geopolitique

Publié le 30 Novembre 2010

Beaucoup de journaux ont titré " Le Monde selon Jean David Levitte " pour évoquer le document publiè par Wikileaks concernant la rencontre entre Jean David Levitte et  et le sous-secrétaire d'Etat américain Philip Gordon .
               .

Je prèfère de loin le terme Weltanschauung qui rend beaucoup mieux la nature de la pensée Lévitienne .

Il s'agit bien en effet au delà d'apprécations générales sur tel ou tel chef politique étranger d'une " conception du monde " , un paradigme qui a sa cohérence , et de la nature des relations internationales qui en découlent .

Or , il se peut que cette personne prenne la direction du Conseil de défense et de sécurité nationale et ce document prend ici toute sa valeur pour savoir ce qui se passera  dans la tête du chef pilote de notre sécurité . On pourrait nommer ce document :" Voyage dans le cerveau de Jean David Levitte " .

 

S E C R E T SECTION 01 OF 04 PARIS 001254

NOFORN
SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 09/16/2018
TAGS: PREL PARM KNNP BH SM MK GR FR
SUBJECT: A/S GORDON'S MEETINGS WITH POLICY-MAKERS IN PARIS:
A TOUR D'HORIZON OF EUROPE AND AFGHANISTAN

Classified By: Ambassador Charles Rivkin, for reasons 1.4(b) and (d).

¶1.  (S) Summary.  During Assistant Secretary Gordon's visit
to Paris on September 11, he met with a number of French
policy-makers including: Elysee Diplomatic Advisors
Jean-David Levitte, Damien Loras, and Francois Richier,
Assistant Secretary equivalent for Continental Europe Roland
Galharague, and Acting Director of MFA Strategic Affairs
bureau Jean-Hugues Simon-Michel.  Discussions focused on
Russia, upcoming developments in the Balkans (Bosnia,
Croatia, Macedonia and Kosovo), elections in Germany and
Afghanistan, Turkey's EU Accession, NATO Enlargement and
Strategic Concept, and Georgia and Ukraine.  End Summary.
AFGHANISTAN: A MAJOR PRIORITY
-------------------------------------

¶2.  (C) Jean-David Levitte noted that while public opinion in
France is opposed to the war in Afghanistan, the situation
here is much calmer than in the UK, Germany, or Italy.
Angela Merkel's domestic political situation after the
incident in Kunduz was particularly fragile, so that was part
of the rationale behind the recent German-French-UK letter to
UN SYG Ban Ki Moon to propose an international conference on
Afghanistan by the end of the year.  Levitte said that the
goal of the conference would be to accelerate and improve the
training of Afghan troops and police and to strengthen Afghan
state institutions, which will help reinforce the importance
of the international effort to skeptical publics.  They are
now waiting for Ban Ki Moon's response.  Levitte emphasized
that France remains "totally engaged" in Afghanistan with no
limits or caveats on its troops.  This autumn, France will
complete a transfer of troops from Kabul to Kapisa and Surobi
provinces (a presence that will be reinforced on the ground
as France reassigns some sailors to other regional activities
and replaces them with ground troops).  A/S Gordon assured
Levitte that the U.S. would soon be able to share the
elements of the McChrystal military review with Allies.
Levitte responded by praising General McChrystal and saying
that French forces have an excellent dialogue with him on the
ground.  He added that Germany and the UK are determined to
stay in Afghanistan as needed, but we may need to convince
the Netherlands to remain, and that President Sarkozy had
recently reinforced this message in a meeting with Dutch PM
Balkenende.

-------------------------------------------
BOSNIA: FRENCH URGE TRANFER TO EU AUTHORITY
-------------------------------------------

¶3.  (C) Levitte noted that of the five major conditions
required to transfer authority in Bosnia from the UN High
Representative to an EU High Representative, four have been
fulfilled, and only the question of division of state
property remains.  This final condition should not alone
"block all progress," especially as the current UN team in
Bosnia is no longer effective.  France wants to see the
transfer of authority to a new EU team in November, as the
rapprochement to Europe is an effective "carrot" to encourage
the Bosniaks to continue progress in necessary reforms.  A/S
Gordon agreed that the current system is not working well,
but noted that the international community will lose
credibility if we move forward before all the necessary
pre-conditions have been fulfilled.  He added that the U.S.
agrees that some form of carrot is necessary to urge Bosnian
compliance.  Levitte noted that they still have two months to
urge Bosnian progress before a final decision is made.  In a
separate meeting, Assistant Secretary equivalent for
Continental Europe Roland Galharague said that "transition is
the number one objective," suggested the division of state
property will take much time to resolve, and urged the U.S.
to support early transfer of authority that would open the
door to Bosnian aspirations for greater integration into EU
institutions.  He noted that the growing perception of
divisions between the US and Bosniaks on one side who favored
retaining the UN role and the EU and Serbs on the other
created unhelpful opportunities for manipulation.  A/S Gordon
said this perception was inaccurate, but noted the U.S. is
sensitive to the political need for Bosniak leaders to sell
this decision to their publics.  The USG needs to see a clear
path ahead for transition in order to support it.

-----------------------------------------
KOSOVO AND SERBIA
-----------------------------------------

¶4.  (C) Levitte noted that the EULEX mission is having
diplomatic problems with the Kosovar government and public

PARIS 00001254  002 OF 004

after signing two technical protocols with Serbia.  They are
hoping to ensure continued calm as Kosovo heads into
municipal elections.  A/S Gordon stated that the Kosovars
will have to accept the protocols but that it should be
clearly explained that these are technical agreements that
have no impact on Kosovo's independent status.  Levitte also
criticized Serbian FM Jeremic, saying that he is doing
nothing to encourage Serb return or participation in Kosovo's
government.  Levitte noted that Jeremic "makes big promises"
every time he comes to France, but doesn't follow through.
Levitte no longer meets with him and does not consider him to
be the "modern face of Belgrade" that he purports to be.

-----------------------------------------
MACEDONIA AND CROATIA
-----------------------------------------

¶5.  (C) Levitte expressed optimism that a new Greek
government would be "more solid" and allow greater
flexibility for progress in the Greek-Macedonian name
dispute.  A/S Gordon agreed that either a more solid
Conservative government or a Socialist government would be a
stronger, more flexible partner in the negotiations.  He
expressed hope that if the international community could
convince Macedonia to abandon the idea of a referendum and
get Greece to abandon the necessity of changing passports,
then progress could be made.  On Croatia, Levitte observed
that the border issue with Slovenia is making progress.  He
hoped that the upcoming September elections in Germany would
also allow the new German government to be more open to EU
enlargement to include the Balkan countries.  Paris wants the
door to enlargement to remain open, even if the accession
process takes time.

----------------------------------------
CONCERNS ABOUT TURKEY
----------------------------------------

¶6.  (C) Levitte informed A/S Gordon that there had been no
change in the French position advocating a "privileged
partnership" between the European Union and Turkey, in lieu
of EU membership.  However, he emphasized that France was not
preventing accession negotiations from progressing on all the
EU chapters that do not pre-suppose membership.  There remain
plenty of chapters of the acquis to open, so if progress is
not being made, the fault lies with Turkish intransigence on
Cyprus.  Unfortunately, Ankara is not completing the required
necessary reforms and progress has stalled.  Levitte
anticipated a negative report this fall on Turkey's failure
to fulfill the Ankara Protocol.  A/S Gordon said that Turkey
was caught in a vicious cycle and it is not completing
necessary reforms because the Turks do not believe that their
EU candidacy will be allowed to progress, and at the same
time, their negotiations are not progressing because they
aren't completing the required reforms.  He noted that in the
latest German Marshall Fund polls in Turkey, fewer that 30%
of the Turkish public believes they will succeed in getting
EU membership.

¶7.  (C) Levitte agreed, but noted that Paris hopes that it
will be the Turks themselves who realize that their role is
best played as a bridge between the two worlds of Europe and
Asia, rather than anchored in Europe itself.  He stated that
Turkey is in a difficult position as it wants to enter the EU
but has refused to accept one of the other EU member states.
Levitte predicted that a worse case scenario would be if
Turkey finally manages to complete the acquis and end
negotiations and a public referendum is held in France which
is finally opposed to their membership.  Despite all of these
problems, Levitte claimed that President Sarkozy is a friend
of Turkey and has visited the country at least 10 times in
his life.

-----------------------------------------
RUSSIA AND GEORGIA
-----------------------------------------

¶8.  (C)  A/S Gordon described the challenges and frustrations
of the U.S.- Russia relationship, which is based on finding
areas where we can work together on our common interest.  He
noted progress at the July summit meeting on such issues as
START talks and transfer of lethal material through Russia to
Afghanistan.  Galharague described Russia as a state with the
trappings of democracy but without any mechanisms for the
public to influence government decision-making.  "The root of
the problem is the regime," he said.  Presidential advisor
Loras added Russian leaders lacked sufficient, long-range
vision for their country and instead, focused on a six-month
time horizon and their business interests.  Galharague

PARIS 00001254  003 OF 004

described the French strategy as finding a balance between
treating Russia as if it is too important or treating it like
an enemy. The French observed that some in Russia have
concluded their interests are served by keeping the west
"tied down in an Afghanistan quagmire" and by sustaining the
status quo in Iran.  He elaborated that a solution that
thwarts Iran's nuclear weapons ambitions and restores Iran as
a normal member of the international community could
undermine Russian regional and energy interests.  Loras noted
of late the Russians have been unhelpful on Iran.   Moreover,
they appear to have concluded they can pocket a projected
U.S. decision to scale back or abandon the Bush
administration's Missile Defense initiative without paying
any cost.

¶9.  (C) Looking ahead on the energy front, Loras predicted
that substantial Russian under-investment in energy
extraction infrastructure was such that Russia would not be
able to meet European demand in four or five years.  He
observed this created an opportunity for Russia to have even
more leverage over a Europe that has not prepared to
diversify its energy supplies. In response to a question on
Russia's decision to suspend negotiations on World Trade
Organization membership in favor of a customs union with
Kazakhstan and Belarus,  A/S Gordon replied the U.S. would
continue a policy review on Missile Defense to take the right
decision based on the merits.   On Russian actions regarding
the WTO, he said that Moscow's decision was likely supported
by Russians whose interests were not advanced by opening
markets.  Galharague observed that failure to advance WTO
membership for Russia had negative implications for
EU-Russian trade relations as progress in this EU effort
pre-supposed progress on Russian accession to the WTO. Loras
reported the coming year will involve substantial
Franco-Russian interactions.  This engagement would include a
visit by French Prime Minister Fillon to Russia in September,
a visit to France by Putin in November, a state visit to
France by Medvedev in March, and a Sarkozy visit to Russia in
2010 on the margins of the St. Petersburg forum.  These
visits would occur under the auspices of reciprocal "Year of
France" events in Russia and "Year of Russia" events in
France.

¶10.  (C) Levitte and A/S Gordon discussed the "dangerous"
precedent of ships being intercepted in Georgian waters.
Sarkozy Advisor Damien Loras noted that President Saakashvili
has a French advisor who has informed Paris that Georgian
ships have orders to respond if fired upon.  This can
escalate and the French message has been to emphasize that
Georgia must not respond to provocation, as that would only
play into Russia's hands.  Levitte stressed the importance of
maintaining the Geneva process, while noting that it may take
a generation before the Russian public will be able to accept
their loss of influence, from Poland and the Baltics to
Ukraine and Georgia.  Unfortunately, the Russian tendency is
to view "good neighbors" as totally submissive subordinates.
On the other hand, Paris is closely watching Medvedev, who is
more frequently taking public stances in opposition to Putin.
 Medvedev is more open to the occidental powers and more open
to modernization and rule of law issues that Russia must
face.  A/S Gordon observed that President Obama had spent a
good deal of time with Medvedev on his trip to Russia, and
had specifically targeted Russian youth in his public
outreach event.  In his meeting with Galharague and others,
A/S Gordon noted that the U.S. pursues a policy to support
Georgia in the face of Russian pressure without encouraging
President Saakashvili to act in ways that are unhelpful.

-----------------------------------------
IRAN: NEXT STEPS
-----------------------------------------

¶11.  (S/NF)  Levitte noted that the Iranian response to the
overture of President Obama and the West was "a farce,"
although Russia had received it as a real initiative.  The
current Iranian regime is effectively a fascist state and the
time has come to decide on next steps.  Levitte stated that
this is why Paris is advocating a meeting of the EU3 PLUS 3
on the margins of the Pittsburgh G20 meeting.  The French
hope to approve a two-paragraph statement laying out next
steps on negotiations or sanctions.  He noted that German
Chancellor Angela Merkel shares the view of the French
President and is willing to be firm on sanctions, but that FM
Steinmeier was more cautious.  The Iranian regime must
understand that it will be more threatened by economic harm
and the attendant social unrest than it would be by
negotiating with the West.  Unfortunately, the P-3 cannot
remain passive until Russia and China finally lose patience;

PARIS 00001254  004 OF 004

this is why a high-level political meeting is important to
advance this discussion (and Levitte cited President
Sarkozy's frank and direct style, saying that he would
pinpoint Medvedev to explain his position).  Levitte said
that he informed the Chinese FM that if they delay until a
possible Israeli raid, then the world will have to deal with
a catastrophic energy crisis as well.  At the same time, the
debate over stopping the flow of gasoline into Iran will be
very sensitive and would have to take into account which
countries would be only too willing to step in and replace
European companies.  Levitte informed us that they would like
President Sarkozy to talk to President Obama by telephone in
the coming days to discuss the G20 and Iran.  The French are
proposing two possible windows to schedule the call.

----------------------------------------
NATO'S ENLARGEMENT AND STRATEGIC CONCEPT
----------------------------------------

¶12.  (C) Levitte said that France was very pleased with the
selection of Madeleine Albright to chair the "Group of 12,"
which will launch the process of reviewing NATO's Strategic
Concept.  Bruno Racine will be the French participant on the
panel, and Levitte stressed that there is already strong
agreement between France and the United States on the basis
of exchanges that he has had with NSA General Jim Jones.
Levitte noted that Paris agreed with Jones on suppressing the
Membership Action Plan (MAP), which had become an obstacle
rather than an incentive.  A/S Gordon responded that we must
not change the process in a way that would be interpreted as
suggesting an end to NATO enlargement and eliminating MAP
might do that.  Levitte agreed and added that French
President Sarkozy was "convinced" that Ukraine would one day
be a member of NATO, but that there was no point in rushing
the process and antagonizing Russia, particularly if the
Ukrainian public was largely against membership.  The
Bucharest summit declaration was very clear that NATO has an
open door and Ukraine and Georgia have a vocation in NATO
(even if Georgia remains very unstable at the moment).
Levitte added that Paris was very pleased with the ceremony
on September 9 transferring the Allied Command Transformation
(ACT) to French General Stephane Abrial.

--------------------------------
VENEZUELA
--------------------------------

¶13.  (C) Levitte observed that Venezuelan President Hugo
Chavez is "crazy" and said that even Brazil wasn't able to
support him anymore.  Unfortunately, Chavez is taking one of
the richest countries in Latin America and turning it into
another Zimbabwe.

¶14.  (U) Assistant Secretary Gordon has cleared this message.
RIVKIN


 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 29 Novembre 2010

La publication des fuites diplomatiques par l'organisation " Wikileaks " montre une fois de plus combien est courte la mémoire des hommes et combien ceux-ci ont tendance à s'émerveiller devant des choses qui sont du deja vu .

Je veux parler des " Forrestal diaries " publiés en France sous le titre " Le Journal de Forrestal " du secrétaire d'état à la Défense  James Forrestal .

James Forrestal avait en effet la " sale manie  " de prendre des notes à chacune des réunions à laquelle il assistait , à chacune de ses rencontres .

Bien sûr , " Le Journal de Forrestal " publié en 1951  est un digest de ces archives qui ont mystérieusement disparues aprés son décés et qui ont  été " filtrées " par la Maison Blanche .

On estime que le véritable " Journal de Forrestal " comptait pas moins de 3000 pages " grand format " ( A4 ) dont seulement 10% à 15% ont été publièes aprés le passage d' Anastasy , la cousine Etasunienne d'Anastasie .

 

Dans ces mémoires James Forrestal s'oppose à la création d'un " Etat juif " en Palestine et rapporte les discours parsemés de " Yids " - Youpins - de certains responsables politiques Etasuniens face à des délegations de chefs politiques Séoudes ou Emiratis .

Je vous invite à consulter certaines de ces belles pages sur ce lien . 

 

En voici d'autres :

 

" Joué au golf aujourd'hui avec Joe Kennedy [ Joseph P.Kennedy avait
été l'ambassadeur de Roosevelt en Grande Bretagne au cours des
années qui précédérent la guerre - NDLR ] . Je lui ai parlé de ses
conversations avec Roosevelt et Chamberlain à partir de 1938 .
Il m' a dit qu'en 1938 Chamberlain estimait que l'Angleterre n' avait
rien pour se battre et qu'elle ne pouvait pas courir le risque d'une
guerre avec Hitler . Opinion de Kennedy : Hitler se serait battu
contre la Russie et la Grande Bretagne n'aurait pas été entraîné dans ce
conflit s'il n' y avait pas eu Bullit [ William C. Bullit , alors
ambassadeur en France -NDLR  ] qui , tout au long de l'été 1939 , avait
insisté auprés de Roosevelt pour que les Allemands soient stoppés
net dans l'affaire Polonaise ; Ni la France , ni l'Angleterre
n'auraient déclarés la guerre pour la Pologne sans les perpétuels
coups d'épingle de Washington . D'aprés lui , Bullit répétait à
Roosevelt que les Allemands ne se battraient pas , Kennedy qu'ils se
battraient et qu'ils envahiraient l'Europe . Chamberlain aurait dit
que c'est l'Amerique et les juifs du monde entier qui avaient poussé
l'Angleterre de force dans la guerre ."

 

" Churchill , qui etait à moitié juif , avait a plusieurs reprises
critiqué l'attitude des representants juifs d'Europe Centrale ,
d'Allemagne  "

 

27 décembre 1945

 

  " .....Hannegan a soulevé la question palestinienne [ Devant le
président - NDLR  ] .Selon lui , plusieurs de ceux qui ont versé de l'argent
au fond du Parti Démocrate en 1944 insistaient pour obtenir du
gouvernement l'assurance qu'il soutiendrait sans équivoque la position
des juifs en Palestine . "


6 octobre 1947

 

Journal de Forrestal  - Secrétaire à la défense des Etats Unis
1944-1949
Publié par Walter Millis  - traduction de l'Américain par Denise Meunier
AMIOT*DUMONT  -  Paris

 

Analyse de l'ouvrage par Duroselle en 1954 dansRevue française de science politique  lien   Année   1954   lien Volume   4   lien Numéro   3   lien pp. 626-628   : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1954_num_4_3_452666_t1_0626_0000_002

 

 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 29 Novembre 2010

Ref : 09BAKU478

 

Friday, 12 June 2009, 12:11
S E C R E T SECTION 01 OF 03 BAKU 000478
SIPDIS
EO 12958 DECL: 06/03/2019
TAGS PREL, PTER, SNAR, ENRG, ELTN, AJ, PK, TU, TX, IR
BAKU 00000478  001.2 OF 003
SUBJECT: IRAN VIEW FROM BAKU: VIOLENCE IN BALUCHISTAN
REDUCING BORDER SECURITY; GOAJ OFFICIAL WARNS AGAINST MANIPULATION OF IRAN’S MINORITIES; IRAN TRANSIT-ORIGIN HEROIN SEIZURES RISE; ALLEGED PROBLEMS WITH IRANIAN GAS EXPORT DEALS
REF: A) KARACHI 145 B) 2008 BAKU 917
Classified By: POL/ECON COUNSELOR ROBERT GARVERICK, FOR REASONS 1.4 (B)  AND (D)
Summary

 

SUBJECT: IRAN VIEW FROM BAKU: VIOLENCE IN BALUCHISTAN REDUCING BORDER SECURITY; GOAJ OFFICIAL WARNS AGAINST MANIPULATION OF IRAN’S MINORITIES; IRAN TRANSIT-ORIGIN HEROIN SEIZURES RISE; ALLEGED PROBLEMS WITH IRANIAN GAS EXPORT DEALS
and few government services, has increased anger among Baluchis, and identification of the central government as an “enemy.” He cited the appointment of Ahmadinejad ally Habibullah Dehmordah as a Governor of Sistan-Baluchistan as a typical insensitive blunder, calling him a “stupid, brutal, Sunni-hater.” (Note: Dehmordah was replaced as Governor in 2008 by Ali-Mohammed Azad. End Note).

 

GOAJ Military Figure Opposes Promoting Unrest in Iran
--------------------------------------------- --------
6. (S) At a 12 May meeting with a visiting group of 16 U.S. military general officers, the GOAJ’s Special Assistant to the President for Defense, General Vahid Aliyev, related that he had recently met in Iranian Azerbaijan with (unnamed) high-ranking &Iranian General.8 Although he did not provide details, Aliyev strongly implied that the Iranian General raised alleged “foreign-sponsored” efforts to foment unrest among Iranian ethnic groups, including Iranian Azerbaijanis (who make up nearly thirty percent of the Iranian population). Commenting on this issue, Aliyev asserted that “there have been four attempts by Iranian Azerbaijanis to assert autonomy in the last hundred years, all of which were crushed” by the Iranian state. As an example, Aliyev cited the Soviet effort during World War II to establish a breakaway “Republic of South Azerbaijan.” The Soviets forces pulled back in 1946, after a “Truman-Stalin Agreement,” which Aliyev depicted as a cynical “betrayal” of collaborating Iranian Azerbaijanis. He recounted that the resulting repression by Tehran resulted in the deaths of 60,000 Azeris, and the flight of many more into Soviet Azerbaijan.
7. (S) U.S. military participants agreed that Aliyev appeared to be implicitly signaling that outside fomenting of unrest in Iranian Azerbaijan is opposed by the GOAJ. Aliyev similarly told the U.S. officers that any foreign war with Iran will be bad for Azerbaijan, and result in a flood of refugees entering the country. (Note: The three other “failed Azerbaijani autonomy struggles” cited by Aliyev presumably refer to the early 20th century Constitutional Revolution, Azerbaijani resistance to Reza Shah’s centralization policies in the 1920’s, and efforts by senior Azerbaijani clerics and activists to obtain local autonomy in the wake of the Islamic Revolution in 1979. End note).

 

Nota : GOAJ = Governement Of Azerbaïdjan

Le rapport fait allusion à la tentative de constituer en 1946 une enclave pro-Soviètique dans le Nord de l'Iran avec la frontière avec l'URSS en profitant de la présence de minorités Azeris dans le Nord de l'Iran .

Ces minorités sont aujourd'hui " activées " par certaines officines de renseignement occidentales pour profiter de la répartition des populations en Iran , un plateau Perse et des périphèries peuplées de minorités .

 

Article associé :

- Temps Mossad pour le Prométhéisme en Iran : Le chef terroriste Abdolmalek Righi arrêté !

- "Selon un scénario Ouighouro-Tchétchène ": La Russie et la Chine lancent des manoeuvres anti-terroristes et anti-séparatistes .

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 29 Novembre 2010

A ceux qui pensent que le " Grand Jeu " en Asie Centrale , c'est du passé !

 

 

 

Réf : 08BISHKEK1095

 

Wednesday, 29 October 2008, 12:07
C O N F I D E N T I A L SECTION 01 OF 04 BISHKEK 001095
C O R R E C T E D  C O P Y (ADDRESSEE)
SIPDIS
DEPT FOR SCA/CEN (GORKOWSKI)
EO 12958 DECL: 10/29/2018
TAGS PREL, ECON, KG
SUBJECT: CANDID DISCUSSION WITH PRINCE ANDREW ON THE KYRGYZ
ECONOMY AND THE “GREAT GAME”

 

 Addressing the Ambassador directly, Prince Andrew then turned to regional politics. He stated baldly that “the United Kingdom, Western Europe (and by extension you Americans too”) were now back in the thick ofplaying the Great Game. More animated than ever, he stated cockily: “And this time we aim to win!” Without contradicting him, the Ambassador gently reminded him that the United States does not see its presence in the region as a continuation of the Great Game.

We support Kyrgyzstan’s independence and sovereignty but also welcome good relations between it and all of its neighbors, including Russia.
10. (C) The Prince pounced at the sound of that name. He told the Ambassador that he was a frequent visitor to Central Asia and the Caucasus and had noticed a marked increase in Russian pressure and concomitant anxiety among the locals post-August events in Georgia.

 

 

For example, one British businessman noted that despite the “overwhelming might of the American economy compared to ours” the amount of American and British investment in Kyrgyzstan was similar. Snapped the Duke: “No surprise there. The Americans don’t understand geography. Never have. In the U.K., we have the best geography teachers in the world!” END COMMENT. GFOELLER

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 18 Novembre 2010

From Rio with love !

La répetition est souvent à la base de la pédagogie . C'est certainement dans cet esprit que le Ministre de la Défense Brésilien a réitéré ses attaques contre les Etats-Unis et l'Alliance - et dans des propos plus durs que lors de sa visite à Lisbonne - contre ses projets d'expansion dans l'Atlantique Sud , contre la faiblesse de l'Europe et les projets d'implantation du bouclier anti-missile .

Ce qui apparaît comme son testament politique et une " feuille de route " destinée à la future adminIstration Brésilienne a été redit lors de la VII éme conférence sur la sécurité internationale du Fort de Copacabana - un lieu " tellurique " de l'histoire Brésilienne contemporaine - qui s'est déroulée le 3 novembre dernier  juste aprés la victoire de Dilma Rousseff aux élections présidentielles .

Cette déclaration survient aussi quelques jours avant l'ouverture du sommet de l'Alliance à Lisbonne , histoire de de rappeller aux interessés les propos tenus dans la cette même capitale il ya quelques semaines par Nelson Jobim.

On pourrait donc difficilement y voir un " appel à l'electorat radical du PT pour favoriser la candidature de Dilma Rousseff " comme sa prestation de Lisbonne a pu être analysée par certains analystes Atlantistes Portugais .

Avant de vous en réveler le " Verbatim " qui ne saurait tarder comme le précédent sur le site du Ministère de la Défense , je vous en livre quelques morceaux choisis et chacun pourra constater le durcissement de ton du Ministre de la Défense Brésilien .

 

Première pression à froid 

 

Dans le discours d'ouverture de cette conférence , le ministre a attaqué d'emblée les Etats-Unis :

" Les Etats Unis ne parlent de souveraineté partagée que lorsqu'ils désirent partager autre chose que leur propre souveraineté  ! "

 

Le ministre a ensuite violemment attaqué le projet de certains analystes Etasuniens qui cherchent à " gommer la ligne de partage qui existe entre l'Atlantique Nord et l'Atlantique Sud " et créer un bassin Atlantique commun .

" Les Etats-Unis n'ont pas ratifié la convention des Nations-Unies sur le Droit de la Mer qui établit les principes d'exploitation des ressources maritimes comme le pétrole de Prè-Sal "

" Comment pouvons nous parler de l'Atlantique Sud avec un pays qui ne reconnaît pas les régles établies par l'ONU et ne reconnaît donc pas le statut juridique [ les droits sur le plateau continental - NDLR ] d'un pays  comme le Brésil "

 

Le ministre Brésilien a ensuite critiqué l'embargo Etasunien vis à vis de Cuba :

" Parlons clair ! Quel a été le résultat de l'embargo Américain vers Cuba ? Cela a donné un pays avec un peuple fier , un pays pauvre et une haine brutale des Etats-Unis "

 

L'Union Européenne et l'OTAN .

 

La conférence sur la sécurité du fort de Copacabana avait pour thème le dialogue entre l'Europe et l'Amérique du Sud sur les questions de sécurité . A cette conférence étaient présents le Ministre de la Défense du Chili Jaime Ravinet et l'ex directeur du comité militaire de l'OTAN , le général Allemand Klaus Naumann. Ce dernier y a pitoyablement essayé de

 justifier le rapprochement de l'Europe avec les Etats-Unis au sein de l'OTAN en raison du contexte international .

 

Le Ministre de la Défense Brésilien a vivement critiqué l'extansion des frontières opérationnelles de l'OTAN :

" Alors que l'Union Soviétique a disparue , on commence à étudier une forme qui légitime l'intervention de l'OTAN  sur n'importe quel théatre d'opérations dans le monde pour protéger les interêts des pays membres " .

" Aucune nation Sud-Américaine ne fait partie d'une alliance défensive régionale qui s'autorise à intervenir dans n'importe quelle partie du monde sous les pretextes les plus divers "

 

Le Ministre a ensuite affirmé qu'il doutait que l'Europe puisse se libérer de sa " dépendance à l'égard des Etats-Unis " à moyen terme . Il a énuméré les principaux problèmes auaquel doit faire face le continent : Crises économqiues , problèmes migratoires , xénophobie .

 " Tout ceci amène à penser que l'Europe ne deviendra pas un acteur géopolitique à la hauteur de son soft-power dans les 30 années à venir " .

 

Une mise en garde à l'Europe ...et à la France .

 

Si le ministre a mis en avant qu'il s'exprimait " à titre personnel " , il est resté silencieux sur le futur gouvernement Brésilien en précisant qu" " il ne savait rien sur ce qui allait arriver avec le prochain gouvernement et même s'il allait rester aux affaires " .

 

" Je vais continuer le travail que j'ai à faire . En ce qui concerne le futur je ne sais rien de ce qui va arriver " .

 

En ce qui concerne l'achat d'avions " Rafale " à la France , le Ministre est resté aussi laconique confirmant juste que le Président Lula veut résoudre ce dossier avant la fin de son mandat.

 

"Cela va dépendre des discussions que le Président va avoir avec la nouvelle Présidente Dilma ". " Mais nous devons nous rappeller que nous achêtons pas uniquement des avions mais bien des technologies pour augmenter les capacités nationales "

 

Avant de terminer la conférence le Ministre a rappellé que le procesus de réarmement Brésilien se fait déja au travers de nombreuses coopérations avec des états Européens et que les possibilités de coopération sont énormes .

Il a toutefois ajouté " Ces possibilités seront d'autant plus grandes que sera mineur l'appui de l'Europe à des schémas diplomatiques militaires qui pourraient arriver à être interprétés  comme des tentatives de réduire la marge d'autonomie du Brésil "

 

D'aprés : Jobim critica proposta americana de unificar Atlântico Norte e Sul  sur BBC Brasil .

 

Notes de l'Editeur :

 

1- Ma série d'articles sur le Brésil ne signifie pas que je délaisse la Russie et l'Arctique .

Toutefois l'actualité et un traitement " par le petit bout de la lorgnette " des élections Brésiliennes au travers de la polémique sur la question de l'avortement -  une tactique électorale du clan Serra qui prend en compte le conservatisme des " anciens pauvres " Brésiliens - m'amène à montrer à un lectorat Francophone  que ces élections recélaient bien d'autres enjeux cachés par les " mainstream media " .

Etant d'autre part marié à une Brésilienne et père de deux enfants possédant la nationalité Brésilienne vous comprendrez que je délaisse quelquefois les pôles et la Sibèrie  pour des climats plus doux !

 

2- Comme de bien entendu , à peine cet article terminé que le Verbatim du discours de Nelson Jobim est apparu sur la toile . C'est vraiment au dessus du digest de BBC Brasil et une véritable leçon de géopolitique au travers de la défense de l'Etat-Nation .

Il est disponible par exemple sur ce lien :

JOBIM: “PERSPECTIVAS DA SEGURANÇA PARA A AMÉRICA DO SUL E A EUROPA”

  http://democraciapolitica.blogspot.com/2010/11/jobim-perspectivas-da-seguranca-para.html

 

 

 

  3- Les cercles Atlantistes et plus particulièremment les cercles Atlantistes Portugais parties prenantes de ce projet  de " communauté de sécurité Atlantique - Nord et Sud " ont bien  reçu " FORT ET CLAIR " le message de Nelson Jobim en provenance du Fort de Copacabana  et ils s'en inquiètent : Ils  envisagent d'autres approches pour " accrocher " le Brésil à l'idée d'une communauté de sécurité dans l'Atlantique Sud et parlent de créer un partenariat OTAN-BRESIL sur le modéle des relations OTAN-RUSSIE . La crainte est manifeste aussi que les analyses sur la géopolitique des ressources faites par Nelson Jobim  séduisent les chefs d'état des pays Africains

South Atlantic crossfire: Portugal in-between Brazil and NATO

 

Site

 

parc d'artillerie du Musée du Fort de Copacabana .

Site officiel du Musée du Fort de Copacabana : " Les canons qui attirent la culture "

 

Les canons du Fort de Copacabana et la révolte des " 18 du Fort " .

 

 Le fort de Copacabana est situé à l'extrémité sud de la célébrissime plage Carioque derrière la cabane du plus célèbre des fabricants de filets de Beach-Volley au monde et les étales de pêcheurs qui vous proposent de temps un temps un requin entier .

Il a perdu son statut militaire opérationnel et abrite un Musée de l'Armée avec un parc d'artillerie - qui n'égale pas quand même celui de Belgrade - et est devenu le haut lieu de manifestions culturelles ou festives .

 

Les canons du Fort de Copacabana - deux pièces de 305 mm d'une portée de 23 km et deux pièces de 190 mm d'une portée de 19 km sous coupoles appuyés par deux 75 - ont été  construits par les usines Krupp à partir de 1904 et acheminés au Brésil par la Marine Brésilienne . Le fort a été construit par deux milles ouvriers entre 1908 et 1914 . Son entrée au service opérationnel date de 1914 . Les coupoles sont actionnées électriquement par deux générateurs électriques autonomes AEG qui alimentent  aussi les quartiers de l'équipage du fort , les auxiliaires et le systéme d'alimentation en munitions  .

Les coupoles - datant d'avant la première guerre mondiale rappelons le - sont étanches aux gaz grâce à  un dispositif de surpression . Les quartiers des équipages sont protégés par un systéme de filtres . Ces canons rentraient dans le schéma défensif de la Baie de Guanabara , Rio de Janeiro étant à l'époque la capitale Fédérale .Leus tirs se croisent .

Le fort est protégé par une casemate de 12 m d'épaisseur dont le volume total est de 40 000 m3 . Les murs intérieurs sont protègés pour éviter l'effet de concussion - ou Effet Hopkinson - qui " tue à l'intérieur " en cas de coup direct sur la casemate .  

Les amoureux des fortifs'  y reconnaîtront la description de ... La Ligne Maginot , 20 ans avant sa construction !

Des les années 20 le Brésil avait envisagé de doter son littoral d'un complexe de défense côtier s'articulant depuis la la Guyane jusqu'à l'Uruguay et constitué par ni plus ni moins que 50 forts construits sur le modèle de celui de Copacabana mais les difficultés financières récurrentes n'ont jamais permis la réalisation de ce " Mur de l'Atlantique Sud " .

Le fort sert toutefois d'école à feu et effectue en 1935 les premiers exercices de tirs de nuit avec guidage par projecteurs de DCA puis aprés la seconde guerre mondiale à des tirs guidés par radar .  

En 1937 devant la " montée des périls en Europe " et surtout la menace d'une invasion Etasunienne dans le cadre des " contingency plans " colorés Etasuniens - Rainbow pour le Brésil -  , Getulio Vargas fait procéder à l'achat de nouvelles pièces d'artillerie lourde et de défense aérienne en Allemagne - dont le fameux "acht - acht "  - et envisage la réactivation de la construction de ce " Mur de l'Atlantique Sud " .

En aout 1939 , une délegation conduite par le général De Mello visite l'Allemagne pour y procéder à l'achat de bombardiers en piqué Junkers Ju-87 Stuka et de chasseurs Messerschmit BF- 109  - Le Projet FX-2 de l'époque  . Cette délegation est aussi accompagnée par une commission d'ingénieurs militaires qui cherchent à acquérrir une expertise technologique auprés des Allemands , ceux-ci ayant desormais en leurs mains la ligne de défense des Sudétes conçue sur le modèle de la Ligne Maginot ainsi que les ouvrages de la Ligne Siefried  . La délegation est surprise par la déclaration de la guerre en Europe le 3 septembre 1939 lors d'une visite aux usines Herschell . Elle est obligée de quitter l'Allemagne . On ne verra jamais de Ju-87 et de BF-109  aux couleurs verde-amarelas  autre part que chez quelques maquettistes amateurs d'uchronies [ suivez mon regard ! ]  

Le fort perd son caractère militaire en 1987 mais les pièces de 305 mm du Fort de Copacabana demeurent les pièces d'artillerie de plus fort calibre ayant connu un statut opérationnel en Amérique Latine . La visite de la superstructure  du fort est autorisée mais pas l'intérieur des coupoles . [ sauf pour votre serviteur qui a pu les admirer en 1992 ! ] .

 

 Le fort de Copacabana est un emplacement " tellurique " de la vie politique Brésilienne avec la révolte du 5 juillet 1922 qui s'incrit dans le cadre du Movimento Tenentista - Mouvement des Lieutenants ou Mouvement Tenentiste - un mouvement militaro- politique principalement constitué par des officiers subalternes d'extraction rurale et plébéiénne qui réclamaient la fin de la mainmise de l'oligarchie terrienne et financière  sur la vie politique Brésilienne , un agenda  anti impérialiste contre le pouvoir des banques Anglo-Saxonnes , des élections au suffrage universel du Président de la République et une réforme de l'éducation  .

 

Des 301 révoltés initiaux seuls 29 resteront jusqu'au matin du 6 juillet ou ils subiront un bombardement naval de deux cuirassés et d'un destroyer depêchés en face du fort par le pouvoir pour mater la rébellion . Les rebelles coupent alors un drapeau Brésilien en 29 parties qu'ils enroulent autour de leur corps [ voir photo ]. Ils entamment  une " Marche à la Mort " le long des célébres pavés ondulés du trottoir de l'Avenida Atlântica qui borde la plage de Copacabana en direction du siège du pouvoir central [  voir photo ]  . Certains d'entre eux s'éclipsent et les 17 qui restent rejoints par un civil sont connus dans l'histoire sous le nom des " 18 du Fort " . Ils affronteront une force militaire de prés de 3000 hommes lancée contre eux et seuls deux d'entre eux survivront aux combats : Les lieutenants Siqueira Campos et  Eduardo Gomes .

Si le second est connu pour être devenu Maréchal de l'Air dans les années 70 et être le fondateur de la poste aérienne au Brésil , le lieutenant Siquera Campos mort en 1930 dans un accident d'avion est célèbre pour sa citation :

"À Pátria tudo se deve dar, sem nada exigir em troca, nem mesmo compreensão" :

" A la Patrie on doit tout donner sans rien exiger en échange , ni même de la compréhension [ pour ses actes ] "

 

 

Ce levante militar des années 20 a fortement influencé le mouvement des années 80  " Diretas Jà ! "  - Des élections au suffrage direct tout de suite ! - qui réclamait la fin de la dictature militaire  mise en place avec la colalboration des Etats-Unis en 1964 et l'élection d'un Président de la République au suffrage universel  direct . Cette insurrection de 1922 fait parti de la mythologie et aussi du martyrologue de la gauche " nationale " Brésilienne alors que des hystrions libéraux y voient desormais un mouvement à l'agenda proto-fasciste ! Ou ne vas pas se nicher le " fascisme " ?

Ce mouvement " Bolivarien "  " a aussi influencé l'actuel Président du Venezuela Hugo Chavez , officier parachutiste .

 

  Texte : © Daniel BESSON - Novembre 2010

  null 

 

 

 

 

 

null  null

 

 

 null

 

 

 

 null

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 17 Novembre 2010

Cela ressemble fort  à une oraison funébre de la campagne électorale qui vient de se terminer au Brésil et à un clou planté dans le cercueil du cadavre ( politique ) du candidat José Serra et de son conseiller en matière énergetique David Zylbersztajn .

 

Dans une interview accordée à The Guardian , Almir Guilherme Barbassa de Petrobras annonce que la société Brésilienne Petrobras pourrait devenir le principal producteur de pétrole au monde d'ici 2015 . [ 1 ]

Grâce à la nouvelle législation en cours de vote au parlement Brésilien modifiant le systéme de concessions établi en 1997 sous la présidence de Fernando Henrique Cardoso et avec l'appui de José Serra et de David  Zylberstajn, la société Petrobras deviendrait le principal opérateur de l'immense champ pétrolifère connu sous le nom de Pré-Sal avec un minimum de 30% des réserves à exploiter .

La société envisage de doubler dans les dix ans à venir sa production journalière pour atteindre 5 ,4 Mio barils d'hydrocarbures .Selon Almir Guilherme Barbassa cet objectif pourrait être atteint des 2015 , faisant de Petrobras la première société pétroliére à capital ouvert au monde .

L'autre fait saillant est que desormais Petrobras est une société ou la part de la production de gaz naturel ne représente que 10 à 15% alors que cette part ne cesse de s'acrrotre pour les autres sociétés comme BP ou elle représente un tiers de la production .

Bien que les responsables Brésiliens aient toujours été reservés dans l'estimation des réserves du gisement de Pré-Sal , on parlait de réserves réccupérables de 11.5 milliards de barils en 2006 , on évoque aujourd'hui la possibilité de réserves réccupérables comprises entre 50 et 100 millards de tonnes ce qui ferait le Brésil une nation disposant de réserves comparables à celles du Koweit ou de la Russie et de Petrobras une société qui se classerait parmis les premières pour les réserves .

Certains géologues comme Márcio Rocha Mello qui ont théorisé l'existence des structures comme Pré-Sal  estiment que ce bassin  n'est qu'une partie d'une " Mer de pétrole " s'étendant sur une région trois ou quatre fois plus vaste et les divers sites découverts au large des côtes Brésiliennes présentent une continuité .

 

Lors du programme " Café com o Présidente " du 7 septembre 2009 [ voir première video ] le Président Lula da Silva avait annoncé un nouveau schéma legislatif sur le régime des concessions concernant l'attribution des licences pour 70% du gisement de Pré Sal - denommé partilha do pré-sal - et parlé d'une " Nouvelle journée de l'Indépendance pour le Brésil " et du gisement comme un " patrimoine du Peuple Brésilien " .

Celui- ci est articulé entre quatre projets de lois distincts dont les objectifs sont :

- Modification du régime des concessions pour un " régime du partage " ou "partilha " et qui concéde à Petrobras un minimum de 30% des blocs mis en exploitation .

- Création d'un fonds alimenté par les revenus du nouveau régime destiné à des projets éducatifs et sociaux et indépendant du budget de l'Union .

- Création d'une société initalement nommée Petro-Sal qui sera chargé entre autres missions de contrôler les couts d'exploitation des opérateurs du champ pétrolifère afin de déterminer le " pétrole bénefice " - Petroleo Lucro - et la part revenant à l'Etat Brésilien . Cette société sera ainsi  financée en partie par la facturation aux  sociétés pétrolières de ces activités de contrôle . Une telle structure permettera à l'état Brésilien d'échapper à la mainmise de la multinationale Etasunienne Halliburton - représenté par sa filiale Landmark Digital and Consulting Solutions  - qui avait été contracté à la formation de l'ANP par David Zylbersztajn pour effectuer l'évaluation de la production pétrolière , et donc des royalties à verser à l'Etat Brésilien , sur les sites  de production . En février 2008 la multinationale Etasunienne avait été accusé par Petrobras d'avoir été impliqué dans le vol de quatre portables et de deux disques durs contenant des données confidentielles sur la structure géologique off shore .

 

Le second tour des élections présidentielles  Brésiliennes a été marqué par un débat trés vif entre Dilma Rousseff et son opposant José Serra sur la politique pétrolière Brésilienne et plus particulièremment la nécessité ou non de créer un nouveau dispositif législatif concernant les réserves de Prè-Sal .

José Serra , conseillé par David Zylbersztjan , voulait conserver le systéme actuel des concessions qui serait devenu un veritable cadeau offert aux multinationales Anglo-Saxonnes désireuses de participerà la mise en exploitation de ce champ off-shore . C'est ainsi que les plus fortes attaques contre ce projet critiqué par Serra et ses acolytes sont aussi venu de la part des représentants de ces sociétés et en particulier de Ivan Simões Filho vice-président de British Petroleum do Brasil .

A la fin des années 90 , José Serra et David Zybersztajn avaient envisagé une stratégie de " mort lente par ashyxie " de la société Petrobras : Vente par " appartements " de ses activités [ raffinage , distribution ,... ] [ voir coupure de presse ] [ 3 ] , occroit quasi-systématique à des sociétés étrangères de nouvelles concessions au Brésil via l'ANP - Agência Nacional do Petroleo - afin de faire stagner les réserves de Petrobras . [ 3 ]

A terme la société , avant d'être privatisée , aurait même du changer de nom pour PetroBrax .

 

Sur le champ pétrolifère de Prè-Sal le taux de réussite des forages atteint 87% et même 100% dans certaines zones alors que la moyenne mondiale tourne autour de 20% . La fixation du prix des concessions - qui se base sur un partage équitable des risques entre la société ayant obtenu l'adjudication et l'Etat concessionnaire et qui  sert de référence dans les régions ou le risque est élevé - aurait considérablement désavantagé l'état Brésilien dans la récupération des revenus provenant de l'exploitation du gisement de Prè Sal avec le maintien de l'ancien régime qui reste toutefois valable pour le reste du Brésil et les concessions déja octroyées à Pré-Sal . Ce nouveau régime concerne aussi de nouvelles découvertes qui seraient considérées comme " réserves stratégiques " .

 

 

 [ Article à venir sur Ice Station Zebra ]

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Petrobras aspires to be world's biggest oil producer

[ 2 ] Dilma Could Radicalize Brazil Energy

Analyses qui révélent les " peurs " de certains commentateurs de l'Inter-American Dialogue' à la veille du second tour .

  [ 3 ] Presidente da Petrobras responde a David Zylbersztajn

 -  “Para o governo FHC, a Petrobras morreria por inanição. Os planos do governo do então presidente Fernando Henrique Cardoso eram para desmontar a Petrobras e vendê-la. Em 2003, quando a atual diretoria assumiu a gestão da Petrobras, havia em curso um plano claro de desmonte e esvaziamento de setores estratégicos da Companhia. Se essa tendência não fosse interrompida e revertida, a Petrobras praticamente extinguiria sua atividade de exploração... "
José Sergio Gabrielli, pres. da Petrobras, no blog da empresa

- José Sergio Gabrielli diz que a Petrobras teve sua participação nos leilões de novas áreas exploratórias limitada pelo Governo, para atrair outras empresas privadas na aquisição dessas novas áreas, ficando, portanto, fora da disputa por novos campos. Sem novas áreas, a sustentabilidade da Petrobras estaria completamente comprometida, contando com mais 4 ou 5 anos de atividade exploratória e deixando toda a riqueza do subsolo brasileiro para empresas estrangeiras. Já no início de 2003, no primeiro Plano Estratégico da Companhia da atual gestão, esse processo foi totalmente revertido: a Petrobras voltou a disputar áreas novas, dobrou suas reservas, e ampliou significativamente o portfólio exploratório, hoje com investimentos em exploração de mais de US$ 4 bilhões, enquanto em 2002 esses investimentos foram de menos de US$ 500 milhões.

 

  Documentation

 

Le Journal de Prè-Sal : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Prè-Sal sans jamais oser le demander ! (Port.)

 

Présentation par  Sergio Gabrielli du nouveau dispositif législatif .

 

 

 

Documentation Petrobras sur le nouveau dispositif législatif

 

 

 

 

  Texte : © Daniel BESSON - Novembre 2010

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 15 Novembre 2010

" La jungle et le sertao ont voté  Dilma - La ville et la Pampa ont voté Serra "

Daniel BESSON pcc André Siegfried .

 

 

 

 

Source : Os tons do azul - Carta Capital

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 14 Novembre 2010

Le loup est sorti du bois !

Aprés lui avoir adressé un message de félicitations au lendemain de sa victoire à l'élection présidentielle Brésilienne , le Président de l' " Etat Juif " comme il aime le définir - Shimon Peres - vient de lancer une mise en garde éhontée à la future Présidente du Brésil Dilma Rousseff dans les colonnes de l' " Estadao " .[ 1 ]  

Cette attaque vise la politique étrangére de la future administration Brésilienne et plus précisemment ses relations avec l'Iran : " Qui est ami avec l'Iran ne peut pas être ami avec les Etats-Unis " selon sa propre vulgate Schmittienne  qui constitue une ingérence éhontée dans les affaires intérieures d'un état souverain .

 

Ce n'est pas un hasard si cet ukaze de Sa Suffisance le chef de l'état Sioniste a été lancé dans les colonnes de l'" Estadao " et du conglomérat médiatique associé , les " Organisations Globo " et le journal " Valor Economico " . Ceux-ci , qui se livrent de manière quotidienne à une propagande prosioniste , mondialiste et libérale ont soutenu les prises de positions pro-Etasuniennes - au delà de la question  de l'avortement largement surmédiatisée mais qui n'était qu'un pretexte pour masquer d'autres oppositions entre les candidats - du candidat José Serra durant la campagne électorale , positions pafaitement décrites par Mark Weisbrot du Center for Economic and Policy Research qui se posait la question de savoir si José Serra faisait campagne à Washington ou Brasilia . [ 2 ]

  Ce conglomérat est en effet liè à l'Instituto Millenium , centre analytique Lusophone excroissance de l'Instituto de Estudos Empresariais [ IEE ] qui est  le paravent du Cato Institute  ,  de l'Heritage Foundation  et de la NED  au Brésil et dont les ramifications s'étendent sur toute l'Amérique Latine  . C'est dans ce centre analytique qu'ont été élaborés , avec des techniques testées lors de l'élection présidentielle Mexicaine de 2006 , les thèmes distillés par José Serra et ses acolytes tant en matière de politique étrangère que de politique économique ou de politique de sécurité avec un appel à la sédition des forces armées en cas de victoire de Mme Rousseff [ 18 ]. C'est ce centre qui a organisé la diffusion des campagnes diffamatoires contre Mme Rousseff au sein des conglomérats mediatiques qui lui sont liès . [ voir diagrammes ]  [ 3 ] - [ 4 ]

 

Il suffisait d'ailleurs de se rendre sur le site de campagne du candidat José Serra pour y retrouver ce déferlement de haine contre les chefs d'état dont la politique n'a pas l'heur de plaire à Washington - De Fidel Castro à Mahmoud Ahmadinejad en passant par Dmitri Medvedev et Hu Jintao - ainsi que des appels à une politique belliciste et interventionniste non seulement en Amérique du Sud mais sur d'autres continents . [ 5 ] José Serra voyait ainsi  des " Farc " derrière chaque arbre de l'Amazonie et selon ses propos  le Parti des Travailleurs, la formation présidentielle, aurait entretenu des relations avec les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie . Le co-listier de José Serra, Indio da Costa , est allé plus loin en insinuant que le PT s’était rendu complice de trafic de drogues et au delà était responsable de la violence dans les favelas de Rio de Janeiro ou Sao Paulo. [ 6 ] José Serra voulait aussi réevaluer les droits de vote des états membres du Mercosur en fonction de leur PIB et de leur population ce qui aurait in fine fait éclater ce projet d'intégration Sud-Américain au grand plaisir de Washington qui en aurait profité pour relancer un ersatz de l'ALENA dans la région : Le vieux fantôme cacochyme de l'ALCA . 

 

Comme je l'ai souligné dans ce blogue , le Brésil a été le champ clos d'une bataille " pour gagner les coeurs et les esprits des Brésiliens " entre les partisans de la politique audacieuse et indépendente menée par le Président Lula au Proche Orient - plus particuliérement ces deux dernières années - sur la question des relations avec l'Iran et le dossier du nucléaire Iranien et ceux tenants d'un alignement et d'un appui inconditionnel  à la politique belliciste de Washington et de Tel-Aviv  . Cette lutte était d'autant plus âpre que le Brésil par son " poids politique " de plus en plus important sur la scéne internationale est susceptible d'entrainer derrière lui la plupart des états de l'Amérique du Sud ou il est devenu un " état -pivot " , les états membres du BRIC et de nombreuses nations de la façade occidentale de l'Afrique qui rentrent aussi peu à peu dans sa sphère d'influence  .[ 8 ]  A ce titre la question des relations de la future admnistration Brésilienne avec l'Iran a été vraiment LA question de politique étrangère de cette campagne électorale et va rester certainement LE " point chaud " auquel devra faire face la future Présidente Brésilienne .

 

Ayant besoin de partenaires commerciaux, le gouvernement du premier Ministre Benjamin Netanyahu a décidé dans les derniers jours de juillet 2009  que l’imprésentable Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, allait entreprendre une tournée dans quatre pays stratégiques de l’Amérique du Sud : Brésil, Argentine, Pérou et la Colombie.

Lieberman a été reçu par le président Lula, l’un des rares gouvernants du monde qui a appuyé Mahmoud Ahmadinejad face aux allégations de fraude lors des dernières élections Iraniennes. Mohsen Shaterzadeh, ambassadeur de Téhéran à Brasilia, a profité de l’occasion pour avertir le visiteur que le Brésil se caractérise par "… une diplomatie forte et hautaine et qu’il n’est pas influençable par les idées d’un petit pays, raciste et qui n’est pas reconnu dans le monde entier" (Page 12, 22/7/09).

Valter Pomar, secrétaire des Relations extérieures du Parti des Travailleurs (PT), a qualifié Lieberman de « raciste et fasciste ». En revanche, le présidentiable de droite José Serra, gouverneur de Sao Paulo, l’avait chaleureusement accueilli par un banquet qui a eu lieu dans la puissante Fédération des Industries de l’état Brésilien . [ 9 ]

 

Peu avant le premier tour des élections présidentielles , le vice-président de la Federação Israelita do Estado de São Paulo [ FIESP ]  -  Ricardo Berkiensztat  - a ainsi organisé un Grand Oral qui a réuni les trois principaux candidats : José Serra , Marina Silva et Dilma  Rousseff . Si les deux premiers ont confirmé leur intention de réorienter la politique étrangère Brésilienne dans une direction plus favorable à l'état Sioniste et même à rompre les liens établis avec l' Iran en ce qui concerne José Serra , la candidate Dilma Rousseff a montré la nécessité de poursuivre la politique entammée par le Président Lula cad le dialogue avec l'Iran tout en condamnant l'intervention Etasunienne en Afghanistan et la possibilité d'une action militaitre contre l'Iran . C'est ce même Ricardo Berkiensztat  qui avait critiqué de manière trés violente - de la même manière que José Serra - la visite du Président Ahmadinejad au Brésil et qui a signifié son allégence à Israel une  à des groupes Chrétiens fondamentalistes comme l' Igreja Universal , ceux-là mêmes qui ont attaqué Mme Rousseff sur les questions lièes à l'avortement . [11 ] - [ 12 ]

Dans une autre de ces rencontres José Serra s'est même livré à un véritable panégyrique de l'Etat Juif alos que les membres de la " communauté " remettaient à chacun des candidats une " feuille de route " sur ce qu'ils considérent être une " bonne politique étrangère Brésilienne " . [ 13 ]

 

De son côté Dilma Roussef lors de sa visite le 13 septembre 2009 à la Confederação Israelita do Brasil [ Conib ]  - jour ou elle s'est découverte des racines crypto-juives [  converso ] sépharades au travers de sa Grand-Mère maternelle née Coïmbra - a réaffirmé la necessité de la poursuite du dialogue avec l'Iran même si elle n'adhérait pas aux déclarations et aux postures du Président Ahminanedjad sur la scéne internationale .Elle a une nouvelle fois mis en avant les contre-exemples Irakiens et Afghans  en se refusant à toute action militaire contre l'Iran . Il faut ici noter que cette déclaration a aussitôt été reprise sur le site de l' Itamaraty - le MAE Brésilien - ce qui lui donne un carcatère officiel   . [ 14 ] - [ 15 ]

 

On comprend ainsi le choc qu' à du constituer pour certains milieux son élection aprés l'espoir suscité par un second tour et un retour possible de José Serra et donc la possibilité d'un changement de cap certain de la diplomatie Brésilienne .

Pour ces milieux la politique proche -orientale de Mme Rousseff reste ainsi le " grand point d'interrogation  " sinon la "grande préoccupation " . [ 16 ]

De nombreux analystes pensent - et je suis de leur avis - que durant les prermiers mois de son mandat Mme Rousseff n'aura pas le charisme et la répartie de son prédecesseur pour faire face aux pressions et aux attaques qui ne manqueront pas de se dechaîner contre elle si elle continue de poursuivre la politique étrangère audacieuse et indépendante du Président Lula .

Elle devra donc s'appuyer sur des techniciens et à ce titre il sera interessant de voir quelles seront les fonctions attribuées à M. Samuel Pinheiro Guimarães Neto - actuel ministre du Bureau des Affaires Stratégiques - qui est le grand ordonateur de la politique étrangère de la dernière partie du deuxième mandat du  Président Lula . [ 17 ]

Sa présence ou son absence au sein de la future administration , le poste qui lui sera éventuellement attribué sera un bon indicateur de la politique étrangère que compte mener la Présidente Brésilienne .

L'attaque lancée par Shimon Peres constitue ainsi un test à la fois pour les chefs politiques de l'Etat Sioniste et pour la nouvelle Présidente du Brésil .

 

 

Note de l'Editeur :

L'ukaze Shimonien [ 1 ] est interressant à analyser sur d'autres points . Celui-ci fait référence à la politique étrangère Israélienne fondée sur " les valeurs des  Dix Commandements " ! On ne sait trop s'il s'agit là d'un effet de style destiné à provoquer l'empathie d'un lectorat  judéo-chrétien ou une réelle conception et ligne directrice de la politique étrangère Israélienne qui se base sur des éléments mythologiques . Espérons qu'il ne s'agisse là que d'un effet de style et non pas d'une réelle influence Biblique - et donc irrationelle - sur la politique étrangère de l'Etat  Sioniste ! ...

Bien sûr dans la réthorique Shimonienne on note le sempiternel Reductio ad Hitlero qui compare le Président Iranien à Hitler , Mussolini et Staline !

 Durant la campagne électorale , le Président Lula a été l'objet d'une attaque particulièremment violente et raciste  sur sa politique étrangère par un site - Latma TV - proche de  l'extrême-droite Sioniste et du ministre Lieberman . Cette attaque a aussitôt été reprise sur le site de l'Instituto Millenium et par le chroniqueur politique de la revue Veja  , Reinaldo Azevedo . Selon certains analystes Latma TV serait une " joint venture " entre le MAE Israélien et le Center for Security Policy   qui serait sa principale source de financement selon les propres propos de l'éditorialiste Caroline Glick de  The Jerusalem Post .  [ Voir video ]

 

  A suivre :

 

Le pétrole de Prè-Sal et David Zylbersztajn :  La face cachée de l'élection présidentielle Brésilienne [ 2 ]

 

 

 

  Liens :

 [ 1 ] 'Brasil deve decidir se é pró-Irã ou pró-EUA'

 [ 2 ] Is José Serra Campaigning in Washington or in Brazil?

 [ 3 ] Grande mídia organiza campanha contra candidatura de Dilma

 [ 4 ] Cato and the Millenium Institute: Fear and Loathing in Old Sambodia

           The Political Brazilian Brain and the Enemies of Westen Civilization

 [ 5 ]    O candidato Serra, Irã, Israel e Bolívia  

 [ 6 ]   Brazilian opposition links ruling party with FARC guerrillas    

 [ 7 ]  Serra Wants Mercosur With Member Vote Linked to GDP and Population

 [ 9 ] ¿Qué busca Israel en América Latina?  via El Correo

[ 10 ] Elecciones en Brasil - La comunidad judía presta atención a la política exterior y a la relación con Ahmadinejad

[ 11 ] La comunidad judía de Brasil apoya a Israel desde los medios de comunicación

[ 12 ] Lula comete “un error muy grave” al recibir a Ahmadinejad

[ 13 ] Com Serra, Conib finaliza série de encontros com candidatos

[ 14 ] Dilma: relação com o Irã não é endosso a Ahmadinejad sur le site du MEA Brésilien .

[ 15 ] Dilma defende relação com Irã em encontro com comunidade israelita  

[ 16 ] Para la comunidad judía de Brasil, la relación con Irán es "un punto de interrogación" en el futuro gobierno

 [ 18 ]  Veja e Globo incitam militares contra Dilma

 [ 19 ] Why is Israel's Shimon Peres in Brazil and Argentina? Iran.

 

 Articles associés :

[ 8 ] L'Iran et Israel veulent " gagner les coeurs et les esprits " des Brésiliens

[ 17 ] Brasil 2022 : C'est la bonne " boule de cristal " pour lire la future politique étrangére Brésilienne !  

null

 

 

null

 

 

 

Texte ( sauf citation El Correo ) : © Daniel BESSON - Novembre 2010

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 6 Novembre 2010

Un superbe article sur une des premières " fuites" organisée  de l'histoire .

Citons aussi le cas de la Depêche d'Ems ou des révélations de l'Action Française sur le Vatican

aprés sa condamnation par la Papauté !

 

 " la Grande-Bretagne, historiquement opposée à la présence de la Russie
en Méditerranée, a donné son accord au tsar pour qu'il s'empare des
détroits et de Constantinople en échange d'une attitude pareillement
bienveillante de la part de ce dernier concernant d'autres espaces en
Asie mineure qu'il plairait à Sa Majesté britannique de se procurer; on
comprend que l'Italie est entrée en guerre du côté de la Grande-Bretagne
et de la France avec la promesse d'acquérir une forte portion de la rive
dalmate; que la Roumanie a fait de même pour s'agrandir de la
Transylvanie, de la Bucovine et du Banat; que la Russie et le Japon se
sont entendus pour empêcher la montée de la Chine; que la France et la
Russie ont ensemble redessiné les frontières de l'Allemagne en février
1917, .... "

WikiLeaks à la manière bolchevik, en 1917  

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 28 Octobre 2010

Dans la droite ligne de l'article de  M. K. Bhadrakumar dans The Hindu : Russia resets with U.S., sprints with China.du 11 octobre 2010  [ 1 ] , une analyse de Fedor Loukianov rédacteur en chef du magazine Russia in Global Affairs. Celui-ci revient en particulier sur le " Péril Jaune " agité par certains cercles Moscovites téléguidés depuis l'Occident .

 

Source : Ria Novosti .  

Dmitri Medvedev se rendra au Vietnam où il participera cette semaine au sommet Russie-ANASE (Association des nations de l'Asie du Sud-Est). En novembre il se rendra à la réunion du G-20 à Séoul. Récemment, il était en visite en Chine. En juillet, à Khabarovsk, s'est tenue une grande réunion sur l'Asie présidée par le chef d'État russe. En mars, le Premier ministre russe Vladimir Poutine était en visite en Inde, et fin 2009, le président s'est rendu en Mongolie et à Singapour, et Vladimir Poutine en Chine. Moscou se tourne vers l'Asie.

La Russie a beaucoup tardé à faire ce tournant. Traditionnellement, la politique étrangère de Moscou était tournée vers l'Occident. Le reste du monde était observé à travers le prisme de relations plutôt complexes avec l'Europe et les États-Unis. Cependant, à partir du début du XXIe siècle l'équilibre des forces dans le monde a commencé à se déplacer rapidement vers l'est. Et la Russie a enfin remarqué que ces changements globaux lui lançaient de sérieux défis, auxquels il n'était possible de répondre que par la rhétorique d'un monde multipolaire.

En étant objectif, la Russie est loin d'être un maillon fort dans la chaîne de la politique asiatique. Sur l'espace euro-atlantique, malgré tous les bouleversements des vingt dernières années, Moscou demeurait un acteur influent qu'il était impossible d'ignorer. En Asie, sa position est bien plus faible, particulièrement compte tenu du géant en développement qu'est la Chine, de l'Inde faisant preuve d'une croissance rapide, voire même des ambitions dynamiques de la Corée du Sud et des pays de l'ANASE. Sur le plan économique, l'Extrême-Orient russe s'avère être un territoire problématique, dont le développement nécessite des efforts considérables. Et sur le plan politique, la Russie n'a jamais été considérée comme appartenant à l'Asie. La participation aux nombreux forums régionaux lui assure une influence plus formelle que réelle.

Une telle situation est particulièrement dangereuse car l'Asie est susceptible de devenir la plateforme stratégique principale de ce centenaire, au sens économique, politique et militaire. Et si Moscou manquait l'opportunité d'étendre sa présence dans cette partie du monde, il risquerait soit une marginalisation mondiale, soit, et ce serait bien plus risqué, de jouer le rôle d'une monnaie d'échange dans une confrontation probable entre les deux plus grandes puissances de l'Asie-Pacifique, la Chine et les États-Unis. À en juger par l'activité accrue, le gouvernement russe est conscient des risques potentiels et cherche des solutions.

Avant tout, la Russie a besoin d'élaborer une stratégie globale qui comprendrait aussi bien des mesures pour le développement de l'Extrême-Orient russe que le positionnement de la Russie en Asie en général. Le premier est étroitement lié au second. En l'absence de partenaires étrangers, Moscou ne sera pas en mesure de mettre en valeur son territoire asiatique. Et il est impossible d'espérer jouer un rôle digne en Asie sans l'amélioration radicale de la situation dans cette région.

Cela nécessite la diversification car le soutien exclusif de la Chine dans ce processus est susceptible de problèmes non seulement politiques, mais également psychologiques. Des rumeurs paniquées concernant les millions de Chinois qui seraient susceptibles d’effectuer ‘’ une occupation rampante ‘’ de la Sibérie, étaient répandues en Russie il y a plusieurs années. Aujourd'hui, il est clair qu'elles sont, du moins, très exagérées.  Toutefois, le déséquilibre économique croissant entre la Russie et la Chine est évident, et crée de ce fait le risque d'une réorientation de la région asiatique de la Russie vers Pékin, en conservant la juridiction formelle de Moscou. Afin d'assurer un développement stable, la participation chinoise doit être obligatoirement équilibrée par les investissements et les projets d'autres pays, les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, le Singapour, les pays européens, etc.

Si au XXIe siècle, l'espace Asie-Pacifique prenait la place occupée par l'Europe au XXe siècle, il serait particulièrement bouleversé. Avant d'arriver à l'état de paix actuel, l'Europe a traversé deux guerres mondiales catastrophiques et une confrontation de quarante ans qui a menacé de se transformer en un affrontement direct.

En Asie, le potentiel de tels cataclysmes est considérable. Les relations entre les puissances régionales sont accablées par l'animosité historique et les litiges territoriaux. Il existe également une nation divisée, la Corée, susceptible de provoquer un conflit dangereux. La suite des événements dans les relations entre la Chine et les États-Unis reste incertaine. Leur dépendance mutuelle est aussi importante qu'indésirable. Elle frise ‘’ la destruction mutuelle assurée ‘’ et pourrait se transformer en une concurrence féroce. Qui plus est, contrairement à l'Europe où malgré certains problèmes de structure de sécurité il existe des mécanismes du maintien de cette dernière, l'Asie sera contrainte de les créer en partant pratiquement de zéro.

Tout cela ne fait que compliquer la tâche à laquelle Moscou devra faire face. Et les approches devraient différer de celles employées par la Russie en Europe. Ainsi, si en euro-atlantique le Kremlin réagit particulièrement violemment à l'expansion de l'influence américaine, en faisant tout pour s'y opposer, la présence militaro-politique des États-Unis en Asie pourrait être considérée par la Russie comme un élément clé d'équilibre. D'autre part, Moscou ne peut se permettre d'être impliqué dans une configuration qui serait considérée par la Chine comme dirigée contre elle. Dans ce contexte, il convient de se méfier des idées à la mode concernant le système russo-américain conjoint de défense antimissile, voire même de l'adhésion hypothétique de la Russie à l'OTAN.

Le défi asiatique changera le prisme à travers lequel la Russie observe le monde extérieur. D'une part, le centrisme occidental habituel ne sera plus acceptable car il ne reflète pas la réalité contemporaine. D'autre part, les relations fiables avec le monde occidental sont un gage de positions stables de la Russie en Asie. Cette équation n'est pas des plus simples mais sa solution promettrait le succès à Moscou au XXIe siècle.

 

 

Articles associés :

[ 1 ] Grande géopolitique : L'Alliance Russo-Chinoise vue par M. K. Bhadrakumar  

  Liens :

[ 2 ] Russo-Chinese Energy Ties Structure Strategic Cooperation - Analyse du Dr Robert M Cutler sur International relations and security network .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0