Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 21:59

Les commentaires Franco-Français , dont ceux de l'innénarable " Dédé " Gluksmann aujourd'hui dans le Nouvel Obs' , oublient toujours un point essentiel : La France n'est pas la seule sur les rangs et d'autres chantiers navals en Europe veulent fournir un ou plusieurs navires de projection ou d'assaut amphibie à la Russie  .
C'est le cas des chantiers navals Espagnols Navantia  . La presse Espagnole , au premier rang desquels El Pais , se désespère du choix Russe et met en avant que le Buque de Proyección Estratégica (BPE ) est plus beau ,  plus gros et plus fort .

Madrid y París compiten para vender su primer buque de guerra a Rusia

España y Francia mantienen una dura competición por convertirse en el primer país occidental que suministra un barco de guerra a Rusia. La Marina rusa quiere adquirir un buque portahelicópteros con capacidad para el transporte de tropas y ha puesto sus ojos en el Mistral francés y en el Buque de Proyección Estratégica (BPE) español. El proyecto, cuyo montante total no se ha precisado, incluiría la compra de un primer buque y la transferencia de la tecnología necesaria para construir otros tres en astilleros rusos. Sólo el coste del primero ascendería al menos a 600 millones de euros.

Una delegación de alto nivel de la Armada rusa visitó recientemente los astilleros de Ferrol (A Coruña) para conocer el buque Juan Carlos I, que la empresa pública Navantia entregará a la Armada española antes del verano; mientras que el Mistral, construido por los astilleros franceses DCNS, estuvo en noviembre pasado en el puerto ruso de San Petersburgo.

En teoría, el BPE español tendría ventaja, ya que ganó al Mistral en el único concurso internacional en el que ambos han competido: el celebrado en 2007 por la Marina australiana. Australia decidió comprar dos buques LHD, similares al Juan Carlos I, por un montante total de unos 1.500 millones de euros.

El español es más grande

Entre otras ventajas, el BPE español es mayor que el Mistral (más de 27.000 toneladas frente a 22.000) lo que permite que el primero tenga más capacidad y pueda transportar mayor número de helicópteros (hasta 30) y de tropas (un batallón de 900 efectivos con todo su equipo).

Sin embargo, Francia ha puesto su peso político en juego para llevarse el contrato. Está previsto que el presidente francés, Nicolas Sarkozy aborde el asunto con su homólogo ruso, Dmitri Medvédev, en la visita que este inicia hoy a París. El ministro de Defensa ruso, Anatoli Serdiukov, aseguró que las posibilidades de que se compre el portahelicópteros francés son "muy grandes". Pese a ello, la Armada rusa, tras la visita a Ferrol, ha pedido a Navantia que presente una oferta y también se ha dirigido a los astilleros holandeses Damen, aunque estos tienen menos posibilidades porque nunca han construido un buque de este tipo.

La operación ha levantado suspicacias en algunos socios de la OTAN, y las autoridades de París han tenido que dar garantías a los países bálticos de que, si Francia firma el contrato, entregará el buque sin armamento, lo que a efectos operativos carece de relevancia.

Según los expertos, el hecho de que la Armada rusa acuda a suministradores europeos para adquirir un buque revela hasta qué punto ha quedado desfasada militarmente, al menos en algunos segmentos de la tecnología naval.

http://www.globalsecurity.org/military/world/europe/images/bpe-line-2005.gif

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 18:51
Je vous renvoie à cet article de Philippe Grasset sur le site " Dedefensa.org " concernant la vente de quatre BPC de la classe Mistral
Une trés belle évocation du  "Parti des Salonards " .
En complément l'analyse d'Andrei Fediachine pour Ria Novosti .

Medvedev en France: les Mistral et la culture
Vive la culture! Sans penchant réciproque pour la culture entre la France et la Russie, les relations entre Moscou et Paris se refroidiraient plus régulièrement qu’on ne peut le supposer. Le président Dmitri Medvedev, arrivé le 1er mars à Paris pour sa première visite d’État, commence aussi, en principe, par la culture, en tout cas l’ouverture de l’exposition « Sainte Russie » à Paris est l’événement le plus spectaculaire du programme de sa visite de trois jours (du 1er au 3 mars). Quels que soient les goulots étroits par lesquels doivent parfois passer les relations politiques et économiques entre le Kremlin et l’Élysée, la culture a toujours été le moyen de leur rendre un peu de lumière et de chaleur. C’est justement le cas en ce moment.

Il est toujours plus intéressant d’observer les visites d’État depuis les coulisses puisque ce qui se passe sur le devant de la scène est plus ou moins connu. D’ailleurs, avant Medvedev, Poutine avait amené avec lui en France au mois de novembre une « grande représentation commerciale ». Il avait conduit les dirigeants de presque toutes les compagnies gazières et pétrolières, électriques, métallurgiques, technologiques, spatiales, énergétiques, de constructions automobiles et aéronautiques, bancaires, financières et d’autres. Les composantes commerciale, énergétique, culturelle et scientifique de la visite de Medvedev sont donc plus ou moins déterminées.

Les tâches géopolitiques de Medvedev ne sont pas moins importantes. Un peu plus tôt, la Russie avait commencé à établir de bons rapports de partenariat avec l’Allemagne d’Angela Merkel. A présent, il faut les porter à un niveau analogue à celui de la France de Nicolas Sarkozy. Les deux principaux pays de l’UE, dont l’un joue le rôle de principale locomotive économique et l’autre, en la personne de Nicolas Sarkozy, prétend occuper la position de leader dans la définition de la politique étrangère de l’UE (et, par conséquent, de toute l’Europe), méritent un renforcement des contacts. Ou, comme ont déclaré Moscou et Paris à la veille de la visite, « un partenariat stratégique privilégié ».

Ce voyage restera dans les mémoires non pas en raison de l’exposition « Sainte Russie » à Paris ou de l’Année croisée France-Russie, mais surtout à cause du porte-hélicoptère Mistral. La Russie souhaiterait acheter des navires de type Mistral et obtenir une licence pour la construction de trois autres navires. La France est prête à les vendre. C’est la première transaction aussi importante entre un pays de l’OTAN et la Russie. Les Mistral se sont si solidement mêlés au tissu des relations Russie-France, France-OTAN, OTAN-UE-Russie-France-pays baltes-Géorgie qu’on ne pourrait les arracher qu’au prix de conséquences très douloureuses. Les pays baltes - la Pologne, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie - et la Géorgie se prononcent fermement contre la vente des Mistral (« les Russes les utiliseront comme des plates-formes pour mener des agressions sur la Baltique et la mer Noire »). Washington ne voudrait pas non plus voir les Mistral parler russe. Pour ne pas irriter les partenaires à l’OTAN, à l’UE et les États-Unis, Paris est prêt à « remettre » les Mistral sans « équipements militaires de haute technologie ».

On attache une importance militaire exagérée aux perspectives de voir le drapeau russe flotter au-dessus des Mistral. Or, ces transactions sont un cas où l’aspect militaire n’est pas le plus important. Les Mistral ont une importance purement économique pour le gouvernement Sarkozy. La signature de la transaction assurera à des milliers d’ouvriers des chantiers de Saint-Nazaire des emplois qui, sans elle, pourraient être supprimés. En temps de sortie de crise, on ne plaisante pas avec ces choses-là.

D’ailleurs, peu savent que l’Espagne et les Pays-Bas suivent attentivement le sort de la transaction. Ces pays ont des navires aux caractéristiques analogues, mais plus petits, qu’ils peuvent proposer à la Russie.

Parler de risque de débarquement russe sur des navires français sur la Baltique ou sur la Mer Noire n’est pas très judicieux, c’est le moins qu’on puisse dire.
Alors que l’OTAN s’est tant rapprochée des frontières occidentales de la Fédération de Russie, c’est justement à Moscou de s’habituer aux rigueurs de la vie. Si les aspects militaires des achats étaient vraiment sérieux, ce sont les États-Unis, le Japon ou la Chine qui auraient le plus de raisons d’être préoccupés, en tout cas, du point de vue militaire, or ils ne le sont pas. Le Secrétaire américain à la Défense Robert Gates, par exemple, qui s’est récemment rendu en France où il s’est entretenu avec son homologue français Hervé Morin, et ensuite avec Nicolas Sarkozy, au sujet des Mistral, a déclaré que « le problème était symbolique et non pas militaire » (the issue is a message issue more than a military issue).

Les Français aiment tout ce qui est russe - du ballet aux gâteaux et aux soldats (sauf ceux de l’époque de Napoléon) -, mais cet amour ne s’est jamais étendu au Kremlin, pour des raisons évidentes. Dans le même ordre d’idées, on peut évoquer le proverbe préféré de notre premier ministre sur l’attitude à l’égard de la Russie : « d’un côté, les Russes, de l’autre, le Kremlin ». Les journaux parisiens ont effectué à l’occasion de la visite de Dmitri Medvedev un curieux sondage sur le thème suivant : « Le rôle de la personnalité dans l’histoire, en général, et dans l’histoire France-Russie, en particulier ».

À l’occasion de cette visite, les journaux français sont "obsédés" par les mêmes questions et les mêmes réponses : a) Peut-on sceller une amitié avec la Russie au moyen des Mistral ? b) Avec qui vaut-il mieux se lier d’amitié : avec Medvedev ou avec Poutine ? La réponse à la première question se résume à peu près à ceci : il faut se lier d’amitié, si nous voulons un véritable partenariat, si nous ne sommes pas des hypocrites et si nous ne percevons plus la Russie comme l’Union Soviétique. Il faut l’impliquer dans la sécurité européenne, au lieu de la pousser à réanimer ses ambitions impériales. Pour éviter de répéter le « conflit caucasien ».

La deuxième question est depuis longtemps rhétorique et la réponse semble claire. Elle a été formulée à la veille de la visite de Dmitri Medvedev par Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères, qui a déclaré, dans une interview au journal Le Monde : « La génération de Medvedev, c’est autre chose que Vladimir Poutine », avec Dmitri Medvedev c’est plus facile, car il est plus ouvert aux idées occidentales, plus libéral et, en fait, Medvedev, comme s’est exprimé un expert français, « c’est un nouveau Gorbatchev ». Mikhaïl Gorbatchev serait certainement content de l’entendre.

Bref, Medvedev est, pour ainsi dire, digne des Mistral, et Poutine, non. Mais ils seront probablement vendus à l’un et à l’autre. Merci au penchant pour la culture.

http://fr.beta.rian.ru/images/18608/29/186082944.jpg

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 12:56
MOSCOU, 27 février - RIA Novosti
La Russie a besoin de porte-avions pour protéger ses sous-marins et bâtiments de surface dans l'océan mondial, a déclaré samedi à RIA Novosti le conseiller du ministre russe de la Défense, l'amiral Vladimir Massorine.

"Les porte-avions se distinguent par une mobilité remarquable. Ils assureront la couverture aérienne de nos sous-marins et navires de surface et les protègeront contre les attaques de l'aviation adverse", a-t-il affirmé.

Selon M. Massorine, les porte-avions remplissent également une mission politique importante.

"Les bâtiments de cette classe permettent d'influer sur la situation dans différentes régions du monde", a-t-il estimé, soulignant que la Russie devait avoir sa propre flotte de porte-avions afin de faire face aux défis du XXIe siècle.

"Le monde change et de nouvelles menaces font leur apparition. Afin de les combattre à l'avenir, c'est aujourd'hui que nous devons poser les fondements de notre flotte nationale de porte-avions", a affirmé l'amiral. Et d'ajouter: "Les futurs porte-avions russes seront nécessairement nucléaires".

La construction de porte-avions en Russie a été évoquée lors de la conférence consacrée au 100e anniversaire de la naissance de l'amiral russe Sergueï Gorchkov, tenue vendredi à l'état-major principal de la Marine de guerre.

La Russie possède actuellement un seul porte-avions, l'Admiral Kouznetsov, rattaché à la Flotte du Nord.

Interrogé par les journalistes en marge de la conférence, le commandant en chef des forces navales russes, l'amiral Vladimir Vyssotski a fait savoir que le deuxième bâtiment de ce type entrerait en service d'ici 2020.
"Si tout marche bien, le navire pourrait être mis à l'eau d'ici 2020", a-t-il déclaré . [ 1 ]

Liens :
[ 1 ] Le plus grand porte-avions russe pourrait entrer en service en 2020 (Marine) - Depêche Ria Novosti du 26 février 2010 .
Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 20:51

HELSINKI, 19 février- RIA Novosti
A l'instar de la Finlande, la Russie est intéressée par le maintien de la stabilité en Arctique, a annoncé vendredi à Helsinki le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

"Notre activité dans la région arctique repose sur la convention de l'ONU de 1982. Il faut que tous les Etats suivent ces normes", a-t-il indiqué en répondant aux questions des journalistes. 

La Russie, les Etats-Unis, le Canada, la Norvège et le Danemark se disputent le droit aux territoires arctiques dont les couches profondes cachent 25% des réserves mondiales de gaz et de pétrole.

Les tensions se sont accentuées lorsqu'en juillet 2007 une expédition scientifique russe est partie pour le pôle Nord ayant pour mission d'étudier le plateau continental de l'océan Arctique.

En 1982 les Nations Unies ont adopté la Convention sur le droit de la mer, qui est désormais acceptée presque partout dans le monde.  La Convention énonce les règles relatives à l'établissement de zones maritimes, à la détermination des juridictions maritimes nationales, à la navigation hauturière, aux droits et aux devoirs des Etats côtiers et autres.

Note de l'Editeur :


Durant sa visite en Finlande  , le ministre de la défense Anatoli Serdioukov va rencontrer  la présidente Finlandaise Tarja Halonen  et le Commandant en Chef des forces armées Finlanadaises , le Général Ari Puheloinen.
Mercredi dernier les services du Premier Ministre Finlandais ont nommé un groupe de travail pour préparer un rapport sur la politique arctique Finlandaise qui sera soumis au parlement pour la session de printemps .
Ce rapport se focalisera sur les relations internationales dans la région . Il sera présidé par le sous-secrétaire d'état aux affaires Européennes Jukka Salovaara et co-présidé par Hanna Lehtinen du MAE Finlandais .
Au programme de cette rencontre figure égalemment l'organisation d'exercices  de prévention des catastrophes en mer Baltique [  Barents Rescue 2009 dans la Mer de Barents - NDLR ] et les questions de navigation dans la Baltique.
[ 1 ] Russian Minister of Defence Serdjukov to visit Finland
[ 4 ] Moscou et Helsinki tiendront des exercices navals en mer Baltique (Défense) - Depêche de Ria Novosti du 19 février 2010 .
Article associé :
[ 2 ]  
Nord-Stream : La Finlande accorde son autorisation pour la pose !
[ 3 ] Scandinavie : Livres blancs ( ! ) , rapports ........ ( 1 )

"Nous avons évoqué l'organisation d'exercices de sauvetage et de prévention des catastrophes en mer Baltique sur l'initiative de la Finlande", a indiqué le ministre Finlandais de de la défense Jyri Häkämies

Par ailleurs, les parties se sont penchées sur l'armement deux pays pendant la crise économiques, selon M.Häkämies.
M.Serdioukov a, pour sa part, annoncé avoir examiné des problèmes de la sécurité internationale, la situation en Afghanistan et la coopération militaire et technique russo-finlandaise au cours de ses rencontres avec le ministre Jyri Häkämies et la présidente finlandaise Tarja Halonen.

"Nous nous sommes mis d'accord sur une visite du chef suprême des armées finlandais de Finlande à Moscou en juin 2010. Avant cette visite, nous comptons élaborer un plan de coopération pour deux ou trois années qui comprendra des visites réciproques, des exercices d'état-major et des mesures de sécurité conjointes en mer Baltique", a indiqué M.Serdioukov. [ 4 ]
La Finlande vient d'accorder la dernière autorisation nécessaire au consortium Nord Stream AG pour la pour du gazoduc .[ 2 ]
Un livre blanc de la défense publié en janvier 2009 fait figurer la Russie comme une préoccupation sécuritaire de la Finlande  . [ 3 ]




Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 19:41
MOSCOU, 5 février - RIA Novosti

L'élargissement de l'Otan et le déploiement de systèmes de défense antimissile (ABM) constituent les principales menaces pour la Russie, stipule la nouvelle doctrine militaire russe approuvée vendredi par le président Dmitri Medvedev.

Le document énumère les principales menaces militaires pour la Russie, notamment "la tendance à conférer aux forces de l'Otan des fonctions mondiales en violation des normes du droit international, à rapprocher l'infrastructure militaire des pays membres de l'Alliance des frontières de la Fédération de Russie, y compris par l'élargissement du bloc".

La nouvelle doctrine militaire russe considère aussi comme une menace la mise au point et le déploiement de systèmes de défense antimissile (ABM) stratégiques "torpillant la stabilité internationale et perturbant l'actuel rapport de forces dans le domaine balistique nucléaire, ainsi que la militarisation de l'espace et le déploiement de systèmes d'arme conventionnelle stratégique de haute précision".

Par ailleurs, on constate toujours dans le monde des tentatives de déstabilisation dans certains Etats et régions, visant également à saper la stabilité stratégique. Le document considère comme une menace le déploiement ou le renforcement de contingents militaires d'Etats étrangers (de groupes d'Etats) sur les territoires limitrophes de la Fédération de Russie et de ses alliés, ainsi que dans les eaux bordant son territoire.

Note de l'Editeur :
La doctrine militaire de la Federation de Russie est disponible sur ce lien .
Les principaux points seront présentés dimanche soir sur ce blogue  avant mon départ en vacances .
On y parle aussi des tentatives d'ingérences extérieures et de l'atteinte à l'unité de la Fédération de Russie
.
L apublication de cette doctrine survient au moment ou la Roumanie vient d'annoncet son intention d'accueillir des élèments du bouclier ABM .

Doctrine militaire Russe 2020
Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 19:37

MOSCOU, 5 février - RIA Novosti
Le président russe Dmitri Medvedev a annoncé vendredi lors d'une réunion avec les membres permanents du Conseil de sécurité de Russie qu'il avait approuvé la nouvelle doctrine militaire du pays, a annoncé la porte-parole du chef de l'Etat russe Natalia Timakova.[ 1 ]

"Au cours de la réunion, le président Medvedev a déclaré qu'il avait approuvé deux documents, notamment la nouvelle doctrine militaire et la politique d'Etat en matière de la dissuasion nucléaire à l'horizon 2020", a-t-elle déclaré.

Le premier ministre russe Vladimir Poutine, le chef de l'administration présidentielle Serguei Narichkine et le secrétaire du Conseil de sécurité de Russie Nikolaï Patrouchev assistaient notamment à cette réunion.

Elaborée sur demande du président et chef suprême des armées russe Dmitri Medvedev, la nouvelle doctrine militaire stipule notamment que la Russie est en droit de effectuer des frappes nucléaires préventives et tient compte de nouveaux risques, dont la lutte pour les ressources énergétiques, l'élargissement de l'OTAN, la prolifération des armes de destruction massive, dont nucléaires, et le terrorisme international.


Liens :
[ 1 ]
Дмитрий Медведев утвердил Военную доктрину и «Основы государственной политики в области ядерного сдерживания до 2020 года»
http://news.kremlin.ru/media/events/photos/big/41d2db0c9b79065713a7.jpeg?rand=956511484

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 23:31
Les possibilités de conflits dans l'arctique sont multiples . Je vous déja présenté un scénario établi par " The institute of the North " , classé comme étant le plus critique , opposant des méthaniers Chinois escorté par des brise-glaces Russes à la marine Japonaise au débouché de la Route Maritime Nord  .[ 1 ]
Des internautes ont réalisé une fausse page Wikipedia sur la Guerre Russo-Norvègienne de septembre2010- janvier 2011 qui se déroule dans la Mer de Barents et au Finnmark .
Tous les élèments présentés depuis le début de ce blogue sont utilisés : Le conflit de souveraineté sur le plateau continental arctique dans la Mer de Barents - La " zone grise " - et la proposition Russe d'une mise en valeur conjointe des ressources pétrogazières de cette zone refusée par la Norvège  [ 2 ]  , les US Marines déployés dans le cadre de l'exercice COLD RESPONSE 2010 [ 3 ]  et y compris les activistes du mouvement pacifiste " STOP-NATO ! " .
Je vous laisse apprécier [ 4 ] .
L' " invasion  "des blindés Russes est la réminéscence d'une vieille peur datant de 1968 : Lors de manoeuvres Soviètiques dans la péninsule de Kola début juin 68 - le 8 juin 1968 -  les observateurs Norvègiens ont cru à une invasion du Finnmark et la chaîne de commandement Norvégienne mit ........32 heures pour réagir .[ 7 ]
Le conflitde 2010-2011 n'est pas décrit dans sa totalité et il reste par exemple à décrire la contre-offensive de l'OTAN .
Avis aux amateurs !
L'article est particulièrement bien fait puisque le " reductio ad hitlerum "  du ministre Suèdois Carl Bildt calque celui qu'il a fait lors de l'agression Géorgienne contre l'Ossétie du Sud .
Carl Bildt s'exprimait avant-hier en compagnie de Radek Sikorski dans les colonnes du The New York Times ou il réclame ingénument la démilitarisation nucléaire tactique de Kaliningrad et de la péninsule de Kola .[ 5 ]
Incroyable à l'heure ou la Pologne ne cesse de militariser ses frontières avec la Russie dans la région de Kaliningrad avec le déploiement de missiles Patriot ainsi qu'avec le projet d'une nouvelle base sur la Baltique .


" Le gouvernement Norvégien a violé de manière délibérée les lois internationales en se saisissant de ressources naturelles dans les eaux territoriales Russes . Nous agissons en état de lègitime défense et les opérations militaires continueront tant que la Norvège ne renonce pas à ses prétentions sur les eaux contestées .
C'est une question à résoudre entre les gouvernements Norvègiens et Russes "

Vladimir Poutine - 11 septembre 2010

Heureusement toutefois que la lecture de l'actualité nous montre que les relations Russo-Norvégiennes sont moins conflictuelles . Le MAE Russe Serguei Lavrov recevait aujourd'hui mercredi son homologue Norvègien Jonas Gahr Störe .  [ 6 ] La semaine dernière une délégation de garde frontières Russes de la région de Mourmansk a rendu visite à ses homologues Norvègiens dans la garnison de Sør-Varanger . Cell- là même ou les guetteurs Norvègiens virent s'avancer en 1968 les blindés Soviètiques .
Un protocole d'accord a été conclu sur l'échange de données entre la garde côtière Norvègienne et la garde côtière Russe concernant les activités de pêche illègales .
Pour combien de temps ?

Liens :
[ 4 ]Scenario: Russo-Norwegian War (Cold Response)
[ 5 ]Next, the Tactical Nukes - Editorial de Carl Bildt et de Radek Sikorski dans The New York Times du 1 février 2010 .
[ 6 ]Russie-Norvège: vers le renforcement de la coopération - Depêche de Ria Novosti du 3 février 2010 .
[ 7 ] Ville skutt sovjeterne på grensen - Article de NRK sur la " Grande Peur de 1968 " avec des documents déclassifiés .

Articles associés :
[ 1 ]" The Great Arctic War " : " La Guerre au dessus du continent blanc " vue par un think-tank Etasunien
[ 2 ]Des progrés dans la délimitation du plateau continental de la Mer de Barents entre la Russie et la Norvège .
[ 3 ]COLD RESPONSE 2010 :Des US Marines aux portes de la péninsule de Kola

http://www.nrk.no/contentfile/file/1.6292873!f169CropList/img650x367.jpg

http://images1.wikia.nocookie.net/future/images/5/53/Russo-Norwegian_War_TV2_Nyhetskanalen_Russian_Tanks.png



Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 22:27

NEW DEHLI, 1er février - RIA Novosti
La nouvelle doctrine militaire russe sera prochainement approuvée par le président Dmitri Medvedev, a annoncé lundi à New Delhi le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev.

"La nouvelle doctrine militaire est pratiquement adoptée et le décret l'annonçant sera bientôt signé", a-t-il indiqué dans une interview aux journalistes.

M.Patrouchev a en outre souligné que l'entrée en vigueur de la nouvelle doctrine n'était en aucun cas liée aux négociations russo-américaines sur la signature d'un nouveau traité de réduction des armements stratégiques (START).

"L'adoption de la doctrine a été freinée pour des raisons bureaucratiques et non par le retard pris dans la signature d'un nouveau traité START", a-t-il fait savoir.

Elaborée sur demande du président et chef suprême des armées russe Dmitri Medvedev, la nouvelle doctrine militaire stipule notamment que la Russie est en droit de effectuer des frappes nucléaires préventives [ 1 ]  et tient compte de nouveaux risques, dont la lutte pour les ressources énergétiques, l'élargissement de l'OTAN, la prolifération des armes de destruction massive, dont nucléaires, et le terrorisme international.

Selon le responsable, le projet de nouvelle doctrine militaire russe est entièrement conforme au doit international et s'appuie sur la Charte de l'ONU.


Liens :
[ 1 ] Russie: la nouvelle doctrine militaire prévoit des frappes nucléaires préventives - Depêche de Ria Novosti du 30 novembre 2009 .

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 20:18
Par Ilia Kramnik, RIA Novosti

Le chasseur expérimental russe de cinquième génération T-50 développé par le bureau d'études Sukhoi s’est envolé pour la première fois le 29 décembre 2010, à 11 h 19, heure locale, à Komsomolsk-sur-l'Amour.

C’est le premier avion de combat entièrement conçu et construit en Russie depuis la désintégration de l'URSS. En ce moment, seuls les États-Unis disposent d'avions de combat de cette classe fabriqués en série : les chasseurs F-22.

Les études du projet de chasseur de cinquième génération I-90, plutôt connu comme MFI (chasseur polyvalent), avaient commencé en URSS en 1981 au bureau d’études Mikoyan peu après les premiers vols des chasseurs de quatrième génération MiG-29, MiG-31 et Su-27. L'appareil encore en cours de conception devait être fabriqué en série dans les années 1990 et devancer le projet américain ATF qui déboucha sur la construction du F-22.


Cependant, la réduction considérable des dépenses militaires à la fin des années 1980, suivie de la désintégration de l'URSS, avaient mis une croix sur le programme de construction du MFI. Les essais en vol n’eurent pas eu lieu en 1991-1992 comme prévu, et le nouvel avion n’effectua son premier vol qu'en 2000. A ce moment-là, le deuxième projet de chasseur de cinquième génération, l'avion expérimental S-37 (désigné ensuite sous l'indice Su-47) du bureau d'études Sukhoi était également prêt.

En 1998, les forces aériennes russes avaient soumis aux constructeurs un nouveau cahier des charges : développer un chasseur de cinquième génération. Du point de vue idéologique, la conception n'avait pas changé depuis la fiche technique du projet MFI. Pour employer les termes spécifiques du secteur, le nouveau chasseur devait se distinguer par sa supermanœuvrabilité, sa capacité d'effectuer un vol supersonique sans postcombustion, une faible signature radar et infrarouge, de meilleures caractéristiques de décollage et d'atterrissage, etc.

Les anciens projets avaient été annulés et il avait été décidé de concevoir un avion de combat entièrement nouveau en tenant compte des informations disponibles sur les performances, les qualités et les défauts du chasseur américain F-22.

En 2002, le bureau d'études Sukhoi qui avait proposé un projet de chasseur biréacteur d'un poids d'environ 35 tonnes au décollage remporta un concours parmi différents avant-projets. Le premier vol du nouvel avion était prévu pour 2007, mais ce délai fut reporté à 2008, puis à 2009, puis finalement à janvier 2010. Ce retard est tout à fait compréhensible compte tenu de la complexité du nouveau projet et du volume des problèmes scientifiques, techniques, organisationnels et financiers qu'il a fallu régler tout au long de sa conception. Ces problèmes ont, en fait, correspondu à la crise qui a frappé l'industrie russe dans son ensemble.

Peu après le lancement des travaux de développement du nouvel avion dénommé T-50 (désigné également comme « Article 701 » et I-21), le projet de Sukhoi a suscité l'intérêt des forces aériennes indiennes. Il convient de signaler que les sympathies de l’Inde allaient d'abord pour un projet de chasseur plus léger et plus simple du bureau d'études Mikoyan qui a proposé au nouveau concours deux avions : le bimoteur sans queue I-2000, qui est une version du MiG-29, et un monomoteur, dont l'analogue le plus proche est le projet JSF (F-35) apparu à peu près en même temps.

Cependant, puisque le projet de chasseur léger de cinquième génération a été jugé secondaire et que l’Inde souhaitait percevoir rapidement un appareil ultramoderne, elle ne put rien faire d'autre que de choisir le projet du PAK FA (Système Évolutif Embarqué pour l’aviation tactique). Selon les informations disponibles, la version indienne de l’avion sera biplace et équipée de systèmes électroniques et d'autres équipements auxiliaires et elle remplacera dans les années 2020-2030 les Su-30MKI qui équipent actuellement les forces aériennes indiennes. Ensuite, l’Inde produira ces avions sous licence.

Le principal bilan du vol du T-50 est que la Russie voit confirmé son statut d’une des deux principales puissances aéronautiques du monde. A ce jour, la Russie et les États-Unis sont seuls à disposer de leurs propres appareils de cinquième génération et à posséder une industrie aéronautique capable de produire tous les types d’avions militaires et civils, des appareils de sport légers aux bombardiers stratégiques. Les autres pays, c’est-à-dire la France, la Suède, les pays de l'UE, la Chine, le Japon, etc., n’en ont pas aujourd'hui les moyens et sont contraints d’utiliser toutes sortes de schémas de coopération pour pouvoir créer des appareils de nouvelle génération. Néanmoins, même la coopération aéronautique européenne n’a pas permis aux pays de l'UE de créer après l’Eurofighter son propre avion de cinquième génération, et par conséquent, la plupart des participants au projet Eurofighter envisagent d’acheter des chasseurs F-35 aux États-Unis.

Les perspectives des projets suédois et français sont également peu claires. Le Gripen (avion suédois) et le Rafale (avion français) figurent parmi les avions de la génération 4+++ et aucun de ces deux pays ne sera à même d'assurer seul le développement d’avions de cinquième génération qui reviendrait à plusieurs milliards de dollars.

Les perspectives de la Chine sont aussi douteuses. Selon la majorité des spécialistes, elle ne pourra créer un appareil de cinquième génération qu’en se servant de l’expérience étrangère, et avant tout russe.

Ce texte n'engage que la responsabilité de l'auteur.

RIA NovostiПервый полет опытного авиационного комплекса пятого поколенияLongtemps attendu, le nouveau chasseur russe T-50 a pris son envol

19:06 01/02/2010 Le chasseur expérimental russe de cinquième génération T-50 développé par le bureau d'études Sukhoi s’est envolé pour la première fois le 29 décembre 2010, à 11 h 19, heure locale, à Komsomolsk-sur-l'Amour.>>.

.
Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 23:22

Le 4 janvier dernier la ministre de la défense Norvégienne Grete Faremo a présenté ses vœux du nouvel an  devant l’Oslo Military Society . [ 1 ]

Mme la Ministre a tout d’abord exprimé son intention de poursuivre la politique de défense de son prédécesseur  puis a  consacré un long chapitre au renouvellement du concept stratégique de l’OTAN.

Une partie importante de son discours a été consacrée à l’arctique et au rôle de l’Alliance dans cette région ainsi qu’au réarmement Norvègien .

Dans un premier temps, Mme Grete Faremo  rappelle les enjeux de l’arctique à l’aune des changements climatiques : Ouverture de nouvelles routes maritimes, possibilités d’exploitation pétrolière sur le plateau continental, possibilités liées à l’exploitation des ressources halieutiques.

Si elle reconnaît que sont là des questions concernant d’abord des organismes civils, elle se fait aussitôt l’avocate de la thèse Otanienne qui consiste à s’ingérer dans la région et de «  militariser » ces questions d’environnement et d’assistance aux personnes et aux biens.

Elle estime que le rôle de l’alliance dans la région est «  naturel  »

Prenant prétexte de l’augmentation du nombre de  missions et de l’augmentation de la zone d’opérations des patrouilles de la garde côtière, elle justifie la militarisation future de ces activités, voir une délégation à des forces placées sous commandement OTAN.

La présence accrue des composantes terrestres , aériennes et maritimes des forces de l’Alliance est aussi justifiée par l’étendue du théatre  d’opérations .

Bien sûr , jamais un renforcement possible des moyens civils pouvant assurer ces missions n’est évoqué .

Même si elle ne souhaite pas un retour de l’Alliance dans la région avec un potentiel comparable à l’époque de la Guerre Froide , Mme  Faremo n’en souhaite pas moins  une multiplication des exercices de l’Alliance dans la région [ aux frontières de la Russie comme les exercices COLD RESPONSE  – NDLR ] et à une coopération renforcée entre le nouveau centre de commandement  des forces armées Norvègiennes situé  à Bodø  et les structures de l’OTAN .

Elle espère que ces exercices  et le prétexte humanitaro-environnementaliste utilisé par l’OTAN vont renforcer la coopération régionale avec la Russie .

Une manière de justifier et de faire avaliser aux yeux de la Russie cette présence militaire croissante .

 

Concernant la Russie dont elle souligne la différence avec l’URSS , Mme Grete Faremo constate que son renforcement stabilise le pays  et la région et fait entrer l’ensemùble dans une «  normalité géopolitique  » . Ce n’est pas la première fois que les chefs politiques et militaires Norvègiens  insistent que le renforcement de la Russie a un effet stabilisateur . [ 2 ]

La ministre souligne la nécessité de maintenir le dialogue avec la Russie et se réjouit de la reprise des négociations en matière de sécurité entre la Russie et les Etats-Unis .

 

Même si elle prône un renforcement des relations , y compris sur le plan militaire , avec la Russie , Mme Grete Faremo reconnaît que la situation dans l’arctique peut évoluer vers des conflits d’interêts , on ne peut s’empêcher de penser ici aux peroblèmes de délimitation du plateau continental arctique dans la Mer de Barents , la présence Russe au Spitzberg ou à la guerre larvée que se livrent  chalutiers et gardes-côtes Russes et Norvègiens ..

Elle invoque aussi le pretexte souvent mis en avant par le gouvernement Canadien de l’exercice de la souveraineté pour justifier une présence militaire accrue dans la règion et le réarmement de la Norvège .

 

Une autre partie importante du discours de Mme Grete Faremo concerne le réarmement de la Norvège .

C’est un exercice de style souvent difficile car il doit satisfaire à deux objectifs différents : Montrer aux militaires que l’état fait le maximum pour les doter d’un équipement moderne tout en évitant de s’attirer les critiques d’autres états qui pourraient dénoncer cette course aux armements .
Lorsque l'on fait partie de l'OTAN , il faut montrer en sus à l'alliance que le " fardeau " de la défense est partagé au travers d'un maintien ou d'une augmentation du buget de la défense , que les priorités dans l'armement sont donnés à l'interopérabilité et que celui est determiné à l'aune non seulement des priorités de défenses nationales mais aussi de la startégie et des menaces identifiées par l'Alliance : Les contribuables Norvègiens apprécieront !

Le réarmement des forces armées Norvégiennes a souvent été évoqué et dénoncé dans ce blogue [ 3 ] et le discours de Mme Grete Faremo vient confirmer son ampleur puisqu’elle veut doter la Norvège des forces armées les plus puissantes d’Europe :

“Therefore we must not lose sight of the objective. Possession of Europe’s most modern defence forces is now within reach”.

 

Ce réarmement est justifié par l’interventionnisme accru de la Norvège  , dans le cadre de missions OTAN , depuis le Tchad jusqu’ à l’Afghanistan .

Le Père-Noël qui comme tout le monde le sait a ses pénates dans l’arctique , quelque part sur la frontière Finlando-Norvègienne , n’ a pas oublié les rangers fourrés des biffins , aviateurs  et marins  Norvègiens . Citons , pêle-même , de nouvelles frègates , le JSF–35 , un nouveau sytstème d’artillerie , …..

Le passage concernant les hélicoptères est à souligner car pour assurer ses missions en Afghanistan la Norvège a du dégarnir son secteur septentrional , plus particulièrement dans les missions de surveillance de la frontière Russo-Norvègienne .

 

Ce réarmement se justifie aussi  selon la nouvelle politique septentrionale de la Norvège  qui donc sera essentiellement sécuritaire . : « There is thus a close linkage between the Government’s Northern Area strategy and the development of the Armed Forces. »

On croyait jusqu’ à présent qu’il s’agissait de développement socio-économique , nous voilà donc rassuré !


 
Concernant la coopération dans le domaine de l'armement elle passe sous-silence la collaboration avec la Suéde , un des piliers de la Doctrine Stoltenberg , et pour cause : La Norvége a choisi le JSF-35 pour l'équipement de son armée de l'air en lieu et place du Gripen Suédois .

De la même manière ,parmis les succés à l'exopration de l'industrie d'armement Norvègienne , il faut signaler la vente du NSM ( Naval Strike Missile ) à la Pologne qui va en équiper sa future base sur la Baltique , contribuant ainsi à l'augmentation des risques de dérapages militaires dans cette région .[ 4 ]

Maintenant passons à ces choses que l’on se doit de dire mais qu’on aimerait passer sous silence sur  la scène internationale sous peine d’être taxé de bellicisme :

-         Mme Grete Faremo reconnaît que le potentiel des forces armées Norvégiennes n’a jamais été aussi élevé depuis 2005 :

“ The reduction in numbers began towards the middle of this decade. Since 2005 the Armed Forces have in fact grown in size. Year on year. “

-         Le budget des forces armées est en augmentation :

“ In a Europe where defence budgets in some countries are being cut by as much as 30 percent, Norway is in a situation where real growth in the defence budget is possible. We are pressing on with the continuing development of our Armed Forces.”

 

 

Fait intéressant : L’un des faits intéressant que révèle ce discours est l’existence de syndromes de stress chez les militaires Norvègiens de retour d’OPEX , principalement d’Afghanistan , et la nécessité de renforcer le traitement de ceux-ci   :” But we also know that many find it hard to live with what they have experienced in operations abroad. This government has strengthened substantially the aftercare available to those returning from such operations. This work was initiated through the Long-Term Plan for the Armed Forces and was followed up in a Report to the Storting [ Parlement Norvégien – NDLR ] last year. The report was entitled “From national serviceman to veteran – about taking care of personnel before, during and after participation in operations abroad”


Liens :
[ 1 ] Capable and ready for action – Norway’s armed forces 2010


Articles associés :
[ 2 ]Russie : Exercitus sanus in nation sana
[ 3 ]La Norvège et le Danemark renforcent leur potentiel militaire dans l'arctique .
[ 4 ]La Pologne se dotera d'une base sur la Baltique .

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article

Liens