la cinematheque

Publié le 8 Juillet 2021

J'ai évoqué dans ces colonnes la disparition de l'acteur Sean CONNERY ainsi que celle de Claude BRASSEUR .

A un moment de leur carrière ils ont su faire vivre devant nos yeux un personnage historique au point que désormais quand on évoque ceux-ci , le Premier Ministre MOSSADEGH , VIDOCQ , le général Robert URQUART c'est l'image de ces acteurs qui nous vient à l'esprit .

Il en sera désormais de même pour l'acteur Russe  Vladimir MENCHOV décédé le 5 juillet 2021 à l'age de 81 ans des suites du COVID-19 qui restera désormais  Gueorgui JOUKOV pour ceux qui ont vu la série télévisée de 2010  " Likvidatsaya " , dont j'ai parlé sur ce blogue ! Ses obsèques se déroulaient aujourd'hui au cimetière de NOVODIVIECHI . 

A la suite de la série il avouera avoir été " phagocyté " par son rôle au point de se mettre en colère pour de bon avec les acteurs incarnant les édiles Odéssites incapables de lutter contre les agissements de la pègre locale et des réseaux stay-behind Bandéristes . ( voir début de la vidéo ci-dessous qui reprend ses apparitions dans la série ) Il a avoué " vivre Joukov " d'autant plus que les uniformes qu'ils portait étaient la réplique exacte des uniformes du maréchal Soviétique et que son pistolet n'était pas une arme factice ! L'une des scènes les plus mystérieuses et ambiguës de la série reste celle où resté seul il met en marche un phonographe et regarde un portrait du Vojd. Le maréchal pense t'il à un coup d'état militaire et à ce qui se passera en 1953 ?( voir video ) 

Il restera aussi l'incarnation physique de l'apparatchik Soviétique dans " Le légendaire N°17 " . Tout comme Pierre BRASSEUR incarnait p-h-y-s-i-q-u-e-m-e-n-t la police et la raison d'état dans " Vidocq " , il E-S-T le régime Soviétique dans le rôle d' Edouard BALACHOV , représentant du comité d'état pour les sports du PCUS .

Vladimir MENCHOV était en position éligible sur la liste " Russie juste " pour les prochaines élections à la Douma. 

" Je suis rentré dans la politique à la recherche de sensations nouvelles .La politique c'est comme le théâtre : On y recrute une troupe et on y distribue les rôles . Pour longtemps . Il faut soit congédier la troupe , soit être contraint d'assister au spectacle " 

 

 

 

Likvidatasaya :  Mort du maréchal Vladimir MENCHOV aka Gueorgui JOUKOV .
Likvidatasaya :  Mort du maréchal Vladimir MENCHOV aka Gueorgui JOUKOV . Likvidatasaya :  Mort du maréchal Vladimir MENCHOV aka Gueorgui JOUKOV .
Likvidatasaya :  Mort du maréchal Vladimir MENCHOV aka Gueorgui JOUKOV .

Nota : Les commentaires de ce blogue sont modérés 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 17 Avril 2021

 

C'est un film particulièrement intéressant dont la diffusion vient de se terminer sur Cine Classics et pourtant il est peut-être le moins connu de la filmographie d'Humphrey BOGART . Si le héros ne meurt pas à la fin on aurait pu même l'appeler " Casablanca - La première partie " ou " Rick en Syrie " . Le courage de Cine Classics est d'autant plus à souligner que ce film a été au programme sur cette chaîne pour sa dernière diffusion le 17 avril 2021 , c'est à dire pour le 75éme anniversaire de l'indépendance de la Syrie du joug colonial Français  le 17 avril 1946 . Cet anniversaire - connu sous le nom de " la journée de l'évacuation " - a d'ailleurs été fêté en grande pompe sur la base Russe de KHMEIMIN .

Ce film est particulièrement intéressant car il se déroule historiquement 17 années avant "Casablanca" et " 20 années avant " Le Port de l'Angoisse " mais il fut tourné 7 années après ce dernier  ! C'est film c'est aussi au delà de l'amourette une Weltanschauung de l'Hollywood du début des années 50 sur l'armée Française qui se bat alors en Indochine . 

L'action comme le titre ne l'indique pas se déroule à DAMAS durant la révolte Druze de 1925 , un sujet que j'ai déjà évoqué sur ce blogue , et il serait presque une illustration du livre " A Damas sous les bombes " d'Alice PULLEAU. Curieusement si le film semble faire parfois référence au travers de quelques une des scènes à l'occupation d'une ville en Europe par les armées Allemandes : Patrouilles Françaises à pied lors d'un couvre-feu ,  convoi de camions précédés de side-cars , prise d'otages parmi la population civile c'est à la guerre d'Algérie qui va commencer dans quatre ans et plus particulièrement à la bataille d'Alger que ce film fait penser !

Le synopsis en est le suivant : 

En 1925, à DAMAS, lors de la Grande Révolte Syrienne  contre le mandat Français  l'américain Harry SMITH pratique la contrebande d'armes à feux avec les rebelles Syriens.

Du côté français, face à la détérioration de la situation, le général LaSalle ( le général Maurice SARRAIL ) ordonne l’exécution de civils en représailles à l'attaque de soldats Français. Le colonel FEROUD  le persuade d'annuler ce plan et entame des négociations avec le chef rebelle l'émir HASSAN ( probablement l'émir Fuad ARSLAN ) . Mais ces dernières échouent.

En collaboration avec le commandant LEON , FEROUD entame alors une enquête afin d'identifier la filière par laquelle les rebelles se ravitaillent afin de remonter à HASSAN . Il interroge différents commerçants susceptibles de pratiquer la contrebande avec les rebelles. Harry fait alors la connaissance de VIOLETTA la maîtresse de FEROUD . Plus tard, il est dénoncé par le spéculateur  BALOUKJIAN . Informé, Harry tente alors de fuir au Caire et emmène avec lui VIOLETTA  qui souhaite elle aussi échapper à FEROUD et quitter la Syrie.

Cependant, Harry manque de se faire capturer par une patrouille française et doit renoncer à son plan d'évasion, ayant perdu son argent dans sa fuite. Sans moyens, il est dénoncé et termine devant le colonel FEROUD qui lui demande son aide en échange de sa vie. Pour échapper à l'exécution, Harry accepte d'aider FEROUD et une rencontre avec HASSAN est organisé.

 

Le premier des éléments à signaler c'est le début du film pour nous en présenter le contexte : Point de texte en surimpression sur un fond mais deux séquences rapides où l'on voit des journalistes rencontrer le chef de la rébellion émir HASSAN puis le général LaSALLE qui mettent en situation le conflit puis un " DAMASCUS 1925 " avec une ville orientale en feu .

Alors pourquoi faire un lien avec la bataille d'ALGER qui se déroulera six ans après la sortie du film ? Tout d'abord à cause de la topographie des lieux où est censée se dérouler une assez grande partie de l'action , de mythiques catacombes Romaines ! La plupart des plans y sont filmés en contre-plongée et on se retrouve dans une "montée " à l'image des rues tortueuses de la Casbah .

 

Sirocco : Il y a 75 ans la Syrie se libérait du joug colonial Français .
La Casbah de DAMAS
La Casbah de DAMASLa Casbah de DAMAS

La Casbah de DAMAS

Ensuite on peut penser aux modus operandi de la résistance Syrienne - un modeste petit vieux qui vend des fleurs - qui pose des grenades dans le restaurant " MOULIN-ROUGE " ou Harry dîne et où il sauvera VIOLETTA .On pense immédiatement aux attentats du " MILK-BAR " ou du " Casino de la Corniche " . Bien sûr rien de tel en Syrie en 1925 mais les scénaristes ont du certainement penser aux actions de la Résistance en France durant la Second Guerre Mondiale contre les Allemands. Enfin ce sont les camions remplis de prisonniers civils les mains sur la tête  encadrés par des militaires qui sont emmenés " pour interrogatoire " . Une scène que l'on reverra dans " Les Centurions " de Mark ROBSON . Le dernier élément c'est un des éléments centraux de ce film : Les livraisons d'armes aux rebelles par Harry qui les dissimule dans ses charrettes d'abricots secs . On pense aussitôt aux trafics qui ont eu lieu sur la côte Algérienne , par exemple à bord du Slovenija .

Le point de vue sur l'armée Française est assez intéressant ! Tout d'abord c'est une armée métissée qui est décrite dans ce film , ce qui était historiquement le cas en Syrie et comme l'a montré un reportage de Life Magazine dans les années 30.

Une superbe scène lorsque le colonel FEROUD tance VIOLETTA après une nouvelle soirée au " MOULIN-ROUGE  " nous fait penser un peu au " Le rôle social de l'officier " de Philippe LYAUTEY . 

" Tu m'as humilié [ en parlant à Harry au restaurant ] Je suis un officier Français et tout ce que je dis et je fais est ausculté par tout le monde . Tu dois te comporter dignement en ma compagnie ." 

Le sommet est atteint lorsque Harry se rend en voiture en compagnie du commandant LEON pour payer à HASSAN la rançon du colonel FEROUD : 

"- C'est quoi l'équivalent chez vous de notre West-Point ? 

- Saint-Cyr ! 

- Vous avez des enfants ?

- Oui , j'ai un fils .

- Et je suppose qu'il suivra les traces de son Père et qu'il ira dans cette école où l'on apprend tout plein de choses du genre " Pour la Patrie * "

* En Français dans le texte .

Je terminerai la critique de ce film par souligner la magnifique interprétation "Levantissime" et " Raminagrobienne " de Zero MOSTEL - mondialement connu pour " Les Producteurs " - dans le rôle du spécu... Marchand BALOUKJIAN qui précipitera la chute de Harry et celle de David BOND - avec son fez et sa paire de lunettes rondes - dans le rôle d'ACHMET , l'aide de camp taciturne au regard de tueur d'émir HASSAN . 

Ce film n'est pas une défense de la résistance Syrienne face aux militaires Français lors de l'insurrection de 1925 , il est finalement neutre puisqu'on peut déceler une critique de la radicalité des insurgés Syriens lors du dialogue entre le colonel FEROUD et HASSAN à la fin du film lorsque le chef Syrien commence par refuser la trêve proposée par FEROUD , mais il a le mérite qu'on en parle en ce jubilé  de l'indépendance Syrienne . On peut se poser la question de savoir si les scénaristes du film ont articulé le narratif sur le rendez-vous entre le colonel FEROUD et émir HASSAN sur les projets de capture des chefs de la rébellion Syrienne par le renseignement militaire Français - la branche que dirige FEROUD dans le film - lors de la révolte de 1925 ? 

[ Article en cours de rédaction ] 

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Avril 2021

Il est disponible sur ce lien : http://gagarinstart.ru/movie/

12 avril 1961 : Знаете, каким он парнем был !
12 avril 1961 : Знаете, каким он парнем был ! 12 avril 1961 : Знаете, каким он парнем был !

Un hommage à mon ami Teodoro Bottinelly de Manaus qui a baptisé son fils " Yuri " en hommage au cosmonaute Soviétique qu'il a rencontré lors de son exil en URSS . 

 

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 1 Avril 2021

Un nouveau grand du cinéma vient de nous quitter le 25 mars dernier  , Bertrand TAVERNIER . Il est toujours difficile de faire le bilan d'une carrière aussi riche et chacun aura à cœur de choisir tel ou tel film selon sa sensibilité ( politique et non pas artistique ) .

Les deux premiers films nous replongent dans le centenaire de la première guerre mondiale . Bertrand TAVERNIER avait toujours manifesté de réaliser une trilogie sur la Première Guerre Mondiale et " Capitaine CONAN " en fut le premier OPUS . 

Le premier c'est " Capitaine CONAN "-1996  avec Philippe TORRETON . et Bernard Le COQ qui interprète avec le même immense talent un lieutenant qu'un général de cette guerre ( Joyeux Noël -2005  ) . L'un des intérêts de ce film qui en possède beaucoup réside dans la (re)découverte d'un front oublié , celui des Balkans et de la genèse des " forces spéciales " . Au delà de la violence , CONAN crée ce mythe que les chefs militaires de ces unités continuent d'entretenir : " Eux - la biffe - ils font la guerre , nous nous la gagnons ! " 

Ce film aborde aussi l' immédiate après guerre qui a fait l'objet récemment d'une exposition au musée des Invalides : La mission BERTHELOT en Roumanie et l'utilisation des troupes non démobilisées pour lutter contre la nouvelle menace , le Bolchevisme . Je retiendrai deux scènes : L'assaut de la " biffe " contre les positions des " Bulgs " sur le Mont SOKOL , tels des animaux allant à l'abattoir , et la violence inhérente aux armées en campagne avec l'attaque contre le music-hall de la ville de garnison et le meurtre de la caissière . La brutalisation des armées en campagne accompagne la brutalisation des combats que ce film évoque avec les " coups de main " de CONAN et ses hommes . Ce film je le considère aussi comme un hommage à un de mes parents , Ernest B. , décédé à l'hôpital militaire de FLORINA . 

L'autre film c'est " La vie et rien d'autre " avec Phillipe NOIRET et Sabine AZÉMA . Ce film nous raconte le traumatisme de l'après-guerre avec la recherche des disparus et nous rappelle que nos chefs politiques et militaires ont tout fait dans un premier temps pour empêcher de rendre les dépouilles des soldats tombés à leurs familles au prétexte que ces militaires n'étaient pas des ... Civils et devaient donc être inhumés dans une nécropole nationale .

Ce sujet est particulièrement d'actualité alors que des députés et des sénateurs veulent obliger les communes à entretenir la tombe des militaires " morts pour la France " . Il faut ici leur rappeler que ces dépouilles ont été ramenées dans une sépulture privée - le cimetière communal - à l'initiative des familles des militaires tombés et que donc ces dépouilles sont " privées " et non plus " propriété de l'état " comme sont celles qui reposent dans une nécropole nationale .Dans ce film dense je retiendrai une réplique - vipérine - du commandant DELAPLANE à Irène de COURTIL alors qu'ils visitent une usine qui semble détruite : " Regardez cette usine , elle semble détruite mais il suffit de nettoyer les débris et de remettre des carreaux pour qu'elle recommence à produire pour ses propriétaires ! " 

Vient ensuite " Coup de torchon " -1981 qui est une description vipérine de l'Ômpire™©  et de ses " rednecks coloniaux  " qui le peuplaient à la veille de la Seconde Guerre Mondiale . Il aurait pu aussi très bien figurer dans les articles que je consacre à cette période et lorsqu'on le regarde l'odeur et le gout du Picon-Bière™ viennent à notre rencontre , s'échappant de l'écran tant il semble criant de vérité .

Le dernier film c'est enfin " Quai d'Orsay "-2013  

Là aussi il s'agit d'une description au vitriol de ce qui est devenu un " Département d'Etat " à la Française avec ses conseillers néo-cons comme Philippe ERRERA ou Nicolas ROCHE . C'est à eux que je pense chaque fois que je regarde le comédien Niels ARESTRUP dans le rôle du DirCab Claude MAUPAS . Le rôle du MAE Alexandre TAILLARD de WORMS interprété par l'excellent et ridiculissime Thierry LHERMITTE semble toutefois en décalage avec l'actuel MAE , MilliTalleyrand aka Le roquet Breton

Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins . Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins .
Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins . Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins .
Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins .
Bertrand TAVERNIER : Le capitaine CONAN et le commandant DELAPLANE sont orphelins .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Février 2021

Au delà du débat historique ce film présente de superbes images d' Action Contre la Terre ( ACT ) de la part de la Marine Impériale Russe lors des combats dans la Baltique : Utilisation d'un câble immergé avec les forces terrestres et appui-feu .

Une preuve - historique - de plus que la Russie Impériale n'était pas en retard ni en matière de doctrine , ni en matière de matériel . Dans " Au service de la France " , Raymond POINCARÉ fait le compte-rendu d'une de ses visites en Russie où justement il note l'utilisation de la téléphonie pour le réglage des tirs d'artillerie durant des manœuvres ( terrestres ) .

Un film fondateur dans la mesure où il est il est une réhabilitation semi-officielle de l'action de l'amiral Alexandre KOLTCHACK qui fut aussi un grand explorateur polaire Russe, contribuant à l'expertise Russo-Soviétique dans ce domaine . Sa famille contribue toujours à l'excellence Russe dans ce domaine , " Bon Sang ne saurait mentir ! " 

7 Février 1920 - 7 février 2020 : L'AMIRAL ! 7 Février 1920 - 7 février 2020 : L'AMIRAL !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 15 Janvier 2021

L'actualité et la fiction se télescopent parfois de manière incongrue . C'est ce qu'avait noté cet article paru en aout 2020 aux Etats-Unis .

Paramount Channel rediffuse en ce moment la série " Mission Impossible " depuis ses premiers épisodes du milieu des années 60. L'un des tout premiers épisodes " Wheels " " Elections à Valeria " se déroule dans une république - bananière - d'Amérique du Sud , la république de Valeria , où l'équipe de l' IMF doit empêcher le trucage des élections par le méchant " Parti Nationaliste " au détriment du " Parti de la Liberté " . Ce trucage se fait par la modifications de roues dentées dans un systéme de machines à voter électro-mécaniques d'où le titre Anglo-Saxon de l'épisode . La mission des agents de l'IMF est de remettre des roues correctes afin d'empêcher la fraude orchestrée par ce méchant " Parti Nationaliste " . Toute ressemblance avec l'actualité récente serait de la médisance ...

Ces machines à voter ont été au centre de l'intrigue - on apelle ça un " MacGuffin " -  d'un épisode d'une autre série diffusée par Paramount Channel avant les vacances de fin d'année ; Super-Jaimie .  Dix années après l'équipe de Mission Impossible en Amérique du Sud Jaimie SOMMERS doit apporter la démocratie en Afrique dans l'épisode " African connection " " La filière Africaine " en y empêchant le trucage des élections , toujours par des machines à voter . La technologie a toutefois évolué en 10 années et l'on passe d'un systéme électro-mécanique à un système électronique : Jaimie SOMMERS est envoyé en Afrique en compagnie d'un expert qui doit s'assurer qu'un dictateur ne pourra pas truquer des élections afin de garder le pouvoir. Tout semble en ordre avec l'ordinateur prévu pour comptabiliser le vote, mais une indigène révèle à Jaimie l'existence d'une carte  électronique que détient le dictateur et qui va falsifier les résultats de l'élection . Elle réussira bien sûr sa mission qui consite à remettre une carte électronique " démocratique" dans le coffre-fort du dictateur ! 

Il ne reste plus donc qu'à réaliser une troisième fiction : Le trucage d'une élection présidentielle au moyen d'un logiciel piraté dans une machine à voter informatique  ! Le tout est de trouver après l'Amérique du Sud et l'Afrique une république bananière qui servira de toile de fond à ces élections que l'on veut truquer ...

Nota : La série " Super Jaimie " met en scéne aussi pour la première fois à l'écran et à la télevision une attaque informatique sur des réseaux gouvernementaux - ceux de l' OSI - par un groupe de " hackers " étudiants . Nous sommes alors en 1976 .

 

Mission Impossible : Elections dans une "république bananière"©™  !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Décembre 2020

Il avait l'habitude de dire " Il n'y pas de grands acteurs , il n' y a que de grands rôles ". C'est à deux de ses grands rôles que je pense .

Eugène-François VIDOCQ bien sûr dans la série éponyme qui a contribué à sa célébrité et qui a commencé à m'intéresser aux questions de sécurité ( eh wi ! ) mais aussi à un autre plus méconnu : Celui du Dr. Mohammed MOSSADEGHr. dans le téléfilm en deux parties " SOROYA " de 2003. Un rôle quasi-inconnu de la plupart de ceux qui lui rendent hommage et pourtant c'est celui où son talent explose et qui m'est revenu en premier . J'avoue que j'ai été alors " scotché " par son interprétation et cela se comprend à l'aune de l'interviouve qui a alors donné à La Depeche.fr

En quelques mots on est plongé dans la géopolitique actuelle , celle de l'époque étant l'invasion de l'Irak qu'il évoque . Signalons que la co-production est Italienne et évoque bien sûr  les pourparlers du Shah Rezah PAHLAVI avec Enrico MATTEÏ

A la fin du téléfilm on en était à regretter l'absence d'un spin-off lui aussi en deux parties : " MOSSADEGH " . 

L'histoire de Soraya vous intéressait ?

Claude Brasseur : "J'ai surtout trouvé le personnage de Mossadegh passionnant. D'un côté, il y a les diamants et les fourrures, mais de l'autre, il y a la politique, et Mossadegh ! J'ai coutume de dire qu'il n'y a pas de grands acteurs, il y a de grands rôles. C'est une chance d'interpréter un personnage comme ça !"

Pour vous, c'est un patriote ?

"Oui, il a l'amour de son pays, et ne supporte pas que d'autres nations pillent ses richesses. Voilà pourquoi il veut nationaliser le pétrole, que se sont approprié les Anglais. En m'intéressant à ce personnage et à cette histoire de pétrole, j'ai eu l'impression de vivre ce qui se passe aujourd'hui en Irak : quand on voit ce que les États-Unis font actuellement, c'est une histoire de gangsters !

Que des nations viennent aider l'Iran et qu'en apportant leur technologie, elle en profite un peu, d'accord. Mais pas 90 % !"

Des photos du film se trouvent sur ce lien : https://www.ivid.it/foto/programma/2003/soraya/claude-brasseur-anna-valle-mathilda-may-erol-sander-50123.html

D' Alain JUPPÉ on - François HOLLANDE - a pu dire qu' " il incarnait physiquement l'impôt " , on peut dire de Claude BRASSEUR dans VIDOCQ sans offenser sa mémoire qu' " il incarnait physiquement la police et la raison d'état !" 

 

 

Claude BRASSEUR et ses deux grands rôles  : MOSSADEGH et VIDOCQ !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Décembre 2020

C'est une nécrologie que j'avais voulu publier il y a déjà un mois mais que des contraintes personnes personnelles, de temps et d'actualité ont retardé .

J'avais déjà évoqué dans les colonnes de blogue la mémoire de Jean ROCHEFORT au travers de ses rôles de militaires .

C'est une démarche semblable que j'entreprends de manière modeste avec Sean CONNERY . Jouer un rôle militaire est certainement l'un des rôles de composition les plus difficiles si l'on veut échapper aux stéréotypes du genre , à la sycophantie gauchiste ou au panégyrique militariste . C'est d'autant plus difficile lorsque ce personnage est un personnage historique : Le rôle du général de GAULLE est un cas d'espèce .

Sean CONNERY a interprété trois grands rôles de militaires dont l'un a été un personnage historique , le général Robert " Roy " URQUHART qui a commandé la 1ére Division Aéroportée Britannique lors de l'opération aéroportée " Market Garden " sur ARNHEM et les ponts du Rhin du 17 au 25 septembre 1944 .

Il existe un fil conducteur à ces trois rôles de militaires : Ce sont des militaires en rébellion contre l'institution militaire puisque l'un deux est un militaire condamné au bagne , le troisième déserte son pays et le second est un officier général qui critique les décisions de ses chefs .

Le premier rôle est celui  de Joe ROBERTS dans " La colline des hommes perdus " - " The Hill " de Sidney LUMET en 1965 .  L'action se déroule dans un " Biribi " Britannique en 1942 dans le désert de Libye . Sean CONNERY et quatre de ses camarades y sont envoyés pour avoir volé ou refusé de se battre , Sean CONNERY en cognant sur son supérieur . Il s' y opposera dans le cadre d'une révolte à la cruauté de ses geôliers . Le genre de film de guerre devient celui où des militaires d'un même camp s'affrontent au lieu d'affronter un adversaire d'une autre armée pour faire prévaloir la justice face à l'arbitraire . L’idée d’adapter La Colline des hommes perdus (1965) vient de Sean CONNERY lui même qui venait de tourner trois "James BOND "  et souhaitait ne pas se trouver enfermer dans ce rôle, c’est pourquoi il a proposé l’idée à Sidney LUMET . Le nom du film vient d'une colline de sable au milieu du fortin que les détenus sont obligés de gravir à titre de châtiment  . C'est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands films antimilitaristes avec " Les sentiers de la gloire " avec en particulier les images des visages des géôliers hurlants filmés en contre plongée ( voir le second plan de l'affiche du film ) . L'aspect le plus subversif de ce film provient bien du fait qu'au lieu de combattre unis l'ennemi comme le voudrait la morale militaire et patriotique , ces militaires s'affrontent jusqu'à la mort au sein du même camp .  

 

Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !
Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat ! Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !

 

Le second film est " Un pont trop loin " ( 1977 ) de Richard ATTENBOUROUGH . C'est le film de guerre " classique " de cette époque , tout à fait dans la lignée de " La bataille de MIDWAY " ( 1976 ) . Comme toute les productions de cette veine il regroupe une pléiade de stars qui font - il faut le signaler - l'immense effort de rester dans le rôle du personnage historique qu'ils incarnent tout en y ajoutant leur talent mais aussi l'interprétation qu'a le réalisateur de cette bataille . Richard ATTENBOUROUGH est en effet connu pour avoir été un pacifiste et ce film qui décrit une défaite , ou une " non-victoire " , le laisse clairement transparaître . Aux côtés de Sean CONNERY je signalerai l'immense Gene HACKMAN dans le rôle du général Polonais Stanislaw SOSABOWSKI et sa tirade " Que Dieu bénisse le général MONTGOMERY " au moment où il saute en parachute , à interpréter de manière ironique bien sûr .

Sean CONNERY y interprète le rôle du général Robert " Roy " URQUHART qui d'officier d'Etat-Major devient officier commandant de troupes sur le terrain et apprend le saut en parachute . Tout comme le rôle joué par Gene HACKMAN  , Sean CONNERY y joue un officier général proche de ses hommes sur le terrain très critique des plans de l'Etat-Major et ce dés la planification de l'opération où il s'aperçoit que la drop-zone qui est allouée à la 1ére DA se situe en dehors de la photographie de préparation . Au delà des scènes d'action où il est traqué dans ARNEHM au cours d'une tentative de liaison avec des unités parachutées en ville , je retiendrai ses allusions à son Ecossité lorsqu'il dit que " Dieu doit être Ecossais " ou quand il voit l'évacuation des positions sur le Rhin comme " une cornemuse qui se dégonfle " . Ce qui marque le film ce sont bien ses critiques répétées contre ses supérieurs et en particulier la scène finale avec ce dialogue vipérin qui résume assez bien son interprétation :

Lt. General Frederick "Boy" BROWNING ( Dirk BOGARDE ) : "They've got a bed for you upstairs, if you want it. "

Major General URUQUART ( Sean CONNERY )  : " I took 10,000 of our finest troops to Arnhem; I've come back with less than 2,000. I don't feel much like sleeping ! "

Certains critiques ont jugé Sean CONNERY " peu convaincant " dans ce film ! Peut-être justement car il se fait le porte-parole des jugements portés par les historiens - militaires - sur la planification et l'exécution de cette opération militaire que le véritable général URUQUART n'aurait jamais osé formuler . Mais n'est ce pas aussi là le rôle d'un grand film de guerre historique et le talent d'un acteur ? 

Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !
Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat ! Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !
Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !

Le troisième film c'est bien sûr " A la poursuite d'Octobre rouge " ( 1990 ) de John Mc TIERNAN où il incarne le rôle du commandant Marko RAMIUS . Si dans les deux films précédents Sean CONNERY interprétait un militaire en rébellion ou un officier général critique de ses supérieurs , il incarne dans ce film le tabou suprême dans le monde militaire : Un militaire qui déserte et qui " passe à l'ennemi " , avec une arme secrète qui plus est ! La boucle est bouclée . C'est bien sûr un tabou qui transcende les clivages politiques et les pays et le fait que ce traître - y compris pour la "bonne cause " - soit un officier Soviétique n'est pas le plus important ! 

Le journal Kommersant a d'ailleurs consacré un article à ce film lors du décès de Sean CONNERY . Il y relate comment l'ex-officier Valery SABLINE a essayé le 8 novembre 1975  de s'emparer d'un navire de la flotte de la Baltique , la frégate Storjevoï  qui est devenue le Potemkine du Tsar rouge BREJNEV , afin de " restaurer le vrai Communisme " en URSS en ... Désertant à l'ennemi . Les parallèles avec le film " A la poursuite ... " existent sauf qu' à la fin de la vraie histoire Valéry SABLINE fut fusillé . La morale - militaire - est restée sauve ! 

  

Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !
Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat ! Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !

Avec son immense talent Sean CONNERY a su interpréter de manière critique ces rôles de militaires et plus que de nombreux ouvrages il a su nous amener à nous interroger sur l'institution militaire . Il a su aussi interpréter l'immense de rôle du " moine des Lumières " , le frère Franciscain Guillaume de BASKERVILLE ,  dans le film " Le nom de la rose " ( 1986 ) de Jean-Jacques ANNAUD. Tout comme il a critiqué l'institution militaire aux travers de ses interprétations de militaires , son rôle dans ce film est critique de l'institution Eglise Catholique mais il nous amène à considérer que si cette institution a connu ses heures sombres avec l'Inquisition elle est source de libertés avec ses clercs qu'il cite . Dans ce film il rencontre l'immense Michael LONSDALE qui nous a aussi quitté quelques jours avant Sean CONNERY  le 21 septembre 2020 et qui porta sur ses épaules le rôle de Frère LUC dans " Des hommes et des dieux " ( 2010 ).

Quels immenses talents humains nous ont quittés cette année et combien ils ont bien servi le 7éme art , l'institution militaire et l'Eglise Catholique ...

Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat ! Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !
Sean CONNERY . Profession : Moine-soldat !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Novembre 2020

Les années passent et le souvenir s'estompe au profit de la " mêmouâre " qui remplace de plus en plus l'histoire et sutout l' Histoire .

Une constatation d'autant plus vraie que l'opus dont vient de nous gratifier France 2 ces deux dernières semaine relève de la caricature de caricature :  Même L'Immonde si prompt de lancer de louanges sur ce type de diarrhées télévisuelles est obligé de se distancier de cette production .

A cet article vipérin je rajouterai la fatigue de voir un Samuel LABARTHE se dandiner la tête et pincer la bouche en cul de poule devant un micro ou au cours d'un repas en brâmant " La VRÔNZE ! " ( zôvrônzais ! ) à un moment où elle est devenue plus que jamais la Vrounze de Louis Ferdinand CÉLINE ! La photo choisie par Thomas SOTINEL est à ce titre particulièrement explicite pour illustrer  ce cabotinage .

 Que dire aussi de ces réflexions spiritualo-Catholicistes qui ponctuent les rencontres entre Mongénéral et l'amiral Georges Thierry D'ARGENLIEU ou des exercices d'extension des doigts des mains pour Parkinsoniens au stade terminal d'André MALRAUX  ? 

On regrettera bien sûr ici Lambert WILSON et même Bernard  FARCY qui ont réussi de véritables biopics en se " fondant " dans le personnage de Mai 1940 .

Notons que TCM Cinema a eu le courage de diffuser dans la nuit du 8 novembre 2020 au 9 novembre 2020 le film " Chacal " où il est interprété par Adrien CAYLA-LEGRAND ! ( voir dernière photo ) 

Sur le plan politique on retiendra l'article de Süddeutsche Zeitung qui nous dit qu' " Il est temps d'enterrer de Gaulle ! " Il souligne l'incapacité du modèle d'état Napoléo-deGaullien à faire face à des crises comme celles du Coronavirus . On ne peut qu'adhérer à cette conclusion , j'en ai assez parlé sur ce blogue , même si les éditoriaux d'Outre-Rhin ne sont pas dénués de sous-entendus . 

 

 

Il y a cinquante ans : Bal tragique à Colombey .Il y a cinquante ans : Bal tragique à Colombey .
Il y a cinquante ans : Bal tragique à Colombey .
Il y a cinquante ans : Bal tragique à Colombey .
Il y a cinquante ans : Bal tragique à Colombey .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 18 Juin 2020

Cet appel est célèbre pour figurer dans  le film " La fille du puisatier " .

Le tournage de ce film , effectué à La Treille et à Salon de Provence dans les bouches du Rhône , a commencé le 20 mai 1940 et s'est interrompu fin juin 1940 . Il a repris le 13 août 1940 pour se terminer en novembre 1940 . Son scénario initial a donc été modifié en permanence en fonction de l'actualité et ce film a intégré les " événements " survenus en France depuis le 10 mai 1940 alors que son scénario date date d'octobre 1939 . Dans ce scénario c'est la France et l'Angleterre qui étaient vainqueurs ..Ce film est aussi un magnifique témoignage sur la région de Salon de Provence au début de la guerre , il y a 80 ans , et il est particulièrement d'actualité avec  une réflexion profonde sur la notion de filiation à l'époque de la PMA et de la GPA . C'est aussi une réflexion sur la France national-plébéienne et la France bourgeoise face au drame de 1940 

Au cours des années 60 , le discours du Maréchal Philippe PÉTAIN fut censuré lors des diffusions de ce film à la télévision . Un fait peu connu concerne la collaboration des autorités militaires Françaises à la réalisation de ce film . Que ce soit pour la fournitures des pellicules ou jusque dans l'écriture du scénario . La plupart des comédiens , dont FERNANDEL  , étant mobilisables des dérogations furent demandées et obtenues . Le Service Cinématographique des Armées - S.C.A. - suggéra même un nom à consonance Italienne " AMORETTI " pour le puisatier joué par RAIMU : Il s'agissait d'amadouer la diplomatie Italienne et en particulier Benito MUSSOLINI . Les pourparlers parlaient même de " favoriser un rapprochement Franco-Italien " au travers de ce patronyme *. Le rapprochement Franco-Allemand ayant été suggéré pour le scénario de " Alerte en Méditerranée " soit-dit en passant . 

* "PAGNOL inconnu" de Jean-Jacques JELOL-BLANC 
Pascal Amoretti : « Alors, Monsieur Mazel, nous avons perdu la guerre ? »
André Mazel : « Je ne sais pas, Pascal, je ne comprends pas... Je ne comprends pas... »
Marie Mazel : « Moi, je comprends que notre fils est mort pour rien !... »
Patricia Amoretti : « Non Madame, non ce n’est pas vrai ! La France est battue, mais si tous ces hommes revenaient demain, tous sans exception. S'ils revenaient vaincus, joyeux et bien portants en chantant des chansons de route, il n'y aurait plus de France. Et même on pourrait dire que la France n'était pas une patrie. Ils n'ont pas sauvé la France, mais ils l'ont prouvé : les morts des batailles perdues sont la raison de vivre des vaincus !... 
»

 

VERBATIM : La fille du puisatier et les 80 ans de l'appel du 17 juin .
VERBATIM : La fille du puisatier et les 80 ans de l'appel du 17 juin .
VERBATIM : La fille du puisatier et les 80 ans de l'appel du 17 juin . VERBATIM : La fille du puisatier et les 80 ans de l'appel du 17 juin . VERBATIM : La fille du puisatier et les 80 ans de l'appel du 17 juin .

Voir les commentaires

Repost0