geohistoire

Publié le 1 Septembre 2012

Ria Novosti a publiè un article au milieu du mois de juillet 2012 qui éclaire , à la lumière de l'histoire des deux siècles qui suivront , les projets géopolitques Anglo-Saxons durant le XX éme siècle et qui restent en cours d'actualité , notamment à l'OTAN .

 

- " Refouler " la Russie vers l'Est

- Créer un "cordon sanitaire " de la Baltique à la Mer Noire

On retrouve dans cet article la genèse du Międzymorze Pilsudskien .

 

 

Par Iouri Kobiakov, pour RIA Novosti

Napoléon Ier n'a pas seulement été un grand homme d'Etat et un chef de guerre remarquable, mais il s'est également distingué en tant que propagandiste émérite et passé maître en relations publiques. Toutes ses guerres ont été assorties de campagnes massives de propagande visant avant tout à démoraliser les armées et les peuples de ses ennemis potentiels. Par ailleurs, Napoléon Bonaparte attachait une grande importance à ce que l'opinion publique européenne ne le considère pas comme belliciste avant chacune de ses campagnes, mais qu'elle attribue ce qualificatif à son adversaire qui, en réalité, était une nouvelle victime de ses agressions.

La presse hostile, plus dangereuse que mille baïonnettes

L'Empereur des Français déclarait fréquemment que l'opinion publique a le dernier mot. C'est à lui qu'appartient la phrase sur le rôle primordial des médias devenue proverbiale: "Quatre journaux hostiles sont plus à craindre que mille baïonnettes."

Napoléon Ier a subordonné à ses objectifs militaires et politiques pratiquement tous les moyens et outils disponibles à l'époque et pouvant influencer l'opinion publique, avant tout certaines éditions influentes de plusieurs pays européens. Quant à la presse française, elle était contrôlée de près par la police. Cela s'accordait pleinement avec l'opinion de l'empereur sur les relations entre l'Etat et la presse, car il estimait que la gestion de la presse nécessitait "un fouet et des éperons". Selon lui, un journaliste est un éboueur qui travaille avec une plume.

Avec la participation directe de Napoléon Bonaparte, ont été mis au point et testés dans la pratique les principes fondamentaux et la tactique des guerres de l'information.

Beaucoup de ses méthodes restent d'actualité à ce jour. En voilà quelques-unes:

-    le recours à la falsification de l'histoire;

-    une réitération incessante de thèses particulièrement utiles et pratiques, y compris des mensonges flagrants;

-    des déclarations sur l'unité de son propre camp et des dissensions chez l'ennemi;

-    un effort pour passer sous silence des nouvelles désavantageuses et la mise en avant de nouvelles profitables quand bien même elles seraient insignifiantes;

-    des efforts réitérés pour ridiculiser l'ennemi;

-    le rejet sur l'ennemi de ses propres crimes ou d'actions dont les deux camps sont également responsables;

-    une diffusion massive de tracts, de proclamations, de pamphlets, de brochures et de bulletins destinés à démoraliser la population du pays ennemi.

Le mythe du "testament de Pierre le Grand"

Avant d'attaquer la Russie, la propagande napoléonienne a déployé des efforts en France et dans d'autres pays européens pour présenter à l'opinion publique locale la Russie comme un agresseur congénital, et le peuple russe comme un ramassis de barbares cherchant à anéantir la civilisation européenne.

En voilà l'exemple le plus probant: en 1811, a paru à Paris un livre de "vulgarisation scientifique" bien volumineux intitulé De la politique et des progrès de la puissance russe depuis son origine jusqu'au commencement du XIXe siècle. Le livre a été écrit sur l'ordre exprès de Napoléon Ier par l'historien français Charles-Louis Lesur, fonctionnaire du ministère français des Affaires étrangères. Ce livre a justement relayé des désinformations sur le prétendu Testament de Pierre le Grand qui aurait contenu le programme d'assujettissement de l'Europe et de l'Asie à la Russie. En toute honnêteté, il convient de préciser que le "testament" avait été publié pour la première fois en 1797 dans la brochure antirusse d'un émigré polonais, Michel Sokolnicki. Toutefois, à l'époque ce "scoop" n'a impressionné personne. Or, en 1812 la propagande de Napoléon Ier l'a volontiers récupéré.

Le livre de Charles-Louis Lesur déclarait qu'au commencement du XIXe siècle la Russie était devenue tellement puissante qu'elle se préparait à envahir toute l'Europe. La marine russe serait sur le point d'apparaître brusquement dans la mer Méditerranée et dans l'océan Atlantique pour débarquer des hordes sauvages prêtes à se propager à travers l'Italie, l'Espagne et la France pour exterminer une partie de la population locale et pour emmener les autres en captivité afin de peupler les déserts sibériens…

L'auteur poussait les lecteurs à une conclusion irrévocable: les Russes sont des barbares à l'esprit irrémédiablement agressif, et leurs dirigeants trament des projets pour envahir "l'Univers". Ainsi, l'Europe civilisée doit unir ses efforts pour assener au colosse russe et à ses hordes un coup préventif et foudroyant. Ce serait la raison pour laquelle les soldats de la Grande Armée se sont tournés vers l'Est: leur capitaine, Napoléon Ier, fait preuve d'abnégation en tentant de sauver la civilisation européenne.

Avant la campagne de Russie de 1812, cette version des faits était largement propagée en France et dans d'autres pays européens par la machine de propagande napoléonienne qui cherchait à justifier sur un plan idéologique l'invasion de la Russie par les armées multiethniques de Napoléon Bonaparte.

"La seconde guerre de la Pologne", ou "L'invasion des barbares"?

Il est à noter que Napoléon Ier a tenté de faire passer son invasion de la Russie pour la "libération" des Polonais" et pour une "seconde guerre de la Pologne". Dans sa proclamation à la Grande Armée avant le franchissement de la frontière russe, le 22 juin 1812, il a notamment déclaré: "Soldats! La seconde guerre de la Pologne est commencée (…) La Russie est entraînée par la fatalité; ses destins doivent s’accomplir (…) Marchons donc en avant: passons le Niémen, portons la guerre sur son territoire. La seconde guerre de la Pologne sera glorieuse pour les armes françaises, comme la première. Mais la paix que nous conclurons portera avec elle sa garantie et mettra un terme à la funeste influence que la Russie a exercée depuis cinquante ans sur les affaires de l’Europe."

Vidéo: Attention à l'histoire – III. La question polonaise en 1812

En fait, les plans de Napoléon Ier comportaient le projet d'un "contrepoids" à la Russie et d'un cordon qui la séparerait de l'Europe occidentale. Ce rôle devait échoir à la "Grande Pologne de la mer à la mer (en polonais - od morza do morza)" entièrement dépendante de la France. Il s'agissait d'un Etat tampon qui aurait inclus, selon le projet, l'Ukraine, la Biélorussie et la Lituanie, détachées de la Russie "barbare". Après cette campagne de propagande, les soldats napoléoniens considéraient les Russes et les autres peuples de la Russie comme une horde sauvage que l'on est en droit de piller impunément, voire d'exterminer en cas de désobéissance.

 

Fichier:Rzeczpospolita 1600.png

 

null

 

 

 

 

 

 Un général français a reconnu dans ce contexte que dès de début de l'invasion française de la Russie, des désordres (quel terme politiquement correct!) n'étaient pas sanctionnés et que les soldats "s'y adonnaient comme s'ils en avaient le droit". Même les églises ne faisaient pas exception; des hommes, des chevaux et des fourgons les investissaient en plein désordre. Selon les mémoires d'un autre général français, Georges, marquis de Chambray, après la bataille de Smolensk (août 1812), la campagne a revêtu le caractère d'une invasion non sans rappeler l'invasion des barbares.

Il est à noter que la machine de propagande napoléonienne n'a même pas réellement cherché à inspirer aux Russes une attitude tant soit peu loyale envers la Grande Armée. Cela concernait avant tout les territoires par lesquels passaient les troupes. Certes, ce fut une erreur stratégique de Napoléon que l'on ne peut probablement expliquer que par sa foi inébranlable en sa propre invincibilité et son infaillibilité, ainsi que par une attitude altière et dédaigneuse envers l'adversaire.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géohistoire

Repost0

Publié le 14 Novembre 2011

Le sommet 2011 de l'APEC -Coopération Economique Asie-Pacifique- à Hawaii se déroule sur un territoire dont nul à priori ne peut contester l' " Etasunité " . Cet archipel est aussi associé à une des symboles de la puissance navale des EU dans le Pacifique , la base de Pearl-Harbor . Or , l'histoire aurait pu être tout autre : De 1804 à 1824 , de nombreux navires Russes font escale sur l'archipel dont deux navires de guerre . [ lien ]

La Russian-American company - Под высочайшим Его Императорского Величества покровительством Российская-Американская Компания  - y construit à l'image de Fort Ross en Californie un fortin : Fort-Elisabeth .[ lien ]

Il existait alors de réelles possibilités d'une alliance Russo-Espagnole dans le Pacifique qui aurait empêché l'expansion des Etats-Unis dans cette région et ce fut l'une des raisons principales de la publication  de la Doctrine Monroe en 1823 .

Le sort des Hawaïens , annexés en dehors de tout cadre légal par un accord avec un gouvernement fantôche local , aurait été tout autre !

Il suffit de voir la vitalité des traditions et des langues des différents peuples constitutifs de la Fédération de Russie et de la comparer aux restes de la culture Hawaïenne qui subsiste ,sous la forme d'un folklore , pour s'en convaincre .

 

Quittons l'uchronie pour l'actualité .

 

L'un des objectifs des EU dans le cadre du sommet de l'ASEAN 2011 est de créer un

 " partenariat Trans-Pacifique "  qui n'est en fait qu'un faux-nez destiné à rechercher des alliès pour affronter la Chine et à agiter des fantômes sécuritaires imaginaires pour justifier une présence militaire . Au delà de la propagande officielle du Département d'Etat qui commence à être relayée en France par nos petits  plumitifs de service et " géopolitologues " du sérail via l'AFP et RFI , je ne citerais que Mme Laure Mandeville dans Le Figaro , je vous invite à prendre connaissance du point de vue Chinois dans cet article du " Quotidien du Peuple " .[ lien ]

 

C'est une des " constantes géopolitiques " de la politique Etasunienne dans cette région du globe .

 

- De 1853 , arrivée du Commodore Perry au Japon [ lien ] à 1899 , annexion des Philippines après la guerre d'agression des " Saucissoniers de ChicagoOs salsicheiros de Chicago "

contre l'Espagne l'ennemi principal est l'Empire Russe qui s'est implanté en Mandchourie .

De nombreuses voix se font entendre aux EU pour que le gouvernement Etasunien s'oppose par la force à la montée en puissance de la Russie dans la région , que ce soit dans le cadre d'un conflit direct ou en soutenant et en armant l'Empire Japonais. Je vous invite ici à consulter les archives en ligne de The New-York Times et en particulier celles couvrant la période 1851- 1904  .

Cet article par exemple est représentatif du sentiment Russophobe qui avait alors cours aux EU : DANGER TO AMERICAN TRADE IN MANCHURIA - William Barclay Parsons Discusses the Effects of Russian Control .

 

- Aprés la Guerre Russo-Japonaise de 1904-1905 , ou les Etats-Unis développent une " neutralité pro-active " en autorisant les emprunts Japonais et en interdisant l'accés de la Russie au système financier Us ,l'ennemi n'est plus l'Empire Russe  puis l'URSS mais le Japon .

Ceci se concrétise par l'adoption par l' Us Navy du " war plan orange " [ lien ] qui fait du Japon le compétiteur principal des EU dans la région et l'adversaire militaire le plus probable .

Cette situation perdure jusqu'en 1945 .

 

- Durant cette période et à partir de 1899 , les EU développent vis à vis de la Chine la doctrine de la " porte ouverte " - Open door policy - d'abord dirigée contre l'Empire Russe puis contre le Japon . Cette doctrine ne vise nullement à protéger la Chine du pillage mais marque la volonté d'être partie prenante au dépeçage de celle-ci . C'est le pendant économique de l'agressivité militaire des Etats-Unis dans la région . Je vous invite ici à consulter les archives en ligne de The New-York Times et celle de Time Magazine , en particulier celles couvrant la période 1923-1945 .

 

 

 

- Au cours de la Guerre Froide , les EU s'appuient de nouveau sur le Japon et d'autres états-clients pour lutter contre l'URSS et la Chine devenue communiste .

 

 

Depuis la montée en puissance de la Chine ces dernières années , les EU renouent avec leurs habitudes  . La principale tactique des EU consiste désormais à s'immiscer dans le réglement de conflits de souveraineté entre la Chine et divers états bordant la Mer de Chine Méridionale et le conflit de souveraineté entre le Japon et la Russie concerant l'archîpel des Kouriles . Il ne s'agit pas bien-sûr pour eux d'agir en tant qu'" honnêtes courtiers " mais bien d'être des boutefeux en prenant parti afin de justifier leur présence militaire dans la région et en y agitant des fantômes sécuritaires . Comme l'a démontré l'accord de conduite conclu en juillet 2011 entre la Chine et les autres états riverains de la Mer de Chine Méridionale -Declaration On the Conduct of parties in the south china sea  , la présence des EU n'est nullement nécessaire pour stabiliser la région , bien au contraire !

 

  America's Pacific Century : http://www.foreignpolicy.com/articles/2011/10/11/americas_pacific_century?page=0,0

 

Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis sur le site du " Quotidien du Peuple " .

 

La Chine et l'ASEAN adoptent un Code de Conduite pour régler les conflits de souveraineté en Mer de Chine .

 

 

Bibliographie conseillée :

 

* " La lutte pour le Pacifique " - Grégory Bienstock - Payot - Paris 1936

* " Le problème du Pacifique " - " La Chine face aux puissances " - André Duboscq - Delagrave - Paris - 1928

*" Weltmeere und Weltmachte " - Karl Haushofer

* " Geopolitik des Pazifischen Ozeans: Studien über die Wechselbeziehungen zwischen Geographie und Geschichte" - Karl Haushofer

* " Japan baut sein reich " - Karl Haushofer

* Article : Le monde de 1937 selon la Geopolitik Allemande : http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-le-monde-de-1937-selon-la-geopolitik-allemande-80667513.html

 

© Daniel BESSON - Novembre 2011 - Toute reproduction partielle ou totale strictement interdite sauf aux abonnés à La Lettre d'Ice Station Zebra .

 

 

 

 

 

Русская крепость на Гавайях. Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono (6th from L) poses for a photograph with ministers from ASEAN countries during the opening of 44th ASEAN Foreign Ministers' Meeting in Nusa Dua, in Indonesia's resort island of Bali July 19, 2011. From left, the ministers are: Myanmar's Foreign Minister U Wunna Maung Lwin, Philippines' Foreign Affairs Secretary Albert del Rosario, Singapore's Foreign Minister K. Shanmugam, Thailand's Deputy Permanent Secretary for Foreign Affairs Chitriya Pinthong, Vietnam's Foreign Minister Nam Pham Gia khiem, Indonesia's President Susilo Bambang Yudhoyono, Indonesia's Foreign Minister Marty Natalegawa, Cambodia's Secretary of State for the Ministry of Foreign Affairs Kao Kimhourn, Brunei's Minister for Foreign Affairs and Trade Prince Mohamed Bolkiah, Laos' Foreign Minister Thongloun Sisoulith, Malaysia's Deputy Foreign Minister Kohilan Pillay and ASEAN Secretary General Surin Pitsuwan REUTERS/Widodo S/ANTARA/Handout

 

Welt30001

 

 

 

 

 

DECLARATION ON THE CONDUCT OF PARTIES IN THE SOUTH CHINA SEA

 

The Governments of the Member States of ASEAN and the Government of the People's Republic of China,

REAFFIRMING their determination to consolidate and develop the friendship and cooperation existing between their people and governments with the view to promoting a 21st century-oriented partnership of good neighbourliness and mutual trust;

COGNIZANT of the need to promote a peaceful, friendly and harmonious environment in the South China Sea between ASEAN and China for the enhancement of peace, stability, economic growth and prosperity in the region;

COMMITTED to enhancing the principles and objectives of the 1997 Joint Statement of the Meeting of the Heads of State/Government of the Member States of ASEAN and President of the People's Republic of China;

DESIRING to enhance favourable conditions for a peaceful and durable solution of differences and disputes among countries concerned;

HEREBY DECLARE the following:

1. The Parties reaffirm their commitment to the purposes and principles of the Charter of the United Nations, the 1982 UN Convention on the Law of the Sea, the Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia, the Five Principles of Peaceful Coexistence, and other universally recognized principles of international law which shall serve as the basic norms governing state-to-state relations;

2. The Parties are committed to exploring ways for building trust and confidence in accordance with the above-mentioned principles and on the basis of equality and mutual respect;

3. The Parties reaffirm their respect for and commitment to the freedom of navigation in and overflight above the South China Sea as provided for by the universally recognized principles of international law, including the 1982 UN Convention on the Law of the Sea;

4. The Parties concerned undertake to resolve their territorial and jurisdictional disputes by peaceful means, without resorting to the threat or use of force, through friendly consultations and negotiations by sovereign states directly concerned, in accordance with universally recognized principles of international law, including the 1982 UN Convention on the Law of the Sea;

5. The Parties undertake to exercise self-restraint in the conduct of activities that would complicate or escalate disputes and affect peace and stability including, among others, refraining from action of inhabiting on the presently uninhabited islands, reefs, shoals, cays, and other features and to handle their differences in a constructive manner.

Pending the peaceful settlement of territorial and jurisdictional disputes, the Parties concerned undertake to intensify efforts to seek ways, in the spirit of cooperation and understanding, to build trust and confidence between and among them, including:

a. holding dialogues and exchange of views as appropriate between their defense and military officials;

b. ensuring just and humane treatment of all persons who are either in danger or in distress;

c. notifying, on a voluntary basis, other Parties concerned of any impending joint/combined military exercise; and

d. exchanging, on a voluntary basis, relevant information.

6. Pending a comprehensive and durable settlement of the disputes, the Parties concerned may explore or undertake cooperative activities. These may include the following:

a. marine environmental protection;
b. marine scientific research;
c. safety of navigation and communication at sea;
d. search and rescue operation; and
e. combating transnational crime, including but not limited to trafficking in illicit drugs, piracy and armed robbery at sea, and illegal traffic in arms.

The modalities, scope and locations, in respect of bilateral and multilateral cooperation should be agreed upon by the Parties concerned prior to their actual implementation.

7. The Parties concerned stand ready to continue their consultations and dialogues concerning relevant issues, through modalities to be agreed by them, including regular consultations on the observance of this Declaration, for the purpose of promoting good neighbourliness and transparency, establishing harmony, mutual understanding and cooperation, and facilitating peaceful resolution of disputes among them;

8. The Parties undertake to respect the provisions of this Declaration and take actions consistent therewith;

9. The Parties encourage other countries to respect the principles contained in this Declaration;

10. The Parties concerned reaffirm that the adoption of a code of conduct in the South China Sea would further promote peace and stability in the region and agree to work, on the basis of consensus, towards the eventual attainment of this objective.

Done on the Fourth Day of November in the Year Two Thousand and Two in Phnom Penh, the Kingdom of Cambodia.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géohistoire

Repost0

Publié le 18 Septembre 2011

Trois vidéos d'une série d'émissions , " Les Dossiers de l'Histoire ", datant de 1972 de la Télévision Suisse Romande consacrée à l' " autre avant-guerre " , celle de 1914-18 .

En les visionnant vous comprendrez pourquoi elles sont toujours interdites sur les chaînes Françaises dites de " service public " . Vous y verrez comment ce grand monsieur que fut Henri Guillemin dézingue cet icône de la gôche Franchouille : Jules Ferry .

 

Des analyses toujours d'actualité lorsque l'on parle des  " cercles affairistes  proches du pouvoir " et des opérations coloniales Françaises en Côte d'Ivoire et en Libye .

 

http://archives.tsr.ch/dossier-avantguerre/avantguerre-colonialisme

 

http://archives.tsr.ch/dossier-avantguerre/avantguerre-occident

 

http://archives.tsr.ch/dossier-avantguerre/avantguerre-maroc

 

 

L'ensemble des interventions d'Henri Guillemin sont disponibles à cette adresse .

 

http://archives.tsr.ch/index-guillemin?sort=modification.date+desc

 

  Le livre auquel fait référence Henri Guillemin , Manuel historique de politique étrangère , est disponible sur le site de Gallica.fr à cette adresse :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5774389n

 

 

Manuel historique de politique étrangère. Les origines / par Émile Bourgeois,... 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géohistoire, #Interventions coloniales en Afrique

Repost0

Publié le 29 Août 2011

Le 10 aout dernier le premier ministre Russe Vladimir Poutine s'est rendu sur le site archélologique de la cité Grecque de Phanagoria - situé sur la péninsule de Taman - en compagnie du ministre des situations d'urgence Segueï Choïgu . Il a visité les fouilles dirigées par la Société Russe de Géographie et au cours d'une plongée a ramené deux amphores Grecques . L'événement a une fois de plus été traité par le " petit bout de la lorgnette " - à l'exemple de M. Pierre Avril dans son blog du Figaro - mais mérite qu'on s' y attarde au travers de deux interviouves  : Celle donnée à un journaliste de Vesti.ru [ vidéo ] et celle accordée à My Planet TV , reprise sur le site du Premier Ministre de la Fédération de Russie .[ Lien ] .

Dans ces deux interviouves , Vladimir Poutine évoque la présence d'une " Principauté Slave " datant du prince de la Rouss Kiévienne Sviatoslav 1er [ voir carte ] et met en avant aprés avoir listé les peuples et les nations qui se sont succédés sur la péninsule , le " retour de la Russie " [ au XIX éme siècle ] dans la région .

La présence du Premier Ministre Russe et du Ministre des situations d'urgences est avant tout plus que légitime sur ce site de fouilles archélogiques  puisque tous deux font parti du directoire de la Société Russe de Géographie depuis 2009.[ voir article ] .

Dans ces deux discours Vladimir Poutine insiste sur le fait que la Russie est " de nouveau " présente dans la région et y a une légitimité historique millènaire . Cette déclaration survient au moment ou une propagande visant à déligitimer la présence Russe sur l'espace Pontique se développe en Turquie - via la chaine d'état TRT Türkiye Radyo Televizyon - et en Géorgie au travers d'universitaires liès à la Jamestown Foundation . [ voir article ] . Cette propagande cherche à montrer que d'un côté les Tatars et d'un autre côté les Tcherkesses [ Adygués que cite Vladimir Poutine ] seraient les occupants légitimes de la péninsule de Taman et du littoral Russe de la Mer Noire .[ Lien ]  Les Russes auraient ainsi " chassé " ces " occupants légitimes " au cours du XIX éme siècle , principalement à la suite des deux guerres Russo-Ottomanes .

La présence de Vladimir Poutine sur la péninsule de Taman et ces fouilles archéologiques s'inscrivent donc dans ce " retour Russe " sur l'espace Pontique que j'ai déja évoqué et sont même co-substancielles de la présence de la flotte Russe à Sebastopol , de la présence militaire Russe en Abkhazie et de la tenue des JO de 2014 à Sotchi :

Il n' y pas si longtemps on pouvait encore entendre des responsables de l'OTAN évoquer sans pudeur une " Russia free Black Sea " , un " Nato lake " et rêver au croiseur lance-missiles Uss Monterey stationnant dans le port de Novorossysk rebaptisé Tsemez !

 

L'autre point important que l'on retrouve dans les interventions de Vladimir Poutine est l'apport de ces fouilles archéologiques dans la (re)-découverte par la Russie de ses racines historiques et dans la construction de l'identité nationale Russe qui est plurielle .

 

 

  Fichier:Ancient Greek Colonies of N Black Sea.png

 args07.gif (49 Kbytes)

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géohistoire

Repost0