defense

Publié le 10 Juin 2010

MOSCOU, 9 juin - RIA Novosti

Deux bombardiers porte-missiles stratégiques multi-mission Tu-160 (code OTAN: Blackjack) de l'Armée de l'air russe effectuent un vol de portée maximum de 18.000 km, a annoncé mercredi à RIA Novosti Vladimir Drik, porte-parole du ministère de la Défense.

"C'est la deuxième mission du genre pour ce type d'avions que sont des bombardiers lourds supersoniques. Le vol précédent à bord d'un Tu-160 date de l'année dernière. Il a duré près de vingt et une heures. Si tout se passe comme prévu, le vol actuel marquera un record, sa durée devant dépasser le précédent de deux heures pour constituer environ vingt trois heures et couvrir une distance de quelque 18.000 km", a indiqué M.Drik.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 9 Juin 2010

Des spécialistes Russes envoyés en Corée du Sud pour expertiser l'épave de la corvette Cheonan remettent en cause certaines conclusions de la commission d'enquête internationale qui accuse la Corée du Nord d'avoir torpillé la Corvette Cheonan dans les eaux frontalières des deux états .

À la demande de Séoul le président russe Dmitri Medvedev, a depêché  quatre experts navals pour  étudier les arguments et les conclusions de la commission d'enquête  des experts envoyés par l'Australie, le Canada, les États-Unis, Royaume-Uni et la Suède.

Dans une déclarataion à Interfax AVN , le Chef d'état-major des forces armées russes Nikolaï Makarov, a déclaré qu'il est prématuré de tirer des conclusions sur les causes de cette tragédie qui s'est déroulé le 26 mars dernier à proximité des eaux territoriales Nord-Coréennes et qui a couté la vie à 46 marins Sud-Coréens.

"Il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives. Notre groupe d'experts qui ont travaillé à Séoul est en train de préparer le matériel pour son rapport aux autorités du pays " a déclaré le général à Interfax.

"Après avoir étudié les documents présentés par Seoul  et les dommages subi par la coque du navire, les spécialistes russes considérent  léger certains arguments de la commission internationale sur l'implication  de la Corée du Nord dans le naufrage de la corvette   "a rajouté  une source anonyme de l'état-major général. 

 

 

Le général Makarov a déclaré que  le Ministère Russe des Affaires Etrangères devrait divulguer les conclusions du  rapport après la présentation de celui-ci au Kremlin .

Des journalistes de l'agence Ria-Novosti ont été conviés à prendre des photos de l'épave et des débris de la torpille que les autorités Sud-Coréennes affirment avoir repêché sur-place .

 La divulgation des conclusions de l'enquête pourrait être faite au mois de Juillet selon un communiqué du Ministère Russe de la Défense .

Les experts Russes sont revenus en Russie avec des échantillons destinés à des analyses . [ 2 ]

 

  

Note de l'Editeur :

 

Tout comme ces experts Russes , je ne peux que mettre en doute certaines des conclusions de la commission internationale .

Si le naufrage de la corvette Cheonan est sans aucun doute liè au phénomène de flexion alternée de la coque consécutif aux efforts engendrés sur la structure par une onde de choc engendrée par une explosion sous-marine d'une charge explosive , la nature de celle-ci reste à determiner et les débris d'une torpille exhibée sous un sarcophage de verre ne constituent pas un " smoking gun " accusant la Corée du Nord , le RDX pouvant trés bien être utilisé pour des mines navales.

Cette explosion peut très bien avoir été provoquée par une mine sous-marine , dérivante ou non , munie d'un detecteur de proximité comme une mine magnétique .

 Les avaries infligées à l'HMS Belfast le 21 novembre 1939 par une mine magnétique Allemande sont semblables à celles infligées au Cheonan , sauf bien sûr au niveau de l'intensité : Les efforts engendrés par la surpression provoquent la flexion de la coque , cas de l'HMS Belfast , et peuvent provoquer sa rupture dans le cas du Cheonan

 Tout comme pour le naufrage du Koursk , des enregistrements des ondes sismiques engendrés par l'explosion ont été faits par des geophysiciens Sud-Coréens mais on se demande comment une " charge de 250 kg d'explosifs détonant entre 3 et 9 m de profondeur " peut être attribuée plus à une torpille qu'à une mine ?

Transformer une mine dérivante , même Nord-Coréenne , en une torpille a énormément de conséquences sur le plan politique et la manière dont ce naufrage va être perçu par l'opinion publique internationale .
Une mine est essentiellement une arme défensive sauf si elle est mouillée dans les eaux territoriales d'un autre état et  le naufrage du Cheonan ne serait dans ce cas qu'une regretable

" fortune de mer " alors qu'une attaque par torpille suggère un acte d'agression délibéré .
D'autres questions  méritent d'être posées :
Comment un navire équipé pour la lutte ASM n'a t'il pas détecté un ou des submersibles et une torpille dont la discrétion accoustique doit laisser plus qu' à désirer ? Car la technologie Nord-Coréenne en question date du début des années soixante , voir est antérieure , alors que la suite de detection des navires Sud-Coréens doit dater des années 80 .
Quid des communications échangées entre les navires Sud-Coréens et leur base à terre au moment de la prétendue attaque ?
Quelles sont les règles d'engagement qui ont été observées  ?
Pourquoi la présence de l'Armada Nord-Coréenne avec notamment un navire d'assistance aux submersibles n' a t'elle pas été révélée au moment du naufrage et surtout pourquoi cette présence n'a pas été intégrée dans les manoeuvres Sud-Coréennes ?

 

Des experts Russes comme le  Dr. Konstantin Asmolov de l'Institut de l'Extrême-Orient Orient de l'Académie des sciences de Russie suggérent que la corvette a été détruite  par une torpille Sud-Coréenne ou Etasunienne lors d'exercices navals et que l'incident est exploité de manière éhontée par la Corée du Sud pour provoquer une tension avec la Corée du Nord .  Au moment de la tragédie du Cheonan les manouvres américano - sud-coréennes  Toksuri – Foal eagle ont eu lieu en mer Jaune, impliquant un sous-marin nucléaire et des navires américains équipés de radars de détection avancée.

 

Cui Bono ?

 

Le " torpillage " , mettons des guillemets car une commmission composée d'Anglo-Saxons et de la " neutre " Suède me parait plus que partiale , de la corvette-destroyer Cheonan survient dans un context des plus defavorable pour les Etats-Unis dans la région :
- Contestation de la présence Us à Okinawa
- Modification de la chaîne de commandement des forces conjointes Americano-Coréennes en temps de guerre : A partir de 2012 , la Corée du Sud ne sera plus soumise au commandement Us en temps de guerre .

 

 

Liens :

[ 1 ] Cheonan: les débris examinés par des experts russes (Défense/Corée) - Depêche de Ria Novosti du 3 juin 2010 .

[ 2] Russian Defense Ministry to report on Cheonan sinking in July - Depêche de Ria Novosti du 9 juin 2010 .

  Voir aussi :

La corvette Cheonan anéantie comme un bateau de papier analyse de Ivan Zakhartchenko .

 et le reportage photo de Der Spiegel .

On notera les déformations des pales des hélices ?

 

 

null

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 6 Juin 2010

La ministre de la défense Argentine Nilda Garré vient d'annoncer que l'Argentine va lancer d'ici 15 ans un navire à propulsion nucléaire . Elle a ajouté qu'avec ce projet  le gouvernement de Christina Kirchner compte combler le retard pris ces deux dernières décennies par l'Argentine dans le secteur scientifique , technologique et industriel .

Alors que plusieurs responsables militaires se posaient des questions sur la nature de ce " navire " , la ministre dans une interview publiée par La Naçion le 5 juin 2010 a modéré sa première déclaration en précisant que pour le moment l'Argentine allait se concentrer sur la production de réacteurs nucléaires destinés à la propulsion navale sans exclure la possibilité de les intégrer sur des navires de la Marine Argentine et en ajoutant que la construction d'un SNA présentait des obstacles particuliers :

“No anunciamos de ninguna manera esto (la construcción de un submarino nuclear). Vamos a retomar este proceso para la fabricación de motores nucleares y luego se verá qué tipo de buques, es muy prematuro decir si será para un rompehielos o para un submarino. Lo importante es que nuestros técnicos retomen estas investigaciones interrumpidas”,

“En el programa figuraban barcos y buques con este tipo de motores y también para un submarino. Un submarino siempre tiene otro tipo de complejidades, la idea es retomar la responsabilidad de motores a propulsión nuclear. La Marina ha tenido permanentemente el proyecto en carpeta y por diversas circunstancias ha tenido que interrumpir esto, pero es un tema que debemos retomar. La Argentina en energía nuclear tiene grandes científicos y técnicos que pueden posibilitar la reactivación de esta actividad”

 

 

Le chef d'Etat Major de la Marine , l'amiral Jorge Godoy a suggéré auparavant de doter le brise-glace ARA Almirante Irizar qui ravitaille les stations de recherche Argentines dans l'Antarctique avec ce réacteur . L'Argentine serait ainsi la deuxième nation au monde aprés la Russie à disposer d'un brise-glace à propulsion nucléaire .

 

 Quel sera le réacteur nucléaire naval Argentin ?

 

L'Argentine commercialise des réacteurs nucléaires de faible puissance destinés à la recherche fondmentale et à la production d'isotopes pour la médecine produit par la société d'état INVAP [  Investigaciones Aplicadas -Recherches Appliqués ]

Le réacteur naval Argentin se baserait sur le projet CAREM de 100 MWth-25 MWe destiné à l'origine à des applications comme la désalinisation de l'eau de mer .

Son intégration serait d'autant plus facile dans un des submersibles de la classe TR 1700 que ce réacteur trés moderne  a été conçu sur le modèle de celui équipant le cargo à propulsion nucléaire NS  Otto Han complété par les travaux menés par la Marine Argentine dans l'optique d'une intégration dans les submersibles de la classe TR 1700 livrés par l'Allemagne au début des années 80 .  

En janvier 2009 , les Argentins ont procédé dans les ateliers des arsenaux nationaux à la coupe de la coque de l'ARA SAN JUAN pour moderniser le  Groupe Moto-Propulseur du submersible [  mise en place d'un système de propulsion anaérobie fourni par HDW - Howaldtswerke-Deutsche Werft GmbH selon certaines sources ] , une première depuis vingt ans pour la construction navale de ce pays qui recouvre ainsi ses capacités .[ 1 ]

Le programme pourrait être mené selon le chronogramme  suivant :

 

Fin 2013 : Essais du réacteur CAREM

 

Fin 2015 : Essais d' integration à bord d'un submersible de la classe TR 1700

 

Fin 2020 - 2025 : Mise en service opérationelle à bord d'un submersible construit localement en collaboration avec le Brésil ou un pays tiers .

 

 

 

 Le programme nucléaire Argentin , essentiellement à vocation civile , a été lancé au début des années 50 sous l'impulsion de Juan Domingo Peron . A partir des années 70 il prend un caractère plus militaire mais étant mené sous la responsabilité de la Marine il s'oriente des ses débuts vers la propulsion nucléaire et non pas la recherche de l'arme atomique à contrario du programme nucléaire Brésilien placé lui aussi sous l'autorité de la Marine .

En 1990 le Brésil étai!t au seuil nucléaire avec le  projeto SOLIMÕES .

Evoqué en février  2010 par la presse , le projet de construction en commun d'un  réacteur nucléaire naval  et même d'un submersible à propulsion nucléaire par les deux pays a été vite démenti par les chefs politiques Brésiliens et Argentins .

 

Les deux pays s'orientent actuellement vers la construction d'un centre d'enrichissement bi-national de l'Uranium selon les déclarations faites par les chefs d'Etats Brésiliens et Argentins lors de leur dernière rencontre . Le Brésil a aussi proposé à l'Argentine la création d'un conseil de Sécurité Sud-Américain  destiné à relocaliser puis  développer la fabrication de matériel militaire sur le continent .

 L'annonce de la reprise d'un programme de réacteur nucléaire naval survient quelques semaines aprés que l'Argentine a constaté l'obsolescence de ses forces militaires dans la dispute qui l'oppose à la Grande-Bretagne sur le  projet  de forages au large des Malouines .

 

L'auteur de ce blogue souhaite apporter sa modeste contribution à ce programme  en proposant de baptiser le futur SNA Argentin de ARA Norberto Ceresole .

Le géopolitologue Argentin Norberto Ceresole*  a publié divers ouvrages traitant de la réappropriation par l' Amérique Latine de ses capacités industrielles en matière militaire qu'il considérait comme la base d'une politique d'indépendance nationale :Materiales sobre economía de la defensa y política de la defensa et tecnologia militar y estrategia nacional .

 

 

* Professeur à l’Institut d’Etudes Latino-américaines de l’Académie des Sciences de l'URSS et l'à l’Ecole supérieure de guerre de l’URSS

 

 Source : Presse Brésilienne et Argentine .

 

Liens :

 

[ 1 ] Recovery of submarine maintenance and construction techniques

 

Documentation

 

Réacteur CAREM

 

 

 null 

 

  null 

 null

null 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 5 Juin 2010

Comme je l'ai annoncé dans les colonnes de ce blogue , un nouveau centre analytique concernant le marché mondial des armes a vu le jour en Russie , le TSAMTO - Центр анализа мировой торговли оружием - ЦАМТО ou centre d'analyse du commerce mondial des armes . [ 1 ]

Il ne s'agit pas de faire la promotion sur ce blogue du commerce des armes mais de faire face à une réalité :  Le commerce des armes c'est de la géopolitique .

Il ne s'agit pas non plus de se cacher derrière un lance-pierres : Le commerce des armes a été depuis l'antiquité , d'abord par le commerce du cuivre puis du fer , un vecteur de la diplomatie d'influence des cité-états , des empires , des états . C'est une réalité encore plus vraie aujourd'hui que le géopolitologue  Argentin Norberto Ceresole traduisait par cette expression :

" Il est très  important que le Venezuela ou le Brésil achètent des
armes à la Russie ou à la Chine . L'achat d'un système d'armes ce n'est pas seulement l'achat d'une technologie mais aussi l'acquisition d'un système de pensée . En achetant un chasseur Russe ou un canon chinois , c'est tout les systèmes de pensée Russe ou Chinois qui imprégneront les Etats Majors puis les forces armées Venezueliennes ou Bresiliennes dans leur ensemble  "

Au delà des centres analytiques et de leurs discours convenus , des jugements moralisateurs du " café du commerce " , c'est un fait  qui est accepté de manière publique dans le dernier document normatif publié par les services du MAE Russe sous la signature de Serguei Lavrov : Le commerce des armes est reconnu officiellement par les chefs politiques Russes comme un des vecteurs de leur diplomatie afin d'augmenter l'influence de la Russie dans le monde ,  et par ricochet de diminuer l'influence dans certaines régions du monde de ses compétiteurs au premier rang desquels les Etats-Unis avec en particulier le cas de l'Amerique Latine . [ 2 ]

Cette nouvelle publication est d'autant bienvenue dans un contexte global d'augmentation des dépenses militaires .

 

Il est d'ailleurs très interressant de suivre les derniers développements de la politique étrangère Russe , des derniers projets de coopération et en particulier dans le domaine de la coopération militaire , pour souligner l'importance de ce dernier document et de son caractère predictif .

 

Comme tous les centres analytiques le TSAMTO propose des documents " grand public " et des documents sur abonnement . Parmis ceux-ci , des indispensables " équilibres des forces " régions par régions .

 

 

Le site du TSMATO vous renvoi à la revue " Natsionalnaya Oborona " - Défense Nationale - desormais sur internet , plus précisemment avec des extraits en ligne et " grand public "

A l'heure ou le complexe militaro-industriel Russe subit de profondes mutations avec par exemple la volonté de l'Armée Russe de s'équiper avec du matériel en provenance de l'étarnger sa lecture - malheureusement uniquement en Russe - est des plus intéressantes .

 

 

 

 

null 

Articles associés

[ 1 ] Commerce mondial d'armes: un centre d'analyse créé en Russie

[ 2 ] Politique étrangère Russe : Le programme et les recommandations de Serguei Lavrov .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 5 Juin 2010

MOURMANSK, 4 juin - RIA Novosti

Un grand navire anti-sous-marins de la flotte du Nord, le Severomorsk, a effectué une escale dans la base navale norvégienne de Haakonsvern, a annoncé le porte-parole de la flotte.

"Tôt dans la matinée, le navire russe a été accueilli par la frégate norvégienne Otto Sverdrup qui l'a escorté vers la base. Sur le quai d'amarrage, le Severomorsk a été salué par les représentants du commandement de la base et de l'ambassade russe en Norvège", a indiqué le militaire.

Vendredi le commandement du Severomorsk a examiné avec ses collègues norvégiens les détails du prochain exercice conjoint Pomor-2010 dont la phase active se déroulera du 7 au 11 juin en mer de Barents et de Norvège.[ 1 ]

Le 7 juin le Severomorsk et l'Otto Sverdrup gagneront le large et lanceront la première des quatre étapes de l'exercice, selon le militaire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

 

null 

 

 

 

 

Par Ilia Kramnik, RIA Novosti

 

Le budget militaire pour la réalisation du programme gouvernemental de réarmement à l’horizon 2020 s’élèvera à 13.000 milliards de roubles. Tel est le chiffre annoncé par le général Oleg Frolov, chef du département armements du ministère russe de la Défense, durant son intervention à la Douma (chambre basse du parlement russe).

Selon le général, ce budget devrait être suffisant pour moderniser les forces nucléaires stratégiques, ainsi que l’armée de l’air et la défense antiaérienne. Toutefois, il est proposé de reporter à des jours meilleurs la modernisation de l’armée de terre et de la marine, qui devront pour l’instant se limiter au maintien des équipements existant en état de disponibilité opérationnelle avec une acquisition minimale de nouveaux matériels.

Pour financer la totalité des besoins des forces armées russes, entre 28.000 et 36.000 milliards de roubles sont nécessaires pour le programme de réarmement dans les dix prochaines années, estime Frolov.

De quels équipements seront finalement dotées les forces armées ? Dans les cinq ans à venir, l’armée de l’air doit compléter son parc de 350 nouveaux chasseurs et de 400 nouveaux hélicoptères modernisés. Au final, dans dix ans l’armée de l’air devrait compter 1500 appareils de tous types, dont au moins de 800 nouveaux chasseurs modernisés. Le chasseur de cinquième génération T-50, qui, selon les estimations officielles, devrait être produit en série en 2015, constituera la principale nouveauté.

Il est prévu de moderniser l’aviation militaire de transport qui comprendra le parc actuel des appareils Il-76, An-22, An-124 Rouslan etc. et les nouveaux appareils Il-476, Il-112B, An-70 et les nouveaux Rouslan dont la production devrait reprendre.

Les forces antiaériennes continuent à recevoir les systèmes S-400 qui compléteront les S-300 modernisés, les systèmes de missiles Pantsir à courte portée, ainsi que les S-500, les Vitiaz et autres armements actuellement en cours de développement.

Les forces nucléaires stratégiques, étant une priorité selon les déclarations faites à plusieurs reprises par les chefs militaires et dirigeants du pays, continueront à être réarmées. Les troupes des missiles stratégiques (RVSN) seront dotées de missiles balistiques intercontinentaux Topol-M et Iars ainsi que d’un nouveau missile lourd en silo. La modernisation des bombardiers lourds Tu-95 et Tu-160 ainsi que le développement du bombardier du futur pour l’aviation stratégique, PAK-DA se poursuivent pour l’armée de l’air. Les forces nucléaires stratégiques navales devraient recevoir 8 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins du projet 955 dotés du missile Boulava, dont les essais devraient être terminés cette année.[ Article en préparation - NDLR ]

Qu’en sera-t-il pour l’armée de terre et la marine ? Apparemment, en ce qui concerne ces types d’armées, il faudrait s’attendre à une modernisation très lente du matériel militaire avec une dotation minimale de nouveaux systèmes, et cela constitue un danger important.

Pour l’armée de terre une telle approche pourrait être justifiée. Aujourd’hui pratiquement tous les pays voisins de la Russie refusent d’augmenter les capacités de leurs armées de terre, la majorité d’entre eux va même jusqu’à les réduire considérablement. Les modifications concernent aussi les programmes de développement et de production de tous nouveaux systèmes. Ainsi, les États-Unis ont annulé l’ambitieux projet Future Combat System, dans le cadre duquel il était prévu de créer toute une famille de nouveaux véhicules de combat allant de pièces d’artillerie à des véhicules blindés de combat d’infanterie. L’Allemagne et la Grande-Bretagne ont annulé leurs projets de développement de chars. Tout récemment la Russie a annoncé la suspension du développement du nouveau char T-95.

De toute évidence, l’armée de terre devrait se limiter à la dotation en versions modernisées des systèmes existants, ainsi qu’à la réparation des systèmes actuellement en service.

La situation de la marine est d’autant plus difficile. Sans une augmentation du budget, dans les dix prochaines années la marine recevra tout au plus 12-15 navires de surface de classe corvette-frégate, 6-8 sous-marins polyvalents à propulsion nucléaire et diesel et quelques navires et vedettes d’autres classes. Reste possible l’acquisition de 4 porte-hélicoptères d’assaut amphibie de classe Mistral.

Ce nombre est tout à fait insuffisant pour compenser les pertes de la marine compte tenu du vieillissement des navires. À ce rythme de dotation, en 2020-2025 la marine russe sera réduite à une formation de base incapable d’intervenir sur un théâtre d’opérations extérieures, de protéger les intérêts économiques de la Russie, de naviguer dans les zones maritimes stratégiques, d’assurer le soutien de l’armée dans les zones côtières et de défendre ses eaux territoriales en cas d’affrontement avec un ennemi puissant.

L’exécution d’une mission d’importance capitale, telle que la mise en œuvre de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, sera remise en question. Compte tenu de l’importance croissante de la marine et des opérations militaires en zone maritime, une telle situation serait absolument inacceptable. L’édification de la marine doit se dérouler de manière régulière et stable sur une période de plusieurs années voire décennies. Dans la situation actuelle, l’incapacité dans laquelle est la Russie de financer le développement de sa marine est susceptible, d’ici dix ans, de remettre en question sa capacité à défendre ses propres intérêts, sa souveraineté et son intégrité territoriale. La seule issue serait d’augmenter la part des dépenses militaires dans le PIB en améliorant parallèlement le système de répartition du budget alloué. L’expérience montre qu’en Russie on sait gaspiller l’argent.


Ce texte n’engage que la responsabilité de l’auteur.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 31 Mai 2010

MOSCOU, 25 mai - RIA Novosti

Un centre d'analyse du commerce mondial d'armes a été créé en Russie [Центр анализа мировой торговли оружием (ЦАМТО) -TSAMTO Centre d'analyse pour le commerce mondial des armes .]  , a annoncé mardi à RIA Novosti le directeur du centre et membre du Conseil social auprès du ministère russe de la Défense Igor Korotchenko.

"Une structure chargée de suivre l'évolution du marché mondial des armements et du matériel de guerre a vu le jour en Russie. Le centre réunit des experts en matière d'économie militaire, de complexe militaro-industriel et de coopération militaire  internationale", a-t-il déclaré.

Selon M. Korotchenko, les succès de la Russie sur le marché mondial de l'armement, où elle arrive en deuxième position depuis quelques années, doivent être étayés par la mise en place d'un centre analytique aussi réputé que le SIPRI (Stockholm International Peace Research Institute), le service de recherche du Congrès américain CRS (Congressional Research Service) et l'Institut international pour les études stratégiques (IISS). Ces structures font actuellement "la pluie et le beau temps" dans le domaine des études consacrées au commerce mondial d'armements.

S'agissant des exportations mondiales de matériel de guerre, les experts sont actuellement obligés de se fonder sur les chiffres fournis par les centres analytiques occidentaux. Or, il arrive souvent que ces chiffres ne reflètent pas la réalité, a souligné M.Korotchenko.

"Nous sommes en train de rédiger un Annuaire du commerce mondial d'armes. Cet ouvrage présentera aux experts internationaux la vision russe de l'évolution du marché de l'armement entre 2002 et 2009", a-t-il conclu.

 

 

Note de l'Editeur :

Les coopérations dans le domaine militaire , les ventes d'armement sont cités dans les recommandations de Serguei Lavrov pour promouvoir le développement de la Russie  .:

" Une utilisation efficace de la politique étrangère dans le cadre du développement à long terme de la Russie " .

  Ex :

- Promouvoir en Amérique Latine et les Caraïbes la vente d'armes russes et de matériel militaire en utilisant leur intérêt qui réduit  la dépendance vis à vis des fournisseurs traditionnels, en particulier les États-Unis .

- Donner la priorité à la mise en place de la coopération militaro-industrielle avec l'Argentine, le Brésil et le Venezuela .

 

Site

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 27 Mai 2010

Le site  Brésilien CAVOK propose de nouvelles photos do PAK- FA lors d'essais à Joukovsky . On notera les nouvelles marques de nationalité " basse-visibilité " de l'Armée de l'Air Russe .

To Ariel Cohen with love !

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 24 Mai 2010

Le Brésil construit sa " NEF SESAME "

 

Le nouvel immeuble de dix étages en construction au complexe militaire d'Aramar ( SP ) va abriter le Laboratório de Geração Nucleoelétrica (Labgen), d'ou sortira le premier réacteur nucléaire 100% Brésilien .

 

La première utilisation de ce réacteur sera d'équiper le premier SNA Brésilien [SNB - Submarino Nuclear Brasileiro de Ataque ]  qui devra entrer au service actif à partir de 2020 . Dans cet immeuble sera monté une réplique à taille réelle du submersible pour tester chaque point du réacteur  , du GMP [ Groupe Moto-Propulseur : Réducteur et auxiliaires ] et des différents systèmes embarqués afin d'entrainer l'équipage .

[ Comme tout programme moderne de submersibles , une " double-coque " installée autour de la maquete du GMP et équipée d'hydrophones permettera aussi certainement de tester la discrétion accoustique  du submersible comme dans la Nef Sesame d'Indret -  . Le problème est de limiter le bruit et les vibrations transmises à la coque par les parties tournantes  .Le Brésil utilisera pour cela un concept national dérivé de la construction des ultra-centrifugeuses, utilisées dans l’enrichissement de l’uranium utilisé comme combustible dans le  réacteur- NDLR ] .

 

Le réacteur en construction sera d'une nouvelle génération qui permettera d'utiliser un combustible moins enrichi et d'espacer les rechargements en combustible nucléaire . Le

 capitaine de vaisseau André Luís Ferreira coordonateur du programme de propulsion nucléaire de la Marine souligne qu'en plus de faire avancer le secteur militaro-industriel la construction de ce réacteur va béneficier à toute la société Brésilienne . Par extrapolation le type de réacteur étudié à Aramar pourra être utilisé pour la production d'énergie electrique dans des centrales nucléaires civiles .

" Les prochaines centrales nucléaires utiliseront de la technologie Brésilienne , sinon dans l'ensemble mais dans une proportion de plus en plus grande pour arriver à 100% .

Le Labgene est la première pierre des futures usines nationales . Nous développons des fournisseurs qui sont déja habitués avec les normes techniques ,les précautions et les inspections de contrôle de qualité " .

 

 

La maîtrise du cycle nucléaire et la géopolitique

 

La maîtrise complète du cycle nucléaire à l'échelon industriel  qui , selon la Marine Brésilienne , sera atteint cette année va augmenter le " niveau géopolitique" du Brésil avec des conséquences comme l'accés à un siège de membre permanent au Conseil de Sécurité des Nations-Unies selon le professeur de relations internationales Alberto Montoya de l' Escola Superior de Propaganda e Marketing (ESPM ) .

" Pour ceci [ obtenir un statut de membre permanent ] le pays doit avoir une capacité militaire de projection de son pouvoir au niveau international . Rien ne sert de dire que vous avez un statut de membre permanent et de de ne pas avoir la capacité d'agir en conséquence  "

La maîtrise du cycle complet de l'Uranium à l'échelon industriel donne de nouveaux pouvoirs mais impose aussi des responsabilités :

" Si un pays du Tiers-Monde affirme qu'il domine ce cycle , ceci finit par être perçu comme de la méfiance car il s'agit d'un facteur géostratégique qui diminue sa dépendance vis à vis des grandes puissances . Avant d'imposer du respect , ceci impose  la responsabilité que ce programme sera utilisé à des fins pacifiques et que son utilisation sera accompagnée par un programme spécifique de contrôle "

 

 

Pour le professeur Montoya la construction d'un submersible à propulsion nucléaire de type SNA à l'horizon 2020 est un facteur fondamental pour garantir la souveraineté sur les ressources maritimes .

Le SNA Brésilien est directement liè à l'Amazonia Azul - l'Amazonie Bleue  concept qui définit l'extension territoriale maritime  du Brésil , y compris les gisements pétroliers off-shore de Prè-Sal .

" Le Brésil défend une extension maritime qui recouvre 900 000 km2 , soit une superficie équivalente aux états du Rio Grande do Sul, de Santa Catarina, du Paraná et de São Paulo réunis .

Pour surveiller cette zone un SNA sera réellement utile maisil faut préciser qu'un seul submersible sera insuffisant pour couvrir toute cette zone " *

 


Dans des déclarations à la presse Brésilienne le 25 mai 2009 , le ministre Brésilien de la défense, Nelson Jobim, a qualifié le projet comme "La clé garantissant la richesse nationale située en océan Atlantique". Pour le ministre, "On ne peut envisager la protection [ de cette richesse ]  avec seulement des navires de surface, qui sont des plateformes faciles à localiser".
Jobim a de plus rappelé que, avant la mise en service du SNB, “4 sous-marins classiques, à propulsion diesel-électrique, seront construits".
La flotte de SNB sera composée de bâtiments de 96 m de longueur, d’un déplacement de 4.000 t en plongée et d’une hauteur maximale de 17,8 m — l’équivalent d’un édifice de 7 étages, au niveau du kiosque, la tour qui abrite les périscopes et divers appendices, comme le système des Moyens de Soutien Electronique, le Radar et les antennes de communication.

 

Le professeur Montoya a aussi souligné qu'il faut éviter  toute pause dans ce programme qui a commencé dans les années 70 . Ce programme qui va engendrer des dépenses importantes  pour le Brésil devra être poursuivi par la prochaine administration quelle qu'elle soit dans l'optique qu'il conditionne la position du Brésil sur la scéne internationale . Celle ci devra aussi tenir compte du fait que les couts engendrés par ce programme seront pour le Brésil non seulement économiques mais aussi politiques et militaires .  Le projet est actuellement financé à hauteur de 130 millions $ par an.

 

* Certains projets prévoient la constitution de deux à trois escadres de submersibles le long du littoral Brésilien .

 

Tereza Barbosa  et Vladimir Platonow  d'Agencia  Brasil via blogue  Plano Brasil

  Domínio nuclear eleva patamar geopolítico do Brasil, diz especialista

Reator de submarino nuclear fica pronto em 2014 e será modelo para usinas

Brasil domina neste ano ciclo industrial completo do urânio, revela oficial da Marinha

 

 null

 

 null

 

 null

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 24 Mai 2010

MOSCOU, 24 mai - D'aprés depêches RIA Novosti

La Russie mène des "négociations de précontrat" sur l'acquisition de quatre bâtiments de projection et commandement (BPC) de type Mistral, a annoncé lundi le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

La Russie mène des "négociations de précontrat" sur l'acquisition de quatre bâtiments de projection et commandement (BPC) de type Mistral, a annoncé lundi le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

"Nous sommes en négociations de précontrat sur l'achat de ce type de navire avec l'Espagne, les Pays-Bas et la France. Nous envisageons de signer un contrat sur quatre navires de cette classe", a expliqué le ministre.

Selon lui, un BPC doit être construit "entièrement à l'étranger" et trois autres avec la participation de spécialistes russes.

"Le quatrième navire doit être construit dans une mesure maximum en Russie", a indiqué M.Serdioukov.

"Nous nous penchons sur cette question avec tout le sérieux requis", en vertu d'une décision présidentielle, a-t-il noté.

Les chantiers navals russes sont prêts à lancer la construction des porte-hélicoptères de classe Mistral si le ministère russe de la Défense prend une décision en ce sens, ont annoncé lundi le Holding industrie unifié (OPK) et le Consortium unifié de constructions navales (OSK) russes.

"Si le ministère de la Défense nous charge de construire de tels navires, nous y sommes prêts", a indiqué le porte-parole d'OPK Dmitri Morotchenko avant de rappeler que les représentants de la France avaient visité plusieurs usines militaires du groupe.

"Nous sommes prêts à envisager la coproduction de porte-hélicoptères Mistral avec nos partenaires français. La construction de ces navires n'a rien de spécial. L'Union soviétique avait construit de tels bâtiments de guerre, par exemple le navire de transport militaire Ivan Rogov. La réalisation de cette commande ne posera aucun problème à OSK", a pour sa part déclaré le porte-parole d'OSK Igor Riabov.


" Le ministère projette d'équiper "en premier lieu" en BPC les flottes du Nord et du Pacifique, a poursuivi M.Serdioukov, ajoutant que l'armée avait déjà testé l'atterrissage d'un hélicoptère russe sur le pont du Mistral français.

 

Des hélicoptères de combats russes Ka-52 Alligator pourraient équiper les porte-hélicoptères de type Mistral que la Russie envisage d'acheter à la France, avait  annoncé mercredi 11 mai aux journalistes à Moscou le directeur général du groupe "Hélicoptères de Russie" Andrei Chibitov.

Interrogé sur le type d'hélicoptères susceptibles d'équiper le Mistral russe, M.Chibitov a répondu: "Selon les Français, le Ka-52 est le meilleur".

Le responsable a indiqué qu'outre l'Alligator, deux autres hélicoptères, Ka-32ABC et Ka-27, avaient été testés en 2009 pendant la présence d'un navire de cette classe en Russie.

Le directeur du Service fédéral de coopération technique et militaire, Mikhaïl Dmitriev, avait indiqué en avril dernier que la décision d'acheter des Mistral français avait été prise au niveau politique.

Doté d'une masse au décollage de 10,4 tonnes et capable de développer une vitesse de 300 km/h le Ka-52 Alligator (code OTAN: Hokum B) a effectué son premier vol en juin 2008 dans la région du Primorié (Extrême-Orient russe). Prévu pour deux personnes cet appareil peut atteindre une distance de 520 km et un plafond en vol stationnaire hors effet de sol de 3.500 mètres. En vertu de la loi de programmation militaire, 30 unités de cet hélicoptère équiperont l'armée russe avant 2012.

 

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0