Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 00:53


La secrétaire générale du parti des travailleurs Algérien Louisa Hanoune a accusé l’agence des renseignement  Etasunienne  CIA de financer quatre associations des droits de l’homme.

Selon le site en ligne du quotidien arabophone londonien « al Quds al Arabi », Hanoune a affirmé détenir des documents qui attestent ses accusations nommant parmi ces quatre organisations « l’Association Nationale pour la Défense des Droits de l’homme » et « SOS disparus ». [ Note de l'Editeur : En Russie Memorial ]

Elle en a appelé à couper la voie aux tentatives d’Etats et d’organisations étrangères pour financer les campagnes de candidats aux élections qui devraient être organisées le mois de mai prochain. « Ceci aboutira à servir des intérêts et des enjeux étrangers, dans une tentative d’assimiler la situation en Algérie à celle de la Tunisie et d’Egypte », explique-t-elle.

Et d’ajouter que certaines administrations « l’ont contactée lui demandant d’envoyer des députés et des élus de son parti en Amérique pour prendre des leçons, entre autre sur les facultés d’orateurs et la façon de s’adresser au public ».
Mais elle a dit constater « que le responsable d’un parti politique en Algérie est rentré des Etats-Unis avec un discours totalement différent de ce qu’il était ».

Le mois de décembre denier, cette dirigeante syndicaliste avait dévoilé que Washington a préparé un Conseil transitoire pour l’Algérie avec la complicité de parties intérieures, précisant avoir recueilli ses informations du dirigeant de l’Union syndicale des travailleurs aux Etats-Unis, Alain Benjamin. Elle en a appelé à l’introduction de véritables réformes afin « de ne pas donner l’occasion aux puissances occidentales de venir, prétextant le rendez-vous des élections législatives prochaines, s’ingérer dans nos affaires internes.”
Louisa Hanoune suspecte le CNT libyen d’être de mèche avec les Américains. [ Note de l'Editeur : Quelle femme perspicace ! ]
 
 
 

La ministre Egyptienne de la protection et des affaires sociales D. Najwa Khalil a refusé d’accorder un entretien à l’ambassadrice des Etats-Unis en Égypte Anne Paterson et de participer à la cérémonie d’achèvement des travaux de rénovation du centre de réhabilitation  des jeunes délinquants financés par  l’Agence américaine de développement USAid.

[ Note de l'Editeur : On notera le parrallèle avec l'action des Poloff's de l'ambassade Us de Paris dans nos banlieues ! ]

 

Une source diplomatique Egyptienne a confié au quotidien Egyptien Rose Al Youssef que le fait que l’agence finance ces travaux ne lui accorde pas le droit d’adresser des invitations aux ministres et aux responsables en son nom, car l’invitation relève de la compétence du ministère concerné.

La ministre a également ordonné l’ouverture d’une enquête avec la directrice de la direction de la protection sociale au ministère D. Wafa AlMastkawi et les autres responsables au ministère pour les interroger sur la coordination avec l’ambassadrice Américaine et les raisons pour lesquelles elle s’est permis d’envoyer les invitation comme si le centre lui appartenait.   

Et de rappeler que cette décision s’ajoute à celle d’interdire de voyage les 6 américains travaillant dans le cadre d’ONG, dont le fils du secrétaire d’état Américain pour les transports, lequel présidait l’Institut républicain en Egypte, et finançait des ONG, sans autorisation préalable. 



Source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.phpeid=48189&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=41&s1=1

«  Le rejet de la ministre est l’expression du respect de la souveraineté Egyptienne. Il reflète l’esprit de la révolution qui a libéré les responsables des contraintes que le régime précédent avait fixées dans les relations avec les Américains au point de leur permettre de s’immiscer dans nos affaires », explique ce responsable ayant requis l’anonymat.

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 15:52

La semaine ne va pas être de tout repos pour l'agité du Quai d'Orsay . Aprés avoir " affronté " le candidat socialiste , M. Juppé va affronter quelqu'un de beaucoup plus coriace :L'ambassadeur Russe au CS de l'ONU !

Notre petit Naboléon monomaque à deux kopecks va essayer , la bave sanguinlolente dégoulinant  sur ses lèvres , d'engager la " communauté internationale " dans une nouvelle guerre d'agression .

Le MAE Russe , M. Serguei Lavrov , a déja clairement fixé la " feuille de route " de ce que sera la réponse Russe à son agitation belliciste :

 

 

 

 

 

" Toute nouvelle initiative de l’Onu ne pourrait justifier l’usage de la force. Nous ne pouvons pas soutenir une proposition qui aboutirait à ce que des sanctions introduites de manière unilatérale, sans aucune consultation avec la Russie, la Chine et d’autres pays des BRICS deviennent rétroactivement une décision du Conseil de sécurité. C’est tout simplement une approche malhonnête et contre-productive "

 

Dimanche, Serguei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a prévenu à l’avance – une nouvelle fois – les Occidentaux, la Ligue arabe et Ban Ki-moon – qui tous doivent se rencontrer à New York mardi 31 janvier autour du « 

plan de paix arabe » mort-né – que leurs manoeuvres anti-syriennes seraient – une nouvelle fois – bloquées au Conseil de sécurité.

Cela va dans le sens de ses intérêts géopolitiques bien compris, cela va aussi dans le sens du respect du droit international et de la réalité des faits.

  

 

Et puis le ministre Russe des Affaires étrangères est revenu sur la suspension de la mission d’observation par la Ligue arabe, décision qui « ne passe pas » à Moscou : « La Russie veut prendre connaissance du rapport de la mission des observateurs arabes sur la Syrie avant de discuter du plan présenté par la Ligue arabe au Conseil de sécurité« . Et il a dit que les déclarations émanant de dirigeants occidentaux sur l’ »inutilité » de cette mission étaient stériles et « irresponsables ». C’est bien vu, même si l’on peut penser qu’un Alain Juppé, par exemple, sait à peu près ce qu’il fait (la politique de l’OTAN en l’occurrence) quand il participe au sabotage de la mission d’observation. Mais Lavrov a raison d’insister sur une plus grande (pas difficile) médiatisation du rapport de la mission al-Dabi, dont les conclusions vont plutôt dans le sens du gouvernement Syrien.

Le chef de la diplomatie russe va d’ailleurs plus loin en accusant, dans un entretien accordé le 29 janvier à la télévision japonaise NHK, certains membres du Conseil de sécurité de s’efforcer de convaincre l’opposition Syrienne ne ne pas engager de dialogue avec le pouvoir, qualifiant cette attitude de « provocation« , qui prouve que les ennemis de la Syrie cherchent à faire de la crise un instrument de la réalisation de leurs intérêts géopolitiques. *

Lavrov a rappelé à NHK que son pays avait soumis un projet de résolution au Conseil de sécurité articulé en trois points :

  • arrêt de la violence d’où qu’elle vienne ;
  • pas d’ingérence étrangère dans la crise syrienne ;
  • ouverture rapide d’un dialogue national sans conditions préalables.

Et Sergueï Lavrov a précisé que le gouvernement russe allait rencontrer « prochainement‘ des représentants de l’opposition syrienne pour les inciter à ouvrir avec Damas ce dialogue.

Bref, la Russie continue de monter une garde vigilante, au Nations-Unies et ailleurs, autour de l’intégrité, de l’indépendance et de la sécurité syriennes.

© Louis Denghien -  Infosyrie - janvier 2012

Article original : http://www.infosyrie.fr/actualite/lavrov-taxe-sans-le-nommer-juppe-dirresponsabilite-et-de-malhonnetete/

 

 * On notera ici la malhonnêteté de certains petits plumitifs comme M.Pierre Avril du Figaro qui dans un article pompeusement précédé du terme " décryptage " tronque la première partie de la déclaration de M.Lavrov sur les " intérêts géopolitiques " . Malhonnêteté associèe à une ignorance crasse des relations Russo-Syriennes qu'il prétend " décrypter  " ainsi que des questions militaires .

Il écrit en effet [ lien ] : " et, tout récemment, a livré au régime d'Assad 36 avions de combat Yak 130 " , or :

1- Le Yak 130 n'est pas sui generis " un avion de combat" mais bien un aéronef d'entrainement avancé .

2- Les Yak 130 ne sont pas " livrés  "puisqu'ils ne sont pas encore construits ! La socièté Irkut attend le premier paiement Syrien pour lancer la production .[ lien vers article ] 

 

 

Sergueï Lavrov ne passera rien aux adversaires de la Syrie, à l'ONU et partout ailleurs

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 22:42
Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 14:36

La manifestation du 28 janvier 2012 des ouvriers du CMI de l'Oural à Ekaterinbourg semble avoir atteint ses objectifs : Le site " Radio Svoboda " , financé par le congrés Us , y consacre plusieurs articles , " critiques " vous vous en doutez  ![ lien ]

 Le danger géopolitique pour " l' opposition démocratique " que j'évoquais y est parfaitement pris en compte : L'opposition grandissante entre le " monde ouvrier des périphéries Russes " et l' " élite urbaine Moscovite " .

Quand à la blogosphère anti-Poutine encensée par nos plumitifs , elle reste fidéle à sa ligne éditoriale : Aprés avoir traité les ouvriers de " bétail " , Nadejda Babkina y est qualifièe de " sale pute " , " vieille pute " , " vieille peau " ,.....

C'est le parler de l' " élite urbaine et démocratique Russe " soutenue par l'Occident !

 

 

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 23:27

" Ils "  ne sont pas venus avec leurs chars *, mais " ils " sont venus en masse . De 10 000 à 15 000 personnes , pour la plupart des membres des syndicats des usines du CMI de l'Oural menés par les représentants de l'usine Uralvagonzavod , ont défilé aujourd'hui dans les rues d'Ekaterinbourg pour manifester leur soutien à Vladimir Poutine sous le slogan " L'OURAL OUVRIER AVEC POUTINE ! "

Sur ces photos vous ne reconnaiterez aucun écrivain Russo-Franco-Géorgien  ni aucun joueur d'échecs Judéo-Arméno-Azéro-Russe   qui sont les icônes de nos plumitifs Pierre Avril , Vincent Jauvert ou Marie Jégo .

Aucune figure empâtée du " popolo grasso " de la Bourgeoiso-Bohémie Moscovite , mais le " sel de la terre Russe " selon la formule de Tolstoï : Les ouvriers , techniciens et ingénieurs du CMI Russe de l'Oural et des industries mécaniques de la région de Sverdlovsk , de Perm et de Cheliyabinsk . Plusieurs pancartes portaient haut la fierté ouvrière et la dignité plébéienne de ces hommes et de ces femmes en réponse aux qualificatifs de " bétail " dont ont ils été affublés par les " lemmings " de la blogosphère * Russe*  anti-Poutine . Les observateurs ont aussi noté une très importante présence de jeunes ouvriers , pour beaucoup agés de mois de trente ans . Pour Alban Mikockzy de " France 2 " , je signale que la température était " polaire " avec un -12°C .

 

La manifestation a reçue l'appui du groupe de rock national-patriotique Любэ et de la chanteuse folklorique Nadejda Babkina , la Barynia de la chanson Russe ** , qui a entonné l'hymne Russe dans son style inégalable . [ lien vers article ]

 

 Si aucun blindé T-90 n'était présent aujourd'hui à Ekaterinbourg , ou les ouvriers ont une nouvelle fois déclaré leur intention de " monter à Moscou pour y rétablir l'ordre " , le Premier-Ministre Russe a reçu un soutien de " poids " en la personne du " Tank Russe " , le joueur de hockey Andrei Kovalenko . Celui-ci a pris la tête aujourd'hui du comité de soutien à Vladimir Poutine de la région de Yaroslavl .

 

Sur le plan géopolitique , la manifestation de soutien à Vladimir Poutine et l'intention de " monter à Moscou pour y rétablir l'ordre " n'est pas sans importance , loin de là : Dans les années 90 , au milieu de la tourmente économique dans laquelle se débattait la Russie , l'Oural avait été perçu comme une région séparatiste et prompte à se détacher de la Moscovie . [ Création d'un " Franc de l'Oural " pour remplacer le Rouble ] . Or c'est des " régions "  et de la glubinka du Heartland Russe  , et en particulier de l'Oural , que se manifestent désormais les soutiens  les plus appuyés au Premier-Ministre Russe . Comme je l'ai déja signalé , on assiste donc à une double césure entre l' " élite urbaine Moscovite " et le " monde ouvrier des périphèries Russes ".

 

 

 

  * A la demande express du représentant plénipotentiaire du Président Russe dans l'Oural , Eugène Kuyvashev

 ** Quelle belle brune  !

null 

 

 

 

null 

  null 

null 

 

 

null

 

  null

 

null 

 

 

 

 

  null

null 

 

  Расторгуев, Бабкина и свердловские заводчане провели митинг за Путина

 

 

 

 

 

 

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 20:31

Je n'interviendrais pas sur ce blogue dans les prochains jours . Je remercie les auteurs des commentaires , en particulier Jan Z. Volens toujours très pertinent ,  et je leur répondrais dés mon retour .

 

Coloriage dormir

 

 

Repost 0
Published by DanielB
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 22:32

Constatation désabusée de l'AIA dans son dernier rapport sur l'industrie des satellites US :

Instead of preventing other countries from developing space capabilities, barriers to export

for U.S. satellite products have prompted numerous countries to create indigenous space

capabilities and leverage their growing market share to support research, development and

innovation.

 

C'est un  contrôle trop strict des exportations des technologies sensibles qui ont amenès des états à developper une industrie spatiale indigène !

 

http://www.aia-aerospace.org/assets/CompetingForSpaceReport.pdf

 

 



 

Repost 0
Published by DanielB - dans Technologies
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 14:45

J'ai souvent parlé de " courage géopolitique " dans l'attitude de la Russie face au dossier Syrien et en particulier dans la poursuite de ses livraisons d'armes .

C'est le cas des systèmes de défense côtiers BASTION- P qui ont été récemment mis en service , mais aussi de l'escale d'un cargo dans le port de Tartous qui selon plusieurs sources transportait des armes .

La Russie poursuit cette politique , ce qui marque sa confiance dans la pérennité du gouvernement en place .

L'agence Russe d'exportation de matèriel militaire  Rosoboronexport  aurait signé selon le journal Kommersant  un contrat de USD 500 Mio au mois de décembre2011 pour la livraison de 36 avions d'entraînement Yakovlev Yak-130.

Selon l'avionneur Irkut , les aéronefs pourraient commencer à être livrés dés le premier paiement effectué par le gouvernement Syrien .

La Syrie est , comme on le sait , victime de plusieurs embargos et en particulier un embargo pétrolier . Toutefois ces mesures décrétées unilatéralement par la " ligue des démocraties " ne semblent pas avoir les effets escomptés sur l'économie Syrienne .

Il se pourraît qu' à l'occasion de la vente de ces aéronefs , la Russie accorde un crédit-relais à la Syrie pour financer cet achat mais aussi compenser les conséquences de l'embargo pétrolier .

 

 

 

Russia and Syria have signed a $550-million contract on the delivery of 36 Yakovlev Yak-130 Mitten combat trainer

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 14:27

 

 

Entretien avec Yves Bataille

 

 

 

1) Comment est né le « Mouvement des Barricades »?

Yves Bataille - Le mouvement est né fin juillet après la destruction du poste de Jarinje sur la ligne de démarcation Serbie-Kossovo. C’est la deuxième fois que ce poste est pris d’assaut et incendié. La première fois c’était en février 2008 après la déclaration unilatérale d’indépendance de la province occupée. Cette fois-ci les fantoches albanais installés par l’Otan ont envoyé leur « force spéciale Rosa » fabriquée par les Américains pour garder ce qu’ils appellent une frontière. En riposte, les Serbes ont érigé des barricades et interdit les patrouilles d’Eulex (1), la structure de tutelle américano-occidentale de la colonie. Contrairement à ce que supposerait son acronyme, Eulex est aussi un machin américain.

 

2) Quelle est la nature de ce mouvement et est-il soutenu dans le reste de la Serbie?

YB -
Il ne s’agit pas d’une action marginale. Si l’opération a un soutien massif dans le nord du Kossovo elle dispose aussi d’un large soutien dans le reste de la Serbie. A Belgrade le pouvoir « pro occidental » de Boris Tadić a d’abord essayé de contrôler l’information puis comme les barricades étaient maintenues il a imposé un blackout total sur l‘action et arrêté quelques personnes. Des médias libres, notamment via Internet, essaient de briser la censure. Les dizaines de barricades du Nord ont la signification suivante: vous nous bloquez, nous vous bloquons.  Nous ne voulons pas dépendre des autorités criminelles de Pristina. Il y a plusieurs types de barricades. Les grandes barricades placées aux points chauds comme celles des deux postes de la ligne de démarcation, Jarinje et Brnjak, celle du « pont Austerlitz » sur la rivière Ibar, celle de Dudin krš sur la route de Priština et quelques autres sont de volumineux monticules de gravier et de parpaings bétonnés ou truffés de coupe de bois qui empêchent la circulation. De vieux camions, autobus et engins de terrassement s’ajoutent généralement au dispositif. Les autres barricades sont des points de contrôle qui filtrent les allées et venues. Les barricades  interdisent à Eulex de passer, ce qui fait que les postes de la ligne de démarcation doivent être ravitaillés par hélicoptère. La circulation serbe hors de la ligne de démarcation se fait par les « routes alternatives », des sentiers de montagne aménagés qui posent problème aux poids lourds quand le temps est mauvais. Mais ça marche. Les barricades ne se limitent pas à des barricades. Elles sont appuyées par un système de garde et de veille permanente, jour et nuit, avec une rotation des volontaires et un système d’alarme qui permet de mobiliser des milliers de volontaires sur les points chauds en quelques minutes si l‘alerte est donnée. Dans les églises les popes sont chargés de faire sonner les cloches. Particularité, si l’Otan (la « Kfor »)(2) démantèle une barricade, une nouvelle barricade est rapidement érigée à proximité et des drapeaux plantés dessus. Ainsi s’en prendre aux barricades ne sert à rien. De solides banderoles hydrophobes avec des slogans simples et lisibles comme « Otan Dégage! », « Stop Kfor! Stop Eulex! » « Résolution 1244! » ou « Référendum!» toutes aux couleurs de la Serbie sont accrochées aux alentours. Le Mouvement repose sur la méthode de la Défense par action civile, la Dac, avec ses outils comme les tentes qui permettent de se reposer, se réchauffer et au besoin se soigner. Une résistance par action civile qui n’est pas sans rappeler les théories de la « guerre civilisée » de l’américain Gene Sharp, le père des « révolutions de couleur » mais là le mouvement se déploie contre ses amis. Toutes les professions sont mobilisées, et en premier les médecins et les pompiers. Le Mouvement des Barricades n’est pas une fin en soi. A son septième mois il débouchera sur une initiative politique qui irrite fort la dite communauté internationale et ses clones de Belgrade: la tenue le 14 février d’un référendum posant cette question: « Êtes-vous pour les institutions de la République du Kossovo au nord du Kossovo et Métochie? ». Le Nord va se retrouver à sa façon dans la position du Pridniestrovie (« Transnistrie ») à l’est de la Moldavie avec une territoire, un drapeau, un hymne national, une monnaie, des institutions, une administration. Il manquera une armée mais peut-être que l’embryon d’armée populaire se trouve au sein du Mouvement des Barricades… En tout cas il incarne la Résistance.

 

3) Quelle est la position du pouvoir de Belgrade?

 

YB - Le pouvoir de Tadić ne reconnait pas l’indépendance du Kossovo parce qu’il sait que s’il le faisait il serait balayé aux prochaines élections qui auront lieu cette année. Le gouvernement est soumis à une double pression, celle des Etats-Unis et de leur suite et celle de l’opinion serbe. Alors il temporise. Il « négocie » à Bruxelles avec les trafiquants d’organes albanais. Produit de la main étrangère et de combinaisons parlementaires, le gouvernement Tadić n’a obtenu une courte majorité qu’avec le ralliement des socialistes achetés et corrompus du SPS, le parti fondé par Slobodan Milosević. Les tuteurs américano-occidentaux ne voulaient surtout pas d’un gouvernement socialiste national avec les Radicaux. Ils ont œuvré pour que les socialistes soient « récompensés » (argent et ministères) et pour détruire le Parti radical. Ils ont provoqué en son sein une scission « de droite » et cela a donné le Parti progressiste (SNS) du tandem Nikolic - Vucic, sur le modèle de l’Alliance Nationale en Italie.

 

4) Quelle est l'état du courant national en Serbie ?

YB - Le Mouvement national serbe a ses propres caractéristiques mais depuis peu il subit l’influence bénéfique des idées venues d’ailleurs, en particulier de Russie et du secteur  national révolutionnaire d’Italie et de France. L’évolution est notable: jusqu’aux bombardements de l’Otan en 1999, le mouvement nationaliste était dominé par le culte du passé, la geste héroïque de la résistance aux Turcs et aux Austro-Allemands, les Tchetniks de Draza Mihailović, le refuge dans l’Orthodoxie. Mais les secteurs patriotiques de l’ancienne gauche et les nationalistes éclairés ont fini par se rejoindre et mener une réflexion géopolitique qui dévoile un nouveau champ de vision ouvert aux  grands espaces et à l’univers. C’est ainsi que le Mouvement national serbe s’est aperçu que le Mouvement des non alignés de la période titiste n’était pas dépourvu d’intérêt. Et les socialiste ont (re)découvert le nationalisme. Les guerres d’agression contre l’Irak, la Libye et maintenant la Syrie ont provoqué un élan de solidarité qui s’est branché là-dessus. La Libye de Kadhafi a mobilisé un nombre de militants plus important qu’ailleurs. On peut voir sur les murs de Kosovska Mitrovica des fresques murales à la gloire de la Jamahirya.

 

5) Existe-t-il au sein de la population albanaise des courants eurasistes favorables au rétablissement de la Yougoslavie?

YB - Je n’en connais pas. La position de ceux que l’on pourrait présenter comme des  « nationalistes albanais » est intenable et dans tous les cas inacceptable: ces « nationalistes » sont aujourd’hui les seuls au monde, si l’on excepte les Israéliens, à applaudir les Américains, à brandir des drapeaux yankees. Leur identité ethnique, plus que la religieuse, les sépare des Slaves de l’ex Yougoslavie. Comme hier les bandits de Lucky Luciano en Sicile, ils ont servi de cheval de Troie à l’envahisseur; ils baignent dans une société criminelle où la seule industrie est celle de la prostitution et de la drogue; ils ont érigé une copie en plastic de la statue de la Liberté de New York à l’entrée de Priština nettoyée des Serbes; ils ont donné les noms de Clinton, d’Albright et de Clark à leurs rues. Au titre de l’aide à la reconstruction l’Union européenne, les Etats-Unis et les Pétromonarchies arabes ont déversé des millions d’euros et de dollars en partie détournés par la Mafia. L’Arabie Séoudite a répandu un flot d’argent pour créer des mosquées selon la norme wahhabite. Des groupes islamiques existent comme en Bosnie mais ils sont minoritaires.

 

J’en profite pour faire une remarque. Les Albanais sont moins nombreux qu’ils ne le prétendaient: depuis 1999, 250.000 Serbes sont partis ou ont été chassés. Un nombre infime a pu revenir (« Povratak », le retour) Il reste aujourd’hui 170.000 Serbes. Les 2 millions d’Albanais annoncés en 1999 pour justifier l’attaque de l’Otan étaient un mensonge puisqu’un recensement albanais a relevé en avril 2011 1.700.000 habitants (le Nord serbe a refusé le recensement). Comme on sait que depuis 1999 une partie de la population de l’Albanie déversée dans la province pour toucher subsides et subventions de la « communauté internationale » s’est ajoutée à ceux qui avaient déjà fait le saut vers le nord lors des colonisations de peuplement antérieures, comme on sait aussi que très peu d’Albanais du Kossovo ont pu émigrer en Occident pour des raisons de passeport et de visa, on doit en conclure que les chiffres étaient faux. Ce mensonge de taille, largement repris par la presse occidentale, a facilité le nouveau nettoyage ethnique des Serbes et des minorités ethniques non albanaises. Nouveau nettoyage car, constantes de l’Histoire, les « nationalistes albanais » sont les continuateurs de ceux qui ont toujours essayé d’étendre leur domaine vers le nord par l’immigration et l’expulsion des Serbes. Même s’ils se sont révoltés à de courts moments contre les envahisseurs de la région (contre les Ottomans, les communistes albanais d’Enver Hodja aidés par les partisans yougoslaves de Tito furent eux très minoritaires contre les forces de l’axe qui s‘appuyaient sur les Ballistes). Alors refaire la Yougoslavie avec les émules de ces Albanais fourriers des invasions et des occupations n’est pas à l’ordre du jour.

 

Les choses pourront un jour s’arranger avec les autres nationalités mais pour le groupe albanais tel qu’il se présente, ethnocentriste, grégaire et « américanolâtre » je ne vois pas comment. Le regard des Shiptars (4) est tourné vers les Etats-Unis, pas vers l’Eurasie. Les Américains leur ont fait croire qu’ils auraient droit à une Grande Albanie au détriment des Serbes, des Monténégrins, des Macédoniens et des Grecs  - au détriment de tous les voisins de l‘Albanie - et ils en profitent puisque tout leur est permis.

 

Je crois qu’il faut rendre hommage à un homme qui a été une sorte de précurseur, je veux parler de Dragoš Kalajić. Dragoš a introduit en Serbie dans les années 1990 une matière doctrinale nouvelle d’essence nationale européenne à un moment où le nationalisme se réduisait à l’évocation des batailles du passé et au soutien à Milosev. Un soutien contraint et forcé car l’attaque américano-occidentale obligeait à le défendre. Mais le régime statique de Slobodan Milosević n’était porteur d’aucune vue du monde, d’aucun projet politique. Dans le même temps, un combattant issu de la Milice des Aigles Blancs, Dragoslav Bokan, a joué un rôle important en conjuguant art et politique, nationalisme et bolchévisme dans des revues expérimentales. Une ancienne conseillère de Milosević, Smilja Abramov, a fait pour sa part un travail essentiel de documentation sur les cercles mondialistes et opaques comme Bilderberg, Trilatérale, Opus Dei. Cela s’est traduit par des livres. Un Institut d’Etudes Géopolitique a vu le jour dans les années de la guerre mais il devait se saborder après les bombardements (1999). Le fondateur du groupe d’études marxiste révolutionnaire Praxis (époque de Tito), Mihailo Marković, avec lequel j’ai pu avoir pendant des années de nombreuses et intéressantes conversations, avait évolué à la faveur de la crise (éclatement de la Yougoslavie, embargo, guerres séparatistes de l’Occident) vers une intéressante synthèse du socialisme et de la nation. Mihailo a joué un rôle important dans la manière d’articuler le discours et d’argumenter.

 

D’autre part des journaux comme Ogledalo (aujourd’hui disparu) et Geopolitika de Slobodan Er, des sites internet d’information ou de groupes militants comme Srpska Politika, Apisgroup, Vidovdan, Dveri, 1389, Nasi -1389, Obraz, Nova Srpska Politika Misao, Pokret za Srbiju etc ont joué un rôle indéniable dans l’information et la diffusion d’arguments novateurs. On notera aussi en ce moment l’importance des réseaux sociaux comme Facebook pour l’essaimage des idées.

 

Je peux ajouter que par mes fréquentes interventions politico-médiatique, de 1993 à aujourd’hui, j’ai introduit dans le Mouvement national serbe l’approche géopolitique et sorélienne des faits. Le russe Alexandre Douguine est venu à Belgrade où ses principaux livres ont été traduits. Il a tenu des conférences, rencontré du monde. Les échanges avec des Russes, des Français et des Italiens, en particulier ceux du groupe Eurasia, se sont développés avec bénéfice mutuel. Ce travail politique en amont ainsi que la pérennité de la crise (un pays sans frontières et un peuple qui se voit en permanence accusé et attaqué) expliquent la vigueur de la pensée nationale et l’essor des blogues se réclamant du nouveau nationalisme et de l’Eurasisme.

 

Le thème et les perspectives de l’Eurasisme sont donc en ce moment largement discutés. L’Eurasisme est vu comme un projet fondamentalement anti-occidental et non aligné reliant la Serbie à la Russie et à une autre Europe. Un mouvement de libération nationale.

 

Le Mouvement national serbe a un avantage sur ceux d’Italie et surtout de France, il bénéficie du soutien de nombreux intellectuels. Un domaine où les Américains ont échoué ici c’est le Front culturel. Cela ne veut pas dire que les nuisances américano-occidentales ne sont pas véhiculées. Elles le sont via les médias audio-visuels « libres et démocratiques » aux mains de sociétés capitalistes anglo-saxonnes et allemandes. Mais en dehors de ce placage artificiel il y a dans les élites réelles et dans le peuple un réflexe de rejet de la sous-culture occidentale. Ainsi la conscience verticale, la « mémoire la plus longue » et la projection vers le futur

s‘harmonisent. La poésie, les chansons traditionnelles et le folklore vivant sont des armes de destruction massives que l’impérialisme américano-occidental ne peut bombarder. L’Usaid (ambassade américaine), Ned (3) et la Fondation Soros ont  dépensé beaucoup d’argent pour corrompre le secteur culturel comme ils avaient corrompu le secteur politique (politicien) et financier mais leurs représentants ont fini par avouer en privé un échec sur la cible.

 

Il faut ajouter que si les nationalistes sont représentés au parlement avec le Parti radical serbe (Srs) affaibli par une scission de « droite nationale », le cœur du Mouvement est extra-parlementaire. On le retrouve dans une foule d’associations et de groupes effervescents. Le Mouvement des Barricades du Kossovo, pour ce qui le concerne, est un mouvement basiste et autonome impulsé par des hommes et des femmes du peuple en-dehors et au-dessus des partis. Apparenté à la « résistance sans chefs », il ne se réduit pas à de petites cellules sans lien entre elles mais articule sur le terrain des groupes solidaires et autogérés. Dans la situation de détresse où il se trouve, le peuple a pris en main lui-même son destin. Ceux qui dans les partis refusent l’irrédentisme albanais, l’Otan et l’Ue l’appuient mais ils n’en sont pas le moteur .



 

 

6) Que deviennent les autres enclaves serbes au Kossovo ?
 

YB - Le Nord n’est pas une enclave. Il jouxte la Serbie. Les enclaves serbes, ce sont des îles et des îlots au sud de la rivière Ibar qui partage en deux la ville de Kosovska Mitrovica. La principale en étendue, celle de Strpce, 10.000 habitants, se situe au flanc de la montagne Sar Planina qui fait frontière avec la Macédoine. Strpce c’est une douzaine de villages majoritairement serbes qui ont survécu aux bombardements de de 1999 et aux nettoyages ethniques de 1999 et de 2004. Non loin de là mais en dehors on trouve l’enclave de Velika Hoča, un joli village médiéval préservé, avec 14 églises orthodoxes et une spécialité qui remonte au Moyen âge, la fabrication du vin. Le village est entouré de vignes. Au centre-est du Kossovo à quelques kilomètres de Pristina, il y a aussi Gračanica, haut lieu de l’Orthodoxe serbe, enclave étendue mais poreuse, quelques 30.000 habitants. Les autres enclaves sont éparses. Ce sont soit des villages complètement isolés, comme Goraždevac, 1000 habitants à 6 kilomètres de Peć, soit des morceaux d’enclaves, des quartiers-ghettos  comme celui de la colline d’ Orahovac où ne survivent plus depuis 2004, dans des conditions extrêmement précaires, que 400 Serbes. Là un Serbe m’a montré la rue à 40 mètres et m’a dit: « tu vois ce coin, mon frère est allé là il y a deux ans et il n’en est jamais revenu ».

_________________

 

(1) Eulex: Mission européenne de police et de justice.

(2) Kfor: Kosovo force (Otan et associés).

(3) Ned: National Endowment for Democracy. Principal instrument d’ingérence des Etats-Unis, paravent de la CIA. Ned crée et finance de par le monde des Organisations non gouvernementales (Ong) qui servent de relais aux opérations politico-militaires anglo-américaines dans les pays cibles.

(4) Shiptars: les Aigles. Nom donné aux Albanais du Kossovo par eux-mêmes. 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:14

La tension remonte de nouveau entre la Grande-Bretagne et l'Argentine à l'approche du 30 éme anniversaire de l'expedition coloniale Britannique contre l'archipel Argentin des Malouines.

 

Cet article est désormais disponible dans sa version complète et actualisée sur La Lettre d'Ice Station Zebra N°4 de Février 2012 .

 

 

 

  

 

  null

 

Note de l'Editeur : Les commentaires insultants , y compris en privé , ne m'atteignent pas !

La ligne éditoriale de ce blogue n'est pas " Franco-Française " mais alternative et progressiste .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article

Liens