Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 21:43

    Comme les lecteurs attentifs de ce blogue le savent je suis un " rat de bibliothèques " , en particulier en ce qui concerne les journaux car ils constituent un témoignage historique " à chaud " .C'est le cas par exemple avec l' "Humanité " du 6 février 1934 où l'on peut voir les appels à manifester de la direction du P.C.F. et de l' A.R.A.C. [ lien vers article ]

 Cette démarche de consultation , et de collection* , des journaux permet de s'affranchir en partie de l'histoire officielle , de ses mensonges , de ses contre-vérités . C'est particulièrement le cas en ce qui concerne les " constantes géopolitiques " - et géostratégiques -  que le mainstream se démène à occulter .

Le journal LIFE magazine du 10 mai 1940 , le jour de  l'offensive Allemande en Belgique et 96 h avant l'attaque dans les Ardennes , est particulièrement intéressant puisqu'il parle de la Syrie , de son rôle géostratégique et des forces coloniales Françaises " multiculturelles " qui l'occupent : Tirailleurs Tunisiens , Cosaques Tcherkesses , ... Des Tunisiens et des Caucasiens il y en a encore dans les rangs des Djihadistes en Syrie et la communauté Circassienne est toujours un des éléments de la crise Syrienne .  La " polyglot french army of the Levant " composée de " Français de souche " mais aussi de Maghrébins , de Négro-Africains , d'Anamites ,... qui de facto occupe en 1940 la Syrie Arabe nous renvoie à la schwarze schande lors de l'occupation de la Ruhr entre les deux-guerres . La pègre armée coloniale Française a su exploiter  les populations les plus interlopes de ses colonies pour les mettre au service de son impérialisme .

Le rôle géostratégique de la Syrie est parfaitement décrit dés le début de l'article dans le cadre d'une guerre contre l'URSS : Should Hitler strike east or Mussolini jump into the war or Soviet Russia pile on, the world spotlight would instantly narrow on far forgotten Syria. Here is now massed a formidable French army under the old warhorse Maxime Weygand, ready to rush either to the defense of Egypt or of Turkey and the Balkans. Here is a sample of the brains, the men and the material of France and its colonies. Here flies the flag of France . . . raised at sunrise to the bugle call Au Drapeau at Aleppo.
Par la bande on y apprend le nom des bars à putes de Beyrouth réquentés par les officiers - de souche - Français  : Le Café Français et le Kit Kat .
 

De nombreux endroits photographiés comme la citadelle d'Alep ou de Homs sont le théâtre de combats dans la Guerre Civile Syrienne .

 * En raison des " lois mémorielles " Françaises , en particulier celle du camarade Gayssot , ce journal est interdit à la vente en France sur les sites de vente en ligne . Passez par un remailer pour vous affranchir de la detection d'adresse IP . Compter 25 USD + frais de port pour le numéro de Life Magazine du 10 mai 1940 .

Lien :

Photos : © Margaret Bourke-White—Time & Life Pictures/Getty Images

http://life.time.com/history/syria-crossroads-of-middle-east-during-wwii/#1

Rectificatif : Il s'agit non pas du numéro du 10 mai 1940 mais du numéro du 20 mai 1940 disponible en entier à l'adresse ci-dessous sur Google books . Ce numéro , interdit de vente en France , livre deux reportages spectaculaires sur l'action des troupes aéroportées Allemandes en Hollande ainsi que sur un raid de la Luftwaffe sur l'Angleterre :

http://books.google.fr/books?id=uj8EAAAAMBAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

 

     

Repost 0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 19:21

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k404908q/f1.highres

Repost 0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 01:16

Dans un précédent article j'évoquais l'historique du maintien de l'ordre en France au moyen de véhicules blindés. [ lien vers article ] La première utilisation recensée date de 1931 avec l'envoi de blindés FT-17 en Corse pour traquer des " bandits d'honneur " dont André Spada . [ lien vers article ]

 C'est par contre bien le le socialiste Léon Blum qui va déployer pour la première fois l' Escadron Blindé de la Gendarmerie Nationale créé après l'insurrection national-populaire du 6 février 1934 . Les relations entre les blindés et la SFIO ne s'arrêtent pas là ! A l'automne 1937 Léon Blum reçoit le colonel Charles de Gaulle qui lui expose ses théories sur la constitution d'un corps blindé . Léon Blum refusera de financer ce projet dans le cadre du budget des armées . Deux thèses s'opposent pour justifier ce refus :

 

1- La plupart des députés SFIO considéraient l'arme blindée comme une arme offensive qui heurtait leurs convictions pacifistes .Léon Blum s'est plié à cette vision . [ La gauche française: Essai sur une idiosyncrasie politique - Christian Saves ]

 

2- La constitution de ce corps blindé nécessiterait une professionalisation de l'arme et cette question fut abordée dans les entretiens de Gaulle-Blum . Cette armée de " mercenaires " pourrait se révéler dangereuse pour un régime de gauche", " une arme de coup d'état " selon les propos rapportés par le général Pierre-Marie Gallois . Léon Blum y voyait aussi une garde prétorienne commandée par des officiers de cavalerie , donc des " aristocrates " : Léon Blum ne faisait confiance qu'à une " armée plébéienne " de conscription . Léon Blum se méfait d'autant plus des unités blindées comme une menace pour le régime qu'il fut le premier homme politique Français à les employer contre des oiuvriers en grêve .  

Repost 0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 23:26
    Marcha carnavalesca - Odeon 11.667A -1938 -  Intérprete Carmen Miranda com a Orquestra Odeon, regência de Simon  Bountman
Uma pitada de massa de tomate
All right, all right
E três gotinhas de molho inglês
Só três, só três1
Algumas gramas de petit-pois
François, François
E ficou pronto o pirão do chanceler
Que papou de colher
Que papou de colher
Disse o francês
“Oui, oui, oui”
Disse o inglês
“Yes, yes, yes”
Quem não gostou
Foi o tchecoslovaco
Que deu o cavaco
Que deu o cavaco
E o italiano entrou
Então na salada
E não sobrou nada
                            E não sobrou nada                     
Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 23:16

Comment donc empêcher les bandes de pénétrer dans Damas ? L’idée des réseaux de fil de fer barbelé, dont on a tant usé pendant la guerre, vint tout naturellement à l’esprit. Entourer la ville d’une barrière de fer dont les abords seront battus par des mitrailleuses est la meilleure façon, la seule possible d’ailleurs, de mettre la population à l’abri des incursions des insurgés qui, actuellement, terrorisent les campagnes. Gros travail, évidemment, que celui de réaliser une telle ceinture autour d’une cité aussi étendue, mais possible cependant, surtout avec le concours de la ville en ce qui concerne le recrutement des ouvriers. Il y a trois ans, un plan d’extension et d’embellissement de Damas a été établi par un ingénieur français ; le projet prévoyait notamment le percement de boulevards extérieurs et la création de quartiers nouveaux, pour décongestionner le centre de la ville très surpeuplée. (…) On n’est pas passé à l’exécution de ce plan parce que les caisses municipales se trouvaient vides. Mis au courant par l’ingénieur de cet ancien projet de la municipalité, le commandant de la région, nommé gouverneur militaire de la ville, voit, dans sa réalisation, un moyen d’enfermer Damas dans un réseau de fil de fer et de soustraire la ville au coup de force éventuel des bandes. Après examen de la situation et discussion du projet avec les techniciens, il décide d’entreprendre le travail. Le 10 décembre 1925, le maire et les conseillers municipaux sont convoqués par le gouverneur qui leur demande de réaliser leur projet d’embellissement de la ville. (…) Les conseillers municipaux, en majorité de tendance extrémiste, voudraient ajourner un projet dont ils ne voient pas bien l’utilité ; d’un autre côté, au contraire, pour les raisons que l’on sait, nous désirons passer à sa réalisation immédiate. Après discussion de certains points secondaires, la municipalité se range à nos vues et accepte de recruter et nourrir les travailleurs demandés. Le 11 décembre, quinze cents terrassiers indigènes, rassemblés autour de la mairie, sont conduits sur les chantiers et le percement des boulevards commence sous la protection de deux bataillons de tirailleurs algériens, chargés d’éloigner les bandes au cas où celles-ci s’aviseraient de troubler les travaux. L’ingénieur de la municipalité et les officiers qui les secondent procèdent au piquetage des nouvelles avenues, par tronçons rectilignes, dont les extrémités s’appuient sur des maisons, dans lesquelles logeront les mitrailleurs chargés de la garde des fils de fer. Les réseaux, mis en place sous la direction d’officiers idoines, interceptent les débouchés de la ville sur les jardins, à l’exception de quelques-uns, par lesquels passeront, obligatoirement, les indigènes sortants ou entrant dans la cité, et où un service de contrôle détectera les porteurs d’armes. Travail considérable se traduisant par 12 km de boulevards et 12 km de réseaux de fil de fer à construire ; chaque jour, de l’aube à la nuit, les terrassiers, se relayant par équipe, travaillent à plein sous la conduite d’officiers dévoués et énergiques. Au 1er janvier 1926, 20 jours seulement après le début des travaux, le secteur nord de la ville est terminé et aussitôt occupé par des unités de mitrailleurs ; la fin du même mois voit l’achèvement du secteur sud et, au commencement de février, une ceinture de fer entoure Damas. (…) Les postes, plus ou moins espacés les uns des autres, suivant la forme du terrain, croisent le feu de leurs mitrailleuses en avant et au plus près des fils de fer, rendant ainsi impossible le franchissement de ces derniers.

Général Andréa, La révolte druze et l’insurrection de Damas : 1925-1926, Payot, Paris 1937.

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 15:41
Le MAE à passeport Français , le sioniste Laurent Fabius [ voir bibliographie Wikipedia ]  , appuyé par le Sanhédrin du Quai d'Orsay constitué par MM. Lévy , Kouchner , Brauman et Araud évoquent le protocle ( sic ! ) sur l'interdiction des armes chimiques de 1925 [ texte ] pour essayer de justifier une attaque contre la Syrie .
Cette diplomatie Française a la mémoire très courte une fois de plus .
Si 2013 peut-être considéré comme le centenaire de la mise en oeuvre de gaz toxiques pour le maintien de l'ordre , une invention à porter au panthèon du génie Français tout comme leur emploi militaire un an plus tard [ lien vers article ] , l'année 1925 qui est invoquée par la diplomatie Française marque un des pires crimes coloniaux Français : Le bombardement des quartiers Sud de Damas le 18 octobre 1925 par les troupes du général Maurice Sarrail " haut-commissaire " au Levant durant la révolte de 1925-1926 .
Ces quartiers sont désormais connus sous le nom de Al-Hariqa "- Le grand Feu . Ces quartiers constituaient un véritable joyau architectural qui éclipsait même Istamboul sous le joug Ottoman . Des demeures vieilles de 5 siècles [ voir 3 éme et 5 éme photos ] furent ainsi détruites par ce qui est considéré comme le premier kulturcide et urbicide  du XX éme siècle avant Guernica , Lidice , Oradour sur Glane , Novgorod , le vieux Tokyo , Dresde et les cités Hanséatiques .
Le bilan des victimes civiles de ce bombardement d'artillerie appuyé par des blindés et l'aviation de la pègre colonialiste Française est estimé à un millier de morts . Les destructions furent estimées à 10 Mio USD 1925 soit envrion de 800 Mio à 1,2 milliards d'Euros 2013 . La presse internationale , et il faut le signaler certains journaux Français de " droite " comme de " gauche " , ont condamné ce crime contre l'humanité . Time magazine écrivait ainsi  sous le titre : FRANCE: Syrian Scandal.
[ lien ]     
“There has never been such a scandal in the history of France!” Premier Painleve, soundly harassed, tried to soothe his public: “Despatches have been greatly exaggerated. . . . Annoying events have taken place in our Syrian Mandate, but the Government is taking necessary steps to remedy the situation.” The “annoying” or “scandalous” events marked the bombing and shelling of Damascus, “oldest inhabited city in the world,” by order of General Maurice Sarrail, French High Commissioner in Syria. Impartial witnesses placed the human loss at 1,000 lives, the property damage at over $10,000,000. L’Echo de Paris cried, last week: “General Sarrail is a senile, stupid, brutal sadist … a criminal … a bloody tyrant!”
… for 48 hours French shot and shell poured into the city; French tanks dashed at full speed through the streets, firing point blank into bazars and houses; and French airplanes dropped bombs.
       
Les assassins revenant toujours sur les lieux de leur crime la pègre colonialiste Française , aux couleurs de l'Etat Degaulliste et de la "légitimité" Résistancialiste cette fois-ci  , bombardera une nouvelle fois Damas le 29 mai 1945 . [ voir page du journal Al-Haram ]
Qui se sent morveux , qu'il se mouche !              
                                                                                                                               
 
 
Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 01:14
Repost 0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 18:04

Alors que la Russie commémore en grande cérémonie la victoire décisive de Stalingrad , s'ouvre la conférence sur la sécurité de Munich.

Avec raison le MAE Sergueï Lavrov y a réaffirmé le refus de la Russie de reprendre les négociations sur le traité FCE et on ne peut que noter ce choc des deux dates ! [ lien ]

 Les chefs politiques Russes  ont  retenu les dures leçons de l'histoire !

 

Pour le moment, la Russie ne croit pas possible de reprendre les négociations sur le Traité sur les Forces Conventionnelles en Europe (Traité FCE) et n'entend avancer dans l'immédiat aucune initiative en ce sens, a déclaré samedi à Munich le chef de la diplomatie Russe Sergueï Lavrov.

"Compte tenu de la position de nos amis occidentaux, nous ne le ferons plus, mais attendrons plutôt des idées de la part de nos partenaires", a indiqué le ministre lors de la Conférence de Munich sur la sécurité.

Et d'expliquer que Moscou n'admettait pas notamment l'exigence américaine de renoncer à la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, ainsi que l'article 5 de l'ancien Traité FCE limitant le déploiement de forces dans les "flancs".

Signé le 19 décembre 1990 à Paris par 16 Etats membres de l'Otan et 6 Etats membres du Traité de Varsovie, le Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) définissait les quantités d'armements conventionnels stationnés en Europe.

En novembre 1999, le sommet de l'OSCE à Istanbul a donné lieu à la signature d'une version adaptée du traité, ratifiée par quatre pays seulement - la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et l'Ukraine.

La Géorgie et la Moldavie ont refusé de le ratifier, exigeant le retrait des troupes Russes conformément aux Accords d'Istanbul qui avaient été signés parallèlement à l'Accord d'adaptation du Traité FCE. Pour cette raison les pays de l'Otan ont également bloqué l'entrée en vigueur du FCE adapté.

Avec l'adhésion à l'Otan de plusieurs pays d'Europe orientale, le principe fondamental du Traité FCE relatif au maintien de l'équilibre des forces a perdu sa raison d'être, le fonctionnement du traité ne s'exerçant plus que sous forme d'échange d'information et d'inspections.

En juillet 2007, le président Russe Vladimir Poutine a suspendu par un décret l'application du Traité FCE arguant "des circonstances exceptionnelles mettant en péril la sécurité de la Russie et requérant des mesures urgentes". La Russie exige que tous les pays membres de l'Otan ratifient la version adaptée du traité FCE et procèdent à sa stricte application.

 

 

 

nullBataille de Stalingrad

Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:56

L'histoire va t'elle se repéter comme une farce ou comme une tragédie pour la Marine Nationale au large des côtes Syriennes ?

La Marine Nationale qui retrouve son rôle séculaire de bras armé de l'impérialisme colonial Français - mais l'a t'elle un jour abandonné ? - a depêché au large des côtes Syriennes la frégate " Chevalier-Paul" .[ lien ]

Est-ce l'ignorance des chefs militaires Français de l'histoire de l'arme ? Est-ce une coïncidence lièe à des contraintes opérationelles ?

En tout cas ce n'est pas le premier navire de la Marine Nationale  portant le nom de " Chevalier-Paul" dont l'histoire est lièe à celle de la Syrie .

Le 16 juin 1941 , il y a tout juste un peu plus de 70 ans , le contre-torpilleur " Chevalier-Paul " est coulé par une torpille Anglaise lors de la " bataille de Syrie " . [ lien ]

 La frégate " Chevalier-Paul " va t'elle être envoyée par le fond par des missiles Russes si nous continuons notre politique des " ronds dans l'eau " au large des côtes Syriennes ? [ lien ]  

 

 

 

chevalier paul.jpg

 

Repost 0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 22:25

le 12 février 2012 Grec !

 

Des manifestations importantes ont accompagné, dimanche, l'ouverture par le président du parlement grec, Philippos Petsalnikos, du débat sur le nouveau plan de redressement.

Pendant que les parlementaires débattaient, quelque 80.000 personnes, selon les derniers chiffres de la police, se sont rassemblées à Athènes devant le Parlement, à l'appel des syndicats, pour protester contre ce nouveau plan d'austérité .

null

 

 

L’UE et le FMI exigent l’adoption du nouveau plan de redressement pour sauver le pays de la faillite.

Repost 0

Liens