les russes dans l'arctique

Publié le 21 Janvier 2011

MOSCOU, 20 janvier - RIA Novosti

Le président russe Dmitri Medvedev a promis jeudi son concours dans l'organisation d'un festival des petits peuples autochtones du Nord russe, des Indiens d'Amérique du Nord et du Canada et d'en discuter avec son homologue américain Barack Obama, rapporte le service de presse du Kremlin.

"Préparez vos propositions. Et après, nous en discuterons avec M.Obama", a déclaré M.Medvedev, en s'adressant à Pavel Souliandziga, chef du groupe de travail de la Chambre civile en charge des problèmes du développement des territoires éloignés du Nord, de Sibérie et de l'Extrême-Orient russe.

M.Souliandziga a raconté au chef de l'Etat que les représentants des petits peuples autochtones du Nord russe coopéraient étroitement avec les Américains et les Canadiens.

"Nous avons engagé des négociations avec les Indiens américains et canadiens en vue de réaliser des projets conjoints, pour organiser des festivals", a dit le membre de la Chambre civile.

"Les Indiens américains nous ont dit qu'ils feraient appel à leur président Obama, et nous préparons une lettre pour vous", a ajouté M.Souliandziga, en sollicitant le concours du président.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 1 Décembre 2010

Le gouvernement Russe - Ministère des transports - pourrait annoncer le marché pour la construction d'un nouveau brise-glace à propulsion nucléaire avant la fin de l'année a annoncé le 19 novembre dernier Vladimir Vorobiev  le directeur du bureau d'études " Iceberg " de Saint- Petersbourg à l'agence Ria Novosti . [ 1 ]

Ce brise-glace ferait parti du programme des trois brise-glaces à propulsion nucléaire de nouvelle génération  - Projet 22 200 - dont la mise en service est prévue avant 2020 et qui rentrent dans le cadre de la nouvelle stratégie arctique Russe ainsi que de six brise-glaces à propulsion diesel-électrique .  [ 2 ] Si les brise-glaces à propulsion nucléaire resteront conçus et fabriqués en Russie , la nouvelle structure mise en place dans le cadre de l'accord passé entre DCNS et des chantiers navals Russes pourra soumissioner aux  appels d'offres concernant les brise-glaces à propulsion classique . [ 4 ]

 

   Il sera équipé d'un systéme de ballastage rapide qui lui permettera de faire varier son tirant d'eau entre 8.5 m et 10.5 m en moins de quatre heures  de manière à pouvoir opérer à la fois en mer et dans les embouchures des fleuves Sibériens comme l'Ob et l'Ienissei . Cette particularité lui permettera d'ouvrir des routes à travers la banquise vers des ports comme Dudinka tout au long de l'année .

Cette nouvelle génération a été conçue pour opérer tout au long de l'année dans l'Arctique Occidental  , la Mer de Barents , la Mer de Kara et la Mer de Pechora et durant la période estivale et automnale dans l'Arctique Oriental .

Il pourra briser une banquise de 2.9 m d'épaisseur en pleine mer et une banquise de 2.4 m dans les euax moins profondes des fleuves . Sa vitesse sera de 20 noeuds et il pourra emporter deux hélicoptères . Le lancement de ce brise-glace est prêvu pour 2015-2016 .

Ses concepteurs parlent d'un projet qui marie  " La formule 1 et le 4x4 " .

 

 

Les études  menées depuis plus de deux ans à l'institut de recherches hydrauliques et construction navale Krylov Shipbuilding de Saint-Petersbourg dans un bassin à glace ont déja permis de definir la forme optimale de la proue de ces brise-glaces de nouvelles génération ainsi que leurs  architecture générale . [ voir modeles numeriques ] .  [ 3 ]

Cette nouvelle génération de brise-glaces à propulsion nucléaire donnera à la Russie une capacité de projection sans égale dans l'Arctique  par rapport à ses compétiteurs , principalement les Etats-Unis et le Canada .

  

  Liens :

[ 1 ] Минтранс может объявить тендер на новый атомный ледокол до конца года

[ 3 ]  Россия строит уникальный ледокол 

[ 4 ]  Russian, French shipbuilders form consortium

 

Articles associés :

 

  [ 2 ] La Russie va construire sa troisième generation de brise-glaces à propulsion nucléaire - Mise à jour .  

 

Documentation :

 

Атомный ледокол пр. 22220 (ЛК-60Я)

 

 

 

null 

 

 

 

Modeles numériques du projet 22200 : © Studio Солидей - Novembre 2010

Ps : Ca a " de la gueule" !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 22 Novembre 2010

Des projets aux actes ...

Le navire de recherche Akademik Fedorov a levé l'ancre le 9 novembre dans le cadre de la 56ème Expédition antarctique russe (EAR), a annoncé l'Institut de recherche arctique et antarctique (AANII) des Services météorologiques russes, cité par rian.ru.

L'Akademik Fedorov a quitté Saint-Pétersbourg avec à son bord 108 spécialistes du Pôle : 72 devant faire partie de l'équipe "d'hiver" de la 56ème expédition, et 36 "saisonniers" qui ne feront que l'été. Le navire prendra également à son bord, au passage, à Cape Town (Le Cap), une soixantaine de spécialistes arrivés dans ce port par avion. Tous ces scientifiques appartiennent à pas moins de 18 organismes de recherche scientifique ou organisations scientifiques et de production.

L'un des principaux objectifs de cette mission sera de ravitailler en matières premières, vivres, équipements et pièces de rechange les stations permanentes russes de l'Antarctique (Mirny, Vostok, Progress et Novolazarevskaïa), ainsi que les bases saisonnières de Molodiojnaïa, Droujnaïa-4 et Soyouz.

Durant le trajet entre la Russie et l'Antarctique, et entre les stations, les chercheurs doivent commencer déjà à étudier différents processus naturels dans l'océan, l'atmosphère, l'ozonosphère et l'ionosphère de la planète, et à effectuer des mesures hydrographiques.

Parmi les nouveaux axes de travail de l'EAR figurent l'étude hydrobiologique d'organismes vivants dans les régions côtières de l'île King George, en recourant à du matériel léger de scaphandrier.

Dans la station Novolazarevskaïa, sera installée et mise en exploitation la seconde station automatique de correction différentielle des paramètres des orbites des satellites du système de navigation russe GLONASS.

A l'aide du sondeur acoustique à propagation multiple d'ondes embarqué à bord de l'Akademik Fedorov, on réalisera des mesures hydrographiques lors de l'approche des stations antarctiques russes.

A la fin décembre se joindra à l'expédition le navire scientifique de recherche Akademik Karpinski, de l'Expédition de prospection géologique polaire et maritime du Rosnedr (Agence fédérale pour l'exploitation du sous-sol). Les services scientifiques et techniques de ce navire effectueront des études géophysiques de la structure de l'enveloppe sédimentaire dans la partie orientale de la mer de Weddell. Leurs collègues géologues et géophysiciens poursuivront l'ensemble de l'étude du sous-sol des monts du Prince-Charles et de la Terre de Mac Robertson.

Il est également prévu, dans le cadre de cette expédition, de poursuivre le forage de la dernière centaine de mètres de glace du puits profond destiné à atteindre l'exceptionnel lac sous-glaciaire Vostok (*). Un porte-parole de l'AANII n'a pas exclu qu'au début de l'année prochaine la percée tant attendue vers les eaux très anciennes de ce lac puisse enfin être menée à son terme.

Le lac Vostok, qui se trouve à l'abri d'une couche de glace de 4 km d'épaisseur, constitue un écosystème hydrique exceptionnel, isolé depuis des millions d'années de l'atmosphère terrestre et de la biosphère de surface. L'étude des carottes glaciaires retirées lors du forage et l'étude à venir du lac lui-même vont jouer un rôle considérable dans la construction du scénario des modifications naturelles du climat pour les prochains millénaires.

Durant la saison 2007-2008, alors que le forage avait atteint une profondeur de 3.668 m, et qu'il ne manquait plus qu'environ 80 m pour atteindre les eaux du lac, l'installation de forage a cassé. Après avoir tenté, sans succès, de retirer l'appareil, les spécialistes ont décidé de contourner le secteur où était survenu l'incident. La dérivation a commencé à être réalisée l'an dernier, à partir de la cote 3.590 m, et 8 m de glace ont pu être forés.

"Le puits de réserve est d'ores et déjà prêt. Nous espérons que cette fois-ci, rien ne viendra nous empêcher de recueillir enfin de premiers échantillons d'eau du lac. Nous tiendrons compte de toute l'expérience que nous avons accumulée sur de nombreuses années, a commenté le porte-parole de l'AANII."

(*) Ce forage, initialement prévu pour mener à bien des études paléoclimatiques, a débuté dans les années 70. Les scientifiques ignoraient alors l'existence du lac sous-glaciaire devenu, par la suite, le principal objectif de cette entreprise.

 

Source :Ria Novosti

 

Dimanche dernier un Il - 76 TD a effectué une opération de parachutage exceptionnelle dans la région du Pôle - Sud .

26 palettes de 1200 Kg chacune avec du carburant aviation pour un avion léger utilisé pour relier les différentes bases de l'antarctique Russe ont été largués à une altitude de 500 m et à 300 Km/h .

La mission était dirigée par le pilote Ruben Esayan qui a participé au déveleppement du Superjet 100 .

Utilisés depuis les années 80 dans l'Arctique , les Il - 76TD ont commencé à être utilisés dans l'Antarctique à partir de 2005 . Au cours de son vol , l'aéronef a utilisé les systémes GPS et GLONASS . Le prochain largage est prêvu pour le 23 novembre .

Interrogé par l'agence Interfax , le responsable  du bureau d'études  Ilyushin a déclaré que le partage de l'Antarctique  , une région riches en ressources naturelles , sera probablement à l'ordre du jour d'ici peu et que la présence Russe y est primordiale .

 

La dernière stratégie Russe pour l'Antactique fait état de la nécessité de développer les moyens de projection , particulièremment aériens , dans cette région .

De la même manière l'installation  de stations pour le réetallonage de la constellation GLONASS et l'étude des richesses halieutiques qui seront au programme de la 56ème Expédition antarctique Russe figurent dans le document comme des priorités de la phase I .

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 15 Octobre 2010

ARKHANGELSK, 14 octobre - RIA Novosti

Il n'existe aucun conflit d'intérêts entre la Norvège et la Russie sur le plateau continental arctique, la frontière entre les deux pays étant délimitée, a déclaré jeudi à RIA Novosti le PDG du groupe pétrolier russe Severneftegaz Ivan Gloumov au terme de l'expédition du navire de recherche Akademik Fyodorov.

"Les intérêts de la Russie dans l'océan Arctique n'entrent pas en porte-à-faux avec ceux de la Norvège. Nous avons signé un accord sur la frontière avec ce pays et envisageons d'en faire de même avec le Danemark et, j'espère, d'autres pays. L'objectif principal de la Russie dans la région est de justifier ses revendications sur le plateau continental arctique", a-t-il affirmé.

L'Akademik Fyodorov a levé l'ancre le 27 juillet dernier pour explorer le plateau continental de la Russie dans l'océan Arctique. L'expédition a pour but de démontrer que les dorsales (chaînes sous-marines) de Lomonossov et de Mendeleïev sont des extensions géologiques du territoire russe.

Moscou réunit actuellement des éléments afin d'étayer la demande qu'il entend déposer auprès de la Commission des limites du plateau continental de l'ONU, seul organisme international habilité à homologuer l'appartenance nationale des extensions du plateau arctique.

Instituée conformément à la Convention de l'ONU sur le droit de la mer, la Commission comprend des spécialistes de géographie et d'hydrographie sous-marines. La Convention autorise les Etats côtiers à exploiter les ressources naturelles, dont les gisements d'hydrocarbures, jusqu'à 200 milles marins au large des côtes. Toutefois, les pays peuvent demander à étendre cette zone d'exclusivité jusqu'à 350 milles s'ils démontrent que leur plateau continental se prolonge au-delà des 200 milles.

"La chose la plus difficile est de démontrer à l'ONU que nous avons tout fait correctement et que ce territoire est le nôtre", estime Anatoli Ledovskikh, président de l'Agence fédérale russe pour l'exploitation des ressources naturelles du sous-sol.

A cet effet, une nouvelle expédition arctique sera entreprise en 2011 à bord de l'Akademik Fyodorov.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 2 Octobre 2010

MOURMANSK, 2 octobre - RIA Novosti

 

Une nouvelle expédition visant à délimiter le plateau continental arctique de la Russie aura lieu en 2011 à bord du navire de recherche Akademik Fyodorov, a annoncé samedi à Mourmansk (nord) le vice-premier ministre russe Sergueï Ivanov.

Selon lui, le gouvernement a déjà affecté 1,5 milliard de roubles (35.7 millions d'euros) à cet effet.

Il y a un an, le Collège maritime russe a pris la décision d'envoyer une expédition chargée d'étudier les dorsales de Lomonossov et de Mendeleïev, chaînes montagneuses sous-marines dans l'océan Arctique, disputées par la Russie et le Canada. Le but de l'expédition est de démontrer que ces dorsales constituent un prolongement du plateau continental de la Russie et de justifier par là même le droit de Moscou sur ces territoires recélant près d'un quart des réserves mondiales de pétrole et de gaz.

La demande de démarcation du plateau continental arctique sera rédigée par la Russie d'ici 2013 et soumise à la commission ad hoc de l'ONU. 

Le 27 juillet dernier, l'Akademik Fyodorov a appareillé pour cette région lointaine de l'Arctique, accompagné du brise-glace nucléaire Yamal. L'expédition doit s'achever fin octobre.

"Il est encore prématuré de présenter ses résultats. L'Akademik Fyodorov ne rentrera à Saint-Pétersbourg que fin octobre. L'expédition suivante aura lieu l'année prochaine. Nous débloquons à cet effet près de 1,5 milliard de roubles. Espérons que l'expédition fournira des preuves concrètes et irréfutables [à l'appui des revendications russes]", a déclaré M. Ivanov.

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 2 Octobre 2010

Le brise-glace à propulsion nucléaire NS Rossiya quittera le port de Mourmansk ce jour avec les membres et le matériel destiné à l'expedition sur la sation polaire dérivante SP-38 a déclaré Vladimir Blinov , porte parole de la société Atomflot qui gère la flotte de brise-glaces à propulsion nucléaire Russe .[ 1 ] -  2 ]

Le Rossiya partira à la recherche d'une banquise dérivante pouvant accueillir les membres et le matériel de la mission SP-38 .

" Cinq champs de glace sur une large étendue s'étendant des îles Wrangel aux approches du Pôle-Nord ont été repérées par satellite " a ajouté M. Blinov .

La durée de la mission du " Rossiya " pourrait être de 25 jours , dépendammant du temps nécessaire pour trouver une banquise derivante capable d'accueillir l'expédition . Celle ci doit présenter  au début de sa saison  de dérive habitée une superficie comprise entre 5 et 100 Km 2  et l'éapaisseur de la glace est généralement comprise entre 2 m et 4m .

Les organisateurs de l'expedition avaient  un temps envisagé l'utilisation de structures artificielles pour accueillir les missions des stations polaires dérivantes devant la difficulté ces dernières années à trouver des banquises présentant les caractéristiques requises .  

Le correspondant de Ria Novosti Alexandre  Stelliferosvky a ouvert un blog consacré à cette  cette expedition . [ 3 ]

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Russian icebreaker to depart for Arctic Saturday - Depêche de Ria Novosti du 1er octobre 2010 .

[ 2 ]  Russian icebreaker departs for Arctic - Depêche de Ria Novosti du 2 octobre 2010 .

[ 3 ] Arctic expedition diary: blog one

[ 4 ]   Ледокол "Россия" сменит "Ямал" в экспедиции по изучению шельфа Арктики - Depêche de Ria Novosti du 2 octobre 2010

 

 null

 null

null 

 null

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 1 Octobre 2010

MOSCOU, 1er octobre - RIA Novosti

 

Les sous-marins nucléaires russes continueront de patrouiller dans l'Arctique, a annoncé vendredi un responsable de l'Etat-major de la Marine russe en prévision d'une réunion du Collège maritime auprès du gouvernement russe programmée à Mourmansk pour le 2 octobre.

"Les sous-marins nucléaires de la Marine russe garantiront la sécurité des eaux arctiques comme avant. Il s'agit d'accomplir des missions régulières sous la banquise pour écarter les éventuelles menaces pour la Russie, y compris dans les régions polaires", a indiqué le responsable.

"La présence navale russe en Arctique consiste à créer et à maintenir des conditions favorables pour la politique extérieure russe dans cette région et les régions continentales voisines", a-t-il ajouté.

A l'époque de l'URSS, les sous-marins nucléaires des flottes du Nord et du Pacifique effectuaient jusqu'à dix missions arctiques par an, tirant des missiles balistiques en plongée. Le nombre des missions arctiques a chuté après l'effondrement de l'URSS en 1991, mais la Russie a récemment rétabli le calendrier de service des sous-marins nucléaires dans cette région, a rappelé le responsable.

L'aviation stratégique russe a quant à elle repris ses vols dans les régions géographiques éloignées au-dessus des océans Arctique, Pacifique, Atlantique et Indien en 2007..

 

 

Note de l'Editeur :

Une superbe photo pour mon diorama dont le théme est trouvé : Un SNLE Russe emerge de la banquise auprés d'une station polaire et qui s'apprête à lancer un missile , survolé par un hélicoptère Kamov .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 26 Septembre 2010

Je vous avais parlé il y a un mois de la découverte probable des restes de l'expedition Brousilov par une équipe d'historiens et de géographes Russes sur la terre François-Joseph  . [ 1 ] Desormais les premières investigations confirment que ces artifacts appartenaient bien à des membres de l'équipage du St- Anna .

 Voici les premières photos de ces artifacts - ©  Vladimir Melnik tirées du Livejournal de l'expedition -
et on ne peut que rester quoi face à cette cuillère , ce journal de bord et surtout ces lunettes de soleil fabriquées avec des culots de bouteille de gin [ Et non pas de rhum comme le prétend une agence Française de presse ! ] qui reposaient dans l'arctique depuis plus de 90 ans , presque un siècle . Derrière une paire de lunettes , c'est le regard d'un homme qui a lutté dans la banquise pour sa survie !

"Еще на судне машинист Фрейберг сделал нам всем по паре очков, но нельзя сказать, чтобы эти очки достигали своего назначения. Стекла для них делали из темных четырехгранных бутылок от "джина". Одев такие очки, мы ничего не видели впереди, поминутно спотыкались в ропаках, перевертывали нарты, падали сами, но глаза по-прежнему болели невозможно, и слезы текли горячими струями. В передних нартах обыкновенно шли счастливцы, "зрячие", а "слепцы" тянулись по следам, с закрытыми глазами, только по временам посматривая сквозь ресницы на дорогу."

Extrait du journal de bord de Valerian Albanov survivant de l'expedition .

 

De la même manière on reste ébahi du soin avec lequel les membres de cette expedition ont confectionné avec minutie les objets les plus simples comme une ceinture .

Comme l'écrivent les rédacteurs du Livejournal de l'expedition , les restes du journal de bord  c'est une " lettre du passé " qui est parvenue  jusqu' à nous et qui permettera peut-être  de résoudre l'un des mystères de cette Arctique qui a engloutie tant de vies humaines pour pouvoir être conquise . Parmi ces mystères il reste à savoir pourquoi l'expedition s'est séparée en deux parties , l'une restant à bord du St-Anna dont la destinée reste inconnue et l'autre est descendue sur l'Archipel Français-Joseph  . Les deux survivants de l'expedition sont restés muets sur ce sujet .

 

Comme le souligne un officier de la Marine Soviétique , et n'en déplaise à M. Ariel Cohen de l' Heritage , dans le film tiré du roman Dva Kapitana [ Voir dernière video ] de Venjamin Kaverine  qui a été inspiré par cette expedition , c'est grâce au courage et parfois au sacrifice des Broussilov ,des Sedov , des Schmidt , des Papanine et de de tous ces marins , scientifiques , opérateurs radios et pilotes Russes et Soviétiques [ Voir trois dernières photos ] que la Route Maritime Nord est aujourd'hui une réalité commerciale ou circulent des tankers et des vraquiers entre l'Europe et l'Asie .

 Ces Héros Russes et Soviètiques de l'Arctique resteront en vie pour toujours même si la National Geographic ne daigne leur consacrer qu'un quart de page dans un livre consacré à la conquête des pôles qui en comporte une centaine !

 

 

Liens :

[ 2 ] Столетняя тайна гибели "Святой Анны" и легендарного Георгия Брусилова может быть раскрыта - Reportage de Pervyi Kanal sur l'expedition de la Société de Géographie Russe . Voir deuxième video .

 

Articles associés :

[ 1 ] Dva Kapitana : Sur les traces de l'expédition Broussilov .

 

Documents originaux et photos :

Livejournal de l'expedition de la Société de Géographie Russe ов»

 

 

 

 

 

00072r5p.jpg

00077e65.jpg

00078h1h.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 17 Septembre 2010

ARKHANGELSK, 17 septembre - RIA Novosti

 

Un robot destiné à contrôler le climat arctique au moyen d'étude de l'énergie solaire a été installé jeudi à la station météorologique du cap Bely Nos, en mer de Barents, a annoncé vendredi le Service fédéral pour l'hydrométéorologie et le suivi de l'environnement (Roshydromet).

"Le robot - un actinomètre automatique - suit le soleil, mesure l'énergie solaire et thermique venant du ciel et reflétée par la surface de la Terre. Les informations recueillies par le robot permettent aux chercheurs de faire des prévisions sur le réchauffement climatique et le changement du climat global", a indiqué le service.

Les chercheurs ont également installé un nouveau système météorologique à la station de Bely Nos. Douze autres appareils de ce type fonctionnent déjà dans les régions d'Arkhangelsk, de Vologda et la république des Komis.

 

Note de l'Editeur .

La surveillance du climat est essentielle pour le développement en toute sécurité des activités humaines , et plus particulièrement des activités maritimes [ transport , forages off-shore ] , dans l'Arctique .

La Russie est en bonne voie de remettre à niveau le dispositif  existant à l'époque de l'URSS .

 Ce dispositif a été laissé à l'abandon au moment de l'implosion de l'URSS en raison d'un manque de financement . C'est une des priorités du gouvernement Russe afin de rendre atractive en  garantissant la sécurité des personnes et des biens la Route Maritime Nord .

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 30 Août 2010

Interview accordée par Arkady Tichkov à RIA Novosti

 

- Bonjour, Nous accueillons aujourd’hui dans le studio de RIA Novosti le professeur Arkady Tichkov, directeur adjoint de l’Institut de Géographie de l’Académie des Sciences de Russie. Monsieur Tichkov, jusqu’à présent seuls les spécialistes et les personnes particulièrement anxieuses s’intéressaient aux questions de changement climatique. Or, après un été aussi terrifiant, inondations au Pakistan et en Chine, sècheresse en Russie, les questions de changement climatique sont en première page en déterminant l’image du monde, et elles intéressent un large public parmi nos auditeurs et nos téléspectateurs. Est-il vrai que les changements extraordinaires dont on nous parle ont lieu en Arctique ?

 

- Premièrement, toute la Russie n’a pas été victime de la canicule, en Sibérie occidentale il faisait frais et il pleuvait. Tandis qu’à Moscou nous cherchions l’ombre et la climatisation pour nous protéger de la chaleur, beaucoup de régions de Russie ont connu des périodes anormalement pluvieuses et froides. Il est certain qu’en Europe on a observé l’action des cyclones qui avaient été prévus dans notre zone centrale. Cette année, en Arctique, dans certaines régions, surtout dans la partie européenne, il faisait effectivement assez chaud. Depuis les dix dernières années nous observons une hausse accélérée du réchauffement. Si dans notre région centrale et dans le sud du pays on parle d’un réchauffement de quelques dixièmes de degrés par décennies, en Arctique on peut parler de 1 ou 1,5 degré de réchauffement pour la même période. Cela ne signifie pas que les processus sont irréversibles, c’est plutôt une manifestation cyclique. Par exemple, jusqu’en 2007, on observait la diminution de la couverture de glace de l’océan, la superficie des banquises diminuait. Après 2007, la situation s’est stabilisée et on note même l’accroissement de la surface des glaces. La Polynie sibérienne est le seul élément relativement stable.

 

- Qu’est-ce que la Polynie sibérienne ?

 

- C’est une zone qui se maintient libre de glace et qui est située dans la partie centrale de l’océan Arctique où se concentre la vie en Arctique. Là il n’y a pas de terre mais il y a des ours blancs, des morses et des oiseaux.

 

- Est-ce à l’Ouest de la Nouvelle Zemble ?

 

- Elle se trouve plus près de la partie centrale. Les changements climatiques en Arctique sont une manifestation cyclique. À certaines périodes, la route maritime du nord se libérait en devenant exploitable, et à d’autres moments cette voie était obstruée par les glaces. Parfois, les rennes pouvaient atteindre des îles mais toute la population mourrait ensuite après une soudaine période de froid. Ce fut le cas de la Nouvelle Zemble, de Spitzberg et d’îles plus orientales.

 

- Quel impact cela représente-t-il pour l’économie ?

 

- Pour l’économie cela représente, avant tout, une possibilité de développement des transports, en particulier pour les échanges entre l’Europe et la Chine, le Japon et d’autres pays d’Asie, et, à l’avenir, utiliser la route maritime du Nord en tant que principale voie commerciale.

 

- Autrement dit, la Russie trouve un avantage dans le réchauffement de la planète ?

 

- Indéniablement car en Arctique la Russie a la possibilité de mener une exploitation plus complète des ressources qui s’y trouvent. Un climat plus chaud sous-entend une meilleure accessibilité du plateau continental pour y installer des plates-formes d’extraction de pétrole et de gaz. Le réchauffement et la libération des glaces de l’Arctique seraient favorables au développement et à l’exploitation d’hydrocarbures du plateau .

 

- Il est possible que la concurrence accrue et l’amorçage du dialogue entre les pays arctiques pour l’exploitation des zones en Arctique aient quelque chose à voir avec cela ?

 

- Évidemment, la concurrence a une motivation économique mais géopolitique également. Il est crucial de considérer l’Arctique comme une zone de coopération des pays membres du Conseil arctique. Il est important qu’au sein de ce dernier les intérêts de tous les pays soient pris en compte, de sorte que même les questions de transport ne soient pas une source de controverse, et la Russie aspire à cela. Tout en prétendant à une partie considérable du plateau arctique, elle prend en compte les intérêts des autres pays. En 2014, la commission de droit maritime de l’ONU étudiera à nouveau la requête russe relative au plateau arctique où la Russie devra prouver la continuité de notre plateau continental. Je pense que notre expérience du cas analogue de la mer d’Okhotsk nous aidera. Les revendications russes seront argumentées mais le développement et les recherches en Arctique nécessitent des investissements dans les études scientifiques géologiques et géographiques, en raison du peu de connaissances que nous avons de l’Arctique. Le problème de la continuité du plateau continental en Arctique auquel la Russie se voit confrontée actuellement et qui ne représente pas de difficulté particulière à première vue en est la preuve.

 

- Merci, notre invité était le professeur Arkady Tichkov, directeur adjoint de l’Institut de Géographie de l’Académie des Sciences de Russie, expert de l’Arctique.

 

Arkady Tichkov, directeur adjoint de l’Institut de Géographie de l’Académie des Sciences de Russie

Propos recueillis par Andreï Zolotov

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0