economie

Publié le 8 Février 2009

Abstract - After selling its 34% shares in AREVA NP , the Germano-French nuclear holding , Siemens turns to the Russian atomic energy agency Rosatom for a joint venture . Siemens CEO Peter Löscher met in Moscow premier Vladimir Putin , Serguei Kirienko head of Rosatom and Serguei Chmatko the Russian minister of energy .
This Germano-Russian agreement on nuclear issues may lead to a common energy agency between the two countries and reflects the good relationships between these countries as the meeting between Sergeui Lavrov and Frank-Walter Steinmeier in Munich showed it . Siemens will also build the fast train between Moscow and Saint-Petersburg , the Sapsan , and plans cooperation with GAZPROM on LNG technology . The picture of the article is procative , according to the rabid Russophobic comments on this issue made by  the British " Yellow journalism " , French " Le Monde " and German " Der Spiegel " . Nicolas Sarkozy's and " Mister K . " compulsive Atlanticism turns away France from a continental cooperation on energy issues .


Alors que le vice-premier ministre Russe Serguei Ivanov ( et non pas  le MAE Serguei Lavrov , ce qui en soit constitue une information  ) a rencontré lors de la conférence de de Munich sur la sécurité le MAE Allemand Frank-Walter Steinmeier en souligant la qualité des relations Germano-Russes aprés que celui ait proposé d'intégrer la Russie  à l'architecture de sécurité Européenne et envoyé une lettre au président Obama dans laquelle il appelle le président élu des Etats-Unis à accepter l'initiative du président russe Dmitri Medvedev visant à rénover l'architecture de la sécurité européenne  , une nouvelle particulièrement importante vient de tomber dans le cadre de  la coopération énergetique Germano-Russe : La Société Siemens va créer un  groupe commun pour la construction et la vente de centrales nucléaires avec l'agence fédérale Russe Rosatom . Cette annonce survient aprés l'annonce de la cession des parts de Siemens ( 34% ) dans le consortium Areva NP , une décision motivée par le refus Français d'une augmentation de celles-ci .
Nicolas Sarkozy avait en effet jugé, en 2007, que la présence de Siemens dans Areva était contradictoire avec la politique allemande de sortie du nucléaire, qui prévoit la fermeture de sa dernière centrale en 2021. A l'Elysée, on admet avoir refusé un renforcement de Siemens dans Areva quand le groupe allemand voulait monter au capital de la maison mère. ( 1 )

"Nous sommes prêts à passer de la réalisation de projets au cas par cas à un partenariat d'envergure entre Siemens et Rosatom, qui pourrait activement travailler en Russie, Allemagne et dans des pays tiers", a indiqué le premier ministre russe, Vladimir Poutine au président du directoire de Siemens, Peter Löscher, mardi 3 février, en marge d'une réunion des cadres dirigeants de Siemens à Moscou.
"Le fait que vous organisiez des réunions du conseil d'administration à Moscou est significatif", a ajouté M.Poutine s'adressant aux responsables de Siemens.

 

Le rapprochement entre Siemens et Rosatom pourraît à terme entraîner la création d'une agence commune Germano-Soviétique dans le domaine de l'énergie .

" L'agence sera chargée de l'économie et de l'efficacité énergétique, et la réalisation des projets en matière d'efficacité énergétique est une des tâches prioritaires du gouvernement russe"
a annoncé le ministre russe de l'Energie Sergueï Chmatko à l'issue de sa rncontre avec Peter Löscher .

M .Poutine a annoncé la création d'un groupe de travail commun, jugeant possible un accord complet avant la fin du mois d'avril. De son côté, Sergueï Kirienko le président de Rosatom, a jugé qu'un tel partenariat renforcerait les deux entreprises sur les marchés mondiaux, où la concurrence fait rage entre Areva, l'américain General Electric (lié à Hitachi) et le japonais Toshiba-Westinghouse. Un rapprochement germano-russe sur le dossier nucléaire  faciliterait la pénétration du marché ferroviaire pour Siemens, au détriment d'Alstom.
Siemens participe déja au projet de train à grande vitesse Sapsan entre Moscou et Saint-Petersbourg .
Au total, Siemens doit fournir aux Chemins de fer de Russie dix rames d'ici 2010 et assurer leur entretien technique pendant 30 ans, dans le cadre d'un contrat d'environ 600 millions d'euros .


M . Peter Löscher  a egalement rencontré M. Alexei Miller le PDG de GAZPROM .  Gazprom et Siemens entendent réaliser des projets conjoints en matière de technologies de production de gaz naturel liquéfié (GNL), a annoncé mardi le holding gazier russe dans un communiqué.
Les deux sociétés "envisagent d'accroître leur coopération et de réaliser de nouveaux projets conjoints, notamment en matière de technologies de production de GNL et de création de l'infrastructure de maintenance pour des ouvrages énergétiques".

Le début de la coopération active Gazprom-Siemens remonte à 1993, avec la réalisation de projets de télécommunication et d'automation des processus technologiques sur différents gisements de gaz en Russie.

Le 3 avril 2008, Gazprom et Siemens ont signé un accord de partenariat stratégique.

( 1 ) - LE MONDE | 04.02.09 - Un axe germano-russe se dessine dans le nucléaire

Note de l'Editeur :
Aprés le partenarait énegetique Germno-Russe autour du projet "Nord-Stream " , de la participation deschantiers navals Allemands au développement de l'Arctique Russe , c'est un nouvel axe de la coopération énergetique entre la Russie et l'Allemagne qui se met en place . Il est régretable que les dirgeants de notre " cher et vieux pays " n'arrivent pas à retenir les leçons de l'histoire ! Toutes proportions gadées , c'est l'aveuglement Napoléoniste qui avait précipité l'Alliance entre la Prusse et de la Russie connue sous le nom de convention de Taurogen , de la même manière c'est notre suivisme de l'Angleterre qui a empêché une alliance Européenne au lendemain de la première  guerre mondiale et précipité l'Allemagne , puis l'Allemagne Nazie dans les bras de l'URSS .
Toujours sur le dos de la France .
La Russie et l'Allemagne , au delà du temps , arrivent toujours à secreter au sein de leurs classes politiques des Serguei Witte et des  Karl Von Bülow prêts à s'entendre  . Il est certain qu'avec " Monsieur K. " nous sommes loin d'avoir un Gabriel Hanotaux mais un Theophile Delcassé atlantiste de la pire espèce . Je vous recommande d'ailleurs chaudement le livre que Pierre Péan vient de lui consacrer .
Les feuilles de  chou comme " L'Immonde " , la " yellow press " Britiche et " Kivousavé " s'étant vautré dans le " Reductio ad Hitlero " à l'annonce de cette nouvelle , il n' y pas de raison que par provocation je ne mette pas aussi une illustration "ad-hoc " !
Cerise sur le gâteau : Siemens a été le premier contractant pour la centrale nucléaire de Busheher en Iran dont les Russes terminent la construction ...................




Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 20 Janvier 2009

Si l'année 2008 a été marquée par une production record pour LKAB , la mineralostatale  Suédoise  , 2009 s'annonce sous les plus sombres augures .
LKAB qui contrôle les mines de
Kiruna et de Malmberget.dans l'Arctique Suédois a produit en 2008 ,43 millions de tonnes de minerai dont 27,5 pour la mine de Kiruna et 15.4 millions de tonnes pour la mine de Malmembegt .
Le minerai est acheminé en grande partie
par trains vers le port de Narvik . Depuis le début de l'année , le nombre de trains quotidiens est passé 13-12 à sept et la situation pourrait perdurer tout au long de l'année  . Les aires de stockage du port de Narvik sont pleines et LKAB envisage de fermer plusieurs de ses unités de pelletage  pour la période de l'hiver-printemps 2009 .


Au même moment , la presse Russe (Vedemosti ) annonce le possible mariage des trois grands du secteur minier Russe : Rusal ( Aluminium ) , Norisk Nikel ( Nickel , métaux non ferreux ) et Mettaloinvest ( minerai de fer et sidérurgie ) qui possédent des actifs importants dans l'Arctique Russe .
L'intiative en revient au président Russe Dmitri Medvedev et l'Etat Russe pourrait avoir une importante participation dans ce " Behemoth minier " ou ce " GAZPROM minier " qui pourrait concurrencer la multinationale  BHP Billiton selon le Moscow Times .Les dettes de ces trois entreprises auprés de l'Etat Russe et les dettes auprés des banques étrangères rachetées par l'état Russe au travers de la  banque VEB étant converties en participation de l'Etat au conglomérat .
" Kivousavé " parle déja de " Metalostatism " et évoque les conséquences d'un embargo de produits miniers non-ferreux à destination de l'Occident tandis que d'autres comme Robert Larson de l'Agence de Défense Suédoise ( vois supra ........ ) ou Liam Anderson  auteur du livre " Strategic Minerals and Global Geo-Economics " parlent d' " impérialisme minier " ( SIC ! )  et de l'utilisation de ce conglomérat comme une arme économique par le gouvernement Russe .
" Due to Russia's actions on the nonferrous metals markets, there have been claims of manipulation or dubious behavior "
"As the sector by and large is shielded from insight and data are secret or unreliable, it is hard to assess, but it is clear that Russia's impact on the markets is substantial. A Russian decision, or threat, to cut off supplies of minerals would certainly drive the world price up , probably significantly.
Disruptions in nickel or aluminum supplies, he said, "would have a trickle-down effect throughout the global economy."

 



On se demande bien ou ils  peuvent aller chercher une telle idée ?
Et quand BHP Biliton
rachéte des mines partout dans le monde , ce n'est pas aussi de l' " Imperialisme minier " ?

Les mariages , les promesses de fiançailles et même les ménage à trois dans l'industrie minière c'est comme dans la vie : Cela peut se terminer par une rupture ! Surtout si le consentement d'un tuteur ou d'un parent fait défaut .
C'est le cas du projet de développement du champ diamantifère de Verkhotinskoe  situé dans l'oblast d'Arkhangelsk souscrit entre la multinationale De Beers et la " major " Russe du pétrole Lukoil et dont les réserves sont estimées à plus de 5 milliads d'USD .
Ce projet devait permettre à De Beers de racheter à Lukoil au travers de sa filiale Arkhangelsk Diamond Corporation,49.9 % de la société Arkhangelsk Geological Extraction Company  (AGD) détentrice de la licence d'exploitation .
Cet accord devait recevoir un avis favorable de la commission anti-monopole Russe avant le 31 Décembre 2008 mais comme celle ci n' a pas donné son feu vert à cette date , il est désormais caduque .  Negocié depuis plusieurs années , il avait reçu un avis favorable de la commission sur les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques en octobre 2008 . Lukoil reste détenteur à 100 % de AGD .La lutte pour les prises de participation dans le champ diamantifère de Verkhotinskoe est un feuilleton qui a vu l'intervention du Fsb .
Depuis la période Soviétique , ou il était interdit de pronnoncer le terme " diamant " , le diamant est un secteur hautement stratégique en Russie . Durant la " période des troubles " , les années 90 , le trafic du " diamant de l'Arctique " aurait servi à Boris Berezovsky , fugitif international résidant actuellement en Grande Bretagne , à financer le terrorisme Tchétchène .
En Yakoutie ,
des organisations indigènistes financés par les Sr occidentaux ont essayé d'empêcher la prise de contrôle d'Alrosa par l'Etat Russe .



Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 15 Janvier 2009

La crise financière et desormais économique qui frappe l'ensemble de l'économie mondiale touche aussi l'arctique .Mais ses effets sont contrastés .
La pétrostatale Norvégienne StatOilHydro doit faire face à la chute du cours des hydrocarbures et si l'année 2008 a été une année record en matière d'exploration , de nombreux projets seront remis en cause en 2009 . La petrostatale Norvégienne a décidé de réduire de 3 Milliards d' Euros le buget initialement alloué à son programme d'exploration pour 2009 .

Cette année StatOilHydro a planifié la mise en exploitation de huit champs petrogaziers ( Plateau continental Norvégien , Tahiti , Angola et Gofe du Mexique ) magrés un seuil de  rentabilité estimé à 35 Usd le baril pour ces projets .

Le projet d'une usine de raffinage d'Aluminium ALCOA à  Maniitsoq,   au Greoenland n'est pas remis en cause malgrés la baisse du cours des metaux et les licenciements massifs prévus par la multinationale . Son caractère stratégique , il fait parti de la stratégie d' " entrisme " des Etazunis au Groenland , le préserve des effets de cette crise . Ce projet d'usine de raffinage est d'ailleurs à l'origine de la première altercation entre les autorités Groenlandaises et les autorités de la métropole Danoise . Tove Søvndahl Pedersen, la représentante du Groenland à Copenhague a indiqué queles autorités Groenlandaises ont l'intention d'adoucir les lois migratoires Danoises afin de permettre l'immigration au Groenland des ouvriers et techniciens que requière le développement de l'industrie minière et l'usine de traitement de l'Aluminium .

Le distributeur d'electricité Russe Kolenergo aprés avoir modernisé en 2008 le réseau de la peninsule de Kola , principalement autour des villes frontalières de Nikel, Zapolyarny et Pechenga , planifie de nouveaux investissements pour 2009 malgrés une baisse de la consommation de 9.7 % constatée en Russie .
Les principaux consommateurs d'energie de la peninsule de Kola sont les fonderies et les usines  de raffinage de Norisk Nikel .
Cette modernisation est aussi rendue nécessaire dans le cadre de la fourniture en énergie du champ gazier de Shtokman .
Au même moment la société TGK-1  prévoit des investissements  de 40 milliards de Roubles ( 960 millions d'Euros ) pour 2009 .
TGK-1 , un des principaux fournisseurs Russes d'électricité , posséde des centrales dans la région de Mourmansk , en Carélie et dans le Nord-Est de la Russie . Elle est controlée à pres de 27% par GAZPROM .







Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 8 Janvier 2009

J'ai déja évoqué dans ce blogue la présence des compagnies pétrogazières  Italiennes , dont ENI , dans l'Arctique Russe . Dans la péninsule du Yamal exactement . La  contre-partie en est pour GAZPROMla possibilté de racheter les parts d' ENI dans le gisement Libyen " Elephant " . Une Alliance Africaine et Arctique qui n' a pas l'heur de plaire à " Kivousavé " comme en témoigne cet article explicite du " Ouachintonne Times " .
ENI et GAZPROM se concertent d'autre part sur le projet de gazoduc Nigeria/ Algeria Trans-Sahara Gas Pipeline (TSGP) .

Le CEO d' ENI , Paolo Scaroni , présent dans la délégation Italienne qui a visité les projets gaziers du Yamal s'est d'autre part déclaré " serein " sur l'issue de la crise gazière Russo- OukraÏnienne .

" From the shores of the Arctic Ocean to the sands of Sahara " : Vous avez dit diversification ?
Les héritiers d'Enrico Mattei et de Vladimir Kryouchkov ont des successeurs dignes  .

 


Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 31 Décembre 2008

Le gouvernement Russe vient de publier la liste , non definitive , des entreprises qui beneficieront d'une aide financière pour faire face aux conséquences de " la crise " .
Cette liste comporte 295 entreprises , dont les compagnies du secteur energetique qui se taillent la part du lion ( 35 ) , les entreprises métalurgiques ( 32 ) et les sociétés de transport ( 25) .
RIA NOVOSTI et RUSSIA TODAY dans le secteur des media feront aussi parti des entreprises aidées  , voilà qui va encore faire " jaser " en Occident ............................
Cette liste provisoire a été approuvée le 23 décembre par une commission gouvernementale .
Concernant notre " théatre d'operations " , le Cluster Maritime Russe de l'Arctique est représenté par Sevmash et Zvezdochka shipyards , le secteur minier par Norisk Nickel , le secteur du transport maritime arctique par Murmansk Shipping company , la métallurgie par RUSAL et SeverStal  , le secteur petrogazier par GAZPROM et ROSNEFT .
Les sociétés aidées ont pour la plupart un chiffre d'affaire supérieur à 15 Milliards de Roubles et un effectif supérieur à 4000 personnes .

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 30 Décembre 2008

Si le glacier d'Ilulissat ( Groenland ) fait recette chez les responsables politiques et les touristes aisés, d'autres tentent de l'exploiter commercialement. C'est ainsi que Jesper Lovskov a été contacté il y a deux ans par un homme d'affaires danois, Morten Kelsen, qui venait d'avoir une idée lumineuse : puisque le glacier semble libérer de plus en plus d'icebergs, puisque certains ont tenté d'utiliser son eau pour vendre de la bière ou de la vodka, pourquoi ne pas récupérer les icebergs pour produire tout simplement l'eau la plus pure du monde. Ni minéraux, ni calcium. Avec un marketing... qui coule de source

D'autres envisageraient, dit-on, de grimper au sommet de la calotte glaciaire, là où il ne pleut pas, pour aller chercher en profondeur de la glace qui daterait de la naissance de Jésus, garantie à l'aide du carbone 14. L'eau du Christ !

Rien de tel pour l'eau du glacier, dont la mise en bouteilles est effective : "Greenland Ice Water ne contribue pas à la détérioration de la calotte puisque son eau vient des icebergs", assure Jesper Lovskov. Arrivé à Ilulissat en 1995, il n'a pas hésité à rejoindre le projet dont il est aujourd'hui le directeur. Il connaît bien le fjord. Pendant sept ans, il a pêché le flétan le long des icebergs, partant travailler avec son traîneau à chiens pour lancer ses hameçons dans les trous forés dans la banquise. La société a reçu le feu vert du gouvernement autonome groenlandais puis a pu commencer à travailler avec les pêcheurs locaux qui, en fonction de la demande, faible encore, lancent leurs filets dans la baie de Disko, juste à la sortie du fjord où s'accumulent les icebergs. Et pas de problème de gestion du stock avec un glacier qui rejette 30 milliards à 40 milliards de tonnes d'icebergs tous les ans, issus d'une calotte glaciaire qui contient 10 % des ressources en eau douce de la planète.

PÊCHEURS DE GLACE

Les pêcheurs de glace sont payés un peu moins de 7 centimes d'euro du kilo. Les plus actifs peuvent petit à petit devenir actionnaires de l'entreprise. La pureté de l'eau de glacier ne suffit toutefois pas à assurer son succès. Car si la source garantit une bonne pureté, le processus est complexe et coûteux pour garantir cette pureté. Les blocs de glace pêchés dans le fjord sont envoyés par navire en deux semaines jusqu'au Danemark, où ils sont traités pour être vendus aux restaurants. Greenland Ice Water tente de se faire connaître par tous les moyens. "Quand les représentants de l'UE sont venus ici, en mai 2008, nous avons essayé de nous placer dans l'angle de vue de leur bateau afin qu'ils nous voient en train de pêcher les blocs de glace. Mais ils ont brusquement changé de bord et n'ont rien vu", raconte, dépité, Jesper Lovskov.

Au printemps, un studio hollywoodien doit venir tourner un film à Ilulissat. Les Danois espèrent bien sensibiliser les stars californiennes à leur produit

D'apres " L'Immonde "

Note de l'Editeur : L'idée d'exploiter commercialement les icebergs date des années 70 ( De notre ére )  C'est l'explorateur Français Paul Emile Victor qui suggérait de " découper " à la lance thermique des icebergs , de les empaqueter dans une bâche plastique et de les remorquer jusqu-au proche-orient .
Il suggérait aussi de " fondre " les glaciers et de remplir des tankers qui effectuaient leur retour à vide vers cette région .
A une autre époque , il faut se souvenir des empereurs Romains et de la gentry Romaine qui faisait venir ses " glaces " des glaciers Alpins .

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 22 Décembre 2008

Un article du journal " La Croix " sur la situation quasi-insurectionelle et la paupérisation en Islande .

On note que la   " solidarité traditionelle " des temps de vaches grasses semble se fracturer et que la population , qui a pourtant profité de ce " modèle " , qui est victime de la crise est en train de se retourner contre ses "élites " politiques et économiques .[ Le scénario envisagé par certains pour la Russie ]
Le " Poujadisme " semble même atteindre ces Nordiques qui evoquent la collusion entre les politiques et les banquiers .
La " revolution Blanche " qui preconisait une intégration Européenne risque de se transformer en une " insurrection rouge " ( et noire ! )........................
On imagine mal en effet , mais ne sous estimons pas les capacités des " spins doctors " Brouchellois , comment la frange de la population qui compte se rabattre sur l'activité traditionelle de la pêche va accueillir une " politique de quotas " malthusienne .

 


Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 17 Décembre 2008

ORAN (Algérie), 17 décembre - RIA Novosti. Les compagnies pétrolières russes pourraient réduire leurs exportations de 300.000-320.000 barils de pétrole par jour (bpj) si les prix actuels se maintiennent, a déclaré mercredi le vice-premier ministre russe Igor Setchine.

"Si la situation actuelle des prix se maintient, nous n'excluons pas une nouvelle réduction (de la production quotidienne), de 300.000-320.000 barils", a-t-il indiqué à Oran, en Algérie, en prévision d'une réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Selon M. Setchine, les compagnies russes ont déjà réduit leurs exportations de 1,5 million de tonnes en novembre dernier, ce qui équivaut à 350.000 bpj.

Igor Setchine a conduit une délégation russe à Oran où s'ouvre mercredi une réunion ministérielle de l'OPEP, dont la Russie ne fait pas partie. On attend que l'OPEP décide d'une réduction des quotas de production de pétrole, de l'ordre de 2 millions de bpj, pour arrêter la dégringolade des cours mondiaux dont la moyenne est passée de 147 dollars le baril en juillet 2008 à moins de 50 dollars en novembre. Le 24 octobre dernier, l'OPEP avait déjà réduit ses quotas de 1,5 million de bpj. Ses membres espèrent que la Russie lui emboîtera le pas en réduisant sa production de 200.000 à 300.000 bpj.

L'OPEP regroupe l'Algérie, l'Angola, les Emirats arabes unis, l'Equateur, l'Indonésie, l'Irak, l'Iran, la Koweït, la Libye, le Nigeria, le Qatar, l'Arabie saoudite et le Venezuela, qui représente près de 67% des réserves mondiales prouvées de pétrole et près de 40% de la production mondiale. La Russie, dont la part dans la production mondiale dépasse 10%, participe aux travaux du cartel en qualité d'observateur.

La semaine passée, le président russe Dmitri Medvedev n'a pas exclu que la Russie puisse adhérer à l'OPEP et réduire sa production de pétrole en vue d'enrayer la chute des prix.

Note de l'Editeur : Le programme en 2007 du liberal Boris Nemtsov , aujourdhui membre de la coalition heteroclite que M.Weinstein-Kasparovian tente de monter sous le nom de " Solidarite " , prevoyait de " vendre à l'Occident le petrole à 10 USD le baril " . Nos commentateurs s'etonnent aujourd'hui du peu d'echo de cette " opposition democratique " au sein de la population Russe .

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 14 Décembre 2008

MOSCOU, 12 décembre - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a laissé entendre jeudi que la Russie envisageait d'adhérer à l'OPEP afin de contrer la chute des prix du pétrole, lit-on vendredi dans le quotidien Gazeta.ru.

La Russie pourrait également créer un cartel gazier sur le modèle de l'OPEP ce qui lui permettra, selon les experts, de dicter ses conditions à l'Europe et aux Etats-Unis.

C'est en réalité la première fois que la Russie reconnaît, par la voix de son président, sa volonté de devenir membre de l'OPEP, alors qu'on ne parlait jusqu'à présent que d'une coordination des efforts. Pourtant, il pourrait ne s'agir là que d'un signal envoyé par Medvedev aux marchés, et non d'un pas réel de Moscou sur la voie de l'adhésion à l'OPEP. "La déclaration de Medvedev est non seulement une révérence à l'OPEP, mais aussi une tentative de jouer sur les prix du pétrole", estime Alexandre Chatilov, expert du Centre de conjoncture politique.

Il s'agit également d'une menace voilée à l'Occident. "Medvedev évoque à mots couverts la création d'une OPEP gazière, dont les rumeurs déjà anciennes épouvantent les Etats-Unis et les pays européens", explique M. Chatilov. "Le président laisse entendre que s'il constate dans le contexte actuel de crise un jeu orienté contre la Russie, le pays adhérera sans hésiter au cartel gazier".

Selon Alexandre Razouvaïev, expert de Sobinbank, l'OPEP décidera, lors d'une réunion qui aura lieu dans une semaine, une nouvelle "coupe" de 2 millions de barils par jour dans sa production. "Moscou devrait suivre l'OPEP et réduira elle aussi le volume d'extraction", affirme-t-il. "De plus, la Russie deviendra dans un avenir proche membre à part entière de l'organisation".

Le sommet des producteurs de gaz qui se déroulera le 23 décembre à Moscou pourrait donner naissance à un cartel gazier. "La Russie jouera alors un rôle de premier plan aussi bien à l'OPEP qu'au sein de l'organisation des producteurs de gaz susceptible de voir le jour", souligne M. Razouvaïev. "Cela créera des leviers de pression très puissants sur les consommateurs, notamment sur les pays occidentaux. Moscou fera la pluie et le beau temps, dictant des conditions des livraisons aux devises utilisées".

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti

Note de l'Editeur : L'ensemble des dirgeants des " majors " Russes du secteur petrogazier , GAZPROM , LUKOIL , ROSNEFT , .......soutiennent l'adhesion de la Russie à l'OPEP et à la constituion d'un cartel gazier .
Tous sauf , mais est ce une surprise , ceux de TNK-BP  !
En tout état de cause , en cas  d'ahesion effective de la  Russie à l'OPEP je conseille aux dirigeants Russes de choisir comme ambassadrice Mme Ksenia Sukhinova  Elle a toutes les qualités et les compétances requises pour ce poste . On peut toutefois imaginer l' " effet " d'une telle présence à une réunion de l'OPEP : Il serait comparable à celui  de l'arrivé des délégués Turcs en tenue " occidentale " à la conférence Islamique de 1928 ( Lire à ce sujet le livre de Benoist-Mechin : " "Mustapha Kemal ou la mort d'un empire" )
Les chefs politiques Russes (1) , issus du milieu des " silivoki " , semblent toutefois suivre l'avis du Colonel -General Vladimir Kryuchkov du KGB qui annonçait des 1985 devant un POLITBURO incredule une possibilté d'implosion de l'URSS en cas de baisse importante des cours du pétrole et qui préconisait un rapprochement de l'URSS avec l'OPEP . Il s'opposait violement aux " productivistes" qui cherchaient à augmenter la production pour compenser la chute des cours .
Une des méthodes qu'utiliseront probablement les dirigeants Russes , outre le contrôle direct des " majors " , sera la suspension des crédits accordés aux producteurs indépendants difficilement controlables ce qui entrainera leur faillite et la baisse consécutive de la production de pétrole Russe .



( 1 ) : http://www.upi.com/Top_News/2007/11/25/UPI_NewsTrack_TopNews/UPI-85461196011580/
" Kryuchkov was a frequent guest of Russian President Vladimir Putin, also a former KGB official."


Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 9 Décembre 2008

MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. La Russie a augmenté de 10,8% ses exportations de gaz naturel (hors CEI) entre janvier et octobre 2008 en glissement annuel, pour atteindre 134,1 milliards de mètres cubes, a fait savoir lundi le Service fédéral des douanes.

Au cours de la même période, les exportations de gaz vers la CEI se sont pour leur part chiffrées à 13,4 milliards de mètres cubes, soit une baisse de 5,4% par rapport aux dix premiers mois de 2007.

Toujours selon le Service fédéral des douanes, la Russie a exporté 147,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel entre janvier et octobre 2008 pour un montant de 55,02 milliards de dollars. Les prix à l'exportation ont gagné en moyenne 54,6%, contre 28% sur la même période de 2007.

MOSCOU, 8 décembre - RIA Novosti. La Russie a exporté 170,16 millions de tonnes de pétrole brut vers les pays hors CEI entre janvier et octobre 2008, soit une baisse de 8,1% par rapport à la même période de 2007, rapporte lundi le Service fédéral des Douanes (FTS).

Les exportations d'essence vers l'étranger lointain (pays hors CEI) ont subi un repli de 43,8% à 2,28 millions de tonnes (1,96 milliard de dollars), tandis que les exportations de diesel ont baissé de 6,4% à 27,3 millions de tonnes (26,87 milliards de dollars).

Les livraisons d'essence aux pays membres de la CEI ont, en revanche, progressé de 33,3% à 1,55 million de tonnes (974 millions de dollars), et les exportations de diesel ont doublé, atteignant 2,5 millions de tonnes (2,2 milliards de dollars).

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Economie

Repost0