geopolitique de la russie

Publié le 8 Juin 2011

OSLO, 7 juin - RIA Novosti

Les ministres russe et norvégien des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov et Jonas Gahr Støre, ont échangé mardi les instruments de ratification de l'accord sur la délimitation de la ligne frontalière en mer de Barents et dans l'océan Arctique, rapporte un correspondant de RIA Novosti.

La Russie et la Norvège avaient signé cet accord en septembre 2010 au terme de 40 ans de négociations sur leur frontière maritime. Le parlement norvégien l'avait ratifié le 8 février et les deux chambres du parlement russe le 25 et le 30 mars.

L'accord russo-norvégien porte sur un territoire litigieux de 175.000 kilomètres carrés et permet aux deux pays de lever le moratoire de 30 ans sur l'exploitation des gisements pétroliers et gaziers du plateau continental arctique. Selon les spécialistes, ce plateau recèle quelque 13% des réserves mondiales non découvertes de pétrole et 30% des réserves non découvertes de gaz.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 4 Juin 2011

ODESSA, 4 juin - RIA Novosti

Kiev espère que la délimitation de la frontières russo-ukrainienne débutera dans le second semestre 2011, a déclaré samedi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Konstantin Grichtchenko.

"Nous sommes satisfaits des activités de la commission chargée de délimiter la frontière commune entre la Russie et l'Ukraine […] Nous estimons pouvoir entamer les travaux de délimitation dans la seconde moitié de l'année", a-t-il indiqué lors d'une réunion de la commission intergouvernementale russo-ukrainienne à Odessa.

Le 17 mai 2010, au cours de la visite du président Dmitri Medvedev à Kiev, la Russie et l'Ukraine ont signé un accord sur la délimitation de leur frontière terrestre. Les parties se sont également engagées à régler le problème de leur frontière maritime, notamment dans le détroit de Kertch qui relie la mer d'Azov à la mer Noire.

Kiev affirme que la frontière maritime doit suivre le tracé de la frontière administrative qui séparait la Russie et l'Ukraine à l'époque de l'URSS.

Moscou souligne pour sa part qu'il n'y avait pas de frontières maritimes dans les eaux intérieures de l'URSS. Aussi n'existe-t-il pas de documents légaux sur la ligne de partage dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 1 Juin 2011

J'ai souvent évoqué le rôle des systémes de communication dans la géopolitique de la Russie . Il y a 120 ans , le 31 mai 1891 , débutait la construction du " projet infrastructurel géopolitique " Russe par excellence : Le Transsibérien .  
Celui-ci devait donner naissance à des projets autrement plus ambitieux à l'échelle du continent Eurasiatique - malheureusement interrompus par la première guerre mondiale et l'actrivisme de la diplomatie Britannique contre l' " Axe Paris - Berlin - Moscou " - comme la construction d'une liaison directe entre Lisbonne et Vladivostock envisagée par les ministres Witte , Von Bülow et Gabriel Hannotaux et même des projets de franchissements du détroit de Gibraltar pour créer un réseau transcontinental du Cap à Vladivostock avec une Afrique débarrassée du colonisateur Anglais .

 

"AS WE CONSIDER THIS RAPID REVIEW OF THE BROADER CURRENTS OF HISTORY, DOES NOT A CERTAIN PERSISTENCE OF GEOGRAPHICAL RELATIONSHIP BECOME EVIDENT? IS NOT THE PIVOT REGION OF THE WORLD'S POLITICS THAT VAST AREA OF EURO-ASIA WHICH IS INACCESSIBLE TO SHIPS, BUT IN ANTIQUITY LAY OPEN TO THE HORSE-RIDING NOMADS, AND IS TO-DAY ABOUT TO BE COVERED WITH A NETWORK OF RAILWAYS?"

 

 

 

 
      http://www.mackinderforum.org/1904_GeogJournal_Mackinder16.jpghttp://www.mackinderforum.org/commentaries/at-play-in-mackinders-world-a-cartographic-essay/Map8_SubAreasLandRailandRoad.jpg
 
 
 http://fr.rian.ru/images/18968/46/189684692.jpghttp://marcsuivre.files.wordpress.com/2010/04/halford_mackinder.jpg 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 30 Avril 2011

Aujourd'hui les Cosaques du Kouban constituent une force paramilitaire de près de 40 000 hommes qui veulent s'impliquer dans tous les domaines de la socièté Russe et ce jusqu' à l'éducation des jeunes ou la lutte contre la criminalité [ Lien ]

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 11 Mars 2011

C'est encore un dossier suivi sur Ice Station Zebra qui se clôt [ 1 ] [ 2 ]  . Apres la fin prochaine de la première tranche des travaux de pose du gazoduc Nord-Stream , l'ouverture commerciale de la Route Maritime Nord , c'est la ligne de chemin de fer Ob-Bovanenkovo longue de 572 Km qui a été mise en service le 15 février dernier .

Celle-ci relie le gisement gazier de Bovanenkovo sur la péninsule du Yamal  - l'entrepôt gazier de la Russie - exploité par Gazprom au reste de l'infrastructure ferroviaire Russe et permettera d'acheminer du matériel tout au long de l'année pour le développement de ce champ gazier . La capacité annuelle de cette infrastructure est de 3 Mio tonnes de fret .

Au delà de cette mission , la péninsule du Yamal qui était une périphérie excentrée de la Russie est desormais reliée par une infrastructure structurante au " corps " de l'espace continental Russe . La nouvelle voie de chemin de fer constitue un véritable " ancrage " physique de l'appendice du Yamal à cette masse continentale [ Voir carte - tracé en vert ] et cette " veine jugulaire " qui irriguera le Yamal aura certainement un rôle comparable au Transibérien dans le développement de cette péninsule . Le développement du secteur petrogazier dans l'Arctique Russe constitue ainsi un facteur structurant de l' espace continental Russe et de ses périphéries en même temps qu'il offre des opportunités innéspérées aux populations locales . La société Gazprom a ainsi entrepris un partenariat exemplaire avec les autorités locales de Yamalo-Nénétsie ainsi qu'avec les populations indigènes et plus particulièrement les éleveurs de rennes . [ lien ]

La pose de cette voie de chemin de fer a necessité la construction de plusieurs infrastructures audacieuses comme le pont sur la rivière Iouribéï . [ 1 ]

 

Article associé :

[ 1 ] " Le pont sur le fleuve Iouribeï " : Le plus grand pont au delà du cercle polaire inauguré dans la péninsule du Yamal .

[ 2 ]   "Manchester Times " 17 Mars 1887 : " Ils convient d'attirer l'attention des chancelleries occidentales .........  

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 10 Mars 2011

La pêche Russe vient d'établir  un nouveau record en 2010 avec 4.1 Mio de tonnes de prises égalant les prises de la dernière année d'existence de l'URSS , 1991 .

La nouvelle a été annoncée par le directeur de l'agence fédérale des pêches Andreï Kraïniy lors d'une rencontre avec le Premier Ministre Vladimir Poutine .[ 1 ]

Aprés la disparition de l'URSS , les prises de la pêche Russe se sont effondrées de 20% pour descendre à 3.2 Mio de tonnes en 2005 . La Russie était alors au 9éme rang mondial en termes de prises , elle est désormais remontée au 6éme rang .

L'autre excellente nouvelle provient du secteur de la transformation : Désormais 77,5% des produits de la mer vendus en Russie sont transformés en Russie et cette part devrait atteindre d'ici 2 à 3 années 80% alors que le secteur de la transformation est en pleine modernisation .

L'autre tendance  constaté ces dernières années est un retour des pêcheurs Russes vers le marché Russe alors que ceux ci avaient pour habitude de privilègier les exportations vers la Novège et le Japon .Un phènomène  qui d'ailleurs commence à poser des problèmes aux industries de  transformation Norvégienne et Japonaise . Depuis le 1er Janvier 2009 toutes les prises effectuées dans la ZEE Russe doivent  être débarquées dans un port Russe .

Le gouvernement Russe a soutenu la création d'usines de transformation au Kamtchatka , à Sakhaline , à Mourmansk et à Moscou en garantissant les financements .

D'ici l'horizon 2015-2016 le secteur de la transformation subira en Russie une profonde modernisation .

Ce programme rentre dans le cadre de la doctrine de sécurité Russe en ce qui concerne la sécurité alimentaire . Il semble qu'en France cet aspect de la question est totalement négligé par nos chefs politiques et les planificateurs en matière de sécurité ...Ceux-ci ne semblent d'ailleurs avoir pour préoccupation que de sacrifier les hommes et les bateaux à chaque ukase Bruxellois .

Le Premier Ministre Russe a pris en charge personnellement le programme de modernisation de l'industrie de la pêche et de transformation des produits issus de la pêche et s'est rendu à de nombreuses reprises auprés des professionnels dans les régions de Mourmansk , d'Arkhangelsk et même du Kamtchatka .[ 2 ] - [ 3 ]

Parmis les priorités de la modernisation de la flotte de pêche Russe figure l'équipement systématique des chalutiers avec le système de navigation satellitaire GLONASS .[ 3 ]

L'autre défi que doit relever la Russie est la lutte contre la pêche illégale dans ses eaux territoriales , particulièrement en Extrême-Orient .

Les zones de pêche susceptibles de receler le plus grand potentiel pour la Russie sont la Mer de Barents dans l'Arctique ou un accord a été  signé avec la Norvége sur la délimitation du plateau continental et des zones de pêche - accord que les pêcheurs Russes critiquent - ainsi que l'archipel des Kouriles ou la tension reste vive avec le Japon .

Lors de sa visite sur l'archipel des Kouriles , le président Medvedev a témoigné de l'intêret des chefs politiques Russes pour ce secteur économique  dans dans cette région  en visitant une usine de transformation de poisson sur l'île de Kounachir . [ voir video ]

Le secteur de l'achipel des  Kouriles représente à lui tout seul un potentiel de 2.5 à 3 GUSD en produits bruts pour la pêche Russe , ce qui explique pour beaucoup les appétits Japonais pour cet archipel .Les professionnels Russes ont réussi cet exploit dans un contexte difficile comme en témoigne l'odyssée des navires - chalutiers et navires usines - pris par la banquise au début de l'année dans la Mer d'Okhotsk .

 

 

Liens :

[ 1 ] Председатель Правительства Российской Федерации В.В.Путин провел рабочую встречу с руководителем Росрыболовства А.А.Крайним

[ 2 ] Рыба клюет с головы

[ 3 ] В ходе рабочей поездки по Камчатскому краю В.В.Путин побывал на рыболовецком траулере «Михаил Старицын» и побеседовал в кают-компании с рыбаками  

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 1 Mars 2011

La cité olympique de Sotchi est est bien en train de devenir le noyau centripéte et le centre de gravité de la présence Russe sur la Mer Noire .

Les infrastructures déja construites ou planifièes comme une liaison LGV avec Moscou rapprochant d'autant cette périphèrie du centre Moscovite .

La cité Pontique est aussi en train de devenir un des centres du Soft Power et de la diplomatie Russe avec des fora économiques  internationaux et des rencontres politiques internationales .

 

 

Les présidents Russe, Azerbaïdjanais et Arménien se réuniront le 5 mars à Sotchi pour évoquer le règlement du conflit qui oppose l'Azerbaïdjan à l'Arménie autour de la région du Haut-Karabakh, a annoncé mardi le service de presse du Kremlin.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et son homologue arménien Serge Sargsian se rendront à Sotchi sur l'invitation du président russe Dmitri Medvedev.

"Lors de la rencontre tripartite, les problèmes liés au règlement du conflit au sujet du Haut-Karabakh seront évoqués", a indiqué le service de presse.
Le conflit du Haut-Karabakh a éclaté en 1988, après que cette région peuplée principalement d'Arméniens eut annoncé sa décision de se séparer de l'Azerbaïdjan. En septembre 1991, les autorités régionales ont proclamé la création de la République du Haut Karabakh avec Stepanakert pour capitale. Cette démarche a fourni un prétexte à des affrontements armés à la suite desquels l'Azerbaïdjan a perdu le contrôle du Haut-Karabakh et de sept régions adjacentes.

Le cessez-le-feu instauré entre les belligérants en mai 1994 est toujours respecté. Le règlement pacifique du conflit fait l'objet des négociations menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

 

La Russie a d'autre part officiellement proposé à l'OTAN de tenir une réunion du Conseil Russie-OTAN  à Sotchi, a annoncé mardi à Bruxelles le représentant permanent de la Russie auprès de l'Alliance Dmitri Rogozine.

 

© Ria Novosti .

 

"J'ai remis mardi une lettre au secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, qui préside le Conseil Russie-OTAN, confirmant la décision du président russe de convoquer le Conseil au niveau des ambassadeurs en Russie, à Sotchi", a indiqué le diplomate.

La réunion pourrait se dérouler au deuxième semestre de 2011, selon lui.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 23 Février 2011

C'est un des choke points Caucasiens rendus célèbres par la Guerre Russo-Géorgienne d' Aout 2008 . Il a permis au forces blindées Russes d'intervenir à partir de l' Ossétie du Nord  pour stopper le génocide entrepris par les soudarts Géorgiens à l'encontre des civils Ossétes .

Le Tunnel de Roki a entammé une phase de reconstruction avec la pose d'une nouvelle voute pour stopper les infiltrations d'eau qui vont jusqu' à laisser des stalactites en hiver . Mais comme le souligne le reportage de vesti.ru , le trafic ne doit pas être interrompu entre la Russie et l'Ossétie du Sud  [ Cela pourraît donner des ( mauvaises ) * idéees * à * certains * à Tblissi - NDLR ] et le percement et la mise aux normes  d'une galerie de service  parrallèle doit être entreprise avant le début des travaux sur la galerie principale .

Cette galerie parallèle est elle aux normes des transporteurs de chars ?

Le projet prévoit aussi la construction de paravalanches et de protection contre les coulèes de boue le long de la route Transcaucasienne - Transkam - afin d'eviter la fermeture de cette voie pendant la période hivernale .

Ces travaux montrent en tout cas que la Russie n'est pas prête à quitter l' Ossétie du Sud et l'Abkhazie puisque la fin des travaux sur le tunnel principal est prévue selon certaines sources pour 2015 ...

Les travaux de reconstruction du Tunnel de Roki provoquent  , on peut s'en douter ,  des démangeaisons en Géorgie même si pour l'instant la réaction est " calme " ! [ Lien ]  

  Durant la guerre d'aout 2008 , Dick Cheney avait suggéré le bombardement de ce tunnel .

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 17 Février 2011

C'est beaucoup plus pédagogique que  de longs articles ! L'auteur , géographe , souligne l'importance de l'enseignement de la géographie [ pour comprendre la géostratégie et la géopolitique ! ]

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 24 Janvier 2011

L'actualité de ce jour est terrible mais comme je l'ai écrit que cela ne nous empêche pas de garder notre lucidité pour l'analyse .

Je vous livre ici celle de Hugo Natowicz concernant l' " opposition Russe  " . Comme vous pouvez le constater j'y ai souligné un passage sur un sujet que j'ai déja évoqué sur ce blogue : La " curieuse " lune de miel entre " libéraux " et " nationalistes " . Des oranges aux oranges-bruns , il y a bien - en effet - un lien de famille !

 

L'opposition russe est un ensemble hétérogène qui prête à confusion. Elle peut être divisée en deux blocs: les groupes représentés au parlement et l'opposition "libérale" hors-système. Où en sont ces mouvements au lendemain de la crise mondiale? Quelles sont leurs relations avec cette troisième force qu'est la récente poussée nationaliste?

Pas si "loyale" que ça

Intégrée au système politique, l'opposition représentée au parlement est parfois qualifiée de "loyale". Elle est composée de trois partis. Fort de sa légitimité historique, le Parti communiste (KPRF) est certainement le plus indépendant et le plus protestataire. Il bénéficie d'un important poids politique (57 sièges à la Douma). L'héritage soviétique est également un fardeau qui l'empêche d'atteindre à nouveau le pouvoir, un nombre important de Russes l'associant au passé.

Vient ensuite le Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR, 40 sièges), dirigé par le charismatique Vladimir Jirinovski. Homme d'affaires, showman, il est resté célèbre pour ses déclarations xénophobes dans les années 1990. Son  parti, dont le mot d'ordre pourrait être résumé par la formule "les Russes d'abord", vise principalement à canaliser les tendances nationalistes, arrangeant ainsi le pouvoir qui souhaite les maintenir sous contrôle. La vague de troubles qui a éclaté en décembre 2010 semble toutefois indiquer que les nationalistes se regroupent au sein de mouvements "hors-systèmes", comme le DPNI (Mouvement contre l'immigration clandestine). Le LDPR a proposé suite aux émeutes de modifier la constitution en remplaçant "peuple multinational de la Fédération de Russie" par "le peuple russe et les autres peuples de Russie".

La troïka de l'opposition "loyale" est close par Russie juste (38 sièges), dirigé par Sergueï Mironov, le président du sénat. RJ est issu de la fusion de trois partis. Le plus influent, Rodina, se définissait comme "nationaliste de gauche" et était conduit par Dmitri Rogozine, l'actuel représentant de la Russie auprès de l'OTAN. Au faîte de sa popularité, Rodina était la deuxième force politique du pays. Entré dans une opposition systématique au pouvoir,  le parti a été attaqué en justice avant les élections à la Douma de Moscou de 2005 pour un spot de campagne incitant à la haine raciale par…. le LDPR, ce qui lui avait valu l'exclusion des élections. Une anecdote qui montre à quel point la lutte pour l'électorat nationaliste structure la vie politique du pays.

RJ a longtemps été soupçonné d'incarner une opposition purement formelle, voire aux ordres d'un Kremlin souhaitant donner l'image du pluralisme. Le parti a un temps songé jouer le rôle de deuxième pôle d'un bipartisme russe en gestation, sans succès. L'éventuelle adhésion de Medvedev à Russie juste n'a pas dépassé le stade de la rumeur, et le parti n'est pas parvenu à concentrer l'opposition au parti de Poutine.

L'opposition "loyale" coopère avec le pouvoir et est acquise au principe de stabilité de l'Etat, ce qui empêche une contestation trop radicale. Les partis l'ont montré en mettant en sourdine leurs divisions pendant la crise économique, même si le consensus a été écorné à plusieurs reprises. Un bras de fer a notamment éclaté suite aux élections locales d'octobre 2009: les trois forces d’opposition ont quitté le parlement pour protester contre les fraudes massives, un geste inédit. Une fronde embarrassante pour Russie unie, laissée seule face à son hégémonie.

Le turbulent Sergueï Mironov, président de Russie juste, a en outre régulièrement joué le conflit avec Russie unie, s'attirant des remontrances et même des menaces. En pleine crise, il avait critiqué la politique économique de Poutine, et exigé la démission de plusieurs ministres. Russie unie avait rétorqué en menaçant de lui ôter la présidence du conseil de la Fédération. Il a récemment fait parler de lui en envisageant une fusion entre le Parti communiste et Russie juste. Une alliance qui tiendrait plus de la pure stratégie que d'une convergence idéologique.

Une opposition "libérale" en ordre dispersé

L'opposition dite "libérale" est menée par une cohorte de leaders mêlant hommes politiques et défenseurs des droits de l'homme. A défaut de représentation politique, l'opposition libérale est contrainte de s'exprimer dans la rue, lors de manifestations qui n'ont été autorisées que récemment. Les plus célèbres sont les meetings organisés par l'opposition chaque 31 du mois, en référence à l'article 31 de la constitution garantissant la liberté de réunion. Bien qu'autorisées, les manifestations sont très encadrées: un des leaders du mouvement, Boris Nemtsov, était récemment arrêté par la police et condamné à 15 jours de prison pour avoir poussé les manifestants à se rendre sur la chaussée, arrestation immédiatement dénoncée par l'occident.

Le mouvement dit « du 31 » n'a rien d'homogène, comme le démontrait le premier meeting autorisé en octobre 2010. Une querelle entre Lioudmila Alekseïeva, figure russe de la défense des droits de l'homme, et Edouard Limonov, ex-leader du « Parti national-bolchévique » aboutissait alors sur un schisme et l'organisation de deux meetings distincts.

L'opposition tente pourtant tant bien que mal de s'unir: trois mouvements de l'opposition libérale annonçaient fin 2008 la création d'un parti unitaire, "Pravoïé delo" (Une cause juste). Le plus connu est SPS (Union des forces de droite), de feu Egor Gaïdar. Pendant ce temps, quatre autre ténors issus des années 1990 (l’ancien premier ministre Mikhaïl Kassianov, l’ancien vice-premier ministre Boris Nemtsov, l’ancien chef de la fraction "La Russie, notre maison" de la Douma Vladimir Ryjkov et l’ancien responsable de Iabloko Ilia Iachine) promettaient eux aussi la création d'une coalition d'opposition.

Autre fait marquant: la présence du parti libéral Iabloko aux côtés du Mouvement contre l'immigration illégale lors d’une marche organisée le 14 janvier 2011 pour les quarante jours (deuil orthodoxe) de la mort d'Egor Sviridov, un supporter du Spartak tué lors d'une rixe avec des Caucasiens, ce qui avait déclenché une vague d'émeutes nationalistes s. Cette étrange convergence n'a pas tardé à susciter de nombreuses questions concernant la stratégie libérale: s'agit-il de canaliser les "opposants" sans regarder sur l'idéologie, ou de tenter de rallier les nationalistes?

L’opposition libérale, extrêmement hétérogène, a beau jeu de dénoncer les coups bas du pouvoir: son incapacité à parler d’une seule voix, ses multiples leaders, et l’absence de ligne politique claire sont incapables de canaliser le mécontentement, bien réel, de la population russe. L’opposition « loyale », timorée, n’incarne aucune concurrence politique solide. Dans ce contexte, les Russes semblent plus enclins à miser sur une opposition entre Poutine et Medvedev, ou sur la capacité de réforme d'une équipe dirigeante qui a fait ses preuves.

Une absence de concurrence politique qui au final limite l'ambition du pouvoir à mener les réformes nécessaires au pays.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0