la russie dans le monde

Publié le 4 Décembre 2011

La Russie est prête à coopérer avec la Communauté des Etats Latino-Américains et Caraïbes, a déclaré dimanche le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch.

Le sommet de la Communauté des Etats latino-américains et caraïbes (CELAC) a eu lieu les 2 - 3 décembre à Caracas, ayant regroupé tous les Etats de l'Amérique Latine et des Caraïbes, informe ITAR-TASS.

"Moscou salue cet acte remarquable de nos partenaires latino-américains qui témoigne une nouvelle fois de l'attachement des Etats et des peuples de l'Amérique Latine à l'unité et à la consolidation de leur identité", a dit le diplomate Russe.

"L'édification d'une nouvelle structure de l'intégration s'inscrit dans le droit fil de la formation d'un monde polycentrique et du renforcement du rôle des régions dans le système de la gouvernance globale, ce qui va dans l'intérêt de l'ensemble de la communauté internationale", a-t-il constaté.

"La Russie coopère activement avec les unions régionales en Amérique Latine et est prête à nouer des liens mutuellement utiles avec CELAC qui favoriseront le développement de nos pays et peuples, nous en sommes certains", a assuré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

 

 

Source : Voix de la Russie

 

Rappel : Politique étrangère Russe : Le programme et les recommandations de Serguei Lavrov .

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-politique-etrangere-russe-le-programme-et-les-recommandations-de-serguei-lavrov-50324310.html

 

Amérique latine

 

- Utiliser et  renforcer l'autonomisation  de la politique étrangère de l'Amérique latine et des Caraïbes 

 

-Utiliser  les structures de la coopération régionale pour la promotion à long terme des intérêts Russes dans la région en vue de la construction d'un partenariat stratégique avec les principaux pays de l'ALC .  En particulier développer  la coopération politique avec les organisations d'intégration régionale en Amérique Latine [ Groupe de Rio, UNASUR, le MERCOSUR,  la CARICOM, SICA, ALBA, ALADI ]  afin de fournir une base à long terme destinée à renforcer la présence de la Fédération de Russie dans la région , la promotion des intérêts Russes [ Adieu la défunte Doctrine de Monroe- NDLR ]

- Travailler avec les pays d'Amérique latine sur une base bilatérale pour la participation Russe dans les projets de développement de l'énergie nucléaire;

- Promouvoir en Amérique Latine et les Caraïbes la vente d'armes Russes et de matériel militaire en utilisant leur intérêt qui réduit  la dépendancevis à vis des fournisseurs traditionnels, en particulier les États-Unis .

- Donner la priorité à la mise en place de la coopération militaro-industrielle avec l'Argentine, le Brésil et le Venezuela .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 28 Novembre 2011

Alors que le MAE Syrien M .Walid Mouallem  vient d'annoncer le rôle de médiateur que pourrait jouer la Russie dans la " crise Syrienne " , deux aspects de la diplomatie Russe vis à vis de la Syrie : .[ lien ]

- L'annonce de l'arrivée au printemps d'une escadre  Russe dans le port de Tartous. [ lien ]

 Ce qui suppose , notons-le , que les analystes Russes estiment que le régime de Bachar Al-Assad " passera l'hiver " .

 

 -La diplomatie de l'Eglise Orthodoxe Russe en Syrie analysée par Antoine SFEIR .[ lien ]  

 

Peu ou prou , on retrouve des " constantes " du XIXéme siècle sur la " Question d'Orient " et l'apparition des lignes de fractures préliminaires à la Guerre de Crimée : France , Angleterre et Turquie face à la  Russie .

 

Bibliographie conseillée :

 

- François Thual, Géopolitique de l'Orthodoxie, Paris, Dunod, Collection « RIS », 1993

- Steven Merritt Miner - Stalin's Holy War: Religion, Nationalism, and Alliance Politics, 1941-1945

 

Vous comprendrez que j'ai pris un trés grand plaisir à mettre côte à côte ces deux photos ! C'est ,quelque part , ma " vision du monde " ...

La Russie a fait de la chrétienté d'Orient une diplomatie parallèlle.

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 12 Septembre 2011

Il est toujours difficile de définir les " intérêts vitaux " - core interests - d'un état . Dans le cas de la Russie ceux-ci s'esquissent peu à peu au travers des crises .

En août 2008 , la Russie déclenche une opération militaire en Géorgie après le massacre de populations civiles Ossétes russophiles et russophones par l'armée Géorgienne . C'est la première fois que les chefs politiques Russes marquent ainsi de manière claire la ligne à ne pas franchir , ceci à la suite de prés de 20 ans d'érosion de la sphére d'influence Russe en Eurasie .

 

Sans préjuger du futur , la position actuelle de la diplomatie Russe sur la question d'une résolution à l'ONU concernant la Syrie semble être la deuxième borne destinée à marquer ces " intérêts vitaux "   .

La position Russe sur la résolution 1973 concernant la Libye a été plus que brouillonne : Non utilisation du droit de veto au CS de l'ONU , critique de l'intervention militaire Occidentale , reconnaissance précipitée du CNT [ la Russie aurait pu attendre comme le Brésil la réunion en séance plénière pour ce faire ] et aujourd'hui affairisme mercantile  .

Cette attitude pusilanime de la diplomatie Russe n'était peut-être que la traduction in fine de la position de la Libye dans la sphère des intérêts Russes : Dans la  " zone floue "  ! [ lien ]

Pour la Syrie il semble en aller tout autrement .

Au delà des relations personnelles entre Bachar al-Assad et Dmitri Medvedev , les deux chefs d'état se sont rencontrés en mai 2010 , ce sont les " intérêts vitaux " de la Russie au Proche-Orient qui pouraient expliquer  la position Russe sur le dossier de sanctions à adopter contre la Syrie . Niés par Vladimir Poutine lors de sa dernière visite à Paris , ils existent pourtant : Possibilité d'un stationnement naval en Mediterranée orientale , situation stratégique de la Syrie sur l'isthme entre la Mediterranée et le Golfe Persique , marché pour le complexe militaro-industriel Russe , ...

 

 

Aprés avoir renvoyé M. Juppé à ses études , c'est aujourd'hui David Cameron qui vient de se voir signifier un fin de non recevoir à une condamnation unilatérale de la Syrie et à la mise en place de sanctions . Qu'il le veuille ou non , c'est  l'existence de ces intérêts que doit intégrer M.Valero -  porte-parole et directeur de la communication du Ministère des Affaires Étrangères- au lieu de vibrillonner , de bomber le torse et d'enchaîner es déclarations sur un ton comminatoire  !

 

MOSCOU, 12 septembre - RIA Novosti

La Russie n'est prête à soutenir une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie que si elle est adressée à toutes les parties en conflit, a annoncé lundi le président russe Dmitri Medvedev au terme des négociations avec le premier ministre britannique David Cameron.

Lors d'une conférence de presse, le chef de l'Etat russe a indiqué que la Syrie avait été au centre de son entretien avec le chef du gouvernement britannique, les divergences sur ce sujet  n'ayant pas été surmontées.

 

Dessiner une ligne dans le sable. Une vieille métaphore. Banque d'images - 939846

 

 

 

"Ces divergences ne sont pas dramatiques, mais elles existent. La position russe est que la résolution sur la Syrie doit être sévère, mais en même temps équilibrée et adressée tant aux autorités officielles dirigées par Bachar al-Assad qu'à l'opposition", a déclaré le président russe.

"Ce n'est que dans ce cas que cette résolution aura une chance de réussir", a souligné le chef de l'Etat russe.

Il a ajouté que la résolution ne devait pas impliquer le recours automatique aux sanctions.

"Vu le nombre de sanctions imposées par l'Union européenne et les Etats-Unis, une pression supplémentaire serait absolument inutile", a souligné Dmitri Medvedev

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 4 Décembre 2010

Conférence de Xavier Moreau au monastère Danilovski de Moscou, siège de l'Eglise orthodoxe, le 24 novembre 2010.
J'en profite pour vous signaler un événement qui s'est tenu ... vendredi dernier et que j'ai oubliè de relater en raison de mes analyses des cablegates .
Amitié France-Russie un passé, un présent, un avenir 

organisé par l'Institut Aristote qui s'est tenu dans les locaux de L'Institut de la Démocratie et de la Coopération

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 15 Octobre 2010

Le développement spectaculaire du nucléaire Russe à l'international se poursuit avec une première du genre , à savoir la construction d'une centrale nucléaire Russe sur le continent Sud-Americain : Au cours de la visite que le président Vénézuelien Hugo Chavez effectue en Russie , un accord a été conclu avec la société Russe Rosatom pour la construction d'une centrale nucléaire au Venezuela . [ 1 ]

Le projet prevoit la construction de deux réacteurs d'une puissance de  1200 Mw chacun .

L'accord prévoit égalemment la construction d'un réacteur de recherche destiné à la production de radio-isotopes ppur la médecine , l'agriculture destinés au marché Latino-Américain , ce qui ferait du Venezuela le troisième centre de production commerciale sur le contionent de radio-isotopes après l'Argentine et le Brésil qui visent aussi ce crénau . [ 8 ]

Cette accord traduit la volonté du gouvernement Venezuelien de rechercher une diversification énergetique pour l'aprés-pétrole alors qu'une sécheresse qui a frappé le pays à reduit cette année la production des centrales hydroélectriques du bassin de Guri et de la rivière Caroní menant à des coupures répétitives de la founiture d'énergie électrique à la population . [ 2 ]

La construction de cette  centrale nucléaire créera les conditions des bases d'une véritable sécurité énergetique au Venezuela  . La puissance  combinée des deux réacteurs - 2400 Mw - représenterait pratiquement le quart de la puissance installée de la centrale hydroélectrique Simon Bolivar de Guri - 10 235 Mw - qui fournit pratiquement les 3/4 - 73% - de l'énergie électrique consommée au Venezuela .

L'ensemble de la puissance hydroélectrique installée approche 20 000 Mw .

Du côté Russe , cet accord avec le Venezuela rentre parfaitement dans le cadre des recommandations du MAE Serguei Lavrov sur l'utilisation des accords liès à l'industrie nucléaire pour accroitre l'influence de la Russie dans la région . [ 3 ]

"L'augmentation de la part de la Russie dans le secteur énergetique Venezuelien "préconnisée par ce document se traduit aussi par la prise de participation de la société Russe Rosneft dans une raffinerie Vénezuelienne  [ 6 ] et par la présence de Gazprom qui a été invité au développement du secteur gazier Vénezuelien . [ 7 ]

Le Venezuela disposerait de réserves d'Uranium qui seraient - selon certaines sources - explorées avec l'aide de spécialistes Russes depuis plus d'un an .[ 4 ]  A terme , et selon les découvertes qui seraient faites ,  le Venezuela pourrait non seulement satisfaire ses propres besoins nationaux mais aussi exporter de l'Uranium . Dans un contexte de demande croissante du combustible nucléaire dans les prochaines années , ces exportations pourraient servir à augmenter les réserves controlées par des sociétés Russes .

  Comme de bien entendu , le " Grand Frère du Nord " a aussitôt réagi à cette percée Russe en Amérique Latine en assurant que cet accord serait " surveillé de très près " ! [ 9 ]

  Le Président Medvedev qui a souligné la contribution du projet Russe à la sécurité énergetique du Venezuela a aussi rejetté par avance toute critique :

"Le président Chavez a dit que la signature de cet accord provoquerait des réactions différentes dans le monde, et en la matière je voudrais souligner que nos intentions sont absolument claires et transparentes: ce que nous voulons, c'est l'indépendance énergétique du Venezuela" [ 10 ]

 

L'autre aspect qui peut parraître anecdotique - mais qui ne l'est pas - et qui donne un parfum neo-Soviétique à cette visite est l'accord conclu sur des investissements Russe dans la production bananière au Venezuela .

Le président Russe Dmitri Medvedev a déclaré vendredi entrevoir de belles perspectives de coopération avec le Venezuela dans le domaine de l'agriculture, notamment dans la culture des bananes, rapporte le service de presse du Kremlin.[ 5 ]

"Quant aux perspectives de coopération dans le domaine de l'agriculture, elles sont effectivement excellentes", a indiqué M.Medvedev lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec son homologue vénézuélien Hugo Chavez, en visite à Moscou.

"Des investissements dans la production de bananes et d'autres cultures au Venezuela peuvent se chiffrer par millions, voire par centaines de millions de dollars et créer bon nombre d'emplois", a-t-il ajouté .

La coopération dans le domaine agricole est aussi évoquée dans le document émis par Sergueï Lavrov qui devient ainsi le document normatif de référence pour analyser les relations internationales de la Russie lorsque des nouvelles peuvent paraître " surprenantes "ou " insolites " .

 

Les consommateurs Russes ayant un pouvoir d'achat de plus en plus élevé se tournent vers un mode de consoMmation occidental caractérisé par exemple par la consommation de fruits exotiques tout au long de l'année . Ce qui a constitué pour les chefs politiques Soviétiques un goulot d'étranglement - satisfaire les attentes des consommateurs - semble être pris au sérieux au plus haut niveau par les chefs politiques Russes .

Le Premier Ministre Vladimir Poutine a ainsI innauguré au mois de mars dernier une ligne directe avec l'Equateur - ECUBEX - pour l'approvisionnement tout au long de l'année de la Russie en fruits tropicaux en provenance d'Amerique Latine [ 5 ] . Pour les états d'Amerique Latine , la perspective d'un approvisionnement régulier vers une nouvelle destination commerciale est des plus interréssante dans le contexte d'un marché mondial spot qui désavantage souvent les producteurs .

Philip Crowley , le porte parole du Departement d'Etat qui a évoqué l'accord nucléaire conclu entre la Russie et le Venezuela , ne s'est livré à aucun commentaire sur ces projets d'investissement Russes .

 

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia, Venezuela sign agreement on nuclear power station construction-

[ 2 ] Drought may cut Venezuela dam's power output in May - Depêche Reuters du 12 mai 2010 .

[ 4 ] Venezuela Exploring Uranium Deposits With Russia - Depêche de l'AP du 27 septembre 2009 .

[ 5 ] Venezuela: la Russie lorgne sur la production de bananes (Medvedev) - Depêche de Ria Novosti du 15 octobre 2010 .

  [ 6 ] Russia's Rosneft to buy 50 pct of Germany's Ruhr OEL from Venezuela's PDVSA - Depêche de Ria Novosti du 15 octobre 2010 .

  [ 7 ] "Газпром" поможет развитию газовой отрасли Венесуэлы - Depêche de Vesti.ru du 15 octobre 2010 .

[ 8 ]"Росатом" построит в Венесуэле АЭС - Depêche de Vesti.ru du 15 octobre 2010 .

[ 9 ] Russie/Venezuela: les USA surveillent

[ 10 ] Russie-Venezuela: l’accord énergétique n'est pas une menace (Medvedev) - Depêche de Ria Novosti du 15 octobre 2010 .

 

Articles associés :

[ 4 ] Politique étrangère Russe : Le programme et les recommandations de Serguei Lavrov . [ 5 ] ECUBEX : Inauguration d'une ligne transocéanique entre la Russie et l'Amerique Latine .  

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 7 Octobre 2010

Alors que les tensions ne cessent de monter en Asie du Sud-Est sur les questions de souveraineté sur des îles ou sur le plateau continental , le journal Nezavissimaia gazeta cité par Ria-Novosti annonce le retour probable de l'Eskadra dans la région - sur la base de Cam - Ranh au Vietnam -  , un joueur de poids dans la partie qui  se déroule en Extrême-Orient .

On ne peut que faire le parallèle entre la présence annoncée de la Marine Russe dans le port Syrien de Tartous et cette nouvelle d'un sationnement Russe sur la base de Cam-Ranh : Elles sont concomitantes avec  la vente de systèmes de défense côtiers BASTION-P au Vietnam et à la Syrie . Ces systèmes servent à la fois à la défense de la souveraineté des états concernés et de défense aux stationnements navals Russes programmés qui sanctuarisent  d'une certaine manière le Vietnam et la Syrie qui déleguent par cette présence  une partie de leur sécurité à la Russie dans un contexte de relations tendues avec leurs voisins .

Si le contenu des accords passés entre le Vietnam et la Syrie d'une part et la Russie d'autre part n'est pas connu , il serait intéressant de savoir si ceux-ci possédent des clauses analogues au traité Sino-Russe de   sur le stationnement de la flotte Russe dans la base de Port-Arthur qui pouvait être considéré comme un accord de défense Sino-Russe en bonne et due forme . Le point intéressant étant de savoir si la base de Cam Ranh sera exclusivement une base navale Russo-Vietnamienne ou un port ouvert à toutes les marines comme le réclament les Etats-Unis .

La présence de la Russie va en tout cas compliquer ,dans le bon sens c'est à dire rendre plus difficile , des jeux d'alliances qui peuvent dégénerer en conflits . Sans se lancer dans une réecriture de La lutte pour le Pacifique de Gregory Bienstock , on constate que la Chine qui s'oppose au Vietnam sur des questions de souveraineté sur les îles Paracels est un partenaire  stratégique de la Russie sur la question de l'énergie . A une autre échelle , le grand perdant de cette présence Russe en Asie du Sud-Est et particulièrement au Vietnam sera inconstablement le Japon qui voit un de ses compétiteurs - voir la récente polémique à propos de la visite du Président Medvedev aux îles Kouriles -  y renforcer sa puissance navale . Le Japon aura de plus  en plus de difficultés à nouer des alliance régionales dans le cadre d'une stratégie d'opposition à la Chine étant en conflit de souveraineté avec  tous les autres états riverains de la Mer de Chine Orientale . Le Vietnam était un de ces  alliès potentiels en Mer de Chine Méridionale et voilà ce dernier qui s'apprête à accueillir une base Russe .

Il ne reste donc plus qu'aux chefs politiques Japonais qu'à faire amende honorable - ou plutôt aller à Canossa - sur la question de la présence militaire Etasunienne à Okinawa .

 

Les missions assignées aux navires Russes qui seront éventuellement stationnés à Cam Ranh montrent en tout cas les objectifs géostratégiques finaux de la Russie : La Corne de l'Afrique pour y mener des actions de lutte contre la piraterie . En stationnant ses navires à Tartous et Cam-Ranh , la Russie sera présente sur le trajet de la veine jugulaire maritime mondiale à l'entrée et au débouché du Canal de Suez . Celle-ci reste la voie de communication privilégiée du commerce mondial malgrés le développement des voies maritimes septentrionales .

   

Enfin , une fois de plus c'est un lieu  chargé " d'histoire géostratégique"  qui fait la une de l'actualité : La Baie de Cam-Ranh et son port en eaux profondes  aprés la passe de Khyber .

 

  Moscou va rétablir sa présence militaire dans le Sud-est asiatique

 

La Russie est prête à rétablir sa base navale à Cam Ranh où stationnaient gratuitement depuis l'époque de l'Union Soviétique nos navires de guerre, des sous-marins (y compris atomiques) et l'aviation (y compris celle destinée à l'action éloignée), écrit jeudi le quotidien Nezavissimaia gazeta (NG).

Cette base a existé 23 ans, depuis 1979. Cette base importante sur le plan géopolitique va être louée au Vietnam pour au moins 25 ans et ce délai pourrait être prolongé. Selon une source au ministère de la Défense, un accord approprié peut être signé pendant la visite du président Dmitri Medvedev au Vietnam prévue fin octobre.

L'information de l'interlocuteur de NG au ministère de la Défense a été implicitement confirmée par une source à l'Etat-major général de la Marine de guerre (Glavkomat) qui a déclaré hier à Interfax que ‘’ Glavkomat avait achevé son travail sur les documents argumentant et justifiant la nécessité de rétablir ce point de stationnement pour assurer l'approvisionnement des navires russes en Asie-Pacifique ‘’, en soulignant que, si la décision politique était adopté, la Marine de guerre pourrait rétablir la base en l'espace de trois ans.

Rappelons que la décision sur le départ anticipé de la flotte et de l'aviation russes à Cam Ranh avait été prise il y a huit ans par Vladimir Poutine, alors président.

Le général Léonid Ivachov * qui dirigeait alors au ministère de la Défense le Département principal de coopération militaire internationale- GUMVS-  a déclaré que les propositions de fermer la base militaire de Cam Ranh et le centre technique de renseignements à Cuba avaient été faites à Vladimir Poutine personnellement par Anatoli Kvachnine, alors chef d'Etat-major général. Bien que de nombreux experts, surtout ceux du Glavkomat de la Marine de guerre et le ministre de la Défense en personne aient été contre. M. Ivachov a rappelé qu'il avait participé pendant quelques années aux négociations et aux consultations avec le Vietnam sur le sort de Cam Ranh et que les Vietnamiens étaient contre notre départ de leur pays tout en exigeant pourtant le paiement du bail. Toutefois, selon Leonid Ivachov, la somme demandée était assez petite [ environ 300 millions de dollars par an ]  et elle aurait pu être prélevée sur la dette du Vietnam envers la Russie qui constituait, selon les estimations de Moscou, 10 milliards de dollars. ‘’ Mais cédant probablement à une pression américaine, les précédents dirigeants russes avaient pris une décision de partir du Vietnam. Si nous arrivons à assurer de nouveau notre présence militaire dans ce pays, ce sera une grande victoire géopolitique [ Et géostratégique - NDLR ] de la Russie’, affirme le général.

Après le départ de la Russie de Cam Ranh, la Chine et les Etats-Unis avaient proposé d'y installer une base navale. Ils étaient prêts à la louer pour 500 millions de dollars. Mais Hanoi leur avait refusé, en déclarant que Cam Ranh ne serait pas une base étrangère.

 

*Le général Leonid Ivachov est président de la Fondation pour la Culture Stratégique qui dispose d'un site référencé dans le bandeau à droite .

 

Article original de Nezavissimaia gazeta :

 

 Дежавю по-флотски

Москва готовится возобновить свое постоянное военное присутствие в Юго-Восточной Азии

 

 

 

 

null

 

Russian navy base in Vietnam may be restored article de Russia Today .

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 29 Septembre 2010

Par Vlad Grinkevitch, RIA Novosti

 

Vendredi dernier, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a organisé une réunion extraordinaire pour discuter de la situation sur le marché mondial des céréales. Les prix montent en flèche et les experts craignent qu'ils atteignent leur niveau lors de la crise alimentaire mondiale de 2007-2008. La Russie, l'Ukraine et le Kazakhstan, représentant le quart des livraisons mondiales de céréales, sont considérés comme les principaux responsables.

Lorsqu'il est devenu certain que la canicule anormale et la sècheresse allaient détruire une grande partie des récoltes en Russie et en Ukraine, les acteurs du marché de céréales se sont mis en attente, et se sont déchaînés après l'annonce des autorités russes le 15 août de l'embargo sur les exportations de céréales. À partir de mi-août, c'est-à-dire après l'instauration de l'embargo sur les exportations de céréales, le prix du blé a augmenté de près de 70% au taux annuel. Et l'augmentation n'a pas seulement touché les céréales fourragères, exportées par la Russie, mais les céréales alimentaires également. Le prix de production des exportateurs américains qui fournissent principalement des céréales alimentaires a en moyenne augmenté de 55% à cette période, atteignant jusqu'à 309 dollars la tonne.

Les pays-importateurs en développement seront, évidemment, les principales victimes de la hausse des prix. En cette saison, les achats de céréales coûteront au moins 8% de plus par rapport à l'année précédente. Pourquoi si peu, compte tenu de l'augmentation de 70%? C'est le caprice de la nature. Au moment où le Soleil brulait les plantations russes et ukrainiennes, les pluies abondantes ont contribué aux récoltes élevées des paysans en Afrique centrale et occidentale.

À la veille de la réunion, il était déjà prévu que la Russie fasse l'objet de critiques vigoureuses de la part des fonctionnaires de la FAO et des acteurs du marché des céréales en raison de l'instauration de l'embargo. La critique avait effectivement lieu d'être mais les participants à la réunion ont été contraints de reconnaître que la situation concernant les prix n'était pas aussi évidente et qu'il serait injuste de blâmer un seul exportateur, bien qu'il soit important. La FAO, encline à effrayer la communauté internationale par les prévisions dramatiques de la future crise alimentaire, a été contrainte de reconnaître cette fois que la situation concernant les réserves mondiales de céréales n'avait rien de dramatique.

Selon la déclaration de Jacques Diouf, le directeur général de l'organisation, le rapport global des réserves et de la consommation est bien plus important par rapport à la crise de 2007-2008, et les récoltes actuelles seront troisièmes dans l'histoire de par l'importance. Par ailleurs, la crise alimentaire datant de deux ans a clairement montré que le monde pouvait facilement s'adapter aux prix élevés sur les produits alimentaires, et que l'industrie agricole possédait une flexibilité suffisante pour répondre à la demande accrue et accélérer la production.

On a donc l'impression que la ‘’ panique céréalière ‘’ actuelle et la course des prix engendrée par cette dernière sont le résultat des jeux des négociateurs en céréales qui ont très vite compris comment tirer profit de cette situation.

C'est en partie la faute de la FAO, dont les rapports alarmants contribuent au maintien de la tension sur le marché alimentaire mondial. Selon les informations de l'organisation, sur 6 milliards de personnes sur la planète, près d'un milliard souffre et près de 24 millions de personnes meurent de faim chaque année. Et qu'en sera-t-il lorsqu'en 2075 la population de la Terre atteindra 9 milliards de personnes? Les alarmistes se tordent les bras : il sera impossible d'augmenter la production de céréales de 1,5 fois! Les producteurs de biocarburant font aussi l'objet de violentes critiques. Comment peut-on transformer la nourriture en carburant, tandis qu'un milliard de personnes souffrent de faim? En effet, les États-Unis à eux seuls utilisent 150 millions de tonnes de maïs pour produire du bioéthanol. Sans parler du biodiesel...

Cependant, les combattants de la faim substituent quelque peu les notions. Il n'existe pas de pénurie physique de céréales sur Terre, ni aucun obstacle technique à l'augmentation de la production en fonction des besoins. Il suffirait, par exemple, de réduire le programme de mise en jachère des surfaces emblavées en Europe et aux États-Unis (comme cela a été fait en pleine crise de 2007-2008). Selon Arkadi Zlotchevsky, le président de l'Union céréalière de Russie, la suppression du programme de mise en jachère des terres aux États-Unis permettrait au pays d'augmenter les récoltes de céréales de 100 millions de tonnes. La Fédération de Russie possède également un potentiel considérable : actuellement, seulement 48 millions d'hectares sont ensemencés sur les 121 millions d'hectares, dont dispose la Russie, selon les informations de Roszemkadastr (Agence fédérale russe du cadastre des objets de l'immobilier). M. Zlotchevsky est convaincu : augmenter l'offre de céréales de 1,5 fois en cas de besoin ne serait pas difficile. Mais qui achètera ces céréales, sachant que l'insolvabilité est le principal problème des pays souffrant de la faim?

On pourrait, bien sûr, comme le proposent les fonctionnaires de l'ONU, aider gratuitement ceux qui souffrent de la faim mais l'absence de la demande solvable tuerait rapidement tout intérêt à augmenter la production. Les experts agricoles font déjà remarquer que c’est la demande solvable limitée qui est l'obstacle principal au développement du secteur agricole. Ainsi, l'objectif prend une toute autre forme : le problème n’est pas de trouver la nourriture pour subvenir aux besoins des personnes souffrantes de la faim, mais il s’agit pour ces personnes de gagner de l'argent pour acheter cette nourriture. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 24 Septembre 2010

Voilà encore une nouvelle qui ne va pas faire beaucoup plaisir à nos amis Ariel Cohen de l'Heritage et Robert " Bob " Amsterdam ni à M.Landau de l'Institut Brésilien des Relations Internationales !

 

Selon le journal O Estado de S. Paulo , les entreprises du secteur petrogazier Russe dont Gazprom  vont ouvrir des représentations à Rio de Janeiro afin de promouvoir des technologies pour la récupération du gaz du gisement pétrolier  off-shore de Prè-Sal .

Il y a une semaine des représentants de l' ANP - Agencia Nacional do Petroleo - et de la société Petrobras se sont rendus à Moscou pour des négociations préliminaires .[ 1 ]

La décision d'impliquer les entreprises du secteur pétrogazier Russe dans le développement du champ de Prè-Sal a été prise au début de l'année à Brasilia et selon l'ambassadeur du Brésil en Russie Carlos Paranhos " Ils ( les Russes ) cherchent à faire aboutir les négociations le plus vite possible " .

Selon l'ambassadeur Paranhos la première société à s'implanter au Brésil sera Gazprom avec pour objectif une présence permanente sur le site de Prè-Sal avant la fin de l'année .Les sociétés Zarubezneft et Power Machines sont en cours de négociations avec la partie Brésilienne .

Selon un porte parole du Ministère  de l'énergie Russe Stanislav Dorzhunkevich " La Russie est prête à offrir une grande variété de services dans le secteur de l'énergie afin de promouvoir la coopération Russo-Brésilienne " , reprenant en cela les thèses développées par le MAE Russe Serguei Lavrov dans son document sur les orientations de la politique étrangère Russe .

Beaucoup d'analystes considérent d'ailleurs qu'il s'agit ici de la volonté de nouer un partenariat stratégique au sein du BRIC dans le domaine de l'énergie plus que de la recherche de partenaires pouvant fournir des technologies extractives pour l'industrie petrogazière Brésilienne . Le gouvernement Brésilien cherche à limiter le plus possible la prèsence de sociétés étrangères au sein de son secteur pétrogazier et cette volonté d'intégrer des sociétés Russes n'en est que plus marquante .  On ne peut que supposer que la candidate à l'élection présidentielle Dilma Rousseff - largement en tête dans les sondages - qui a été ministre des mines et de l'énergie ait donné son accord à l'entrée de sociétés Russes dans le projet de Prè-Sal .

 

La Russie au travers de la petrostatale Gazprom s'était déja montrée intéressée par un projet de gazoduc entre le Venezuela et le Brésil .

Si la coopération Sino-Brésilienne dans le domaine pétrolier avait deja le don de donner de l'urticaire aux chefs politiques de Washington et aux centres analytiques Etasuniens , on imagine quel a du être leur réaction à l'annonce de l'arrivée de Gazprom dans les projets pétroliers en cours de développement dans l'Atlantique Sud au large des côtes Brésiliennes ...

 

 

Liens :

[ 1 ]Russos negociam com Brasil para investir no pré-sal - Depêche de O Estado de S.Paulo  du 23 septembre 2010 via Estadão .

 

et documentation Plano Brasil .- The Moscow News .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 25 Juin 2010

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 4 Juin 2010

La lecture d'une depêche d'agence concernant la Russie , et plus particulièrement d'une agence de presse traitant des dossiers économiques , est assez révélatrice des craintes qui assaillent  les chefs politiques et militaires Ocidentaux et disons-le clairement Anglo-Saxons .

 

Il est rare que ces craintes soient explicitées car elles sont sous-jacentes . Cette depêche de l'agence Bloomberg est une exception car la " menace Russe " est desormais clairement explicitée et concerne un dossier traité plusieurs fois sur ce blogue : Les performances du secteur céréalier Russe que l'on disait moribond dans les années 90 non pas uniquement comme l'affirme Bloomberg en raison du passé Soviétique , ce n'est qu'un aspect du problème , mais surtout en raison du " pogrom économique " dont a été victime la Russie avec la complicité de ses chefs politiques sous l'ére du très démocratique Boris Eltsine qui n'est pleuré aujourd'hui uniquement que chez les analystes et commentateurs  Occidentaux et plus particulièrement Anglo-Saxons de la Russie . [ 1 ]

 

Le 28 mai dernier la Russie a remporté un contrat céréalier en Egypte au dépend de ses concurrents Etasuniens en raison des conditions attractives qu'elle proposait : 187.50 USD la tonne , soit 13 USD de moins que le blé Etasunien .Desormais avec la montée en puissance du blè Russe sur le marché Egyptien , la part des Etats-Unis ne représente plus que 8% au lieu de 13% des importations de blé Egyptien .

 

 

L'allusion au marché Egyptien n'est pas neutre . En acquérant une part plus importante des importations de ce pays , la Russie s'assure en même temps un levier diplomatique sur cet état dont l'importance politique et surtout géostrtatégique demeure  importante au  Proche-Orient . Car derrière les inquiétudes Etasuniennes sur la montée en puissance du secteur céréalier Russe , c'est bien une inquiètude qui concerne  la perte de la " force de frappe " de leur arme alimentaire que les Etats-Unis utilisent contre la planète entière depuis des décennies et y compris contre l'URSS au début des années 80 .

Aujourd'hui les exportations Russes représentent 14% du marché mondial alors que la part des Etats-Unis est passée de 26% à 19% . La plupart des analystes du secteur considérent que d'ici très peu de temps la Russie aura remplacé les Etats-Unis comme premier exportateur céréalier mondial et donc leur reprendra la " couronne de Cérés " , ou plutôt la " faucille de Cérés " de l'arme alimentaire ceci avec un  faible taux d'emblavement des régions agricoles et l'utilisation peu développée des engrais . Cette évolution inquiète d'autant plus les responsables du secteur céréalier aux Etats-Unis  , et ils le reconnaissent eux-mêmes , que les variétés de blé proposées par la Russie sur le marché mondial atteignent les standarts Etasuniens tant sur le plan de la qualité nutritionelle que de la résistance au pourissement et aux insectes .

 

Une autre partie de la depêche concerne l' " arrière-cour " Latino-américaine ou aprés y avoir brisé le monopole presqu'exclusivement Etasunien des ventes d'armes , la Russie commence à concurrencer les productions céréalières des Etats-Unis et du Canada .

On y voit s'afficher sans vergogne la justification d'un " marché libre " à l'échelle du continent Nord-Americain : Favoriser les productions agricoles Etasuniennes et éventuellement Canadiennes au dépends des productions provenant d'autres continents même si celles-ci sont in fine plus avantageuses pour les clients locaux .

Conquérir des parts de marché plus importantes dans cette région aux dépend des Etats-Unis pour en retirer des dividendes géopolitiques , les chefs politiques Russes à l'image de Serguei Lavrov ne s'en cachent pas et l'affichent haut et fort [ 2 ] et les ventes céréalières Russes comme les ventes d'armes  y diminuent la dépendance  vis à vis des Etats-Unis .

 

Pire ! La Russie exporte désormais ses productions au travers des dons du Programme Alimentaire Mondial - PAM - et les célèbrissimes sacs frappés du "USAID -  Gift from the people of the United States " qui font - faisaient ? - partie de la diplomatie d'influence Etasunienne sont remplacés de plus en plus  par des inscriptions plus exotiques . [ 3 ] - [ 10 ]

 

L'autre région de la planète qui pourra bientôt susciter l'inquiétude des producteurs de blè , et aussi des chefs politiques et militaires , Etasuniens est l'Asie . Lors d'un récent voyage en Sibèrie , le Premier Ministre Valdimir Poutine a présenté une série de mesures destinées à favoriser les productions cérèalières dans cette partie de la Russie avec pour objectif explicite de conquérir des parts supplémentaires du marché Asiatique . [ 4 ] - [ 5]

 

La lecture de cet article nous amène aussi sur l'espace Pontique par lequel s'effectuent une grande partie des exportations de blé Russe [ Une " constante " géopolitique - NDLR - voir [| 6 ]  ] et de l'importance du détroit de Kertch qui permet l'accés à la Mer d'Azov et ses ports céréaliers .

Malgrés la construction de nouvelles infrastructures à Saint-Petersbourg [ Baltique ] et Novorossyissk [ Mer Noire ] , l'accés libre et à des tarifs avantageux du chenal l de Kerch-Yenikal reste important pour les exportateurs de blé Russe mais aussi pour les exportations de composés azotés et de pétrole . [ 7 ]

 

 

Pour comprendre la dernière partie de la depêche et l'éloge de la marque New Holland *

[ Certes de qualité mais j'ai toujours préféré les moiss-bat' Braud ! ] par rapport aux productions Russes qui " rouillent " [ Il doit s'agir probablement de vieux tracteurs Soviètiques ] il faut se reporter à la dernière visite de Vladimir Poutine aux usines Rostselmash de Rostov sur le Don au mois de décembre 2008 .[ 8 ]  Le Premier Ministre Russe y a annoncé une série de mesures de soutien au secteur du machinisme agricole Russe qui commence à se relever après avoir failli disparaître au cours des années 90 .

Les analystes Occidentaux de la Russie auto-entretiennent le mythe qu'ils pourront canaliser le développement du secteur pétrogazier et agricole Russe par un " apartheid technologique " de la même manière qu'ils pourront canaliser le développement des autres nations du BRIC par cette stratégie  .

Or le machinisme agricole Russe après avoir failli complèterment disparaître comme une grande partie du secteur de la construction mécanique dans la tourmente de la décennie 90 à réussi  à reconquérir ses parts de marché non seulement en Russie mais dans l'Ex-Urss et fait partie des axes de développement de la Russie à l'étranger , y compris en ...Amérique-Latine . [ 2 ] - [ 9 ]

 

 

 Sur le fond , et c'est cette crainte qui est sous-jacente dans ses lignes , cet article pose la question de la légitimité de l'utilisation de l' " arme alimentaire " [ ou du levier des exportations agro-alimentaires dans le cadre d'une diplomatie d'influence pour parler avec plus de circonvolutions ] par la Russie alors qu'elle a été utilisée sans vergogne par les Etats-Unis depuis ...la Première Guerre Mondiale ** et avec une force plus grande encore ces cinquante dernières années .

 Si l'auto-suffisance alimentaire et la défense du secteur agricole de son pays est un objectif que doivent se fixer tous les chefs politiques , la dépendance vis à vis des céréales Russes ou des céréales du consortium céréalier , un " CéréaleProm " , que pourraient créer la Russie , l'Ukraine et le Kazakhstan n'est pas plus dangereuse , certainement moins , que la dépendance " désinteréssée " qu'offrent les producteurs céréaliers Anglo-Saxons depuis des décennies à la planète ! [ 11 ]

  Aprés tout la Russie ne participe t'elle pas à ce que l'on ose appeller la " sécurité alimentaire mondiale " comme l'on fait de manière si désintérésée les producteurs  Anglo-Saxons ces dernières décennies et le blé Russe livré sur des camions KAMAZ aprés avoir été transporté par des ANTONOV  du MChS est il plus indigeste pour un petit nenfant Ethiopien que du blé Etasunien livré sur des camions FORD ou CHEVROLET et transporté sur des DC-8 cargo d' Air America  ? [ 12 ]

 

  * La société New Holland a d'ailleurs conclu un protocle d'accord avec le constructeur Russe KAMAZ .

Voir Engins agricoles: KAMAZ et CNH Global NV créent une coentreprise

  **

" La première guerre mondiale a constitué  pour le secteur cerealier Etasunien une * excellente opportunité * " 
William MacAdoo in " l'Exportateur Americain " mars-avril 1919

Brisons ici le mythe de l'aide alimentaire exclusivement Etasunienne à l'issu de la SGM . C'est bien l'Argentine du pestiféré  Juan Domingo  Peron qui " sauva l'Europe de la famine " . Le voyage d'Eva Peron en Europe en 1947 concernait l'aide alimentaire Argentine , en parti expédiée via les Etats-Unis ,  en particulier pour l'Espagne , l'Italie mais aussi la France et la Grande-Bretagne et non pas un voyage destiné à placer les avoirs des criminels de guerre nazis en fuite comme le prétendent moultes * historiens * .

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia Fights for World Wheat Dominance, Undercuts U.S. Grain  - Depêche de Bloomberg du 3 juin 2010 .

[ 3 ]    PAM: la Russie a achevé les livraisons de blé à l'Ethiopie  -Depêche de Ria Novosti du 18 mai 2010 .

[ 4 ]  Blé: la Russie lorgne sur le marché de l'Asie du Sud-est  - Depêche de Ria Novosti du 14 décembre 2010 .  

[ 8 ] Foreign-Made Harvesters Are An Adverse Factor sur le site du Premier Ministre de la Fédération de Russie .

 Prime Minister Vladimir Putin chaired a meeting on the development of agricultural machinery production sur le site du Premier Ministre de la Fédération de Russie .

 [ 9 ]  Russie-Nicaragua: des machines agricoles russes pour l'Amérique latine (médias) - Depêche de Ria Novosti du 30 décembre 2008 .

[ 10 ] "   Across the earth, America is feeding the hungry; more than 60 percent of international food aid comes as a gift from the people of the United States." - GW Bush - Discours sur l'Etat de l'Union - 29 janvier 2003 .

 [ 11 ]  La Russie remporte la course au blé devant les Etats-Unis - Le journal des finances du 16 avril 2010 .

[ 12 ]RUSAID :  Russian Officials Study U.S. Development Assistance


Articles associés

 

[ 2 ] Politique étrangère Russe : Le programme et les recommandations de Serguei Lavrov .

[ 5 ] Go East Young Man : Un plan de développement pour la Sibérie .

[ 6 ] Robert Louis Dreyfus , Marseille , la Mer Noire , le blé , un " CerealeProm " et la lutte pour les ressources agricoles .

  [ 7 ] Echec des négociations pour la délimitation de la frontière maritime Russo-Ukrainienne dans le détroit de Kertch .

 

Site :

 

Rostselmash

 

  Filmographie

 

Dans le sillage de l'aigle russe - Film documentaire, France, 2008 de Iossif Pasternak .

 

Une partie de ce film tournée dans le Kouban concerne le développement de la production céréalière dans cette région et les infrastructures d'exportation du port de Novorossyissk .

 

 

 

 

 

 

 null 

 

 

 null 

 

 null

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0