Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 23:07

La revue " Défense Nationale" [ site ] dont le rédacteur est l'expert militaire Igor Korotchenko publie pour novembre 2012 un " spécial " à la thématique on ne peut plus explicite !

Arctique : Les Russes arrivent !

La revue consacre aussi un reportage à un autre point chaud  : L'espace Pontique .

 

 

Repost 0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 09:47

Une excellente analyse sur les conséquences géopolitiques de la nouvelle loi électorale Russe . On comprend pourquoi beaucoup en Occident souhaitent une " libéralisation" de cette loi électorale et critiquent déja celle qui vient d'entrer en vigueur .

Par Pavel Prianikov, RIA Novosti

Le président Russe Dmitri Medvedev a signé le mardi 3 avril la loi sur les partis politiques. Le document simplifie considérablement la procédure de leur enregistrement. D'ici la fin d'année près de 100 nouveaux partis pourraient faire leur apparition en Russie. On connaît déjà la liste de 68 partis prêts à faire leur entrée dès aujourd'hui sur la scène politique. Mais qu'espèrent ces nouveaux arrivants? Existe-t-il la moindre chance pour ces partis de rester dans la politique, en accédant au moins aux parlements régionaux, à défaut de pouvoir rejoindre la Douma (chambre basse du parlement russe)? Et surtout, existe-t-il encore une idéologie en Russie qui ne soit pas représentée par les organisations politiques existantes?

L'étude détaillée des groupuscules prétendant à l'enregistrement a mis en évidence le spectre entier des courants politiques présents en leur sein: du monarchisme et de l'environnementalisme à la social-démocratie et l'anarchisme. Une seule idéologie n'est pas encore représentée dans cette fourmilière, le régionalisme.

En effet, le régionalisme n'est pas une idéologie, mais plutôt un moyen pour les organisations régionalistes d'atteindre leur objectif. Néanmoins, il y a 7-8 ans, des dizaines d'associations en Russie se réclamaient de cette idée – l'obtention de larges droits pour leur propre territoire. D'ailleurs, pratiquement partout cette exigence était accompagnée du slogan "Nous survivrons sans Moscou!". En fait, il était question de la restructuration de l'ensemble de l'Etat russe et du rejet de sa base, l'hypercentralisme.

 

A l'époque, les alliances et les blocs régionaux représentaient l'unique véritable force capable de vaincre localement le parti au pouvoir Russie Unie.

Aujourd'hui l'opposition se réjouit de voir Russie Unie n'obtenir que 40-50%, en s'appropriant le mérite d'une telle réussite. Mais en 2004-2007, aux élections régionales le parti au pouvoir se contentait de 20-30% en s'inclinant face aux alliances régionales formées à la va-vite.

Voici seulement quelques exemples des élections législatives régionales. Dans la Région de Sakhaline en octobre 2004, le bloc Notre patrie – Sakhaline et les Kouriles obtenait 20%, contre 17,7% pour Russie Unie. Khakassie, décembre 2004: 23,2% pour Russie Unie, 18,3% pour le parti communiste et 16,7% pour le bloc Khakassie. Mars 2005, Région du fleuve Amour: 17,7% pour le bloc Nous sommes pour le développement de la région de l'Amour, contre 16,6% pour Russie Unie.

L'appellation des blocs ne reflétait pas toujours leur caractère régional, mais parfois personnaliste, comme lors des élections de décembre 2003 dans la région d'Oulianovsk: 27,3% pour Russie Unie contre 11,9% pour le Peuple pour Frolytch. Quelqu'un se rappelle-t-il aujourd'hui qui était ce "Frolytch"?

Plusieurs éléments unissaient tous ces blocs régionaux. Premièrement, ils étaient tous des blocs. Ils rassemblaient des partis minuscules qui n'avaient aucune chance en restant désunis d'entrer non seulement à la Douma, mais également aux parlements régionaux. Illustration parfaite de la prochaine vie de parti en Russie. Le rassemblement en blocs permettait aux partis (ou plutôt à leurs représentants), tels que Volonté du peuple, Parti russe pour la paix, Parti communiste de l'avenir, Eurasie, Slon (Eléphant), etc, d'entrer aux parlements régionaux. De la même manière que Frolytch, personne ne se rappelle aujourd'hui ce qu'étaient ces partis, qui était représenté par eux et qui étaient leurs leaders.
Deuxièmement, des hauts fonctionnaires et des hommes d'affaires qui obéissaient à la volonté des gouverneurs régionaux plutôt qu'aux directives de Moscou faisaient partie de ces blocs. D'ailleurs, à l'époque ce sont des gouverneurs élus qui dirigeaient les régions, et les budgets régionaux dépendaient moins des subventions du centre qu'à l'heure actuelle.

Le durcissement ces dernières années de la législation électorale par le centre fédéral visait précisément à vaincre le régionalisme, et non pas du tout les libéraux, le parti communiste ou autres partis systémiques. Les blocs ont été interdits, puis pratiquement dans toutes les régions le vote par circonscriptions au scrutin uninominal a été abrogé. Toutes les voies légales pour entrer dans la politique ont été fermées aux régionalistes.

Et aujourd'hui, la nouvelle loi sur les partis, aux apparences libérales, ne prévoit pas la possibilité de former des blocs. Les mini-partis resteront livrés à eux-mêmes, au niveau des régions les fonctionnaires et les hommes d'affaires frondeurs ne pourront pas extorquer au centre fédéral des avantages pour eux-mêmes en effrayant le gouvernement avec le spectre du séparatisme, et pour eux le seul moyen d'entrer dans la politique sera, comme aujourd'hui, de devenir membre de Russie Unie avec approbation de leurs candidatures à Moscou.

La norme de "42 et plus" antennes régionales d'un parti (même avec l'annulation du nombre minimal de membres de ce parti dans les sections, mais avec un minimum fixé pour chaque région de 2 délégués pour un congrès constitutif) contribue également à la "consolidation des forces politiques", comme disent les rapports politiques écrits dans la langue bureaucratique.

Mais est-ce que cela signifie qu'une barrière législative est définitivement placée en Russie sur le chemin vers le régionalisme, qui plus est vers le séparatisme? L'expérience mondiale montre que rien n'empêche de créer des alliances suprarégionales.



Le meilleur exemple est la Ligue du Nord italienne, qui prône une large autonomie pour 11 régions du nord (ce qui représente la majorité des 20 régions de l'Italie), et dont les députés arrivent régulièrement à entrer dans les organismes législatifs locaux et au Parlement européen. Peut-on imaginer en Russie un parti en faveur, par exemple, de la sécession de la Russie d'avec le Caucase du Nord (or ceux qui professent cette idée font partie de la liste de nouveaux partis)? Et ils pourraient facilement former des sections dans 60 et même 70 régions du pays.

De la même manière, rien n'empêche les "patriotes de la taïga" de concentrer leur activité dans leur région et de trouver dans les 41 autres entités de la Fédération 2 "compatissants."

Assisterons-nous ou non à la renaissance des alliances politiques régionales? Cela dépendra, comme toujours, du Kremlin. Mais cette fois pas des astuces des juristes gouvernementaux (il est possible, si on le veut, de contourner ces barrières), mais du changement d'attitude du centre fédéral envers les régions.

Le parachutage de Moscovites aux postes clés des régions (des gouverneurs aux chefs de police et aux maires), la dépendance des régions vis-à-vis des subventions allouées par le centre et la coopération entre les régions par l'intermédiaire du gouvernement central – l'affaiblissement de cette tutelle excessive serait le meilleur vaccin contre le séparatisme.



 

Les partis régionaux, cauchemar de la politique russe
Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 00:09

Encore un dossier suivi sur Ice Station Zebra qui arrive à son terme ?

 

MOSCOU, 18 mars - RIA Novosti

La Russie et l'Ukraine sont proches d'un accord sur la délimitation de leur frontière maritime dans le détroit de Kertch, a annoncé dimanche le président ukrainien Viktor Ianoukovitch dans une interview à la chaîne "Russie 24".

"Nous sommes très proches d'adopter une décision sur la démarcation du détroit de Kertch (…) et de notre frontière avec la Russie", a-t-il indiqué.

"Le fait que nos peuples soient séparés par des frontières n'améliore pas la vie, mais la complique. Nous devons lever ces barrières bureaucratiques qui entravent le commerce transfrontalier", a poursuivi le chef de l'Etat ukrainien.

Selon ce dernier, il est nécessaire de faciliter au maximum le franchissement de la frontière entre les deux Etats.

Les négociations sur la délimitation de la frontière maritime russo-ukrainienne se heurtent sur le problème du détroit de Kertch (reliant la mer d'Azov à la mer Noire). [ lien ] et [ lien ]  

Le 17 mai 2010, la Russie et l'Ukraine ont signé un accord sur la délimitation de leur frontière terrestre lors de la visite du président Dmitri Medvedev à Kiev. Les parties sont également déterminées à régler le problème de leur frontière maritime.

Kiev affirme que la frontière maritime doit suivre le tracé de la frontière administrative qui séparait la Russie et l'Ukraine à l'époque de l'URSS. Moscou souligne pour sa part qu'il n'y avait pas de frontières maritimes dans les eaux intérieures de l'URSS. Aussi n'existe-t-il pas de documents légaux sur la ligne de partage dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch. La Russie ne peut donc pas reconnaître "la ligne de protection de la frontière nationale" unilatéralement établie par l'Ukraine en 1999. Elle considère ces eaux comme les eaux intérieures de la Russie et de l'Ukraine, conformément au Traité de coopération sur l'utilisation de la mer d'Azov et du détroit de Kertch signé en décembre 2003.

 

  Note de l'Editeur :

La position de l'Ukraine concernant  la frontière maritime est qu' entre les anciennes républiques Soviétiques - la Russie [ territoire de Krasnodar de la RSFSR ] et l'Ukraine [ Crimée ] - existait une frontière administrative dans le détroit de Kertch.

 Moscou rappelle que, conformément à la législation soviétique, les eaux intérieures n'étaient pas délimitées entre les républiques de l'URSS et par conséquent  il n' y avait pas et il n' y a pas de documents Soviétiques qui auraient pu  fixer  la frontière dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch. La Russie propose de s'en tenir aux normes internationales stipulant que la frontière doit suivre le chenal navigable .

Dans ce contexte, la Russie ne peut pas reconnaître le tracé établi unilatéralement par l'Ukraine en 1999.

 La dispute entre la Russie et l'Ukraine porte essentiellement sur le contrôle du chenal- canal de Kertch-Yenikal [  en pointillés blancs sur la carte , il a été creusé en 1874. Sa profondeur initiale était  de 5,5 m ]  sous administration Ukrainienne qui seul permet le passage de navires de 8m de tirant d'eau . Deux autres passes sous administration Russe [ situés le long de la frontière maritime ] , les fairways ( chenaux balisés )  № 50 et № 52 , ne permettent que le passage de navires de tirant d'eau de 3 m maximum .

 

  null null

Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 14:47

Des émeutes à Moscou , les "démocrates " se partagent les dépouilles de Gazprom et des principales sociétés Russes , l'arsenal nucléaire Russe passe sous contrôle Etasunien ,  les Chrétiens Orthodoxe Russes sont chassés du Caucase , des émeutes ethniques et la famine se propagent à travers la Russie , les " régions  " font sécession , des groupes armés tirent sur des manifestants réclamant le paiement des pensions , une force expéditionnaire de l'OTAN débarque à Kaliningrad , la flotte Japonaise mouille  à Vladivostock , l'armée Géorgienne occupe Stravopol et massacre les communautés Cosaques  ,... !

 

 

Aprés plus de 550 000 consultations , la vidéo " La Russie sans Poutine ? Bienvenue en enfer " a été censurée par You Tube .

Pour l'enregistrer et continuer de la regarder :

http://62.213.86.242/

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 20:26

Chose promise , chose due !

 Infographie ©Itar Tass  

" Russie Unie "

Meilleurs résultats en Extrême-Orient et dans le Caucase

ИНФОГРАФИКА: ВЫБОРЫ В ГОСДУМУ: «ЕДИНАЯ РОССИЯ» 
KPRF ( Parti Communiste )
Meilleurs résultats en Sibérie Centrale  .
ИНФОГРАФИКА: ВЫБОРЫ В ГОСДУМУ: КПРФ
Russie Juste
ИНФОГРАФИКА: ВЫБОРЫ В ГОСДУМУ: «СПРАВЕДЛИВАЯ РОССИЯ»
LDPR
ИНФОГРАФИКА: ВЫБОРЫ В ГОСДУМУ: ЛДПРnull
Repost 0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 08:53
RIA NovostiCandidats aux élections à la DoumaLes partis russes aux législatives 2011

14:13 07/11/2011 Les éléctions à la Douma (chambre basse du parlement russe) sont fixées au 4 décembre prochain.>>

 

" « le granite vote à droite, le calcaire vote à gauche » ?

Repost 0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 15:19

Vous qui avez si lamentablement failli dans vos " expertises " et autres " analyses " , Mme  Natalia Timakova - porte-parole du président Russe - vous donne un conseil ! Vu vos récentes " prestations "[ lien vers article ] , vous seriez bien avisé de le suivre ...[ lien ]  

 

"Nous avons des objectifs clairs devant nous, c'est la campagne pour les élections à la Douma - chambre basse du parlement- , suivie de la campagne présidentielle. Et c'est seulement après que l'on pourra parler de changements dans la composition et la structure du gouvernement et de l'administration présidentielle".

 

 "Aucune proposition n'a été faite à personne concernant les futurs postes, aucune négociation n'étant pas menée à ce sujet".

 

Pierre Dac lui disait de manière plus concise : " Parler pour ne rien dire ou ne rien dire pour parler sont les deux principes fondamentaux et indissociables de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir ! "



Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 22:05

Russie : des dissensions apparaissent entre Poutine et Medvedev

RFI le 31 mars 2011 : http://www.rfi.fr/europe/20110331-russie-dissensions-apparaissent-poutine-medvedev

 

Tensions dans le couple Dmitri Medvedev - Vladimir Poutine

La Libre Belgique , le 21 février 2009 : http://www.lalibre.be/actu/international/article/483646/tensions-dans-le-couple-dmitri-medvedev-vladimir-poutine.html

 

Russie: Medvedev a «envie» d'un 2e mandat

AFP citée le 19 juin 2011 par Radio Canada : http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201106/19/01-4410678-russie-medvedev-a-envie-dun-2e-mandat.php

 

Russie : Medvedev entretient le suspens sur son éventuelle candidature en 2012

De nopuveau l'AFP citée le 18 mai 2011 par RCI Martinique : http://www.rcimartinique.fm/Russie-Medvedev-entretient-le.html

 

La rivalité Poutine-Medvedev s'exprime aussi sur Internet
 
 

Medvedev et Poutine, la bataille s’est ouverte

Editorial de Bernard Guetta dans Libé du 6 avril 2011 http://www.liberation.fr/monde/01012330003-medvedev-et-poutine-la-bataille-s-est-ouverte

Le tandem Poutine-Medvedev s'est-il fissuré sur la Libye ?

Encore l' AFP , citée par La Tribune de Genêve du 22 mars 2011 : http://www.tdg.ch/depeches/monde/tandem-poutine-medvedev-fissure-libye-0

 

Medvedev s'en prend au système Poutine à dix mois de la présidentielle

L'Express du 13 mai 2011 : http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/medvedev-s-en-prend-au-systeme-poutine-a-dix-mois-de-la-presidentielle_992572.html

 

The last but not the least !

Le second couteau Medvedev face à la machine Poutine

Article du " géopolitologue " et " expert " de la Russie Jean Sylvestre Mongrenier pour atlantico.fr du 24 mai 2011

 http://www.atlantico.fr/decryptage/russie-pouvoir-poutine-medvedev-election-presidentielle-2012-104667.html

 

Nota : Jean Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie et chercheur à l'Institut Français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).

Il est aussi : Ancien auditeur de l'IHEDN (Institut des Hautes Études de la Défense Nationales, Paris), où il a reçu le Prix Scientifique 2007 pour sa thèse sur "Les enjeux géopolitiques du projet français de défense européenne", il est aussi officier de réserve de la Marine nationale, rattaché au Centre d’Enseignement Supérieur de la Marine (CESM), à l’École Militaire.  Il collabore régulièrement à la revue Hérodote ainsi qu’au mensuel Afrique Magazine !

 

OUF !

 

Compte tenu de tout son bagage , il convient de le citer dans le texte :
 
" Les analyses convergeaient, mais à un an de la présidentielle, il semble qu’il y ait une plus grande concurrence entre les deux hommes. Certains présentent cela comme une espèce de jeu de rôles où l’on ferait un peu semblant de se disputer, ce qui est certainement une partie de la réalité. Aux nuances des ces 2 ou 3 dernières années, a succédé une concurrence qui pourrait finalement se précipiter d’ici 2012. Sans compter leurs entourages qui ont chacuns leurs intérêts et qui poussent dans un sens plutôt que dans l’autre. Il y a donc bien une rivalité à mon sens qui est en train de se dessiner "
 Peut-on imaginer un tandem Poutine/Medvedev en 2012, dans lequel Poutine viserait pour la troisième fois le Kremlin ?l
 
Réponse du docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie et chercheur à l'Institut Français de Géopolitique ,  Ancien auditeur de l'IHEDN (Institut des Hautes Études de la Défense Nationales,...................................:
 
" Le champ des possibles est toujours vaste, mais on frôlerait le ridicule. La question qui va se poser dans les mois à venir est celle des rivalités naissantes qui animent les deux hommes et qui pourraient déboucher sur une véritable compétition électorale. Trouveront-ils un arrangement en interne ? Assisterons-nous à une opposition plus ou moins factice, en tout cas largement réduite à l’impuissance mais qui serait capable de faire la différence ? La décision se fera en amont du processus électoral. Mais imaginer un scénario qui verraient les deux hommes se représenter devant les Russes en inversant une nouvelle fois leurs rôles comme en 2008, c’est aller trop loin."
 
J'en resterais ici pour ce soir !
 
 
"  Lorsque les Occidentaux parlent de la Russie et de Poutine , ils me font penser à des rats ou des petites souris  qui ont peur de ce qui est grand , immense , fort comme un lion ou un éléphant  ! Alors comme les rats et les petites souris qui tremblent de peur , ils se mettent le museau contre le museau et ils poussent des petits cris  ! "
 
Nikita Mikhailkov cité de mémoire à la télévision Russe .
 
 
Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 02:33

OSLO, 7 juin - RIA Novosti

Les ministres russe et norvégien des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov et Jonas Gahr Støre, ont échangé mardi les instruments de ratification de l'accord sur la délimitation de la ligne frontalière en mer de Barents et dans l'océan Arctique, rapporte un correspondant de RIA Novosti.

La Russie et la Norvège avaient signé cet accord en septembre 2010 au terme de 40 ans de négociations sur leur frontière maritime. Le parlement norvégien l'avait ratifié le 8 février et les deux chambres du parlement russe le 25 et le 30 mars.

L'accord russo-norvégien porte sur un territoire litigieux de 175.000 kilomètres carrés et permet aux deux pays de lever le moratoire de 30 ans sur l'exploitation des gisements pétroliers et gaziers du plateau continental arctique. Selon les spécialistes, ce plateau recèle quelque 13% des réserves mondiales non découvertes de pétrole et 30% des réserves non découvertes de gaz.

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 15:02

ODESSA, 4 juin - RIA Novosti

Kiev espère que la délimitation de la frontières russo-ukrainienne débutera dans le second semestre 2011, a déclaré samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Konstantin Grichtchenko.

"Nous sommes satisfaits des activités de la commission chargée de délimiter la frontière commune entre la Russie et l'Ukraine […] Nous estimons pouvoir entamer les travaux de délimitation dans la seconde moitié de l'année", a-t-il indiqué lors d'une réunion de la commission intergouvernementale russo-ukrainienne à Odessa.

Le 17 mai 2010, au cours de la visite du président Dmitri Medvedev à Kiev, la Russie et l'Ukraine ont signé un accord sur la délimitation de leur frontière terrestre. Les parties se sont également engagées à régler le problème de leur frontière maritime, notamment dans le détroit de Kertch qui relie la mer d'Azov à la mer Noire.

Kiev affirme que la frontière maritime doit suivre le tracé de la frontière administrative qui séparait la Russie et l'Ukraine à l'époque de l'URSS.

Moscou souligne pour sa part qu'il n'y avait pas de frontières maritimes dans les eaux intérieures de l'URSS. Aussi n'existe-t-il pas de documents légaux sur la ligne de partage dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch.

 
Repost 0

Liens