brics - ibas

Publié le 10 Octobre 2011

Aprés la proposition faite il y a quelques mois par Mme Dilma Rousseff de racheter la dette de l'ex-colonisateur Portugais  [ lien ] , proposition à laquelle se sont joints  l'Angola et même le ....Timor[ lien ] [ Eh Wi ! La roue tourne ...] , c'est au tour de la Russie de proposer le rachat d'une partie de la dette Espagnole .Le conseiller du Président Dmitri Medvedev pour les affaires économiques ,  Arkady Dvorkovich , vient d'annoncer que des contacts ont eu lieu en ce sens entre l'ex-Ministre des finances Russe Alexei Koudrine , le MAE Russe Serguei Lavrov et la Ministresse Espagnole des finances , Mme Elena Salgado . [ lien ]

 

La situation est d'autant plus croustillante que l'économie rejoint ici les questions de défense et de géostratégie .

 

Lors d'une réunion préparatoire du dernier sommet de l'OTAN à Lisbonne , certaines voix Portugaises s'étaient élevées pour que le Portugal soit reconnu comme  le " fondé de pouvoir de l'OTAN " dans l'Atlantique Sud dans une zone comprenant les côtes Brésiliennes et Angolaises . L'ex-MD Brésilien , Nelson Jobim , avait alors poliment mais fermement décliné cette proposition et renvoyé les Portugais à leurs études de géographie [ Atlantique Nord c'est pas Atlantique Sud ! ] , de géostratégie [ La côte Ouest de l'Afrique et l'Atlantique Sud cela fait parti désormais de NOS  interéts stratégiques ! ] et surtout d'économie sur le ton de " Arrêtes de taquiner le Porto ! Tu t'es déja regardé dans un miroir , espèce de clochard ,  avec tes fringues en guenilles ? " Le off de l'intervention de M.Jobim à Lisbonne étant proche de cette tirade imaginaire .[ lien vers article ] et [ lien vers article ] 

 

De son côté , l'Espagne a donné son accord  il y a quelques jours pour le stationnement d' éléments navals - destroyers AEGIS - de la DAMB que les Etats-Unis et l'OTAN veulent déployer en Europe .

Chacun sait que la Russie considére cette DAMB comme une menace dirigée contre sa capacité de riposte nucléaire .[ lien ]

La question est donc de savoir si la Russie va essayer de mettre en oeuvre ce que les Anglo-Saxons appellent la " linkage diplomacy " , cad espérer obtenir des concessions politiques ou géostratégiques  , en l'occurence sur la position de l'Espagne vis à vis de la DAMB , en échange d'une aide économique?

Cette question mérite d'être posée puisqu'il y a juste 11 mois , la Russie refusait d'inclure des titres de la dette Espagnole , mais aussi Irlandaise , parmi ses investissements ! [ lien ]

 

 Francisco Franco avait en son temps " monnayé " la présence de bombardiers stratégiques Etasuniens en échange d'une aide économique et militaire Etasunienne pour essayer de reconstruire l'Espagne aprés la SGM . Il y a t'il eu des accords semblables concernant le stationnement des éléments de la DAMB de l'OTAN en Espagne avec , c'est une hypothèse , la garantie d'un prêt du FMI ou des autres états Européens membres de l'Alliance ?

 Espérons juste pour les Espagnols que cet accord n'engendrera pas d'"incidents " - la destruction en vol d'un avion civil par un missile par exemple * - semblables à celui de Palomares ![ lien ]

 

La déclaration de M. Dvorkovich pouraît toutefois être d'un grand secours pour les finances Espagnoles . Lors de la crise financière qui a frappé l'Islande , l'annonce d'un prêt Russe à l'île ruinée avait provoqué le " déblocage " instantané  des fonds du FMI et de plusieurs états Scandinaves ! La menace de voir les bombardiers stratégiques Russes déployés sur un aéroport Islandais étant à mon humble avis pour beaucoup dans cette générosité soudaine que de précédentes déclarations péremptoires de ce  FMI et de ces états Scandinaves ne laissaient en aucune manière présager . Seuls le Zimbabwe ,  le Burkina-Fasso et le Bouthan n'ont pas alors proposé une aide économique à l'Islande . Ils sont excusés . [ lien ]

 

La situation de l'Espagne et surtout du Portugal fait apparaître en Europe ce que je nommerais le " complexe de la souris qui veut rugir " . [ voir image ]

L'Espagne et surtout le Portugal sont ou sur le point de l'être des états-faillis économiquement mais qui cherchent à s'imposer dans l'aréne diplomatique - n'oublions pas que le Portugal fait parti des " puissances " qui veulent imposer des sanctions à la Syrie - ou géostratégique .

 Or force est de constater qu'ils n'ont plus qu'à proposer leur " corps " - comme une vulgaire prostituée -  cad leur " rente géographique et géostratégique " pour essayer de vouloir jouer ce rôle .

Le Portugal avec sa position d'ouverture sur l'Atlantique et avec les Açores , l'Espagne avec sa façade qui donne sur le " nouveau Maghreb " .

"Que l'Espagne accueille cette composante du système est dû à sa position géostratégique et à sa condition de porte d'entrée de la Méditerranée. Concrètement, les Etats-Unis vont déployer un total de quatre navires [de guerre], dotés du système [de détection et de guidage de missiles] Aegis, qui seront basés à Rota" a ainsi expliqué M. Zapatero .

 

Sur le plan du soft power si l'Espagne peut encore se targuer d'une influence au sein de l' Hispanosphére - voir le ton commninatoire avec lequel M. Juan Carlos de Bourbon  s'était adressé au Président Hugo Chavez - le Portugal a cédé sa place de prima inter pares au Brésil au sein de la Lusosphère et ceci malgré  toutes les rodomontades que l'on peut encore écouter à Lisbonne .  

 

Un autre dossier qu'il sera aussi intéréssant de suivre si l'on admet que la " linkage diplomacy " fait partie de la réalité des relations internationales est l'annonce d'un prêt de 2,5 milliards d'euros par la Russie à Chypre .

" Si tout se passe comme prévu, ce sera un prêt au taux de 4,5% annuels sur une durée de quatre ans et demi à partir de janvier 2012 " a annoncé le porte-parole du gouvernement Chypriote , M. Stefanos Stefanou .[ lien  ]

En clair la Russie cherche à s' " offrir " une partie de l'île de Chypre - regardez une carte - comme un vulgaire millionaire Allemand chercherait à racheter une île de la Mer Egée .

 M. Stefanos Stefanou a t'il des raisons de penser que " tout ne se passe pas comme prévu " ?[ lien ] 

 

  * Tout le monde sait que c'est " impossible " , surtout hors période de tensions internationales comme dans le cas de l'USS Vincennes !   .[ lien ]  

 

© Daniel BESSON - 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #BRICS - IBAS

Repost0

Publié le 7 Octobre 2011

Le 24 octobre prochain à 6h00 , le gouvernement de l'Etat d'Amazonas va inaugurer un pont routier sur le Rio Negro , un des deux affluents qui se réunissent pour former  l'Amazone à Manaus .

D'une longueur de 3503 m [ 3595 m avec les rampes d'accés selon les normes internationales ] , le projet du Ponte Rio Negro-Iranduba aurait du être mis en service en 2010 mais un accident lors de la construction , la chute d'une travée , a retardé l'innauguration .Le pont disposera de 4 voies , deux pour chaque sens de circulation , d'une voie piétonne et d'une piste cyclable . La largeur du tablier sera de 20.70 m . Il permettera le passage sous la travée centrale de transatlantiques , y compris en période de crues de l'Amazone . Ce sera le plus grand pont fluvial du Brésil .

 

Pourquoi en parler ?

 

 1- Par ce que les ponts ont des fonctions géopolitiques . Ils réduisent par effet d'anamorphose parfois de manière spectaculaires les distances entre les régions ou permettent de " rattacher " des périphéries . J'en ai déja parlé dans ce blogue à propos de la Russie . [ lien vers article , lien vers article et article ] .  

 Dans le cas de Manaus , une " île urbaine " au milieu de l'Amazonie presque une " cité-état  " comme Singapour ,ce pont va permettre de relier la cité à un tissu routier . Auparavant la traversée de l'Amazone [Rio Amazonas ,  Rio Negro ,  Rio Solimoes ] se faisait par des barges et coutait prés de 50 euros pour les poids-lourds .Ce pont va ainsi permettre de " connecter " encore plus , l' " île urbaine de Manaus " au bloc continental Brésilien . Le " modéle archipélagique " du Brésil dressé par le général Golbery do Couto e Silva dans les années 60 perd un peu plus de son actualité pour devenir obsoléte .

 

 2- Personne n'en parle dans le monde Francophone , sauf de manière épisodique sur un ou deux sites spécialisés , alors que la chaîne CNN pour ne citer qu'elle a déja effectué plusieurs reportages sur ce sujet . Je réponds ainsi à la demande de ma belle-soeur et de mes beaux-frères qui s'étonnent qu'on n'en parle pas en France .

 

 

 3- L'association des mots " infrastructure " et " Amazonie " a le don de faire se dresser sur la tête les cheveux longs et cradingues des environnementalistes et des indigénistes comme les piquants des hérissons . Ce n'est pas là le moindre des plaisirs que je m'octroie en écrivant cet article .

Pour les " écologistes à crânes rasés  "de la mouvance identitaire la remarque reste valable pour leurs ersatz de tifs . Il faut signaler ici que le gouverneur de l'état d'Amazonas ,Omar Aziz , est un Arabo-Brésilien . Les Khmers-Verts locaux ont bien essayé de s'opposer à ce projet au nom du code forestier Brésilien qui interdit la modification des berges des cours d'eaux sur une profondeur de 30 m . N'ayant pas trouvé de Raoni local pour internationaliser leur cause , leur activisme est resté confidentiel . Seul The Guardian qui cite Greenpeace Amazon , on s'étonne de pouvoir encore s'étonner , leur a donné un écho [ lien ] . Il a reçu une réponse  claire et nette du secrétaire de la région métropolitaine de Manaus qui a évoqué les dégats occasionés par la plateforme Deepwater Horizon  de la société BP [ lien ] . On notera dans la vulgate du représentant de Greenpeace Amazon , l'allusion à " l'invasion des * étrangers *  " ! [ lien vers article ]

  

4- La construction de ce pont témoigne de la vitalité du Brésil - un des états du groupe BRICS - et plus particulièrement de la cité de Manaus . " île urbaine " au milieu de l'Amazonie , Manaus a connu une prospérité à la fin du XIX éme siècle et au début du XXéme siécle avec l'exploitation de l'Hévéa avant de retomber dans la léthargie aprés ce qui peut-être considéré comme le premier acte de biopiraterie de l'histoire :Le vol des semences de l'Hévéa par un aventurier Anglais . La mise en place d'une " zone franche " par le gouvernment militaire n'avait jamais tiré la ville de cette léthargie . Or depuis une dizaine d'années , la ville a " poussé comme un champignon " et le manque d'infrastructures se faisait de plus en plus cruellement sentir . La cité a commencé par se doter d'un Sambodrome - Oui , " ça " existe - pour la fête du boï-bumba , signe ostentatoire de son statut  de " nouveau riche " , et aprés le pont sur le Rio Negro la ville va se doter d'un monorail et on évoque même un projet de métro sous-terrain ! Le projet d'un autre pont fluvial , sur le Rio Solimoes , est aussi dans les cartons . Celui-ci a déja un nom : " Le pont de l'intégration nationale " dont la fonction géopolitique sera de relier la cité de Manaus au " reste du Brésil " à travers la BR 319 . [ Lien ] et  [ lien ]

Le pont sur le Rio Negro devient le symbole de cette prospérité retrouvée au même titre que le Teatro Amazonas témoigne de la prospérité de l'ère du caoutchouc .

 

5- Les cérémonies inaugurales au Brésil ont ce caractère gemütlich - gentillet - qu'elles ont perdu en Europe . L'ére des grands percements Alpins terminée , seuls les chantiers du viaduc de Millau ou du tunnel sous la Manche peuvent donner une idée de ce que sont ces cérémonies au Brésil , et encore avec beaucoup de différences . On y rencontre ainsi non seulement les officiels -  gouverneurs , ministres , chefs militaires toujours présents  - mais aussi les cadres et les plus modestes des terrasiers . Tous ensemble sont unis dans une , le mot n'est pas trop fort , communion qui transcende les classes sociales . A l'occasion , tout le monde porte le même tee-shirt inaugural ou le même casque :  On fait parti de la confrérie - de la secte - des pontonniers comme on fait parti de la confrérie des " barragistes " . Un temps tombée en désuétude , cette " coutume " a été remise au gout du jour par le Président Lula da Silva lors du lancement du premier pétrolier construit au Brésil depuis 20 ans .

 

On a peu de chances de retrouver cet état d'esprit dans une Europe en crise et en proie à la dictature du politiquement correct écologiste . Ainsi je doute que les cadres et ouvriers du chantier de l'EPR de Flamanville puissent afficher la même fierté que leurs homologues Brésiliens : Ils vont plutôt raser les murs ! De la même manière , on ne voit plus aujourd'hui cadres et ouvriers s'afficher ensemble sous nos latitudes , qui plus est vétus du même " uniforme " . Autres latitudes , autres moeurs !

 

6- Ce pont sur le Rio Negro " a de la gueule " !

 

 Il ne manquera qu'une chose le 24 octobre 2011 à Manaus : La " patte " du cinéaste Franco-Brésilien Jean Manzon qui a su si bien décrire dans ses films institutionnels les grands projets infrastructurels Brésiliens des années 60-70 . On peut les regarder d'un air narquois comme on regarde certains documentaires de propagande Soviètiques , mais ils témoignent de l'immense foi en l'avenir et dans le progrés d'un peuple et de ses chefs politiques . Un rêve dans les années 60 et 70 qui est en train de devenir une réalité : Une réalité d'acier et de béton et au milieu de l'Amazonie .



Mais le pont sur le Rio Negro  ne sera pas le plus grand pont Brésilien ! Le gouvernement de l'état de Bahia a annoncé la construction d'un pont de 12 km de long . Le "ponte salvador itaparica" sera doté de huit voies dont deux exclusivement pour les camions  [ lien ]  

 

Documentation : Photos 3D du projet 

 

Ponte sobre o Rio Negro 4 full (Foto: Alex Pazuello/Agecom)

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #BRICS - IBAS

Repost0

Publié le 25 Septembre 2011

Les techniciens du Ministère Brésilien des Télècommunications ont présenté au sommet technique de l'UNASUL qui s'est déroulé  le 31 aout dernier à Rio de Janeiro  leur projet de maillage du continent Latino-Américain en haut-débit avec des fibres optiques . Il s'agit de relier toutes les dorsales internet des pays membres de l'UNASUL par un réseau de fibre-optique en topologie ouverte dont la longueur approcherait les 10 000 kilomètres .

" La décision finale dépendra de chacun des états membres de l'UNASUL . Il faudra ensuite effectuer les études techniques pour mettre en place cet anneau " a précisé début août Artur Coimbra , directeur du Département du haut-débit au Ministère Brésilien des Télècommunications .

Depuis les négociations politiques ont avancé et un accord est prévu avant la fin du mois de septembre , une réunion des ministres des pays concernés devant se tenir au mois de novembre . Il reste à finaliser les détails financiers et législatifs .

L'objectif final est d'augmenter le débit transmis et réduire les couts de communication .

Un utilisateur Péruvien qui veut établir une communication haut-débit avec le Brésil doit passer par un câble sous-marin dans le Pacifique vers les EU , " basculer " d'océans , et repartir vers le Brésil au travers d'un câble sous-marin dans l'Atlantique .

L'autre avantage est purement liè aux capacités de transfert de données du Brésil vers le monde extérieur : Actuellement le Brésil dispose de trois sorties indépendantes au travers de câbles transocéaniques .

Grâce à cet anneau Sud-Américain de fibre-optique , le Brésil pourra avoir accés aux câbles transocéaniques qui aboutissent sur l'autre rive du continent Sud-Américain .

 

On reconnaît ici le projet de multimaritimisation du Brésil qui cherche au travers de voies-ferrées et de routes [ lien ]  à se projeter dans l'Océan Pacifique et les Caraïbes et devenir ainsi un acteur global .

 

Au delà de l'aspect économique , ce projet pourra avoir des conséquences socilogiques : L'augmentation à un cout moindre du trafic entre les états Hispanophones d'Amérique du Sud et le Brésil Lusophone pourraît développer l'usage du Portuñol qui aurait le statut de langue officielle de l'UNASUL-UNASUR .

  

Le Brésil envisage aussi de poser deux câbles transocéaniques , l'un à destination de l'Europe et l'autre à destination des EU . Ces deux câbles auront pour point de départ Fortalezza au Céara .

Le câble à destination de l'Europe permettera par exemple d'évacuer les communications Chiliennes dont le trafic est le double de celui du Brésil à destination de l'Europe en raison de la présence au Chili de deux observatoires astronomiques .C'est ce trafic qui d'ailleurs en assurera la rentabilité dans un premier temps .

Le projet prévoit une interconnexion avec l'Afrique , mais là il s'agit plus de politique - en fait de géopolitique ! - que d'économie , la demande ne justifiant pas actuellement un tel investissement de la part du Brésil ou de l'Angola .  

Il s'agit de relier le Brésil aux états Lusophones d'Afrique - et ensuite au reste de l'Afrique - et plus particulièrement avec l'Angola .

L'interconnexion des deux câbles , l'Européen et l'Africain devant se faire en cas d'aboutissement du projet au Cap-Vert ou aux Açores .

 

Il s'agirait ainsi de relier physiquement via un câble sous-marin le Brésil à la façade Ouest de l'Afrique , une zone que le Brésil considére comme faisant parti de ses interêts stratégiques . Des interêts qui peuvent d'ailleurs l'opposer à la France ou au Portugal  ! Le Brésil pourrait ainsi accroître de manière significative ses flux de données à destination de l' Afrique et concurrencer le câble ACE ,  [  Africa Coast to Europe ] et donc le lien tissé avec l'Europe , plus particulièrement avec la France et le Portugal .

  

Mais le projet à une composante plus ambitieuse  : Créer un réseau IBAS : Inde - Brésil - Afrique du Sud et relier accesoirement  l'Inde à l'Europe  via la route des " grands navigateurs " - via le Cap de Bonne-Espérance - qui éviterait l'Egypte qui a annoncé qu'elle n'autroriserait plus de nouvelles installations dans le Canal de Suez .

Un câble existe déja entre l'Inde et l'Afrique du Sud -  SEACOM -  et il ne reste plus qu' à poser ce " chaînon manquant non ACE " qui relierait l'Afrique du Sud à l' interconnexion définie plus haut via l'Angola et ensuite au Brésil  !

 

 

 

Source :

Brasil quer interligar backbones de toda a América do Sul

http://convergenciadigital.uol.com.br/cgi/cgilua.exe/sys/start.htm?infoid=27487&sid=8#.TnpUNvHHaMg.facebook

Integração sulamericana vai viabilizar novos cabos submarinos para EUA e Europa

http://convergenciadigital.uol.com.br/cgi/cgilua.exe/sys/start.htm?=&infoid=27712&sid=8 

 

 

 Via le blog ISAPE de l'Institut Sud-Américain de Politique et de Stratégie . Abraços !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #BRICS - IBAS

Repost0

Publié le 31 Août 2011

MOSCOU, 31 août - RIA Novosti

Le ministre Brésilien des Affaires étrangères, Antonio de Aguiar Patriota, se rendra à Moscou le 3 septembre prochain pour une visite de deux jours, a annoncé mercredi à RIA Novosti le porte-parole de la diplomatie russe, Alexandre Loukachevitch.

"Cette visite doit marquer une nouvelle étape dans le renforcement du partenariat stratégique entre la Russie et le Brésil et donner un nouvel élan à la coopération russo-brésilienne tous azimuts", a fait savoir M.Loukachevitch.

"Le Brésil est le premier partenaire commercial de la Russie en Amérique latine et l'un des trois plus importants partenaires commerciaux de Moscou dans le monde", a souligné le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Les pourparlers entre le ministre brésilien et les hauts responsables russes seront axés notamment sur la coopération dans les domaines tels que l'exploration de l'espace, l'énergie, le nucléaire, l'industrie pétrogazière, les technologies de pointe et l'agriculture.

En outre, le programme de la visite du ministre brésilien à Moscou prévoit des discussions portant sur la situation au Proche-Orient et en Afrique du Nord, ainsi que dans d'autres "points chauds" de la planète .

 

Antonio de Aguiar Patriota, ministre brésilien des Affaires étrangères

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #BRICS - IBAS

Repost0