des autres dans l’histoire. A ce titre, il a consacré au 11 Septembre un chapitre dans lequel il a entrepris de « montrer que le choc des civilisations, c'est d'abord le fait qu'une immense partie de l'humanité, en dehors du monde occidental, ne croit pas à la version officielle de cet événement donnée par le gouvernement américain et qui est devenue la version obligatoire des médias occidentaux. » Mais la distanciation scientifique n’est pas de mise sur tous les sujets.

 

Le Courrier de Russie : Dans l’entretien sur la Russie que vous avez accordé récemment à la NRH*, vous proposez une interprétation dans laquelle la stratégie de Poutine – et de Medvedev aujourd'hui – est aussi claire que déterminée. Sa politique en matière d’énergie n’est pas seulement « économique », elle est au centre d’un plan stratégique très précis. Dans le même entretien, vous dites aussi qu’il s’agit d’une réaction de la Russie à un certain sentiment d’encerclement, à une politique américaine qui détermine finalement la donne a priori, les acteurs les plus faibles se défendant avec les moyens dont ils disposent.

Aymeric Chauprade : Ce n’est pas en opposition, bien au contraire. La Russie se vivait comme assiégée par la géopolitique américaine avant l’arrivée de Poutine, et elle l’était. Les Etats-Unis et leurs alliés progressaient à la périphérie, dans l’Etranger proche de la Russie. Celle-ci s’est dit qu’elle devait retrouver son statut contesté de puissance régionale, et même de puissance internationale. Or elle n’avait qu’un atout sur la scène internationale : les ressources énergétiques. C’est le levier principal qui a été trouvé. En géopoliticien, je considère que les Etats ont une économie qui fait partie de leur puissance et je regarde le moment où l’économie rentre dans leur stratégie de puissance. C’est typiquement ce qui se passe aujourd'hui en Russie avec le secteur de l’énergie.

L’autre volet est indissociable de cette stratégie : il s’agit de savoir comment repousser l’avancée américaine avec les Révolutions colorées, par lesquelles les Etats-Unis entreprennent de faire basculer les uns après les autres les républiques de l’ex-Union soviétique dans l’OTAN et le camp américain, et d’étendre le bloc transatlantique jusqu’aux frontières de la Russie et de la Chine.

 

LCDR : Que peut-on dire, de ce point de vue, du cas des Etats-Unis avec leur système financier, dans un contexte de crise mondiale ?

A.C. : Les Etats-Unis disposent aujourd'hui de deux armes pour déstabiliser les puissances émergentes : leur présence militaire dans le monde, et la finance, qui n’est pas inodore et neutre. Je pense que les crises ne sont pas le reflet de la maladie générale d’un système ou de la surproduction de produits dérivés. Ces maux existent, mais des stratégies de déstabilisation, notamment de la Russie et de la Chine, s’immiscent dans la finance et l’orientent, faisant d’elle une arme au service du projet américain.

 

LCDR : Que voulez-vous dire quand, à propos des Etats-Unis et de la Russie, vous opposez unipolarité et multipolarité ? On comprend la notion de pluralité de centres de décision stratégiques, de rapports de puissance dans le contrôle des ressources énergétiques, etc. Mais on peut aussi se demander si la multipolarité ne doit pas supposer l’existence d’une pluralité de types d’organisations sociales. La Russie est-elle vraiment un modèle alternatif par rapport aux Etats-Unis ?

A.C. : Il faut revenir aux mots : pôle unique ou plusieurs pôles. L’unipolarité, c’est le modèle et le projet américains depuis les Pères fondateurs du Mayflower. C’est un projet messianique dans le sens où il vise à transformer le monde à l’image de la nation américaine. Celle-ci se vit comme une société aboutie, idéale, de libertés fondamentales. Si cette nation cherche à optimiser sa richesse sur le plan international, c’est pour des raisons liées au protestantisme et à l’idée de la réussite temporelle, matérielle, comme attestation de l’élection divine.

La multipolarité, c’est une autre vision du monde, d’un monde fait de nations et de civilisations différentes, et qui ont le droit de défendre leur spécificité. Ceux qui croient à cette forme d’organisation du monde pensent qu’il y aura moins de conflits si les pôles de puissance s’équilibrent entre eux, alors que la suprématie d’une puissance sur les autres créerait une instabilité permanente.

En fait, il ne faut pas considérer les Etats-Unis comme une nation au sens classique. C’est un acteur étatique, mais aussi un réseau de réseaux, un acteur trans-étatique. Le sociologue américain Lipset écrivait : « l’Amérique n’est pas seulement une nation, c’est une idéologie ». Les Chinois ne disposent pas de ces réseaux, et les Russes ne les ont plus depuis l’effondrement de l’URSS. La Russie est redevenue un Etat-nation classique, sans idéologie exportable. L’unipolarité et la multipolarité, ce sont donc aussi deux réalités à des moments différents. Le monde de 1990, avec l’effondrement de l’URSS et l’extension de l’OMC, avait l’air de tendre vers la première. Aujourd'hui, on revient à une réalité multipolaire, avec la Chine et la Russie. Et dans ce basculement, j’insiste sur le rôle de Poutine et je dis que son arrivée est un événement aussi important pour les relations internationales que le 11 Septembre. Il a pensé la puissance de la Russie par le biais de la stratégie énergétique, avec pour objectif une reprise de contrôle des ressources, une reconquête sur un certain nombre d’oligarques, pour les mettre au service de la reconstruction de la puissance russe, avec des leviers comme Rosneft pour le pétrole et Gazprom pour le gaz.

 

LCDR : C’est ce que vous expliquez dans l’entretien auquel nous avons déjà fait référence. Pourriez-vous nous en donner un exemple ?

A.C. : Oui, le démantèlement de Youkos suit un plan de reconstruction méthodique : reprendre physiquement la main sur les ressources, avec les deux grands opérateurs, puis faire en sorte qu’ils exportent dans des directions multiples s’équilibrant entre elles. Tout ne doit pas aller vers les Etats-Unis, contrairement à ce que pensait Khodorkovski. La Russie doit devenir indispensable pour les Européens, mais aussi pour les Asiatiques. C’est pourquoi le gaz est aujourd'hui redirigé en partie vers l’Asie.

 

LCDR : Beaucoup de gens, en Russie même, doutent de la viabilité de cette politique énergétique sur le long terme et critiquent la focalisation actuelle de tous les moyens disponibles sur un seul secteur. On revient ici à l’économie, la réussite économique n’étant plus alors l’attestation matérielle de la réalisation d’un projet hégémonique, mais le simple substrat sur lequel on peut asseoir une puissance.

A.C. : Les profils des pays sont très différents. La Russie, c’est un peu plus de 7% des réserves prouvées de pétrole, et plus du tiers des réserves prouvées de gaz. C’est un réservoir pour longtemps et c’est un pays qui a du charbon comme les Etats-Unis et la Chine. Il y a probablement encore un gros potentiel pétrolier, car c’est un pays qui a été peu sondé, contrairement à l’Arabie saoudite. C’est un facteur dont l’importance saute aux yeux : si on met le paquet sur ce secteur, on retrouve une utilité très forte dans le monde et on dégage de la richesse. Je ne suis pas sûr que ceux qui pourfendent le choix du tout énergétique aient raison. C’est seulement la première étape d’une stratégie de redressement politique.

 

LCDR : Un second problème se pose, celui des fluctuations du prix du pétrole dont la Russie est chroniquement tributaire. A-t-elle aujourd'hui les moyens d’opérer un contrôle quelconque sur le marché du pétrole ?

A.C. : Les Américains ont en tout cas de moins en moins les moyens de donner le ton sur ce marché. Il y a aujourd'hui un axe de contrepoids au pétrole américain et à ses alliés, Arabie saoudite en tête, qui s’est constitué : Venezuela, Kazakhstan, Iran, Russie. L’Iran détient la 2e réserve mondiale de gaz, et de pétrole. L’Iran, la Russie et le Venezuela sont d’accord pour ne plus vendre le pétrole en dollars et donc pour affaiblir le statut du dollar comme devise internationale. Cette logique selon laquelle le pétrole devrait être vendu dans des devises différentes (le rouble, le yuan, etc.) est portée par un nombre croissant de pays. On touche là au coeur de la puissance américaine : la centralité du dollar comme devise internationale, que les Etats-Unis ont maintenue grâce à l’invention du pétrodollar. Il me semble que l’on est là encore dans la multipolarité, en l’occurrence c’est la multipolarité monétaire qui est à l’ordre du jour. Depuis 2006, il s’est passé des tas de choses. Il ne s’agit pas seulement de la bourse de Kish créée par l’Iran pour vendre des produits énergétiques dans toutes les devises sauf en dollars. Il y a eu, en 2007 et 2008, tout un cycle de réunions entre différents pays, qui se sont accordés, y compris les pays de l’OPEP à l’exception de l’Arabie saoudite, sur cette idée de multipolarité monétaire.

 

LCDR : S’agissant d’évaluer les chances de réalisation de cette stratégie russe, on peut s’interroger sur les risques de chute dans un modèle d’économie de rente du type du Venezuela.

A.C. : Je trouve qu’il y a, par exemple, une grande différence entre la Russie et l’Iran, qui se concentre à 100% sur la rente pétrolière et gazière, sans autre vision que l’énergie pour durer. La preuve, c’est que les Iraniens veulent développer le nucléaire pour fabriquer leur électricité et pouvoir réserver le pétrole exclusivement à l’exportation. En Russie, il y a un véritable Etat capable d’insuffler une stratégie, et je crois que les interdépendances énergétiques vont déboucher sur d’autres natures de flux économiques. Quand un canal existe et qu’un premier produit passe, d’autres peuvent passer par la même voie, comme l’histoire le montre.

 

LCDR : Revenons pour fi nir à la question du modèle économique, c’est-à-dire aussi social. La multipolarité peut-elle être définie autrement que par son opposition à l’unipolarité ?

A.C. : Dans la multipolarité, chaque pays invente son propre rapport entre l’économie et l’Etat. Les Occidentaux s’offusquent souvent de certains types d’intervention de l’Etat dans des pays qu’ils souhaitent pénétrer. Or, il faut accepter ce qui relève à mes yeux d’une différence culturelle, et en particulier le fait que l’Etat a un rôle plus fort à jouer dans certains Etats que dans d’autres. Le rapport de la Chine à la propriété individuelle n’est pas du tout le même que dans le monde occidental. Il faut savoir, si on investit en Chine, que la propriété est fragile. A tout moment, l’Etat peut annuler une propriété privée s’il estime que le bien commun de l’empire l’exige.

C’est le problème de la pensée libérale : elle postule que tout doit fonctionner de la même façon partout. Or, il y aura de plus en plus d’interdépendances, mais entre des systèmes politico-économiques différents. La mondialisation bien ordonnée, c’est d’abord accepter le fait que la place de l’Etat en Chine et en Russie n’est pas la même que dans le monde occidental. Le principe de base, c’est le respect de la différence entre les modèles politiques, économiques et sociaux des nations.

 

Propos recueillis par Simon Roblin

simon.roblin@lcdr.ru

 

* « La géopolitique de la Russie », in La Nouvelle Revue d’Histoire, n° 38, sept.-oct. 2008.

Note de l'Editeur :

 

Je ne peux que souscrire à la démarche de M.Aymeric Chauprade de prendre  la représentation que les peuples se font d’eux-mêmes et des autres dans l’histoire.
C'est que le géopoliticien Karl Haushofer qualifiait de " prisme déformant de nos fantasmes " en parlant de la vision " occidentale " du Japon des années 20-30 .
Cela fait l'objet de la rubrique " Kulturkampf  " de ce blogue .
Demain sur RTR Planeta le premier ministre Vladimir Poutine répondra aux questions des auditeurs et des internautes . Deja 700 000 questions ont été posées .

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 14:09

RAMBOUILLET, 27 novembre - RIA Novosti
Le producteur indépendant russe de gaz Novatek et le groupe français Total ont signé un accord sur la création d'une coentreprise spécialisée dans la mise en valeur d'un gisement de condensat de gaz dans la péninsule de Iamal (région arctique), rapporte un correspondant de RIA Novosti.

Le document a été signé par le directeur général de Total Christophe de Margerie et le représentant du Conseil d'administration de Novatek Leonid Mikhelson en présence du premier ministre russe Vladimir Poutine lors de sa  visite de travail en France.

Fondé en 1994, le groupe Novatek est le plus grand producteur de gaz naturel en Russie après Gazprom.
Repost 0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 11:06

Signe de l'intêret accru des responsables militaires Etasuniens pour l'arctique , l'US Navy  a décidé de metre en place une " Task Force arctique " (Task Force Climate Change - TFCC )  pour determiner quels équipements , quelles procédures , quelles stratégies  devront être employées dans l'arctique tant dans le domaine des équipements , des régles de navigation que des procédures et des matériels de communications .[ 1 ]
Cette Task Force fera plus appel aux bâtiments de surface , à ceux de l'USCG par exemple , qu'auparavant , l'essentiel des missions arctiques ayant été jusqu' à présent assurées par les submersibles comme ce fut le cas lors de la dernière mission de L'Uss Texas qui a fait surface à proximité du Pôle Nord à la mi-octobre 2009 ou lors des exercices ICEX 2009 . [ 2 ] - [ 3 ]
Lors des exercices ICEX 2009 l'Uss Helena et l'Uss Annapolis  ont effectué des lancements de torpilles pour vérifier les capacités opérationnelles de ces armes dans les eaux polaires .  Une fois le lancement effectué, la torpille est récupérée et envoyée aux Etats-Unis pour dépouillement des données.
Cette Task Force fera aussi appel de plus en plus à des  agences gouvernementales comme l'Applied Physics Laboratory , agence qui a déja participé aux exercices ICEX 2009 ou le Snow and Ice data center . [ 3 ]

L'ensemble des objectifs à atteindre durant les cinq prochaines années ont été définis dans une " Feuille de route arctique " publiée le 10 novembre dernier sous la signature de l'amiral Jonathan W. Greenert co-responsable des opérations navales ,et vise à la constitution d'un Strategic Implemention Plan ( SIP )( Action Item 1.4 ) déstiné à definir les stratégies et les politiques de l'Us Navy dans l'arctique ainsi qu'un renforcement de la coopération avec les forces armées étrangères ayant des interets dans l'arctique ( Action Item 1.8 ) .Cette Task Force aura  aussi pour objectifs d'appuyer les revandications Etasuniennes dans la région ( Action item 1.9 ) mais aussi à assurer la préparation au combat dans la région de l'Us Navy ( Action item 2.1 ) .[ 4 ]
Ce dernier item fait référence à la DAM ,certainement évaluer les capacités opérationelles du systéme AEGIS dans les eaux arctiques ,  ce qui pourrait justifier les craintes Russes d'une implantation d'élements navals de la DAM dans l'Océan arctique ou la Mer de Barents [ 5 ]
La nécessité de prévoir le comportement des autres acteurs de la région , principalement de la Russie , soulignée dans ce document va avoir pour corrolaire le renforcement des missions dites de " renseignement " .
Cette "feuille de route arctique " reconnaît aussi la possibilité de tensions accrues  dans la région ( p°6 ) du fait de l'interêt soulevé par la mise en valeur des ressources qui y sont présentes .

 "While the United States has stable relationships with other Arctic nations, the changing environment and competition for resources may contribute to increasing tension, or, conversely, provide opportunities for co-operative solutions,"
Cette feuille de route s'accompagne de projets de militarisation de la région déja en cours avec par exemple  la présence depuis 2007 de 36 chasseurs F-22 Raptor ( 20% de la flotte de l'Us Air Force de F-22 ) sur la base d'Anchorage en Alaska [ 6 ]
On ne peut que se poser la question à l'image de cet editorialiste : " Dans un contexte de guerre contre le terrorisme , contre qui vont être utilisés ces avions ? "- à Anchorage précisement NDLR "
'The real issue is, who are we going to fly the F-22 against?' 'I don't think al-Qaida is going to shrink back into their caves because there are F-22s flying overhead rather than F-16s.' [ 7 ]
Parmis les missions de ces F-22 basés en Alaska figure l'interception des vols d'entrainement de l'aviation stratégique à long rayon rayon d'action dans le secteur des îles Aléouetiennes [ 8 ] .Vols qui se font toujours dans l'espace aérien international .
Comme le souligne Rob Huebert du Centre for Military and Strategic Studies de Calgary  le langage employé dans ce document est double : D'une part il souligne la necessité de renforcer la coopération dans l'arctique mais il souilgne aussi la volonté de donner des nouvelles connaissances opérationelles aux militaires ( Assessment of current and required capability to execute undersea warfare, expeditionary warfare, strike warfare, strategic sealift (and) regional security co-operation  ) .[ 6 ]
On s'étonne de pouvoir encore s'étonner !
La " feuille de route arctique " de l'US Navy n'est pas la première directive de l'Us Navy concernant les implications stratégiques de la fonte de la calotte glaciaire arctique .
Des avril 2001 , l'Us Navy a tenu une conférence intitulée " Naval operations in an ice-free arctic "
Au mois d'octobre 2009 , la publication " Power games in the arctic ocean " du Contre-Amiral Kazumine Akimoto de l'Ocean Policy Research Foundation faisait la liste de ces documents tout en y incluant une vision Nippone au travers de l'ouverture de la RMN et de la guerre Russo-Japonaise de 1904-1905 .[ 9 ]
" The military use of the Arctic Ocean will bring forth the presence of naval power there, which signifies that the Arctic Ocean will serve as waters for power projection to land areas. "
Ca aussi on en avait parlé sur ISZ [ 10 ]

Liens :
[ 1 ] Navy preps for uncharted Arctic waters - Article du Navy Times du 24 novembre 2009 .
US navy braces for Arctic resources fight - Article de ABC News du 20 novembre 2009 .
[ 6 ]
U.S. navy plots Arctic push -  'Roadmap' details plans to enlarge fleet in northern waters - Article de l'Ottawa Citizen du 28 novembre 2009 .
[ 7 ] Air Force's F-22 Raptor meets criticism - Article de ABCmoney.co.uk du 6 aout 2007
[ 8 ] Russian strategic bombers perform Arctic patrol mission - Article de Ria Novosti du 20 novembre 2009 .

Articles associés
[ 2 ] .
L'USS Texas fait surface au Pôle-Nord sous le nez des Canadiens
[ 3 ] ICEX 2009 : Les Etats-Unis s'en vont en guerre dans l'arctique !
[ 5 ]Des élèments du bouclier anti-missiles dans l'Arctique ?
[ 10 ] La circumnavigation de l'Europe septentrionale et de la Sibérie par une escadre Russe est elle possible ?

Documents :

[ 4 ] US Navy Arctic roadmap
[ 9 ] Power games in the arctic ocean

[ 11 ] Naval operations in an ice-free arctic

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 16:43
Voilà qui vient confirmer ce que j'écrivais il y a quelques jours [ 1 ] et ce que publiais Rick Rozoff [ 2 ]
C'est , mine de rien , la deuxième fois que mon point de vue est confimé par M.Dmitri Rogozine !

BRUXELLES, 1er décembre - RIA Novosti

Certains pays membres de l'OTAN sont hostiles au partenariat avec la Russie, a déclaré mardi à Bruxelles le représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine à l'issue d'une réunion du Conseil Russie-OTAN au niveau des ambassadeurs.

"Il est tout à fait clair que certains membres de l'Alliance ne souhaitent pas avoir de relations de partenariat normales avec la Russie. Ils cherchent des prétextes pour inverser la situation", a indiqué M.Rogozine commentant la décision de la délégation canadienne de bloquer l'adoption des documents préparés pour la prochaine rencontre ministérielle Russie-OTAN programmée pour le 4 décembre à Bruxelles.

La Grande-Bretagne et les pays baltes ont appuyé les Canadiens, "le scénario avait été préparé d'avance", a annoncé le diplomate russe après la démarche canadienne.

"La situation s'est aggravée après que la Fédération de Russie eut présenté lundi le projet du Traité pour la sécurité européenne" à l'Alliance, a noté M.Rogozine avant d'ajouter : "ils étaient au pied du mur, ils devaient dire s'ils étaient pour ou contre".

"Toutes les ruses diplomatiques que nous avons observées à la rencontre ministérielle de l'OSCE à Athènes et au Conseil Russie-OTAN à Bruxelles, cachent le désir des partisans de la "guerre froide" d'empêcher tout compromis avec la Russie sur les questions de principe", a-t-il estimé.

Il s'agit avant tout du principal de "la sécurité indivisible de l'Europe" mentionnée dans le projet russe de Traité pour la sécurité européenne. "S'ils le mettent en doute, nous n'avons rien à leur dire", a noté M.Rogozine.

En été 2008, le président russe Dmitri Medvedev a proposé de créer un mécanisme de sécurité en Europe rendant impossible le monopole d'un seul État ou d'une organisation internationale sur les activités de maintien de la sécurité. Dimanche dernier, un projet du Traité pour la sécurité européenne a été mis en ligne sur le site du président russe. Lundi, il a été présenté aux organisations européennes.

Le document prévoit notamment que les pays signataires du Traité puissent considérer une attaque armée contre un autre État membre comme une attaque perpétrée contre eux-mêmes et se prêtent un soutien militaire, interdit aux pays signataires de prendre des engagements contraires aux principes du Traité. Le document est ouvert à la signature pour tous les pays de l'espace euro-atlantique et eurasiatique, de Vancouver à Vladivostok, pour l'UE, l'OSCE, l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), l'OTAN et la Communauté des États Indépendants (CEI).

Articles associés
[ 1
]" La Russie a dépassé les bornes " : Le gouvernement Conservateur Canadien reprend sa réthorique belliciste .
[ 2 ] Aux quatre points cardinaux: le Canada mène les affrontements de l'OTAN avec la Russie dans le Nord



Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 15:43
MOSCOU, 28 novembre - RIA Novosti

La célèbre sculpture de Vera Moukhina  "L'Ouvrier et la Kolkhozienne", dont la restauration a duré plus de cinq ans, a été placé sur son piédestal au Centre des Expositions de Russie de Moscou, fait savoir le correspondant de RIA Novosti sur place.
En 2003, le monument a été démonté en plusieurs fragments à fin de pouvoir être restauré. Les travaux se sont prolongés jusqu'à l'automne 2009 et la sculpture orne de nouveau l'entrée nord du parc des expositions de Moscou. Seul changement: le piédestal est de 10 mètres plus haut que le précédent.

Pour les rares lève-tôt arrivés à 7 heures du matin, assister à la mise en place de la sculpture monumentale est un événement historique.

"Le retour de nos grands monuments est une excellente chose. C'est un témoignage de la force de notre culture", a confié au correspondant de l'agence un des spectateurs.

L'inauguration officielle du monument aura lieu le 4 décembre.

La sculpture "L'Ouvrier et la Kolkhozienne", réalisée en acier inoxydable a été créée pour le pavillon soviétique de l'Exposition universelle de Paris en 1937.

Les autorités de Moscou ont promis de restituer aux Moscovites la sculpture symbole de l'union de la classe ouvrière et de la paysannerie avant 2010. Chose promise - chose due. Le monument haut de 34,5 mètres accueillera les visiteurs du parc des expositions.

Note de l'Editeur :
Le groupe sculpté est le logo des studios " MOSFILM "



Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 20:49
Comme je l'ai deja signalé sur ce blogue , je regarde avec assiduité le samedi soir et le dimanche soir la version colorisée de la série " Zorro " .
Celle ci est interressante à plus d'un titre car elle fait directement référence à la géopolitique de la Californie au XIX eme siècle alors propriété de la Couronne d'Espagne .
Compte tenu de l'histoire de la ville de Los Angeles ou se déroule l'action  , qui n'est encore qu'un Pueblo cad un village , on peut raisonnablement penser que l'action se situe entre 1790 et 1822 date du rattachement  de Los Angeles au  Mexique .
Les " difficultés de la Couronne Espagnole " laissent penser que l'action se situe durant les Guerres Napoléoniennes .
Une organisation mystérieuse dénommé " l'Aigle " essaye de formenter une rébellion contre la Couronne d'Espagne et ses objectifs apparaissent peu à peu au cours des épisodes : Il s'agit de chasser les militaires en garnison [ dont le célébrissime Sergent Garcia ] à Los  Angeles et Monterey pour vendre la Californie à une " puissance étrangère " .
La semaine dernière c'etait Mr.Brighton , représentant l'Angleterre qui venait s'enquérir des progrés de la rébellion .
Cette semaine c'est un certain Comte Kolinko qui vient vérifier si l'Aigle tient ses engagements vis à vis de la puissance étrangère qui cherche à soustraire la Californie à l'Espagne .
Son patronyme , son accent , sa barbe , montrent ausitôt qu'il est Russe .[ 6 ]
Des remarques sybillines aussi . Parlant de Don Diego de la Vega - Zorro à Varga , représentant de l'aigle :
" Dans mon pays aussi nous avons des problèmes avec des jeunes intellectuels et nous savons comment les régler ! "
pour faire face à cette rébellion , il est interressant de regarder comme les propriétaires terriens qui désirent rester fidèle à la Couronne d'Espagne s'organisent :
" Nous savons que l'Espagne est faible en ce moment et ne peux pas défendre toutes ses possessions .
Nous avons décider de former une milice populaire qui viendra appuyer  nos soldats
"
déclare le Père de Don Diego de la Vega au comte Kirenko .
Une version hispanique des Minutemen .
Russes et Espagnols ont effectivement été en contact en Californie , les Russes y ayant établi le poste de Fort Ross .[ 1 ]
Les explorateurs et les colons russes ont établi des postes avancés pour le commerce en Alaska, dans les îles aléoutiennes et dans ce qui est aujourd'hui la Colombie-Britannique, l'État de Washington, l'Oregonet jusqu'au nord de la Californie ,  créant le
Fort Ross, à 80 km au nord de San Francisco en 1812, poste abandonné en 1841 .[ 2 ]
C'est cette proximité et la possibilité d'une alliance Russo-Espagnole qui semble avoir été à l'origine de la Doctrine Monroe .

Le 2 décembre 1823, lors de son septième message annuel au Congrès , le président américain républicain  James Monroe prononce un discours à l'intention des Européens, discours qui allait fixer les directives que devait adopter la diplomatie des États-Unis durant le XIXe et le début du XXe siècle .

Il s'agissait de ce qu'on a appelé à partir de 1854 la doctrine Monroe, dans laquelle trois principes sont définis :

  • Le premier affirme que le continent américain doit désormais être considéré comme fermé à toute tentative ultérieure de colonisation de la part de puissances européennes.
  • Le second, qui en découle, que toute intervention d'une puissance européenne sur le continent américain serait considérée comme une manifestation inamicale à l'égard des États-Unis.

    Et le troisième, en contrepartie, toute intervention américaine dans les affaires européennes serait exclue.

Fort Ross est aujourd'hui un parc naturel géré par l'Etat de Californie ( Fort Ross State Historic Park ) .
La crise économique globale avait décidé le gouverneur de l'Etat de Californie , "Schwarzy" , à décider de sa fermeture en septembre 2009 et de sa vente . Finalement devant la levée de bouclier que suscitait cette décision jusqu'en Russie  jusque dans l'entourage du Président Medvedev [ 3 ]  , le gouvernement de l'Etat de Californie a décidé une fermeture partielle de ce lieu historique ( et geo-politique ! ) .[ 4 ]


Une petition en ligne appelle ses lecteurs à demander à ce que Fort Ross devienne un monument national ( aux Etats-Unis )
Vous pouvez la signer à cette adresse .
C'est le deuxième symbole de la présence Russe en Amérique apres le musée Orthodoxe d'Anchorage qui est menacé .[ 5 ]

Liens :
[ 1 ]
L'empire russe en Californie
[ 2 ] Site officiel de Fort Ross
[ 3 ] California Looks To Russia To Help Preserve Historic Settlement - Article de Radio Free Europe du 2 octobre 2009 .
Russia awaits California's decision on historic Fort Ross - Depêche de Ria Novosti du 18 septembre 2009
Russians urge governor to save Fort Ross - Article du San-Francisco chronicle du 28 aout 2009 .
[ 4] California's Fort Ross, symbol of Russia-U.S. ties, faces closure - Depêche de Ria Novosti du 15 septembre 2009 . 
[ 4 ] California says historic Russian fort to stay open - Depêche de Ria Novosti du 26 septembre 2009 .
[ 6 ] Zorro episodes descriptions
" Another stranger arrives in the pueblo and travels to the de la Vega hacienda, intending to meet with the Eagle. Diego recognizes the visitor as Count Kolinko, an ambassador from an Eastern European country that has long been interested in controlling California. Since the Eagle has left for the pueblo, Diego manages to convince Kolinko that he is also part of the conspiracy. He almost succeeds in gaining necessary details of the plot. "

  Articles associés :

[ 5 ] Kulturkampf : La mémoire de la présence Orthodoxe Russe menacée en Alsaka .
.

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 19:32


Aux victimes du terrorisme , " Cui Bono ? "

Repost 0
Published by Daniel BESSON - dans Opinions
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 23:15

Le commentateur Ilia Kramnik fait sur Ria Novosti la liste des raisons pour lesquelles les îles Kouriles sont importantes pour la Russie . Certaines de ces raisons ont déja été évoquées sur ce blogue [ 1 ] , nottament leur rôle geo-strategique : Elles " verrouillent " l'accés à la Mer d'Okhotsk , " bastion naval " de la Russie dans le Pacifique pour ses SNLE . 
Il analyse ensuite le " problème " des îles Kouriles à l'aune de la politique intérieure Nippone .

Comme me le faisait remarquer hier Bernard , le gouvernement Japonais à decider d'utiliser le " joujou nationalisme " sur deux fronts , au Nord et au Sud : Au sud en critiquant l'implantation d'une base Etasunienne à Okinawa et au Nord avec la réactivation polemqiue du dossier des îles Kouriles .


Le gouvernement japonais a entériné un document considérant les Kouriles du Sud comme « un territoire occupé ». Cette formule se trouve dans une réponse à une requête des députés japonais.

L’expression « occupation illégale » a été utilisée pour la première fois le 17 octobre par le ministre japonais des Transports Seiji Maehara, qui assume aussi le poste de ministre de l'archipel d'Okinawa et des Territoires du Nord, comme sont appelées au Japon les quatre îles des Kouriles du Sud Kunashir, Iturup, Shikotan et les Habomai. A la suite de cette déclaration, les députés japonais lui ont adressé une requête et ont reçu cette réponse.

La réaction du ministère russe des Affaires étrangères était prévisible: une note considérant la position de Tokyo comme inacceptable a été transmise au Japon.

Les Kouriles du Sud sont importantes pour la Russie d’un point de vue économique: la mer qui baigne ces îles est riche en ressources biologiques et la perte de dizaines de milliers de kilomètres carrés d'une zone économique exclusive russe n'arrange pas la Russie.

Cette question touche aussi au prestige national russe. L'URSS a reçu les Kouriles après avoir remporté la guerre de 1945, revanche de la défaite essuyée par la Russie dans la guerre de 1904-1905.

Militairement, les détroits des Kouriles du Sud ont aussi une grande valeur, car ils assurent aux navires de la Flotte russe du Pacifique leur "propre" sortie sur l'océan. Les autres détroits - de Sangar et de Tsushima - sont contrôlés par des Etats étrangers, tandis que ceux des groupes central et septentrional des Kouriles se trouvent bien plus au Nord et sont beaucoup moins explorés.

Plus important encore: en cas de passage des Kouriles du Sud au Japon, la Russie perdrait la possibilité de contrôler l'entrée de navires et des sous-marins étrangers dans la mer d’Okhotsk, la région sillonnée par les croiseurs sous-marins stratégiques lance-missiles de la Flotte russe du Pacifique. En cas de conflit, un adversaire éventuel aurait la possibilité de surveiller les sous-marins dans cette région et de les détruire rapidement.

Il est à remarquer que le problème des Kouriles ressemble à celui des Malouines. Le contentieux pour les Malouines a conduit en 1982 à un conflit armé entre l'Argentine et la Grande-Bretagne. Les dirigeants argentins se sont toujours servis des Malouines comme d'un atout permettant de régler les problèmes intérieurs en détournant l'attention de la population sur la lutte contre "l'ennemi extérieur".

Certes, la situation au Japon diffère de la situation de l’Argentine dans les années 50-80 du siècle dernier, mais théoriquement, les Kouriles du Sud pourraient s'avérer un jour une cible très commode pour une agression.

La "commodité" de cette cible sera plus grande encore si la Russie fait traîner en longueur le renouvellement et l'extension des infrastructures militaires et économiques de l'Extême-Orient russe, qui a besoin de nouveaux navires, de bases militaires, d’aérodromes, d'avions et de matériel, mais surtout d’un personnel qui puisse y vivre et y travailler de façon permanente, au lieu de « tourner avec des saisonniers ».

Il est à noter que de son côté le Japon accroît le potentiel de ses forces armées. En ce qui concerne les armements conventionnels, le Japon détient actuellement une supériorité en nombre sur le groupement extrême-oriental russe, sans parler de son pourcentage de matériel moderne dans ses forces navales, aériennes et terrestres.[ 2 ]

Cependant, la Russie dispose d’atouts importants, comme la présence dans le Pacifique d'un groupement de sous-marins nucléaires puissants et invulnérables, ainsi que d’une aviation à grand rayon d'action.[ 3 ]  Ces atouts combinés à l’arme nucléaire assurent, pour l'instant, une protection efficace des régions de l'Extrême-Orient russe contre une attaque éventuelle, mais leur influence n'est pas illimitée.

Il faut aussi comprendre que n'importe quel potentiel militaire ne vaut rien sans volonté politique, et que si le Japon (ou tout autre pays) comprend un jour que la Russie n'attache pas une importance suffisante à tels ou tels territoires russes  pour  combattre pour eux, le résultat sera à déplorer.

Un bon moyen de remettre le problème des Kouriles du Sud une fois pour toutes sur la voie des pourparlers pacifiques (par exemple, en coopérant pour mettre en valeur leurs richesses) pourrait être une déclaration non ambiguë qui aviserait le Japon que leur souveraineté sur ces îles ne se ferait, premièrement, qu'en déclenchant une guerre ouverte contre la Russie et, deuxièmement, en la gagnant.

Liens :
[ 2 ] Concernant l'estimation des forces en présence , on consultera
ce lien du " Japanese White Paper on Defense 2009 "
Articles associés :
[ 1 ]
Fête de la Flotte russe du Pacifique dans un contexte tendu à propos des îles Kouriles .
[ 3 ] Un des Tu 95 a subi un accident il y a trois semaines . Les vols ont repris depuis
Voir : Un Tu-142 de la Marine russe s'écrase dans le détroit de Tatarie, 11 portés disparus
Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 21:56

MOSCOU, 25 novembre - RIA Novosti
L'achat d'un porte-hélicoptères français de type Mistral par la Russie peut être évoqué au cours de la prochaine visite du premier ministre russe Vladimir Poutine en France, les 26 et 27 novembre, a annoncé mercredi Iouri Ouchakov, chef adjoint de l'appareil du gouvernement russe.

"Cette question ne figure pas à l'ordre du jours, mais les parties peuvent l'évoquer", a indiqué M.Ouchakov devant les journalistes.

Le premier chef d'état-major adjoint de la Marine russe Oleg Bourtsev avait auparavant annoncé à RIA Novosti que le commandement de la flotte jugeait nécessaire d'acquérir un porte-hélicoptères de ce type et d'en construire quatre autres sous licence française.

Ces navires, destinés à appuyer des opérations de débarquement, de maintien de la paix et de sauvetage, doivent équiper les flottes russes du Nord et du Pacifique, selon le vice-amiral Bourtsev.

Une rencontre de travail début octobre à Moscou entre les ministres de la Défense des deux pays, Anatoli Serdioukov et Hervé Morin, avait permis d'espérer l'issue fructueuse des négociations sur l'achat par la Russie d'un navire de type Mistral.

Selon les médias français, le coût du navire se situera entre 400 à 500 millions d'euros.

Lundi, le porte-hélicoptère Mistral est arrivé à Saint-Pétersbourg.[ 1 ]


Articles associés :
[ 1 ] Le BPC Mistral mouille à Saint-Petersbourg .
[ 2 ] Dossier Ria Novosti sur la visite de M.Vladimir Poutine en France

RIA NovostiLe porte-hélicoptères français Mistral est arrivé lundi pour une visite de travail à Saint-PétersbourgLe porte-hélicoptères français Mistral vu de l'intérieur et de l'extérieur

12:43 26/11/2009 Le porte-hélicoptères français Mistral est arrivé lundi pour une visite de travail à Saint-Pétersbourg, en prévision d'une possible acquisition par la Russie d'un navire de ce type >>

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 20:13
Selon Jean-Jacques Mosconi responsable du développement chez Total cité par le WSJ , la mise en exploitation du champ gazier de Chtokman dans la Mer de Barents pourraît être retradé de deux ans , celle ci intervenant en 2015 pour l'expotation via gazoduc ( Nord-Stream ) en 2015 . La production de GNL devrait suivre en 2016 .
Le retard serait du à des " difficultés techniques " . Celles ci font l'objet d'un desaccord entre les différents partenaires du projets  concernent la solution technique à adopter pour transporter le gaz et les condensats depuis la plateforme jusqu' à terre :  Transporter le gaz et le condensat par un seul tuyau et assurer la separation et le traitement à terre ou comme le suggère Gazprom construire une unité de prétraitement qui va séparer le gaz des condensats avant de les transporter par deux tuyaux séparés vers la terre .
La première solution moins onéreuse pourrait amener à l'apparition de " bouchons "  dans des conditions de basse temperature .
Des doutes sur une reprise de la demande gazière en Europe et l'attractivité du marché Etasunien font que les partenaires ont convenu de ne pas se trop se presser pour faire leur choix definitif [ 2 ]
Les problèmes rencontrés par StatOil , le partenaire Norvègien de Gazprom et de Total dans le projet Chtokman n'encouragent pas les décideurs à des décisions trop hâtives .
L'usine de liquéfaction de Melkøya située à Hammerfest destinée à traiter le gaz issu du champ de Snøhvit souffre de problèmes récurrents depuis sa mise en exploitation en 2007 .
Cet automne l'usine a été arrêtée durant trois mois et 150 Mio d'euros ont été investis pour essayer de résoudre des défaillances dans le système de refroidissement .
Durant la phase de redémarrage deux nouveaux problèmes techniques sont survenus qui contraignent les responsables à un retarder la mise en service de 15 jours .[ 3 ]


Liens :
[ 1 ] Shtokman Production Delayed Two Years - Article du WSJ du 19 novembre 2009 .
[ 2 ] «Торопиться не надо» - Проблемы «Белоснежки» тормозят «Штокман» - Article de Vremia Novosti du 26 novembre 2009 .
[ 3 ] Melkøya start-up postponed
Repost 0

Liens