kouriles et kamtchatka

Publié le 25 Novembre 2009

Le récent changement de gouvernement à Tokyo n' a pas apporté des promesses d'accalmie sur le dossier des îles Kouriles .
Celles ci sont desormais qualifiées de " territoires occupés " par les Japonais . Il ne reste donc plus qu'au premier ministre Japonais et aux Imperial's qu'à trouver un keffieh !


MOSCOU, 24 novembre - RIA Novosti
Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) a adressé une note à la diplomatie nippone suite au document du gouvernement japonais mentionnant l'"occupation illégale" des Kouriles par la Russie, stipule mardi un communiqué du Département de l'Information et de la Presse du MID.
"L'approbation par le gouvernement japonais d'un document contenant une telle formule ne peut être que condamnée. Le MID a envoyé une note officielle au ministère nippon des Affaires étrangères. Nous espérons que Tokyo tirera les conclusions appropriées de la situation résultant de son acte", lit-on dans le document de la diplomatie russe.
Le gouvernement nippon a réaffirmé une fois de plus mardi que "la Fédération de Russie occupait illégalement les quatre îles du Nord".

Les "Territoires du Nord", à savoir les Kouriles du Sud (Shikotan, Itouroup, Kounachir et Habomai), sont au coeur d'un conflit territorial entre Tokyo et Moscou depuis près de 65 ans.
Tokyo estime que ces îles ont été occupées illégalement par l'Union soviétique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et considère leur restitution comme la condition sine qua non de la signature du traité de paix avec la Russie.
Le Japon revendique toujours les Kouriles du Sud, se référant au Traité commercial et frontalier de 1855, document qui reconnaît ces îles comme japonaises.

La Déclaration conjointe de l'URSS et du Japon du 19 octobre 1956 a mis fin à l'état de guerre entre les deux pays mais le traité de paix n'a jamais été signé suite à des divergences sur la délimitation frontalière d'après-guerre.
Le Japon ne cesse d'insister sur l'immuabilité de sa politique quant à la restitution de ces quatre îles, l'opinion japonaise n'admettant pas de compromis sur les Kouriles.



RIA NovostiVoyage photo avec RIA Novosti. Les Îles Kouriles.

14:24 14/12/2006 Les Îles Kouriles sont un archipel russe d'îles volcaniques. Il forme une ligne discontinue de 1200 kilomètres de l'extrême Nord du Japon à la pointe sud de la péninsule du Kamtchatka séparant ainsi la mer d'Okhotsk de l'océan Pacifique. >>

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0

Publié le 25 Mai 2009

La flotte Russe du Pacifique a fêté le 21 mai dernier son jour  [ 1 ] dans un contexte de tensions accrues avec le Japon sur la question des îles Kouriles .( voir infographie Ria- novosti ci-desous )
Si la récente visite de Vladimir Poutine au Japon [ 2 ]   a permis d'entrevoir des possibilités de coopération dans l'économie , avec principalement une possible participation de sociétés Japonaises à la mise en valeur du gisement de Chtokman [ 2 ] , la question de la souveraineté sur les îles Kouriles reste un point de désaccord qui hypothèque toute coopération accrue , particulièrement politique et en matière de sécurité .
Le Japon revendique les Kouriles du Sud (Kounachir, Itouroup et autres), se référant au Traité commercial et frontalier de 1855, document qui reconnaît ces îles comme japonaises. Cette revendication est avancée par Tokyo à titre de préalable à la conclusion du traité de paix avec la Russie.
La Déclaration conjointe de l'URSS et du Japon du 19 octobre 1956 mit fin à l'état de guerre entre les deux pays mais le traité de paix ne fut pas signé suite à des divergences sur la délimitation frontalière d'après-guerre.
Le jour ou la flotte Russe du Pacifique fêtait son jour , le premier ministre Japonais taro Aso parlait devant le parlement Japonais de "la poursuite de l'occupation illégale des Kouriles du Sud par la Russie " , provoquant une vive réaction de la diplomatie  Russe [ 4 ] .
Les îles revandiquées par le Japon constituent le " verrou " de la mer d'Okhotsk et leur cession par la Russie signifierait pour celle ci la fin de l'utilisation de cette mer comme polygone d'essais [ 5 ]  et de refuge pour ses submersibles ainsi qu'un " pied à terre " pour le Japon en direction du Kamtchatka .
Au sommet du G8 en Italie, le président Dmitri Medvedev examinera avec le premier ministre japonais Taro Aso le problème de la conclusion du Traité de paix entre les deux pays a annoncé lors de sa visite au Japon le premier ministre Vladimir Poutine [ 6 ] et il est fort probable que cette entrevue sera suivie avec attention par certains cercles Etasuniens : Selon certains analystes de l'Heritage Foundation la conclusion d'un traité de paix entre la Russie et le Japon permetterait à la Russie de se détourner d'une alliance avec la Chine  et diminuer le rôle qu'elle accorde à l'OCS dans sa diplomatie .[ 7 ]

Les récentes déclarations de M. Taro Aso montrent que si " lobbying " il doit avoir lieu pour ce faire , et la diplomatie Etasunienne sait trés bien se méler des choses qui ne la regardent pas à priori comme la question de l'entrée des Etats Balkaniques au sein de l'Ue , c'est auprés du Japon qu'il doit être mis en oeuvre ..............................
La Russie et le Japon partagent plusieurs contentieux historiques récents dans l'extrême- orient Russe  :
- La guerre Russo-Japonaise de 1904 1905
- L'intervention Japonaise en Sibèrie  durant la guerre civile Russe ( voir illustration ci dessous )
- Une lutte d'influence , toujours d'actualité , pour le contrôle de la Mongolie dans les années 20-30
- La " quasi-guerre " du Khalkin-Gol .

Plus récemment ,au mois de décembre 2009 ,  certains députés de la Douma ont accusé les services de renseignement Japonais d'être à l'origine , ou d'avoir participé au financement , des manifesations sous les couleurs du drapeau Japonais dans la ville de Vladivostock .
Elles faisaient suite à la decision du gouvernement de V.Poutine  d'augmenter les droits de douane sur les véhicules d'occasion en provenance du Japon afin de favoriser l'industrie automobile Russe .
Le sujet de la Défense Anti-Missile est aussi un point de divergences entre la Russie et le Japon , celui-ci etant partenaire des Etats-Unis sur ce dossier . [ 8 ]

Sans atteindre l'intensité historique du conflit avec la Suéde dans la Baltique , le contentieux Russo-Japonais en posséde certaines des caractèristiques et plus particulièremment le fait qu'il s'agit du " choc " né de la poussé du monde Russe vers l'extrême-orient , tout comme le contentieux Russo-Suedois résulte du " choc " de l'avance Russe , ou plutôt du retour Russe vers la Baltique initié par le Tsar Pierre 1er  .



Liens : 
[ 1 ]
Fête de la Flotte russe du Pacifique - Photoreportage de Ria Novosti .
[ 2 ]
Poutine au Japon: importante contribution aux relations bilatérales  article de Ria Novosti du 14 mai 2009 .
[ 4 ]"
Occupation" des Kouriles: Moscou proteste suite aux allégations de Tokyo  article de Ria Novosti du 21 mai 2009 .
[ 5 ] Russian ballistic missiles in N. Pacific
[ 6 ] G8: la rencontre Medvedev-Aso portera sur le traité de paix  article de Ria Novosti du 12 mai 2009 .
[ 8 ] Russia warns Japan over missile defense system depêche AFP du 23 octobre 2007 .

Articles associés : 
[ 3 ]
Feu vert pour Goliat , des japonais dans la Mer de Barents
[ 7 ]
Affronter  la Russie ( et la Chine ) en Eurasie






Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0

Publié le 22 Février 2009

Abstract : Russia has opened it's first liquefaction plant of natural gaz in Sakhalin . The next  will be the liquefaction plant of Teriberka for the Shtokman gas field in the Barents sea for wich the South-Korean company Smasung is interrested . LNG ( Liquefied Natural Gas ) is a  double edged weapon especially for Europe . Some so-called " specialists " and " friends of Europe " try to lobby the idea that LNG  is THE solution to escape from the so-called " energy dependancy on Russia " . But on the other way , by developping LNG  instead of the " North Stream" project  , Russia will be able to sell this gaz  , once proposed to Europe , to Canada , North-America , Asia where Russia wants to take 30% of the market . And obviously each molecule of natural gaz or drop of oil sold to Asia or North-America will not be sold to Europe . So are these so-called advisers , like Robert Amsterdam or Grigory Pasko ,  really our " friends " ?



PRIGORODNY, 18 février - RIA Novosti. Une usine de liquéfaction de gaz naturel, la première en Russie, a été inaugurée mercredi à Prigorodny, sur l'île de Sakhaline (Extrême-Orient), en présence du président russe Dmitri Medvedev.Les patrons des compagnies actionnaires de l'usine - Alexeï Miller (Gazprom), Jeroen van der Veer (Royal Dutch/Shell), Shoei Utsuda (Mitsui) et Yorihiko Kojima (Mitsubishi) - ont appuyé ensemble sur le bouton symbolique pour lancer le projet.

La nouvelle usine, d'une capacité annuelle de 9,6 millions de tonnes de gaz, sera chargée de liquéfier le combustible bleu extrait dans le cadre du projet international Sakhaline-2. La Corée du Sud a déjà acheté une bonne partie de ce gaz pour les vingt-cinq ans à venir. Le gaz liquéfié sera transporté par des méthaniers capables d'acheminer de 18.000 à 145.000 mètres cubes.

Outre Dmitri Medvedev, plusieurs hauts responsables étrangers ont pris part à la cérémonie, dont le premier ministre japonais Taro Aso, le prince Andrew duc d'York et la ministre néerlandaise de l'Economie Maria van der Hoeven.

Dans son allocution, le duc d'York a constaté que la Grande-Bretagne considérait la Russie comme un fournisseur d'hydrocarbures "suffisamment fiable". Pour la responsable néerlandaise, cette usine donnait à la Russie "un atout de taille" dans la diversification de ses exportations.

Le projet Sakhaline-2 est réalisé dans le cadre d'un contrat de partage de production signé en 1994 entre le russe Gazprom (50% plus une action), l'anglo-néerlandais Royal Dutch/Shell (27,5%) et les japonais Mitsui (12,5%) et Mitsubishi (10%). La compagnie Sakhalin Energy est l'opérateur de ce projet dont les réserves sont estimées à 150 millions de tonnes de pétrole et à 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel.

PRIGORODNY, 18 février - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev a estimé mercredi que la première usine russe de liquéfaction du gaz naturel inaugurée à Prigorodny, sur l'île russe de Sakhaline (Extrême-Orient), devait contribuer à la sécurité énergétique régionale et mondiale.

"Je suis sûr que (la nouvelle usine) contribuera à la prospérité de l'Extrême-Orient et permettra de renforcer la sécurité énergétique dans la région, mais aussi dans le monde entier", a-t-il souligné lors de la cérémonie d'inauguration, ajoutant que le projet allait assainir la coopération internationale dans le domaine de l'énergie.

"Tout cela renforcera nos positions de grand acteur du marché énergétique, et nous en sommes très satisfaits", a affirmé le chef du Kremlin.

Evoquant la coopération énergétique, M. Medvedev a fait remarquer que la Russie était prête à un partenariat "direct, honnête et mutuellement avantageux" dans ce domaine, avant de citer Sakhaline-2 comme un projet hautement technologique et stratégique pour la Russie.

La nouvelle usine, d'une capacité annuelle de 9,6 millions de tonnes de gaz, sera chargée de liquéfier le combustible bleu extrait dans le cadre du projet international Sakhaline-2. Elle doit assurer jusqu'à 5% des livraisons mondiales de gaz naturel liquéfié.

Le projet Sakhaline-2 est réalisé dans le cadre d'un contrat de partage de production signé en 1994 entre le russe Gazprom (50% plus une action), l'anglo-néerlandais Royal Dutch/Shell (27,5%) et les japonais Mitsui (12,5%) et Mitsubishi (10%). La compagnie Sakhalin Energy est l'opérateur de ce projet dont les réserves sont estimées à 150 millions de tonnes de pétrole et à 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel.



Note de l'Editeur : Le projet de Sakhaline est important car à terme il permettera à lui seul de contribuer à 5% du marché mondial de GNL . C'est aussi un message aux " Zéropéens " . En développant un projet d'usine de liquéfaction similaire sur le champ gazier de Shotkman à Teriberka  , peut être avec le Sud-Coréen Samsung , la Russie montre que ce procédé de transport , que les " conseillers" qui veulent  une" 'Europe " indépendante " de la Russie sur le plan energétique ne cessent de nous présenter comme " LA solution miracle "  , peut facilement servir à détourner ce gaz " naturellement "destiné à l'Europe via le gazoduc " Nord-Stream " vers le  Canada (Rabaska ) ou en Asie . C'etait le sens du discours du  premier ministre Vladimir Poutine en Décembre dernier en compagnie du président Finlandais . Une Finlande qui désormais soutient ce projet de gazoducA terme la Russie compte prendre 30% du marché asiatique du gaz naturel , et il évident que ce gaz qui sera vendu aux Asiatiques ne sera pas vendu aux Zéropéens !
Un aspect du problème souvent occulté par nos mediats , de même que le caractère " politique " du dossier énergetique que le FT souligne :
" The launch of the project ends Europe’s position as the only foreign consumer of Russian gas – all of Russia’s existing gas export pipelines are directed into Europe "
“This is the first significant outflow of Russian energy to Asia,” said Chris Weafer, chief strategist at Uralsib investment bank in Moscow. “Russia will look to piggy-back that new energy relationship with a closer political relationship.”


L'actualité de la semaine a aussi été marqué par le prêt de 25 Milliards de dollars accordé par  la Chine à deux sociétés pétrolières Russes en échange d'un contrat de livraison sur 20 ans de15 millions de tonnes de pétrole par an  . Et les Chinois n'ont apparament pas peur de " dépendre énergetiquement " de la Russie , y compris au travers de cette " corde en acier au cou " ( Ronald Reagan ) que constitue un gazoduc ou un oléoduc !...............................
Même des majors Us s'intéressent désormais au développement des champs pétrogaziers Russes de l'Arctique , et curieusement on ne parle pas dans ce cas de " risque de dépendance " aux etazunis mais de " diversification des sources d'approvisionnements " ?
La Russie semble d'ailleurs de plus en plus se rapprocher de partenaires asiatiques pour le développement de ses régions arctiques , de la Sibérie et de l'Extrême-Orient Russe . Avec la Corée du Sud en particulier et le projet de relier le résau du Transsibérien au réseau Coréen .





Liens : Nord-Stream AG  ( En Anglais )
             Sakhalin Energy   ( En Anglais )
Articles  associés :

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0

Publié le 29 Septembre 2008

VLADIVOSTOK, 28 septembre - RIA Novosti. Un cortège de carnaval célèbrera ce dimanche la journée du tigre dans les rues de Vladivostok, a déclaré une représentante du comité d'organisation.

La journée du tigre a pour objectif d'attirer l'attention sur la question de la conservation du tigre de l'Amour, inscrit sur la Liste rouge des espèces menacées.

"La fête se poursuivra sur la place centrale de la ville, où des concours de costumes et maquillage "faunesques" seront organisés, des concours de dessins sur l'asphalte, des jeux, des quizzes, sur le tigre de l'Amour", a indiqué l'interlocutrice de l'agence.

Les caméras d'importantes émissions télévisées ainsi que des représentants de grandes associations écologiques internationales et de la Banque mondiale sont attendus à Vladivostok. La Banque mondiale soutient un projet pour la sauvegarde des tigres dont le but est d'unir, d'accorder et de financer les moyens des structures gouvernementales et de la société civile de 13 pays, recensant les 4.000 tigres encore vivants sur la planète.

C'est la dixième fois que la Journée du tigre est célébrée à Vladivostok.

Cette fête inhabituelle rappelle à chacun que le Primorié est un territoire unique, d'une grande beauté, dont le symbole, dessiné à la fin du XXe siècle par Vladimir Troïnine, n'est autre que le tigre de l'Amour.

 
Le reportage photo de RIA NOVOSTI

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0

Publié le 18 Juillet 2008

MOSCOU, 18 juillet - RIA Novosti. Moscou a appelé vendredi le Japon à s'abstenir de toute approche confrontationnelle envers la Russie par le biais des manuels japonais qui décrivent les Kouriles comme les îles occupées illégalement par la Russie.

"De telles actions de la part du Japon ne peuvent susciter que le regret et l'étonnement. Ils ne contribuent ni au développement de la coopération entre les deux pays, ni au règlement de la question frontalière", lit-on dans un commentaire du Département de l'Information et de la Presse du ministère russe des Affaires étrangères rendu public vendredi.

Ces démarches, selon le document "ne font qu'aggraver la situation, en opposant les positions russes et japonaises et en soulignant les divergences dans les approches des parties sur les questions territoriales".

Aujourd'hui le Japon revendique toujours les quatre îles Kouriles du Sud (les îles de Kounachir, Itouroup, Chikotan et l'archipel des Habomai, soit un tiers de la surface totale). Le Japon a renoncé, par le Traité de San Francisco (Traité de paix avec le Japon signé le 8 septembre 1951), à tous ses droits sur les îles Kouriles, mais le document ne précisait pas le nom de ces îles. La Russie, comme le faisait auparavant l'URSS, affirme que les Kouriles regroupent Itouroup, Kounachir, Chikotan et l'archipel des Habomai. En revanche, le Japon considère que ces quatre îles sont des extensions d'Hokkaido, et les appelle "Territoires du Nord".

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kouriles et Kamtchatka

Repost0