Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 13:02

MOSCOU, 26 février - RIA Novosti. Le Conseil de l'Arctique se penchera sur l'idée russe de créer des systèmes de sécurité en Arctique en avril prochain, a déclaré jeudi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"La prochaine session ministérielle du Conseil de l'Arctique programmée en Norvège pour avril portera entre autres sur l'idée russe de créer des systèmes de sécurité dans le cadre des projets économiques et de l'infrastructure en Arctique, j'espère que cette initiative sera approuvée", a indiqué M.Lavrov devant les journalistes.

Créé en 1996, le Conseil de l'Arctique réunit huit pays riverains de l'Arctique - le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, l'Islande, la Norvège, la Russie et la Suède

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 13:43
Abstract : The Strategic Culture Foundation of General Leonid Ivashov publishes an article about the military economic confrontation in the arctic . As opposed to the " nationalist " stances of Artur Chilingarov , the author suggests that arctic should not be divided but managed by the " G5 " , the Arctic Council . It also outlines that the most imporant issue for Russia is to resolve it's territorial dispute with Norway in the Barents sea .

Merci à vous tous amis lecteurs de m'aider à suivre l'actualité de la région , étant un peu " surbooké " ces derniers temps .
Le site de la Fondation pour la Culture Stratégique du géneral Leonid Ivashov [ vous avez le lien dans le bandeau à droite ]
publie un excellent article ( en Anglais et en Russe malheureusement ) sur les tensions dans l'Arctique . Comme dirait l'autre , " J'ai failli attendre " !
Aprés avoir rappellé le rôle stratégique de la région avec le bouclier anti-missiles Etasunien , Anatoly TSYGANOK émet quelques recommandations .
Le point le plus intéressant  montre que des divisions au sein de l'OTAN pourraient profiter à la Russie , et que le Danemark , même si sa souveraineté est de plus en plus limitée sur le Groenland il n'en conserve pas moins la maîtrise de la politique étrangère , et le Canada pourraient devenir des alliès de la Russie sur le dossier Arctique face aux prétentions Etazuniennes d'internationalisation des voies maritimes septentrionales .
De la même manière l'auteur suggére que l'Arctique devrait ,dans le cadre d'un accord du " G5 Arctique " ( Le Conseil Arctique ) être "mutualisée" par les états riverains et gérée de manière commune  .Cette propositioin d'une approche multilatérale du dossier par la Russie est en retrait par rapport aux  positions " souverainistes " d'Artur Chilingarov et est exprimée pour la première fois dans un site réputé pour donner la parole à des " faucons " de l'établissement politico-militaire Russe . Ce faisant , l'auteur rejette implicitement les prétentions d'autres états à être partie prenante de la gestion de cette région du monde .


L'autre point intéressant est la recommandation sur la necessité de régler au plus vite le différent territorial opposant la Russie à la Norvège à propos de la Mer de Barents . L'auteur , pragmatique , nous rapelle que cette zone est la seule ou les ressources petrogazières sont prouvées de manière certaine . Cette necessité de résoudre  une fois pour toutes cette dispute territoriale trouve des échos en Norvège .
Dans un éditorial  en date
du 4 Février 2009 dans l'Aftenposten
, Kjell Dragnes suggère que puisque depuis plus de 30 ans la Norvège et la Russie(URSS )  ne sont pas parvenues à un accord sur le dossier , il est temps que ce dossier soit transféré devant la Cour internationale de Justice à La Haye . L'auteur fait aussi le point sur d'autre dossiers en suspens sute à la réunion de Reykjavik que l'OTAN a consacré au dossier arctique : lanon-ratification par les Etas-Unis de la convention sur le droit de la mer et les disputes sur le partage de la Mer Caspienne entre les étas riverains .
La délimitation des zones contestées porte sur la manière de les définir : La Norvège s'appuie sur le principe de la ligne médiane à partir des côtes tandis que la Russie réclame un partage en secteurs .
L'édotorialiste souligne que la resolution du conflit permettera un développement des relations bi-latérales entre les deux états et suggère au premier ministre Norvégien Jens Stoltenberg d'évoquer le dossier ,on se doute qu'il le fera , lors de sa rencontre avec son homolgue Russe Vladimir Poutine au mois de mai prochain .





Note de l'Editeur : Dans le cadre d'un projet avec mon ami Alexandre Latsa du blogue " Dissonance " [ voir le lien dans le bandeau à droite] , nous allons entreprendre la traduction en Français d'articles provenant du site de la Fondation pour la Culture Stratégique et des écrits d'Alexandre Douguine . Les lecteurs francophones disposeront donc de la version Française de cet article dans une quinzaine de jours ( ? ) . Nous n'avons  pas les moyens d'un " Bob " Amsterdam , nous ne sommes pas sponsorisés par le Fsb comme d'autres par la Cia ou d'autres agences , c'est pourquoi toute coopération sera la bienvenue .

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 22:12
Abstract : As the " Arctic frontiers " conference held in Tromso ( Norway ) last month showed an agreement  on a futur regulation of arctic issues throught existing bodies ( Arctic council , UN , IMO , .... ) and existing treaties ( UNCLOS  ) , globalists are back . The Us federal agency  National Oceanic and Atmospheric Administration ( NOAA ) issued a report suggesting that countries bordering the Arctic circle , and especially Canada , are unable to face great ecological disasters and that this aerea needs an international body for its administration . This report highlits how Us will launch their " arctic strategy " against nation-states bodering the arctic circle , and especially Canada on the North-West passage issue . At the same time Oran R. Young , a well known environemental globalist from UCLA , pleads for an " International NORDREG " .

Alors que la conférence " Arctic Frontiers " qui s'est tenue à Tromsoe en Norvège à la fin du mois dernier
avait vu naître un large concensus parmis les participants sur la necessité d'assurer la gouvernance de la région selon les traités et accords existants et dans le cadre des institutions existantes ( Conseil Arctique , ONU , CMI , ....... ) les partisans d'une " internationalisation " de l'Arctique essayent de revenir dans le débat .
Sans évoquer l'article de " l'Immonde " de M. Olivier Truc qui se plait à distiller les conceptions globalistes de cette feuille de chou , la nouvelle la plus importante est la position adoptée par une agence fédérale Etazunienne , la

National Oceanic and Atmospheric Administration ( NOAA ) . Celle ci aura certainement un rôle important à jouer dans la nouvelle doctrine arctique adoptée par l'administration Bush sur son départ et sa prise de position peut être considérée comme un des axes de " l'offensive arctique " que le gouvernement Américain s'apprête à lancer .
Elle reprend le " pretexte environentaliste " que les chefs politiques Canadiens mettent en avant pour asseoir la souveraineté de leur pays sur les eaux arctiques et le transforme au nom d'un agenda globaliste .
Le Canada et les Etazunis s'opposent sur le statut juridique du passage du Nord-Ouest .
Il est à noter que cette annonce de la NOAA survient au moment ou une agence fédérale de pêche Americaine , le  North Pacific Fishery Management Council , vient , sous la pression d'associations environementalistes , de prendre la décision d'un moratoire sur la pêche dans une partie des eaux arctiques sous juridiction Etazunienne . Une décision bien peu globaliste , prise sans concertation avec les Canadiens et les Russes ,  et trés souverainiste dans la ligne des positions Canadiennes .
De la même  manière le " code polaire de Navigation maritime " proposé par Oran Young de l'Université de Californie - UCLA ( un hasard ? ) n'est qu'une version mondialiste du NORDREG ou de l'Administration de la Route du Nord Russe .
L'auteur est connu pour ses prises de positions globalistes et sur le " droit d'ingérence environemental " .
Il plaide , parmis d'autres ,pour un systéme international de gestion des ressources .
Peut être n'a t'il pas lu Christovam Buarque ?
Enfin le WWF cherche à créer des conflits en dissociant les intêrets des "nations arctiques " , de pays comme la Chine et la Corée du Sud en citant curieusement le Brésil qui n'a pas ( source INPA ) d'agenda arctique mais un agenda Antarctique . [ Note : " Antarctica " est la marque d'une bière et d'un soda-guarana bien connus  au Brésil ;0)  ]
Sur ce point la Norvège semble " déminer le terrain " en oeuvrant pour un rapprochement des états sus-cités avec le Conseil Arctique .


EDMONTON -
Une agence fédérale américaine demande aux gouvernements de travailler ensemble à protéger l'Arctique.

 

Un nouveau rapport de la National Oceanic and Atmospheric Administration des Etats-Unis souligne qu'il existe peu de règles internationales protégeant les écosystèmes du Nord.

 

Le rapport recommande à ceux qui utilisent les ressources du Nord de contribuer à un nouveau fonds visant à réparer les dommages causés par les inévitables accidents environnementaux et à payer pour les efforts de recherche et sauvetage.

Les pays de l'Arctique comme le Canada sont réticents à accepter les règlements internationaux pour les eaux nordiques, rendues plus accessibles grâce à la fonte des glaces. Ces pays affirment qu'ils s'occuperont eux-mêmes de la sécurité et de la protection environnementale de ce territoire.

 

Des observateurs croient cependant que l'Arctique est trop étendu et que des mesures de surveillance et de protection internationales sont nécessaires.

 

Les conclusions du rapport viennent appuyer celles d'une étude semblable préparée par le Fonds mondial pour la nature et présentée dans le cadre d'une conférence internationale en Norvège, le mois dernier.



Faut-il instaurer une gouvernance particulière de la zone arctique ?

Depuis quelques années, de plus en plus de nations s'agitent autour de l'océan Arctique qui, réchauffement climatique oblige, livrera bientôt ses richesses aujourd'hui couvertes par la glace. Ne faudrait-il pas davantage réguler cette zone ? La conférence "Arctic frontiers" organisée en janvier à l'Université de Tromso, dans le Grand Nord norvégien, a réuni des participants de l'ensemble de la zone polaire pour tenter de faire avancer la question de la gouvernance.
Les domaines où l'activité humaine peut être amenée à se développer sont clairement identifiés : les hydrocarbures, la pêche, le tourisme et le transport maritime. Deux écoles s'affrontent : la première estime que les conventions actuelles - essentiellement celle régissant le droit de la mer sous l'égide de l'ONU (Unclos) - suffisent et ont tout au plus besoin d'être adaptées. La seconde rassemble des organisations écologistes qui réclament un régime spécial tel le Fonds mondial pour la nature (WWF) voire, comme Greenpeace, un moratoire bloquant toute exploitation des ressources pour 50 ans en attendant que les scientifiques en sachent davantage.

Les représentants des nations riveraines (Russie, Etats-Unis, Norvège, Danemark et Canada) penchent, à une large unanimité, en faveur d'une espèce de statu quo : l'actuelle convention de la mer (Unclos) devrait être le régime utilisé pour régler d'éventuels contentieux en zone arctique. Certes, les Etats-Unis ne l'ont toujours pas ratifiée mais ils ont affiché, fin 2008, leur volonté de le faire. Quant à la Russie, elle devrait publier sa stratégie arctique dans les semaines qui viennent.

PRINCIPE DE PRÉCAUTION

La convention de l'Unclos établit que la zone du fond des mers et des océans, ainsi que leur sous-sol (au-delà des limites des juridictions nationales), sont le "patrimoine commun de l'humanité". En conséquence, "nous n'avons pas besoin de bâtir un système de gouvernance qui s'applique à l'Arctique. L'Unclos apporte sécurité et stabilité", estime Joe Borg, commissaire européen en charge de la pêche et des affaires maritimes. Si nécessaire, les conventions actuelles pourraient être élargies. Elisabeth Walaas, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères de la Norvège, a annoncé que son pays allait prendre l'initiative d'un accord régional de pêche qui couvrirait la zone arctique. Même approche pour la navigation maritime. Les principes définis par l'Organisation maritime internationale (OMI) pourraient être renforcés, selon les souhaits du professeur Oran Young, de l'université de Californie, d'un "Code polaire de navigation arctique" qui prendrait en compte les spécificités climatiques extrêmes de cette région. Les partisans du régime actuel estiment en outre qu'un nouveau traité prendrait trop longtemps à être mis sur pied.

C'est justement cette précipitation qui inquiète les défenseurs de l'environnement, car elle fait fi, selon eux, du principe de précaution, tant la soif de ressources est grande. Le régime actuel ne leur suffit pas. "L'ambition affichée n'est pas à la hauteur des enjeux à venir dans l'Arctique, même si ces derniers semblent avoir été correctement identifiés, juge Rasmus Hansson, secrétaire général de WWF Norvège. De nombreux domaines ne sont pas couverts par les instruments existants, notamment celui de la gestion des activités et de l'exploitation des ressources."

Pour le WWF, l'intérêt grandissant que montrent des pays comme la Chine, la Corée du Sud, l'Inde et le Brésil pour l'Arctique parle aussi en faveur d'un règlement plus global. "Une solution fondée sur les intérêts nationaux d'un petit nombre de pays arctiques est inadéquate, car je ne pense pas qu'elle sera respectée, les autres pays estimant que leurs intérêts seront mal défendus."

Olivier Truc

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 20:37
Chaque Dimanche soir je replonge un peu en enfance en regardant la version colorisée de la série " Zorro" sur France 3 .
Mais desormais je ne peux m'empêcher d'en faire une autre lecture . " Zorro " combat une mystérieuse organisation apelée " l'Aigle" qui cherche à provoquer la sécession des posessions Espagnoles du Pacifique de la Couronne Espagnole et délivre donc un message trés opposé à la" Doctrine Monroe " .
La question de l' " Hispanité " de la Californie et de sa résistance à la colonisation Yankee a été peu abordée au cinema . Citons " The Robin Hood of El Dorado " de William Welman en 1936 qui évoque la geste de Joaquim Murietta . , qui aurait inspiré le personnage de " Zorro "




Alors que dans " Zorro " , c'est un noble Castillan qui prend la défense de la souverainet Espagnole , dans le cas de Joaquim Murietta c'est une personne issue de la " plèbe " qui défend l'Hispanité de la région .
Deux visions d'un même combat .

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 02:06

La chaîne internationale Russe " Russia Today " [ canal 448 pour les abonnés C+ ] vient de diffuser aujourd'hui un reportage sur les enjeux de l'Arctique . C'est déja sur " ICE STATION ZEBRA " !
Des images particulièrement interresantes sur les essais en modèle réduits dans un " bassin à glace " .


 

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 16:32
A la conférence " Arctic frontiers " qui s'est tenue à Tromsoe les 19 et 20 Janvier 2009 , les délégués de l'Ue , de la Norvège et de la Russie (le commissaire Européen  Joe Borg , la secretaire d'etat  Elisabeth Walaas et le secreatire d'état aux ressources naturelles Serguei Donskoy ) sont tombés d'accord pour estimer que l'Arctique ne nécessite pas de traité spécifique et que les traités en vigueur et les instiutions existantes à savoir  la Convention internationale sur le droit de la mer , la Commission Maritime Internationale , la commission des nations unies sur la délimitation du plateau continental , le Conseil Arctique , sont suffisantes pour réger les problèmes existants ou à venir . L'Union Européenne a réitéré son désir d'avoir un statut de membre observateur au sein du Conseil Arctique .
Cet accord est une pierre dans le jardin des associations écologistes qui réclament un traité pour l'Arctique comparable à celui de l'Antarctique et un moratoire de l'exploitation économique de cette région.


 


Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 20:38


La conférence " Arctic frontiers " ouvre ses portes . Vous pouvez la suivre en webcast sur ce lien .


Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 23:13
Selon Michel Chossudovsky , au delà de l'aspect militaire et de la protection des villes Israéliennes des tirs de roquettes du Hamas , d'un calendrier électoral interne , l'agression militaire Isréalienne aurait aussi pour objectif le contrôle de plateau contiental Gazaoui riche en champs gaziers et la maîtrise de corridors énergetiques .
Un aspect du problème encore une fois occulté par nos merdiats .
British Gas  - BG group ,  une société basée à Athènes , Consolidated Contractors International Company  ( CCC ) , controlée par des actionnaires Libanais ont reçu des licences d'expolration et d'exploitation pour 25 ans en vertu d'un accord signé en Novembre 1999 avec l'autorité Palestinienne .
Les droits sur les champs gaziers de Gaza sont respectivement détenus à 60% par British Gas , 30% par CCC et 10 % par l'Autorité Palestine .
La valeur de ces réserves est estimée à 4 milliards USD .
Depuis l'élection d'Ariel Sharon en 2001 , le régime Sioniste ne cesse de remetre en question l'accord de Novembre 1999 et essaye d'entamer des négociations directes avec British Gas pour la fourniture de gaz à Israel .
En 2006 , British Gas était prêt à signer una accord pour le pompage de ce gaz vers l'Egypte ( et ensuite une possibilité d'exportation vers l'Europe et en particulier la France ( 1 )  ) , mais le premier ministre Britannique Tony Blair est intervenu pour casser ce projet au profit d' Israel .
En Avril 2007 , le cabinet Israelien a approuvé une proposition du premier ministre Ehud Olmert visant à acheter du gaz à l'Autorité Palestinienne .( 2 )
Mais en même temps , les dirigeants Israéliens qui n'avaient nullement l'intention de partager les revenus avec l'autorité Palestinienne , ont mis en place une équipe pour traiter directement avec British Gas afin d'annuler les accords signés en 1999 avec l'autorité Palestienne . Le Hamas avait alors fait part de son intention de s'opposer à ce contrat .
Selon un projet d'accord de 2007 , le gaz aurait été acheminé par un gazoduc sous-marin juqu'au port d'Ashkelon transférant le contrôle de la vente de ce gaz  à Israel .Le chef du Mossad , Meir dagan , s'est alors opposé à cet accord pour des motifs sécuritaires .
En Décembre 2007 , British Gas s'est retiré des négociations et à fermé ses bureaux de Tel-Aviv en Janvier 2008 . ( 3 )

La planification de " Plomb durci " et la reprise des négociations avec British Gas

Les plans de l'opération " Plomb  durci " ont été établis en juin 2008 . Au même moment les autorités Israéliennes font part à British Gas de leur intention de reprendre les négociations sur l'achat de gaz naturel en provennance de Gaza . ( 4 ) - ( 5 )

"Both Ministry of Finance director general Yarom Ariav and Ministry of National Infrastructures director general Hezi Kugler agreed to inform BG of Israel's wish to renew the talks.

The sources added that BG has not yet officially responded to Israel's request, but that company executives would probably come to Israel in a few weeks to hold talks with government officials." (Globes online- Israel's Business Arena, June 23, 2008)

Les Israéliens étaient pressés de conclure les négociations avant le début des opérations militaires . Ces négociations ont été menées à partir d' Octobre 2008 par Ehud Olmert qui était au courant des préparatifs et du calendrier de l'agression de Décembre 2008 .
Dés Septembre 2008 ( 6 ) [ Et non pas Novembre selon MC - Ndlr ] Israel Electric Corporation (IEC) a reçu l'intruction d'entamer des négociations avec British Gas pour la fourniture du gaz des concessions offshore de la bande de Gaza .

"Ministry of Finance director general Yarom Ariav and Ministry of National Infrastructures director general Hezi Kugler wrote to IEC CEO Amos Lasker recently, informing him of the government's decision to allow negotiations to go forward, in line with the framework proposal it approved earlier this year.

The IEC board, headed by chairman Moti Friedman, approved the principles of the framework proposal a few weeks ago. The talks with BG Group will begin once the board approves the exemption from a tender." (Globes Nov. 13, 2008)


Et maintenant ?

L'agression Israelienne de Décembre 2008 fait craindre la maimise d' Israel  sur le plateau continental Gazaoui et le raccordement des plateformes au réseau de conduites Israeliens .
A long terme il exste des projets de raccordement de ceux ci au terminal pétrolier de Ceyhan à l'extrémité  du BTC .
Ceci expliquerait l'aide militaire accordée par Israel à la Georgie contre la Russie et la reconaissance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie par le Hamas .

On s'étonne de pouvoir encore s'étonner .......................
Quand à l'Europe qui recherche des " sources d'approvisionnement alternatives " , elle devrait se souvenir du projet de racordement des champs petrogaziers Palestiniens au réseau Egyptien ............
"Over the past four years, negotiations between the government and  British Gas have had their ups and downs, and at a certain stage officials at the British concern considered halting them and marketing the natural gas from the field off the Gaza coast to Europe, through Egypt " ( 7  )
Dans une perspective plus large , le conflit gazier Russo-Oukraïnien et la l'agression militaire Israélienne contre la bande de Gaza peuvent donc s'analyser comme deux champs de batailles d'une même guerre : La maîtrise des sources et des corridors énergetiques Eurasiens .

 




( 1 ) http://www.gazdefrance.com/EN/upload/documents/public/dossier_de_presse_visite_saint_nazaire_va_1122019859egypte_1205313668.pdf

In January 2002, Gaz de France signed an agreement to purchase Egyptian LNG and to take part in a project to build a liquefaction plant at Idku in the Alexandria region.

Under this long-term supply contract, Gaz de France will purchase an annual volume of 4.8 billion cubic metres of natural gas from Egypt starting in 2005.

Egypt will thus become a major Gaz de France supplier, representing approximately 10% of the Group’s supplies by 2006-2007.

(2 ) http://www.reuters.com/article/rbssEnergyNews/idUSL089070920080108
BG to close Israel office after gas talks collapse

( 3 ) http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3393428,00.html
Government approves Olmert's proposal to cooperate with British Gas and its Palestinian partner, CCC
29-04-07
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3404140,00.html
British Gas to sign $4 billion deal with Israel 24-05-07

( 4 ) http://www.haaretz.com/hasen/pages/ShArt.jhtml?itemNo=728136&contrassID=1&subContrassID=1
British Gas expected to resume talks on Gaza coast reserves  18-06-2008

( 5) http://www.calcuttanews.net/story/386816
British company, Israel, Palestinians in talks over Gaza gas field  27-07-08

( 6 ) http://www.tradingmarkets.com/.site/news/Stock%20News/1888601/
IEC board seen giving nod to British Gas: Israel Electric Corporation is understood to be likely to purchase 800 million cubic meters of gas a year for 15 years.

( 7 ) http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1167467750722&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull
British Gas to arrive to complete sale talks

Note de l'Editeur [ Mise à jour du 18-01-09 ] : Comme je vous l'avais signalé à propos de l'affaire des S300 Russes pour l'Iran , la tenue d'un blogue de géoopolitique n'est pas une mince affaire .
Le Jerusalem Post vient d'annoncer la découverte de reserves de gaz au large d'Haiffa .
http://www.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1232265973374&pagename=JPost%2FJPArticle%2FShowFull
Toutefois l'article garde son actualité puisque le champ de Med Yavne est à cheval sur les deux zones ( voir carte )

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 23:55

En bon Français : La politique de la carotte et du bâton .......... que certains se compliquent et s'échinent à traduire par " La puissance intelligente  " ou " Le leadership appaisé " !


Par Andreï Fediachine, RIA Novosti

La commission des affaires étrangères du Sénat, qui doit confirmer la nomination de l'ancienne première dame des Etats-Unis Hillary Clinton au poste de secrétaire d'État américaine, était consciente depuis le début qu'il s'agissait d'une simple formalité, mais la loi doit être respectée.

Le 20 janvier, le jour de l'investiture de Barack Obama, la candidature de Hillary Clinton sera sans aucun doute déjà confirmée par le Sénat. Cela va de soi, les démocrates ayant la majorité au congrès, les républicains désapprouvant sa candidature étant peu nombreux. Ces derniers se sentent toujours écrasés par les huit années de présidence de George W. Bush et la domination des néoconservateurs au sein de l'administration (le vice-président Dick Cheney y est le premier parmi les égaux), mais surtout par la situation dans laquelle l'Amérique s'est retrouvée à cause de la politique appliquée par Bush et ses "néocons". Les républicains se rendent bien compte de la nécessité pour Washington de redorer son blason. Aussi le Sénat a-t-il décidé de soutenir la candidature de Clinton, en espérant que l'administration du nouveau président Barack Obama trouvera les moyens d'y parvenir.

La "dame en tailleur-pantalon" a proposé à l'Amérique et au monde entier de fonder la politique étrangère américaine sur le "smart power" (équilibre entre défense et diplomatie). Il s'agit d'une réponse néolibérale à l'échec néoconservateur.

C'est Joseph Nye, professeur à l'Université Harvard, membre permanent de tous les think tanks les plus importants, qui peut être considéré comme l'auteur de cette idée. Dans les années 1970, il a développé le concept "d'interdépendance complexe et asymétrique" entre les pays, et au début du XXIe siècle, il a proposé le concept de "soft power" (ou "puissance douce"). Maintenant, on a réuni le "soft power" et le "hard power" (ou de puissance de contrainte, pratiquée par l'administration de George W. Bush), sous le nom de "smart power".

En deux mots, cette nouvelle mixture politique sur laquelle les Etats-Unis fondent leurs espoirs est composée d'instruments "persuasifs" de contrainte assemblés à une composante "légère", à savoir la persuasion par des moyens commerciaux, diplomatiques, économiques et autres, grâce à la promotion des valeurs culturelles, politiques et sociales américaines. Selon Joseph Nye, l'Amérique doit apprendre à coopérer et à écouter autrui si elle veut être la bienvenue en tant que leader mondial. La "réponse aux néoconservateurs" présentée par Hillary Clinton au Sénat était très proche de ce concept: "l'Amérique ne peut pas résoudre seule les problèmes les plus pressants du monde, et le monde ne peut pas les résoudre sans l'Amérique".

Or, tous les alliés de Washington l'appellent depuis longtemps à adopter une telle approche. Quant à eux, ils n'en sont pas à leur première tentative de marier "le doux au dur" et "le léger au lourd". Mais le problème est que quand la Maison Blanche émet une nouvelle convention, on ne sait jamais à quoi ça peut mener

Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 13:37

MOSCOU, 14 janvier - RIA Novosti. L'administration US a rendu publique le 12 janvier la directive du président Georges W. Bush sur la politique américaine en Arctique, lit-on mercredi dans le quotidien Kommersant.

Le document exige que le Sénat ratifie dans le plus bref délai la convention internationale sur le droit de la mer, qui réglera le partage de l'Arctique. Seulement, le Conseil de sécurité de Russie a lui aussi élaboré une nouvelle stratégie de mise en valeur de la région. Selon le représentant spécial du président russe pour la coopération en Arctique, Artur Tchilingarov, son essence réside dans les paroles suivantes: "Nous ne cèderons l'Arctique à personne".

On ne sait pas encore au juste quels sont les réserves de gaz et de pétrole de l'océan Arctique, mais selon le Service géologique américaine, il possède 20% des hydrocarbures mondiaux.

La demande de ratifier la convention internationale sur le droit de la mer est le point le plus important de la directive du président sortant, a indiqué une source du Kommersant au ministère russe des Affaires étrangères. Les Etats-Unis restent jusqu'à présent le dernier pays arctique à n'avoir pas ratifié la convention, ce qui constitue un des obstacles au partage international de l'Arctique.

Artur Tchilingarov a confirmé hier que la présence russe dans l'océan Arctique serait activement élargie. Il a également indiqué que le travail sur l'argumentation des prétentions russes au plateau continental arctique continuait et même touchait à sa fin. Tous les documents prouvant que le Pôle nord appartient à la Russie pourraient être transmis à l'ONU dès 2010. M.Tchilingarov a déclaré auparavant que si l'ONU ne reconnaissait pas le droit de la Russie sur le Pôle nord, le pays se retirerait de la convention sur le droit de la mer.

"Il est évident qu'un "front arctique" sera une réalité dans quelques années: les enjeux sont trop importants", fait remarquer le directeur des programmes politiques du Conseil pour la politique extérieure et de défense Andreï Fedorov. "Les positions de la Russie sont pour le moment plus solides que celles des autres pays, mais il ne faut pas s'imaginer que cela va durer très longtemps "

Note de l'Editeur : La virulence et la rapidité de la reaction Russe est à mesurer à l'aune de la reaction de l'administration Canadienne quasi innexistante pour le moment et pourtant plus concernée par la volonté d'internationalisation de la part des Etazunis du pasage du Nord-Ouest .Le ministre des affaires étrangères Lawrence Cannon considère que la  " Souveraineté Canadienne n'est pas menacée sur l'Arctique .Un Canada ou une " cinquième colonne " semble abandonner désormais la possibilité d'un maintien de la souveraineté Canadienne sur cette voie maritime alors que d'autres chefs politiques  comme Floyd Roland réclament une réponse énergique à cette " provocation des navalistes Américains "  .
Il considère ainsi que le premier ministre Stephen Harper doit troquer une " réthorique vide" pour des actes et surtout des investissement de grande ampleur dans l'Arctique Canadien .

"Canada can no longer afford to maintain a passive approach to our Northern interests. Empty rhetoric will not secure our sovereignty,"
"The words have been kind to us, the highlight of the north has been good, but now we need to back it up with action


Intervenant dans les colonnes de la presse Canadienne ,Rod Huebert de l'université de Calgary souligne que la publication de la doctrine arctique etazunienne est une nouvelle remise en cause de la souveraineté Canadienne sur les eaux arctiques . , apres la publication de la doctrine Européenne .
Il met en avant la necessité de passer aux actes , en matière de sécurité principalement ,  alors que la doctrine arctique Etazunienne n'est suivie pour le moment d'aucune décision ayant des répercussions sur le terrain :
"This is a very clear message to the world that the Americans are saying to the world, 'We're back,' when it comes to Arctic security,"
"If we worked on having management instrumentation and regimes in place to actually provide security, by the time the Americans actually do anything about it, they've more or less come to rely on us,"


C'est le " clan des faucons " comprenant Artur Chinligarov , Serguei Ivanov et Nikolayi Patrouchev qui a su imposer son point de vue aux chefs politiques Russes . Toujours selon Kommersant , la Russie va rendre publique sa stratégie pour développer les ressources énegétiques dans l'Arctique avant la fin du mois .
La menace d'un retrait de la Russie de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer , le " Machin de la mer" comme écrivait le magazine Sciece et Vie au moment de sa discussion , est à prendre au serieux :L aRussie a deja "gelé " sa participation au traité CFE .
Aprés l'analyse de ces premières réactions " à froid " , on peut desormais envisager des rapprochements entre les positions des " faucons " Russes et des " faucons " Canadiens sur ce dossier arctique .

On peut aussi noter que si les Etazunis continuent de s'appuyer sur un " sea power " , pour le moment vétuste  en matière de brise-glaces , pour étendre leur souveraineté dans l'Arctique la Russie et le Canada développent des stratégies combinées ou la Marine joue un rôle mais ou la présence de forces terrestres aura un rôle important dans l'exercice de la souveraineté  sur des territoires peu peuplés et leur façade maritime  . Les Etats- Unis sont ne disposent en effet que d' une façade Arctique restreinte mais pourraient compter sur des bases aéronavales , des sites liès au projet de la DAM , en Islande ou au Groenland .
La nouvelle secretaire d'Etat aux affaires étrangères , la sénatrice Hillary Clinton , a d'autre part confirmé dans une interviouve que le " Dossier arctique " serait une des priorités de la nouvelle admnistration Etazunienne ce qui laisse supposer que la signature de la doctrine Arctique par le président Bush qui engage la nouvelle administartion s'est faite sionon avec l'accord du moins avec la benediction de celle-ci . Elle répondait à une question de la sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski qui a travaillé à la redaction de la doctrine arctique Etazunienne .


"We've got to figure out where our boundaries are if people start drilling in areas that are ice-free most of the year, and we don't know where they can and can't drill and whether we can,"
"We're going to be disadvantaged, so I think you will have a very receptive audience in our State Department and our administration."
Steven Chu et John Kerry ont fait de la ratification de la Convention sur le droit de la mer une des priorités de la nouvelle administration . Des observateurs et analystes Russes ont noté un " desir d'améliorer les relations avec la Russie " dans cette intervention d'Hillary Clinton .





Repost 0
Published by P@lp@tine - dans Geopolitique
commenter cet article

Liens