geopolitique de l'arctique

Publié le 3 Septembre 2022

Il faut se souvenir des propos d'Eleanore ROOSEVELT baptisant un porte-avions : " En ces temps de crises internationales le lancement d'un navire de gue... D'Opération Spéciale est toujours un acte politique majeur ! "

Le 2 septembre 2022 le navire de recherche océanographique " Servernyi Polus " a entamé son voyage inaugural de Saint-Pétersbourg vers le port de Mourmansk d'où il participera à partir du printemps 2023 à des missions dans l'Arctique le long de la Route Maritime Nord .  Son arrivée à Mourmansk est prévue pour le 15 septembre 2022 .

Sa particularité est qu'il est conçu pour résister à la pression de la banquise - classe Arctique ARC 8 -  et qu'il dérivera entraîné par les courants . Il est équipé de 15 laboratoires dont des laboratoires d'acoustique marine , de géologie , de physique des océans et des glaces, de géophysique ( glaciologie ) , météorologie ,  ... .

Le navire est destiné à s'insérer dans la banquise pour que celle-ci se referme autour de sa coque pour ne former qu'un seul système " navire-glace " . L'équipage de conduite et d'entretien du navire est composé de 14 marins . Trente-quatre scientifiques pourront travailler à bord et la réserve de carburant permet des missions de deux ans . Le navire peut bien sûr être ravitaillé ou un membre de l'équipage secouru pour des raisons médicales par hélicoptère . L'équipage et le personnel scientifique sera toutefois relevé tous les quatre mois . Sa désignation officielle est Ледостойкая платформа (ЛСП) ou " plateforme résistance à la glace " . 

Sa mission sera de collecter du " Big Data " officiellement pour assurer la sécurité de la navigation sur la Route Maritime Nord mais les paramètres physico-chimiques collectés peuvent bien-sûr servir par exemple à l'arme sous-marine Russe . Cette mission débutera très probablement lorsque la nouvelle loi Russe qui prévoit de limiter le transit des navires de guerre Occidentaliens le long de cette route maritime sera votée et dans un contexte où la Fédération de Russie est ostracisée au sein du Conseil Arctique et que donc elle n'aura pas à partager ce " Big Data " avec ce qui sera désormais le " Conseil de l' OTAN Arctique " sous direction Etasunienne . Le gouvernement Etasunien vient ainsi d'y nommer son " missi dominici " . *

D'autres sources parlent de commencer la mission dés le 15 septembre 2022 , le navire tentera alors de s'insérer dans la banquise en formation Cinq systèmes de banquise en formation ont été sélectionnés pour cette " insertion " .

De nombreux scientifiques " civils " Occidentaliens se plaignent déjà de l'interruption de ce flux de données scientifiques Russes sur l'Arctique et envisagent des " tuyaux " pour essayer de rentrer en contact avec des scientifiques Russes qui pourraient se retrouver en "délicatesse" avec leur hiérachie . Comme quoi il n'y a pas que le gaz naturel Russe dont le flux est interrompu ... 

Comme je l'ai déjà écrit sur ce blogue la nouvelle doctrine navale Russe envisage de réquisitionner tous les navires de commerce battant pavillon Russe en période de crises internationales  et la recherche océanographique a été explicitement citée comme une science au service des forces navales Russes . S'il n'est pas explicitement un " navire de guerre " , le " Severnyi Polus " recueillera bien des données qui serviront aux forces armées Russes, il ne faut pas se cacher derrière un lichen . Ce sera aussi le cas pour la prochaine station polaire dérivante Française " TARA polar station " dont la mission est planifiée pour ...2025 ! Derrière des prétextes environnementaux et un cache-sexe " écolo " pour amuser le public des îlotes le site de la fondation reconnait que Tara Polar Station contribuera au déploiement en Arctique de la Stratégie polaire de la France " 

Le pillage des ressources biologiques est lui aussi évoqué à demi-mots puisqu'une des missions de cette station sera de : " découvrir de nouvelles molécules/espèces/processus ayant de nouvelles applications " On peut penser ici à des processus chimiques se déroulant à basse température et donc économes en énergie . 

 L'Océanographie , ça sert, surtout , à faire la guerre ! "

1-Interviouve d'Alexandre MAKAROV professeur à l'académie Russe des sciences donnée à Izvestia qui assume implicitement l'histoire " controversée " des stations polaires dérivantes Soviétiques puisqu'il évoque Ivan PAPANINE En 2007 l'analyste politique Ariel COHEN fustigeait ce " retour de la Russie dans l'Arctique " en faisant un " reductio ad Stalinio " et évoquant justement ces stations polaires dérivantes . 

2-Diaporama de la station polaire dérivante .

* Un éditorial du " The Global Times " en date du 29 aout 2022 dénonce s'ailleurs sa nomination . Cet éditorial fait directement référence à la doctrine navale Russe et souligne la convergence des intérêts Russes et Chinois dans cette région . 

Et vogue le navire

Et vogue le navire

Alexandre MAKAROV , Artur CHILINGAROV et Otto SCHMITT . " Un barbu c'est un barbu , des barbus ce sont des barbouzes "
Alexandre MAKAROV , Artur CHILINGAROV et Otto SCHMITT . " Un barbu c'est un barbu , des barbus ce sont des barbouzes " Alexandre MAKAROV , Artur CHILINGAROV et Otto SCHMITT . " Un barbu c'est un barbu , des barbus ce sont des barbouzes "

Alexandre MAKAROV , Artur CHILINGAROV et Otto SCHMITT . " Un barbu c'est un barbu , des barbus ce sont des barbouzes "

La station polaire dérivante SP-1 et un "moustachu célèbre" entre l'explorateur polaire Ivan PAPANINE et son épouse . La station polaire dérivante SP-1 et un "moustachu célèbre" entre l'explorateur polaire Ivan PAPANINE et son épouse .
La station polaire dérivante SP-1 et un "moustachu célèbre" entre l'explorateur polaire Ivan PAPANINE et son épouse .

La station polaire dérivante SP-1 et un "moustachu célèbre" entre l'explorateur polaire Ivan PAPANINE et son épouse .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Janvier 2021

L'un des derniers foyers de tension allumés par l'administration Etasunienne sortante a été de développer des " stratégies pour l'Actique " avec en autres avatars la publication de doctrines pour l' Us Navy   [ pdf ] ,  l'USCG et même une doctrine pour le Département de la Sécurité Intérieure [ pdf ] . Ces doctrines ont pour ambition , on s'en doute un peu , de lutter contre l'influence de la Russie mais aussi désormais de la Chine dans cette région . L'un des objectifs affichés de cette stratégie est de contrer la montée en puissance de la " Route de la soie Polaire " " Polar Silk Road "  que j'ai évoqué ce blogue dans le cadre d'un article sur le concept d' Arcto-Pacifique .

Si l'ex-Sénatrice  Sarah PALIN pouvait " garder un oeil sur la Russie " de la fenêtre de sa maison dans l'Alsaka , le Secrétaire d'Etat sortant Mike POMPEO pouvait lui "voir les traces des bottes Russes" dans l'Arctique ! 

L'un des axes majeurs de cette stratégie de " containment " et même de " roll-back " de la Russie mais aussi de la Chine dans l'Arctique était de doter l' USCG de brise-glaces à propulsion nucléaire . C'était du moins la situation au courant de l'été 2020 . Ces brise-glaces devaient même être armés selon certain projets . Cette flotte de brise-glaces se devait aussi d'être un " couteau suisse " des intérêts Etasuniens dans l'Arctique puisqu'ils devaient être capables à la fois d'assurer la surveillance des pêches dans le détroit de Béring , d'aider à la pose de câbles sous-marins , d'assurer leur intégrité et de servir de plateformes à drones aériens et sous-marins .  Le déploiement de cette flotte de brise-glaces était prévue pour 2029 avec en plus la construction d'un port en eau profonde pour l'abriter .  Certains analystes Etasuniens comme Dan GOURE voient dans la construction de cette infrastructure la possibilité d'un " effet de levier " stratégique qui obligerait la Russie à divertir des ressources militaires d'autres théatres d'opération pour contrer cette nouvelle menace . 

Un coup de froid vient d'être donné à cette stratégie ambitieuse avec l'annonce faite par le commandant de l'USCG ,  l'amiral Karl Leo SCHULTZ le 13 janvier 2021 : L'USCG renonce à équiper sa flotte de brise-glaces à propulsion nucléaire . L'amiral Karl SCHULTZ a affirmé qu'il se concentrait sur la stratégie " Six - Trois - Un " . " Nous avons besoin de six brise-glaces . Parmi eux trois doivent être des brise-glaces lourds ou Polar Security Cutters comme nous les appellons . Et nous en avons besoin d'un tout de suite "  La construction du premier Polar Security Cutter aux chantiers VT Halter Marine est censée commencer cette année pour des essais à la mer en .... 

Pour effectuer le " tuilage " des capacités opérationnelles de l'USCG dans l'Arctique l'amiral SCHULZ a évoqué l'idée de louer des brise-glaces ( au Canada , à la Finlande , à la Norvège , ... Voir tableau ci-dessous ) mais à rejeté l'idée de renforcer - " briseglaciser " des navires garde-côtes existants , du moins dans un premier temps !

Ceux-ci ont d'ailleurs d'autres lièvres de mer à courir : Traquer les " narcos " au large du bouchon de Darien , traquer les pêcheurs Pékinois au large de l'île de Guam et même dans l'Atlantique-Sud . La premiére option quand à elle peut engendrer des limitations quand à la nature des missions , en particulier si elles ont un caractère sécuritaire , d'exercice de souveraineté de l'état en mer ou militaire et non plus seulement logistique ou scientifique . Le cas peut se compliquer encore lorsqu'il s'agit de données scientifiques destinées à un usage militaire comme ce fut le cas avec la mission de l' USCGC Healy au cours de l'été 2020 . En octobre 2020 la frégate - armée - Norvégienne NoCGV Svalbard  a été déployée dans la Mer de Béring pour récupérer des bouées immergés sur le fond marin , une mission auparavant assignée à l' USCG Healy .   L'USCG ne dispose que de deux brise-glaces de type " slush-breaker "™© , l'un d'entre eux , l' USCGC Healy est resté indiponible pendant des semaines suite à un incendie survenu en aout 2020 et l'autre , l' USCGC Polar Star , est agé de 44 ans ... 

Il est fort probable que pour la décennie qui s'ouvre la Russie restera la seule nation à disposer de brise-glaces à propulsion nucléaire ; capacité qu'elle partagera peut-être au cours ou à la fin de cette période  avec la Chine ?  

Pour comprendre l'utilité d'un brise-glace à propulsion nucléaire comme l'Arktika qui vient d'être lancé par la Russie au mois de septembre 2020 dans la maîtrise de l'Arctique il faut regarder la mésaventure survenue au navire de ravitaillement Russe Sparta III en décembre 2020-janvier 2021  

Ce navire dont la mission est de ravitailler les bases militaires Russes de l'Arctique s'est retrouvé prisonnier des glaces le 13 décembre dernier dans l'embouchure du fleuve Iénissei au cours d'un trajet Dudinka -Arkhangelsk . Son capitaine avait très probablement refusé de se conformer à l'ordre d'interdiction de naviguer émis par l'administration de la Route Maritime Nord en raison des conditions de glace . Au bout de trois semaines ce porte-conteneurs chargé du ravitaillement des bases militaires Russes dans l'Arctique a été délivré par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach envoyé par la compagnie Rosatomflot  C'est au bout de seulement 19 heures après l'accord de remorquage avec Rosatomflot que le navire a pu être remorqué . Le Sparta III navigue désormais vers la mer de Barents escorté par le brise-glace Amiral Makarov .

On peut analyser - et même polémiquer sans raisons comme le font les feuilles de chou électroniques Otaniennes The Barents Observer  ou High-North News -  de diverses manières cette odyssée . Voici mon analyse : Une mission logistique de ravitaillement de bases mlilitaires dans l'Arctique a été remplie grâce au déploiement d'un brise-glace à propulsion nucléaire , en moins d'une journée , même si elle a été interdite au départ en raison de conditions de banquise extrêmes ! 

 

 

Polar Security Cutter

Polar Security Cutter

Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis . Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis .
Arctique : Douche froide pour les ambitions - nucléaires - des Etats-Unis .
Le porte-conteneurs Sparta  III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach Le porte-conteneurs Sparta  III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach

Le porte-conteneurs Sparta III remorqué par le brise-glace à propulsion nucléaire Vaygach

Voir les commentaires

Repost0