les russes dans l'arctique

Publié le 26 Octobre 2008

Les oreilles de " Bob " Amsterdam et de Gideon Rachman auraient sifflé s'ils avaient assisté ce soir à l'émission " Le nom de la Russie "   sur RTR Planeta .

Le principe en est simple : Il faut élire avant le 20 Décembre la personnalité historique Russe  qui représente au mieux l'idée Russe .
Ce soir c'était au tour du professeur Serguei Kapitsa de défendre le chimiste
Dmitri Mendéleiv .
Curieusement , la soirée fut consensuelle chacun élogiant le chimiste Russe ou un aspect méconnu de sa personnalité .
Aprés un court film ou il fut rapellé que Mendeleiev
a été l'inventeur du pipeline , voici les principales interventions :

Serguei Mironov [ soutien de Souvorov ] a ainsi évoqué ses théories économiques " Lors de la crise de 1891 , Mendéleiev est allé voir
Serguei Witte et lui a conseillé de ne pas soutenir les banques mais d'investir dans l'industrie et l'innovation technologique "

Dmitri Rogozine [ Dostoeivski ] : " Mendeleiev était un libéral-conservateur comme Poutine . Il était pour un capitalisme d'état surtout en ce qui concerne les ressources naturelles , ce qu'il a toujours conseillé à Witte . Il était conscient que la Russie pouvait construire son avenir sur une exploitation de ces richesses naturelles en conjonction avec un materiel humain exceptionnel "

Viktor Chernomyrdine [ Pierre le Grand ] " Mendeleiev considérait la Russie comme un vaste ensemble pourvu d'immenses richesses . Il considérait qu'il revenait au peuple Russe de domestiquer l'espace Russe pour le bien du peuple Russe mais aussi du genre humain . C'est pour cette raison qu'il s'est interessé aux mines du Donabss , aux gisements métallifères de l'Oural mais aussi à la Sibérie et au Nord et à l'Arctique . Il avait conseillé à Witte de ne pas se séparer de la Sibérie , de la mettre en valeur et surtout de ne pas la céder aux Etats-Unis "


Guennadi Ziouganov [ Lenine ] : " Oui Dmitri Menléiev est bien le père des expeditions Russes dans l'Arctique , avec Lomonossov , dont il a decelé les richesses avant les autres . Mais ce sont les Soviétiques qui ont mis en place le SEVMORPUT et qui ont operationnalisé cette vision prophétique en créeant la Route Maritime du Nord .
C'est aussi grâce au régime Soviétique que ces régions ont été mises en valeur , dans la droite vision qu'en avait Mendeleiev . C'est à Mendéléiev et aux exploits Sovietiques des années 30 que nous devons
d'avoir réussi cet exploit de planter notre drapeau au fond de l'Arctique l'année dernière .
Par son aspect physique et ses propos , il me fait penser à ce député de la Douma qui s'occupe de l'Arctique "

Alexandre Tchakyov [ Catherine II ] " ma region , le Kouban,  lui doit beaucoup . Car c'est dans le Kouban qu'il a expérimenté le premier pipeline et qu'il a developpé les pompes à pétrole dont les Americains nous ont volé les brevets aprés la révolution "

Ilya Glazunov [ Ivan IV ] : " Mendeleiev peut être considéré comme le " Leonard da Vinci " Russe . Il a beaucoup peint mais il a aussi fréquenté les plus grands peintres de son époque dont Ilya Repine . C'est pour cette raison que c'est le scientifique de cette époque qui présente l'iconographie la plus riche ................. Ce qu'on peut dire de Dmitri Mendeleiev , ce qu'il fut un grand patriote Russe au delà d'un grand scientifique "



                    

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 26 Octobre 2008

1581 .

Le cosaque Yermak Timofeyevich  bat les troupes du Khan KUCHUM et penêtre dans la villed' ISLER ou SIBIR !
Elle donnera le nom à la ............Sibérie !
Les troupes de YERMAK mettent la main sur de nombreuses prises ( étoffes , pierres précieuses , vaisselle d'or ) mais n'ont rien pour se nourrir .
Des " Petits peuples " ( Kantis , Mansis , Nenets )  leur proposent alors de la nourriture en échange du droit à pouvoir s'installer sur les territoires conquis par les Cosaques .

Note de l'Editeur : Contrairement à la légende , Yermak agissait non pas pour le compte d' IVAN IV dit " Le Terrible " mais pour le compte de la Famille Stroganoff d'importants marchands .
Les " Stroganoff " , une des " grandes familles " de Russie , sont originaires de l'Arctique Russe ( Pomorie ) et tirent leur nom d'un ancêtre crucifié et " écorché " par des Tatars .


Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 25 Octobre 2008


J'ai déja évoqué dans ces colonnes le rôle de l'hélicoptère dans l'Arctique .
Une video , avec un zeste de pub , leur rend hommage sur " Ru Tube " ( le " You tube " Russe ) dans un rôle peu connu : Celui de l'assistance aux " Petits Peuples " de l'Arctique Russe , Komis , Evenes ,Nenets ,  ..............
Le tout sur un fond musical de musiques traditionelles .
Comme le dit un des commentaires : Респект Северу-респект Летчикам! Respect au Nord ! Respect aux pilotes !





Je profite de cet article pour rendre hommage au chef pilote , heros de l'Union Sovietique , Youri  Garnayev et à à tout l'équipage du Mil Mi 6 disparus dans l'accident , dont les causes demeurent encore mystérieuses ( erreur de pilotage , défaillance technique ou .........sabotage ) , survenu le 6 Aout 1967   sur la commune du ROVE prés de Marseille alors qu'ils combattaient un feu de forêt  , cette plaie de la Provence ( Mais aussi de la Sibérie ! ).

IN MEMORIAM :



Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 25 Octobre 2008

Deux clips de la chanson " Na severe " d'Anatoly Polotno qui resument assez bien " l'esprit " du blogue !
( NOTA : Mettre le volume à FOND ! )



" I devchontchiki zdec khorochi " ( Et les * fillettes * sont * bonnes * ici ............)
" Zdec velikaya vetchnoya sila Rossiya " ( Ici reside l'eternelle et glorieuse force de la Russie "



On peut comparer " Na severe " aux " Corons " de Bachelet ou " les gens du Nord " de Macias .
Dans les trois chansons la thematique de la " solidarité des gens du Nord " est abordée .
Sous la forme d'un lamaneur  et d'un grutier déchargeant un containeur dans un port de la RMN dans le premier clip , sous celle d'un equipage de la Flotte du Nord dans le deuxième .

Le plus interessant reste , quand même , la mise en images ..............:
Une escadrille de Sukhoi survolant un Brise-glaces à propulsion nucleaire fendant la banquise vs des peniches avachies sur un canal : A chacun son " trip " !





Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 17 Octobre 2008

 " Les Russes arrivent ! ». Au milieu des années 60 du 20ième siècle, un film, qui passait dans les salles américaines, portait ce titre et évoquait la visite fatidique d’un sous-marin russe dans une petite crique de la côte des Etats-Unis. Le film, bien qu’il ait été avant toute chose une comédie, révélait que dans le subconscient de beaucoup d’Américains,il y avait, à l’époque, la peur d’une attaque soviétique.
Si le producteur de cette comédie avait eu davantage de culture historique, il aurait dû titrer : « Les Russes reviennent ! ». Bon nombre de nos contemporains s’étonnent quand ils lisent que les Russes, au 19ième siècle, ont disposé pendant longtemps d’une base sur la côte californienne, à laquelle ils ont donné un nom qui rappelle clairement leur présence d’antan, là-bas. Ce fortin se trouve à quelque 80 km au nord de San Francisco, sur l’estuaire de Russian River, une rivière qui se jette dans le Pacifique. Le nom de ce fortin est Fort Ross, diminutif ultérieur de Fort Rossiya, soit « Fort Russie ». Aujourd’hui, cette petite place forte est un site magnifiquement entretenu par l’Etat de Californie. La maison du commandant de la place, avec ses deux étages, contient six pièces d’habitation et une cuisine qui ont toutes été conservées en leur état original. Une palissade faite de troncs hauts de quatre mètres protégeait les habitants de leurs ennemis car, en 1812, quand il fut décidé de construire la place pour ravitailler les colons russes de l’Alaska, les indigènes amérindiens n’appréciaient guère l’arrivée de ces étrangers. Plusieurs combats ont eu lieu entre les chasseurs de peau sibériens et les Amérindiens du lieu, guerriers quasi nus et rapides à la course. Les Russes étaient désavantagés, à cause de la chaleur, de même que leurs auxiliaires originaires des Iles Aléoutiennes.

Dans la métropole de l’Empire des Tsars, Pierre le Grand se demandait s’il était possible de naviguer vers l’Est en longeant la côte arctique de la Sibérie puis de mettre le cap vers le sud pour cingler vers la Chine et le Japon et aussi s’il existait un pont terrestre entre l’Asie et l’Amérique. Pour être éclairé, le Tsar mande l’explorateur danois Vitus Bering et lui confie la mission de vérifier sur place. En janvier 1725, deux jours avant la mort de ce grand empereur russe, l’expédition s’ébranle : elle compte vingt-cinq traîneaux. Devant elle : l’immensité territoriale de la Sibérie et, au bout de celle-ci, la presqu’île du Kamtchatka. Le chemin semble interminable mais Dame Fortune est clémente et généreuse pour l’expédition russo-danoise. A la fin de son expédition, Bering arrive à la pointe orientale extrême du continent asiatique, au cap qu’on appellera par la suite « Cap Dejnev », de même qu’au détroit qui porte aujourd’hui son nom et qui n’est large que de 85 km. Les indigènes parlent d’un très grand pays au-delà de cette petite étendue marine, à l’Est.

Après les expéditions de Bering, les Russes partent à tâtons à la découverte en suivant le chapelet des Iles Aléoutiennes et déboulent finalement en Alaska. Dans les îles, ils trouvent des loutres de mer, très appréciées pour leur fourrure. Des marchands s’intéressent désormais à ces expéditions. Le 3 août 1784, un certain Grigori Ivanovitch Chelikov fonde le premier véritable établissement russe d’Alaska, le hameau de Tri Svetoi (= « Trois-Saints »). Face aux Amérindiens de l’ethnie Tlinkit, agressifs et fort pugnaces, les Russes finissent par s’imposer en avançant cinq canons. Ce fut un massacre qui laissa cinq cents morts sur le terrain mais la résistance des indigènes cessa.

Le commerce des peaux étant très lucratif, les colons arrivent plus nombreux : une demie douzaine de villages russes se construisent en Alaska. En 1799, l’Etat russe devient partenaire de la colonisation et impose une société monopolistique qui commercialisera les précieuses peaux. Elle s’appelle la « Compagnie Russo-Américaine » ; quelques membres de la famille impériale en sont actionnaires. Le centre de la colonie est alors Novo-Arkhangelsk, que l’on débaptisera plus tard en Sitka.

La présence des sujets du Tsar inquiétait une autre puissance mondiale de l’époque : en effet, l’Espagne revendiquait toute la côte ouest des Amériques. Un livre intitulé « Les Moscovites en Californie » avait alarmé les Espagnols, qui décidèrent de doter la Californie de bases, qu’ils appelaient « presidios » et dont le plus avancé vers le Nord se situait entre Los Angeles et San Francisco. A cette présence militaire s’ajoutaient les missions de l’Ordre des Franciscains, successeurs des Jésuites qui avaient été expulsés d’Espagne.

Mais les craintes espagnoles s’avèrent sans objet car les Russes ne revendiquaient que les régions jusqu’au 55ième degré de latitude, soit une région se trouvant à quelque 2000 km au nord de San Diego. Une seule fois seulement, en 1774, un noble espagnol, Juan Perez, à bord du voilier San Antonio, s’aventura jusqu’à ces zones fort inhospitalières. Le brouillard permanent et les pluies interminables ont dégoûtés ces Européens du Sud, qui sont repartis sans l’intention de revenir un jour.

Les Britanniques, plus habitués aux climats ingrats, se montrèrent plus entreprenants. Ils observaient avec envie ce commerce des peaux en pleine expansion. Ils décidèrent de lancer une expédition sous le commandement de James Cook en direction de l’Alaska. Cook passa le Détroit de Bering et ne fit demi tour qu’une fois arrivé en lisière de la banquise. Sur le chemin du retour, il noua des contacts amicaux avec les Russes, mais sans perdre le nord, les marins anglais s’emparent, au nom de leur Roi, de l’Ile de Vancouver, à proximité de la ville contemporaine de Seattle. Madrid tente de se défendre, en vain, contre cette annexion britannique sur la côte du Pacifique, mais rien n’y fit.

A partir de 1794, l’Amérique russe a donc un nouveau voisin, redoutable, sur ses confins méridionaux. A l’Est de l’Alaska se trouve l’immense Rupertsland, qu’exploite la Compagnie de la Baie d’Hudson fondée en 1670 en jouissant de pleins droits de souveraineté. Les Anglais ne s’embarrassent pas de scrupules et excitent les Amérindiens locaux contre les Russes. Mais ceux-ci s’accrochent et parviennent à conserver leurs colonies, qui se lancent dans un commerce intense avec le Royaume des Iles Hawaï grâce aux initiatives d’excellents gouverneurs.

L’un de ces gouverneurs était issu d’une très ancienne famille allemande des Pays Baltes : le Baron Ferdinand Petrovitch Wrangel, qui dirigera l’Alaska pendant cinq ans à partir de 1830. Après cela, il deviendra le Ministre de la Marine du Tsar. Jusqu’à la fin de la monarchie russe, cette famille allemande des Pays Baltes conservera ses attaches à la dynastie régnant à Saint-Petersbourg : en effet, en novembre 1920, à la fin de la guerre civile russe, les restes de l’Armée Blanche, battus, quittent la Crimée à bord de navires français qui mouillaient à Sébastopol. Le dernier commandant en chef de ces forces tsaristes fut le Général Peter Nicolaïevitch Wrangel.

Au début de l’année 1864, le Prince Dimitri Maksoutov, descendant d’une famille tatare, devient le nouveau gouverneur de la colonie russe de l’Alaska. Ce noble, qui vient de convoler en justes noces, ne s’imagine pas que son avenir est bien sombre. Non seulement il sera le dernier gouverneur de l’Amérique russe, mais, vingt-cinq ans plus tard, il mourra seul et abandonné, totalement ruiné. Pourtant, au début de sa carrière de gouverneur, Maksoutov pouvait être satisfait de la situation qui régnait en Amérique russe. Certes, le poste de ravitaillement de Fort Ross en Californie avait dû être cédé en 1841, pour 30.000 dollars américains ; l’acheteur était une personnalité privée et farfelue. Le commerce des peaux périclite lentement. Les épidémies s’étaient succédée et avaient exigé leur lugubre lot de victimes, mais, malgré ces déboires, le nombre d’habitants de Novo-Arkhangelsk a augmenté jusqu’à atteindre les 2000 habitants. C’est la Compagnie de la Baie d’Hudson qui leur fournissait des vivres.

Mais il y a une chose que le Prince Maksoutov ignore : le Tsar Alexandre est sous l’influence de son frère puîné, Constantin, qui hait la Compagnie russo-américaine. Cette société monopolistique, prétendait le frère du Tsar, ne sert qu’à enrichir de manière éhontée ses actionnaires, tandis que le ministère des finances devait la soutenir en avançant des fonds considérables.

Le 16 décembre 1866, la décision tombe suite à une audience auprès du Tsar. En présence des ministres des affaires étrangères et des finances, du Prince Constantin et de l’Ambassadeur russe Edouard von Stöckl, en poste à Washington, l’autocrate de toutes les Russies accepte que la colonie soit vendue aux Etats-Unis. L’ambassadeur devra, pour conclure ce marché, réclamer aux Américains la somme de cinq millions de dollars américains (ce qui équivaut à quelque 70 millions d’euro actuels).

Edouard von Stöckl se rend immédiatement à Washington, distribue des pots-de-vin, joue un véritable jeu de poker, sans état d’âme, et parvient à obtenir 7,2 millions de dollars pour le trésor russe. A la fin du mois de mars de l’année suivante, le traité de cession de l’Alaska est signé. Au gouverneur, le Prince Maksoutov, échoit le triste devoir d’annoncer la nouvelle à la population de Novo-Arkhangelsk, rassemblée sur la place publique. Ces Russes d’Amérique ne pouvaient le croire, étaient atterrés. Ils se regroupèrent immédiatement dans l’église orthodoxe pour baiser les icônes et invoquer les saints. En vain. Lorsque la colonie est officiellement cédée aux nouvelles autorités américaines, pas un Russe n’est présent à la cérémonie. Sur place, il n’y a plus que des marchands de peaux américains qui espèrent de plantureux profits. Le 6 octobre 1867, à trois heures et demie de l’après-midi, la bannière étoilée flotte sur Novo-Arkhangelsk, que les Américains débaptisent aussitôt pour lui donner le nom de Sitka, aujourd’hui Saint Michael sur l’Ile Baranov.

Les nouveaux maîtres des lieux apportent une nouveauté supplémentaire : le calendrier grégorien, ce qui fait que ce 6 octobre devient le 18. Les sujets du Tsar sont désormais des étrangers indésirables, qui devaient donner logis aux soldats américains. Dégoûtés, ils plient bagage et quittent l’Alaska pour la Russie.

Erich Körner-Lakatos
Article tiré de l’hebdomadaire viennois « Zur Zeit », n°39/2007.



Note de l'éditeur : Sur le traitement merdiatique de la présence Russe en Alaska par Olivoude  , voir ( Enfin , juste pour sa " kultur " )  le film profondément Russophobe " The world in his arms " .

Dans un opuscule parru en 1944 , Averell Harriman presente la " Doctrine de Monroe " comme une decision destinée à empêcher une alliance Russo-Hispanique sur les rivages de la Californie et la conclusion d' un " Traité de Tordesillas " aux depends des Etazunis entre la l'Empire Russe et la Couronne Espagnole .
Les Espagnols sont encore dans la logique des " Rayas " et le monde Anglo-Saxon est dans celui des " Lines of Amity " . Le complément à la doctrine de Monroe sera la vision imperialiste  de Theodore Roosevelt et celle institué par FDR et le CFR : le " Western Hemisphere " .





Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 11 Octobre 2008

Une dépêche datant déja de quelques jours qui concerne l'Antactique et non pas l'Arctique .
Elle montre tout de même quela conquête des regions polaires reste une activiité dangereuse et quele cout humain  de la mise en valeur de ces régions reste élevé .

MOSCOU, 9 octobre - RIA Novosti. Un important incendie survenu dans la station antarctique russe Progress dans la nuit du 4 au 5 octobre a fait un mort et deux blessés, a annoncé jeudi par téléphone à RIA Novosti le chef de l'expédition antarctique russe Valeri Loukine.

"Un membre des brigades de construction est mort, deux autres ont subi des fractures graves. L'équipement radio a été intégralement détruit", a-t-il indiqué.

Selon lui, le délai entre l'incident et l'annonce de la nouvelle est dû aux problèmes de liaison avec la station

IN MEMORIAM

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 1 Octobre 2008

Grand ordonateur et organisateur du " Raout Arctique " qui s'est tenu dans un de ses pied à terre de l'archipel François Joseph , le chef du Conseil de Securité de la Federation de Russe , et ex directeur du FSB ,  Nicolas Patrouchev s'exprime dans les colonnes du journal Isvestya .
Comme le souligne l'introduction de l'interviouve , le " Dossier Arctique " est desormais une des priorités de la diplomatie Russe au même titre que le Caucase ( Georgie ) , les Balkans ( Kossovo ) ............
C'est la première fois que le chef du CSFR s'exprime dans la presse et développe ces dossiers .

Pour Nicolas Patrouchev la priorité est de " defendre les intêrets nationaux de la Russie sur le plateau continental " , de " créer les conditions économiques du développement des * Peuples du Nord " "
" Le President a réaffirmé les objectifs nationaux et internationaux de la Russie jusqu'en 2020 .L'Arctique doit être utilisée pour le développement économqiue de notre pays " .
" Notre objectif principal est de transformer l'Arctique comme base des ressources Russes pour le XXI eme siècle et de contribuer à la securité enegetique [ globale ] "

 
Nicolas Patrouchev s'est également plaint de l'attitude des " partenaires occidentaux " de la Russie face aux projets " souppesés "de la Russie  , de son approche multilaterale du dossier et de leur accusations fallacieuses d'appropriation territoriale .
Il a ainsi souligné la manière propagandiste et erronée  dont les mediats Canadiens ont couvert la declaration du President Medvedev concernant la delimitation de l' "Arctique légale " .


Apres avoir rappellé le rôle de l'Arctique Russe dans la production Russe de metaux non-ferreux et du plateau continental dans celui de reserve d'hydrocarbures , il a souligné le rôle des plus de 60 scientifiques Russes , " l'Elite scientifique de la Russie " , qui travaillent au sein du Conseil de Securité [ de la Federation de Russie ] afin de défendre la souveraineté Russe sur cette région .

Nicolas Patrouchev a indiqué que ce développement de l'Arctique devait prendre en compte l'écologie et les intêrets des " Petits Peuples " du Nord [ Ce qui en soi revient au même  ! ] .
Certains feraient bien de s'en inspirer !


Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 26 Septembre 2008

Labevière et Thual en parlent dans leur livre , moins d'une ligne .

Il s'agit de la tempête arctique d'octobre 1983 sur la route Maritime du Nord  qui necessita le deploiement de 13 brise-glaces et de plusieurs dizaines d'helicoptères et d'avions pour porter secours à 50 navires dont les  petroliers Kamensk-Ouralski ,  Igrim et Ourengoï à pleine charge .
Ce dernier necessita à lui tout seul la puissance de trois brise-glaces ( 163 000 CV ) pour être libéré de la banquise  qui atteignait par endroits une épaisseur de .......10m .
Déja à l'époque les satellites furent mis à contribution pour scruter la progression de la banquise et le repérage des navires en perdition .
Certains de ces évènements se sont déroulés au large de la
Tchoukotka .
Cet évenement climatique montre que
la maîtrise du postionnement par satellite est une nécessité absolue pour la navigation arctique  , non seulement pour la navigation dans les chenaux libres mais aussi pour le confort moral des équipages ( et des armateurs ) : Ceux ci doivent avoir la garantie que les secours arrriveront dans les plus brefs délais et les armateurs et affréteurs doivent avoir la certitude que les navires et les cargaisons ne seront pas perdus corps et biens .

null
                  Helicoptere Mil MI 2 et brise-glace  " Sibir " - Brise-glace " Leonid Brejnev "

             ( C) Agence de Presse NOVOSTI - Septembre 1984

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 24 Septembre 2008

PETROPAVLOVSK-KAMTCHATSKI, 24 septembre - RIA Novosti. Le président russe Dmitri Medvedev est arrivé mercredi au Kamtchatka (Extrême-Orient russe) pour participer à une réunion consacrée au développement socio-économique de cette région.

M. Medvedev devrait visiter la ville de sous-mariniers de Vilioutchinsk ainsi qu'un sous-marin basé dans cette ville. *

C'est le premier déplacement de Dmitri Medvedev dans cette région en tant que président de Russie .
Le président russe Dmitri Medvedev a exprimé mardi son mécontentement suite au non-respect par le gouvernement des délais impartis à la mise au point de la stratégie de développement de l'Extrême-Orient et de la Transbaïkalie à l'horizon 2025.

"Nous n'avons pas encore reçu de version finale de la stratégie de développement de l'Extrême-Orient dans son ensemble", a déclaré mardi à Anadyr (Extrême-Orient) M. Medvedev lors d'une réunion consacrée au développement socio-économique du district autonome de Tchoukotka.

"Je voudrais rappeler au gouvernement qu'il aurait dû présenter la stratégie de développement socio-économique à l'horizon 2025 de l'Extrême-Orient, de la Bouriatie, de la Transbaïkalie et de la région d'Irkoutsk le 18 juin dernier. Nous sommes déjà en septembre. Où est donc le document?", a demandé aux parlementaires le président russe.

Selon lui, le retard des travaux de mise au point de ce document menace la prise des décisions les plus importantes et aura un impact négatif sur le niveau de vie de la population.


* Ici aussi on ne peut que penser aux " Punkti bazirovniya " , les " Schtutzpunkten " , des forces Russes évoquées par le General Ivashov .
Dans " Weltmeere und weltmachte " , Haushofer souligne le caractère excentré de ces bases de l'extrême orient Russe apres la cession de l'Alaska par la Russie . Il explique ainsi les raisons de la defaite Russe lors de la guerre Russo-Japonaise de 1904 .
Ces bases ,  avec celles situées dans la peninsule de Kola ou l'archipel Franz Joseph , constituent  desormais  les " verrous " que la Russie semble vouloir poser aux deux extrémité de la Route Maritime du Nord .

Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0

Publié le 24 Septembre 2008

Le President Russe Dmitri Medvedev a effectué une visite dans le district de Tchoukotka . , célèbre par son ancien gouverneur Roman Abramovitch .
Dans le cadre de la nouvelle réorganisation administrative de l'Arctique Russe , il a évoqué la possibilité d'une fusion des entités administratives de la région .
Voilà qui va encore  provoquer des eructations chez nos drouâdelômistes qui , tout à coup , deviennent les defenseurs des divisions admnistratives heritées de l'URSS .
Dmitri Medvedev a plusieurs fois signalé le caractère multiethnique de la Federation de Russie , nottament lors de " L'Arbre de Noêl du Kremlin 2007 " ou il s'est plu à poser en compagnie de jeunes  enfants appartenant aux " Petits Peuples " de la Federation de Russie en costume traditionnel ou lors du congres des peuples Finno-Ougriens de Katty -Manssisk.
Lors de cette visite il a souligné le caractère strategique de cette région avec des propos que n'aurait pas renié le General Leonid Ivashov  :

"La Tchoukotka peut et doit jouer son rôle dans l'Arctique et être rétablie dans ses droits de maillon incontournable du passage Nord"


Voir les commentaires

Rédigé par P@lp@tine

Publié dans #Les Russes dans l'Arctique

Repost0