defense

Publié le 28 Septembre 2009

On ne sait plus ou mettre les symboles © tant ces expressions sont vides de sens lorsque les mediats déversent ces phrases à propos de l'Iran , de la Russie ou il y a quelques années de l'Irak !
Symbole ultime de cette " défiance "©  vis de la " communauté internationale " © , la portée des missiles Sahab-3 pourrait menacer la  " petite démocratie du Proche Orient " © , Israel .[ 1 ]
Ces missiles peuvent menacer aussi le Bahrein , l'Arabie Séoudite , l'Afghanistan ,Le Khazakstan , l'Inde et la Chine ( voir carte ci-dessous ) , mais non : Le critére ultime de défiance © est " Israel "
Tremblez charmante Elvire , voilà que se profilent les wagons , " Nuit et Brouillard " et Lord Valdemort  .
Peut être est ce le critère de la superficie territoriale qui justifie le choix d' " Israel " et dans ce cas il faudra attendre la géneration des Shahab-4 pour qu' " Israel " se transforme en " Nepal " ou " Bouthan " et que l'on puisse lire :
" L'Iran défie de nouveau la communauté internationale en testant des missiles Shahab-4 dont la portée couvre  le Népal "
Il faudrait enfin que l'on m'explique ce qu'est cette " communauté internationale " © , autrefois dénommée " concert des nations " © [ 2 ] .Bon .
Il ya certainement dedans les nations membres de l'OTAN , mais il faut se poser la question si la Chine , l'Inde , plus d'un milliard d'êtres humains pour chacun de ces deux pays appartiennent à cette " communauté internationale " ©
La Russie , le Venezuela , on sait déja que ces deux pays n'en font pas partie comme l'Iran .

[ 1 ] L'Iran a testé un missile Shahab 3 dont la portée couvre Israël - Depêche de Reuters du 28 septembre 2009 .
[ 2 ] Damas réintègre le concert des nations - Article de La Croix du 26 novembre 2007 .
Iran: ambitieux programme spatial et balistique

Par Andreï Kisliakov, RIA Novosti

Alors que le lancement imminent d'une fusée nord-coréenne visant à mettre en orbite un satellite ou à atteindre des objectifs militaires retient l'essentiel de l'attention de la communauté mondiale, une information est passée quasiment inaperçue: le satellite iranien lancé le 2 février dernier a achevé son existence, après avoir fonctionné 40 jours.

Le potentiel de l'Iran dans le domaine des missiles, qui repose sur tout ce qui a été créé de meilleur à une époque par l'URSS, la Chine et la Corée du Nord, va permettre à la République Islamique de devenir rapidement une véritable puissance spatiale, détenant de puissants missiles stratégiques. A côté du nucléaire civil, le perfectionnement des technologies spatiales et balistiques constitue l'orientation principale du développement des Forces armées de l'Iran et de son industrie.

Aussitôt après le lancement réussi d'un satellite en février, le chef de l'Agence spatiale iranienne, Reza Taghipour, avait révélé dans une interview certains détails du programme national de conquête de l'espace. Par exemple, la République Islamique prévoit d'envoyer dans l'espace, d'ici 2021, son premier astronaute grâce à une fusée de fabrication iranienne.

Le ministre iranien des Communications a déclaré pour sa part que Téhéran était en train de concevoir sept modèles de satellites, dont trois appareils de télécommunications destinés à être placés sur une orbite élevée. Selon ses projets, l'Iran devrait avoir cinq satellites fonctionnant en orbite en 2010.

Il est à noter que le responsable de l'astronautique iranienne a confirmé l'intention de son pays d'aller plus vite, notamment, que la Chine, laquelle a mis 15 ans à préparer son premier vol habité.

Téhéran ne manque pas d'ambitions spatiales, mais celles-ci, il faut le dire, sont tout à fait fondées, surtout dans le domaine du développement des technologies balistiques. Le premier satellite iranien, Omid (Espoir), a été placé en orbite par la fusée porteuse à deux étages Safir-2 (Ambassadeur). Selon des informations en provenance de Téhéran, des fusées porteuses du type Kavoshgar seront lancées prochainement.

Les services de renseignement occidentaux ont déjà prévenu: les succès remportés par l'Iran dans la construction de fusées civiles témoignent de ses nouvelles possibilités de perfectionner ses missiles balistiques stratégiques.

Les prototypes des missiles iraniens sont le missile tactique soviétique RS-14 Scud et ses versions nord-coréennes et chinoises modernisées. Les missiles iraniens de ce type sont les Shahab. Leur fabrication a débuté au début des années 90, lorsque avaient été développés les missiles Shahab-1 et Shahab-2 sur la base de plus de 300 missiles Scud achetés à la Corée du Nord. En 1997, la République Islamique d'Iran a lancé sa propre fabrication de ces missiles. Selon certaines données, l'Iran fabriquerait également des missiles Shahab-2 en Syrie.

Une nouvelle étape a été franchie avec le missile Shahab-3, qui repose sur les missiles nord-coréens Nodong-1/A et Nodong-1/B. Il n'est pas exclu que ces derniers aient été conçus et modernisés avec le soutien financier de l'Iran. Tout en engageant une série d'essais de ce missile en 1998, Téhéran a amorcé la conception du missile Shahab-4. Le premier lancement réussi d'un Shahab-3 doté d'un nouveau moteur nord-coréen a eu lieu en juillet 2000. Le 22 septembre 2003, des missiles Shahab-3 installés sur des rampes de lancement mobiles ont été présentés lors d'une parade militaire à Téhéran.

Les analystes occidentaux estiment que ce missile, d'une portée d'environ 2.000 km et d'une charge utile de 700 kg est, en fait, un missile de moyenne portée. Ou, pour appeler les choses par leur nom, une arme stratégique. Qui plus est, si l'on en croit les informations publiées, au début de l'année dernière, les Iraniens ont porté la charge utile du missile à 1,3 tonne, sans diminuer pour autant la portée du tir.

Les travaux battent leur plein en vue de fabriquer des missiles balistiques à propergol solide Shahab-5 et Shahab-6, d'une portée respective de 3.000 km et 5.000 km. Autrement dit, Téhéran n'est pas loin de créer des missiles stratégiques de portée intercontinentale.

L'infrastructure au sol est adaptée à l'ampleur de ce programme de missiles. L'Iran dispose déjà de sept gros centres de conception et de fabrication de missiles (Ispahan, Semnan, Chiraz, Sultanatabad, Lavizan, Kukh-Eh-Bardjamali et Chahroud), sans compter de nombreuses entreprises plus modestes.

L'ambition inébranlable de Téhéran de renforcer ses troupes balistiques est confirmée par le fait que les unités de missiles ont été confiées depuis peu aux unités d'élite des Gardiens de la Révolution islamique.

Désormais, le statut des troupes de missiles est encore plus élevé. Elles sont subordonnées au seul chef spirituel de la République Islamique d'Iran.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.




Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 20 Septembre 2009

MOSCOU, 19 septembre - RIA Novosti. Le ministère russe de la Défense a mis au point un programme de restauration de ses croiseurs porte-missiles lourds, a annoncé samedi au micro de la radio Echo de Moscou le vice-ministre Vladimir Popovkine.

"Nous disposons de quelques bâtiments de ce type, hérités de la flotte soviétique et nous avons mis au point un programme de leur restauration", a indiqué M.Popovkine.

Actuellement, la Marine russe est dotée d'un seul croiseur porte-missiles lourd à propulsion nucléaire Piotr Veliki. Il s'agit de restaurer et de moderniser les croiseurs Admiral Nakhimov et Admiral Lazarev. Le ministère de la Défense croit opportun de doter la Flotte russe de trois croiseurs dont un fera partie de la Flotte du Pacifique et les deux autres - de la Flotte du Nord.

L'utilisation des croiseurs porte-missiles lourds à propulsion nucléaire est dictée par la nécessité de réaliser des campagnes et des exercices à grande distance, a expliqué le vice-ministre.

"Pour cela, nous avons besoin de croiseurs porte-missiles lourds à propulsion nucléaire, car on ne va pas loin avec les moteurs diesel", a conclu M.Popovkine.

Note de l'Editeur
On notera une fois de plus l'importance particulière accordée à la Flotte du Nord .
Le croiseur porte-missiles lourd Piotr Veliki , basé à Severomorsk ,  a participé aux manoeuvres Russo-Venezueliennes VENRUS 2008 du 1-2 décembre 2008 .
Le 12 février 2009 son équipage a capturé 10 pirates au large des côtes Somaliennes .


Liens :

La classe Kirov sur le site de la F.A.S.



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 20 Septembre 2009

Ce sera , pour l'instant , mon seul et unique commentaire ( Voir la réponse à ANNA ) sur cet " événement "

MOSCOU, 17 septembre - RIA Novosti. L'abandon déclaré par les Etats-Unis de leur bouclier antimissile en Europe ne doit pas porter à l'euphorie, a estimé jeudi Dmitri Rogozine, délégué permanent russe auprès de l'OTAN.

"On entend à présent en Occident, notamment à l'OTAN, que c'est une immense concession à la Russie... Mais ce sont avant tous ceux qui comptent obtenir de nous une contrepartie qui parlent d'une prétendue concession", a indiqué le diplomate sur la chaîne Vesti.


Le site officiel de Dmitri Rogozine

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 18 Septembre 2009

La Russie a mené au mois d'aout 2009 les manoeuvres " LAGODA 2009 " dans la Mer Baltique et au début de ce mois ( 09 septembre ) les manoeuvres " ZAPAD 2009 " .
Les manoeuvres LAGODA 2009 que je n'ai pas pu commenter étant absent étaient basées sur des scénari compreanant la protection d'un " corridor énergetique " dans la Baltique et on ne peut que penser qu'au futur gazoduc " Nord-Stream" .
Voici l'article de Ilia Kramnik de Ria Novosti commentant les exercices ZAPAD 2009 .
La Russie et la Biélorussie ont lancé des manoeuvres conjointes de grande envergure menées avec des effectifs et un arsenal très importants : 12.500 militaires, plus de 220 chars, près de 470 véhicules blindés, 230 pièces d'artillerie, mortiers et lance-roquettes multiples, un grand nombre de véhicules auxiliaires, des navires de guerre des flottes du Nord, de la mer Baltique et de la mer Noire, ainsi que 60 avions et 40 hélicoptères. Les services spéciaux et les organes de justice des deux pays prendront également part aux exercices. 

Zapad: 19 ans de manoeuvres de grande envergure aux portes de l'Occident



Selon le communiqué, l'objectif des manoeuvres réside dans "les préparatifs en cas de menace contre la stabilité stratégique dans la région de l'Europe orientale". La partie russe est représentée par des unités de la 20e armée de la région militaire de Moscou, des groupements opérationnels du commandement général des forces aériennes, les commandements de l'aviation de transport militaire et des troupes aéroportées, y compris des unités de la 98e division de ces mêmes troupes. Les exercices prévoient notamment un lâcher de 600 parachutistes accompagnés de véhicules blindés.  

Les exercices se concentreront non seulement sur la réalisation des objectifs de combat, mais aussi sur le commandement de nouveaux groupements et unités actuellement en cours de création dans le cadre de la réforme militaire. La gestion des opérations est confiée aux chefs des états-majors généraux russe et biélorusse, le général d'armée Nikolaï Makarov et le lieutenant général Sergueï Gouroulev.

Les exercices porteront également sur la mobilisation de réservistes et de matériel, ainsi que sur le transfert de troupes à de grandes distances grâce à différents moyens de transport. Tout cela constitue une partie intégrante des conflits contemporains qui exigent manoeuvres actives de forces, y compris à l'échelle mondiale.   

Le volet maritime des manoeuvres, qui se tiendra en mer Baltique, sera dirigé par le vice-amiral Viktor Tchirkov, commandant par intérim de la Flotte de la mer Baltique et chef de son état-major. Les manoeuvres navales réuniront des navires de guerre, notamment les frégates récemment construites Neoustrachimy et Iaroslav Moudry, l'aviation maritime et des unités de fusiliers marins, y compris celles des navires de débarquement des flottes du Nord et de la mer Noire.

L'envergure des exercices Zapad-2009 n'est pas sans rappeler celle des manoeuvres soviétiques Zapad-81, organisées du 4 au 12 septembre 1981. D'une durée plus limitée, les exercices Zapad-81 avaient toutefois engagé un nombre sans précédent de militaires et de véhicules. Ces manoeuvres portaient sur l'offensive des forces soviétiques et alliées en cas d'une éventuelle guerre avec l'OTAN.

De  nouveaux exercices portant le nom Zapad ne s'étaient déroulés qu'en 1999. Ces derniers étaient concentrés sur des actions possibles de l'armée russe en cas de conflit avec l'OTAN similaire à celui en Yougoslavie au printemps 1999. Les résultats des manoeuvres avaient alors montré que la Russie ne serait en mesure de repousser une agression éventuelle de l'Occident qu'en recourant à l'armement nucléaire, ce qui s'est soldé par un nombre de modifications significatives des schémas d'utilisation de ses armes, notamment des engins tactiques. La Russie a rabaissé le "seuil d'utilisation" de l'armement nucléaire, en renonçant de fait à l'engagement soviétique de ne pas y recourir la première.

Les exercices actuels ne revêtent pas de caractère manifestement "anti-occidental", mais leur "légende" tient sans doute compte des relations assez compliquées entre la Russie et les pays d'Europe orientale, ainsi que de la possibilité de déclenchement de différents conflits locaux dans la région. Bref, l'objectif des manoeuvres réside toujours non seulement dans l'entraînement des troupes et la formation des militaires, mais aussi dans la démonstration des capacités d'influer sur la situation, y compris par l'emploi de la force militaire.

Liens :
Les entraînements avant les exercices Zapad 2009 - Reportage photo de Ria Novosti

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 17 Septembre 2009

Lors d'une conférence de presse lundi dernier , le général Viktor Trufanov  a annoncé la création d'un groupe de défense des frontières septentrionales de la Russie placé sous l'autorité du FSB .
Celui sera placé sous le commandement des regions administratives du FSB de Mourmansk et Arkhangelsk .
Pour la première fois depuis des années les élèments maritimes de ce nouveau groupement ont patrouillé la Mer de Chukchi et le long de la Route Maritime Nord .
En Aout , un navire de patrouille de garde-cotière du Nord-Est , le " Neva " , a intercepté au large des côtes de la Sibérie Orientale un yacht Norvégien , le " RX2 " ,  qui voulait atteindre le Pôle-Nord . [ 2 ]
Lors de la publication de la doctrine arctique Russe , le terme " unités destinées à la défense de l'arctique " avait était interprété en Occident comme une " militarisation de l'arctique " par la Russie alors que les responsables militaires Russes avaient bien précisés qu'il s'agissait d'unités de gardes-frontières qui seraient placés sous l'autorité du FSB .[ 3 ]
Le service des gardes-frontières de la région du Nord-Est a été créé en 1924 avec l'installation d'un bataillon de 90 hommes sur la peninsule du Kamtchatka.

Note de l'Editeur : LE FSB est l'organe pour la sécurité de l'état successeur du " vilain-méchant " KGB .

Liens :

[ 1 ] Арктическая группировка по защите северных границ РФ создана в погранслужбе ФСБ РФ - Un groupement arctique pour la défense des frontières septentrionales a été établi au sein des gardes-frontières du FSB - Article de Ria Novosti du 15 septembre 2009 .
[ 2 ]Российские пограничники задержали норвежскую яхту - Un navire garde-côte Russe retient un yacht Norvégien Depêche de Pravda du 26 aout 2009.
В Восточно-Сибирском море российские пограничники задержали норвежскую яхту - Dans la Mer de Sibérie Orientale les gardes-frontières retiennent un yacht Norvégien - Article de Vostokmedia du 26 aout 2009 .

Articles associés :

[ 3 ] La Russie ne veut pas militariser l'arctique :  Pas de pingouins guerriers  .
[ 4 ] Des Cosaques pour garder les frontières Russes de l'arctique .



Sites

Site de la garde-côtière ( FSB ) du Nord-Est

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 14 Septembre 2009

MOSCOU, 10 septembre - RIA Novosti. Deux bombardiers stratégiques Tu-95MS russes ont effectué une mission de patrouille au-dessus de l'océan Glacial Arctique, a annoncé jeudi le porte-parole du Commandant en chef de l'Armée de l'air russe Vladimir Drik.

"Les pilotes ont survolé les eaux neutres de l'océan Glacial Arctique et le Pacifique. Ils se sont entraînés à voler au-dessus de zones sans repères. Les avions ont décollé d'un aérodrome dans la partie orientale de la Russie et ont réalisé leur mission avec succès", a indiqué M. Drik.

Les bombardiers russes ont été escortés par deux F-15 américains pendant leur vol de plus de 10 heures.

"Les équipages ont effectué un ravitaillement en vol grâce à des avions de ravitaillement Il-78, ce qui constitue un élément de pilotage très difficile", a noté l'officier.

Les équipages de l'Aviation russe à long rayon d'action réalisent régulièrement des missions de patrouille au-dessus des eaux neutres de l'Arctique, de l'Atlantique, de la mer Noire et du Pacifique.

"Les vols sont réalisés en stricte conformité avec les règles internationales d'utilisation de l'espace aérien au-dessus des eaux neutres, sans violer les frontières aériennes des autres États", a précisé l'Armée de l'air
russe .





Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 3 Septembre 2009

Deux signaux contradictoires sont parvenus ces derniers jours en provenance de Scandinavie qui révélent la manière dont est perçue la présence Russe dans l'arctique .
Le premier signal est celui envoyé par le chef des services de renseignements militaires Danois qui affirment que les " conlits d'interêts " dans l'arctique peuvent mener à des crises diplomatiques mais que des affrontements armés sont peu probables . [ 1 ]
Le gouvernement Danois , dont l'ancien premier ministre assume les fonctions de secrétaire général de l'OTAN , a récemment fait état de son intention de créer un commandement militaire pour l'arctique .[ 2 ]
Le second , plus rassurant , provient du MAE Norvégien Jonas Gahr Støre qui ne voit rien d'inquiétant dans une présence militaire accrue de la Russie dans l'arctique . [ 3 ] Il affirme qu'il n' y a pas actuellement de tensions palpables entre les forces armées Russes et Norvégiennes et que malgrés l'augmentAtion  des dépenses militaires Russes , la situation n'est en rien comparable avec l'époque de la " Guerre Froide " .
En 1968 par exemple , des blindés Soviétiques se dirigeant vers la frontière Sovieto-Norvégienne au cours d'un exercice ont provoqué l'affolement à Oslo .
Selon Jonas Gahr Støre cette confiance provient du fait que depuis 15 ans les Russes et les Norvègiens collaborent dans le domaine transfrontalier . Ces coopérations transfrontalières régulières semblent être peu affectées par les tensions qui peuvent apparaître entre l'OTAN et la Russie .
Avant-hier  , des chefs militaires Norvègiens comme le contre amiral Trond Grytting chef du commandemant naval Nord et le responsable régional des gardes-côtes , le commodore Steve Olsen , se sont rendus dans la cité Russe de Mourmansk pour y renconter des responsables du FSB , dont le commandant local du service des gardes frontières le Major-Général Vyacheslav Biryukov , et des gardes-côtes . Les discussions  ont porté sur la situation le long de la frontière Russo-Norvégienne , la gestion des ressources biologiques dans la Mer de Barents et la coopération des gardes côtières Russes et Norvègiennes  . 
Cette visite qui doit se dérouler trois jours va aussi servir à préparer les manoeuvres conjointes " Barents Rescue 2009 " [ 4 ]
Aujourd'hui s'ouvrait aussi à Mourmansk la 12 eme session de la commission mixte Russo-Novégienne sur la sécurité radiologique nucléaire dans les régions du Nord-Est .
Cette commisiuon traite principalement de la liquidation du parc de submersibles nucléaires Soviétiques dans l'arctique et de la réhabiliattion des zones de mouillage ou de dépot des objets irradiés [ 6 ]

Si Jonas Gahr Støre questionne le réarmement Russe , quel est sa signification et quels vont être les postes de dépense , il n'y voit pas matière à augmenter la présence militaire Norvégienne dans le Nord .
Notons cependant que la Norvège accueille les exercices Cold Response dont le dernier scénario a particulièrement irrité Moscou et que la Norvége a décidé de transférer son commandement militaire national d'Oslo vers  la partie septentrionale du pays dans la ville de Bardufoss . Le transfert a été achevé le 3 aout dernier . [ 5 ]
La Norvège vient égalemment de signer un contrat pour l'acquisition de 48 avions de combat F-35 en partie en raison de leurs capacités à mener des missions dans l'arctique .

Qui croire ? S'agit t'il du jeu du " good cop " et du " bad cop " ? En tout cas comme le souligne l'expert Canadien Rob Huebert :
" Les Scandinaves vont continuer à parler de coopération [ dans l'arctique ] mais ne cesseront pas de s'y préparer militairement "



Liens :
[ 1 ] : Danes Warn on Arctic Claim - Depêche de The Moscow Times du 3 septembre 2009 .
Le rapport des Sr Danois - La page 20 est consacrée à l'arctique .
[ 3 ] Frykter ikke Russland - Interview de NRK du 3 septembre 2009 .
[ 4 ] Корабль Береговой охраны Королевства Норвегия «Баренцхав» прибыл в Мурманск - Article de B-port du 1er septembre 2009 .
[ 5 ] Hæren gjenoppstår i ny drakt


Articles associés :

[ 2 ] La militarisation de l'arctique par le Danemark augmente les risques de conflits
[ 6 ] 3 сентября в Сванховде состоится 12-е заседание российско-норвежской комиссии по вопросам ядерно-радиационной безопасности в Северо-Западном регионе - Article de B-port du 2 septembre 2009 .



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 28 Juillet 2009

Un pas de plus vers la militarisation de l'Arctique .
Le Danemark qui va assurer le secrétariat général de l'OTAN et qui préside le Conseil Arctique s'apprête à créer une Task Force dédiée l'Arctique , au Groenland et dans les îles Faroe principalement .
Les missions du  plan d'action pour la période 2010-2014 approuvés par le parlement le mois dernier prévoient le renforcement de la base de Thule au Groenland , la création d'une force de réaction rapide ,  le renforcement des patrouilles aériennes au dessus du Groenland ainsi que des patrouilles maritimes renforcées  . La création d'un " commandement arctique " serait égalemment à l'étude .
Selon Rob Huebert du Calgary’s Centre for Military and Strategic Studies, " Les Scandinaves ne cesseront de parler de coopération mais continueront de se préparer au pire des scénarios " mettant en avant les derniers exercices Cold Response 2009 en Norvège  ( 3  )
«La question est de savoir si ces gestes, qui reposent sur une espèce de méfiance et la crainte quant à ses propres possessions, peuvent s'accumuler de façon à mener à un Arctique conflictuel», a affirmé Franklyn Griffiths, auteur et professeur à la retraite de l'Université de Toronto. «C'est inquiétant», a-t-il ajouté.
Selon certains analystes , les nations scandinaves ( Norvège , Suède , Danemark ) n'agiraient que comme " proxy " pour défendre les interêts Etasuniens dans l'arctique , principalement contre la Russie . ( 2 )
C'est la stratégie pronée dés septembre 2007 par Ariel Cohen de l'Heritage Foundation ( 7 )
Le Danemark est en outre le " gardien " des détroits de Sund et du Belt et " verouille " la mer Baltique , un élement important à prendre en compte dans le cadre de la stratégie " Arctique-Baltique " préconisée par le rapport Stoltenberg .
Les forces armées Danoises disposent d'une unité de reconnaissance opérant avec des traineaux basée au Groenland , la Slædepatruljen Sirius ( 4 ) Elle est opérationelle depuis le début de la seconde guerre mondiale .
Cette unité participera du 25 aout au 5 septembre aux exercices " Northern Deployment " en compagnie d' unités Etasuniennes et Canadiennes . Les patrouilleurs " Ejnar Mikkelsen " et " Hvidbjørnen " particeperont égalemment aux manoeuvres ainsi que des éléments aériens . Le Canada sera représenté en autre par le brise-glace CCGS " Henry Larsen " . Les élèments aériens Etasuniens de la base de Thule participeront ausi à ces exercices ( 8 ) . [ Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour saluer ici son officier des relations exterieures ;0) ]
Commentant les projets Danois, un porte -parole du MAE Russe a déclaré " La Russie est contre le développement d'une course aux armements dans la région Arctique et suggére comme alternative le développement des coopérations bi-latérales dans les domaines de la securité de la navigation , les secours et la prévention des catastrophes écologiques "
Il a ajouté que c'était dans l'intêret de la Russie de préserver la paix et la coopération dans la région .










Liens :

( 1 )
Denmark plans forces for Arctic - Article de BBC News du 16 juillet 2009 .
Forsvarschefen har planer med Thule-basen - Article de Sermitsiaq.ql du 22 juillet 2009 .
( 2 )
Denmark to open Arctic military command - Article du World Socialist Web Site du 22 juillet 2009 .
( 3  )
Danish military plans raise fears of Arctic conflict - Article de Fort-Frances Times du 29 juillet 2009 .
( 4 )
A brief history of the Sirius Patrol in in Northeast Greenland
( 5 ) Russia against arms race in Arctic - foreign ministry - Article de Ria Novosti du 21 juillet 2007
( 8 )
Stor militærøvelse til søs - Grønlands Kommando gennemfører øvelse for at udvikle samarbejde med USA og Canada. - Article de Sermitsiaq.ql du 28 juillet 2009 .
Articles associés :
( 6 )
Les plans de guerre de l'OTAN pour le Grand-Nord
( 7 ) Ariel Cohen : La haine en Heritage.org











Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 23 Juillet 2009

MOSCOU, 23 juillet - RIA Novosti. Après la démission du concepteur du missile Boulava, Iouri Solomonov, au lendemain de l'échec de son dernier essai ( 1 ) les tests seront poursuivis, a annoncé jeudi un représentant haut place de l'Etat-major principal de la Marine, cité par les médias russes.

"Nous poursuivrons ces essais et nous n'envisageons pas encore d'autres variantes, qui à ce jour n'existent pas", a annoncé le militaire.

Sur les onze tests du Boulava, 6 ont été un échec. Le 15 juillet, après une défaillance technique au premier étage, le missile s'est autodétruit.

Le missile balistique naval intercontinental R30 3M30 "Boulava" (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) équipera les sous-marins stratégiques russes (projet 955, classe Borée) actuellement en cours de construction ou au stade des essais. Il s'agit de trois sous-marins, le Iouri Dolgorouki, l'Alexandre Nevski et le Vladimir Monomakh.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 16 Juillet 2009

MOSCOU, 16 juillet - RIA Novosti. Le sous-marin lanceur d'engins stratégique Dmitri Donskoi a effectué le 15 juillet un tir d'essai d'un missile balistique Boulava, qui s'est autodétruit suite à une défaillance technique au premier étage du missile, a annoncé jeudi le ministère russe de la Défense.

"Une commission chargée d'enquêter sur les causes de l'échec a été constituée", a précisé le ministère.

Jusqu'en 2009, la Marine russe a procédé à dix essais du missile Boulava, dont cinq se sont soldés par des échecs.

Conçu par l'Institut des technologies thermiques, le missile intercontinental R30 3M30 Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile à propergol solide et à trois étages. D'une portée de 8.000 km, Boulava peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante.

Le missile Boulava-30 doit équiper le sous-marin stratégique modernisé Dmitri Donskoï (projet 941 de classe Akoula) et les sous-marins Iouri Dolgorouki, Alexandre Nevski, Vladimir Monomakh et d'autres submersibles de classe Boreï (projet 955). Au total, la Russie envisage de construire huit sous-marins nucléaires de ce type avant 2015.

Des soupçons de sabotage

MOSCOU, 17 juillet - RIA Novosti. Une enquête sera ouverte sur les causes de l'échec du dernier tir du missile balistique Boulava pour déterminer s'il y a eu sabotage soit en usine, soit lors de l'assemblage du missile, a annoncé vendredi à RIA Novosti une source auprès des services spéciaux russes.

Le 15 juillet un tir d'essai du missile intercontinental balistique naval Boulava s'est soldé par un échec, le missile s'étant autodétruit suite à une défaillance technique du premier étage.

"Une pièce défectueuse peut s'introduire dans le missile soit en l'absence de contrôle efficace de la qualité à l'usine de production, soit lors de l'assemblage de l'engin. Compte tenu de l'importance de la dotation des Forces stratégiques navales russes en missiles Boulava, les deux cas seront qualifiés comme acte de sabotage", a précisé l'interlocuteur de l'agence.

Conçu par l'Institut des technologies thermiques, le missile intercontinental R30 3M30 Boulava-30 (code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile à propergol solide et à trois étages. D'une portée de 8.000 km, Boulava peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante.

Le missile Boulava-30 doit équiper le sous-marin stratégique modernisé Dmitri Donskoï (projet 941 de classe Akoula) et les sous-marins Iouri Dolgorouki, Alexandre Nevski, Vladimir Monomakh et d'autres submersibles de classe Boreï (projet 955). Au total, la Russie envisage de construire huit sous-marins nucléaires de ce type avant 2015

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0