geopolitique de la russie

Publié le 10 Octobre 2010

J'ai déja évoqué plusieurs fois les projets infrastructurels Russes sur ce blogue . Le dernier en date va modifier de façon importante les relations de la Russie avec la Transcaucasie .

Dans une interview accordée à Gazeta.ru le " président " de la République de Karatchévo-Tcherkessie Boris Ebzeïev annonce la construction d'un tunnel entre sa République et le nouvel état Abkhaze . [ 1 ]

Cette décision a été prise au mois d'aout dernier lors d'une réunion avec le ministre des transports Russe Igor Levitine .

Actuellement la Russie n'est relièe à l'Abkhazie que par une route littorale qui part de Sochi et par une voie ferrée restaurée par des unités du génie ferroviaire de l'Armée Russe .

Comme le soulignent Boris Enzeïev et de nombreux commentateurs , il s'agira d'une version modernisée de la Route Militaire de Soukhoumi -  Военно-Сухумская дорога - dont la construction réalisée par l'Armée impériale Russe s'est achevée au début du XX ème siècle , l'objectif étant de s'affranchir des coulées de boue et de neige qui perturbent le trafic durant l'hiver principalement au niveau de son point culminant la passe de Kluhorsky à 2781 m.

 

Si bien sûr les relations économiques sont mises en avant pour présenter ce projet infrastructurel avec par exemple l'accés aux stations de sport d'hiver situées sur le versant Nord de la chaîne , celui-ci aura aussi des répercussions stratégiques car il permettera un déploiement plus rapide de l'Armée Russe dans la région en cas de crise .

 Il faut ainsi se souvenir du rôle indispensable qu'à joué le Tunnel de Roki situé sur la Route militaire Ossète dans la contre-offensive Russe destinée à refouler l'agression Géorgienne contre l'Ossétie du Sud .   [ voir photos ]

  Cette contre-offensive sur le front Abkhaze a necessité la mise en oeuvre d'une opération amphibie pour permettre la prise en " tenailles " des forces d'agression Géorgiennes .

 La référence à la Route militaire de Soukhoumi montre que les projets infrastructurels à caractère militaire développés par les stratéges Russes durant la seconde moitiè du XIX éme siècle dans la région sont toujours d'actualité et pertinents sur le simple plan militaire .

  Il faut noter que si la Russie se lance dans la construction d'un tunnel qui devrait avoir prés de 12 km de longueur [ ou 4.7 Km dansune autre option ] , les ingénieurs militaires Géorgiens ne sont pas en reste .Le Président Saakachvili a innauguré au mois de mai dernier un pont dont la longueur atteint quand même 360 m sur la rivière Ingouri à la frontière entre la Géorgie et l'Abkhazie ! [ 2 ]

 

 

Liens :

[ 1 ] Туннель в Абхазию - Interview de Boris Ebzeïev par Gazeta.ru le 27 septembre 2010 .

[ 2 ] Saakashvili opens bridge over Abkhaz-Georgian border - Depêche de Ria Novosti du 27 mai 2010 .

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 25 Septembre 2010

Les ressources Russes en céréales vont s'élever à 90 Mio de tonnes a annoncé mardi dernier la Ministre de l'Agriculture RusseYelena Skrynnik .

" Déja 54 Mio de tonnes ont été moissonées . Jusqu'à 10 Mio de tonnes vont l'être en Sibérie et dans les régions de l'Oural selon nos prévisions . Donc en tenant compte de nos réserves de 26 Mio de tonnes  nos ressources en céréales vont atteindre 90 Mio de tonnes " .

Les besoins internes de la Russie de 77 Mio de tonnes seront donc satisfaits a ajouté la Ministre .

Le Président Dmitri Medvedev a d'autre part annoncé un plan d'aide de 1.1 miliards d'USD aux agriculteurs touchés par la sécheresse . [ 1 ]

La sécheresse qui a frappé la Russie cet été pourrait réduire de 10% la production agricole Russe selon  le vice-premier ministre  Igor Chouvalov qui affirme que ce ne sont pas encore des chiffres définitifs .

La production de céréales a été réduite d'un tiers , celle des pommes de terre de prés de 25% et la production de légumes de prés de 10% .

Le vice-premier Ministre se montre confiant pour la prochaine campagne agricole en raison des mesures de soutien apportées par le gouvernement Russe aux régions touchées par la sécheresse . [ 2 ]

Pour éviter des pénuries artificielles générées par la spéculation , le gouvernement Russe a mis en place une politique stricte de contrôle des prix alimentaires et de répression contre les spéculateurs .

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia's 2010 grain resources reach 90 million tons - minister- Depêche de Ria Novosti du 21 septembre 2010 .

 [ 2 ] Russia's agricultural output may fall 10 pct this year warns Shuvalov- Depêche de Ria Novosti du 24 septembre 2010 .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 25 Septembre 2010

C'est assez rare pour avoir le mérite d'être signalé : L'éditorialiste et expert du Caucase Thomas de WAAL pour la Carnegie Endowment for International Peace appelle dans la revue " Foreign Policy  " à la fin du " Grand Jeu  " dans le Sud-Caucase , une manière de reconnaître implicitement que la politique agressive contre la Russie dans cette région du monde doit se terminer . [ 1 ]

Sa critique va même jusqu' à refuter la notion d' " échiquier " - Allusion au " Grand chessboard " - pour la région mais plutôt à une stucture en dominos ou la chute de l'un entraîne la destruction de l'ensemble .

Des le début il rejette  la plus grande partie de la responsabilité de la situation actuelle sur  les outsiders  dans lesquels il place , bon sang ne saurait mentir , à tort la Russie . Ceux -ci n'ont fait qu'aggraver les mauvaises politiques locales .

Ensuite il décrit ce qu'il nomme trois " mirages " sur la région qui ont conduit à de mauvaises politiques de la part des " grandes puissances " - les outsiders :

 

1- Ce ne sont pas les " grandes puissances " qui ont le plus souvent poussé des " pions " locaux mais plutôt les chefs politiques locaux qui ont cherché à manipuler les " grandes puissances " .

 

2- La Russie n'est pas une puissance omnipotente qui a toujours cherché à écraser des peuples Caucasiens sans défense . La guerre de 2008 entre la Russie et la Géorgie n'est pas une manifestation de  l' " impérialisme Russe " et la Russie a plutôt cherché ces dernières années à stabliser la situation dans la région , par exemple entre l'Arménie et l'Azerbaidjan sur le dossier du Nagorno-Karabakh . La Russie serait plutôt en train de se désengager de la région pour ne devenir qu'un acteur parmi d'autres ne serait qu'en raison de la barrière naturelle de la chaîne du Grand Caucase et du peu de " Russes ethniques " vivant dans la région .

 

3- La perception du Caucase comme une " zone d'intêret stratégique " par l'Ouest a causé plus de mal à la région que de bien .

Cette mauvaise perception l'a été tant sur la vision d'un corridor energetique essentiel aux intêrets occidentaux que sur la question de l'élargissement de l'OTAN .

Des expressions comme " Nouvelle route de la soie " ou " Grand Jeu " n'ont fait que réduire la Russie à un rival mortel . Ces métaphores n'ont fait que donner de fausses illusions aux chefs politiques locaux qu'ils étaient indispensables à l'Ouest tout en créant de relations difficiles avec Moscou .Les ambitions stratégiques de l'Occident de s'établir dans la région auraient du être précédées par une analyse plus  réfléchie de son importance réelle sur la carte énergetique de l'Europe .

De la même manière l'expansion de l'OTAN dans la région n' a pas été profitable ni à la Géorgie , ni à l'Alliance .

Cet effort d'expansion n' a pas favorisé la sécurité de la Géorgie et l'Alliance n'était pas prête à intégrer un état aux forces armées sous-developpées , aux institutions faibles et avec deux conflits territoriaux .

Le conflit d'aout 2008 engagé par un président qui a commis d'importantes erreurs d'appréciation sur le soutien qu'il aurait pu obtenir en Occident a laissé la Géorgie sans l'Ossétie du Sud , l'Abkhazie ni un plan d'ahésion à l'Alliance .

 

On peut se poser des questions sur la parution d'un tel article dans la trés influente revue Foreign Policy   appelant souvent à " engager " la Russie sur les fronts les plus divers de l'Arctique au Caucase en passant par le dossier de l'énergie ou de la présence Russe en Amérique Latine . Traduirait il des divergences d'approches au sein de la communauté analytique Etasunienne en particulier avec sa frange la plus belliciste et Russophobe que l'on retrouve à l' Heritage ou à la Jamestown ? Il méritait en tout cas d'être signalé .

 

 

Liens :

[ 1 ] Call Off the Great Game - It's time to stop seeing the South Caucasus as a geopolitical chessboard. Article de Thomas de Waal dans Foreign Policy du 13 septembre 2010 .

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 15 Septembre 2010

Source Vedomosti via Ria Novosti .

 

Au cours des cinq prochaines années, le ministère des Transports devra construire 14 000 km de nouvelles routes, a déclaré mardi Vladimir Poutine lors d'une conférence du parti Russie unie, écrit mercredi le quotidien Vedomosti.

Ce rythme élevé de construction sera rendu possible grâce à un nouveau mécanisme de financement, notamment grâce aux fonds routiers qui commenceront à fonctionner en 2011. Le Programme fédéral de développement des transports approuvé par Poutine il y a deux ans prévoit la construction, au total, de 5 900 km de routes et la reconstruction de 12 000 km de routes existantes entre 2010 et 2015.

Le premier ministre russe a mentionné la construction de routes fédérales et régionales de divers niveaux, y compris les routes non asphaltées, explique son porte-parole Dmitri Peskov. Or, le Programme fédéral ne prend en considération que la construction de routes asphaltées. Construire 14 000 km de routes non seulement à revêtement dur, mais aussi de celles de terre est un objectif parfaitement réaliste, estime un fonctionnaire du ministère des Transports : par exemple, en Sibérie et en Extrême-Orient, les routes manquent en principe, on peut y construire des voies de qualité inférieure et les perfectionner ensuite lors de la reconstruction. Selon lui, la moitié des routes régionales du pays n'ont pas de revêtement dur.

L'essentiel n'est pas le nombre de kilomètres, mais la qualité, affirme Mikhaïl Blinkine, directeur scientifique de l'Institut de recherche pour les transports et le réseau routier. En Chine, par exemple, on ne compte plus depuis longtemps la longueur du réseau routier local, on n’inclut dans les comptes-rendus que la construction de routes de grande vitesse: on en construit 5 000 à 6 000 km par an. Depuis le milieu des années 1990, environ 70 000 de routes de grande vitesse à plusieurs voies ont fait leur apparition en Chine. En Russie, la longueur du réseau routier ne s'est pas accrue ces dernières années, poursuit Blinkine, ce qui signifie la diminution des routes, car une partie d'entre elles deviennent impraticables au bout d'un certain temps.

En raison de la réduction considérable du financement budgétaire en 2009-2010, aucune nouvelle route n'a été construite, indique le fonctionnaire du ministère des Transports : environ 1 200 km de routes fédérales ont été mis en service, mais c'étaient, pour l'essentiel, des secteurs reconstruits. En 2009, le volume des travaux routiers s'est réduit de 70%, a fait savoir Svetlana Vorontsova, directeur général adjoint de l'Institut de l'infrastructure des transports.

La réapparition des fonds routiers ajoutera de l'argent au secteur routier, mais le problème des routes en Russie ne sera pas réglé de manière définitive, estime Blinkine : il faut dépenser pour cela environ 1 500 milliards de roubles par an. Pour avoir une telle somme, il faudra élever le prix de l'essence d'au moins un quart. Il s'agit d'une décision politique, il est peu probable que le gouvernement puisse la prendre, résume-t-il.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 8 Septembre 2010

KIEV, 7 septembre - RIA Novosti

 

Kiev est prêt à garantir que la délimitation de la frontière ukraino-russe dans le détroit de Kertch et dans la mer d'Azov ne créera pas de problèmes pour les navires russes, a déclaré mardi à Kiev le ministre ukrainien des Affaires étrangères Konstantin Grichtchenko.

"Nous devons persuader nos partenaires (russes) que nous pouvons leur garantir que la nouvelle frontière ne créera pas de problèmes pour les navires civils et militaires russes. Et que nous ne permettrons pas aux bâtiments de guerre de pays tiers d'entrer dans la mer d'Azov", a indiqué le diplomate dans une interview à la chaîne britannique BBC.



Le 17 mai dernier, la Russie et l'Ukraine ont signé un accord sur la délimitation de leur frontière terrestre lors de la visite du président Dmitri Medvedev à  Kiev. Les parties sont également déterminées à régler le problème de leur frontière maritime, notamment dans le détroit de Kertch.

Kiev affirme que la frontière maritime doit suivre le tracé de la frontière administrative qui séparait la Russie et l'Ukraine à l'époque de l'URSS.

Moscou souligne pour sa part qu'il n'y avait pas de frontières maritimes dans les eaux intérieures de l'URSS. Aussi n'existe-t-il pas de documents légaux sur la ligne de partage dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch. La Russie ne peut donc pas reconnaître "la ligne de protection de la frontière nationale" unilatéralement établie par l'Ukraine en 1999.

 

 

 

Article associé :

Echec des négociations pour la délimitation de la frontière maritime Russo-Ukrainienne dans le détroit de Kertch .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 6 Septembre 2010

A l'occasion du forum de Valdaï , Ria Novosti publie une sublime carte interactive sur les relation de l' " Espace Russe " avec ses voisins .

Il suffit juste de la consulter !

 

 

 

RIA NovostiRussia's relations with neighbors through the centuriesRussia's relations with neighbors through the centuries

09:40 06/09/2010 The 7th Valdai Club Meeting, an expert forum for international specialists on Russia, headlined "Russia: History and Future Development," opened on August 31 and runs through September 7.>>

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 5 Septembre 2010

La décision du *chef de la République * Ramzan Kadyrov d'abandonner le titre de * Président * a fait l'effet d'une bombe dans les milieux séparatistes Caucasiens , Circassienns- ou autoproclamés tels*  - en l'occurence .

Le * Président * du mouvement  Хасэ énumère ainsi toutes les conséquences " néfastes " de la décision de Ramzan Kadyrov et en particulier la fin du fédéralisme en Russie que j'ai évoqué sur ce blogue .[ 1 ]

Comme je l'ai fait ,  il relie cette décision à l'instauration de la " verticale du pouvoir " instaurée par Vladimir Poutine et la création des districts fédéraux et se lamente dans un futur proche de la disparition des " Républiques ethniques " .

Si comme je l'ai écrit cette modification du statut des responsables administratifs et des sujets de la - appellons là encore comme ceci - Fédération de Russie entrainera une modification de la constitution , il est peu probable que le referendum qu'il réclame ait lieu un jour , la modification se faisant de manière plus probable par un vote du parlement [ ou " Russie Unie " est majoritaire ! ] .

  Dans une interview accordée hier à la chaîne d'informations Vesti [ 3 ] consacrée aux missions  et à l'évaluation des gouverneurs , le Président Medvedev a souligné que si les différents sujets de la Fédération - il a souligné ce terme - peuvent présenter des spécificités , il n'en reste pas moins que des régles communes doivent être suivies au sein de cette Fédération .

Il a ajouté que l'initiative du  changement de désignation du chef administratif devait provenir d'une volonté des organes exécutifs et législatifs des sujets .[ Voir video ]

 

* Dans son appel aux " Présidents des Républiques Circassiennes " ,l'auteur s'indentifie par

Мы, являясь Черкесами (Адыгами), проживающими в диаспоре - Nous Tcherkesses vivant au sein de la diaspora cad Etats-Unis , Israel et Jordanie et fait appel au Droit international !

 

Liens :

[ 1 ] Ибрагим Яганов: за отменой наименования "президент" последует отмена статуса "республики"

[ 2 ] Обращение к президентам черкесских республик

[ 3 ]  Интервью с президентом России. Полная версия

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 3 Septembre 2010

SARATOV, 2 septembre - RIA Novosti

 

Les autorités russes n'admettront aucun "protectionnisme régional" dans le règlement des problèmes alimentaires, a annoncé jeudi le président Dmitri Medvedev lors de la réunion du Bureau du Conseil d'Etat consacrée à l'alimentation qui se tient à Saratov (723 km au sud-est de Moscou).

"Il faut empêcher la spéculation, quant au protectionnisme régional, il est inadmissible", a-t-il déclaré.

"Chacun d'entre nous défend la situation dans sa région, mais le protectionnisme régional doit être banni", a expliqué le chef de l'Etat russe.

"Nous avons un marché commun et les gens qui peuplent notre pays sont les citoyens d'un grand Etat uni, la Fédération de Russie", a-t-il ajouté.

"Il faut attendre les résultats des récoltes en Sibérie, lorsque les bilans fédéral et régional pour les céréales seront clairs", a indiqué M.Medvedev avant d'ajouter que le pays possédait un fonds d'intervention auquel le pays aura recours en cas de besoin.

Le marché russe des céréales s'est trouvé en difficulté en raison des incendies dévastateurs qui ont détruit durant l'été 2010 un quart des terres cultivées (11 millions d'hectares), la récolte ayant été revue à la baisse d'un tiers, à 60-65 millions de tonnes contre 97,1 millions en 2009. Ceci devrait infliger une perte de 26,1 milliards de roubles (64 millions d'euros) aux 18 régions agricoles de Russie.

 

 Analyse de l'Editeur

 

Le Président Dmitri Medvedev fait allusion à la situation de 1998-99  , les derniers soubresauts des  " Années Eltsine " , ou un protectionnisme régional et même un séparatisme économique est apparu en Russie .

 Des limitations d'exportations de produits alimentaires sont  apparues dans une vingtaine de sujets de la Fédération de Russie .

 Le célébrissime gouverneur de l'oblast de Koursk , le géneral Alexandre Routskoï , a ainsi considéré de la contrebande toute denrée " exoprtée "en dehors de l'oblast .

Aujourd'hui l'état Russe dispose de leviers inexistants à cette époque pour fluidifier le marché des produits alimentaires :

- La " verticale du pouvoir "

- Un fonds d'intervention

- Des réserves conséquentes de céréales

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 2 Septembre 2010

GROZNY, 2 septembre - RIA Novosti

 

Dès aujourd'hui, Ramzan Kadyrov n'est plus président de Tchétchénie, le parlement tchétchène ayant décidé de rebaptiser son poste en "chef de la république", rapporte jeudi le correspondant de RIA Novosti.

Dans une lettre au parlement en date du 12 août dernier, M.Kadyrov, alors président de la République de Tchétchénie, avait demandé de choisir un autre terme pour désigner son poste, en estimant qu'une seule personne en Russie était en droit d'être appelée président.

"A mon sens, il ne doit y avoir qu'un seul président dans l'Etat, alors que les premières personnes de ses entités peuvent s'appeler chefs de république, chefs d'administration, gouverneurs et ainsi de suite", a-t-il écrit.

Réuni jeudi en séance plénière, le parlement tchétchène a examiné cette proposition et décidé d'apporter des amendements à la Constitution de la république afin de modifier l'appellation du poste de son dirigent .

 

Analyse de l'Editeur

 

Dans un précédent article [ 1 ] , j'avais évoqué une Russie " Union indissoluble des districts fédéraux , des cités et de Moscou " en paraphrasant la constitution Brésilienne avec Moscou en lieu et place du District Fédéral de Brasilia .

Or il semble que l'idée d'un " District Fédéral Russe " progesse .

Serguei Mironov président du Conseil de la Fédération , la chambre haute du Parlement Russe, vient de proposer l'union de Moscou et de l'Oblast de Moscou avec un renforcement de la gestion fédérale , un nouveau remembrement administratif - Укрупнение -  dans la ligne de ceux entrepris par Vladimir Poutine .

" Il doit y avoir une certaine gestion verticale du gouvernement fédéral , y compris dans la politique urbaine "  . Soulignant le statut spécial de Moscou Serguei Mironov  a suggéré que le maire de Moscou ait dans cette configuration le statut de  vice-Premier Ministre du gouvernement russe.[ 2 ]

La révolution constitutionnelle  et administrative déclanchée par la démarche de Ramzan Kadyrov semble briser les tabous et délier les langues en Russie .Une nouvelle Russie est en train de naitre comme le suggérait Gleb Pavlovsky .

  Se pose la problèmatique de la gestion de cette " Nouvelle Russie " . Arnaud Dubien intervenant dans le cadre du  Club de discussion de Valdaï suggére une " ENA Russe " :

" Ce qui, de mon point de vue, manque le plus à la Russie, c'est une classe de "grands commis de l'Etat", c'est à dire d'une haute fonction publique mue exclusivement par l'intérêt général. Après la Seconde guerre mondiale en France, le général de Gaulle a créé l'ENA pour renouveler entièrement le corps des hauts fonctionnaires. Peut-être qu'une école de ce type, civile, où seraient inculquées les valeurs du service public serait utile à la Russie en cette période de reconstruction. " [ 3 ]

 

 

Liens :

[ 2 ] СТОИТ ЛИ УВЕЛИЧИВАТЬ МОСКВУ ЗА СЧЕТ ОБЛАСТИ? – МНЕНИЯ ПАРЛАМЕНТАРИЕВ - Article de Regions.ru du 30 aout 2010 .

  [ 3 ] "Pouvoir central fort et démocratie forte ne sont pas incompatibles» Interview de Ria Novosti .

Articles associés :

[ 1 ] Vers la fin du fédéralisme , et de ses symboles , en Russie : Le débat est lancé !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 29 Août 2010

La décision du " président " Tchétchène Ramzan Kadyrov de ne plus vouloir porter le titre de * président * a pour corollaire ,comme je l'avais signalé ,  de relancer le débat sur la structure administrative de la Russie 

A terme une conséquence logique de cette décision serait la disparition des républiques ethniques au sein d'ensembles plus vastes de regroupement régionaux ou économiques . La Russie compte actuellement 21 sujets sur 83 construits sur des bases ethno-nationales .

 Le processus mis en place par Vladimir Poutine et conforté par le Président Medvedev avec la création de la région administrative du Caucase va dans cette [ bonne ] direction  .[ 1 ]

Dmitri Sokolov - Mitrich dans les colonnes d 'Izvestia explique que l'existence des républiques ethniques doit être desormais remise en cause ne serait ce que pour des raisons économiques [ 2 ]

Les régions formées sur une base ethno-nationale sont condamnées à la stagnation car en leur sein il n'y aura jamais une véritable concurrence - libre et non faussée - des capacités humaines et que celle ci sera remplacée par des luttes de clans pour le contrôle du pouvoir politique et donc économique .

C'etait peu ou prou l'argumentaire de Boris Gryzlov qui avait  proposé de regrouper les régions sur des bases de complementarité économique et de certains analystes Russes pour qui " size matters " . [ 3 ]

Le chef du LDPR , Vladimir Jirinovsky , demande quand à lui un retour au systéme des Gubernyas [ gouvernorats ] de l'époque Tsariste .

 

La disparition de ces composantes ethno-nationales remet aussi en cause le statut de " Fédération " de la Russie et donc de tous les symboles nationaux [ drapeaux , devises , hymnes ] des républiques , des municipalités mêmes pour évoluer vers une  République Fédérative , " union indissoluble des districts fédéraux , des municipalités et de Moscou "

Les défenseurs de " petits peuples " perdus au fond de la taîga Sibèrienne hurleront bien sûr au " Jacobinisme Moscovite " , certains nous ressortiront la " Prison des peuples " , mais le branle semble bien être donné pour la fin de la structure administrative héritée de la révolution Bolchevique .

Cette nouvelle Russie nécessitera la reécriture , horesco referens , de nombreuses lois consenties lors de la " Valse des souverainetés " de la période Eltsinienne commela  loi fédérale sur l'autonomie culturelle nationale de 1996  ou l'accord fédéral du 31 mars 1992 qui definit les rapports entre le centre et les " sujets "  .

Verra t'on enfin en Russie dans un proche avenir cette cérémonie qui s'est déroulée le 4 décembre 1937 à Rio de Janeiro  : La crémation sur " l'autel de la Patrie ", devant la bannière du Brésil , de tous les symboles régionaux et municipaux * . [ Voir video ]

Cette crémation a été accompagnée par l'interdiction de tous les partis politiques à caractère régionaux ou remettant en cause l'unité nationale . On peut constater que les motifs qui ont poussé Getulio Vargas à réduire les prérogatives des périphéries sont d'actualité pour la Russie .

A la fin des années 20 , au début des années 30 le Brésil était confronté aux mêmes problèmes de séparatismes que la Russie au début des années 90 avec principalement le mouvement du Coronelismo , des oligarques terriens qui s'affranchissaient des directives du centre pour mener une politique indépendante conforme à leurs intêrets et non pas à ceux de l'Etat Brésilien .

Seul l' " Estado Novo " et la " verticale du pouvoir " , les " mesures téméraires " évoquées dans la vidéo ci-dessous , instaurée par le président Getulio Vargas ont donné au Brésil son caractère unitaire que nous connaissons .

 

  * « Nous n'avons pas de problèmes régionaux ; ils sont tous nationaux, et concernent tout le Brésil ! »

Liens :

[ 1 ] О создании Северо-Кавказского федерального округа - Article de Geopolitica.ru du 26 janvier 2010 .

[ 1 ] Хочу жить в Чечне

[ 3 ] РАЗМЕР ИМЕЕТ ЗНАЧЕНИЕ - Article de Regions.ru du 25 janvier 2010 .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0