Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 10:58

L'émission consacrée au choeur des Cosaques du Kouban à l'occasion de la Journée de l'Unité Russe a permis de voir une scéne particulèrement savoureuse .

Le 14 mai 2008 le choeur donnait un concert au siège de l'OTAN dans le cadre du partenariat OTAN-RUSSIE .  Robert Simmons , représentant du SG pour le Caucase et l'Asie- Centrale , était intronisé " Ataman d'honneur " . Aprés l'avoir revêtu de la Burkha - la cape Cosaque et l'avoir coiffé d'un Bachlyk - le chef du choeur s'apprête à lui remettre le sceptre de commandement - le Boulava -  puis le retire des mains de Robert Simmons : " Ceci est une arme et on ne la prend pas comme ça ! Il faut satisfaire à une cérémonie ! "

Robert Simmons , la mine déconfite , est mis alors à genoux par une pression sur l'épaule d'un géant barbu et reçoit trois coups de fouet sur le dos !

Comme le commente Dmitri Rogozine hilare : " l'OTAN vient à notre rencontre avec la DAMB , nous nous venons à la rencontre de l'OTAN avec notre culture ! "

Cette émission a aussi permis de " comprendre " un peu plus la chute de l'URSS .

Au milieu des années 90 , le Kraï de Krasnodar cherche à se doter d'un hymne . Certains représentants de l'assemblée législative suggérent alors un chant Cosaque - Ты Кубань, ты наша Родина -  ce qui provoque la réaction outrée de certains représentants Communistes qui ne veulent pas de ces  "satrapes du Tsarisme " !

Malgrè tout le choeur des Cosaques du Kouban est convié à une audition et c'est devant une assemblèe au garde à vous que ce chant Cosaque devient l'hymne du Kouban ! [ voir video ]

C'est en effet un chant que l'on ne peut écouter qu'au garde à vous !

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 17:40

La fête consumériste Anglo-Saxonne connue sous le nom d' Halloween est combattue partout sur la planéte .

En Russie , un sondage du centre Levada montre que 67% des Russes ne " célèbreront " pas cette " coutume satanique " et ce " culte promouvant la culture de la mort " alors que 6% ont annoncé qu'ils allaient y participer . On ne peut que rapprocher ce pourcentage de celui du pourcentage de Russes qui soutiennent l' " opposition démocratique " libèrale Russe dont l'étiage electoral maximum  se situe un peu en deça de ce chiffre .Ce refus des Russes de participer à ce " culte global " est constant malgres les efforts de la  propagande qui comme partout dans le monde entoure sa célèbration . [ lien ]

 

Au Brésil le combat est mené par le député Communiste Aldo Rebelo [ PC do B ] qui est devenu il y a trois jours le nouveau Ministre des sports .[lien ]

Aldo Rebelo est connu des lecteurs d' Ice Station Zebra pour avoir contribué à réveler la liste des ONG 's environnementalistes étrangères qui soutiennent les actions subversives des opposants au barrage de Belo-Monte et pour avoir été le rapporteur du nouveau code forestier Brésilien .

Dans un projet de loi déposé depuis 2003 , il propose de remplacer le " Dia das bruxas " - " Jour des sorcières "  comme est connu la fête consumériste Anglo-Saxonne au Brésil  par le " Dia do Saci " . [ lien ] et [ lien ]

Il a proposé de faire de " Saci " la  mascotte officielle de la Coupe du Monde 2014 .

 

Saci- Pererê  est un lutin unijmabiste aux traits Afro-Brésiliens coiffé d'un bonnet rouge originaire de la culture Amérindienne de la région de Misiones .[ cf l'excellent film de Roland Joffé ]  En " remontant " vers le Nord du Brésil ses traits se sont africanisés et la légende prétend qu'il aurait perdu une jambe lors d'un combat de capoeira .Les premières références datent du XVIII-XIX éme siècle  . Le compositeur Brésilien Heitor Villa Lobos lui a consacré une composition . 

 

La France continue à se singulariser en adoptant " les jambes entre-ouvertes " la  coutume allogène d'Halloween .

 

Article libre de droits

 Documentation :

 

soft power  sur Wikipédia

  

 

nullHalloween in New-York 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 11:13

Plusieurs groupes de reconstitution historique Russes vont

retracer la campagne de 1812 des Cosaques contre les troupes de l'homoncule Corse a déclaré à Ria Novosti  le vice-gouverneur de la région de Smolensk , Serguei Krivko .

 

A partir d'Aout-Octobre  2012 , les participants vont traverser 6 pays : Russie , Belarus , Pologne , Lituanie , Allemagne et France au cours d'une campagne qui durera 6 mois .

Comme les Cosaques de l'Ataman Matveï Platov , ils seront vêtus de l'uniforme modèle 1812 et monteront des chevaux du Don .

A leur arrivée à Paris , ils présenteront un cheval du Don au [ futur ] Président de la République .

Leur présence à Paris donnera lieu à de nombreuses manifestations culturelles Franco-Russes et se terminera par une vente des chevaux de l'expédition . Les fonds recueillis serviront à développer l'élevage des chevaux du Don .

Aucune information ne précise si le groupe passera par Berlin .

 

 

" Je préfererais porter le Bachlyk d'un cosaque de l'armée Russe plutôt que de manger un hamburger dans un nefast-food de Brooklyn "

 

Daniel BESSON d'aprés une citation attribuée à Alain de Benoist .

 

Bivouacq des Cosaques dans les champs Élysées à Paris au mois d'avril 1814 : [estampe] - 1

 

 

 

 

Cosaque du Regiment de Platov, Russie 1812, 1/30 Figurine del Prado

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 22:44

L'excellente revue " Champs de bataille " propose dans son numéro de Juin-Juillet 2011 [ N°40 ]- [ Lien ] - sous la plume de Fréderic Ortolland un excellent article - du point de vue de l'histoire bataille - sur la guerre Russo-Turque ou Russo-Ottomane de 1877-1878 . Il n'est pas besoin de souligner ici l'importance de ce conflit à l'aune de la géopolitique Européenne du XIX ème siècle et même du XX ème siécle puisque le traité de San-Stefano signé le 3 mars 1878 , qui sera revu lors du Congrés de Berlin , voit la naissance de la Bulgarie en tant que puissance Balkanique tandis que la reconnaissance par la Russie d'un " droit d'occupation et d'administration " de l'Autriche-Hongrie sur la Bosnie-Herzegovine séme les prémices du premier conflit mondial . Signalons aussi la question de la Bessarabie dévolue à la Russie qui n'est pas encore résolue avec les projets Roumains récurents d'Anschluss avec la Moldavie . Evoquer ce conflit Russo-Ottoman n'est pas anachronique car la géopolitique s'étudiant sur les temps longs , il est utile de rapeller comme le fait le général (2s) Jean-Bernard Pinatel dans Russie , Alliance vitale [ Lien ]  que le monde Russo-Soviétique et le monde Ottomano-Turc ont été en guerre 60 ans sur une période de 4 siècles [ XVII éme - XX éme ] ce qui constitue un taux de conflictualité record - 15% - dans l'histoire Eurasienne et même mondiale  avec justement un pic au cours du XIX éme siècle .

Les récents rapprochements entre la Russie et la Turquie sur la question du nucléaire avec la vente de quatre centrales et le dossier South-Stream n'étant peut-être à cette échelle qu'une embellie passagère .

Signalons le retour actuel en Turquie d'un neo-Turcisme qui voit Ankara à la tête d'un Empire s'étendant des Balkans au Sinkiang en passant par l'Oural , ce neo-Turcisme s'exprimant par exemple par des reportages plus que suspects de la chaîne de propagande d'état TRT [ Türkiye Radyo Televizyon ] sur le " Baskurdistan " , le " Bulgaristan " et le " Cuvasistan "[ Lien ] , sur l'activiste et propagandiste Tataro-Criméen  Ismail Bey Gasprinski ( 1851- 1914 ) ou la terroriste séparatiste Turkistainaise [Sic ! ] Rebiya Kadeer .La condamnation d'officiers Turcs liès au réseau Ergenekon étant un autre aspect de cette résurgence de l'expansionisme Anatolien .

 

Si il y aurait une " critique" à porter sur l'article de Fréderic Ortolland , c'est d'avoir oublié de resituer la guerre Russo-Ottomane de 1877-78 dans la perspective du Grand-Jeu et de l'alliance scellée par la France et l'Angleterre contre la Russie . Une erreur que commet aussi Peter Hopkirk dans son livre Le Grand Jeu , officiers et espions en Asie-Centrale . Car ce conflit géopolitique ne se limite pas dans l'espace à l'Asie Centrale mais s'est bien déroulé , et continue , des Balkans à l'Océan Pacifique .

L'aspect le plus intéressant de l'article de Fréderic Ortolland est le choix des illustrations . Il utilise les tableaux de deux peintres Orientalistes Russes : Nicolas Dmitriev-Orenburgsky et Vassili Verechtchaguine  ainsi que du réaliste Russe Konstantin Makovsky [ Les martyres Bulgares - 1877 ] qui représente le viol et le meurtre des femmes Bulgares par la soldatesque Ottomane . Ayant séjourné à Paris au contact de leurs collègues Orientalistes Européens [ lien vers article ] , Dmitriev-Orenburgsky et Verechtchaguine n'en présentent pas moins une vision totalement opposée de cet Orientalisme avec un aspect beaucoup plus conflictuel tant dans leur description du monde Ottoman - les harems sont décrits comme des lieux d'esclavage et de violence sexuelle et non pas de volupté - que dans des  tableaux décrivant des batailles contre cet empire Ottoman en déliquescence  .A contario de Delacroix qui nous présente les orientales se promenant au dehors avec une chemise échancrée laissant deviner leurs poitrines , Verechtchaguine peint la femme orientale en Burqua[ Lien ] , des Derviches sournois et comploteurs et n'hésite pas à humilier les ennemis vaincus et prisonniers [ Deux aigles ] [ lien ]  

 Vassili Verechtchaguine est même vu comme le peintre du Grand Jeu avec ses tableaux sur la conquête Russe de l'Asie-Centrale ou les répressions du colonisateur Britannique contre les Cipayes en révolte et dans l'attente du " médecin qui viendra du nord " . Curieusement , mais est-ce vraiment une erreur , l'article de Fréderic Ortolland commence par un tableau lié justement à la guerre en Asie-Centrale , la prise de Khiva .  [ Lien ] [ Laissez les rentrer ! ou Sous les remparts de la forteresse- vers fin 1873  ] . Vassili Verechtchaguine ne se contentera pas de peindre les combats héroïques de l'Armée Russe sur le Danube ou dans le Caucase lors du conflit Russo-Ottoman de 1877-1878 mais évoquera tous les aspects de ce Grand Jeu et notoirement la guerre du renseignement avec sa toile L'espion - 1878-1879 . [ Lien ]

Si la guerre Russo-Ottomane de 1878- 1879 a fortement inspiré les peintres Orientalistes Russes , elle a aussi constitué une source d'inspiration pour le cinéma Russe muet balbutiant , le cinéma Soviétique et le cinéma national-patriotique Russe contemporain tant raillè en Occident mais qui est comme je l'ai déja signalé d'une excellente qualité que ce soit dans les productions télèvisuelles [ Likvidastaya , Diversant , ... ]  sous forme de séries , de téléfilms ou des films pour le grand écran .[ 1612, Tarass Boulba , Alexandre-la bataille sur la Neva , Admiral , Kandahar , Operatsaya Razvarodka , ...] .Signalons que l'initiative de l' " opposition démocratique Russe " visant à instaurer le boycott de ces productions a pitoyablement échouée , les plus grands noms du cinéma Russe continuant de tourner ou de réaliser ce genre .

Parmi la production cinématographique Soviétique , il faut signaler Les héros de Chipka - Герои Шипки - produit en coopération avec la Bulgarie en 1954 et qui remporta le Prix de la mise en scène au festival de Cannes 1955 .

Ce film fait référence à la défense héroïque de la passe de Chipka par les troupes Russo-Bulgares lors de la deuxiéme bataille de la passe de Chipka . Comme chacun pourra le constater , ce film ne parle en aucune manière de fraternité prolétarienne internationaliste  mais des " patriotes slaves Bulgares dont la révolte est noyée dans un fleuve de  sang par les esclavagistes Turcs qui ont envahi l'Europe depuis 1352" ! Alors que l'Europe Occidentale reste sourde aux appels des nations Slaves des Balkans , et elle l'était en effet , le secours ne peut venir que de la Russie . Cette ode aux troupes impériales Russes - et aux tsars Russes - est la mise en image des tableaux de Nicolas Dmitriev-Orenburgsky et de Vassili Verechtchaguine dans le contexte de la Guerre Froide - alors à son apogée - et ou la Turquie , pilier de l'OTAN dans la région , est le sucesseur de l'ennemi hériditaire Ottoman . L'Armée Rouge devenue Soviétique garantit la liberté des peuples Slaves Balkaniques comme autrefois l'armée impériale Russe . La scéne finale du film fait le lien direct entre les deux époques : La libération des Balkans en 1878 par les armées impériales Russes et la libération par l'Armée Rouge de la région en 1944 , non pas par les Soviétiques mais par les Russes . Par association , les Turcs de 1878  deviennent les Nazis de 1944 . L'allusion à Adrianople dans l'avant dernière scéne du film fait référence à l'ambition frustrée de l'Urssie de contrôler , que ce soit en 1878 [ le Haltbefhel imposé par les Franco-Anglais à

la Russie devant Adrianople ] , lors de la Conférence de Montreux ou en 1945 , les détroits .  Cette vision se retrouvera dans l'historiographie Soviètique des années 60 à 80 avec par exemple les " essais sur l'histoire de la Russie  " de Boris Krotkov dans la revue Spoutnik .[ lien ]   

 

L'autre film  marquant qui évoque ce conflit est le Gambit Turc - Турецкий гамбит - tourné en 2005 . Il balise , est-ce un hasard , le début de ce cinéma national-patriotique Russe contemporain . Basé sur le roman éponyme de l'écrivain Judéo-Géorgien Boris Akounine , il raconte l'histoire d'Erast Pétrovitch Fandorine qui vient d'échapper au bagne quand il rencontre Varvara Andréevna, une jeune femme qui se rend sur le front pour y retrouver son fiancé. D'aventures en aventures, les deux jeunes gens se retrouvent à l'Etat-major Russe où un agent secret Turc sème le trouble. Ne reste donc à Erast Pétrovitch qu'à faire preuve de son irremplaçable talent d'enquêteur pour déjouer les plans sournois de l'agent infiltré . Varia Souvorova, une jeune Russe intrépide, a décidé de rallier le front Russe pour y retrouver son fiancé Pétia, officier du chiffre. Son convoyeur lui ayant volé ses bagages et son argent, elle se retrouve démunie dans une auberge Bulgare peu accueillante. C’est là qu’elle rencontre Eraste Fandorine, un jeune policier Russe perspicace qui lui procure une monture en jouant la jeune femme aux dés. Après avoir échappé à une horde de Bachi-Bouzouks, le couple parvient jusqu’au campement militaire où Varia retrouve Pétia. La joie des fiancés est de courte durée car un important message du haut état-major a été mystérieusement trafiqué.L'un des grands moments de ce film est le premier assaut sur la forteresse de Plevna ou la fuite devant un groupe de Bachi-Bouzouks . Comme la plupart des films nationaux-patriotiques Russes , le Gambit Turc a pu béneficier d'un financement de l'Etat ce qui a permis par exemple le tissage des uniformes dans un tissu se raprochant de celui de l'époque , le tournage sur les lieux mêmes de l'action [ les villages Balkaniques sont magnifiques ] et de nombreux effets spéciaux qui donnent au film ce rythme qui manque parfois aux films Russes . null

Alors que les ordres étaient de s’emparer de la ville de Plevna, haut lieu stratégique, les troupes ont été dirigées vers Nikopol, une place sans intérêt, ce qui a permis à l’armée Turque de se réorganiser. Pétia, accusé d’avoir modifié le message, est mis aux arrêts. L’astucieux Fandorine, qui le croit innocent, tente de piéger le vrai traître.[ Lien ]

[ site du film ]

 

Alors que les ordres étaient de s’emparer de la ville de Plevna, haut lieu stratégique, les troupes ont été dirigées vers Nikopol, une place sans intérêt, ce qui a permis à l’armée Turque de se réorganiser. Pétia, accusé d’avoir modifié le message, est mis aux arrêts. L’astucieux Fandorine, qui le croit innocent, tente de piéger le vrai traître.[ Lien ]

[ site du film ]

 

 

  

 

null 

 null 

 

 

File:У крепостной стены.jpg

  

 

военное кино турецкий гамбит

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 19:30

C'est à un véritable voyage géopolitique à travers le temps et l'espace dont l'actualité est patente que vous convite le Musée de la Vieille Charité à Marseille jusqu'au 28 aout 2011 au travers d'une exposition consacrée à l'Orientalisme Européen . [ Lien ] Ce type d'expositions est l'occasion unique de pouvoir contempler des oeuvres habituellement dispersées et de le faire en dehors de la capitale [ Musée d'Orsay , Musée du Louvre  visités fin juin ].

L'Orientalisme est un courant pictural né en Europe à la suite de l'expedition de Bonaparte en Egypte , du recul de l'Empire Ottoman , de l'implantation des puissances Européennes au Proche-Orient [ et non pas " Moyen-Orient " comme l'indique la plaquette de l'exposition ] et en Afrique du Nord [ Algérie 1830 -La première messe en Kabylie d' Horace Vernet  ]  , de la Question d'Orient et du développement des moyens de transport [ bateaux à vapeur , trains , percement du canal de Suez ] qui rendent ces régions beaucoup plus accessibles  . Il aura aussi un aspect littéraire avec par exemple Les Orientales de Victor Hugo ou les récits de voyageurs en Terre-Sainte .

Pourquoi parler de géopolitique ?

Par ce que l'Orientalisme est avant tout une représentation , une Weltanschauung

 , fantasmée de l'Orient éloignée de la réalité quelque soient les thèmes traités : Le Harem , le désert , ... Les peintres Orientalistes vont jusqu' à utiliser les populations locales pour servir de modèles à des scénes bibliques quand ils ne se contentent pas de broder sur les vertues supposées du haschich aprés avoir rapporté un narguillé et un tapis achetés dans un bazar Marocain [Le rêve - Fabio Fabbi ]. Cette exposition pose aussi la question de l'identité Espagnole : Est-ce une nation Européenne ou Africaine  ? Pour les peintres du XIX éme siécle l' Espagne est un pré-Orient , et ils représentent les Espagnols avec des visages basanés et aux traits Orientaux . Les vestiges Arabo-Andalous confortent cette vision d'une Espagne Orientale .Les tableaux de l'Orientaliste Turc Osman Hamdi Bey nous présentent un cas intéressant d'acculturation et de transit culturel : Ce peintre Turc décrit son pays avec les canons de l'Orientalisme Européen et est obligé de puiser dans l'histoire  faute de pouvoir présenter un aspect ragoutant de l'Empire Ottoman en pleine décomposition géopolitique , politique , économique et sociale .

Il faudra attendre la fin du XIX éme siècle pour que le regard du peintre et du sculpteur brise le prisme déformant des fantasmes et qu'il adopte le point de vue de l'ethnologue . L'Orient apparait alors non pas dans sa splendeur mais dans la triste réalité de sa misère ,  de sa crasse et de son arriération économique , politique et sociale à l'image des Fileuses de Bou-Saâda peintes par Gustave Guillaumet .

Pourquoi parler de géopolitique ?

Par ce que cette représentation de l'Orient et en particulier de l'Empire Ottoman sous un visage favorable s'inscrit dans la politique d'alliance de la France et de l'Angleterre avec cet Empire Ottoman contre la Russie . Ces représentations favorables cherchaient à créer une empathie de l'opinion publique vis à vis de à l'Empire Ottoman [ Lien ] , particulièrement au moment de la Guerre de Crimée ou de la révision du traité de San-Stefano . C'est ainsi qu'il faudra attendre que les exactions quotidiennes commises  par les Ottomans à l'encontre des populations Chrétiennes dans les Balkans et en Mediterranée se transforment en massacres pour que ces opinions publiques s'émeuvent et remettent en cause cette politique d'alliance tout en demandant une intervention et une aide aux populations cherchant à se libérer du joug Turc . On peut ainsi passer des termes représentation et de Weltanschauung à l'expression peinture de propagande  .  On peut  noter la quasi-inexistence d'oeuvres dépeignant des batailles opposant l' " Occident Européen " - France et Angleterre - à l'Empire Ottoman   . Il faut rendre hommage au génie de Victor Hugo qui dans Les Orientales a su se démarquer de ce  philo-ottomanisme ambiant en présentant la barbarie Ottomane sous son véritable visage !

L'Orientalisme Russe, absent de cette exposition , présente au contraire un rapport plus confictuel avec cet Orient et en particulier avec l'Empire Ottoman . Le Harem n'est pas ainsi présenté sous son aspect fantasmé d'un lieu de plaisir et de sensualité mais sous un aspect plus proche de la réalité  : Un lieu d'esclavage et de violence sexuelle , que ce soit la violence infligée aux femmes ou aux hommes [ eunuques ]. Les tableaux en rapport avec les guerres Russo-Ottomanes et en particulier la guerre de 1877- 1878 ou avec la conquête de l'Asie -Centrale [  signalons ici le peintre Vassili Verechtchaguine ] développent une thématique  bien au delà de l' histoire-bataille et de la peinture militaire en traduisant ces rapports conflictuels . Si l' Orientalisme Européen prendra fin avec le début de la Première Guerre Mondiale [ qui marque la fin du XIX éme siècle pour les historiens ] avec les oeuvres d'un Kandinsky ou de Klee , l'Orientalisme Russe se poursuivra sous le régime Soviétique avec des thématiques comme un kolkhoze Ouzbèke ou un pétrolier naviguant sur la Caspienne ! En France , on peut considérer l'écrivain Jacques Benoist-Mechin comme le dernier représentant - dans le domaine littéraire - de ce courant . Je passerais sous silence le groupe d'histrions spécialistes auto-proclammés au CNRS de l'Empire Ottoman qui se font le relais de la propgagande révisionniste de l'état Turc concernant le génocide Arménien .

 

On ne peut bien sûr s'empêcher d'évoquer  l'actualité de cet Orientalisme en évoquant la manière dont les perroquets savants que sont devenus les journalistes traitent l'actualité de ce que l'on appelle les révolutions arabes ! Ils ne  font pas leur travail avec le soucis de décrire la réalité des faits mais en y projettant  tous leurs fantasmes tiersmondistes et drouâdelômistes quand ils ne cherchent pas délibéremment , à l'image de M. Georges Malbrunot dont l'expertise de la question ne se fonde que sur sa qualité d'ex-otage , à travestir grossiérement cette réalité  .

René Naba avait en son temps analysé cette pathologie [ Lien ] .

A la question de savoir quelle toile m'a le plus marquée , je répondrais sans hésiter Damascus - Damas - d'Edward Lear [ 1861 ] . Ceci bien sûr en raison de l'actualité mais aussi en raison de sa qualité picturale intrinséque . La photo ci-dessous ne rend pas compte de la patte de cet artiste qui a su reproduire jusqu'aux scintillements du massif rocheux visible au premier plan .

  Je recommande la location des audio-guides [ 4 Euros ] car comme toujours ceux-ci contextualisent l'oeuvre tout en facilitant sa lecture pour les néophytes !

 

Information : Centre de la Vieille Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille ouvert tous les jours de 10h à 18h sauf lundi et jours fériés, nocturne le vendredi jusqu’à 22h.

tarifs : Plein tarif 10 €, tarif réduit 6 €, audioguides 4 €

 

Visitors admire Edward Lear's Damascus 1861

 

  numérisation0001-copie-3

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 19:59
C'est avec une journée de retard que je rend hommage aux vétérans Russes et Soviétiques  . Hier en effet je travaillais et donc je n'ai pu voir le défilè que lors de la rediffusion le soir sur RTR Planeta .Une parade magnifique donc , comme toujours depuis une dizaine d'années avec un regret cependant de ne pas voir de défilé aérien . Mais les TOPOL-M  , si chers à M. Pavel Felgenhauer , ont défilé , les TOPOL avec des TEL à huit essieux M.Felgenhauer . De toute façon un défilé Russo-Soviétique sans ICBM's , ce n'est plus un défilé Russo-Soviètique ! On notera aussi l'importance accordée aux forces spatiales , écoles et académies lièes à la " guerre spatiale " , signe de l'effort que fait la Russie dans ce domaine . Cette " guerre spatiale " comprend les missiles S-400 qui ont fait parti du défilé de la " boyevaya teknika " , le matériel blindé . Il ne pouvait en être autrement en cet année du jubilè du premier vol humain spatial . Le tout a comme toujours de " la gueule " comme on peut en juger sur la vidéo !
 
Quelques remarques :
- Le président Medevedev est un " plouc " : Regardez le comme il se vautre sur l'accoudoir de  son fauteuil à un moment !
- " Katioucha " convient trés bien au défilé des LRMSM " Smersh " - ce n'est pas un hasard - et des systémes S-400. Il faudrait jouer " Slavianka " qui a cloturé le défilé au moment du passage des TOPOL .
- Le TEL du TOPOL , ainsi que les véhicules de commandement , gagneraient à avoir les pneus à flancs blancs .
Idem en ce qui concerne l' Etoile Rouge sur la porte du TEL du TOPOL : Sa place est sur l'ogive du missile !
 
Le début de soirée a commencé par un " bon film de guerre " .J'appelle un " bon film de guerre " , un film manichéen cad ou le critère ami/ennemi est parfaitement défini . C'est important en période de commémorations . En l'occurence ce film ,  Тихая застава , raconte la vie d'une base de gardes-frontières au Tadjikistan au début des années 90 lors de la guerre civile . C'est bien sûr basé sur des événements réels , sinon cela n'aurait pas d'intêret  ! Ces gardes-frontières sont bien sûr courageux et héroïques cela va de soi , doivent affronter des islamistes retors et barbus qui n'hésiteront pas à utiliser les femmes d'un village pour leur ouvrir la route dans un champ de mines , de pièger la radio d'un enfant qu'ils enverront sur un poste Russe et d'arroser d'essence deux prisonniers blessés . Comme je l'ai signalé , la Russie produit de nombreux films " fouillés " , ou l'on voit des vétérans verser dans le banditisme à la fin de la seconde guerre , des collaborateurs et des traîtres dans la société Soviètique , mais de temps en temps un film manichéen procure un bain de jouvence intellectuelle .
A cette occasion je tiens à rendre hommage à la chaîne " Paris Première " qui a OSE diffuser le soir du 8 mai " La bataille du rail " de René Clément . Ce film appartient bien sûr à la période " résistancialiste " de l'histoire de France mais en ces pèriodes ou l'on cherche des poux à la SNCF pour les " périodes sombres de notre histoire " , cela mérite d'être signalé et même encouragé !
 "The knowledge of how to organize Soviet-style military parades has been essentially lost. "
 Pavel Felgenhauer - "expert militaire indépendant " ©  à Novaïa gazeta et Jamestown foundation - janvier 2008
 
Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:38
Ou sortir à Marseille ce dimanche 8 mai en fin d'aprés-midi ?
 
Cosaquesoural0001
 
 
 
 
Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 20:18

 

Quelques photos qui vont faire grincer des dents à l'archéo-gôche Marseillaise reprises  du blogue " Voices from Russia " .

 

 

 

04d Bartholomew with Fidel

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 14:20

Christian Bouchet sur le site Vox-Nr fait le point sur les élections présidentielles Péruviennes ou l'un des " nôtres " est sur le point d'accéder à la magistrature suprême . J'en profite pour renouveller toute mon amitiè au " Commandante Humala " qui m' a fait l'honneur de m'accepter parmis ses " amis Facebook " . On pourra écrire tout ce que l'on voudra sur les "amitiés Facebook " mais je considère celles-ci comme un moyen d'établir des contacts avec des personnes avec qui en l'occurence je me sens des affinités intellectuelles et militantes .

La " crise Libyenne " me donnant d'ailleurs l'occasion de " faire le ménage " parmi ces " amitiès " qui se réduisent à une cinquantaine !

Le Commandante  étant francophone , vous pouvez lui envoyer des message de soutien dans la langue de Molière qu'il maîtrise parfaitement . L'occasion aussi de renouveller mes amitès à la militante identitaire et indigéniste Péruvienne Virginia "Vicky" Pelaez qui a accédé à la notoriété me(r)diatique internationale lors de l'" affaire des espions Russes " .[ Lien ] Virginia Pelaez  a été à l'origine de la première célébration des cérémonies de l'Inti Raymi aux EU en 2007 [ 2éme vidéo ]

Comme vous le constaterez , le Commandante est de " gauche " mais d'une " certaine gauche " , celle dont je me réclame et à laquelle appartient - appartenait - bien Fidel Castro !

 

« Mon nationalisme est une lutte contre la globalisation qui va à l’encontre des intérêts nationaux, et dans ce nationalisme peuvent tenir aussi bien les forces de gauche que les forces de droite. Nous ne faisons pas de discrimination idéologique. Au Pérou, la gauche est divisée et ne rassemble pas un grand électorat. Pourtant, moi, je leur ouvre les portes. Et le secteur patronal, national, est maintenant au bord de la faillite à cause du néolibéralisme. Ceux qui se considéraient de droite sont pour le nationalisme. Et nous leur ouvrons aussi les portes. »

 

Ollanta Humala

 

 

Le 10 avril dernier, les péruviens votaient pour élire leur futur président. Si comme on s’y attendait, le candidat populiste « de gauche » Ollanta Humala est arrivé largement en tête avec 31 % des suffrages, la surprise a été créée par la percée du candidat populiste « de droite » Keiko Fujimori (1). Tous les deux ont écrasé les candidats libéraux qui portaient les espoirs du FMI et de la Banque mondiale et ils s’affronteront donc lors d’un second tour en juin prochain. Suite à l’annonce de ces résultats la bourse de Lima a connu une chute de 15 % due, selon l’hebdomadaire la Semana Economica, à « un vent de panique venant des investisseurs locaux et étrangers (…) à cause du résultat probable du 2ème tour où on s’attend à voir triompher Humala. »

Il est vrai que, bien qu’il ait mis récemment beaucoup d’eau dans son vin, Ollanta Humala a tout pour effrayer les nantis, les libéraux et les agents de l’étrangers…

Leader du Parti nationaliste péruvien, il a insisté durant sa campagne sur le fait que le couple présidentiel qu’il formait avec son épouse Nadine Heredia, était le seul à être 100 % péruvien de souche, puisque ses quatre challengers étaient pour deux d’entre eux d’origine étrangère (américano-polonaise et japonaise) et pour les deux autres mariés à des gringas (une franco-belge et une américaine)…

Plus encore Humala, est apparu vêtu en indien à plusieurs reprises lors de meetings, revendiquant ainsi son appartenance au peuple autochtone, alors que la quasi-totalité du monde politique péruvien et de son élite sociale est issue d’une immigration européenne, nord-américaine ou asiatique récente.

Ce faisant, Ollanta Humala n’a pas adopté ce que les journalistes européens ont défini comme un positionnement « populiste de gauche ». Il est tout simplement resté fidèle à l’engagement politique de sa famille.

Un engagement pour le moins surprenant qui se nomme l’ethnocacerisme. Ce néologisme associe la notion d’ethnie – qui doit être comprise comme l’ethnie autochtone des Péruviens, c’est-à-dire les indiens – au nom d’un général-président du pays au XIX° siècle, Andres Avelino Caceres, célèbre pour son nationalisme.

Le Mouvement ethnocacériste péruvien, en tant que tel, a été créé en 1989, par Isaac Humala, par ailleurs fondateur de l’Institut des études ethnogéopolitiques. Cet avocat issus du marxisme a développé une vision de l’histoire et de la géopolitique toute entière basée sur la race. Parmi les quatre qu’il identifie sur terre, il fait ressortir que la seule véritable race prolétaire est la « cuivrée » [ La Raza cosmica ou La Raza de bronce du Mexicain José Vasconcelos - NDLR ]  , celle des amérindiens. Ainsi, le mouvement ethnocacériste milite pour que les peules autochtones des Amérique se libèrent et reprennent leur place dans l’Histoire. Ce qui passe, à ses yeux, pour l’Amérique latine par la création d’une patrie indigène, d’un « nouvel Empire Inca » comprenant des territoires situés aujourd’hui au Pérou, en Bolivie, en Équateur, au Chili et dans une partie de l’Argentine, ce qui réaliserait ainsi partiellement et sur une base ethnique le rêve bolivarien d’une Amérique latine unie.

Isaac Humala, qui se vante d’être un lointain descendant de hauts fonctionnaires de l’Empire Inca eut deux fils, Antauro et Ollanta, a qui il donna la meilleure éducation qu’il soit et qu’il poussa vers le métier des armes, leur inculquant l’idée qu’un jour, par un coup d’État militaire, ils accèderaient à la direction du Pérou et rétabliraient leur race dans ses droits.

En 2000, c’est Ollanta qui passa le premier à l’action en tentant de renverser Alberto Fujimori. Le golpe échoua, mais la destitution de Fujimori en novembre de la même année entraîna sa libération presque immédiate.

En 2004, ce fut au tour d’Antauro. À la tête d’un groupe de militants en armes, il s’empare de la ville d’Andahuaylas d’où il appela les indiens des Andes à la révolte. L’armée et la police réduisirent, au bout de plusieurs jours, l’insurrection et le chef des putschistes fut condamné à vingt-cinq années de prison qu’il purge actuellement.

Ces deux échecs firent réfléchir Ollanta Humala. Il décida de quitter la voie des armes pour celle des urnes. Pour ce faire, il fonda le Parti nationaliste chilien et il se présenta à l’élection présidentielle de 2006. Arrivé en tête au premier tour, il fut battu au second par Alan Garcia, le candidat libéral soutenu par les États-Unis qui avait mené une active campagne de démonisation contre lui en l’accusant pêle-mêle d’être un nazi, un communiste, un va-t-en guerre, etc., qui ne manquerait pas de plonger le Pérou dans le chaos s’il était élu.

Cinq ans se sont écoulés durant lesquels Ollanta Humala a policé son image sans renoncer à ses fondamentaux. Dans le même temps, la politique libérale a montré que si elle profitait à une très petite partie de la population péruvienne, elle contribuait surtout à accentuer la paupérisation des classes sociales moyennes et inférieures, tandis que le patrimoine national était bradé aux trust multinationaux ce qui accentuait la crise économique dans le pays. Tant et si bien que le candidat ethnocaceriste ne fait maintenant plus peur et que son rejet du libéralisme, son désir de nationaliser les succursales locales des grandes sociétés étrangères et sa volonté de donner aux indiens et aux métis, qui constituent la majorité de la population pauvre, un niveau de vie décent, recueillent de plus en plus d’écho.

Dans les barrios péruviens on croise les doigts, et on espére que, fin juin, Evo Morales et Hugo Chavez auront un nouvel allié, et qu’un pays d’Amérique latine de plus aura échappé à la mainmise yankee.

 

 

 

 

 

 Note de la Rédaction : Une liaison routière au travers du Pérou  permettera desormais au Brésil de se " projeter " sur le Pacifique . Ceci explique certainement l'intêret que porte le Brésil aux élections présidentielles Péruviennes et la présence de conseillers en communications de l'ex-Président " Lula " -Luis Fabre et Valdemir Garreta -  dans l'équipe de campagne d' Ollanta Humala .

 

 

 

Pour les hémiplégiques de " drouâte " et pour la paléo-gôche et l'archéo-gôche Française , je les invite à consulter sans tarder " L'empire socialiste des Inkas " de Louis Baudin [ 1928 ] .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 20:22
 
Note de l' Editeur : Bien sûr , cet article est destiné à rendre hommage à Youri Gagarine à l'occasion du 50 éme anniversaire du premier vol habité . J'en profite pour passer un " abraço " chaleureux à un autre Youri , Yuri Botinelly , le fils de mon regretté ami le professeur Teodoro Botinelly . L'histoire de ces deux " Youri  "est lièe : Exilé en URSS en 1966 aprés le coup d' état de 1964 au Brésil , le professeur Teodoro Botinelly rencontre le cosmonaute quelques mois avant son accident tragique et se lie d'amitié avec lui . Il lui fait la promesse de prénommer son premier enfant si c'est un garçon " Youri " . Ce qui fut fait !
Aujourd'hui Yuri Botinelly a aussi suivi la " voie des airs " puisqu'il  est officier parachutiste dans l'Armée Brésilienne .
Une anecdote sur Youri Gagarine : Interviouvant le cosmonaute Soviètique à l'aéroport du Bourget , le journaliste Léon Zitrone fut obligé de  presque se mettre à genoux pour se faufiler vers lui .
L'intrerviouve fut réalisé avec un Léon Zitrone accroupi aux pieds du cosmonaute et lui tendant le micro . Cette scéne provoqua la réaction outrée du " ministre de l'information " - Oui cela a existé en France - de l'époque : " La Télèvision Française - ORTF - est déplorable : Les journalistes s' y mettent à genoux  devant un officier Soviètique ! "
 
 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Kulturkampf
commenter cet article

Liens