technologies

Publié le 15 Janvier 2023

C'est aussi l'occasion de vous parler de ce qui est peut-être avec le film SUPERMAN III de 1983 et le personnage de Gus GORMAN la première apparition à la télévision et au cinéma le 3 janvier 1978 du " piratage informatique " avec l'épisode La Menace ( All for One) de la série Super-Jaimie .

Si l'on en revient à SUPERMAN III actuellement diffusé sur le câble , la problématique de la " double -clef " y est illustrée de manière sublime ! 

15 janvier 1973 : Il est né le divin enfant !
15 janvier 1973 : Il est né le divin enfant ! 15 janvier 1973 : Il est né le divin enfant !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Janvier 2023

Un conflit " gelé " , c'est le cas de l'écrire : Celui entre l'Inde et la République Populaire de Chine au LADAKH

Avec une innovation ( même si la rumeur date de 2018 ) : Les unités de l'APL en opération en haute altitude seraient dotées de respirateurs à oxygène portables alimentés par batteries . Cette utilisation permettrait une meilleur résistance au froid , une meilleur perception de l'environnement , une diminution des œdèmes . Selon certaines sources ces respirateurs individuels portables seraient du modèle de ceux livrés par la RPC à l'Inde durant le pic de la crise du COVID-19 . 

La MAPL avait avait déjà équipé ses casernements au TIBET et au LADAKH de modules d'habitation - chambres hyperbare - équipés d'une atmosphère enrichie en oxygène .    

Je vous avez déjà causé de l'aguerrissement à la guerre en montagne et aux conditions de grand-froid des militaires de l'APL en opération sur les "plateaux " .

Il faut noter que la technologie de ces générateurs nécessite la maîtrise de la technologie des batteries devant fonctionner par basses températures parce qu'il s'agit apparemment d'autre chose que de simples " bouteilles " d'oxygène mais plutôt d'un concentrateur d'oxygène portable .

 

 

Two Tribes ! Ah , le bon air des montagnes ...En bouteille ! Two Tribes ! Ah , le bon air des montagnes ...En bouteille !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Two-Tribes, #Two-tribes, #Guerre en montagne, #Asie, #Ladakh, #Inde, #Technologies

Repost0

Publié le 25 Octobre 2022

Fabriquer une bombe sale ? Mais c'est très simple ! 

Le MSM Occidentalien - relayant ses chefs politiques et miliaires - se gausse des déclarations de la diplomatie Russe et des chefs militaires Russes sur les projets Ukrainiens de fabrication et d'utilisation d'une " bombe sale " . Je ne prends pas partie sur l'existence ou non de ces projets à contrario par exemple de notre " généralie commentante " à l'image ici de mongénéral TRINQUAND !

Or au delà des terro... Rebelles combattants de la liberté Tchétchènes encensés par ce MSM , des " bombes sales " et des simulateurs d'explosions nucléaires ont bien été conçus en URSS mais pour des manœuvres militaires !

Ces derniers ont été déployés à partir de 1963 lors des exercices de l'Armée Soviétique et surtout lors des années 80 lorsque la menace d'une confrontation nucléaire se faisait de plus en plus grande . Le plus connu d'entre eux est le Имитатор атомного взрыва ИУ-59 - Imitateur d'Explosion Nucléaire IU-59 dont la notice de mise en œuvre de 46 pages est disponible pour 350  .

Il s'agit d'un dispositif pyrotechnique destiné à simuler une explosion atomique et plus particulièrement la " boule de feu " et son " champignon " comme le montre cette vidéo .

Le diamètre de boule de feu est de l'ordre de 20m , le diamètre du nuage est de 80m à 90m et le temps de persistance de " l'effet visuel Bombe A  " est de l'ordre de 7 min .

Comme vous pouvez le constater sur la brochure cette arme est facilement transportable . Elle n'est bien sûr pas  " sale " car elle ne contient pas d'isotopes radioactifs mais comme le soulignent de nombreux commentateurs de la blogosphère Défense & GP Russophone ce simulateur peut facilement constituer la " partie médiatique grand public " d'une véritable bombe sale composée de 2 à 3 tonnes d'explosifs et de 50kg à 125kg d'isotopes radioactifs chargés dans un conteneur de missile par exemple pour le transport

De tels effets pyrotechniques ont bien-sûr été développés par des artificiers travaillant principalement pour les grands studios Hollywoodiens dés les années 50 mais la " boule de feu " est souvent absente de ces artifices ou alors l' " effet nuage champignon " est absent  .

[ MAJ du 25/10/2022 à 23h00 ] : L'une des hypothèses citées par les chefs militaires Russes serait la destruction d'un faux-missile Russe de type Iskander au dessus de la zone de la centrale de TCHERNOBYL . Une réplique de ce missile remplie d'isotopes radioactifs aurait été fabriquée par des équipes de YUZHMASH 

La " bombe sale " existe : Je l'ai rencontrée !
La " bombe sale " existe : Je l'ai rencontrée ! La " bombe sale " existe : Je l'ai rencontrée ! La " bombe sale " existe : Je l'ai rencontrée !
Simulation d'une frappe nucléaire lors des exercices Kavkaz 2020 Simulation d'une frappe nucléaire lors des exercices Kavkaz 2020

Simulation d'une frappe nucléaire lors des exercices Kavkaz 2020

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Guerre de l'information, #Technologies, #Guerre nucléaire

Repost0

Publié le 17 Août 2022

Pourquoi ce titre en parti en Russe ? Par ce que je viens de m'apercevoir que " Barkhane " qui désigne une dune de sable en forme de croissant est un terme qui a été introduit dans la littérature scientifique en 1881 par le géographe Russe Alexandre Fiodorovitch ( Alexander Theodor von ) MIDDENDORF , très  probablement à partir d'un Türkisme d'Asie-Centrale .

J'ai déjà posté sous ce titre en février 2022 pour évoquer le départ des militaires Français de la base de TOMBOUCTOU . L'occasion de replonger dans les archives de Gallica.fr qui a couvert les expéditions coloniales Françaises au Soudan Français dés les années 1890 .

A ceux qui me reprochent d'évoquer la période coloniale je rappellerai que mongénéral François LECOINTRE himself a fait appel aux mânes de GALLIENI et de LYAUTEY lors d'une audition devant les députés . Il parle même de " notre aventure coloniale " !

Une évocation qui ne semble n'avoir choqué personne en France en ces temps " wokistes " et il faut aller vers  AFRIQUE XXI qui avait relevé cette intervention .

Voici deux ou trois illustrations de ce journal liées à cette période avec parfois des découvertes très intéressantes : Une partie assez significative de l'armement des " tribus insoumises " provenait de ... L'Administration des Domaines qui vendait - au plus offrant bien sûr - les armes de l'Armée Française mises au rebut ! On ne peut que douter que les fonctionnaires qui procédaient aux ventes des Domaines n'étaient pas au courant de l' " utilisateur final " de celles-ci .

Bien sûr il ne s'agit pas de mépriser les " insoumis " qui étaient capables de produire leur propres armes à feu , ce fut le cas au " Soudan Français " ,  avec des machine à rayer manuelles achetées en France , en Angleterre ou dans l'Empire Allemand mais juste de signaler un fait historique . Signalons ici la capacité de l'Empire Toucouleur à fabriquer des fusils à canons rayés . 

Бархан - Mali : RE-SIC TRANSIT GLORIA MUNDI ! Бархан - Mali : RE-SIC TRANSIT GLORIA MUNDI !
Les mânes de LYAUTEY et GALLIENI Les mânes de LYAUTEY et GALLIENI

Les mânes de LYAUTEY et GALLIENI

Бархан - Mali : RE-SIC TRANSIT GLORIA MUNDI !
Бархан - Mali : RE-SIC TRANSIT GLORIA MUNDI !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Juillet 2022

Le " seabed warfare " concerne toute la colonne d'eau et à ce titre la " guerre des torpilles " relève bien de ce " seabed warfare " .

La nature des technologies employées dans le cadre du seabed warfare a une conséquence immédiate sur les stratégies et même sur le droit maritime et le doit de la guerre  . C'est le cas actuellement avec les systèmes d'armes dont le développement est annoncé dans certaines publications .

Je vous ai déjà parlé dans ce blogue des " mines torpilles " de type Hammerhead que l'USN se propose de déployer le long des lignes de communications maritimes Chinoises , plus particulièrement prés des " goulots d'étranglements " constitués par exemple par le Détroit de Malacca Ce déploiement est annoncé depuis plus deux ans et a été suivi d'une intense campagne de promotion idéologique dans le MSM et la blogosphère Défense&GP . Il faut ici noter que ce concept n'est pas nouveau et date au moins des années 1970 ( " sonar lanceur de torpille à tête chercheuse " ) sinon des années 1960 avec les torpilles destinées au minage du port de Haïphong en 1972 . 

  L" Hypocri-sea " Etasunienne en ce domaine considère que miner des voies de communication civiles même en temps de paix est parfaitement légal tout comme déclarer une guerre de course contre le commerce civil Chinois  . Un dossier que j'avais bien-sûr évoqué sur ce blogue  .Une " version Russe " de cette guerre de course a récemment été envisagée ce qui semble particulièrement réjouir certains blogueurs comme le rédacteur de Lignes de défense .

Un article du South-China Morning Post - SCMP - vient d'évoquer le développement en Chine d'un nouveau système d'armes : Une torpille à propulsion nucléaire qui est en fait conceptuellement une " torpille rôdeuse " .

D'entrée les concepteurs font la différence avec la torpille stratégique Russe POSEIDON : Il s'agit d'une torpille " old school " mais dont la propulsion est assurée par un réacteur nucléaire miniaturisé lui assurant une autonomie de 8 jours à 22 nœuds ou environ 10 000 km. Selon un article publié par le concepteur dans le Journal of Unmaned Sea Systems le développement du réacteur nucléaire pourrait se baser sur le modèle de réacteurs nucléaires thermoélectriques destinés à l'exploration spatiale ( pdf )  et afin de limiter  les couts ce développement pourrait se faire avec des composants civils . Ces blocs-réacteurs pourraient être manipulés sans précautions particulières par les équipages de même que les torpilles . Il faut signaler ici que depuis deux ans les publications sur des mini-réacteurs et de piles à combustible pour drones - et pour torpilles - se multiplient , un signe des temps . 

Comme le souligne Interesting Engineering ces torpilles peuvent être employées en essaim , ou plutôt en banc , pour " boxer " des submersibles ennemis - de l'alliance AUKUS pour ceux qui n'auraient pas encore compris - à la sortie de leur base d'attache .  On se souviendra ici de cette publicité de la fin des années 90 devenue iconique ! 

A la grande différence de la mine-torpille Hammerhead il s'agit d'une torpille qui doit être lancée à partir d'un submersible ou d'une autre plateforme et dont l'obsolescence est programmée après le tir . Il ne s'agit donc pas d'une arme qui " pollue " de manière dangereuse des voies de communication maritime en temps de paix et dont le déclenchement en temps de guerre déclarée peut frapper des cibles de manière aléatoire mais d'une arme destinée à patrouiller des espaces maritimes sous contrôle ennemi après le déclenchement d'un état de guerre - entre la Chine et l'AUKUS pour les mal comprenant - et à y frapper des cibles probablement identifiées dans une bibliothéque de signatures numériques . 

 

Tout le monde saisira la différence ! 

Comme je l'expliquais à un ami c'est la différence entre un pays qui la nuit envoie des groupes de saboteurs miner vos autoroutes , l' A6 ou l'A7 sur laquelle vous allez peut-être partir en vacances avec votre famille ,  et les postes de péage avec des MIACAH F1 déclenchables en cas de conflit et un pays qui une fois la guerre - ou l' Opération Spéciale - déclarée envoie des drones suicides au dessus de ces voies de communication avec une bibliothéque de cibles . 

 

Mine-torpille Hammerhead vs torpille rôdeuse . Mine-torpille Hammerhead vs torpille rôdeuse .

Mine-torpille Hammerhead vs torpille rôdeuse .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 23 Avril 2022

C'est la confirmation de l'hypothèse que j'avais formulé dans mon premier article sur le croiseur  MOSKVA  ainsi que dans l'article dans lequel je vous avais parlé de l'hypothèse formulée par le capitaine de 1er rang Sergueï GORBACHEV : Une mission d'inspection puis très probablement une mission de récupération de composants sensibles sur l'épave du croiseur et très certainement de destruction de cette épave vient d'être lancée par la flotte de la Mer Noire .

A priori il n'y aurait rien d'exceptionnel quand à la difficulté de cette mission - mise à part qu'elle se déroule dans une zone d'opération des armées - sauf que cette mission nous ramène plus d'un siècle en arrière , il y a exactement 110 ans ,  au débuts de ce que l'on nomme désormais le " seabed warfare " . Une histoire dont je vous avais donné les grandes lignes aussi sur ce blogue .

Le navire d'assistance KOMMOUNA vient d'être dépêché sur les lieux du naufrage du MOSKVA . Il n' y aurait rien d'exceptionnel si le KOMMOUNA n'était pas le navire de guerre en service le plus ancien au monde puisqu'il a été lancé en 1912 , c'est à dire sous le règne du Tsar Nicolas II . Son activité opérationnelle a commencé en 1915 dans la Baltique et il a participé à d'innombrables missions sous tous les " Tsars Rouges " , de LÉNINE à BREJNEV. Cette actualité pourrait être regardée par la " petite lorgnette " , avec mépris comme le font le MSM et la blogosphère Défense & GP en particulier Francophone , mais j'estime qu'il faut la traiter avec plus de sérieux comme le fait - presque - toujours H.I. SUTTON dans son blog " Covert Shores " . 

La genèse de ce navire et son architecture caractéristique de type " catamaran "sont intimement liés à l'émergence de l'arme sous-marine au début du XX éme siècle et à la nécessité de porter secours à des submersibles en difficulté , le plus souvent avariés ou en panne sur le fond marin . La cause des avaries pouvant être une action de guerre ou une " fortune de mer " comme ce fut le cas avec les sous-marins " Farfadet " et " Pluviôse  " de la Marine Nationale le 23 juillet 1905 et le 26 mai 1910 . Les tâtonnements , les accidents au cours des opérations de secours  et le manque de moyens dédiés ont eu un grand impact au sein des marines de guerre à travers le monde , y compris jusqu'en Amérique Latine au Brésil . A delà du concept de " navire ravitailleur de sous-marins " - submarine tender - le concept d'un navire dédié à des missions de secours et de maintenance des submersibles prenait corps . 

Le " Petit Journal " constitue comme toujours avec les cartes-postales un excellent moyen pour avoir une idée très précise des " moyens et des techniques " de secours de l'époque . J'en profite pour vous donner la première photo sous-marine datant de 1899 . Comme le montrent des CP d'époque le principal accident qui survenait lors des opérations de secours et en particulier de renflouage était le chavirage des barges sur lesquelles étaient installées les grues ou les chaînes de relevage . C'est dû tout simplement au moment de basculement et donc pour éviter ce chavirage il fallait symétriser les efforts au travers de deux pontons placés de part et d'autre du submersible à relever . Dans le cas du Pluviôse le chavirement fut causé par la rupture d'une chaîne de pesage  . L'étape suivante ce fut de réunir ces deux pontons au moyen d'une architecture de type " catamaran " par des fermes métalliques et de créer une darse centrale  . Ces fermes servent aussi de points d'accrochage aux élingues de relevage des charges immergées et aujourd'hui au bathyscaphe AS-28 ( voir schéma de relevage du L-55 )   Il semble d'ailleurs que cette idée existait depuis l'antiquité Grecque et Romaine pour relever des colonnes et d'autres charges  tombées d'un bateau de transport  - une maquette de ces navires-grues est visible dans cette exposition -  comme pour les péniches de débarquement avec les navires huissiers ! 

Il faut ici noter le courage du capitaine Anatoly ISHINOV qui a réussi à convaincre sa hiérarchie de moderniser ce navire en 2018 - alors âgé de 105 ans - et de le garder au service actif . Mis à part un système de positionnement dynamique ce navire est parfaitement " moderne " dans le cadre du seabed warfare contemporain et peut certainement servir de modèle pour la conception d'un successeur . Si l'on veut être rigoureux intellectuellement , l'entrée du KOMMOUNA  dans le Seabed warfare  date de 1967 avec la refonte - je préfère à rétrofit - du navire pour ses 55 ans et sa transformation de navire de relevage sous-marin en navire d'appui à des submersibles de secours et d'exploration sous-marine .

Un navire avec cette architecture en catamaran est en tout cas beaucoup plus fonctionnel dans des missions de support au seabed warfare ( bathyscaphes , drones XLUUV , ROV , ... ) que des navires de la classe  Marcel Le Bihan

Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA ! Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !
Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !

La première marine au monde à adopter un tel type de navire fut non pas la Marine Nationale , ni la Royal Navy ou l' US Navy mais la Kaiserliche Marine avec le SMS VULKAN .

Lancé le 28 septembre 1907 et armé le 28 février 1908 , c'est à dire entre les naufrages du " Farfadet " et du " Pluviôse " , il a directement servi de modèle au navire qui allait devenir le KOMMOUNA  !

Je ne reviendrai pas sur les caractéristiques techniques de ce navire - au départ " VOLKHOV -  ВОЛХОВ - lors de sa construction qui est évoquée sur ce site  et sur celui-ci . Juste pour évoquer sa structure en deux coques réunies par quatre fermes métalliques . Il faut noter ici qu'à l'époque le calcul de telles structures " en treillis "  est parfaitement maitrisé comme en attestent des calculs contemporains refaits par ordinateur avec la méthode des éléments finis *. Le " Pape de la RDM " - ou plutôt le " Pope de la RDM " - Stephen TIMOCHENKO aurait participé à sa conception . De la même manière la légende sur la " formule de l'acier PUTILOV™ " qui aurait été perdue après la révolution Russe est à relativiser : Comme le montrent des études métallographiques  réalisées par OAO KOMPOZIT™ sa résistance exceptionnelle à la corrosion proviendrait du brunissage de l'acier SIEMENS-MARTIN utilisé pour sa fabrication . ( voir vidéo )  Des travaux d'entretien réguliers sont toutefois nécessaires car corrosion il y a .

Il faut aussi noter que la propulsion du SMS VULKAN était assurée par deux groupes turbine vapeur-électrique alors que la propulsion du VOLKHOV était assuré par deux diesels . La propulsion du SMS VULKAN  est donc quelque part plus " moderne " que celle du VOLKHOV  devenu  KOMMOUNA  car elle s'adapterait plus facilement à un positionnement dynamique . 

* Diagramme de CREMONA et méthode de RITTER . Débuts des méthodes énergétiques pour les systèmes hyperstatiques et critères de résistance . Il y 20 ou 30 ans le calcul - manuel - de l'élingage d'un submersible aurait été un " classique " en " taupe " ou en BTS-DUT , voir en secondaire . 

Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !
Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" ! Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !
Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" ! Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !

Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !

Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !
Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront ! Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !

Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !

Je ne vais pas vous faire l'historique de toutes les missions du VOLKHOV-KOMMOUNA , juste pour vous rappeler le sauvetage des submersible AG-15 et L-55 qui sont parfaitement documentés photographiquement .  

Il faut aussi signaler la mission de relevage d'un Su-24 en 1977 à une profondeur de 1700 m qui est souvent évoquée à propos de ce navire mais très peu - pas du tout - documentée . Ce n'est pas sans rappeler la mission de relevage du F-35 de la Royal Navy en Méditerranée qui relève bien du " seabed warfare " . 

Aujourd'hui le KOMMOUNA est le navire support de ROV's de fabrication Occidentale et surtout d'un bathyscaphe de type AS-28 . Celui qui fut coincé dans un réseau d'hydrophones lors d'un exercice de la flotte du Pacifique en 2005 et dégagé par un ROV de modèle SCORPIO™ . Ses derniers équipements " Occidentaliens " sont toutefois en voie de " Russification " , en particulier avec des robots sous-marins Russes de type ROV dérivés du MARLIN-350 МАРЛИН-350  qui remplacent les ROVs Britanniques achetés par la Marine Russe

L'épave du MOSKVA vient d'être déclarée comme " patrimoine de l'UNESCO " par le gouvernement Ukrainien qui affirme qu'elle repose sur des fonds marins dépendant de sa juridiction . Rien n'est moins sûr !

Quelque soit cette prise de position qui semble relever d'une argutie juridique il ne faut pas oublier que les fonds marins sont comme la rue : Ils appartiennent à ceux qui y descendent ! C'est même l'adage de base du " seabed warfare " . Si le KOMMOUNA n'est bien sûr pas capable de relever l'épave du MOSKVA , ses capacités de levage sont largement suffisantes pour relever des radars ou des missiles conteneurisés et pour ensuite déposer des charges explosives pour détruire l'épave . 

Un ajout intéressant pour un futur navire de ce type serait de mettre sur une des fermes un bras multiple rotatif  semblable à celui du YANTAR pour la mise à l'eau de véhicules sous-marins .

 

Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA ! Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !
Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !

La mission du KOMMOUNA se déroule toutefois dans ce que l'on appelle une " zone d'opérations des armées " , une " zone de guerre " et il doit être protégé contre les attaques , en particulier celles d'une  mosquito fleet  et contre les menaces aériennes ! La position de l'épave permettrait toutefois de le protéger par une " bulle AA " à partir de la Crimée .

Pour terminer cet article je vous invite à aller sur ce site  et sur celui-ci ! Vous en saurez autant , sinon plus , sur le KOMMOUNA que tous les " ôxpôrts "  du MSM et de la blogosphère Défense & GP Francophone qui commentent cette actualité ! 

 

Nota  : Les rédacteurs de ce blog ne répondent à aucune sollicitation de collaboration 

Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication 

Maj du 24-04-2022 15h30 : Replacement de " KOMOUNA " par " KOMMOUNA " 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Avril 2022

Comme je l'ai déjà écrit sur ce blogue  , les sanctions contre l' URSSIE datent de 1975 avec l'amendement JASON-VANIK et depuis cette époque l'URSSIE vit sous un régime perpétuel de sanctions . Le fait que la Fédération de Russie soit devenue l'Etat le plus sanctionné dans l'histoire , plus que la Corée du Nord , la Syrie  ou l'Iran , n' y change pas grand chose . 

La - très - grande différence c'est que c'est la Fédération de Russie qui peut aujourd'hui " menacer " certains états inamicaux avec l' " arme alimentaire " et non pas l'inverse comme en 1980 par exemple . Il y a eu certes une désindustrialisation de la Fédération de Russie par rapport à l'époque de l'URSS mais cela provient de son adhésion à la " mondialisation " qui d'ailleurs selon certains analystes serait en train de disparaître . C'est le cas par exemple dans le domaine des pneumatiques avec l'abandon de la fabrication de certains produits comme les accélérateurs de vulcanisation .

Mais il se pourrait certainement que cette crise entraîne la refabrication sur le territoire Russe de ces produits qui ne sont pas d'ailleurs d'une complexité particulière à fabriquer . Ils provenaient tout simplement d'une " global supply chain " qui fait que n'importe quel produit manufacturé est souvent fabriqué avec des composants issus des origines les plus exotiques . 

J'évoque la question des pneumatiques car au début des opérations militaires des analyses laissaient suggérer que certains véhicules militaires Russes étaient équipés de pneumatiques Chinois de mauvaise qualité avec des CTIS - Central Tire Inflation System - défaillants . 

Il ne faut pas se voiler la face et se cacher derrière un épi de blé : Le fait de refuser de livrer de la nourriture ou des engrais à des états hostiles comme le suggère M. Dimitri MEDVEDEV  n'est pas immoral , pas plus en 2022 qu'en 1980 d'ailleurs ...  Cette indépendance alimentaire que les ôxpôrts de Le Monde qualifiaient de " ruineuse " pour l'URSS , la Fédération de Russie est en passe de l'atteindre dans la plupart des domaines - pas tous -et cela  a une influence sur sa POLEX .

C'est d'ailleurs ce qui semble désoler beaucoup de commentateurs ! Il est intéressant de noter qu'alors les céréaliers Etasuniens se sont tournés vers la Chine pour exporter leur blé , tout comme aujourd'hui la Russie ! Les chefs politiques Etasuniens ne se cachaient pas le moins du monde qu'il s'agissait alors de " découpler " la RPC de l'URSS .

Un autre éléments intéressant est qu'en 1980 , l'embargo contre l'URSS concernait aussi les phosphates ! Non pas l'importation en provenance de l'URRS mais bien l'exportation à destination de l'URSS . Cela ne s'invente pas , c'est de l'histoire ! 

Il est aussi intéressant de noter que le principal syndicat agricole Français se proposait alors de ne pas respecter cet embargo , et même de le compenser par des exportations à destination de l'URSS  alors qu'il fut le premier à dénoncer les contre-sanctions Russes en 2014 et qu'il se préoccupe aujourd'hui des restrictions à l'exportation Russes . L'honnêteté intellectuelle n'a pas été l'apanage des chefs syndicaux Français , pas plus alors qu'aujourd'hui . 

Voici trois images datant justement de cette époque épique . 

Sanctions contre l'URSSIE : Retour vers le futur !
Sanctions contre l'URSSIE : Retour vers le futur !Sanctions contre l'URSSIE : Retour vers le futur !
Le " podium des sanctions " Occidentaliennes ( Non à jour , en constante évolution )

Le " podium des sanctions " Occidentaliennes ( Non à jour , en constante évolution )

D'un embargo à un autre !
D'un embargo à un autre ! D'un embargo à un autre !

D'un embargo à un autre !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie, #Technologies, #Histoire, #Géopolitique des ressources, #Chine

Repost0

Publié le 16 Février 2022

J'ai déjà beaucoup commenté sur ce blogue le " seabed warfare " ,  y compris l'actualité Française dans ce domaine .

Voici le discours de Mme. Florence PARLY le 14 février 2022 qui commente la doctrine Française dans ce domaine . Au delà des annonces technicistes sur la nécessité de développer un drone - en cours d'essais - capable d'évoluer à une profondeur de 6000m et de disposer de moyens de recouvrements d'épaves immergés il faut y noter la volonté récurrente de la " nation essentielle " de vouloir internationaliser les fonds marins contre la " piraterie "™© , très probablement Chinoise ou Russe voir Brésilienne

Il faut lui rappeler ici que les fonds marins c'est comme la rue , ils appartiennent à ceux qui y descendent et non pas à ceux que Mme. PARLY , le général Thierry BURKHARD ou l'amiral Pierre VANDIER autorisent à y descendre ! 

J'y note que Mme PARLY veut lancer de nouveaux  Bâtiments Hydrographiques [ Voir diagramme ci-dessous ] pour remplacer les bâtiments hydrographiques de 2nde classe La Pérouse , Borda et Laplace . Ceux-ci seront donc armés et sont appelés à être déployés aux côtés - pas en même temps - des bâtiments de l'IFREMER™ dont les missions se militarisent de plus en plus , si elles ont été civiles un jour .

Ceci amènera la France et d'autre pays à devoir clarifier le statut de ces bâtiments civils qui sont de plus en plus engagés dans des missions à caractère militaire ou servant les marines militaires de leurs pays respectifs car de nombreux états pourraient être amenés à leur interdire l'accès de leurs eaux territoriales ! Si la participation de l' Akademik IOFFE à des manœuvres navales Russes peut être pointée du doigt , il faut aussi évoquer les missions du Pourquoi-pas ? au profit du SHOM

Enfin , at last but not the least , Madame PARLY et Mongénéral  BURKHARD parlent de coopération " avec nos alliés de l'OTAN " . C'est ahurissant dans la mesure où il s'agit d'un discours censé mettre en avant l' " autonomie stratégique "™© et l' " autonomie technologique "©™ de la France . Cela signifie que pour acquérir éventuellement des briques technologiques nécessaires au développement de ces systèmes les opérateurs Français devront partager au travers d'une " diode informationnelle " les données collectées lors des missions de ces drones . On ne peut s'empêcher de penser ici aux nacelles de collecte de renseignement vendu par les Etats-Unis à la France pour les  drones Reaper™ . Il est même fort possible que l'autonomie dans le choix des missions ne soit pas totale pour la Marine Nationale et l'IFREMER™ et ces deux entités se verront assigner des " zones de responsabilité " afin d'y relever des données comme le profil bathymétrique . Je parle de " diode informationnelle " car l'information risque de mieux circuler dans un sens que dans l'autre et il ne faut pas être un grand clerc pour savoir dans lequel ! Cette chronique d'une servitude annoncée est même explicitement reconnue puisque Mme. PARLY nous annonce que la doctrine stratégique évoluera selon " les préoccupations stratégiques de nos alliés et de l'OTAN " ... ( A t=21'00 ) 

L'océanographie cela sert avant tout à faire la guerre ! 

Nota : Il faut noter que contrairement à ce qu'affirme la vidéo de l'IFREMER™ la France n'est pas la quatrième nation à avoir développé un drone " grande profondeur " piloté par une IA équipé de capteurs comme des sonars , des appareils de prélèvement physico-chimiques , des caméras mais la cinquième . Il faut en effet signaler le XLUUV Vityaz-D de CKB-Rubin™ qui a effectué une plongée à plus de 10 000 m de profondeur dans la fosse des Mariannes dés 2020 et dont un second prototype effectuera une campagne d'essais cette année afin d' " explorer des épaves dans les profondeurs de l'Océan Pacifique "  ! 

 

Ps : J'imagine que le pôvre " Commandant COUSTAUD " ( SIC ! ) doit faire des triples saltos comme Flipper en voyant son nom écorché de cette manière ... 

Seabed warfare : La Marine Nationale se jette à l'eau ...

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 13 Janvier 2022

Il n' a pas encore revêtu sa célébrissime livrée anti-flash blanche mais cela ne saurait tarder !

Le  " Cygne Blanc " dans sa version remotorisée et équipée de nouveaux équipements et avionique - au " standard F4 " ou " Block 60 " si l'on oserait une comparaison  - a effectué son premier vol le 12 janvier 2022 dans le ciel de KAZAN .

Ce premier vol d'essai est important car la remise en service des lignes de fabrication de ce bombardier stratégique *, digne héritier de l' Ilya MUROMETS d'Igor SIKORSKY , était un vrai défi industriel qui vient d'être relevé en particulier dans la remise en service de centres de soudage sous-vide de structures en titane . L'usine de KAZAN disposerait ainsi  désormais de la plus grande installation au monde de soudage par faisceau d'électrons sous vide .  Celle-ci sert particulièrement à la soudure de la poutre centrale en titane qui est la " colonne vertébrale " de l'aéronef . 

On peut vraiment le qualifier de " Phénix industriel " car il s'agit par exemple d'une cellule nouvelle conçue avec des moyens nouveaux de CAO et avec un outil industriel modernisé .

Si l'on peut mettre en doute la pertinence du concept de " bombardier stratégique " celui-ci peut lors de tensions internationales , comme c'est le cas actuellement , servir de " guet aérien armé " et être un des éléments d'un chant... D'une discussion diplomatique . Il est aussi évident qu'armé de missiles de portée accrue cet avion prend toute sa place dans l'exercice de la souveraineté de la Russie sur l'espace Arcto-Pacifique . Il peut aussi servir à valider des technologies qui seront implantées sur le futur bombardier PAK-DA .

 

* En fait la désignation Russe est " porte-missiles stratégique стратегический ракетоносец .

 

Le Phénix a volé .
Le Phénix a volé . Le Phénix a volé .

Le Phénix a volé .

L'unité de soudage par faisceaux d'électrons des éléments en titane

L'unité de soudage par faisceaux d'électrons des éléments en titane

Le Tu-160 au ...Venezuela !
Le Tu-160 au ...Venezuela !

Le Tu-160 au ...Venezuela !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Janvier 2022

C'est ce qui se passe actuellement dans la ville de PEVEK dans l'Arctique Russe : Le plus grand brise-glace à propulsion nucléaire au monde , l' ARKTIKA , vient d'arriver dans la ville où est amarrée l'unique centrale nucléaire flottante au monde : L'Akademik LOMONOSSOV .

" Le nucléaire cela ne sert pas uniquement à faire la guerre" 

Quand un réacteur nucléaire flottant rencontre un réacteur nucléaire flottant ! Quand un réacteur nucléaire flottant rencontre un réacteur nucléaire flottant !

Quand un réacteur nucléaire flottant rencontre un réacteur nucléaire flottant !

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Voir les commentaires

Repost0