robotique et ia

Publié le 8 Octobre 2021

Un XLUUV c'est un Extra Large Unmanned Undesea Vehicule , c'est à dire un drone sous-marin de grande taille .

Avec l'annonce ce jour par Naval Group™ d'un Démonstrateur de Drone Océanique - DDO - qui sera capable de plonger jusqu'à une profondeur de 150 mètres , naviguer à une vitesse de 15 nœuds et avec une autonomie de " plusieurs semaines " , la France rentre dans le club très fermé des nations développant ce type de drone assimilables à des " mini submersibles (quasi)-autonomes " 

Selon  le PDG du groupe Pierre Eric POMMELET  les missions assignés à ce submersible seront : "  de décharger les sous-mariniers de certaines tâches fastidieuses pour se concentrer sur les manoeuvres les plus critiques ....  pour surveiller les ports, explorer les fonds en soutien des forces spéciales, garder des câbles ou encore transporter des armes "

Les premiers exemplaires opérationnels sont prévus pour 2025 .

La France rejoint donc un club très fermé de nations disposant ou développant ce type de véhicules : Les Etats-Unis avec le drone ORCA de Boeing™ , la République Populaire de Chine avec le HSU001 et enfin la Russie avec le SARMA . En fait de " carré d'as " on peut aussi y inclure le MANTA de la Royal Navy .Leurs caractéristiques ne sont pas bien sûr pas identiques mais on peut considérer qu'ils appartiennent bien à la même classe des XLUUV . Le projet Allemand Modifiable Underwater Mothership MUM - de TKMS™ présenté en juin 2020  n'est attendu que pour 2024 selon Jane's .

D'autres nations vont très probablement rentrer dans cette course aux XLUUV ou MUUV ( Le Extra-Large en Medium ) qui ne fait que commencer : Inde , Australie , Italie , Espagne ( Patrie du submersible Peral de 1888 )  , Turquie , Corée du Sud ,...

Pour les nations qui n'ont pas les capacités industrielles de développer toutes les " briques technologiques " ( communication , capteurs , ... ) - " have-not " d'un tel drone sous-marin  cela passera très probablement par l'acquisition de celles-ci aux travers de composants " sur étagère " ou COTS  et donc des autorisations d'export des " haves " . 

C'était toutefois le minimum minimorum pour la France , pays du " Gymnote " de Gustave ZÉDÉ , de Pierre GIFFARD , d'Albert ROBIDA et du capitaine DANRIT ( voir plan infra ) ! 

Il est à noter que comme en Russie avec USC qui a proposé sa gamme de drones sous-marins , c'est le secteur privé qui a développé ce drone avant d'avoir reçu des commandes officielles des forces armées  .

" L'Océanographie cela sert surtout à faire la guerre " 

DanielB pcc Yves LACOSTE 

 

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV .
La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV . La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV . La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV .
La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV . La guerre sous-marine de demain : La France rentre dans le carré d'as des constructeurs de XLUUV .
J'ai retrouvé les plans du DDO !
J'ai retrouvé les plans du DDO !

J'ai retrouvé les plans du DDO !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Septembre 2021

Cela fait parti des projets que j'avais présenté dans un article précédent consacré au " seabed warfare  ", plus précisément sur l'axe Arcto-Pacifique et en Russie 

Viktor LITVINENKO ( ! ) , le directeur adjoint de la recherche du Fond pour la Recherche Avancée  FPI - ФПИ Фонда перспективных исследований , a annoncé à l'agence TASS la mise au point en Russie d'un drone sous-marin destiné à opérer en autonomie sous la banquise Arctique .

Ce véhicule sous-marin - surnommé SARMA - CAPMA destiné à opérer principalement  sous la banquise Arctique a été mis au point en coopération avec le bureau d'étude LAZURIT 

Un démonstrateur fonctionnel de ce drone sera mis au point en 2022-2023 et selon diverses sources sa production en série est prévue pour 2024 .

D'une longueur d'environ 10 m et d'un déplacement de 21 tonnes * ce drone sera capable d'opérer en autonomie sous la banquise avec une autonomie de 3 mois sur une distance de 8000 Km . Il pourra plonger jusqu'à une profondeur de 1000 m. Sa propulsion sera très probablement de type anaérobie ( AIP ) et avec la présence d'une pile à combustible  . Certains articles font ainsi état de " stockage cryogénique de composés chimiques  " Ce drone bénéficierait de l'acquis de technologies spatiales du FPI .

Comme tous les projets liées au seabed warfare ce drone aura des applications duales , civiles et militaires . Pour ce faire il sera modulable en fonction de la mission qui lui sera assignée : surveillance et maintenance des gazoducs et des oléoducs , surveillance et maintenance des réseaux sous-marins de fibres optiques , cartographie des fonds marins , études géologiques mais aussi très probablement patrouilles - armées ou non - sous la banquise pour y détecter des hostiles . Des applications comme le transport sous-marin d'équipements sont même envisagées . Ce drone sous-marin autonome ( AUV ) doit être considéré comme une plateforme universelle configurable en fonction de la mission . Des experts Russes le présentent comme " Le frère cadet du drone militaire Poséïdon " 

 Ilya KRAMNIK de RIAC  souligne l'importance de ce projet dans le cadre de la maîtrise par la Fédération de Russie de l'axe Arcto-Pacifique avec des technologies indigènes . Quoiqu'il en soit l'annonce du développement accéléré de ce drone survient dans le cadre de menaces renouvelées contre la souveraineté de la Russie sur l'Arctique , ou du moins la partie qu'elle peut revendiquer au nom de la CNUDM - UNCLOS .

L'une des particularité de ce drone est qu'il sera reprogrammable en cours de mission . Outre les polynies - étendues d'eau libres au milieu de la banquise -  , les illustrations ci-dessous permettent d'appréhender mieux qu'un long discours les techniques qui seront probablement utilisées . On peut envisager , c'est l'objet d'autres brevets , de sondes aérolarguables munies d'une tête chauffante pour percer la banquise comme pour les foreuses thermiques utilisées en glaciologie . Certaines maquettes laissent envisager l'existence sur le drone d'antenne de communication lors d'une émersion voir d'un " périscope " pour des observations optiques de la surface . D'autres hypothèses font état d'un " périscope chauffant " destiné à percer la banquise pour permettre les communications entre le " monde libre " et le monde sous-glaciaire ( ? )

On peut ainsi envisager l'utilisation de ce drone pour la surveillance " discrète " de la Route Maritime Nord ou Sevmorput et ce sont des missions liées à cette surveillance qui ont lancé ce projet dés 2018 .  Ce drone pourra aussi très probablement communiquer avec un réseau de transducteurs immergés selon les technologies développées par NIIATOLL . ( Voir illustration ) 

Sur le plan de l' "aspect physique" du drone  , une maquette en coupe du SARMA à l'échelle 1:1 a été présentée le 21 juin 2021 au stand VKO ALMAZ-ANTEY au salon INNOPROM 2021 à EKATERINBOURG  ainsi qu'au salon internationale de la défense maritime de SAINT-PETERSBOURG IMDS-2021. 

Lors de cette présentation des voix - issues de la construction navale - se sont fait entendre pour mettre en doute les capacités d'ALMAZ-ANTEY à pouvoir fabriquer ce type de véhicules autonomes sous-marins dans son usine " 70 let pobedy " de NIJNI-NOVGOROD . Le représentant de l'usine a retorqué en citant l'exemple du drone ORCA produit par BOEING™ et en soulignant que son entreprise de très haute technologie dispose de toutes les compétences pour assembler ce système , la conception n'étant pas de la compétence d'ALMAZ-ANTEY . 

L'existence de drones capables d'opérer sous la banquise n'est pas nouvelle puisque le Canada a déjà développé au début des années 1990 de tels véhicules sous marins - THESEUS - mais aux capacités plus limitées . Ce drone était destiné à la pose de réseaux d'hydrophones sous la banquise pour la détection des submersibles Russes . Durant les exercices ICEX 2020 l' USN a déployé un drone Bluefin-21 sous la banquise dans des conditions d'autonomie qui restent à déterminer . 

De la même manière les " cryobots " développés par la NASA™ pour l'exploration des mers sous-glaciaires des exoplanètes pourraient déboucher très rapidement sur des drones sous-marins militaires tout ce qu'il y de plus "  terre à terre ".

La " guerre sous-marine de demain " dans l'Arctique au moyen de drones est bien une réalité , même si elle fait peur à certains états ! 

Ce drone tire son nom de la vallée où coule la rivière éponyme SARMA et qui donne naissance au vent SARMA le plus fort de ceux soufflant sur le Lac BAÏKAL..

 

* Selon les articles de presse .

Nota : Les commentaires de ce blogue sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021
Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021

Vue générale de la maquette du drone sous-marin SARMA à l'exposition INNOPROM 2021

Le drone sous-marin SARMA
Le drone sous-marin SARMALe drone sous-marin SARMA

Le drone sous-marin SARMA

Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones
Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones
Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones

Les projets Russes de Seabed Warfare dans l'Arctique et la communication sous-glaciaire avec les drones

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Septembre 2021

Alors que les exercices ZAPAD-2021 se terminent avec le déploiement de robots terrestres télécommandés Uran-9 et Platform-M , Israël qui a été l'un des pionniers du développement de la robotique militaire annonce avoir développé  des drones terrestres semi-autonomes (  UGV ) pour patrouiller ses frontières , principalement le long de  la bande de GAZA où un drone terrestre assure déjà des patrouilles .

Si un véhicule autonome Jaguar patrouille déjà les frontières Israéliennes , ce nouveau drone a pour caractéristique principale une autonomie décisionnelle accrue dans sa capacité de déplacement et d'acquisition . La décision d'ouvrir le feu avec le Rex Mk II reste toutefois confiée à un opérateur . Les concepteurs de ce robot polyvalent puisqu'il peut aussi servir de " mule " soulignent que cette capacité de tir autonome n'a pas été implantée sur les robots opérationnels . Ceux-ci sont en outre dotés de capacité d'apprentissage via leur IA .  Comme le soulignent les responsables militaires Israéliens le déploiement de ces robots contribue à réduire les interactions de soldats " humains " avec une menace potentielle

C'était déjà d'ailleurs le cas du Jaguar qui grâce à ses capteurs pouvait éviter des obstacles sur un parcours déterminé . Les opérateurs du robot peuvent toutefois à chaque instant reprendre le contrôle du robot . Les deux robots à propulsion électrique disposent de la capacité à déterminer l'instant optimal pour recharger leur batteries et à se diriger vers un point de charge . Il faut noter ici que la capacité à retrouver ce point de charge est à l'origine - et ce dés la fin des années 70 - des recherches en robotique et IA  .

On notera juste les architectures de plus en plus semblables de tous ces robots , qu'ils soient Russes , Ukrainiens , Serbes , Estoniens ou Israéliens ,  et qui différent  par la nature des capteurs et leur degré d'autonomie et de capacité d'interaction avec leur environnement . Les mécaniciens ont un rôle essentiel dans le développement de solutions technologiques pour ces robots comme , par exemple , des moteurs électriques intégrés dans la roue . 

Il faudra aussi souligner ici l'ignorance crasse de M. Pavel FELGENHAUER qui dans un article de Novaya Gazeta compare les robots contemporains Russes déployés lors des exercices ZAPAD 2021 aux Goliath Allemands employés à VARSOVIE en 1944 ou aux Teletanks Soviétiques de la fin des années 30.

Cette annonce survient au même moment où le NYT publie un article sur l'assassinat par une arme télécommandée du  scientifique Iranien Moshen FAKHRIZADEH .

Une arme disposée dans une camionnette et pilotée à distance a abattu le scientifique atomiste qui travaillait à la conception de têtes Mirvées . Des caméras disposées dans cette camionnette permettaient d'avoir une vue d'ensemble de la rue dans laquelle il résidait . Après avoir abattu le physicien  la camionnette a été détruite par une explosion télécommandée mais pas suffisamment , ce qui a permis aux Iraniens d'en faire en partie la rétro-ingiénérie . Cette attaque a eu lieue le 27 novembre 2020 dans la ville d'ABSARD dans la province de Téhéran . 

Toute ressemblance avec un film célèbre n'est bien sûr pas fortuite ....

Nota : Les commentaires de ce blogue sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Au pied REX !
Au pied REX !

Au pied REX !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Juin 2021

Le concept de Seabed Warfare qui pourrait se traduire par " guerre du fond des mers " ou  " guerre du plateau continental " est toutefois assez vaste puisqu'il regroupe l'ensemble des opérations navales de , vers et à partir du plateau continental .

Il concerne en fait toute la " kill box " verticale , la colonne d'eau qui s'étend du fond de la mer à la surface et regroupe donc les activités navales de surface " traditionnelles " tout comme les activités sous-marines " traditionnelles ". Cette " kill box " s'étend en fait au delà de l'interface eau-air , jusque dans l'espace , puisque les drones sous-marins peuvent être largués depuis un aéronef et les informations en provenance du fond ou de la colonne d'eau transmises vers des satellites par l'intermédiaire de dispositifs de surface comme des navires , pilotés ou automatiques , ou des bouées .

Les drones y auront bien sûr leur importance et y ont déjà leur importance avec la collecte automatiques de données comme la bathymétrie ( cartographie sous-marine du plateau ) , les courants marins et la salinité de l'eau . C'est une guerre sourde que se livrent par exemple Chinois et Etasuniens dans la Mer de Chine . Si le Mainstream met en avant un certain activisme Chinois plus particulièrement en Mer de Chine  , il "oublie" toutefois de signaler que les Etats-Unis ont une posture agressive dans la région . Les autorités Chinoises offrent ainsi une récompense substantielle de 70 000 Euros aux pêcheurs qui capturent un drone Etasunien . 

Elle a été mise sur le devant de l'actualité par les menaces que les uns et les autres se jettent à la figure de tentatives d'attaques contre le réseau mondial de câbles sous-marins , et l' Arcto-Pacifique n'échappera pas à cette conflictualité , mais elle concerne aussi par exemple les installations de forage off-shore et des réseaux de transports sous-marins comme le Nord-Stream 2

Cette guerre a bien sûr été imaginée par les auteurs d'anticipation militaire , en particulier les Français Pierre GIFFARD et Robida avec les " Tirailleurs sous-marins " en scaphandre , mais souvent la réalité a dépassé la fiction : On peut dater le début du " Seabed Warfare " avec la destruction du câble sous-marin reliant Manille à Hong-Kong et Cuba aux Caraïbes durant la Guerre Hispano-Américaine de 1898 , le 11 mai 1898 exactement lors de la bataille de Cienfuegos . . A Cuba la société qui fut victime de l'action des marins de l'USN qui arrachèrent le câble sur le fond avec un grappin depuis une chaloupe [ voir image ] était d'ailleurs principalement aux mains de capitaux Français - dont une participation de l'Etat Français -  ce qui dés l'époque a posé des problèmes légaux . Si l'attaque contre le câble que la Russie va poser le long de son littoral Arcto-Pacifique** peut être " justifiée " par son caractère publique et civilo-militaire , une attaque semblable contre un autre câble pourrait poser de nombreux problèmes légaux . Peut-on s'attaquer à un câble d' Orange™ aux larges des côtes Africaines même si il sert de moyen de communication pour les unités de l'armée Française déployées en Afrique ? 

 Nous noterons ici que pas plus que lors des écoutes de la NSA , la Grande République ( humour ) Française n'éleva alors aucune protestation réelle ...

" Kill box " de la guerre du plateau-continental

" Kill box " de la guerre du plateau-continental

Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle . Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .
Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .

Les " tirailleurs sous-marins " imaginés à la fin du XIX éme siècle .

Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .
Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .

Acte I du seabed warfare : La bataille de Cienfuegos du 11 mai 1898 .

Section du câble télégraphique repéché par les Allemands dans la Seine lors du siège de Paris

Section du câble télégraphique repéché par les Allemands dans la Seine lors du siège de Paris

Dans les années 1970 et 1980 le développement des activités pétrogazières off-shore déplace la problématique du seabed warfare des télécommunications vers la protection , et l'attaque , des infrastructures off-shore ainsi que des " tuyaux " comme les gazoducs ou oléoducs destinés à évacuer la production vers le littoral . Cette guerre peut aussi concerner aujourd'hui les câbles sous-marins d'énergie électrique , en particulier avec le développement de parcs éoliens en mer .

 Science &Vie a publié un superbe article sur cette " guerre du fond " en 1976  . C'est aussi  l'époque où les Soviétiques développent plusieurs véhicule sous-marin chenillés comme le MTK-200 capables de se déplacer sur le plateau continental jusqu'à une profondeur de 500 m et télécommandés depuis un navire par des câbles . Prés de cinquante années plus tard avec le " sous-marin kangourou " il semble de nouveau inspirer les ingénieurs Russes . Parmi les concepts développés à l'époque je retiendrai aussi celui de " torpilles dormantes " dans des silos disposés au fond des mers et activées sur ordre ou après détection au moyen d'un réseau d'hydrophones [ voir infographie Science&Vie ]  Le programme Hammerhead en est un avatar moderne . Comme le soulignent de nombreux commentateurs ces " torpilles dormantes " lorsqu'elles sont inactivées ne constituent pas des menaces pour la navigation et n'ont donc pas à être signalées aux autorités et administrations civiles internationales . Elles ont même leur nom propre , moor-pedo qui pourrait se traduire par minepille ou tormine

Guérilla sous la mer

Guérilla sous la mer

La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .
La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord . La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .
La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord . La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .

La guérilla sous-marine ( the old " seabed warfare " ) dans la Mer du Nord .

La minepille ou tormine aka moor-pedo

La minepille ou tormine aka moor-pedo

Le chenillé sous-marin MTK-200
Le chenillé sous-marin MTK-200
Le chenillé sous-marin MTK-200

Le chenillé sous-marin MTK-200

Cette quête des grands fonds n'est toutefois pas sans risques comme l'a montré l'accident du submersible " Losharik " le 2 juillet 2019 . C'est ce submersible qui a permis à la Russie d'échantillonner les fonds marins sur le plateau continental Arctique pour asseoir ses revendications .

C'est presque dans le continuum de ces projets que le directeur d'United Shipbuilding Corporation Alexeï RAKHMANOV a annoncé lors d'une interview à l'agence TASS dans le cadre du SPIEF 2021 que sa société était prête à concevoir des robots pour la protection des infrastructures du plateau continental Arctique Russe . Il attend pour ces projets une commande officielle de l'Etat Russe . Il a toutefois ajouté que sa société avait déjà ouvert son propre bureau d'études en robotique [ militaire ] 

Le secteur pétrogazier n'est pas en reste puisque GAZPROM développe avec des université des systèmes automatiques de surveillance des installations pétrogazières sous-marines dans l'Extrême-Orient Russe . Bien que civil ce projet de robotique relève bien du " seabed warfare " tout comme les technologies utilisées pour la pose , l'assemblage des tuyaux et le contrôle de l'environnement marin du gazoduc Nord-Stream 2 .  Tous ces projets s'inscrivent aussi dans un context où la Russie et les entreprises Russes recherchent de plus en plus à substituer une technologie nationale aux technologies importés . 

Si l'on sait très peut de choses des projets d'USC on peut déjà en avoir une idée par ce d'autres sociétés se sont déjà positionnées sur ce créneau avec des projets aboutis et disponibles en catalogue . C'est le cas par exemple de la société NIIATOL qui a développé un drone chenillé** capable d'évoluer sur le plateau continental mais aussi tout un " écosystème  "Контролируемый подводный район (КПР)™  . Dans les projets Russes figurent aussi des micro-centrales nucléaires destinées à alimenter des réseaux d'hydrophones et de sonars sous-marins ainsi que des systèmes automatisés sous-marins d'exploitation des hydrocarbures . Le projet Iceberg de RUBIN ressemble ainsi par certains points au projet Flexblue  ,abandonné depuis , de DCNS-AREVA  . [ voir image ] Rostec a ainsi développé le drone NERPA muni d'un sonar capable d'identifier des cibles humaines et de les " neutraliser " .D'autres sociétés envisagent des drones  capables de " percer " la glace  de la banquise avec une ... Tête chauffante . Un concept utilisé avec succès par les expéditions Antarctiques Russes au Lac VOSTOK  Les responsales scientifiques et politiques Russes ont identifié l'Arctique comme étant une région particulièrement adaptée au développement de la robotique qu'elle soit terrestre , aérienne , navale ou sous-marine .  Au mois de mai 2020 le chef du service des frontières du FSB a évoqué l'utilisation de drones aériens pour la surveillance des frontières Arctiques . 

* En fait depuis 150 ans et la destruction dans le lit de la Seine du câble télégraphique posé par les défenseurs de Paris lors du siège de 1871 . 

** Il s'agit du câble " Polar Express " dont j'ai parlé dans ce blogue et non pas du câble privé Russo-Finno-Japonais " Arctic Express "  dont la pose vient d'être abandonnée ! 

*** Ceux-ci existent déjà depuis longtemps ! Ce sont les charrues et les trenchers d'ensouillage des câbles . 

La guerre de demain sur le plateau continental Arctique
La guerre de demain sur le plateau continental Arctique La guerre de demain sur le plateau continental Arctique

La guerre de demain sur le plateau continental Arctique

Le drone tueur " NERPA " de Rostec

Le drone tueur " NERPA " de Rostec

Le seabed warfare est aussi ... Civil !
Le seabed warfare est aussi ... Civil !

Le seabed warfare est aussi ... Civil !

La guerre de demain - Seabed warfare : USC se déclare prêt à construire des robots sous-marins pour la protection du plateau continental Arctique Russe .  .

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Mai 2021

C'est une nouvelle attendue depuis longtemps et en même temps un " saut psychologique " : La production en série de robots de combats " autonomes " dotés d'Intelligence Artificielle . On pourra bien sûr disserter sur le degré d'autonomie de ces robots mais on peut supposer qu'il s'agit d'autonomie de guidage , de capacités de discriminations d'objectifs et de prise de décision quand à la neutralisation et la destruction de ces objectifs sans " humain dans la boucle " dans les hypothèses les plus hardies . 

Dans une interviouve à Ria Novosti le Ministre de la Défense Russe Sergueï CHOÏGOU vient d'annoncer le début de la production en série - et non pas de prototypes - en Russie de robots de combat doté d'Intelligence Artificielle et disposant - d'un certain degré - d'autonomie lors d'une séquence de combat  .

" Ce ne sont pas des robots expérimentaux mais des robots qu'on peut vraiment montrer dans des films de science-fiction quand ils peuvent combattre de manière autonome " a déclaré le ministre . [ voir à 1:10 dans la video ci-dessous ] 

Cette déclaration a été faite lors de la visite du ministre au marathon " New Knowledge "  où s'est rendu aussi l'entrepreneur Eon MUSK .

Se pose la question de la plateforme de ce robot-autonome qui est très probablement terrestre . On pense bien sûr au robot télécommandé Uran-9 sur lequel aurait été " greffée " une IA . La Russie est aussi un des leaders mondiaux de la robotique agricole avec l'IA pour la conduite autonome des machines agricoles sans GPS avec par exemple Cognitive Pilot™  

On comprendra en lisant cette description comment des synergies peuvent naître entre la robotique militaire et la robotique agricole . Il suffit de remplacer " agronomic " par " military ".

The system analyses images from just one video camera and, by using a deep learning convolutional neural network fine-tuned for agronomic purposes, understands the types and positions of objects facing the machinery, builds movement trajectories, and sends commands to perform manoeuvres."

Sergueï CHOÏGOU annonce le lancement de la production en série de robots de combats "autonomes " en Russie

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Mai 2021

Photos prises lors du défilé militaire du 9 mai 2021 dans le DONBASS .

Drones Oukraïniens capturés : LELEKA-100 à droite et UKRSPECSYSTEMS PD-1 à gauche 

9 mai 2021 : Regarde les drones défiler ! 9 mai 2021 : Regarde les drones défiler !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 18 Avril 2021

Un drone suicide Russe Lancet chargé de trois kilogrammes d’explosifs a été utilisé dans la région d'IDLIB pour éliminer une camionnette d’un commandant du groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham. La camionnette a été repérée par un drone de reconnaissance qui escortait le Lancet. Les images de la caméra installée à bord du drone-suicide montrent la destruction de la cible.

Un autre fragment de la vidéo montre un Lancet anéantir un poste de tir des islamistes, note la chaîne.

L'élément intéressant de cette video est que les concepteurs du drone Lancet sont à l'origine des geeks passionnés de radiomodélisme . Ceci nous rappelle l'expérience Israélienne où l'industrie du drone a pour origine un modèle d'avion RC acheté en 1967 aux Etats-Unis . 

Maj du 19 avril 2021 : ZALA Aero ( entité du groupe KALACHNIKOV au sein du conglomérat ROSTEC ) a d'autre part annoncé les premiers essais du drone à propulsion hybride ( thermique et électrique ) ZALA 421-16E5G. Le responsable des projets spéciaux chez ZALA Aero Nikita KHAMITOV a précisé que les essais ont inclus un basculement de la propulsion thermique sur la propulsion électrique par batteries . Ce mode de propulsion a permis d'atteindre une durée de vol de 16 heures tout en assurant une furtivité accrue en mode électrique . Pour faciliter sa navigation le drone a été équipé d'un système de reconnaissance du terrain ( video navigation )  à base de réseaux neuronaux . 

Drone hybride ZALA 421-16E5G

Drone hybride ZALA 421-16E5G

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Mars 2021

Honneur aux morts !

L'un des concepteurs des drones BAYRAKTAR™ , le général Osman Erbaş , fait partie des victimes de l'accident d'hélicoptère qui s'est produit hier prés de la localité de BITLIS et dont le bilan s'élève à 11 morts . Cet accident serait très probablement du au mauvais temps qui règne sur la région .

Le général Osman Erbas a participé il y a une dizaine d'années au développement du système d'armes BAYRAKTAR™ qui a fait la une de l'actualité militaire ces deux dernières années plus particulièrement en Syrie , au Haut-Karabakh et en Libye .

Il aurait participé à la définition des caractéristiques opérationnelles et des tactiques d'emploi de ce drone et à ses premières mises en oeuvre opérationnelles  contre le PKK/YPG . Il serait aussi à l'origine du concept d'emploi du binôme drone d'observation  / drone suicide . Selon certaines sources Arméniennes - qui ont parfois du mal à cacher leur joie - il aurait servi de conseiller militaire aux forces armées Azéries durant le dernier conflit du Haut-Karabakh . Dans son hommage le constructeur Selçuk BAYRAKTAR ( voir photo ci-dessous ) s'est toutefois limité à évoquer le soutien politique du militaire décédé au programme Turc de drones et les premières utilisations sous sa supervision de ces drones contre le PKK/YPG .

Le 15 juillet 2016 il aurait contribué de manière décisive à l'échec du coup d'état contre le Président ERDOGAN au travers des ordres donnés à ses commandants d'unités en temps que commandant de la 6éme Division d'Infanterie mécanisée .

 

 

 

 

Tombé du ciel : Un des concepteurs des drones  BAYRAKTAR™ est tué dans un accident d'hélicoptère .
Tombé du ciel : Un des concepteurs des drones  BAYRAKTAR™ est tué dans un accident d'hélicoptère .Tombé du ciel : Un des concepteurs des drones  BAYRAKTAR™ est tué dans un accident d'hélicoptère .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 1 Mars 2021

Les missiles Iskander™ Russes n'étant pas assez efficaces  espérons que les drones-suicides " Made in Armenia "  le seront plus lors de la prochaine guerre qui ne saurait tarder dans le Caucase .

Je vous invite à regarder cette vidéo car elle me rappelle assez ce que je faisais dans les années 90 au fond de mon garage avec mes " gros-minis " et leur cellule en composites plastiques ! ;0) 

C'est en tout cas une vidéo assez " pédagogique " sur le processus industriel de fabrication d'un drone et l'on peut constater que le CMI désire maîtriser la fabrication d'une grande partie des composants y compris de la boule optronique  .

https://armeniasputnik.am/video/20210226/26608421/hakob-arshakyany-nerkayacrele-haykakan-harvacayin-anodachu-trchox-sarq.html

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Décembre 2020

Un journaliste Arménien vient de faire l'analyse " post mortem ",  des drones Turcs Bayraktar™ TB2 et Israéliens HAROP™ utilisés par les Azéris au Haut-Karabakh et les résultats sont ..." surprenants " !

S'il était déjà de notoriété publique que les drones Turcs Bayraktar TB2 utilisaient des motorisations Autrichiennes Rotax­™ - filiale du groupe Canadien Bombardier™ - et des caméras Canadiennes WESCAM™ - filiale du groupe Etasunien L3 Harris Technologies™ - il apparait que le drone Israélien HAROP™ utilise des composants Suisses et Français .

Ces composants sont un moteur électrique ( à courant-continu ou pas à pas )  de la société Suisse FAULHAUBER Minimotor SA™ et un capteur potentiométrique rotatif ( résistance variable ) de la société Française EUROFARAD™ du groupe EXXELIA™ . L'ensemble forme très probablement ce que l'on appelle un servomoteur ( moteur électrique - réducteur - potentiomètre de mesure de position - carte électronique de contrôle ) : Il s'agit de contrôler la rotation d'une pièce au moyen du potentiomètre qui mesure sa position et qui la position désirée atteinte donne l'ordre d'arrêt du moteur . A ce titre le potentiomètre doit avoir une linéarité parfaite .

On peut noter sur la photo ( voir troisième photo ) la présence dans la chaîne cinématique d'une biellette réglable de commande  et de ce qui semble être un accouplement ( joint de transmission ) . 

Un composant comme le capteur potentiométrique de qualité " militaire " ( NF C 93255 et MIL PRF 39023ne peut pas avoir été exporté sans l'aval des autorités Françaises qui devront donc répondre , tout comme les Canadiens et les Autrichiens l'ont fait , de cette autorisation d'exportation donnée à une société Israélienne .

En consultant le site et les catalogues de la société EUROFRAD™ on peut constater que de tels capteurs potentiométriques sont par exemple utilisés pour mesurer la position des ailettes de missiles . On peut supposer qu'ils sont utilisés sur le drone HAROP™ pour le contrôle des gouvernes du drone ( voir photo  . Cette annonce fragilise en tout cas la position de la diplomatie Française au sein du groupe de Minsk et l'activisme du président MACRON sur la question du Haut-Karabakh qui " essaye de revenir dans le jeu " après avoir reçu un double coup de valenki et de babouche de la part de la Russie et de la Turquie en étant exclu de la signature de l'accord de cessez le feu  

La question est de savoir désormais si les autorités Françaises ( MM. PARLY et Le MAIRE ) seront aussi tolérantes pour autoriser l'exportation de composants " sensibles " vers la Russie qui développe sa propre gamme de drones suicides ? J'en doute ! 

Note : Il n'est pas incongru de retrouver des composants issus du modélisme et de l'aéromodélisme comme les biellettes réglables dans un drone militaire Israélien : Ceux-ci ont été à l'origine conçus à partir d'un avion -jouet -  radiocommandé acheté aux Etats-Unis ! 

Lien vers catalogue FAULHABER™

Post-mortem : Des composants de qualité " militaire " Français et Suisses utilisés sur les drones Israéliens HAROP™ au Haut-Karabakh .
Post-mortem : Des composants de qualité " militaire " Français et Suisses utilisés sur les drones Israéliens HAROP™ au Haut-Karabakh .
Post-mortem : Des composants de qualité " militaire " Français et Suisses utilisés sur les drones Israéliens HAROP™ au Haut-Karabakh . Post-mortem : Des composants de qualité " militaire " Français et Suisses utilisés sur les drones Israéliens HAROP™ au Haut-Karabakh . Post-mortem : Des composants de qualité " militaire " Français et Suisses utilisés sur les drones Israéliens HAROP™ au Haut-Karabakh .

Catalogue des capteurs potentiométriques EUROFARAD™

Voir les commentaires

Repost0