arctique

Publié le 14 Octobre 2021

Le développement du concept d' Arcto-Pacifique se prolongera t'il par la création d'une entité indépendante , la " Flotte Arctique " , au sein de la Marine Russe ?

C'est en tout cas ce qu'a affirmé une " source " à l'agence TASS .

" Actuellement la création d'une nouvelle structure - La flotte Arctique Russe - est à l'étude . Il s'agira d'une formation distincte au sein de la VMF dont la tâche principale sera d'assurer la sécurité de la Route Maritime Nord et de la côte Arctique dans la zone de responsabilité actuelle des flottes du Nord et du Pacifique" 

Cette source a aussi ajouté que "On suppose que les infrastructures de cette nouvelle flotte seront distinctes des infrastructures des flottes du Nord et du Pacifique et qu'elle sera dotée d'équipements spéciaux pour ce théâtre d'opérations "

Cette création d'une unité distincte est appuyée dans les colonnes de RIA NOVOSTI par l'amiral Viktor KRAVCHENKO . 

Une autre source a au contraire affirmé à l'agence RIA NOVOSTI que la création de cette composante séparée n'est pas à l'étude mais qu'une division spéciale destinée aux opérations dans l'Arctique sera créé au sein de la Flotte du Nord . Se posera alors bien sûr la question des zones Arctiques et péri-Arctiques de la Flotte du Pacifique . Des exercices impliquant la Flotte du Nord et ayant pour thème la protection des convois le long de la Route Maritime Nord sont  régulièrement menés dans l'Arctique Russe . 

Des  experts interrogés par Vzglyad estiment que la création de cette nouvelle composante présente plus d'avantages que d'inconvénients principalement en raison de l'éloignement des deux Etats-Majors  de la  partie centrale de l'Arctique , SEVEROMORSK de la Flotte du Nord et VLADIVOSTOK pour la Flotte du Pacifique avec des SNLE basés au KAMTCHTAKA . Le regain de tensions internationales , en particulier dans le Pacifique , rend difficile une focalisation de cette Flotte du Pacifique sur ses zones de responsabilité Arctiques et péri-Arctiques .

La constitution de cette nouvelle unité ne sera pas couteuse si elle est basée sur la réaffectation d'unités existantes , en cours de construction ou planifiées compte tenu des spécificités des opérations dans l'Arctique qui ne requièrent pas un grand nombre d'unités de surface . Des brise-glaces  issus de flottes civiles pourraient être toutefois affectés à cette flotte de l'Arctique après avoir été armés . C'est l'avis d'Ilya KRMANIK qui considère que beaucoup plus que le nombre d'unités c'est leur spécialisation pour le théâtre Arctique qui sera primordiale et il estime que les navires dotés de ces caractéristiques en cours de construction ou planifiés seront réaffectés à cette flotte . Ce serait le cas par exemple des navires de patrouille Arctique de la classe Ivan Papanin ( Projet 23550 ) . 

Selon les dernières informations l'armement de ceux-ci comprendra désormais  des missiles " Kalibr-K " conteneurisés . Cette information qui n'avait pas été confirmée jusqu'à présent du côté Russe avait fait dire à l'Amiral James FOGGO III le 1er mai 2020 au 147 éme congrès de l' US Naval Institute que ce système d'armes traduisait la " posture agressive " de la Russie dans l'Arctique 

 Compte tenu des conditions de banquise les submersibles affectés à cette flotte devront être équipés de torpilles spéciales pour la création de polynies permettant leur émersion .Ce sera aussi le cas pour les drones comme le SARMA spécialement étudiés pour évoluer sous la banquise . 

La constitution de cette flotte Arctique passera aussi par la sanctuarisation de sa zone d'opérations et la constitution d'un " bastion " . La première étape sera la mise en place d'un réseau intégré d'hydrophones dans le cadre du Seabed warfare pour détecter l'intrusion de submersibles . L'étape suivante sera le déni d'accès aux zones littorales par le déploiement de systèmes anti-navires et de systèmes de défense anti-aériennes 

Se pose la question de l'adversaire qu'aura à affronter cette Flotte Arctique . Si des exercices de lutte anti-terroriste et anti-piraterie sont menés régulièrement le long de la Route Maritime Nord y compris avec la Rosgvardia l'adversaire à affronter sera très probablement étatique et non pas non-étatique . Ce sera certainement une flotte d'une puissance Arctique de l'OTAN voir même d'un acteur non-Arctique comme la France qui voudrait y imposer une législation environnementale .   La France qui prône depuis quelques jours le développement de mini-réacteurs nucléaires pourrait ainsi s'opposer - on s'étonne de pouvoir encore s'étonner - au développement de ceux-ci dans l'Arctique Russe Signalons ainsi la présence dans les eaux Arctiques du BSAM Rhône du 23 aout au 30 septembre 2021 . 

A ce titre dans le cadre des exercices ZAPAD-21 les forces armées Russes ont mené le 10 septembre 2021 un exercice combiné qui consistait à libérer un port de l'Arctique Russe - DUDINKA - occupé par les " forces spéciales " d'une " puissance étrangère " étatique . Les chefs militaires Russes ne sont pas privés à cette occasion de souligner le caractère inédit de cet exercice . La Flotte du Nord était présente sous la forme de moyens amphibies avec le navire de débarquement Georgy Pobedonosets  et d'Action Contre la Terre avec le destroyer Severomorsk.

La nouvelle doctrine de sécurité Russe a parfaitement identifié ce type de menaces " environnementalistes " contre la Russie , plus particulièrement dans l'Arctique .

La République Populaire de Chine pourrait aussi s'inviter dans le débat stratégique concernant la création de cette flotte Arctique dans la mesure où l'hypothèse d'un blocus naval " Occidentalo-centré " de la RPC avec le QUAD n'est plus totalement à exclure , plus particulièrement après la création de l' AUKUS . La Route Maritime Nord et l'Océan Arctique  seront alors la seule voie maritime libre à laquelle la RPC aura accès et même une zone de projection possible pour les patrouilles de ses SNLE . Du côté Russe la collaboration avec la construction navale Chinoise permettrait de résoudre des problèmes de manque de capacités de la construction navale Russe , une collaboration dans un secteur aussi " sensible " que celui des réacteurs modulaires flottants pour la Sibérie étant déjà très sérieusement envisagée .

L'agence TASS qui est à l'origine de la publication de cette information il y a une semaine est considérée comme une source d'informations sûre et crédible concernant le domaine militaire . 

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Arcto-Pacifique : Vers la constitution d'une " flotte Arctique " en Russie  ?
La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord
La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord
La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord

La libération de DUDINKA par la Flotte Arc... la Flotte du Nord

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Septembre 2021

Cela fait parti des projets que j'avais présenté dans un article précédent consacré au " seabed warfare  ", plus précisément sur l'axe Arcto-Pacifique et en Russie 

Viktor LITVINENKO ( ! ) , le directeur adjoint de la recherche du Fond pour la Recherche Avancée  FPI - ФПИ Фонда перспективных исследований , a annoncé à l'agence TASS la mise au point en Russie d'un drone sous-marin destiné à opérer en autonomie sous la banquise Arctique .

Ce véhicule sous-marin - surnommé SARMA - CAPMA destiné à opérer principalement  sous la banquise Arctique a été mis au point en coopération avec le bureau d'étude LAZURIT 

Un démonstrateur fonctionnel de ce drone sera mis au point en 2022-2023 et selon diverses sources sa production en série est prévue pour 2024 .

D'une longueur d'environ 10 m et d'un déplacement de 21 tonnes * ce drone sera capable d'opérer en autonomie sous la banquise avec une autonomie de 3 mois sur une distance de 8000 Km . Il pourra plonger jusqu'à une profondeur de 1000 m. Sa propulsion sera très probablement de type anaérobie ( AIP ) et avec la présence d'une pile à combustible  . Certains articles font ainsi état de " stockage cryogénique de composés chimiques  " Ce drone bénéficierait de l'acquis de technologies spatiales du FPI .

Comme tous les projets liées au seabed warfare ce drone aura des applications duales , civiles et militaires . Pour ce faire il sera modulable en fonction de la mission qui lui sera assignée : surveillance et maintenance des gazoducs et des oléoducs , surveillance et maintenance des réseaux sous-marins de fibres optiques , cartographie des fonds marins , études géologiques mais aussi très probablement patrouilles - armées ou non - sous la banquise pour y détecter des hostiles . Des applications comme le transport sous-marin d'équipements sont même envisagées . Ce drone sous-marin autonome ( AUV ) doit être considéré comme une plateforme universelle configurable en fonction de la mission . Des experts Russes le présentent comme " Le frère cadet du drone militaire Poséïdon " 

 Ilya KRAMNIK de RIAC  souligne l'importance de ce projet dans le cadre de la maîtrise par la Fédération de Russie de l'axe Arcto-Pacifique avec des technologies indigènes . Quoiqu'il en soit l'annonce du développement accéléré de ce drone survient dans le cadre de menaces renouvelées contre la souveraineté de la Russie sur l'Arctique , ou du moins la partie qu'elle peut revendiquer au nom de la CNUDM - UNCLOS .

L'une des particularité de ce drone est qu'il sera reprogrammable en cours de mission . Outre les polynies - étendues d'eau libres au milieu de la banquise -  , les illustrations ci-dessous permettent d'appréhender mieux qu'un long discours les techniques qui seront probablement utilisées . On peut envisager , c'est l'objet d'autres brevets , de sondes aérolarguables munies d'une tête chauffante pour percer la banquise comme pour les foreuses thermiques utilisées en glaciologie . Certaines maquettes laissent envisager l'existence sur le drone d'antenne de communication lors d'une émersion voir d'un " périscope " pour des observations optiques de la surface . D'autres hypothèses font état d'un " périscope chauffant " destiné à percer la banquise pour permettre les communications entre le " monde libre " et le monde sous-glaciaire ( ? )

On peut ainsi envisager l'utilisation de ce drone pour la surveillance " discrète " de la Route Maritime Nord ou Sevmorput et ce sont des missions liées à cette surveillance qui ont lancé ce projet dés 2018 .  Ce drone pourra aussi très probablement communiquer avec un réseau de transducteurs immergés selon les technologies développées par NIIATOLL . ( Voir illustration ) 

Sur le plan de l' "aspect physique" du drone  , une maquette en coupe du SARMA à l'échelle 1:1 a été présentée le 21 juin 2021 au stand VKO ALMAZ-ANTEY au salon INNOPROM 2021 à EKATERINBOURG  ainsi qu'au salon internationale de la défense maritime de SAINT-PETERSBOURG IMDS-2021. 

Lors de cette présentation des voix - issues de la construction navale - se sont fait entendre pour mettre en doute les capacités d'ALMAZ-ANTEY à pouvoir fabriquer ce type de véhicules autonomes sous-marins dans son usine " 70 let pobedy " de NIJNI-NOVGOROD . Le représentant de l'usine a retorqué en citant l'exemple du drone ORCA produit par BOEING™ et en soulignant que son entreprise de très haute technologie dispose de toutes les compétences pour assembler ce système , la conception n'étant pas de la compétence d'ALMAZ-ANTEY . 

L'existence de drones capables d'opérer sous la banquise n'est pas nouvelle puisque le Canada a déjà développé au début des années 1990 de tels véhicules sous marins - THESEUS - mais aux capacités plus limitées . Ce drone était destiné à la pose de réseaux d'hydrophones sous la banquise pour la détection des submersibles Russes . Durant les exercices ICEX 2020 l' USN a déployé un drone Bluefin-21 sous la banquise dans des conditions d'autonomie qui restent à déterminer . 

De la même manière les " cryobots " développés par la NASA™ pour l'exploration des mers sous-glaciaires des exoplanètes pourraient déboucher très rapidement sur des drones sous-marins militaires tout ce qu'il y de plus "  terre à terre ".

La " guerre sous-marine de demain " dans l'Arctique au moyen de drones est bien une réalité , même si elle fait peur à certains états ! 

Ce drone tire son nom de la vallée où coule la rivière éponyme SARMA et qui donne naissance au vent SARMA le plus fort de ceux soufflant sur le Lac BAÏKAL..

 

* Selon les articles de presse .

Nota : Les commentaires de ce blogue sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021
Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021

Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021

Le drone sous-marin SARMA
Le drone sous-marin SARMALe drone sous-marin SARMA

Le drone sous-marin SARMA

Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones
Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones
Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones

Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Août 2021

C'est l'un des projets majeurs Russe dans l'Arctique , auquel d'ailleurs les esp... diplomates des états-baltes s'intéressent de plus en plus : Le câble sous-marin de fibres optiques le long de la Route Maritime Nord qui reliera la Mer de Barents - TERIBERKA  ( voir 2éme vidéo ) - à l'Océan Pacifique - IOUJNO SAKHALINSK.

La Russie vient d'acquérir une nouvelle souveraineté dans ce domaine en lançant sa première ligne de fabrication de câbles sous-marins à Mourmansk dédiée à ce projet . Ce n'est pas en soi un exploit technologique même si ce câble doit résister à la pression d'icebergs raclant le fond où il est ensouillé mais l'inauguration de cette usine montre la capacité de la Russie à se ...Déconnecter , débrancher - découpler pour employer un vocabulaire plus à la mode - du complexe industriel Occidental où elle se fournissait jusqu'à présent pour ce type de produits . Ceci bien sûr dans un contexte de menaces de sanctions sectorielles de plus en plus répétitives , que ce soit dans les allégations de cyberattaques ou de non respect des drouâdelôms .Il faut toutefois préciser que la fibre optique utilisée dans ce projet particulier est achetée en RPC ce qui est cohérent avec la finalité du projet et sa sécurité de fabrication quand aux approvisionnements . 

La souveraineté industrielle que l'on nous met en avant vis à vis de la RPC - en partie pour des raisons électoralistes - depuis les crises d'approvisionnement liées à la crise du COVID-19 c'est exactement ça !

La complétion progressive de ce câble aura des répercussions sur les capacités militaires Russes dans l'Arctique et nécessitera bien-sûr la mise en place de moyens de protection dans le cadre de ce que l'on appelle le " seabed warfare " . 

Les responsables Russes estiment un rythme de pose de 180-200 km par mois - 2000 km par an pour arriver à une cadence de pose de près de 3000 km par an et une mise en service en 2026 . Les conditions extremes de l'Arctique sont bien sûres prises en compte pour sécuriser les atterrages des câbles avec par exemple l'installation à TERIBERKA de deux générateurs électriques diesels de secours bénéficiant d'une autonomie de fonctionnement d'une semaine ( voir 2éme video ) . 

Il est de plus en plus probable selon des déclarations officieuses de responsables que le projet concurrent de Megafon™ - Arctic connect - n'a pas pu être mené à son terme pour des raisons de sécurité , ce projet étant hors de contrôle de l'état Russe . Pour ces mêmes raisons il est fort probable que dans le climat de tensions croissant lié à la cybersécurité et aux accusations croisées d'espionnage des systèmes de télécommunications un usage " international " - lire non Sino-Russe - de ce câble n'est pas envisageable entre l'Europe et l'Asie . Ces communications Europe-Asie seront donc encore grandement dépendantes d'un " goulet d'étranglement " devenu célèbre avec la mésaventure du porte-conteneurs Ever-Given : Le canal de Suez

On notera en regardant les cartes ci-dessous le caractère stratégique au travers du temps et de la géographie d'emplacements comme Yanbou ( révolte Arabe de 1916 ) et Port-Soudan ( Projet Russe de base navale ) qui sont devenus des emplacements d'atterrages des câbles .

 

 

Polar Express : Les premiers brins sont filés !
Polar Express : Les premiers brins sont filés !
Polar Express : Les premiers brins sont filés ! Polar Express : Les premiers brins sont filés !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Juin 2021

Le concept de Seabed Warfare qui pourrait se traduire par " guerre du fond des mers " ou  " guerre du plateau continental " est toutefois assez vaste puisqu'il regroupe l'ensemble des opérations navales de , vers et à partir du plateau continental .

Il concerne en fait toute la " kill box " verticale , la colonne d'eau qui s'étend du fond de la mer à la surface et regroupe donc les activités navales de surface " traditionnelles " tout comme les activités sous-marines " traditionnelles ". Cette " kill box " s'étend en fait au delà de l'interface eau-air , jusque dans l'espace , puisque les drones sous-marins peuvent être largués depuis un aéronef et les informations en provenance du fond ou de la colonne d'eau transmises vers des satellites par l'intermédiaire de dispositifs de surface comme des navires , pilotés ou automatiques , ou des bouées .

Les drones y auront bien sûr leur importance et y ont déjà leur importance avec la collecte automatiques de données comme la bathymétrie ( cartographie sous-marine du plateau ) , les courants marins et la salinité de l'eau . C'est une guerre sourde que se livrent par exemple Chinois et Etasuniens dans la Mer de Chine . Si le Mainstream met en avant un certain activisme Chinois plus particulièrement en Mer de Chine  , il "oublie" toutefois de signaler que les Etats-Unis ont une posture agressive dans la région . Les autorités Chinoises offrent ainsi une récompense substantielle de 70 000 Euros aux pêcheurs qui capturent un drone Etasunien . 

Elle a été mise sur le devant de l'actualité par les menaces que les uns et les autres se jettent à la figure de tentatives d'attaques contre le réseau mondial de câbles sous-marins , et l' Arcto-Pacifique n'échappera pas à cette conflictualité , mais elle concerne aussi par exemple les installations de forage off-shore et des réseaux de transports sous-marins comme le Nord-Stream 2

Cette guerre a bien sûr été imaginée par les auteurs d'anticipation militaire , en particulier les Français Pierre GIFFARD et Robida avec les " Tirailleurs sous-marins " en scaphandre , mais souvent la réalité a dépassé la fiction : On peut dater le début du " Seabed Warfare " avec la destruction du câble sous-marin reliant Manille à Hong-Kong et Cuba aux Caraïbes durant la Guerre Hispano-Américaine de 1898 , le 11 mai 1898 exactement lors de la bataille de Cienfuegos . . A Cuba la société qui fut victime de l'action des marins de l'USN qui arrachèrent le câble sur le fond avec un grappin depuis une chaloupe [ voir image ] était d'ailleurs principalement aux mains de capitaux Français - dont une participation de l'Etat Français -  ce qui dés l'époque a posé des problèmes légaux . Si l'attaque contre le câble que la Russie va poser le long de son littoral Arcto-Pacifique** peut être " justifiée " par son caractère publique et civilo-militaire , une attaque semblable contre un autre câble pourrait poser de nombreux problèmes légaux . Peut-on s'attaquer à un câble d' Orange™ aux larges des côtes Africaines même si il sert de moyen de communication pour les unités de l'armée Française déployées en Afrique ? 

 Nous noterons ici que pas plus que lors des écoutes de la NSA , la Grande République ( humour ) Française n'éleva alors aucune protestation réelle ...

" Kill box " de la guerre du plateau-continental

" Kill box " de la guerre du plateau-continental

Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle . Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .
Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .

Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .

Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .
Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .

Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .

Section du câble télégraphique repéché par les Allemands dans la Seine lors du siège de Paris

Section du câble télégraphique repéché par les Allemands dans la Seine lors du siège de Paris

Dans les années 1970 et 1980 le développement des activités pétrogazières off-shore déplace la problématique du seabed warfare des télécommunications vers la protection , et l'attaque , des infrastructures off-shore ainsi que des " tuyaux " comme les gazoducs ou oléoducs destinés à évacuer la production vers le littoral . Cette guerre peut aussi concerner aujourd'hui les câbles sous-marins d'énergie électrique , en particulier avec le développement de parcs éoliens en mer .

 Science &Vie a publié un superbe article sur cette " guerre du fond " en 1976  . C'est aussi  l'époque où les Soviétiques développent plusieurs véhicule sous-marin chenillés comme le MTK-200 capables de se déplacer sur le plateau continental jusqu'à une profondeur de 500 m et télécommandés depuis un navire par des câbles . Prés de cinquante années plus tard avec le " sous-marin kangourou " il semble de nouveau inspirer les ingénieurs Russes . Parmi les concepts développés à l'époque je retiendrai aussi celui de " torpilles dormantes " dans des silos disposés au fond des mers et activées sur ordre ou après détection au moyen d'un réseau d'hydrophones [ voir infographie Science&Vie ]  Le programme Hammerhead en est un avatar moderne . Comme le soulignent de nombreux commentateurs ces " torpilles dormantes " lorsqu'elles sont inactivées ne constituent pas des menaces pour la navigation et n'ont donc pas à être signalées aux autorités et administrations civiles internationales . Elles ont même leur nom propre , moor-pedo qui pourrait se traduire par minepille ou tormine

Guérilla sous la mer

Guérilla sous la mer

La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .
La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord . La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .
La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord . La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .

La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .

La minepille ou tormine aka moor-pedo

La minepille ou tormine aka moor-pedo

Le chenillé sous-marin MTK-200
Le chenillé sous-marin MTK-200
Le chenillé sous-marin MTK-200

Le chenillé sous-marin MTK-200

Cette quête des grands fonds n'est toutefois pas sans risques comme l'a montré l'accident du submersible " Losharik " le 2 juillet 2019 . C'est ce submersible qui a permis à la Russie d'échantillonner les fonds marins sur le plateau continental Arctique pour asseoir ses revendications .

C'est presque dans le continuum de ces projets que le directeur d'United Shipbuilding Corporation Alexeï RAKHMANOV a annoncé lors d'une interview à l'agence TASS dans le cadre du SPIEF 2021 que sa société était prête à concevoir des robots pour la protection des infrastructures du plateau continental Arctique Russe . Il attend pour ces projets une commande officielle de l'Etat Russe . Il a toutefois ajouté que sa société avait déjà ouvert son propre bureau d'études en robotique [ militaire ] 

Le secteur pétrogazier n'est pas en reste puisque GAZPROM développe avec des université des systèmes automatiques de surveillance des installations pétrogazières sous-marines dans l'Extrême-Orient Russe . Bien que civil ce projet de robotique relève bien du " seabed warfare " tout comme les technologies utilisées pour la pose , l'assemblage des tuyaux et le contrôle de l'environnement marin du gazoduc Nord-Stream 2 .  Tous ces projets s'inscrivent aussi dans un context où la Russie et les entreprises Russes recherchent de plus en plus à substituer une technologie nationale aux technologies importés . 

Si l'on sait très peut de choses des projets d'USC on peut déjà en avoir une idée par ce d'autres sociétés se sont déjà positionnées sur ce créneau avec des projets aboutis et disponibles en catalogue . C'est le cas par exemple de la société NIIATOL qui a développé un drone chenillé** capable d'évoluer sur le plateau continental mais aussi tout un " écosystème  "Контролируемый подводный район (КПР)™  . Dans les projets Russes figurent aussi des micro-centrales nucléaires destinées à alimenter des réseaux d'hydrophones et de sonars sous-marins ainsi que des systèmes automatisés sous-marins d'exploitation des hydrocarbures . Le projet Iceberg de RUBIN ressemble ainsi par certains points au projet Flexblue  ,abandonné depuis , de DCNS-AREVA  . [ voir image ] Rostec a ainsi développé le drone NERPA muni d'un sonar capable d'identifier des cibles humaines et de les " neutraliser " .D'autres sociétés envisagent des drones  capables de " percer " la glace  de la banquise avec une ... Tête chauffante . Un concept utilisé avec succès par les expéditions Antarctiques Russes au Lac VOSTOK  Les responsales scientifiques et politiques Russes ont identifié l'Arctique comme étant une région particulièrement adaptée au développement de la robotique qu'elle soit terrestre , aérienne , navale ou sous-marine .  Au mois de mai 2020 le chef du service des frontières du FSB a évoqué l'utilisation de drones aériens pour la surveillance des frontières Arctiques . 

* En fait depuis 150 ans et la destruction dans le lit de la Seine du câble télégraphique posé par les défenseurs de Paris lors du siège de 1871 . 

** Il s'agit du câble " Polar Express " dont j'ai parlé dans ce blogue et non pas du câble privé Russo-Finno-Japonais " Arctic Express "  dont la pose vient d'être abandonnée ! 

*** Ceux-ci existent déjà depuis longtemps ! Ce sont les charrues et les trenchers d'ensouillage des câbles . 

La guerre de demain sur le plateau continental Arctique
La guerre de demain sur le plateau continental Arctique La guerre de demain sur le plateau continental Arctique

La guerre de demain sur le plateau continental Arctique

Le drone tueur " NERPA " de Rostec

Le drone tueur " NERPA " de Rostec

Le seabed warfare est aussi ... Civil !
Le seabed warfare est aussi ... Civil !

Le seabed warfare est aussi ... Civil !

La guerre de demain - Seabed warfare : USC se déclare prêt à construire des robots sous-marins pour la protection du plateau continental Arctique Russe .  .

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Défense - Russie - Arctique : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le " trèfle Arctique " sans jamais oser le demander !

Pierre BOURDIEU appelait ça " la circulation circulaire de l'information ": La reprise sans aucune critique ni recul d'une information publiée par un journaliste par ses confrères , eux-mêmes repris par d'autres et ainsi de suite . Le début de  présidence Russe du Conseil Arctique et les déclarations " musclées " de Sergueï LAVROV faisant référence à l'historicité de la souveraineté Russe sur l'Arctique - et le passage du Nord-Ouest - ont provoqué un tsunami d'articles sur la " militarisation de l'Arctique " par la Russie , qui est réelle et Serguei LAVROV s'en est expliqué dessus , ainsi que des reportages sur cette " mystérieuse structure "™® surnommée " le trèfle de l'Arctique "  - арктический трилистник  et que les agences nomment " northern military base "  ou " base militaire modèle " . On pourrait penser que comme l'oranger sur le sol Irlandais de BOURVIL il s'agit d'une manifestation du réchauffement climatique mais il n'en est rien : Ce trèfle est en acier et aluminium . 

J'en ai déjà parlé sur ce blogue et cette avalanche d'articles psittaciques* m'incite à vous en reparler . Cette structure est d'autant moins mystérieuse qu'elle a commencé à être construite à partir de 2014 et fait l'objet d'articles et de reportages récurrents depuis cette date . Ces reportages sont d'autant plus intéressant qu'ils donnent des détails sur la construction de cette structure au cas où les ingénieurs Occidentaux seraient en manque d'inspiration ... Un site du MD Russe lui est même consacré qui lui enlève toute sa " mystériosicité " et que nos plumitifs en manque de sensationnalisme auraient bien pu consulter .... Mais il est clair que sa peinture extérieure aux couleurs du drapeau Russe sur la blancheur de la banquise puisse choquer quelques belles âmes . Cerise sur le gâteau :  Une chapelle - horresco referens - Orthodoxe en bois tout ce qu'il y a de plus " Nationale-Traditionnelle " se trouve près de cette structure futuriste mais elle est aussi montée sur pilotis  . ;0) 

L'élément intéressant que j'ai déjà mentionné est que cette structure a été conçue et construite à partir de l'expérience Russo-Soviétique en matière de technologie spatiale . Les Soviétiques ont dés le début de leur exploration spatiale considéré les deux milieux comme présentant les mêmes contraintes - mis à part l'oxygène bien sûr - et ont effectué des transferts de technologie . Les systèmes de production d'énergie et de gestion de déchets sont directement inspirés des travaux de ROSCOSMOS™ , sans bien sûr être " spatiaux " ! Comme le montre le reportage de TV Zvezda ci-dessous [ voir video ] cette structure est aussi l'héritière de l'expérience accumulée par les explorations Russes et surtout Soviétiques . 

 
Défense - Russie - Arctique : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le " trèfle Arctique " sans jamais oser le demander !

Nota 1 : Les commentaires de ce blog sont modérés .

Nota 2 : Avant de citer cet article ou d'en donner le lien veuillez me demander l'autorisation . 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Avril 2021

Cet article j'aurais aussi pu l'intituler " La Russie ouvre le BAL dans l'Arctique " .

Si vous constatez  une recrudescence d'articles liés de nouveau à la région Arcto-Pacifique c'est que l'actualité géostratégique m' y contraint . D'autres sur le centenaire des sanctions Russo-Américaineset des expulsions de diplomates  , l'emprisonnement de l'amiral Eurasiste Cem GÜRDENIZ et la géopolitique du coton et même sur " Black Squaw " sont dans les tuyaux - depuis janvier pour l'article sur les sanctions - mais je n'ai vraiment pas le temps de m'y mettre ! 

Dans un contexte de tensions renouvelées  au travers de publications de doctrines , d'articles alarmistes et d'annonces de déploiement de troupes le déploiement de systèmes anti-navires " BAL " le long de la Route Maritime Nord est significatif . Pour reprendre la vieille formule : " La souveraineté du Roy s'étend en mer jusqu'à la portée de ses canons " on peut désormais écrire

" La souveraineté de la Russie sur le Sevmorput s'étendra jusqu'à la portée de ses missiles anti-navires " 

Des sources militaires ont déclaré à l'agence Izvestia que les chefs militaires Russes ont pris la décision de déployer le système de missiles anti-navires  " BAL " le long de la Route Maritime Nord ou Sevmorput , de MOURMANSK à VLADIVOSTOCK ( voir carte ci-dessous ) . Les premiers systèmes seraient déjà opérationnels sur la Terre de François-Joseph . * D'autres unités seront déployés dans un délai assez court dans d'autres régions de la RMN , plus particulièrement dans sa partie orientale comme c'est le cas du complexe " BASTION -P " dont la capacité opérationnelle a été testée en septembre 2018 dans l'île de KOTELNY . Il s'agit de construire ce que certains analystes appellent le " rideau de glace " mais qui est en fait une " couverture de feu " ou un " parapluie de feu " .  

Lors d'une déclaration à la fin de l'année 2020 le Ministre Sergueï CHOÏGOU a assuré que les trois-quarts des systèmes " BAL " et " BASTION " nécessaires à la protection de la RMN sont disponibles au sein des forces armées Russes . Il a aussi évoqué les travaux d'infrastructures sur la Terre d'Alexandra qui ont récemment fait l'objet d'un article sensationnaliste de CNN sur la " militarisation de l'Arctique " par la Russie .  Les journalistes de CNN qui prétendent faire preuve d'investigation au travers d'interprétations de photographies satellitaires d'une agence privée n'ont en fait que repris ses propos ... Ces journalistes , plagiés de manière psittaccique par une presse et blogosphère Défense & GP servile en particulier en France , n'ont d'ailleurs fait aussi que recopier des informations disponibles très souvent de manière plus complète sur des sites officiels Russes ! Je pense en particulier à ce mystérieux Arktitcheskiy Trilistnik dont on peut même faire une visite virtuelle .

Le complexe " BAL "a été admis au service actif en 2008 ' selon les sources ) . Il est conçu pour protéger les côtes , les détroits et les bases navales .Il a  la capacité de tirer jusqu'à 32 missiles subsoniques . Le rechargement prend de 30 à 40 minutes . C'est un système mobile qui peut se déployer sur des rivages non préparés construit sur châssis  MZKT-7930 ( produit en Biélorussie ) . Il est composé de deux postes de commandement et de quatre TEL avec huit missiles anti-navires  Kh-35 /Kh-35U ainsi que des véhicules de rechargement . Son temps de déploiement est d'une dizaine de minutes  ( Voir schéma ci-dessous ) 

Si ce déploiement de missiles anti-navires est présenté par les chefs politiques et militaires Russes comme une volonté de sécuriser le trafic le long de la Route Maritime Nord il s'agit en fait d'une stratégie de déploiement de moyens de déni d'accès ( A2/AD) à peine masquée , surtout face aux puissances qui chercheraient à contester la souveraineté de la Russie sur cette voie maritime en y menant des opérations de  " liberté de navigation " . et dans un context où la Fédération de Russie a déposé de nouvelles réclamations sur le plateau continental Arctique qualifiée de " maximaliste " par certains experts occidentaux . 

Selon l'expert militaire Viktor MURAKHOVSKY cité par Izvestia le complexe " BAL " permettra au travers de ses capteurs d'assurer la veille du trafic civil mais surtout militaire dans les parties nationales et internationales du Sevmorput . Il sera un " œil terrestre " ajouté à l' " œil aérien " de l'aviation Russe avec lequel les navires qui  empruntent cette voie maritime doivent se sentir épiés . Epiés bien sûr par les " yeux de Moscou " . 

 Historiquement la stratégie de déni d'accès s’est matérialisée de façon défensive en protégeant le territoire en édifiant des fortifications littorales et/ou frontalières. On pouvait aussi – pour des puissances disposant d’une façade maritime – disposer de marines de guerre ou de flottes sous-marines capables d’affronter et de défaire en haute mer des flottes d’invasion. Cela nécessite très tôt la mise en œuvre de moyens technologiques capables d’identifier la menace au loin, à l’instar des stations radar établies sur la côte anglaise pour repérer les escadres de bombardement allemandes au temps de la bataille d’Angleterre.

Cette stratégie de déni d'accès consistait aussi à préparer le littoral contre une invasion en fortifiant les ports, en posant des mines terrestres comme des engins explosifs immergés et en préparant des plans de feu visant à repousser un assaut de vive force.

A ce titre ce projet de déploiement des systèmes " BAL " a été commenté par l'historien militaire de la flotte Russe Dimitri BOLTENKOV qui a souligné que la Russie avait déjà été confrontée à cette problématique de défense côtière et de ses communications maritimes lors de la Guerre de Crimée , lors de la Guerre Russo-Japonaise et lors de la Seconde Guerre Mondiale plus particulièrement en Crimée . Il faut évoquer l'échec du siège de PETROPAVLOVSK par une escadre Franco-Anglaise en 1854 dans ce qui n'était pas encore l'Arcto-Pacifique  mais qui désormais en fait partie

Notons que cette problématique fut aussi celle du Brésil qui envisageait de déployer dans les années 20 depuis la Guyane jusqu'à l'Uruguay une cinquantaine de forts semblables à celui du Fort de Copacabana à Rio de Janeiro . Les difficultés financières récurrentes n'ont jamais permis la réalisation de ce " Mur de l'Atlantique  Sud " 

 

Ultima Ratio Regum  : La souveraineté de la Russie sur le SEVMORPUT s'étendra jusqu'à la portée de ses missiles anti-navires  !
Ultima Ratio Regum  : La souveraineté de la Russie sur le SEVMORPUT s'étendra jusqu'à la portée de ses missiles anti-navires  !
Défense de Petropavlovsk en 1854 Défense de Petropavlovsk en 1854

Défense de Petropavlovsk en 1854

Les canons du fort de COPACABANA

Les canons du fort de COPACABANA

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Avril 2021

Vous ne manquerez pas de lire dans les heures qui viennent de nombreux commentaires , dont les analyses " indépendantes " d' " experts " de l'European Council on Foreign Relations comme Gustav GRESSEL , sur la militarisation de l'Arctique par la Russie à la suite d'un reportage de CNN . J'y reviendrai en notant juste que ces structures " en trèfle " qui préoccupent tant nos " experts " ont été construites d'après le RETEX du programme spatial Russo-Soviétique ( Stations orbitales Saliout et Mir ) .

Je braquerai dans cet article plutôt le projecteur sur l'exercice anti-terroriste qui s'est déroulé le 2 avril dernier au large du port de Dudinka , à l'embouchure du fleuve Ienisseï . Il est en beaucoup de points semblables à l'exercice " Rhéa " qui s'est déroulé en MEDOR le 13 Mars dernier qui a été amplement exploité par la propa.... La communication du MINARM et amplement relayé par une blogosphère Défense & GP complaisante . 

Comme pour l'exercice qui a mobilisé trois submersibles il devait être planifié depuis longtemps - deux mois - mais dans un contexte où les chefs politiques et économiques Russes ont remis à l'ordre du jour l'importance de la Route Maritime Nord suite à l'embouteillage du Canal de Suez par l' Ever Given il prend une importance plus grande que prévue .

C'est un exercice " classique " dans sa forme mais avec ses spécificités "Arctiques " puisqu'il incluait un assaut depuis la banquise avec des motoneiges et des véhicules semi-chenillés et à skis mis au point par les forces spéciales Tchétchènes . Une image furtive sur une vidéo de la Rosgvardia permet même de distinguer la présence d'un aéroglisseursur la banquise . Voici le scénario : " Dans l'un des neuf ports de la Route Maritime Nord , un groupe criminel organisé a saisi un porte conteneurs ( de classe Aker ACS 650 - NDLR voir video  ) est monté avec une cargaison d'explosifs à bord . Quelques minutes après avoir reçu le signal d'alerte les forces spéciales militaires et policières - dont la Rosgvardia NDLR - sont montés à bord et ont libéré des otages et sécurisé la cargaison " 

Cet exercice permet aux chefs politiques et militaires Russes de repousser les accusations selon lesquelles l'état Russe serait incapable d'assurer de manière indépendante la sécurité du trafic sur la Route Maritime Nord hors du cadre d'une " coopération internationale " ™© La présidence Russe considère pourtant depuis la publication de sa doctrine sur la sécurité dans l'Arctique le terrorisme comme une des menaces à laquelle doit faire face la Russie dans cette région .   Il met aussi en avant la Rosgvardia        [ site ] contre laquelle une campagne de presse haineuse et insidieuse s'est développé en Occident suite aux manifestations subversives pro-Navalnystes . Son directeur Viktor ZOLOTOV a ainsi été sanctionné par le Trésor Etasunien mais aussi par la Direction Générale du Trésor . Le général Viktor ZOLOTOV - sanctionné par la Direction Générale du Trésor il faut le rappeler NDLR - a  assisté personnellement à cet exercice antiterroriste ( voir photo ci-dessous ) . 

Donner l'assaut à un navire sur la banquise dans l'Arctique nécessite non seulement la maîtrise des techniques anti-terroristes mais de tout l'environnement d'un navire comme savoir ouvrir des panneaux de cales ou maîtriser le déplacement sur un pont glacé , des échelles huileuses ou dans les coursives . A ce titre le choix de porte-conteneurs de classe Aker ACS 650 est représentatif des navires qui peuvent emprunter cette route maritime . Les unités appelées à intervenir sur ce type de navires devraient accompagner dans le cadre de leur entrainement les équipages durant leur traversées pour se familiariser avec ces navires .  

Ce n'est pas le premier exercice anti-terroriste Russe dans l'Arctique , à l'exemple de cet exercice de 2017 qui se déroulait sur un pétrolier ou celui de 2018 à bord d'un brise-glace à propulsion nucléaire , mais c'est l'un des premiers dans la partie orientale du Sevmorput . Selon le site de Rosgvardia ces exercices se poursuivront par un raid en motoneige en autonomie sur la base aérienne de DIKSON . Ces dernières années le rôle de la Rosgvardia s'est accru dans la protection des infrastructures Russes de l'Arctique au rang desquels figurent neufs ports , les grands sites de GNL du projet YAMAL comme les brise-glaces à propulsion nucléaire ou la centrale nucléaire flottante " Akademik Lomonossov " .

 Ces exercices sont aussi l'occasion de tester du matériel comme des couvertures et des vêtements qui réduisent la signature thermique du combattant et des rations pour les zones polaires comme on peut le voir dans la deuxième vidéo . Peut-être les verra t'on dans une prochaine édition de l'exposition " une vie de soldat " au Musée des Invalides ?

Je ne peux pas terminer cet article sans une petite remarque un peu machiste : Beaucoup de présentatrices des journaux télévisés Russes qui couvraient cette actualité faisaient état de " militaires qui ont montré leur force , leur courage et leur caractère  ! "  

C'est aussi la réalité d'une Russie que l'on se refuse à voire ! 

Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique
Les forces spéciales Russes et la Rosgvardia conduisent un exercice anti-terroriste dans l'Arctique

Note : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Mars 2021

Il a eu les " brêles " de l'Armée d'Italie , les méharis de l'Escadron Blanc les buffles des BISE Brésiliens , les Yacks des troupes frontalières Chinoises , voici les rennes de l'infanterie de marine Russe dans l'Arctique !

 

Nos amis les animaux  : L'infanterie de marine Russe et ses rennes !
Nos amis les animaux  : L'infanterie de marine Russe et ses rennes ! Nos amis les animaux  : L'infanterie de marine Russe et ses rennes ! Nos amis les animaux  : L'infanterie de marine Russe et ses rennes !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Mars 2021

Vous vous souvenez tous de ce sketch du regretté Coluche sur les campagnes publicitaires combinées : La première semaine pour les dragées laxatifs et la seconde pour les produits de nettoyage " du sol au plafond " .

C'est plus ou moins ce que vient de faire la Marine Russe bien qu'un tel exercice est bien-sûr préparé depuis des mois. Alors qu'il y a tout juste 72h Rosatom™ trollait la société Evergreen™ pour qu'elle emprunte la Route Maritime Nord suite à l'embouteillage du Canal de Suez , la Marine Russe vient d'annoncer qu'elle vient de réaliser une première mondiale  dans le cadre de l'expédition Умка-2021 : Trois submersibles à propulsion nucléaire ont fait simultanément surface dans une banquise de 1,5 m d'épaisseur et l'un deux a procédé au tir d'une torpille sous la banquise  . Au même moment des Mig-31 ont survolé le Pôle-Nord . Ces Mig-31 sont affectés de manière permanente pour la protection des zones arctiques Russes et ont été ravitaillés par un Il-78.

Pour paraphraser la ministresse Florence PARLY : " L'Arctique ne doit pas rester une zone de non droit et la * liberté de nôvigôtiôn *™©  doit y être assurée " . Et bien c'est ce que vient de faire la marine Russe en veillant aussi à ce qu'elle ne reste pas une " zone de non droit " ©™ et que le droit - Russe - y ait force de loi ! 

L'expédition Умка-2021 se déroule sous la supervision du commandant en chef de la marine Russe l'amiral Nikolaï YEVMENOV qui a communiqué par visioconférence avec le chef de l'Etat Russe Vladimir POUTINE .

Celui-ci a déclaré que " Cette expédition dans L'Arctique n'a pas d'analogue dans l'histoire de la période Soviétique et celle de l'histoire moderne de la Fédération de Russie "  Le Président Russe a ensuite ordonné la poursuite des expéditions dans l'Arctique pour assurer la sécurité militaire de la Russie . Il estime que cette expédition démontre " la capacité de la marine Russe à opérer dans la durée aux latitudes Nordiques ".

Cet exercice se déroule dans la région de l'archipel François Joseph et de la terre d'Alexandra avec des conditions extrêmes puisque selon l'Amiral YEFEMOV " la température peut y atteindre -25°C , -30°C , la banquise une épaisseur de 1,5m et le vent une vitesse de 32m/s - 115Km/h" 

Il nécessite une connaissance parfaite de la banquise y compris de la partie immergée . L'exercice du tir de la torpille est en soi instructif car les différents capteurs de l'arme réagissent différemment sous la banquise et la torpille se déplace dans un environnement particulier de température et de salinité .

Cette connaissance de la banquise peut-être obtenue de différentes manières . L'un des premiers moyens est l'observation satellitaire . La Russie a justement procédé fin février au lancement du satellite Arktika-M destiné à la surveillance de cette zone . Il sera suivi en 2023 par le lancement d'un second satellite afin d'avoir une continuité de la surveillance de cette région . Les responsables Russes n'ont toutefois pas divulgué la présence de capteurs spécifiques dédiés à la mesure de l'épaisseur de la banquise .

L'observation aérienne . L'observation in situ avec des navires militaires de surface ou submersibles , de commerce ou au moyen de stations dérivantes ou de navires dédiés comme le " Severnyi Polus " lancé le 18 décembre 2020 aux chantiers de l'Amirauté . Les navires civils et militaires qui empruntent la Route Maritime Nord constituent d'excellentes plateformes pour collecter du " big data " sur la bathymétrie , les conditions de glace en relation avec les données météorologiques et les caractéristiques physico-chimiques de l'eau .

A ce titre la décision des grands sociétés de transport Occidentales comme Evergreen™ ou CMA-CGM™ - sous l'injonction du Président MACRON - de ne pas emprunter cette route prive l'Occident de ces données et c'est très bien ainsi !

Notons ici que l'injonction Macronienne aux compagnies de transport maritimes de boycotter la Route Maritime Nord a été très finement analysée par High North News qui y voit un moyen pour le président Français d'extorquer des concessions de la Fédération de Russie sur d'autres théâtres ( Syrie ? Centrafrique ? ) . 

COSCO™ pourra les collecter sans problèmes pour la MAPL et les méthaniers Russes qui livrent en ce moment un tsunami de GNL en Chine via cette route doivent aussi collecter un tsunami de données . Il faut noter que cette collecte a lieue depuis pratiquement 90 ans et le début des expéditions polaires Russo-Soviétiques .

Il reste enfin les réseaux d'hydrophones [ sonars] , fixes comme le réseau " Harmony " - МГК-608 ou dérivants , et bien sûr les drones - filoguidés comme le THESEUS Canadien ou autonomes de type " planant " - qui permettent de cartographier le fond marin mais aussi la partie immergée de la banquise tout en assurant une veille sonar contre des submersibles ennemis .L'Institut " Krylov " a ainsi développé un système de drones sous-marins capables de " forer " la banquise avec une tête chauffante pour communiquer avec un avion afin de lui désigner une cible qui a été repérée par des drones . ( voir images ci-dessous ) 

Ces réseaux d'hydrophones sont ainsi utilisés pour surveiller les icebergs qui approchent les plateformes off-shore de chargement de GNL et de pétrole dans l'Arctique Russe .

Sur le plan des opérations terrestres il faut signaler la présence d'unités Tchétchènes de la Rosgvardia Ces partie des exercices a été supervisée par le Président Ramzan KADYROV himself .

 

 

 

Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique . Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique . Умка-2021 : La Marine Russe assure la "liberté de navigation"©™ dans l'Arctique .
Les Tchétchènes - de la Rosgvardia - dans l'Arctique ... Les Tchétchènes - de la Rosgvardia - dans l'Arctique ...

Les Tchétchènes - de la Rosgvardia - dans l'Arctique ...

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Janvier 2021

L'un des derniers foyers de tension allumés par l'administration Etasunienne sortante a été de développer des " stratégies pour l'Actique " avec en autres avatars la publication de doctrines pour l' Us Navy   [ pdf ] ,  l'USCG et même une doctrine pour le Département de la Sécurité Intérieure [ pdf ] . Ces doctrines ont pour ambition , on s'en doute un peu , de lutter contre l'influence de la Russie mais aussi désormais de la Chine dans cette région . L'un des objectifs affichés de cette stratégie est de contrer la montée en puissance de la " Route de la soie Polaire " " Polar Silk Road "  que j'ai évoqué ce blogue dans le cadre d'un article sur le concept d' Arcto-Pacifique .

Si l'ex-Sénatrice  Sarah PALIN pouvait " garder un oeil sur la Russie " de la fenêtre de sa maison dans l'Alsaka , le Secrétaire d'Etat sortant Mike POMPEO pouvait lui "voir les traces des bottes Russes" dans l'Arctique ! 

L'un des axes majeurs de cette stratégie de " containment " et même de " roll-back " de la Russie mais aussi de la Chine dans l'Arctique était de doter l' USCG de brise-glaces à propulsion nucléaire . C'était du moins la situation au courant de l'été 2020 . Ces brise-glaces devaient même être armés selon certain projets . Cette flotte de brise-glaces se devait aussi d'être un " couteau suisse " des intérêts Etasuniens dans l'Arctique puisqu'ils devaient être capables à la fois d'assurer la surveillance des pêches dans le détroit de Béring , d'aider à la pose de câbles sous-marins , d'assurer leur intégrité et de servir de plateformes à drones aériens et sous-marins .  Le déploiement de cette flotte de brise-glaces était prévue pour 2029 avec en plus la construction d'un port en eau profonde pour l'abriter .  Certains analystes Etasuniens comme Dan GOURE voient dans la construction de cette infrastructure la possibilité d'un " effet de levier " stratégique qui obligerait la Russie à divertir des ressources militaires d'autres théatres d'opération pour contrer cette nouvelle menace . 

Un coup de froid vient d'être donné à cette stratégie ambitieuse avec l'annonce faite par le commandant de l'USCG ,  l'amiral Karl Leo SCHULTZ le 13 janvier 2021 : L'USCG renonce à équiper sa flotte de brise-glaces à propulsion nucléaire . L'amiral Karl SCHULTZ a affirmé qu'il se concentrait sur la stratégie " Six - Trois - Un " . " Nous avons besoin de six brise-glaces . Parmi eux trois doivent être des brise-glaces lourds ou Polar Security Cutters comme nous les appellons . Et nous en avons besoin d'un tout de suite "  La construction du premier Polar Security Cutter aux chantiers VT Halter Marine est censée commencer cette année pour des essais à la mer en .... 

Pour effectuer le " tuilage " des capacités opérationnelles de l'USCG dans l'Arctique l'amiral SCHULZ a évoqué l'idée de louer des brise-glaces ( au Canada , à la Finlande , à la Norvège , ... Voir tableau ci-dessous ) mais à rejeté l'idée de renforcer - " briseglaciser " des navires garde-côtes existants , du moins dans un premier temps !

Ceux-ci ont d'ailleurs d'autres lièvres de mer à courir : Traquer les " narcos " au large du bouchon de Darien , traquer les pêcheurs Pékinois au large de l'île de Guam et même dans l'Atlantique-Sud . La premiére option quand à elle peut engendrer des limitations quand à la nature des missions , en particulier si elles ont un caractère sécuritaire , d'exercice de souveraineté de l'état en mer ou militaire et non plus seulement logistique ou scientifique . Le cas peut se compliquer encore lorsqu'il s'agit de données scientifiques destinées à un usage militaire comme ce fut le cas avec la mission de l' USCGC Healy au cours de l'été 2020 . En octobre 2020 la frégate - armée - Norvégienne NoCGV Svalbard  a été déployée dans la Mer de Béring pour récupérer des bouées immergés sur le fond marin , une mission auparavant assignée à l' USCG Healy .   L'USCG ne dispose que de deux brise-glaces de type " slush-breaker "™© , l'un d'entre eux , l' USCGC Healy est resté indiponible pendant des semaines suite à un incendie survenu en aout 2020 et l'autre , l' USCGC Polar Star , est agé de 44 ans ... 

Il est fort probable que pour la décennie qui s'ouvre la Russie restera la seule nation à disposer de brise-glaces à propulsion nucléaire ; capacité qu'elle partagera peut-être au cours ou à la fin de cette période  avec la Chine ?  

Pour comprendre l'utilité d'un brise-glace à propulsion nucléaire comme l'Arktika qui vient d'être lancé par la Russie au mois de septembre 2020 dans la maîtrise de l'Arctique il faut regarder la mésaventure survenue au navire de ravitaillement Russe Sparta III en décembre 2020-janvier 2021  

Ce navire dont la mission est de ravitailler les bases militaires Russes de l'Arctique s'est retrouvé prisonnier des glaces le 13 décembre dernier dans l'embouchure du fleuve Iénissei au cours d'un trajet Dudinka -Arkhangelsk . Son capitaine avait très probablement refusé de se conformer à l'ordre d'interdiction de naviguer émis par l'administration de la Route Maritime Nord en raison des conditions de glace . Au bout de trois semaines ce porte-conteneurs chargé du ravitaillement des bases militaires Russes dans l'Arctique a été délivré par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach envoyé par la compagnie Rosatomflot  C'est au bout de seulement 19 heures après l'accord de remorquage avec Rosatomflot que le navire a pu être remorqué . Le Sparta III navigue désormais vers la mer de Barents escorté par le brise-glace Amiral Makarov .

On peut analyser - et même polémiquer sans raisons comme le font les feuilles de chou électroniques Otaniennes The Barents Observer  ou High-North News -  de diverses manières cette odyssée . Voici mon analyse : Une mission logistique de ravitaillement de bases mlilitaires dans l'Arctique a été remplie grâce au déploiement d'un brise-glace à propulsion nucléaire , en moins d'une journée , même si elle a été interdite au départ en raison de conditions de banquise extrêmes ! 

 

 

Polar Security Cutter

Polar Security Cutter

Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis . Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis .
Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis .
Le porte-conteneurs Sparta  III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach Le porte-conteneurs Sparta  III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach

Le porte-conteneurs Sparta III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach

Voir les commentaires

Repost0