Publié le 10 Avril 2009

Par Andreï Kisliakov, RIA Novosti

Situé tout au nord de notre planète, l'Arctique fait aujourd'hui l'objet d'une attention plus grande que n'importe quelle autre région. La raison en est connue: les glaces arctiques éternelles cèdent du terrain, alors que le sous-sol des mers septentrionales recèle de fabuleuses réserves d'hydrocarbures. Les milliards de barils d'or noir devenus tout à coup presque accessibles peuvent, on le comprend, influer sérieusement sur le comportement des Etats intéressés.

Cependant, à côté des "Hourra! L'Arctique fond!", s'élèvent également des suppliques du type: "Mon Dieu, préservez �" Quels processus se produisent donc sur notre calotte polaire, quelles sont leurs conséquences éventuelles?

Selon une analyse réalisée en avril par les chercheurs de l'Administration nationale américaine des études océaniques et atmosphériques (NOAA), les glaces du pôle Nord auront déjà définitivement disparu d'ici une trentaine d'années, et non en 2100, comme on le prévoyait jusqu'alors. Les spécialistes du service de climatologie de la NASA vont plus loin. Les glaces de l'Arctique, affirment-ils, auront disparu d'ici cinq ans! La dynamique du processus observé en témoigne. La masse totale des glaces polaires représente aujourd'hui la moitié de ce qu'elle était il y a quatre ans.

Ce qui est certain, c'est que les glaces fondent de plus en plus, et les scientifiques sont enclins à attribuer ce phénomène à l'activité économique de l'homme. La plupart des pays industrialisés étant situés dans l'hémisphère Nord, l'Arctique subit une pollution anthropique plus forte que, par exemple, l'Antarctique. Des matières polluantes telles que les métaux lourds et les radionucléides sont apportées en permanence par les vents dans l'Arctique.

Voilà encore 10 ou 20 ans, notent également les Américains, 80% de la lumière et de la chaleur du Soleil étaient réfléchis par les glaces vers l'espace. Mais, désormais, l'atmosphère étant devenue plus poussiéreuse et plus sale, le coefficient de réflexion s'est réduit considérablement et la chaleur se concentre davantage au-dessus de l'Arctique, ce qui accélère la fonte des glaces.

Par conséquent, l'Océan Glacial Arctique peut devenir sous peu une région de navigation ouverte toute l'année, avec les énormes avantages économiques en découlant. Sans parler du pétrole. On estime que ses réserves, pour la seule zone à laquelle prétend la Russie, se montent à environ 600 milliards de barils, soit, à titre de comparaison, le double de celles de l'Arabie Saoudite.

Souhaitons simplement que les rêves optimistes de l'humanité liés à cette "aubaine" inouïe ne tournent pas au cauchemar avec des cataclysmes naturels à l'échelle globale. Le processus a déjà commencé. Cette vive accélération de la fonte des glaces entraînera immanquablement des sécheresses catastrophiques dans les régions sud-est des Etats-Unis et des inondations dans d'autres Etats américains, par exemple au Colorado. Au vu des informations reçues, de tels phénomènes se produisent déjà sur le territoire des Etats-Unis.

La zone de pergélisol (sol éternellement gelé, merzlota) couvre un quart de l'hémisphère Nord. Elle fond à grande vitesse. La superficie de certains lacs sibériens a quintuplé depuis 2006. Le mode de vie traditionnel des peuples autochtones de cette immense région de la planète s'en trouve naturellement perturbé. L'infrastructure d'un grand nombre de villes et de villages est en danger. L'exploitation des gisements de pétrole et de gaz des régions polaires russes devient problématique, ce qui menace notre bien-être.

Qui plus est, le méthane, le plus fort des gaz de serre, autrefois captif du pergélisol, se dégage avec une force insoupçonnée du sous-sol qui est en train de fondre. Et il contribue ainsi au réchauffement climatique global.

Les glaciers du Groenland représentent, sur ce plan, un danger particulier. D'immenses épaisseurs de glace y fondent à une vitesse alarmante. L'accélération de ce processus risquerait d'élever le niveau de l'océan de 7 mètres, ce qui pourrait entraîner la disparition de tous les Etats situés dans les régions plates de notre planète.

Mais l'élévation de la température au Groenland ne fait pas que précipiter la fonte des glaces. Le réchauffement contribue à accélérer le déplacement de toute la masse énorme de ce glacier. Selon certains scientifiques, l'accélération de la vitesse du déplacement des glaces du Groenland provoquera non seulement des inondations globales et un accroissement de l'activité sismique, mais aussi des modifications du déplacement de la Terre dans l'espace.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Opinions

Repost0

Publié le 10 Avril 2009

Commentant les réactions hystériques de la presse occidentale sur la nouvelle doctrine arctique Russe , Un fonctionanire du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie et sont secrétaire général Nicolas Patrouchev on déclaré avec humour que la Russie ne comptait pas former des unités de sabotage avec des " pingouins de combat ".
Un lecteur Québecquois me signale que les pingouins de combat Russes existent et que l'agent Red Ketchup les a rencontrés , mais dans l'antarctique ....................



La preuve ..........................................




L'agent Red Ketchup, à l'origine de problèmes épineux pour le FBI, est écarté pour cause d'excès. Une mission bidon en Antarctique devrait régler son cas.

 

Carburant à doses égales d'antigel et de paranoïa, Ketchup voit des espions partout et part en guerre contre ces sales bêtes espionnes et terroristes de maudits pingouins de malheur! Résultat: tragédie écologique et crise diplomatique à l'échelle planétaire. Red se retrouve au coeur de Moscou, cobaye téléguidé d'un savant archi-fou, où il  se mesure à son pendant russe, la formidable Olga Dynamo.

 

Jamais la guerre froide n'a eu si chaud !




Lien : Le site  de " Kamarade Ultra " .














Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 9 Avril 2009

Abstract : The Sovcomflot company plans to sign a contract with the Admiralty shipyard in Sankt Petersburg about the construction of the first ever Russian LNG carrier. This is an important step for Russia for the technological sovereinity in maritime transport . Since now , Russian transport companies and gaz majors were obliged to buy LNG carrier abroad . This announcement came after Alexei Millier , CEO of Gazprom , said last week that it's company will seek to enhance the role of LNG in a bid to diversify export routes. Mr. Miller highlighted the development of LNG as a way to circumvent troubled transit routes like Ukraine .

Un pas important va être franchi par la construction navale Russe : La construction du premier méthanier conçu et construit en Russie .
La Société " SOVCOMFLOT " vient de commander aux " Chantiers de l'amirauté " - Адмиралтейских верфей-à Saint Petersbourg la conception et la fabrication d'un méthanier . Le navire aura une longueur de 260 m , 35 m de large et une capacité de 80 000 m3 de GNL .
Selon Vladimir Aleksandrov , directeur général des " Chantiers de l'amirauté " , les expériences Japonaises , Coréennes et Françaises ont été longuement étudiées .
La Russie était dépendante des chantiers Japonais , Sud-Coréens , Allemands et Espagnols pour l'équipement de ses flottes de commerce , plus particulièrement dans le secteur arctique ( Route Maritime du Nord ) .
Cette décision intervient dans le cadre de la restructuration des chantiers navals Russes , et plus particulièrement du Cluster Maritime Russe de l'Arctique , vers des navires à haute valeur ajouté .
Elle signifie à terme une indépendance technologique pour la Russie dans un secteur , le Gaz Naturel Liquéfié , dont le marché est en train ........d'exploser .
Gazprom a de son côté fait savoir dans un communiqué publié la semaine dernière  qu'il comptait développer ses activités dans le secteur du GNL .
Le gazier Russe compte ainsi s'affranchir en partie des hypothèques politiques liées aux gazoducs dans les états traversés . La société vient d'ouvrir sa première usine de liquéfaction sur le site de Skahaline II et en prévoit une autre pour  le projet de Shtokman à  Teriberka . Un projet dans la péninsule du Yamal est également envisagé .
Sovcomflot est le principal transporteur maritime Russe avec 132 navires .


Liens :
Gazprom va développer ses activités dans le GNL ( En Russe ) 
            
Sovcomflot 
             Chantiers de l'Amirauté

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Marine marchande

Repost0

Publié le 9 Avril 2009


Dans un entretien à la télévision Russia Today, le géopoliticen Tiberio Graziani souligne la dépendance de l’Italie en particulier et des États ouest-européens en général vis-à-vis des États-Unis. Une vassalité qui empêche Rome et Bruxelles de défendre leurs intérêts et les contraints à considérer Moscou comme un adversaire et non un partenaire.

Anastasia Haydulina pour Russia Today : Les gouvernements du monde entier sont en train d’adopter des mesures protectionnistes. Ce qui produit un impact à tous les niveaux de la société. En Italie on assiste à un plus grand appui aux politiques anti-immigration de la droite. Comment va faire l’Italie, et comment ferons-nous tous, pour dépasser la crise financière mondiale ?

Tiberio Graziani : Avant tout nous devrions réfléchir sur les causes de cette crise financière, qui a atteint aussi la production au niveau industriel, d’abord aux États-Unis puis dans tout le système occidental, constitué par le triumvirat bien connu : États-Unis, Europe occidentale et Japon. La crise a influencé tout le marché mondial. Pour ce qui concerne l’Italie, les effets se sont manifestés avec un léger retard et, je crois, seront plus marqués au cours de 2009 et 2010.

Car l’économie italienne est principalement fondée sur des petites et moyennes entreprises, il n’y a pas de grosse concentration industrielle, et, donc, l’Italie tend à avoir cette plus grande flexibilité qui est nécessaire pour affronter et contenir la crise. Mais la crise sera très profonde.

Nous ne serons en mesure de dépasser une crise financière qu’en opérant dans un contexte géoéconomique continental. Ceci signifie que nous devrions chercher des solutions qui impliquent les économies des pays émergents comme la Russie, la Chine et l’Inde. La crise ne peut pas être dépassée qu’avec des solutions nationales ou des solutions élaborées à Bruxelles exclusivement par l’Union Européenne.

RT : Parlons de la récente crise du gaz. L’Italie n’en a peut-être pas pâti comme les Balkans et l’Europe orientale mais elle était de toutes façons parmi les pays pris en otage. La vérité a cependant été gardée cachée. Quelle est la véritable raison de la dispute ?

Tiberio Graziani : La raison de la dispute du gaz entre Kiev et Moscou est de fait une réponse de l’extension de l’Otan à l’est, et de l’élargissement de l’Union Européenne aux pays de l’Europe Orientale. Ces deux mouvements simultanés d’expansion ont été vus à Moscou comme une sorte d’agression menée dans son entourage immédiat.

Ce genre d’expansion a commencé en 1989 après la chute du Mur de Berlin. Depuis ce moment-là, les États-Unis ont décidé de contrôler toute la planète. Ils ont choisi l’Europe Occidentale comme point de départ pour avancer vers la Russie et l’Asie centrale. Il est en effet connu que l’Asie centrale a d’énormes gisements de gaz et de pétrole.

Les États-Unis commencèrent ainsi à influencer les pays du Pacte de Varsovie et certaines ex-républiques soviétiques comme l’Ukraine.

Depuis 1990, l’Ukraine a commencé à séparer son propre avenir géopolitique de son assise naturelle, et donc de Moscou.

Si nous analysons ce qu’on a appelé la « Révolution orange » [1], nous pouvons nous rendre compte que derrière ces conquêtes de la soi-disant société civile ukrainienne on trouvait les intérêts de Washington. Nous ne devons pas non plus oublier le rôle des dits philanthropes tel Georges Soros non seulement dans la déstabilisation de l’Ukraine, mais aussi dans celle des ex-républiques yougoslaves.

Quand l’Ukraine a abandonné ou tenté d’abandonner son propre contexte géopolitique naturel, celui de partenaire privilégié de Moscou, il est évident que Moscou a essayé de fixer le prix de son gaz sur celui du marché, étant donné que l’Ukraine n’était plus un client privilégié mais un client comme tous les autres. Évidemment la dispute a fini par toucher l’Europe, parce que les leaders ukrainiens manquent de souveraineté et sont pilotés par des intérêts occidentaux sous direction états-unienne. Au lieu de chercher un accord économique, comme on le fait habituellement entre pays souverains, l’Ukraine a aggravé la situation en soustrayant le gaz destiné aux pays européens.

Cette véritable raison de la crise a été ignorée par la presse de l’Europe Occidentale, italienne comprise. Dans la dispute du gaz, la majorité des journalistes italiens s’est concentrée non pas sur les vraies raisons, mais sur la diabolisation du gouvernement russe : en disant que dans la question du gaz il avait utilisé la géopolitique comme une arme, alors que le Président Medvedev et le Premier ministre Poutine ne faisaient qu’appliquer des prix de marché à des réactions économiques normales sur le gaz.

RT : L’Ukraine est au bord de la faillite. La Russie ne peut pas compter sur le fait que l’Ukraine paiera des tarifs fondés sur des prix de marché, l’an prochain.

Tiberio Graziani : Je crois qu’il est possible de trouver un accord économique. Moscou et Kiev peuvent aussi négocier des réductions. Je voudrais encore une fois souligner qu’il ne s’agit pas que d’un problème de transactions économiques, d’importation et d’exportation. C’est une question géopolitique. Il est évident que si l’Ukraine choisit de se ranger avec l’Occident sous la conduite de Washington, cela influencera non seulement le commerce du gaz, mais aussi d’autres aspects économiques. Je crois, donc, qu’il sera possible de trouver une solution économique, mais la résistance vient de Kiev, car cela dépend des intérêts de Washington.

RT : À propos de Washington, parlons des bases militaires états-uniennes sur le territoire italien. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

Tiberio Graziani : La majorité des gens est consciente de la présence des bases militaires mais n’en est pas consciente politiquement. Voila pourquoi, dans le cas de l’extension de la base militaire de Vicence, au nord-est de notre pays, on a surtout fait des considérations de caractère environnemental. Le motif principal et fondamental est par contre resté caché, alors qu’en réalité cette extension sert aux forces armées états-uniennes : dans le but de les mettre en mesure d’opérer en coordination avec une base militaire assez proche, située en Serbie (Camp Bondsteel, NdT), elle aussi dépendante de Washington. Dans l’avenir il sera possible, pour les USA, d’opérer dans des pays frontaliers et au Proche et Moyen-Orient, dans des nations comme la Syrie et l’Iran, et dans une certaine mesure, en Russie aussi. La nation yougoslave, dans ce cas la Serbie, n’a pas été choisie par hasard, mais parce qu’elle a des affinités culturelles et ethniques avec Moscou.

RT : La crise du gaz a exaspéré les tensions entre la Russie et l’Union européenne, et de nombreux État européens sont déjà en train de chercher des fournisseurs alternatifs. La Russie a-t-elle une raison de s’en préoccuper ?

Tiberio Graziani : Non, je ne crois pas que la Russie doive en être préoccupée. Je pense que chaque pays doit chercher les meilleures opportunités sur le marché pour s’assurer ses fournitures énergétiques et son autosuffisance. Dans un contexte géopolitique eurasiatique plus vaste, je crois que les relations entre la Russie et l’Europe, et entre la Russie et l’Italie, devraient se fonder sur leurs intérêts économiques : sur l’échange de nouvelles technologies de frontière, de technologie militaire, de ressources énergétiques et, évidemment, des relations culturelles. Je pense que les relations culturelles entre l’Union européenne et l’Italie, et, naturellement, la Fédération russe, devraient être renforcées.

Après la Seconde Guerre mondiale, il y a pus de 60 ans, ces relations ont connu un déclin parce qu’elles ont été entravées par la classe intellectuelle et politique européenne qui a soutenu l’occidentalisation ou américanisation de la culture européenne. Si nous comparons la littérature européenne et celle de l’Italie de ces dernières années avec celles des années Trente, nous pouvons remarquer que beaucoup d’écrivains utilisent une langue beaucoup plus incorrecte, avec de nombreux emprunts à l’anglais. C’est un résultat de la colonisation culturelle que Washington a mené depuis la Seconde Guerre mondiale. Il est intéressant de noter que cette tendance est aussi présente dans les pays de l’ex-bloc soviétique.

RT : Quelle est la ligne italienne qui prévaut dans les rapports avec la Russie ? Les Russes peuvent-ils compter sur le fait que l’Italie joue un rôle pour améliorer les relations entre la Russie et l’Union européenne ?

Tiberio Graziani : Bien sûr, évidemment l’Italie, avec d’autres pays de l’Union Européenne, est un partenaire potentiel de la Russie. Mais pour être un véritable partenaire et pas seulement potentiel, l’Italie devrait avoir une plus grande liberté et la souveraineté politique totale, qu’elle n’a pas pour le moment.

Je voudrais rappeler qu’en Italie il y a plus de 100 sites militaires qui dépendent, directement ou indirectement, des États-Unis, et qui font partie du plan états-unien d’influence et d’occupation militaires de toute la péninsule européenne. Dans ces conditions l’Italie et d’autres pays sont limités dans l’expression de leurs intérêts politiques et économiques. Mais il faut aussi reconnaître que ces dernières années la politique économique du président Poutine, d’abord, et de l’actuel président Medvedev, a jeté les bases pour que l’Italie devienne un véritable partenaire de Moscou, pas seulement d’un point de vue économique mais aussi du point de vue politique et, je crois, militaire. L’Italie est située dans la zone méditerranéenne et elle occupe une position stratégique importante. En outre sa position centrale est aussi fondamentale à un niveau géopolitique, par rapport à l’Afrique du Nord et au Proche et Moyen-Orient. Il serait juste qu’elle l’utilise à des fins d’intégration eurasiatique.

Je crois que le relations entre la Russie et l’Italie vont en s’améliorant : les entrepreneurs italiens sont en tain d’aller dans la bonne direction, parce qu’ils arrivent à dépasser les limites imposées par un pouvoir politique qui vient directement de Washington et Londres.

RT : Vous êtes très critique à l’égard de Washington, et vous décrivez les États-Unis presque comme une nation impériale. Mais nous ne vivons plus, désormais, dans un monde unipolaire.

Tiberio Graziani : Je suis très critique à l’égard de Washington parce qu’il a inclus l’Europe dans son propre espace politique et la considère comme une tête de pont pour attaquer tout le sol eurasiatique. Cela me rend critique, mais il faut naturellement aussi toujours tenir compte de l’importance et de la signification des États-Unis. Et les États-Unis devraient comprendre aussi que l’époque où ils étaient une super-puissance est terminée. Actuellement, au 21ème siècle, nous avons au niveau géopolitique un système multipolaire avec la Russie, la Chine, l’Inde, les États-Unis et certains pays d’Amérique du Sud, qui eux aussi sont en train de créer leur entité géopolitique : je fais référence au Brésil, à l’Argentine, au Chili, au Vénézuela et évidemment aussi à la Bolivie. En particulier, la plus grande liberté dont jouissent ces pays sud-américains peut permettre à l’Union européenne de quitter le bloc occidental dominé par les États-Unis et par la Grande-Bretagne.

RT : Vous connaissez les ponts chauds de l’Europe et les régions séparatistes. Vous avez fait partie des observateurs des élections en Transnistrie. Il y a une île au large de la Sardaigne en Italie (Malu Entu) qui vient juste de déclarer son indépendance, qui dit s’inspirer de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. Existe-t-il une formule universelle avec laquelle on peut aborder la question du séparatisme ?

Tiberio Graziani : Les questions sont complètement diverses. En Sardaigne il y a un mouvement politique séparatiste, mais en Italie d’autres séparatistes /sécessionnistes siègent maintenant au Parlement et sont au gouvernement. Pour ce qui concerne la Transnistrie [2], il est nécessaire d’évaluer la situation du point de vue géostratégique. La Moldavie et la Roumanie ressentent le poids des États-Unis et de l’OTAN. Le conflit de la Transnistrie fait partie de ceux qu’on appelle conflits gelés. Je pense que l’indépendance de la Transnistrie serait intéressante, parce que dans ce cas-là elle deviendrait une zone où les États-Unis ne pourraient pas entrer. Ce serait un territoire libre du pont de vue eurasiatique, car la Transnistrie aurait sa souveraineté. Je n’analyse pas cette république sur la base de son gouvernement actuel. Je me borne à en analyser sa situation géostratégique et géopolitique. Car si la Transnistrie est une république autonome cela signifie que, sur son petit territoire, il n’y a pas de bases de l’OTAN.

Note de l'Editeur :  Un article qui prend toute son importance à l'heure des troubles en Moldavie ou se trouve la Transnistrie .

Liens : Article original publié le 30 Mars 2009 sur Geostrategie.com .
           Eurasia - Rivista di studi Geopolitici

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Le " Nouveau Grand Jeu "

Repost0

Publié le 8 Avril 2009

Abstract : There will be neither " combat penguins  " nor ice-breaking sea carriers in the arctic argues two officials , including the secretary general of the Security Coucil of the Russian Federation ( SCRF )  Nikolay Patrushev ,  talking about the commentaries made by western medias on the arctic Russian doctrine. They dismiss all the assertions made in these medias and justify the role of the Fsb in the defense of Russian borders and the creation of special coast guard units for the Russian arctic boundaries . They also say that the priority is not the militarization of the region but the mastrey of natural ressources , transport , boundary infrastructures and telecomunications .
On the contrary the United States and its allies of the NATO are conducting a bellicose policy in the region and are militarizing it with the final task of enlarging their economic presence there  , to attain the internationalization of northern seaways and in the final stage to expell  Russia from it .
They also develop spying throught bodies like NGO's or nuclear submarine patrols .
To counter this threat , Russia do not deny it will need to increase it's intelligence on its arctic neigbours and their military and economic activities .

Nicolay Patrushev outlines that the first task of the SCRF was to establish preliminary measures directed toward increasing   the effectiveness of the state administration in  the social and economic development of the Arctic zone of Russia after years of mismanagement .
According to Nikolay Patrushev , USA , Norway , Danemark and Canada are conducting a coordonated policy to exclude Russia from the bounties of the arctic continental shelf . Globalization of the region is an hidden policy to give it to transnational " Big Oil" .
For sustaining the  Russian claim in the commission of United Nations on the borders of the continental shelf , Russia must prepare  additional materials of studies of the bottom of Arctic Ocean .



Dans un article intitulé " sans pingouins guerriers " ( Без боевых пингвинов ) publié par Rossiskaya Gazeta , un responsable du Conseil de Sécurité de la Federation de Russie ainsi que son secretaire général Nicolas Patrouchev commentent la nouvelle doctrine arctique Russe publiée il y a deux semaines et démentent les rumeurs publiées en Occident .

Comme le soulignent avec humour les deux reponsables du CSFR , la Russie n'envisage pas de déployer des porte-avions brise-glaces ou de former des unités de sabotage de pingouins guerriers .
Contrairement à ce qui a été affirmé en Occident , la Russie n'envisage pas de construire de nouvelles bases dans le Nord ou de créer un commandement militaire arctique mais seulement d'y déployer le nombre adéquat de troupes régulières et de renforcer le rôle du FSB dans la protection des frontères ainsi que de créer une  garde côtière spécifique aux frontières arctiques de la Russie . Les solutions opérationelles sont en cours d'élaboration par le Conseil de Securité et d'autres organismes .
La  Russie procéde actuellement à la modernisation de ses postes frontières dans la région , seule décision mise en oeuvre à cette date .

La défense de la façade maritime arctique de la Russie , un " vide stratégique "  peu peuplé et mal mis en valeur , a commencé durant la seconde moitié du XX eme siècle avec la présence de SNLE Etazuniens dans la région .
Depuis quelques années les études geologiques ont monté le potentiel de cette région et les observations satellitaires ont montré que l'accés à celles ci est de plus en plus aisé . L'arctique devient un territoire de plus en plus important dans la politique et l'économie globale et  la region arctique va devenir de plus en plus importante dans les relations bilaterales et multilaterales de la Russie .

Le document publié par le CSFR considère que la militarisation ne doit pas être la priorité du développement de l'Arctique mais celle-ci doit plutôt être constitué par le développement économique , le maintien de la paix et la préservation de l'environnement ainsi que de l'amelioration des dispostifs de gestion de cette region .
Les priorités Russes sont aussi la mise en valeur des ressources naturelles , le développement des transports , le renforcement des infrastructures frontalières ainsi que le dévelopement des moyens de communications et d'informations .
La stratégie Russe pour l'arctique établit la liste des invesigations scientifiques nécessaires pour appuyer les revandications Russes sur le plateau continental et la délimitation des frontières extérieures de la Russie dans cette zone avant l'échéance de 2010 .
La troisième étape de cette stratégie consiste à faire de la région la base stratégique de la Russie sur le plan économique d'ici 2020 .

La directive recommande une politique exterieure bi-laterale et multilaterale avec les autres riverains de l'Océan Arctique basée sur les conventions internationales .
Toutefois comme le souligne le responsable du CSFR les risques de confrontaton ne sont pas à exclure compte tenu des enjeux .
Selon ce responsable les objectifs des autres nations riveraines et en particulier les Etats-Unis et de leur bras armé l'OTAN ne sont pas aussi pacifiques . Ceux ci consistent à elargir leur présence économique dans la région [ Au delàde leurs droits - NDLR ] , d'intenationaliser les voies maritimes polaires et finalement d'expulser la Russie de la région .
C'est ainsi que selon des renseignements parvenus au Conseil de Sécurité de la Federaion de Russie , Les Etats-Unis ont décidé la construction de deux nouvelles bases pour leur Garde Cotière à Point Barrow et à Nome ( Alaska ) .
Les Etats-Unis envisagent aussi la possibilité de déployer dans la région des groupes aéronavals ainsi que des unités amphibies et procédent à un renforcement de leur défense contre les submersibles.
Selon ces informations les Etats-Unis procédent actuellement à la création de districts militaires spécifiques . Depuis le 25 out dernier des hélicoptères " Black Hawk " spécialement destinés à opérer dans l'arctique commencent à être déployés dans la région .
Les Etats-Unis ainsi que leurs alliés de l'OTAN ont renforcé dans la région les activités d'écoutes et d'espionnage en direction de la Russie .
Ces activités d'espionnage qui de développent principalement dans la Mer de Barents se traduisent par des patrouilles aériennes de plus en plus fréquentes ainsi que des patrouilles de navires de guerre de l'alliance et de submersibles à propulsion nucléaire .
La Norvège utiliserait ses navires de recherche scientifiques pour procéder à cet espionnage et souhaite militariser le Spitzberg .
Les puissances occidentales utiliseraient également la couverture de scientifiques et d'organistions non-gouvernementales , et en particulier celles se réclamant de l'écologie [ Bellona - NDLR ] pour se livrer à ses activités d'espionnage . C'est ainsi qu'une présence accrue de soi-disants scientifiques étrangers a été signalé dans l'archipel de Nouvelle Zemble et dans la Mer Blanche , là ou la Russie procède à ses tests de submersibles à propulsion nucléaire .
Le Canada a pour programme de créer d'ici 2012 une force navale composée de six à huit navires capables d'opérer dans les eaux arctiques tandis que son budget de la défense ou l'arctique est désormais une priorité doit passer de 18 à 36 milliards de dollars Canadiens d'ici 2025 .
L'Union Européenne est train de constituer ses propres structures militaires dans l'arctique et y augmente sa présence militaire . Tout ceci se fait dans le cadre du développement de sa politique extérieure et de de sécurité . 
La Russie observe ces développement inquiétants chez ses voisins et il est prévu de développer la surveillance aérienne ainsi que des stations radar le long du littoral arctique Russe.
Les services de renseignement extérieurs Russes vont développer leur surveillance des activités militaires et économiques des nations peri-arctiques ainsi que sur les projet de leurs renforcements .

Nicolas Patrouchev :  Les mots pour le dire .

La maîtrise par la Russie de ses zones arctiques est d'une importance stratégique .

Nous [ Le CSFR- NDLR ] avons constaté que les moyens de l'administration Russe pour la gestion de la région étaient insuffisament coordonnés . L'imperfection des moyens gouvernementaux de contrôle dans la sphére économique et sociale a provoqué le délabrement critique des systèmes de transport , de l'industrie , de l'information , des équipements scientifiques et sociaux . Des disparités de développement régionales ont entrainées  un drainage de populations. Le potentiel des regions arctiques Russes est loin d'avaoir été exploité dans son entier .

Le CSFR a décidé de mesures prioritaires destinées à augmenter l'efficacité de l'administration gouvernementale dans les domaines économiques et sociaux des régions arctiques Russes , y développer des projets compétitifs destinés non seulement à attirer des invstisseurs Russes ou étrangers mais aussi à améliorer les conditions de vie des habitants de ces régions .

La première tâche a consisté à determiner la frontière sud de l'arctique Russe . Ceci permettera d'établir de manière plus efficace une politique régionale et de réduire les écarts interrégionaux en terme de PIB , de prix à la consommation , de revenus et en matière d'infrastructures sociales

L'utilisation effective de la Route Maritime du Nord est également d'une imporance primordiale pour la  Russie .
Le tonnage du transport sur cette voie maritime a été divisé par 2.5 en l'espace de 15 ans et par 30 dans sa partie orientale .
Nous devons resoudre dans les années qui viennent les questions sur le soutien de l'etat à la construction de brise-glaces , d'une fotte de sauvetage et d'assistance , d'infrastructures côtières .
Ces meures permetteront non seulement de restaurer le trafic sur la RMN mais de la transformer en une artère globale de transport reliant l'Europe à l'Asie .

Se pose de façon trés aigue la question du développements des " objets infrsatructurels " [ Bases militaires - NDLR ] dans l'arctique . Ici il ne s'agit pas uniquement de la création de nouveaux " objets " , mais il est absolument nécessaire de procéder à l'inventaire de ceux qui ont déja été créés et en particuliera aux
" objets urbains " [ villes du complexe militaro-industriel - NDLR ] qui n'ont pas encore demissions assignées . Et ces " objets " sont nombreux .

Les USA , la Norvège , le Danemark et le Canada ménent une politique coordonnée visant à nous exclure des richesses du plateau continental . On avance des idées comme celle que l'arctique est un patrimoine de l'humanité avec l'idée de la livrer aux activités de prospection des sociétés pétrolières transnationales .
[ C'est ce que j'écris depuis le début sur ce blogue - C'etait ma réponse ( censurée ) à une blogueuse du Cfr approuvant l'idée de Scott Borgerson de créer un parc marin dans la région - NDLR ]
On parle de signer des conventions internationales qui établiraient un contrôle international sur la région par analogie avec  le traité sur l'antarctique . La présence militaire des états étrangers s'accroit tandis que sont accélérés les plans de création de flottes de brise-glaces .
Il est absolument évident que tout ceci ne coincide pas avec les interêts économiques , géopolitiques et de défense de la Russie et présente un danger pour sa sécurité nationale .

Pour appuyer les revandications Russes sur la delimitation du plateau continental aupres de la commission des Nations Unies il faut rigoureusement préparer les données additionelles concernant les études du fond de l'Océan Arctique (y compris les données géologiques et geomorphologiques ) . Il faut realiser le programme gouvernemental de la flotte de recherche scientifique et des activités en eaux profondes . Il faut de la même manière réaliser le paquet de mesures pour l'amelioration de la sécurité sur le plan militaire , la protection des frontières de la Fédértion de Russie , la sécurité dans le domaine environemental et les technologies de l'information .









Liens :L'article de Rossiskaya Gazeta du 30 Mars 2009.
             "Bruits de bottes Russes dans l'arctique " , article toujours aussi réducteur de " l'Immonde " du 27   Mars 2009 .
               La directive arctique Russe

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 8 Avril 2009


Abstract : After the geoconstructivist era of the American diplomacy which began at the Paris Peace Confrence in 1919 , will the XXI st century be the geoingineering era of Us foreign policy ?
In an interview to the AP , the new scientific adviser of the Obama aministration John Holdren says that this option is considered as tool to fight against global warming . This statement follows an article in " Foreign Affairs" on the same subject and shows the influence of the CFR on the  american leadership .






Apres le geoconstructivisme qui a marqué la politique  étrangère Etasunienne au cours du XX eme siècle depuis la conférence de Paris en 1919 , le XXI eme siècle sera t'il marqué par la géo-ingénierie ?
Curieusement , encore que ( ! ) , on constate que ces théories naissent au sein du même creuset : Le Council on Foreign Relations ( CFR ) . Celui ci est l'héritier direct de " The Inquiry " , une commission de géographes et d'historiens qui a accompagné le Président Wilson à la Conférence de Paris ( 1919 ) et qui a voulu " redessiner la carte de l'Europe  " .
La depêche ci-dessous est à analyser à l'aune de la recomandation du CFR concernant la geo-ingenierie paru dans le numéro de Mars-Avril 2009 de la revue " Foreign Affairs" .
Apres l'avoir lu , on peut s'orienter vers la nouvelle  " Sans Dessus-Dessous " de Jules Verne .............
On peut aussi se poser la question si cette déclaration qui survient lors du jubilé du traité sur l'antarctique est en rapport avec l'initiative sur le climat que les Etats-Unis comptent présenter à la prochaine réunion du Conseil Arctique

Si l'on effectue un bilan de la conférence de Paris 90 ans plus tard et ses séquelles toujours douleureuses pour l'Europe , on peut s'attendre au pire concernant ce nouveau projet qui serait la concrétisation du mythique HAARP  !

L'administration Obama s'intéresse à la lutte contre le réchauffement climatiqueL'administration Obama s'intéresse à la lutte contre le réchauffement  climatique .

Le nouveau conseiller scientifique de la Maison Blanche, John Holdren, a indiqué mercredi que, du fait de l'intensité du réchauffement climatique, l'administration Obama réfléchissait à la mise au point de technologies destinées à rafraîchir l'atmosphère terrestre.

Dans un entretien à l'Associated Press, le premier qu'il accorde depuis sa désignation le mois dernier à la tête du bureau de la Maison Blanche en charge de la politique scientifique et des technologies, il a confirmé que l'idée d'une "géoingénierie du climat" était actuellement à l'étude.

Ce projet radical comprendrait notamment l'envoi dans les hautes couches de l'atmosphère de particules émises par des polluants pour refléter les rayons du soleil, une mesure expérimentale qui ne pourrait toutefois être décidée qu'en dernier recours en raison des effets associés, selon John Holdren.

Une autre hypothèse envisagée consisterait à utiliser des "arbres artificiels" pour absorber et stocker le dioxide de carbone, principal gaz à effet de serre d'origine humaine. D'abord jugée trop coûteuse, cette option aurait été réexaminée et serait à nouveau d'actualité, d'après John Holdren.

"Il faut y réfléchir", a-t-il dit. "Nous ne pouvons nous offrir le luxe d'exclure la moindre option."

Selon Holdren, certains phénomènes liés au réchauffement climatique pourraient se produire très rapidement. Il cite en particulier la disparition totale de la mer de glace d'été en Arctique, ce qui, à ses yeux, augmenterait les risques de "conséquences vraiment intolérables".

A deux reprises au cours de cet entretien, le scientifique âgé de 65 ans a comparé le réchauffement climatique à "la conduite d'une voiture équipée de mauvais freins et se dirigeant vers une falaise dans le brouillard".

Les services du conseiller présidentiel ne sont pas les seuls à se pencher sur la géoingénierie. L'Académie nationale des sciences en a fait le thème d'un atelier dans son nouveau programme multidisciplinaire sur le climat. L'idée est également examinée par le Parlement britannique.

La Société américaine de météorologie s'est de son côté engagée à "étudier le potentiel de la géoingénierie , comprendre ses limites et éviter un recours irréfléchi". AP

Liens :  The Inquiry 
            " The Inquiry " et le CFR
            The Geoengineering Option ( Article de " Foreign Affairs " Mars- Avril 2009 ) 
            Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par le Pentagone -
Article de Michel Chossudovsky .

Articles associés : Sans Dessus-Dessous 
                             Geo-Ingénierie : Jules Verne , Le retour !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 8 Avril 2009

Lundi 6 avril a eu lieu à Washington  une rencontre entre la secretaire d'Etat Hillary Clinton et le MAE Norvégien Jonas Gahr Støre  . Cette rencontre bilatérale s'est déroulée aprés la première réunion commune du comité sur le traité de l'antarctique et le Conseil Arctique qui s'est tenue à Washington en prélude  à la 32eme rencontre consultative sur le traité de l'antarctique qui se déroule du 6 au 17 Avril à Baltimore .
Cette reunion celébrera le jubilé du traité sur l'antarctique.

 


M . Jonas Gahr Støre , dont le pays préside actuellement le Conseil Arctique , s'est felicité de l'intêret accru de l'administration Etasunienne dans le dossier :
" Le Climat dans le grand Nord , la recherche des victimes et le sauvetage en mer , les transports dans le grand Nord voilà que les USA s'impliquent enfin dans ces dossiers " .

Dans la conférence de presse commune à l'issue de la rencontre , Mrs. Hillary Clinton a déclaré que administration Etasunienne considére comme trés importante le partenariat avec la Norvège et que les deux pays recherchent des espaces de cooération pour faire face de manière commune aux nouveaux défis posés dans la région et sur d'autres dossiers comme l'Afghanistan ou la Novége est présente .
Le MAE Norvégien a de son côté rapellé le rôle de l'OTAN et des relations bilatérales Americano-Norvégiennes pour la politique de sécurité de la Norvège .
" Je veux simplement dire que pour la Norvège la relation transatlantique , l'appartenance à l'OTAN , et la relation avec les USA sont une ancrage de notre politique de sécurité "

La Norvége à l'époque de la " Guerre Froide " a été en pointe dans le dispositif militaire Occidental face à l'URSS dans la région , plus particulièrement avec le reseau d'hydrophones " SOSUS " destinés à detecter le passage de submersibles Soviétiques . Aujourd'hui la diplomatie Norvègienne s'attache à fare entrer des acteurs extérieurs à la région , comme l'Alliance , et elle accueille depuis 2006 des exercices militaires spécifiques comme " Cold Response " .
Cette volonté d'internationaliser le dossier arctique , deja manifeste dans le cadre de la conférence qui associe le dossier arctique au traité sur l'antarctique , a été soulignée par le MAE Norvégien :
" Depuis que vous avez pris vos fonctions nous nous sommes déja rencontrés dans le cadre du dossier du proche-orient , de l'OTAN , du dossier Afghan et aujourd'hui nous nous rencontrons dans le contexte du dossier Antarctique et Arctique . Que devons nous faire de plus pour montrer que nous vivons dans un monde globalisé avec des défis communs ? "


A l'ouverture de cette conférence sur l'arctique et l'antractique , la Secretaire d'Etat Hillary Clinton a annoncé que les Etats-Unis allaient ratifier la convention des Nations-Unies sur le droit de la mer . Pour la nouvelle administration Etasunienne il s'agit là du meilleur espace pour résoudre les litiges sur le plateau continental . Ce faisant elle fragilise la position des états qui comme la France au travers de l'ambassadeur Rocard considérent que de nouvelles conventions sont nécessaires à la gouvernance de l'arctique .
" Il est crucial de travailler ensemble . Tout commece avec la convention des Nations Unies sur le droit de la mer que le Présient Obama et moi même nous nous engageons à ratifier afin de permettre aux Etats-Unis et à nos
partenaires d'avoir la clareté necessaire pour travailler sans accrocs et de manière efficace dans l'arctique "


Le MAE Canadien qui lui aussi s'est entretenu de manière biltérale avec la Secrétaire d'Etat a annoncé que les Canada et les Etats-Unis allaient commencer sous peu un programme de cartographie du plateau continental arctique dans la partie Ouest de l'Ocean arctique .
Le MAE Canadien et la Secrétaire d'Etat ont égalemment acté de leurs divergences su le statut du passage du Nord-Ouest et des revandications contradictoires sur le plateau continental dans la Mer de Beaufort .
L'administattion Obama n'est toutefois pas prête à faire de ces dossiers un casus-belli diplomatique .
" Le statut du dossier est de s'entendre sur le fait qu'il y ai des divergences . Nous voulons considérer ces regions comme des endroits dédiés à la coopération et à l'entente mutuelle que cela soit sur le dossier du secours en mer [ dans le passage du Nord-Ouest ] ou de la prévetion de la pollution "a déclaré le MAE Canadien .

Lors de la prochaine rencontre du Conseil Arctique , les Etats-Unis comptent présenter une initative sur les émissions de CO2.
Lors de la conférence de Baltimore ils comptent introuire une legislation plus restrictive sur la taille des navires de tourisme naviguant dans l'arctique et l'antarctique ainsi que des normes plus sévéres sur les canots de sauvetage .
Des récents accidents dans l'antarctique ont montré la necesité d'une legislation plus restrictive dans ce domaine .

 

 



Liens :   site de l'ATCM2009 
               United States to Host Joint Session of the Antarctic Treaty Consultative Meeting and Arctic Council 
              Conference de presse commune entre le MAE Norvégien et la Sécretaire d'Etat Hillary Clinton .
              Polar summit to debate Arctic riches, environment
              Obama 'committed' to resolving Arctic disputes: Clinton ( Article de Canwest du 6 Avril 2009 )


Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 8 Avril 2009

Abstract  : French frigate Vendémiaire is mooring in the harbor of Vladivostok before Franco-Russian military  drills due to take place on the 9 th april .


La frégate française Vendémiaire a fait escale à Vladivostok pour participer aux exercices russo-français prévus le 9 avril.
Le reportage photo complet sur le site de Ria Novosti .


Article associé : Russie- France :Manoeuvres navales conjointes au large de Vladivostock .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 8 Avril 2009

J'ai trouvé dans mes archives personnelles ce petit texte du Reverend Père Henri  Lacordaire à propos de la Guerre de Crimée  et je tiens absolument à le publier sur ce blogue . Pour plusieurs raisons :

1- Il y est effectivement question de Géopolitique , en l'occurence de l' " endiguement " de la Russie et de la Turquie , alors l' Empire Ottoman ou la " Sublime Porte " .
Le RP Lacordaire nous donne ici sa vision personnelle du " Grand Jeu " .
De la même manière sa description historique du " balance of powers " en Europe depuis Charlemagne est saisissante .


2- L'influence des religieux neo-conservateurs Etasuniens a été tres importante ces dernières années sur la politique étrangère des Etats-Unis . De la même manière , Napoleon III considérait la Guerre de Crimée comme une croisade du " bien contre le mal " . Et pourtant , le RP Lacordaire qui soutient cette guerre était un " libéral " selon les critères de l'époque .On a dans ce texte une justification geopolito-religieuse du concept de " Guerre juste " .

3- A l'heure ou se pose le problème de l'entrée de la Turquie dans l'UE et ou l' "Occident " essaye de reouvrir une nouvelle " Guerre froide " contre la Russie , ce texte garde toute son actualité .

4- Mon fils est en Terminale chez les Dominicains à Marseille . J'en profite ici pour rendre hommage à l'excellence de l'enseignement dans cette institution en général et en Histoire et Geographie en particulier .
LACORDAIRE a developpé un projet d'enseignement de la géopolitique pour ses élèves préparant les IEP  constatant leur manque de culture dans ce domaine .
Bon , mon fils lui se prépare à des études scientifiques , et je ne peux que me joindre à ses enseignants qui déplorent le manque de culture des " jeunes " dans ce domaine .............

5- J'ai eu l'occasion de montrer ce texte à un de ses " directeurs de conscience " , un prêtre enseignant ( d'Histoire-Géographie ) qui a doucetement rigolé . Un peu moins lorsque je lui ai appris qu'un prêtre Dominicain Italien , Giovanni Battista Boetti , s'était converti à l'Islam pour combattre la Russie en Tchétchènie sous le pseudo de " Cheik Mansour " .



«  Vous me demandez ce que je pense de la guerre d'Orient . Je la crois juste .C'est une grande chose que l'union de la France et de l'Angleterre contre l'arrogance du schisme et du despotisme . La loi des nations chrétiennes est de ne pas permettre dans le monde à une domination unique comme au  temps de l'Empire Romain .
C'est pourquoi tout ce qui dans l'Europe régénérée a tendu à cette ambition démesurée a toujours rencontré un insurmontable obstacle . Charlemagne a lui même divisé sa succession ; Les papes ont heureusement combattu le développement du Saint Empire Romain ; La France pendant un siècle et demie , de Charles Quint au traité de Westphalie , a travaillé à l'abaissement de la Maison d'Autriche , héritiére de deux mondes ; L'Europe s'est coalisée contre Louis XIV , et elle a jeté à bas Napoléon : C'est le tour de la Russie .Le branle est donné , et , quoiqu'il arrive aujourd'hui , la route est tracée : La Russie n'ira pas plus loin , et , si elle s'obstine follement dans les desseins condamnés de Dieu , elle y périra .Cependant je ne pense pas que les Turcs doivent demeurer longtemps en Europe . Dieu poursuit deux buts : Leur expulsion et la restriction de la Russie . Ces deux buts semblent contradictoires , mais Dieu fait marcher de concert ce qui semble se combattre , et la sérénité est dans les flancs de l'orage .Attendez donc à voir la Russie abaissée et la Turquie chassée .
Si ce n'est demain , ce sera après demain !  »


Rév.Pére Lacordaire
Toulouse le 6 Mars 1854

 




Liens :  Site sur Napoleon III

Bibliographie : Vitale Serena : " L'imbroglio del Turbante
                         Revue " Napoleon III "

Articles associés : ATTENTION CHEF D'OEUVRE

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Le " Nouveau Grand Jeu "

Repost0

Publié le 7 Avril 2009

Abstract : Sovereignty of Hans Island remains disputed . Despite the recent warming in their relations on the arctic issue , Canada and Danemark have failed to reech an agreement on the Hans island . The small and uninhabited Hans Island that lies between northern Greenland and Canada remains a disputed territory, with both countries laying claim to sovereignty over the barren knoll

Malgres la constitution d 'une mission commune pour cartographier les dorsales de l'Ocean Arctique le désaccord persiste entre le Canada et le Danemark sur la question de la souveraineté sur l'île de Hans .
La dernière renconre qui s'est déroulée entre le MAE Canadien Lawrence Cannon et son homologue Danois Per Stig Møller et consacrée essentiellement au dossier arctique n' a pas permis d'avancer sur ce sujet .
Le Danemark , puissance tutélaire du Groenland , considère que l'île est rattachée à la masse terrestre Groenlandaise tandis que des études Canadiennes affirment que cet îlot est rattaché au continent Nord-Americain .
Le Danemark s'appuie sur une décision de la cour de justice internationale datant de 1993 qui lui attribue une souveraineté incontestable sur l'île .
Les deux ministre ont toutefois souligné la convergence de leurs points de vue sur le dossier de l'arctique ainsi que de l'excellence des rapports entre le Canada et le Danemark .

L'île de Hans est nommée d'aprés l'explorateur et traducteur Groenlandais du XIX em siécle Hans Hendrik .




Liens : Sovereignty of Hans Island remains disputed

Articles asociés : Le Canada et le Danemark rompent la glace pour se paratger  l'arctique .



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0