Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 23:00
Norisk-Nickel annonce la mise en service de son quatrième cargo brise-glaces , le "Talnakh" .
Le " Talnakh " qui a une capacité de 14 500 tonnes est capable d'évoluer dans des glaces de 1,5 m d'épaisseur .
Il a été construit
aux chantiers navals Wadan Yards à Wismar ( Allemagne ) pour un cout de 82 millions d'Euros .

La flotte arctique de Norisk-Nickel compte desrmais quatre navires basés dans le nouveau port que cette société vient deconstruire à Mourmansk et assurent la liaison Norislk - Mourmansk .
La mise en service d'un cinquième navire est prévue dans quelques mois . La société Norisk Nickel sera alors presque complétement indépendante de l'assistance de la flotte de brise-glaces [ nationale ] Russe .
Les chantiers navals Wadan yards
disposent d'une expertise dans la construction de methaniers , et en particuliers de methaniers à capacités arctiques . Ils constituent une des " clefs " qui permeteront à l'Allemagne d'entrer , comme elle le désire , au sein du Conseil Arctique .




Repost 0
Published by DanielB - dans Marine marchande
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 22:41

Un communiqué de ROSNEFT annonce que le tanker à capacité arctique  " Arkhangelsk " vient de recevoir sa première cargaison de pétrole à Mourmansk et est en route pour le réservoir " Belokamenka” à Akhangelsk .

Le " RN Akhangelsk " construit aux chantiers Factorias Vulcano de Vigo ( Espagne ) fait partie de la " Big Navy " que ROSNEFT compte acquérir pour l'exploitation de ses réserves arctiques .
L" Arkhangelsk " mesure 176 metres de long , 30 m de large et peut transporter 25 000 tonnes de pétrole .
En 2009 , deux autres navires sont prévus d'entrer en service .


Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Marine marchande
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 20:58
Décidement , " Il " n'est pas sortable !
Déja connu pour ses petites phrases sur " le droit de cuissage " et le " coffre-fort "  Artur Chilingarov , le barbu le plus célèbre de ce blogue , vient de récidiver .
Invité en tant que représentant de la Russie à un congres International sur l'Arctique et l'Antarctique , le député de la Douma membre du parti " Russie Unie " , heros de l'Union Sovietique , responsable des expeditions Russes dans l'Arctique et l'Antarctique , OUF ! , vient de récidiver .
A un point que je me demande s'il ne faut pas que je crée une catégorie " Les bons mots d'Artur Chilingarov " .

" C'est tout à fait ça ! Nous les Russes on ne va pas céder le plateau continental Arctique à quelqu'un d'autre ........
Le Canada ou les Etazunis peuvent ne pas aimer ça ......Mais c'est mon point de vue . C'est historiquement NOTRE ( Russe ) plateau continental ! "

Il ne reste donc plus qu' à Serguei Lavrov de déployer des " trésors de diplomatie " pour essayer de ratrraper les " Petites phrases " d'Artur Chinlagarov .
Ce dernier , quand il ne s'occupe pas de l'Arctique , est chargé de régler les tensions de plus en plus nombreuses qui surviennent entreles délégués régionaux du parti " Russie Unie " , véritables " missi dominici " du premier minstre Vladimir Poutine , et les gouverneurs des régions qui se voient rogner leur prérogatives .






Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 20:22

Un billet d' Ilia Kramnik de RIA NOVOSTI qui met en avant la necessité de forger une " culture maritime " au delà d'un appareil militaire .
Il est à rapprocher de la phrase de Frank Thiess dans son livre " Tshushima " : Cherchant à reconstituer une flotte pour aller combattre la Marine Imperiale Japonaise dans le Pacifique , les autorités Russes oublient de recruter pour les équipages des Prèbaltes au profit de paysans du " Heartland Russe " qui n'avaient pas de " sel dans le sang " .


Par Ilia Kramnik, RIA Novosti

Un groupe de navires de guerre de la Flotte russe du Pacifique a appareillé. Le destroyer (BPK) Admiral Vinogradov, les pétroliers ravitailleurs Petchenga et Boris Boutoma ainsi que le remorqueur de sauvetage Fotii Krylov participeront aux manoeuvres russo-indiennes Indra 2009. A l'issue de ces exercices, les navires russes mettront le cap sur le golfe d'Aden, où l'Admiral Vinogradov prendra la relève de la frégate Neoustrachimy (flotte de la Baltique). Les manoeuvres se feront également avec la participation de bâtiments de la flotte du Nord - le croiseur lourd lance-missiles à propulsion nucléaire Piotr Veliki (Pierre le Grand), le destroyer Admiral Tchabanenko et des navires auxiliaires - qui font route vers l'océan Indien après avoir pris part aux manoeuvres russo-vénézuéliennes Venrus-2008.

A l'heure actuelle, trois flottes - du Nord, Baltique et du Pacifique - ont envoyé des navires en mission au long cours. Un groupe de navires de la flotte de la mer Noire devrait rapidement faire mouvement vers la Méditerranée. C'est la première fois depuis l'effondrement de l'Union Soviétique que l'on observe une telle activité en mer.

Ce regain d'activité de la Marine en dehors des eaux territoriales de la Russie suscite des questions quant aux motifs, aux buts et à l'évolution de la situation. Les motifs sont, en fait, on ne peut plus simples : la flotte a fait son retour en océan dès qu'elle a eu suffisamment de carburant et de moyens pour maintenir l'aptitude opérationnelle des bâtiments. Les buts ont eux aussi été proclamés à maintes reprises : tout à la fois exhibition du pavillon et rétablissement de la présence militaire dans les secteurs maritimes clefs.

Comme l'a déclaré le capitaine de vaisseau Roman Martov, porte-parole de la flotte du Pacifique, "la campagne du groupe de navires de la flotte du Pacifique montre que la Russie est apte à arborer dignement le pavillon de la marine de guerre et à assurer la défense de ses intérêts nationaux sur les mers et les océans, à être un garant de stabilité dans la région Asie-Pacifique".

En outre, l'entraînement des équipages constitue une autre mission non négligeable. Malheureusement, une période prolongée d'absence de campagnes a fait considérablement baisser le niveau d'instruction du commandement. On en est arrivé au point où les bâtiments de surface et les sous-marins avaient cessé de prendre la mer sans un supérieur à bord (généralement le chef d'état-major, l'adjoint au commandant ou le commandant de division, d'escadre). Mais de nombreux commandants de division, qui ont fait carrière dans les années 90, manquent eux aussi d'expérience. Cette situation est lourde de conséquences graves si jamais la flotte devait mener des opérations militaires contre un adversaire plus ou moins fort. Comme le montre l'histoire, l'absence d'expérience ne peut être comblée ni pas la puissance de feu, ni par le nombre des navires. La flotte russe est confrontée à un problème sur ce deuxième point et, au fur et à mesure que les systèmes de combat des navires vieilliront, elle commencera à éprouver des difficultés sur le premier point.

Ce faisant, ce n'est pas une mission ni même une série de missions qui résoudront le problème. Un processus d'entraînement durable et permanent est indispensable. Il permettra de former peu à peu une génération d'officiers de la Marine - de l'amiral au lieutenant - pour qui les campagnes au long cours et les exercices de tir seront une réalité permanente, qui passeront presque plus de temps en mer qu'à terre et qui recevront en échange une honnête solde.

Il faut trois ans pour construire un bateau et trois cents ans pour former une tradition, avait coutume de dire l'amiral britannique Cunningham. C'est vrai de n'importe quelle flotte. Héritier de la plus grande tradition maritime au monde, il savait de quoi il parlait : le nom de Cunningham est familier à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire des batailles navales de la Seconde guerre mondiale.

La construction de nouveaux navires pour la Marine russe, dont on parle tant, ne donnera pas en soi de résultat si on ne forme pas des équipages professionnels, qui se sentent en mer comme chez eux. C'est ce que fait actuellement la Marine de guerre russe. Cette tâche vaut les moyens colossaux, qui lui ont été accordés.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Defense
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 23:05

MOSCOU, 10 décembre - RIA Novosti. La Cour internationale de justice (CIJ) de l'ONU est disposée à trancher les litiges susceptibles de surgir autour du plateau continental de l'océan glacial Arctique, riche en hydrocarbures, a déclaré mercredi la présidente de la Cour Rosalyn Higgins.

"Il n'y a rien d'impossible", a-t-elle indiqué lors d'un duplexe organisé par RIA Novosti.

Cinq Etats cherchent à faire valoir leurs droits sur la région arctique, qui recèlerait le quart des réserves mondiales d'hydrocarbures: la Russie, les Etats-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège.

"Je sais que ces Etats ont des points de vue différents sur cette question, mais il n'y pas de contentieux juridique pour le moment", a fait remarquer Mme Higgins.

Selon elle, la CIJ pourrait intervenir aussi bien au niveau juridique que dans le cadre de consultations.

"Nous pouvons fournir un avis consultatif si l'Assemblée générale (de l'ONU) nous le demande (...). Je n'exclue donc pas que la Cour se penche sur cette question à l'avenir", a-t-elle conclu.

1,2 million de km2 de fonds marins contenant le quart des réserves mondiales d'hydrocarbures sont en jeu dans cette bataille à la fois juridique et technique. Bien que l'accès aux ressources soit difficile, la fonte des glaces facilite l'accès aux gisements et permet l'ouverture de nouvelles voies maritimes raccourcissant de près de 8.600 km le trajet Tokyo-Hambourg.

Les pays riverains, dont la souveraineté s'étend jusqu'à 200 milles marins des côtes, peuvent augmenter cette distance en démontrant que leur plateforme continentale s'étend au-delà de cette limite, ce qui a ouvert la porte à de nombreuses réclamations.

La tension a atteint son comble quand les membres de l'expédition russe Arktika-2007 ont planté un drapeau sur le fond de l'Arctique.

Sur le " retour " de la CIJ voir cet article .

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 20:51
Des " zoos humains " de nouveaux en Europe ? Pas tout à fait , mais certains peuples Indigènes de l'Arctique commencent à vivre de plus en plus mal l'explosion du tourisme , une industrie méconnue  de cette région mais qui est  déja presque bi-centenaire , et ses conséquences sur leur vie quotidienne mais aussi sur l'image d'eux que cette industrie véhicule .

La nouvelle date de début Novembre .
Des représentants des diverses communautés Sames bordant la Mer de Barents se sont reunis à Rovaniemi dans l'autoproclamée  " Laponie Finlandaise " pour protester contre ce qu'ils considèrent être une exploitation de leur culture traditionelle .

Lars Miguel Utsi de l'organisation de jeunesse  Same " Saminuorra Sami  "  a décaré que "  les groupes touristiques Finlandais montrent et vendent aux touristes des objets artisanaux non issus de la culture Same et parfois fabriqués à l'etranger ."

Les Sames subissent une forte repression , malgres des semblants de representativité parlementaire , dans tous les pays scandinaves .
En Norvège par exemple ou ils ont  été victime d'un " racisme scientifique " , ou en Suède ou des chefs politiques Sames ont été persécutés à la fin des années 90  par les autorités pour s'être opposés à des propriétaires fonciers " du sud " .
Aujourd'hui , ils sont victimes dans ce pays   de mouvements d' " extrême droite " .

La defiance des autorités Suedoises , Norvègiennes et Finlandaises au cours du XXeme siècle pourrait s'expliquer par la crainte du mode de vie nomade des Sames qui aurait pu mettre en cause l'intégrité territoriale de ces  nations et le renouveau du " Scandinavisme " auquels les Sames étaient étrangers .
A côté de ce " racisme institutionnel " contre les Sames , pseudo-scientifique comme les etudes de dépouilles ou legal comme la loi de 1902 sur l'acquisition de terres dans le Finnmark , il a existé aussi un " racisme intellectuel "  ,dont la figure emblèmatique fut l'ecrivain Knut Hamsun .

  Tristes Septentrions ..............




Repost 0
Published by P@lp@tine - dans La cause des peuples
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 16:55

Le Vice directeur général de Gazpromneft , la filiale petrolière à 100 % de GAZPROM , Boris Zilbermints vient d'annoncer ua cours d'une conférence de presse que sa société "considère la possibilité d'attirer des partenaires étrangers pour le développement du champ pétrolifère  de Prirazlomnoye ".

GAZPROM comptait auparavant développer tout seul ce projet .

Le champ pétrolifère de Prirazlomnoye est situé sur le plateau continental de la Mer de Pechora  , au sud de la Nouvelle Zemble . Il est situé à 60 km du rivage par une profondeur comprise entre 19 m et 20 m .Il  a été découvert en 1989 . La licence de développement a été accordée à ROSNEFT en 1993 ( Sous l' " Ere Eltsine " ) puis transférée à Sevmorneftegaz en 2002 ( Début du mandat de Vladimir Poutine ) .

Cette région est caractérisée par des températures très basses et des conditions de glaciation trés dures . Elle est libre de glace 110 jours par an et la saison glaciare dure en moyenne 230 jours .L'épaisseur de la galce peut y atteindre 1.7 m ( se souvenir de la plateforme de chargement  dimensionnée pour 2 m ) . La température moyenne annuelle est de -4°c et peut atteindre des minima de -50°c .


Les réserves estimées ( !  ) de ce champ pétrolifère sont de 160 millions de barils .
Le projet prévoit l'utilisation de 40 puits ( 19 de forage , 16 d'injection et 5 de réserve ) .
La production prévue est de 7. 55 millions de tonnes à partir de la 5eme année et pourrait durer 22 ans . Le début de l'exploitation est prévu pour 2012 .




Les superstructures seront constituées par la plateforme de la mer du Nord achetée par ROSNEFT en 2002.
Elle a été modernisée et adaptée à son futur usage par le " cluster maritime  " Russe du Nord : "Sevmash military shipyard " à Severodvinsk . Le projet en lui même a été conçu par l'institut Vniigaz  Institut scientifique de Gazprom ) .
Sa durée de vie est estimée à 50 ans pour un cout de 800 millions USD .
Elle comprend 14 reservoirs de stockage de pétrole avec une capacité de 110 000 m3 et deux reserrvoirs d'eau d'une capacité totale de 28 000 m3.
Elle a une capacité de production de 22 000 tonnes/jour ( pétrole ) , de 1 million de m3 de gaz et reinjectera  32 000 m3 d'eau/jour .
 

Exportation du petrole .

L'exportation du pétrole se fera en deux temps . Le  reservoir flottant de 360 000 tonnes Belokamenka sera installé dans un port libre de glaces de baie de Kola à 1100 kms du lieu d'exploitation .
Une navette de deux tankers brise-glaces de 220 000 tonnes assureront le transfert du petrole de la plateforme au reservoir tampon Belomenka .
Des supers tankers de plus de 150 000 tdw assureront l'exportation finale du brut .
Deux brises glaces de 16MW assureront des tâches de logistique et de securité .
L'ensemble aura une base arrière de support à Arkhagelsk.










TOUT  ce que vous avez toujours voulu savoir sur le projet de Prirazlomnoye sans jamais oser le demander ( en Anglais ) .

Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 02:17

MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. Le projet de mise en valeur du gisement gazier de Chtokman, situé dans le secteur russe de la mer de Barents, sera financé à 70% au moyen de crédits, a annoncé lundi le président de la compagnie Shtokman Development, Iouri Komarov.

"Nous espérons que la crise financière sera jugulée l'année prochaine quand nous nous lancerons notre recherche de financement. Nous estimons que les partenaires du projet investiront des sommes conséquentes, près de 30% du montant du projet. Le reste, soit 70%, sera constitué de crédits", a-t-il déclaré lors d'un congrès consacré au secteur pétro-gazier.

La licence du gisement, dont les réserves sont estimées à 3.800 milliards de mètres cubes de gaz, est détenue par Sevmorneftegaz, filiale à 100% de Gazprom.

Shtokman Development AG (Gazprom - 51%, Total - 25%, StatoilHydro - 24%) est l'opérateur de la première phase du projet, qui prévoit l'extraction de 23,7 milliards de m3 de gaz par an et la construction d'un site de liquéfaction de gaz.

Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 02:14

MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. La Russie a augmenté de 10,8% ses exportations de gaz naturel (hors CEI) entre janvier et octobre 2008 en glissement annuel, pour atteindre 134,1 milliards de mètres cubes, a fait savoir lundi le Service fédéral des douanes.

Au cours de la même période, les exportations de gaz vers la CEI se sont pour leur part chiffrées à 13,4 milliards de mètres cubes, soit une baisse de 5,4% par rapport aux dix premiers mois de 2007.

Toujours selon le Service fédéral des douanes, la Russie a exporté 147,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel entre janvier et octobre 2008 pour un montant de 55,02 milliards de dollars. Les prix à l'exportation ont gagné en moyenne 54,6%, contre 28% sur la même période de 2007.

MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. La Russie a exporté 170,16 millions de tonnes de pétrole brut vers les pays hors CEI entre janvier et octobre 2008, soit une baisse de 8,1% par rapport à la même période de 2007, rapporte lundi le Service fédéral des Douanes (FTS).

Les exportations d'essence vers l'étranger lointain (pays hors CEI) ont subi un repli de 43,8% à 2,28 millions de tonnes (1,96 milliard de dollars), tandis que les exportations de diesel ont baissé de 6,4% à 27,3 millions de tonnes (26,87 milliards de dollars).

Les livraisons d'essence aux pays membres de la CEI ont, en revanche, progressé de 33,3% à 1,55 million de tonnes (974 millions de dollars), et les exportations de diesel ont doublé, atteignant 2,5 millions de tonnes (2,2 milliards de dollars).

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Economie
commenter cet article
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 20:04

Selon une chercheuse russe, la chute du prix du pétrole pourrait mettre à mal les projets récemment développés de recourir dans les prochaines années au pétrole de l'Arctique.

 

La chute des prix du pétrole pourrait obliger la Russie à mettre une croix sur ses ambitions d'exploiter le plateau continental arctique. Avec le coût actuel de l'or noir, et le régime fiscal actuellement en vigueur en Russie, moins de 1% des réserves de pétrole initialement exploitables pourraient être rentables.

 

La situation évoluera si le prix du pétrole remonte de manière stable à 100 dollars le baril et si, dans le même temps, l'exonération de l'impôt sur l'extraction des minéraux utiles est portée de 7 à 10 ans, écrit le quotidienRBC Daily, [ " proche du pouvoir "- NDLR ] cité par nr2.ru. Mais même dans ces conditions, il sera deux fois plus rentable d'investir dans des productions sur la terre ferme qu'off shore.

 

Le potentiel du plateau continental russe est estimé aujourd'hui à une centaine de milliards de tonnes de combustible conventionnel, dont 13,8 milliards de tonnes de pétrole et 79 100 milliards de mètres cubes de gaz. L'Arctique représente, à lui seul, plus de 71% des réserves de pétrole et de 88% de celles de gaz de tous les plans d'eau maritime de la Russie. Aucune production de pétrole n'est actuellement menée dans la zone arctique russe. [ aucune production de petrole " off-shore " - NDLR ]

 

Les perspectives économiques du début de la prospection géologique et de la production de pétrole et de gaz sur le plateau continental des mers septentrionales ont été évoquées lors de la conférence "Pétrole et gaz du Plateau continental arctique" qui s'est tenue à Mourmansk (nord-ouest). Lioudmila Kalist, chef du laboratoire d'évaluation géologique et économique des réserves et ressources de pétrole et de gaz de l'Institut national de recherche géologique du pétrole a présenté un rapport sur ce problème.

 

Selon les estimations de cette chercheuse, le volume des réserves initialement exploitables dans l'Arctique est de 9,8 milliards de tonnes de pétrole et 69 500 milliards de mètres cubes de gaz. 5,7 milliards de tonnes de pétrole et 35 000 milliards de mètres cubes de gaz sont considérées comme techniquement accessibles, ou techniquement accessibles sous condition, pour l'exploitation.

 

Avec le régime fiscal actuel, a calculé Lioudmila Kalist, on ne dénombre pas plus de 28 projets ayant une norme interne de rentabilité de plus de 10%. Ils représentent moins de 8,7% des réserves du plateau continental arctique techniquement accessibles.

 

Quant aux plans d'eau arctiques exploitables les plus attirants pour l'investissement (offrant une norme de rentabilité de 20% et plus), ils ne représentent pas plus de 70 millions de tonnes de pétrole, soit moins de 1% des réserves de ces mers initialement exploitables. Pour le gaz, le pourcentage des réserves rentables est supérieur - oscillant entre 13 500 et 25 000 milliards de mètres cubes, il représente plus de 50% des ressources en combustible bleu de ces mers.

D'apres RIA NOVOSTI qui m'enlève une grosse épine du pied sur un sujet que je voulais à tout prix évoquer dans ce blogue .

Note de l'editeur : Je ne partage pas ce " petroarctopessimisme " . Des discours semblables ont été entendus à la fin des années 70 et des années 80 à chaque baisse du prix du baril conernant le petrole off-shore de la Mer du Nord . Tout comme
le petrole off-shore de la mer du Nord , le petrole Arctique necessite un investissement initial élevé mais on vu rapidement une baisse des couts d'exploitation et des technologies nécessaires à la prospection ou à l'exploitation .
De la même manière je conseillerais
aux idôlatres de la " 1ere loi de la petropolitique " , comme ces " democrates " " Russes" ( herbergés sur un site Oukraïnien )  , qui considérent que " La chute du prix du baril sauve le monde , et l'Arctique , des ambitions Russes'" de ne pas vendre la peau de l'Ours ( Russe bien sûr ) avant de l'avoir tué .
Le baril est à moins de 40 USD et :
1-
Un chasseur de submersibles Russe vient de passer le canal de Panama
2- La Russie se propose , sinon de " mettre la main au collet du mauvais payeur " , du moins de" couper le robinet " à celui-ci . .
3- Des missiles " Iskander " sont prévus d'être déployés à Kaliningrad en cas de désaccord sur le dossier de la DAM

4 - La Russie ne se " retire pas de l'Arctique " mais continue , certes avec de nouveaux délais , ses projets .
Un dossier à suivre .





Repost 0

Liens