Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 23:05
Premier atterrissage après une série de tests, lors d'exercices près de Pskov (nord-ouest) de la 76e division aéroportée, d'un nouveau véhicule de débarquement avec un équipage à bord, le 25 mars 2010. Les exercices ont été suivis par des attachés militaires de treize pays, dont la Chine, le Pakistan, le Japon, les Etats-Unis, l'Allemagne, la France et l'Italie.



 



Note de l'Editeur :
Il ne s'agit pas en soi d'une première , puisque dés le début des années 30 sous l'impulsion du Maréchal Toukachevsky de tels exercices étaient communs en URSS .

 



Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 22:43

MOSCOU/LONDRES, 25 mars - RIA Novosti

L'Armée de l'air russe a démenti jeudi la déclaration du ministère britannique de la Défense selon laquelle des bombardiers stratégiques russes Tu-160 avaient violé l'espace aérien britannique le 10 mars dernier.

"Les bombardiers stratégiques Tu-160 ont effectivement patrouillé au-dessus des océans Glacial arctique et Atlantique le 10 mars dernier. Mais ils n'ont violé aucune frontière", a indiqué le porte-parole de l'Armée de l'air Vladimir Drik.

Le ministère britannique de la Défense a déclaré jeudi que des chasseurs de la Royal Air Force avaient décollé d'urgence après que deux bombardiers Tupolev-160 ont passé quatre heures dans l'espace aérien britannique en survolant l'île Lewis, qui fait partie de l'archipel britannique des Hébrides (au nord-ouest de l'Écosse).[ 1 ] Selon le ministère, deux chasseurs Tornado F3 rattachés à la base de Leuchars, en Écosse, ont escorté les bombardiers russes qui ont bifurqué vers le sud, se dirigeant vers la côte irlandaise, avant de faire demi-tour vers le nord et de quitter l'espace aérien britannique. Le ministère britannique a diffusé des photos sur lesquelles figuraient de petits chasseurs britanniques escortant des avions russes plus gros dont l'un porte l'inscription Vassili Rechetnikov.

Vladimir Drik a rappelé que la Russie avait annoncé le 12 mars dernier le succès d'une mission de patrouille effectuée par deux bombardiers stratégiques supersoniques Tu-160. Selon lui, les bombardiers ont survolé les eaux neutres de l'Arctique et de l'Atlantique nord pendant 11 heures sous l'escorte de deux F-16 norvégiens et de deux Tornado britanniques.

L'aviation stratégique russe survole régulièrement l'Arctique, l'Atlantique, la mer Noire et le Pacifique dans le cadre de programmes de formation aérienne. "Ces missions se déroulent en stricte conformité avec les règles internationales d'utilisation de l'espace aérien au-dessus des eaux neutres, sans violer les frontières des autres États", a précisé Vladimir Drik.

Liens :

[ 1 ] The moment RAF jets intercepted Russian bombers flying in British airspace

They intercepted the Russian warplanes in international airspace near Stornoway, on the Isle of Lewis, and took photographs of the bombers glinting in the early morning sunshine against a clear blue sky

On ne se lasse pas de comparer le titre de l'article de la presse jaune Britannique et son contenu ...........
Les photographies ont été prises EN DEHORS de l'espace aérien Britannique !


http://pelotonjim.files.wordpress.com/2007/09/russians_are_coming_the_russians_are_coming.jpg

http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2010/03/24/article-1260381-08DAB287000005DC-729_634x330.jpg
http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2010/03/25/article-1260381-08DAB332000005DC-800_634x266.jpg
Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 13:14

Alors que la Russie s'apprête à commémorer dans la première décade du mois d'avril la première opération aéroportée réalisée au Pôle-Nord en 1949 par les parachutistes  Soviétiques Vitaly Volovich et  Andrei Medvedev  et l'atterrissage de deux planeurs Yak-14 le 5 avril  1950  en y organisant un parachutage , une annonce faite l'année dernière par le général Vladimir Chamanov [ 1 ]  , les centres analytiques Anglo-Saxons commencent à battre le rappel pour une nouvelle campagne contre la Russie .
Le branle vient d'être lancé par le prestigieux centre analytique Britannique Chattam House qui y voit une manière pour la Russie de détourner sur le plan militaire le débat juridique et scientifique sur le partage de l'arctique aux Nations-Unies .[ 2 ]
La géopolitique a ses constantes et on ne peut s'étonner de ce rappel Britannique sur la " propriété commune " de la " haute mer  " .
On peut par contre s'interroger sur la pauvreté argumentaire des membres  de cette institution :
- La Russie incapable de prouver scientifiquement ses revandications essaye de détourner  le dossier sur le plan militaire .
- Il s'agit d'une opération de propagande du régime destinée à faire vibrer la corde du " joujou nationalisme " Russe .

Mais peut être est ce aussi la marque de l'impuissance  d'une nation habituée à régenter " les choses de la mer " et qui ne dispose d'aucun levier , mis à part des " garanties" à accorder à la Norvège pour ses installations off-shore dans la Mer de Barents ,  pour intervenir dans ce dossier ?
Comme le dit le proverbe " Le chien qui aboie , ne mord pas ! "



Liens :
[ 2 ] Russia and the Arctic: Parachuting In - Article de Roger Howard pour l'édition d'avril 2010 de The world  today .

Articles associés :
[ 1 ] Vladimir Chamanov : Des parachutistes Russes au Pôle-Nord en avril 2010 .

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 18:07


MOSCOU, 19 mars - RIA Novosti

Des exercices de bombardiers stratégiques russes Tu-95MS de trois jours se sont achevés jeudi dans les régions arctiques, a annoncé vendredi le porte-parole du ministère russe de la Défense pour l'Armée de l'air Vladimir Drik.

"Pendant trois jours, les équipages des avions-ravitailleurs Iliouchine Il-78 et des bombardiers porte-missiles stratégiques Tupolev Tu-95MS se sont entraînés à piloter et à effectuer un ravitaillement en vol" dans une région dépourvue de repères par un mauvais temps, a indiqué le porte-parole.

Les avions ont décollé des bases aériennes de Riazan (200 km au sud-est de Moscou) et d'Engels (région de Saratov, Volga).

L'Aviation russe à long rayon d'action survole régulièrement l'Arctique, l'Atlantique, la mer Noire et le Pacifique dans le cadre de programmes d'entraînement. Ces missions se déroulent en stricte conformité avec les règles internationales d'utilisation de l'espace aérien au-dessus des eaux neutres, sans violer les frontières des autres États, a conclu M.Drik.

http://fr.beta.rian.ru/images/18628/63/186286373.jpg

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 21:47
Abstract :
Two Russian Tu-160 Blackjack strategic bombers that carried out a routine patrol mission over the Arctic and Atlantic Oceans were shadowed by four NATO fighters, the Defense Ministry said on Friday.

MOSCOU, 12 mars - RIA Novosti
Des appareils de l'aviation stratégique russe ont exécuté jeudi une mission de patrouille au-dessus de l'Arctique et de l'Atlantique, a annoncé vendredi à RIA Novosti le porte-parole des Forces aériennes, le lieutenant-colonel Vladimir Drik.

"Deux bombardiers stratégiques supersoniques Tu-160 ont réussi une mission de patrouille au-dessus de l'Arctique et de l'Atlantique nord", a-t-il déclaré, ajoutant que "les avions étaient escortés par deux F-16 norvégiens et deux Tornado britanniques".

"La mission a duré près de 11 heures", a indiqué M.Drik.

Selon lui, l'aviation stratégique russe survole régulièrement l'Arctique, l'Atlantique, la mer Noire et le Pacifique dans le cadre de programmes d'entraînement de pilotes, notamment afin de les familiariser avec les techniques de ravitaillement en vol, a rappelé le militaire.
 
Ces missions se déroulent en stricte conformité avec les règles internationales d'utilisation de l'espace aérien au-dessus des eaux neutres, sans violer les frontières des autres États, a-t-il encore souligné.

http://fr.beta.rian.ru/images/18623/37/186233741.jpg



Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 19:40

http://fr.beta.rian.ru/images/18618/22/186182267.jpg

Abstract : A french warship will sail in mai 2010 for Severomorsk , home of the Russian  Nothern Fleet for naval drills .

SAINT-PETERSBOURG, 4 mars - RIA Novosti
Un bâtiment de guerre de la Marine française se rendra en mai 2010 à Severomorsk, base principale de la Flotte russe du Nord, pour participer à des manœuvres avec des navires russe, a annoncé jeudi à Saint-Pétersbourg le chef d'état-major de la marine française Pierre François Forissier. [ Voir vidéo de la visite et interview de l'Amiral Pierre François Forissier ]

"L'arrivée du navire français coïncidera le 9 mai avec le 65e anniversaire de la Victoire", a indiqué M.Forissier, en visite en Russie.

"Cette visite est très importante pour nous. Primo, c'est le 65e anniversaire de la Victoire et secundo, l'année 2010 est l'année croisée Russie-France", a ajouté le chef d'état-major de la marine française, soulignant que la coopération russo-française se développait activement ces dernier temps.




 Bibliographie conseillée :

Attaché naval à Moscou - Contre amiral Peltier - France Empire - Paris - 1954




Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 14:32

D'apres la Presse Canadienne

EDMONTON - Les soldats canadiens se préparent à pénétrer plus profondément que jamais dans l'Arctique, question d'y réaffirmer la souveraineté du pays.

Mais cette fois, ils pourront compter sur l'aide de soldats danois, même si le Danemark est un des principaux rivaux du Canada pour le contrôle de la région.

En avril, une équipe danoise en traîneau à chiens se joindra à quelque 150 soldats et Rangers canadiens pour patrouiller l'extrémité nord de l'île d'Ellesmere et pour s'aventurer sur la glace marine.

Les soldats étudieront la condition de la glace et de l'eau, feront l'essai de nouvelles technologies de communication, s'entraîneront à se déplacer sur des radeaux de glace en mouvement, et étudieront les effets sur la santé de la solitude, du froid et du noir.

Le général David Millar explique que d'apprendre à travailler avec les armées d'autres pays arctiques est essentiel pour le succès des opérations de recherche et sauvetage.

 

Note de l'Editeur :

 

L'unité Danoise qui va mener ces patrouilles avec l'Armée Canadienne sera trés certainement la " patrouille Sirius " .

Elle a repris ses missions de surveillance sur la banquise Groenlandaise le 20  Janvier dernier  .[ 1 ] 

Dans le cadre des exercices Northern deployment 09' , les marines et forces aériennes Canadiennes et Danoises ont déja effectué des missions communes dans l'arctique , principalement des exercices de sauvetage . Ces exercices ont montré le manque d'un port en eaux profondes nécessaire aux opérations de secours dans le cas d'une avarie survenant sur un paquebot de tourisme .[ 2 ] 

 

 

Liens :

 

[ 1 ] Sirius teams begin annual patrols - Article de Sermitsiaq-gl du 11 février 2010 .

[ 2 ] Denmark's  Arctic  Assets  and  Canada's  Response  —
Northern Deployment 2009:  Danish Navy & CCG in the High Arctic
- Article de la Canadian American Strategic Review - septembre 2009 .

 

http://sermitsiaq.gl/multimedia/archive/00038/Sirius_7_feb_2010_38424l.jpg

 

http://sermitsiaq.gl/multimedia/archive/00038/Sirius_3_feb_2010_38419l.jpg

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 23:20
Abstract : As sabbers are rattling on the Arctic-Baltic axis , Scandinavians and Poles are trying to desarm Russia through a campaign in corporate medias for the abolition of tactical nukes .
This new campaign launched by the MFA of Sweden Carl Bildt and the MFA of Poland Radek Sikorski through  an Op-Ed in the NYT  is now relayed by a letter of the MFA of Norway Jonas Gahr Støre to Nato general secretary Anders Fogh Rasmussen .

C'est la " deuxième couche " d'une offensive mediatique  qui vise à désarmer la Russie dans l'espace Arctique-Baltique en y proposant la suppression des armes nucléaires tactiques .
Trois ministres des affaires étrangères de l'Union Européenne associés au MAE Norvègien Jonas Gahr Støre dont le pays héberge les manoeuvres de l'Otan COLD RESPONSE viennent de publier une lettre ouverte au secrétaire général de l'Alliance  Anders Fogh Rasmussen afin que celle-ci inclue le désarmement nucléaire tactique dans le nouveau concept stratégiquen de l'Alliance devant être débattu lors de la réunion des MAE de l'OTAN  en Avril à Tallinn .
Cette démarche vise en priorité les armements nucléaires tactiques Russes stationnés dans la péninsule de Kola et ceux que la Russie pourrait déployer dans la région de Kaliningrad .
Lors de sa dernière visite en Finlande , le ministre de la défense Serdioukov a souligné le caractère défensif de ces armes :
"S'il n'y a pas de menaces pour la Russie en Europe, les Iskander ne ferons pas leur apparition à Kaliningrad. Mais ils y seront déployés en cas d'apparition de nouvelles menaces pour la Russie. En tout cas, cela relève du président", a indiqué le ministre russe devant les journalistes finlandais. [ 1 ] 
Elle  vise aussi à contrecarer la nouvelle stratégie de la Russie qui prévoit d'équiper ses submersibles de missiles de croisière armés de charges nucléaires tactiques . [ 8 ]  
La première partie de cette offensive a été menée par le MAE Suédois Carl Bildt et le MAE Polonais Radek Sikorski dans un éditorial du The New York Times le 1er février dernier .[ 2  ]

On comprend le peu de réactions favorables de la diplomatie Russe alors que ne cessent de se multiplier les postures militaristes dans cette région :

1- Manoeuvres COLD RESPONSE 2010 au caractère nettement offensif . [ 3]
2- Construction d'une nouvelle base navale par la Pologne sur la Baltique [ 4 ]
3- Déploiement en Pologne  de missiles Patriot aux frontières Russes [ 5 ]
4- Lancement d'un nouveau programme de submersibles par la Suède [ 6 ]
5 - Dans son dernier rapport le CFR enjoint l'Alliance à se doter de plans pour la défense de la Baltique face à la Russie . [ 7 ]

Dans un point de presse  , le MAE Russe Serguei Lavrov a ainsi séchement répondu qu'il s'étonnait sur les objectifs d'une telle démarche alors qu'il avait rencontré les deux ministres quelque jours plus tôt et que ce sujet n'avait pas été abordé .
Il a ensuite souligné , à mots voilés sans la citer , l'autisme de l'administration Us sur ce dossier  [ 9 ].

Face au tsunami d'armements conventionnels de l'OTAN qui déferle sur la région Arctique-Baltique aux frontières de la Russie y créant une forte disparité stratégique pouvant favoriser des aventures militaires , les armes nucléaires tactiques de la péninsule de Kola sont une " assurance-vie " de la Russie dans la région . C'est bien pour cela que se déclanche sous des prétextes pacifistes cette nouvelle campagne médiatique .

Liens :
[ 1 ]  Missiles russes Iskander à Kaliningrad: toujours possible en cas de menace (Défense) - Depêche de Ria Novosti du 19 février 2010 .
[ 2 ]
Next, the Tactical Nukes - Editorial de The New-York Times du 1er février 2010 .
[ 6 ] Sweden Launches Next-Generation Submarine Project - Depêche de DefenseTalk du 26 février 2010 .
[ 7 ] The Future of NATO - Rapport du CFR - Février 2010
[ 8 ]
Russia favors attack subs , tactical nukes - Depêche UPI du 23 mars  2009 .
[ 9 ]
Point de presse du MAE Russe Serguei Lavrov du 3 février 2010 .

Articles associés :

[ 3 ]COLD RESPONSE 2010 : La ( future ) guerre de l'OTAN dans l'arctique ?
[ 4 ]La Pologne se dotera d'une base sur la Baltique .
[ 5 ]Un face à face entre la Flotte de la Baltique et les missiles américains "Patriot"?

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 21:59

Les commentaires Franco-Français , dont ceux de l'innénarable " Dédé " Gluksmann aujourd'hui dans le Nouvel Obs' , oublient toujours un point essentiel : La France n'est pas la seule sur les rangs et d'autres chantiers navals en Europe veulent fournir un ou plusieurs navires de projection ou d'assaut amphibie à la Russie  .
C'est le cas des chantiers navals Espagnols Navantia  . La presse Espagnole , au premier rang desquels El Pais , se désespère du choix Russe et met en avant que le Buque de Proyección Estratégica (BPE ) est plus beau ,  plus gros et plus fort .

Madrid y París compiten para vender su primer buque de guerra a Rusia

España y Francia mantienen una dura competición por convertirse en el primer país occidental que suministra un barco de guerra a Rusia. La Marina rusa quiere adquirir un buque portahelicópteros con capacidad para el transporte de tropas y ha puesto sus ojos en el Mistral francés y en el Buque de Proyección Estratégica (BPE) español. El proyecto, cuyo montante total no se ha precisado, incluiría la compra de un primer buque y la transferencia de la tecnología necesaria para construir otros tres en astilleros rusos. Sólo el coste del primero ascendería al menos a 600 millones de euros.

Una delegación de alto nivel de la Armada rusa visitó recientemente los astilleros de Ferrol (A Coruña) para conocer el buque Juan Carlos I, que la empresa pública Navantia entregará a la Armada española antes del verano; mientras que el Mistral, construido por los astilleros franceses DCNS, estuvo en noviembre pasado en el puerto ruso de San Petersburgo.

En teoría, el BPE español tendría ventaja, ya que ganó al Mistral en el único concurso internacional en el que ambos han competido: el celebrado en 2007 por la Marina australiana. Australia decidió comprar dos buques LHD, similares al Juan Carlos I, por un montante total de unos 1.500 millones de euros.

El español es más grande

Entre otras ventajas, el BPE español es mayor que el Mistral (más de 27.000 toneladas frente a 22.000) lo que permite que el primero tenga más capacidad y pueda transportar mayor número de helicópteros (hasta 30) y de tropas (un batallón de 900 efectivos con todo su equipo).

Sin embargo, Francia ha puesto su peso político en juego para llevarse el contrato. Está previsto que el presidente francés, Nicolas Sarkozy aborde el asunto con su homólogo ruso, Dmitri Medvédev, en la visita que este inicia hoy a París. El ministro de Defensa ruso, Anatoli Serdiukov, aseguró que las posibilidades de que se compre el portahelicópteros francés son "muy grandes". Pese a ello, la Armada rusa, tras la visita a Ferrol, ha pedido a Navantia que presente una oferta y también se ha dirigido a los astilleros holandeses Damen, aunque estos tienen menos posibilidades porque nunca han construido un buque de este tipo.

La operación ha levantado suspicacias en algunos socios de la OTAN, y las autoridades de París han tenido que dar garantías a los países bálticos de que, si Francia firma el contrato, entregará el buque sin armamento, lo que a efectos operativos carece de relevancia.

Según los expertos, el hecho de que la Armada rusa acuda a suministradores europeos para adquirir un buque revela hasta qué punto ha quedado desfasada militarmente, al menos en algunos segmentos de la tecnología naval.

http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/images/bpe-line-2005.gif

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 18:51
Je vous renvoie à cet article de Philippe Grasset sur le site " Dedefensa.org " concernant la vente de quatre BPC de la classe Mistral
Une trés belle évocation du  "Parti des Salonards " .
En complément l'analyse d'Andrei Fediachine pour Ria Novosti .

Medvedev en France: les Mistral et la culture
Vive la culture! Sans penchant réciproque pour la culture entre la France et la Russie, les relations entre Moscou et Paris se refroidiraient plus régulièrement qu’on ne peut le supposer. Le président Dmitri Medvedev, arrivé le 1er mars à Paris pour sa première visite d’État, commence aussi, en principe, par la culture, en tout cas l’ouverture de l’exposition « Sainte Russie » à Paris est l’événement le plus spectaculaire du programme de sa visite de trois jours (du 1er au 3 mars). Quels que soient les goulots étroits par lesquels doivent parfois passer les relations politiques et économiques entre le Kremlin et l’Élysée, la culture a toujours été le moyen de leur rendre un peu de lumière et de chaleur. C’est justement le cas en ce moment.

Il est toujours plus intéressant d’observer les visites d’État depuis les coulisses puisque ce qui se passe sur le devant de la scène est plus ou moins connu. D’ailleurs, avant Medvedev, Poutine avait amené avec lui en France au mois de novembre une « grande représentation commerciale ». Il avait conduit les dirigeants de presque toutes les compagnies gazières et pétrolières, électriques, métallurgiques, technologiques, spatiales, énergétiques, de constructions automobiles et aéronautiques, bancaires, financières et d’autres. Les composantes commerciale, énergétique, culturelle et scientifique de la visite de Medvedev sont donc plus ou moins déterminées.

Les tâches géopolitiques de Medvedev ne sont pas moins importantes. Un peu plus tôt, la Russie avait commencé à établir de bons rapports de partenariat avec l’Allemagne d’Angela Merkel. A présent, il faut les porter à un niveau analogue à celui de la France de Nicolas Sarkozy. Les deux principaux pays de l’UE, dont l’un joue le rôle de principale locomotive économique et l’autre, en la personne de Nicolas Sarkozy, prétend occuper la position de leader dans la définition de la politique étrangère de l’UE (et, par conséquent, de toute l’Europe), méritent un renforcement des contacts. Ou, comme ont déclaré Moscou et Paris à la veille de la visite, « un partenariat stratégique privilégié ».

Ce voyage restera dans les mémoires non pas en raison de l’exposition « Sainte Russie » à Paris ou de l’Année croisée France-Russie, mais surtout à cause du porte-hélicoptère Mistral. La Russie souhaiterait acheter des navires de type Mistral et obtenir une licence pour la construction de trois autres navires. La France est prête à les vendre. C’est la première transaction aussi importante entre un pays de l’OTAN et la Russie. Les Mistral se sont si solidement mêlés au tissu des relations Russie-France, France-OTAN, OTAN-UE-Russie-France-pays baltes-Géorgie qu’on ne pourrait les arracher qu’au prix de conséquences très douloureuses. Les pays baltes - la Pologne, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie - et la Géorgie se prononcent fermement contre la vente des Mistral (« les Russes les utiliseront comme des plates-formes pour mener des agressions sur la Baltique et la mer Noire »). Washington ne voudrait pas non plus voir les Mistral parler russe. Pour ne pas irriter les partenaires à l’OTAN, à l’UE et les États-Unis, Paris est prêt à « remettre » les Mistral sans « équipements militaires de haute technologie ».

On attache une importance militaire exagérée aux perspectives de voir le drapeau russe flotter au-dessus des Mistral. Or, ces transactions sont un cas où l’aspect militaire n’est pas le plus important. Les Mistral ont une importance purement économique pour le gouvernement Sarkozy. La signature de la transaction assurera à des milliers d’ouvriers des chantiers de Saint-Nazaire des emplois qui, sans elle, pourraient être supprimés. En temps de sortie de crise, on ne plaisante pas avec ces choses-là.

D’ailleurs, peu savent que l’Espagne et les Pays-Bas suivent attentivement le sort de la transaction. Ces pays ont des navires aux caractéristiques analogues, mais plus petits, qu’ils peuvent proposer à la Russie.

Parler de risque de débarquement russe sur des navires français sur la Baltique ou sur la Mer Noire n’est pas très judicieux, c’est le moins qu’on puisse dire.
Alors que l’OTAN s’est tant rapprochée des frontières occidentales de la Fédération de Russie, c’est justement à Moscou de s’habituer aux rigueurs de la vie. Si les aspects militaires des achats étaient vraiment sérieux, ce sont les États-Unis, le Japon ou la Chine qui auraient le plus de raisons d’être préoccupés, en tout cas, du point de vue militaire, or ils ne le sont pas. Le Secrétaire américain à la Défense Robert Gates, par exemple, qui s’est récemment rendu en France où il s’est entretenu avec son homologue français Hervé Morin, et ensuite avec Nicolas Sarkozy, au sujet des Mistral, a déclaré que « le problème était symbolique et non pas militaire » (the issue is a message issue more than a military issue).

Les Français aiment tout ce qui est russe - du ballet aux gâteaux et aux soldats (sauf ceux de l’époque de Napoléon) -, mais cet amour ne s’est jamais étendu au Kremlin, pour des raisons évidentes. Dans le même ordre d’idées, on peut évoquer le proverbe préféré de notre premier ministre sur l’attitude à l’égard de la Russie : « d’un côté, les Russes, de l’autre, le Kremlin ». Les journaux parisiens ont effectué à l’occasion de la visite de Dmitri Medvedev un curieux sondage sur le thème suivant : « Le rôle de la personnalité dans l’histoire, en général, et dans l’histoire France-Russie, en particulier ».

À l’occasion de cette visite, les journaux français sont "obsédés" par les mêmes questions et les mêmes réponses : a) Peut-on sceller une amitié avec la Russie au moyen des Mistral ? b) Avec qui vaut-il mieux se lier d’amitié : avec Medvedev ou avec Poutine ? La réponse à la première question se résume à peu près à ceci : il faut se lier d’amitié, si nous voulons un véritable partenariat, si nous ne sommes pas des hypocrites et si nous ne percevons plus la Russie comme l’Union Soviétique. Il faut l’impliquer dans la sécurité européenne, au lieu de la pousser à réanimer ses ambitions impériales. Pour éviter de répéter le « conflit caucasien ».

La deuxième question est depuis longtemps rhétorique et la réponse semble claire. Elle a été formulée à la veille de la visite de Dmitri Medvedev par Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères, qui a déclaré, dans une interview au journal Le Monde : « La génération de Medvedev, c’est autre chose que Vladimir Poutine », avec Dmitri Medvedev c’est plus facile, car il est plus ouvert aux idées occidentales, plus libéral et, en fait, Medvedev, comme s’est exprimé un expert français, « c’est un nouveau Gorbatchev ». Mikhaïl Gorbatchev serait certainement content de l’entendre.

Bref, Medvedev est, pour ainsi dire, digne des Mistral, et Poutine, non. Mais ils seront probablement vendus à l’un et à l’autre. Merci au penchant pour la culture.

http://fr.beta.rian.ru/images/18608/29/186082944.jpg

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article

Liens