Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 15:40

 

Il est de bon ton parmi une certaine gauche " radicale " de se réclamer de la figure tutélaire de Jean Jaurès pour se démarquer du pouvoir  social-démocrate actuel . Celui-ci n'était en fait qu'un social-démocrate avant l'heure et un des précurseurs de l'Atlantisme . Un fourrier même de cet Atlantisme dont la date de naissance officielle est 1924 avec la fondation du CFR .

 

Dans un discours à l'Assemblée Nationale il rend ainsi hommage au président Etasunien William Howard Taft qui fut le promoteur de la dollar diplomacy  et qui proposait l'instauration de traités arbitraux entre les Etats-Unis d'une part et la France et l'Angleterre d'autre-part . Ces traités arbitraux , proposés par Taft au Sénat Etasunien le 3 aout 1911 , concernaient non seulement le réglement d'éventuels différents territoriaux - plus particulièrement en Asie , en Amérique-Latine et dans les Caraïbes - mais aussi le réglement de litiges commerciaux . C'est le coeur même des discussions actuelles sur le Grand Marché Transatlantique .

Le président Taft voulait imposer ces procédures arbitrales à la France sous l'influence de la fondation Carnegie qui finançait la plupart des organisations pacifistes Européennes et Françaises depuis 1903 . Celles que fréquentait justement le camarade Jaurès et en particulier la coterie gravitant autour de D’Estournelles de Constant et du banquier Albert Kahn . Plus d'une centaine de députés " Français " , de gauche et d' " extrême-gauche " comme de droite , recevaient ainsi de l'argent Etasunien à la veille de la Première Guerre Mondiale pour promouvoir la politique commerciale des Etats-Unis via ces fondations " pacifistes " !*

* Lire : Messianisme et américanisation du monde. Les Etats-unis et les organisations pacifistes de France et d’Allemagne à la veille de la Première Guerre mondiale (1911-1914)

Discours du 20 décembre 1911 : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/jaures/discours/forces-de-paix_20111911.asp

 

"  Il est une troisième force pacifique, c'est la renaissance de l'Amérique anglo-saxonne, du vieil idéal des puritains.

Messieurs, nous ne connaissons pas ou nous ne connaissons que dans sa période la plus brutale la vie du grand peuple américain et la conscience américaine. Nous ne voyons en eux que les hommes des dollars, des milliards, des affaires, de l'obsession de l'or. On dirait, à certains signes, qu'ils commencent à dépasser cette crise, on dirait, à certains signes, que les milliardaires avertis, au sommet de leur magnifique fortune, du vide des horizons que ne remplit que le reflet de l'or, cherchent avant de mourir un aliment plus noble à leur pensée et à leur âme... C'est sous l'inspiration de ces souvenirs, c'est sous la lumière de cet idéalisme renaissant que le président Taft accomplit des actes dont nous ne comprenons qu'à moitié la portée parce que nous les isolons de ce vaste mouvement profond et voilà pourquoi là-bas l'arbitrage intégral entre les États-Unis et l'Angleterre, entre les États-Unis et le Japon, commence à prendre forme. (Mouvements divers.) "

 


 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 13:01

 

Le MAE Russe évoque une " provocation planifiée à l'avance " .[ lien vers communiqué ]

Некоторые арабские телеканалы распространяют алармистские сообщения о применении 21 августа с.г. отравляющих химических веществ близ Дамаска. В этой связи нами предприняты действия по прояснению достоверности этих репортажей. На основе информации из имеющихся у нас источников складывается следующая картина.

Правительственными войсками в последние дни осуществлялись активные действия против боевиков на различных направлениях, в том числе в восточном пригороде Дамаска. Рано утром 21 августа по этому району с позиций, занимаемых боевиками, была выпущена самодельная ракета аналогичная той, которая была применена террористами 19 марта с.г. в Хан Аль-Асале, с неустановленным пока химическим отравляющим веществом. Сообщается о жертвах среди мирного населения.

Обращает на себя внимание тот факт, что ангажированные региональные СМИ сразу же, как по команде, начали агрессивную информационную атаку, возлагая всю ответственность на правительственную сторону. Далеко не случайно, видимо, и то, что вбросы насчет применения властями химоружия уже имели место и ранее, в том числе и в последние дни, со ссылкой на некие оппозиционные источники, однако впоследствии не подтверждались. Все это не может не наводить на мысль о том, что мы в очередной раз имеем дело с заранее спланированной провокацией. В пользу этого говорит и то, что преступная акция близ Дамаска была совершена в тот самый момент, когда успешно начала свою работу в Сирии миссия экспертов ООН по расследованию утверждений о возможном применении там химического оружия.

Все это сильно смахивает на попытки любой ценой создать повод для выдвижения требований к СБ ООН встать на сторону противников режима и тем самым подорвать шансы на созыв Женевской конференции, для подготовки которой на 28 августа запланирована очередная встреча российских и американских экспертов.

В Москве считают важным проведение объективного и профессионального расследования случившегося. Вновь призываем всех тех, кто имеет возможность повлиять на вооруженных экстремистов, приложить все усилия с тем, чтобы положить конец провокациям с использованием химических отравляющих веществ.

 

Certaines chaînes de télévision arabes diffusent des allégations alarmistes sur l’utilisation des substances toxiques près de Damas ce 21 août. Dans ce contexte, nous avons pris des mesures pour vérifier la fiabilité de cette information. Sur la base des données provenant des sources disponibles nous avons une image suivante.

Ces derniers jours les forces gouvernementales réalisaient des actions actives contre les militants sur divers terrains, y compris dans la banlieue Est de Damas. Tôt dans la matinée du 21 août, une roquette artisanale, similaire à celle qui avait été utilisée par des terroristes le 19 mars dernier à Khan al-Asal et portant une substance toxique inconnue, a été lancée sur le quartier depuis la zone sous le contrôle de l’opposition. Des victimes parmi la population civile sont rapportées.

Il est à noter le fait que les médias régionaux engagés ont immédiatement, comme s’il y avait un signal, commencé une campagne d'information agressive, conférant toute la responsabilité au côté du gouvernement. Apparemment, ce n'est pas un hasard que des allégations sur l'utilisation d'armes chimiques par les autorités syriennes ont déjà eu lieu avant, y compris ces derniers jours, en se référant à certaines sources de l'opposition, mais ils n’ont jamais été confirmés par la suite. Tout cela ne fait que confirmer une fois de plus qu’il s’agit d’une provocation planifiée d’avance. Cette hypothèse est étayée par le fait que l’attaque dans la banlieue de Damas a été perpétrée au moment même où la commission de l’ONU entame ses travaux en Syrie pour vérifier les affirmations sur un éventuel usage d’armes chimiques.

Tout cela ressemble à des tentatives de créer à tout prix un prétexte à une exigence au Conseil de sécurité des Nations unies de prendre côté des opposants au régime et de miner donc l'organisation de la conférence internationale à Genève sur un règlement pacifique en Syrie dont une rencontre préparatoire des experts russes et américains est planifiée pour la 28 août.

Moscou estime qu'il est important de mener une enquête équitable et professionnelle de l'incident. Nous demandons à nouveau tous ceux qui sont en mesure d'influencer les extrémistes armés, de prendre tous les efforts pour mettre terme aux provocations sur l'utilisation de substances toxiques 

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 18:41

Si le sommet des BRICS qui s'est tenu à Durban n'a pas rempli toutes ses promesses au sujet de la constitution d'une " banque des BRICS " , il n'en reste pas moins que ce projet avance et se réalisera .

Les éditoriaux rageurs et haineux des petits plumitifs et analystes stipendiés de la presse Française [ Le Monde [ lien ] et [ lien ]  , Les Echos[ lien ]  ] et internationale [ FT ,] sont là pour témoigner que cette organisation s'impose de plus en plus sur la scéne internationale.

 

Au delà des éditoriaux et des depêches , seul un document est là pour permettre de juger sur pièces : La déclaration et le plan d'action d' eThekwini .[ lien ]  ainsi que les accords signés .

 

1- Le BRICS a manifesté sa volonté de lancer un containment et un un roll-back du nouvel impérialisme Occidental en Afrique par une aide économique au développement des infrastructures régionales . [ lien ] L'accord sur la coopération nucléaire Russie-Afrique du Sud montre la voie[ lien ] , [ lien ] et il est regretable par exemple que le Sénégal ait renoncé à son projet de centrale nucléaire flottante , non pas à la suite de l'accident de Fukushima pour des préoccupations environnementales mais bien sous la pression du gouvernement Français qui veut y promouvoir le projet Flexblue .

 

2- Le BRICS considére que seule la déclaration de Genève [ lien ] peut constituer une base pour la résolution du conflit en Syrie et en aucune manière une militarisation accrue du conflit , par exemple par un armement des terroristes islamistes .Le communiqué s'il apelle les deux parties , mises sur le même plan , à faciliter l'accés de l'aide humanitaire  aux zones de conflit réafirme l'intégrité territoriale de la Syrie . Ce principe de l'intégrité territoriale Syrienne exclut toute intervention humano-militariste à partir de la Jordanie et de la Turquie .  C'est une rebuffade de plus pour la " diplomatie " Fabiusienne et celle des kleptocraties pétrogazières du Golfe  . C'est la réponse à la demande d'aide du gouvernement Syrien au groupe des BRICS .

 

Les tentatives d'organiser une mutinerie du groupe " Inde , Brésil et Afrique du Sud " contre l' " Axe Moscou-Pékin" au sein des BRICS sur le dossier Syrien ont échouées . Que ce soit celle de la Brookings Institution [ Lien ] ou celle des centres analytiques Etasuno-Quataris [ lien ] [ lien ] .

 CARAMBA ! Zout ! Encore raté !

 

 

 

 

3- Le BRICS s'oppose à toute action militaire contre l' Iran.

 

 

5th BRICS Summit - eThekwini Declaration and Action Plan - Sur le site du bureau de presse du Gouvernement Indien . http://pib.nic.in/newsite/erelease.aspx?relid=94317

 

 

  Coup d'Etat en Centrafrique: cesser les violences (BRICS)

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 23:34

Un reportage de la télévision Russe . Des images exceptionnelles des cachots des terroristes islamistes    " démocrates Syriens " ou les prisonniers étaient égorgés .  Selon un militaire Syrien des terroristes  combattants avec des passeports Français ,  Italiens , Afghans et Pakistanais sont présents à Homs  . Des armes lourdes moyens d'autodéfense Etasuniennes et Israéliennes ont été saisies. Les terroristes Islamistes  " opposants démocrates Syriens " kidnappent des civils sans défense pour ensuite exiger des rançons .

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 13:26

L'interview du Premier Ministre Russe Vladimir Poutine sera accessible aux télespectateurs Français sur le site de RTR Planeta à partir de 18:30 [ Paris ] . Une fois de plus , ce sera le " document de référence " qui seul fera foi et qu'il sera intéressant de comparer à l' " expertise " qu'en donneront nos " spécialistes " patentés par La Sorbonne et l'IEP .

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 18:48
 

 
Repris depuis le site geostrategie.com
avec la permission de l'auteur . J'ai eu le plaisir de rencontrer Yves Bataille lors de mon voyage en Serbie en Décembre 2009 .
 
Geostrategie.com – Le Général Ratko Mladić a été arrêté près de Belgrade. Qu’est-ce que cela va changer pour la Serbie ?
Yves Bataille – Le Sanhédrin de La Haye va avoir un nouveau pensionnaire, serbe comme il se doit. Le rituel des arrestations et des livraisons de résistants serbes est arrivé à son terme. Ancien chef d’état-major de l’Armée de la Republika Srpska, le général Ratko Mladić est la dernière grande figure recherchée par la « justice internationale ». La direction actuelle de la Serbie, qui se voyait reprocher de ne pas en faire assez pour arrêter le général Mladić, va recevoir un bon point de l’Union Européenne et des États-Unis et être encore plus exécrée par les Serbes. Cela va renforcer ceux qui désignent le gouvernement de Boris Tadić comme un gouvernement de traîtres.
Geostrategie.com – Dès appels à descendre dans le rue ont été lancés. Il va y avoir des manifestations ?
Yves Bataille – A l’heure où je vous parle elles ont déjà commencé.[ Voir vidéo ]  Il faudra être attentif à la quinzaine qui suit car cet événement s’ajoutant à d’autres pourrait faire descendre dans la rue un faisceau protestataire sans précédent.
La déclaration de l’« indépendance » du Kossovo a provoqué de massives manifestations de rue. On se souvient que l’ambassade américaine et les McDonald’s avaient été brûlés. Quand l’UE a voulu imposer sa « Gay Pride », des milliers de jeunes Serbes sont descendus dans la rue et ont affronté avec détermination la police et la gendarmerie. Aujourd’hui quatre éléments se conjuguent pour stimuler de nouvelles manifestations : celui de l’anniversaire de 78 jours de bombardements de l’Otan contre la République Fédérale de Yougoslavie (RFY) en 1999, celui des bombardements de l’Otan contre la Libye, l’annonce d’une réunion générale (nouveau Lisbonne) de l’Otan à Belgrade les 13, 14 et 15 juin et maintenant l’arrestation du général Mladić. Autant de facteurs politiques et émotionnels susceptibles d’alimenter une contestation politique radicale. Avec les bombardements et l’annonce de la réunion de l’Otan la Serbie était déjà assise sur un baril de poudre. L’arrestation du général Mladić est un facteur risque aggravant. Le gouvernement le sait, qui a renforcé les mesures de sécurité devant le Parlement, la radio, la télévision et les ambassades occidentales.
Geostrategie.com – Vous êtes très impliqué dans l’action de soutien aux Serbes. Qu’entendez-vous par « faisceau protestataire sans précédent » et allons-nous assister à de nouveaux troubles ?
Yves Bataille – La place publique et la rue sont toujours le terrain privilégié d’une action mais d’une action marquée par la nouveauté de l’utilisation des réseaux sociaux Internet, Facebook et Twitter, des outils de l’ennemi qui sont retournés contre lui. Le groupe Facebook Support for Muammar al Gaddafi from the people of Serbia qui a dépassé 70.000 inscrits a déjà fait descendre des milliers de manifestants dans la rue. Une conscience se fait jour. Les plus lucides disent qu’il ne faut plus manifester le dégoût mais l’encadrer. Les manifestations qui n’en amènent pas d’autres sont sans intérêt. Il convient de porter des coups au régime et pour cela il faut répondre à une coordination, l’unité à la base et dans l’action contre le régime et contre le Système. La situation apparaît mûre pour appliquer la fameuse dynamique action-répression-nouvelle action. La répression promise par un gouvernement qui a affirmé ne pas tolérer les troubles qu’il provoque va entraîner de nouvelles manifestations. Certains disent qu’il ne faut plus faire comme après l’attaque de l’ambassade américaine, s’arrêter. Qu’au contraire cette fois il faudra aller de l’avant et encore de l’avant, jusqu’à l’affrontement décisif, jusqu’à la rupture. Slobodan Homen, le commissaire politique de l’ambassade américaine au gouvernement, l’a compris, qui multiplie les menaces à l’encontre des nationalistes. Homen est un ancien membre d’Otpor, le groupe étudiant d’opposition à Slobodan Milosević fabriqué par la CIA.
Les premières manifestations ont eu lieu dès l’annonce de l’arrestation du général Mladić. A Belgrade la police a dispersé des groupes qui convergeaient vers la Place de la République, lieu habituel des protestations. A Novi Sad des heurts se sont produits entre un millier de manifestants conduits par les nationalistes d’Obraz et de 1389 et la police.
Geostrategie.com – Comment peut-on associer le soutien à la Libye et celui au Général Mladic ?
Yves Bataille – On peut s’étonner de la mobilisation serbe pour la Libye mais elle a une explication. Les Serbes n’ont pas oublié l’agression de leur pays. C’est pourquoi ils se montrent si solidaire d’une Libye attaquée par les mêmes et avec les mêmes procédés. Pour parler comme un psychologue, les Serbes font depuis le 19 mars une identification à l’agressé. Il y a aussi un autre facteur que l’on connaît moins à Paris, ce sont les liens anciens entre les deux pays. La Serbie a hérité d’une relation de qualité nouée naguère dans le cadre du Mouvement des Pays non-alignés (MNA). En 1999 la Libye de Kadhafi a soutenu les Serbes et dernièrement elle a refusé de reconnaître l’« indépendance » du Kossovo.
Sur la Libye, sur l’Otan, sur l’Europe de Bruxelles, tous les mouvements nationalistes et socialistes authentiques sont sur la même longueur d’onde. Cette unanimité contre a conduit à la convergence de forces qui, dans d’autres pays, sont concurrentes ou antagonistes. C’est une spécificité serbe. Un socialiste international y sera toujours plus proche d’un nationaliste que d’un libéral atlantiste. Le clivage n’est pas entre une droite et une gauche mais entre les défenseurs du peuple et de la nation et les collaborateurs de l’Occident (États-Unis, Union Européenne, Otan etc.). En outre le champ du politique s’est déplacé. Il s’éloigne du Parlement de jour en jour, ce qui n’empêche pas certains groupes nationalistes de recueillir des signatures pour y entrer. Des syndicats revendicatifs sont nés, le nombre d’associations culturelles et estudiantines augmente comme celui des groupes patriotiques, formant le terreau d’un mouvement plus vaste.
Le Mouvement extra-parlementaire se pose en porte parole du peuple et de la nation contre le régime de collaboration de Boris Tadić. Les membres du gouvernement sont désignés comme des traîtres installés par l’ennemi et agissant contre le pays. Aux élections de 2008 les socialistes du SPS avaient sauvé Tadić en ralliant le gouvernement et une scission avait été organisée au sein du Parti radical serbe (SRS) pour l’affaiblir. Ce dernier s’est finalement renforcé avec le départ des éléments à l’origine de cette scission (Nikolić t Vucić) et d’ex scissionnistes et non des moindres, comme le général Božidar Delić, ont finalement réintégré les rangs du SRS.
Le général Mladić est présenté en Occident comme un « criminel de guerre », celui qui aurait tué 8.000 musulmans bosniaques à Srebrenica. On fait croire que sous sa direction les Serbes se sont livrés à un massacre. Aujourd’hui la documentation est suffisamment importante pour se rendre compte qu’il ne s’agissait que de propagande de guerre. A Srebrenica et dans les environs il y a eu autant de Serbes tués que de musulmans bosniaques (autour de 3.000 de chaque côté). La médiatisation du « massacre de Srebrenica » est de même nature que celle qui a fait dire il y a deux mois que Kadhafi tirait sur son peuple avec des avions. On invente chaque fois un massacre pour pouvoir justifier ensuite les vrais massacres, ceux de l’Otan. En Bosnie les moudjahidine afghans importés par les services anglo-saxons avec l’aide de l’armée turque ont joué le même rôle que les « insurgés » islamistes de Benghazi. On a d’ailleurs tenté il y a peu de faire à Misrata le même cinéma qu’à Srebrenica mais ça n’a pas marché (l’histoire des bombes à fragmentation dont on sait qu’elles furent tirées par l’Otan).
Geostrategie.com – Quelle est l’attitude des intellectuels serbes dans le mouvement de protestation ?
Yves Bataille – La Serbie est un pays où il existe encore des intellectuels, de vrais gens de culture. Pas comme en France où de « pompeux cornichons » détiennent le monopole de la diffusion des idées et débattent entre eux sur les plateaux de télévision pour dire la même chose. En Serbie les Américains ont échoué dans leur offensive sur le Front culturel. Via la Fondation Soros, ils ont bien essayé d’acheter l’Union des Écrivains mais n’y ont pas réussi. Ils avaient spéculé sur la pauvreté des écrivains, leur criant besoin d’argent. Le seul domaine où ils ont réussi à faire quelque chose via les médias (surtout les télévisions) qu’ils contrôlent, c’est celui de la diffusion de cette sous-culture de masse démocratique occidentale à base anglo-saxonne. Les concerts de rock, les émissions de télé réalités. Ils subventionnent la promotion de ces nuisances, paient des ONG, financent des sites internet. Les Américains ont jusqu’à présent été très généreux avec leur cinquième colonne. Les Russes sont incapables de faire la même chose. Donc sans les Russes auxquels il ne faut pas donner un chèque en blanc parce qu’ils sont slaves orthodoxes… le peuple serbe manifeste toujours sa préférence pour les chansons et les danses traditionnelles, la musique byzantine, les chants sacrés. Pour ce qui vient du fond des âges et ce qui remémore l’Épopée. Moderne mais typiquement serbe, le Festival de Trompettes de Guča, qui rassemble chaque année dans un petit village des dizaines de milliers de participants, a atteint la renommée mondiale rien que par sa qualité tandis que la vogue des chants orthodoxes, byzantins et néo-païens ne cesse d’augmenter. Cette affirmation culturelle explique la vitalité du mouvement politique extra parlementaire irrigué par les idées-forces de la résistance populaire .
Un exemple de synergie culture politique : quand après les manifestations contre la provocatrice Gay Pride le chef du Mouvement Obraz et vingt de ses camarades ont été emprisonnés, des centaines d’écrivains, de poètes et de gens du spectacle ont signé une pétition pour demander leur libération. Il est fort courant de voir des intellectuels liés au mouvement national-patriotique participer à des réunions et à des manifestations de rue ou même à en prendre la tête.
Il y a un fossé abyssal entre la conscience nationale exprimée par les intellectuels serbes et les leaders d’opinion occidentaux. Depuis l’arrestation du général Mladić la presse occidentale nous ressort les clichés d’il y a quinze ans. Aucune objectivité et toujours le même vocabulaire hostile. On a ressorti le langage formaté du frigidaire. Journalistes et politiciens se félicitent de l’arrestation du « boucher des Balkans » (le titre d’une future émission de télévision de la 2) et évoquent les bienfaits thérapeutiques du Tribunal de La Haye. La presse industrielle continue à abuser l’opinion et à répandre ses mensonges. Croyant voir dans « l’arrestation de Mladić » (comme elle dit) la fin d’une histoire, ce milieu superficiel et frelaté ne se rend pas compte que l’arrestation du général Mladić ne met pas un terme au combat. La guerre continue avec un mouvement politico-social de contestation générale qui est la Nouvelle Résistance Populaire en action et le mouvement victorieux de demain.http://www.geostrategie.com/cms/cms_images/yapb_cache/serb_mladic_nm.7m17u4remq04g0ccoc404wwsg.1n4kr7rgh18gs08gcg0csw4kg.th.png
 
 
Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 21:54
Je sais que cela va encore provoquer des démangeaisons du côté de Marseille , mais bon !

Réflexions de Fidel
Un incendie qui peut tout embraser

On peut être d’accord ou non avec les idées politiques de Kadhafi, mais nul n’a le droit de contester l’existence de la Libye comme État indépendant et membre des Nations Unies.

Le monde n’a pas encore atteint ce qui constitue aujourd’hui à mon avis une condition sine qua non de la survie de notre espèce : l’accès de tous les peuples aux ressources matérielles de cette planète, la seule de notre système solaire à réunir les facteurs les plus élémentaires de la vie que nous connaissons.

Les États-Unis eux-mêmes se sont toujours efforcés d’être un creuset de toutes les races, de toutes les croyances et de toutes les nations : blanches, noires, jaunes, indiennes et métisses, sans d’autres différences que celles de maîtres et d’esclaves, de riches et de pauvres, mais toujours dans les limites des frontières : au nord, le Canada ; au sud, le Mexique ; à l’est l’Atlantique ; à l’ouest, le Pacifique. L’Alaska, Porto Rico et Hawaï étaient de simples accidents historiques.

Le hic, c’est qu’il ne suffit pas du noble désir de ceux qui se battent pour un monde meilleur, ce qui est aussi digne de respect que les convictions religieuses des peuples. Il suffirait que des quantités relativement petites d’un certain nombre d’isotopes radioactifs émanent de l’uranium enrichi consommé par les centrales atomiques – car ils n’existent pas dans la  nature – pour mettre fin à la fragile existence de notre espèce. Maintenir ces volumes croissants de déchets sous des sarcophages de béton et d’acier est l’un des plus gros problèmes de la technologie.

Des faits comme l’accident de Tchernobyl ou le séisme du Japon ont mis en lumière ces risques mortels.

Mais là n’est pas la question que je veux aborder aujourd’hui, sinon le spectacle étonnant que nous a présenté hier Walter Martinez dans son  émission Dossier de la télévision vénézuélienne : la réunion entre le chef du département de la Défense étasunien, Robert Gates, et son homologue britannique, Liam Fox, qui s’est rendu aux USA pour discuter de la guerre criminelle déclenchée par l’OTAN contre la Libye. Un spectacle difficile à croire, mais digne d’un Oscar : le ministre britannique était un paquet de nerfs, il était tendu, il parlait comme un fou, on avait l’impression qu’il crachait ses mots.

Bien entendu, Gates l’attendait à l’entrée du Pentagone. Les drapeaux des deux pays, celui de l’ancien empire colonial britannique et celle de son fils putatif, l’empire étasunien, ondoyaient de chaque côté tandis que retentissaient les hymnes nationaux. La main droite sur le cœur, le salut militaire rigoureux et solennel de la cérémonie du pays hôte. Ce fut la cérémonie initiale. Les deux ministres sont entrés ensuite dans le bâtiment de la défense étasunienne. Ils sont censés avoir longuement parlé, si l’on en croit les images que j’ai vues quand ils sont revenus avec chacun un discours – sans doute préparé à l’avance – à la main.

L’environnement de ce scénario était constitué par du personnel en uniforme. À gauche, on voyait un jeune militaire, grand, maigre, rouquin en apparence, le crâne rasé,  la casquette à la visière noire enfoncée presque sur la nuque, présentant le fusil, baïonnette au canon, sans ciller ni même sembler respirer, la vraie image du soldat prêt à tirer une balle de fusil ou un missile atomique emportant un charge destructive de cent mille tonnes de TNT. Gates a parlé en affichant le sourire et le naturel du maître de maison. L’Anglais, lui, en revanche, l’a fait comme je l’ai expliqué

J’ai rarement vu quelque chose de plus horrible : il suintait la haine, la frustration, la fureur, il menaçait le dirigeant libyen dont il exigeait la reddition inconditionnelle. On constatait combien il était indigné que les avions de la puissante OTAN ne soient pas parvenus à faire plier la résistance libyenne en soixante-douze heures !

Il ne lui manquait plus que de s’exclamer : « Des larmes, de la sueur et du sang », à l’instar de Winston Churchill quand il avait calculé le prix que devrait payer son pays dans la lutte contre les avions nazis. Mais avec une petite différence : c’est l’OTAN qui joue maintenant le rôle des nazi-fascistes en lançant des milliers de missions de bombardement avec ses avions les plus modernes au monde.

L’administration étasunienne n’a pas hésité, elle, à autoriser l’emploi de drones pour tuer des hommes, des femmes et des enfants libyens, comme elle le fait toujours en Afghanistan, à des milliers de kilomètres de l’Europe de l’Ouest, mais cette fois-ci contre un peuple arabe et africain, sous les yeux de centaines de millions d’Européens et rien moins qu’au nom de l’Organisation des Nations Unies !

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a déclaré hier que ces actes de guerre étaient illégaux et sortaient du cadre des accords adoptés par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les grossières attaques contre le peuple libyen qui prennent un caractère nazi-fascistes peuvent devenir le lot de n’importe quel peuple du Tiers-monde.

La résistance de la Libye m’étonne vraiment.

Maintenant, cette organisation belliciste est à la merci de Kadhafi. Si celui-ci résiste et refuse ses exigences, il passera à l’Histoire comme l’un des grands personnages des pays arabes.

L’OTAN attise un incendie qui peut tout embraser !

Fidel Castro Ruz

Le 27 avril 2011

19 h 34

(Traduction ESTI)

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 02:41

 

Intervenant depuis Bruxelles dans le cadre de l'émission " vesti v'suboti " , le représentant Russe auprés de l'Organisation Terroriste de l'Atlantique Nord a souligné l'illégalité de toute intervention étrangére en Libye en particulier d'une intervention Franco-Anglaise .
Dmitri Rogozine souligne l'hypocrisie du discours Français -   Levyto-Sarkozien il faut le préciser ici  - qui parle de " corridors humanitaires " qui nécessairement se transformeraient en une intervention sur le terrain et une prise de partie éhontée dans une guerre civile , cad une " intervention " . Ce que proposent la France et l'Angleterre ce n'est en fait qu'une prise de partie dans une guerre civile .
Penser d'autre part que les forces intervenant dans le cadre de ces " corridors humanitaires " n'entreront pas en contact avec les forces gouvernementales Libyennes relève de la " naîveté " .
Selon Dmitri Rogozine de " mauvaises langues " au sein de l'OTAN voient dans la posture Franco-Anglaise les réminiscences d'une nostalgie coloniale et une volonté de retrouver dans la région une influence perdue . Il souligne les divisions au sein de l'Alliance et en particulier le refus de la Turquie et de l'Allemagne .
Selon Dmitri Rogozine , le duo Franco-Anglais  ne disposerait pas d'ailleurs des moyens de veille aérienne et d'observation satellitaire suffisants pour intervenir en dehors du cadre de  l'OTAN .
 
Pour Dmitri Rogozine - qui n'emploie pas le terme de propagande mais on sent qu'il en a envie - les reportages des médiats occidentaux ne montrent pas d'élèments suffisament constitutifs pour justifier une intervention militaire . Si les forces gouvernementales Libyennes sont plus puissantes que leurs " opposants " , il n'en reste pas moins qu'elles utilisent avec parcimonie leurs moyens aériens et les blindés .
 
Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 11:25

Lors de la conférence sur la sécurité internationale qui s'est tenu au fort de Copacabana , le MD Brésilien a décrit sa vision de la " sécurité " pour l'Amérique Latine en général et pour le Brésil en particulier [ 1 ] .La division en items respectifs de son discours est de ma démarche .

 

 

[ A ] Le Ministre commence par disserter sur la notion de " sécurité " qui peut englober tous les aspects de la vie humaine . La notion de sécurité n'est pas " un concept autonome , doté d'une volonté propre " .

Il limite son sujet à la " sécurité internationale "et en particulier à la " sécurité militaire externe cad la défense " .

 

[ B ] Les contexts sécuritaires Européens et Latino-Américains sont notablement différents sur de nombreux points . Parler de la sécurité de l'Europe et de l'Amérique Latine ne peut donc amener qu'à des considérations d'orde général réductrices et grossières .

L'honneteté intellectuelle oblige à parler de plusieurs perspectives et non pas d'une seule .

 

[ C ]  L'affirmation de la pluralité entraîne qu'il existe plusieurs voix , plusieurs regards qui décrivent la réalité internationale de manières distinctes , parfois incompatibles .

Nelson Jobim cite , de manière provocatrice , l'adoption à l'échelle globale du concept de " sécurité humaine " qui peut in fine porter préjudice à ceux qu'il est censé protéger .

L'être humain n' pas su encore trouver de formule globale universellement acceptée  qui permet de hiérachiser des valeurs qui prises isolément sont toutes légitimes à l'aune de l'échelle axiologique du monde Occidental .

 

[ D ] Nelson Jobim cite l'exemple du Kossovo ou le droit d'une partie de la  population locale  à l'autodetrermination est aussi légitime que le droit des populations Serbes à continuer de vivre au sein de l'état Serbe [ et vice-versa ]  

 

[ E ] La politique internationale nous confronte à des écoles antagonistes qui obligent l'homme d'état à choisir le moindre mal .

Il n'existe pas de casuistique qui serve de boussole à l'homme d'état dans de telles situations .

L'extrême diversité des situations internationale fait qu'il n'existe pas de solutions " de manuel" .

Cette digression [ sur le Kossovo ] ne constitue pas une défense du relativisme moral mais prétend problématiser le concept de sécurité humaine et sa focalisation sur l'individu .

 

[ F ] Il faut noter que l'atomisation extrême du référent de la sécurité , généré  par l'application simpliste de l'idée de préservation de l'être humain comme seule  unité indivisible porteuse de valeur , rend ce concept impraticable .

Le corollaire en est que l'humanité située à l'autre extremité du continuum devient la référence de la sécurité humaine .

Cet autre niveau d'agrégation est aussi problématique comme référence .

Le fait est que l'humanité posséde une capacité limitée de mobilisation politique malgré l'Holocauste et la déclaration des droits de l'Homme par l'ONU .

Note de l'Editeur  :

Les limites du  pouvoir des  " technologies de globalisation " comme les réseaux sociaux - Twitter et Facebook - et des " technologies de la globalisation de la conscience humaine " comme les télephones portables munis de caméras que certains analystes ont mis en avant lors de la " révolution verte " en Iran sont ici implicitement posées par Nelson Jobim . Fin de note .

 

 

Le vecteur primordial de la formation des identités continue à être le contraste entre l'ego et l'alter .

Tout ceci fait que l'idée de collectivité humaine a peu d'impact sur la formation des légalités politiques .

 

[ G ]  Pour Nelson Jobim l'Etat -Nation [ de Estado Nacional ] reste le meilleur référent et le plus légitime en matière de sécurité internationale

C'est au sein de cet état que sont construites et reproduites les légalités politiques les plus profondes et les plus durables .

L' Etat- Nation démocratique représente deux fonctions :

( a ) : La meilleur chance de préservation des droits de l'homme

( b ) : Le pilier le plus solide pour la préservation de la paix tant sur le plan national qu'international .



Nelson Jobim ne pense pas que l'Etat-Nation démocratique puisse être substitué de manière efficace dans ces deux fonctions :



( a ) Soit par une fragmentation du pouvoir au travers d'une myriade de groupes subnationaux

( b) Soit par la concentration du pouvoir dans une orgonsiation planétaire vraiment universelle .

 

 

Si l'Etat- Nation continue d'être le référent transcendantal de la sécurité prise dans son sens le plus large , il y a une différence notable entre la réalité Européenne et la réalité Sud-Américaine .

[ H ]

L' Europe en raison de son passé fait de guerres et de destructions s'est embarquée dans un projet ambitieux d'intégration tendant à la création d'un superétat afin de ne pas repêter le passé .

Ce projet fondé sur des idéaux cosompolites de façade fait face aujourd'hui à des difficultés de toutes sorte .

Je fais référence à une idée courante :

" L'Europe est un bon endroit pour vivre mais pas pour rêver " .

Pendant que les Européens se débattent pour avancer sur la route de la construction d'une confédération  d'Etats , rien desimilaire n'existe en Amérique du Sud ni autre part dans le monde .

Les projets d'intégration Sud-Américains sont moins ambitieux et pourtant ils n'en sont pas moins réussis dans le maintien d'un climat de paix et de collaboration .

Dans cette partie du monde , nous avons pour objectifs d'approfondir les efforts d'intégration y compris sur les questions de défense mais sans que ceci signifie des abandons de souveraineté à des organismes supranationaux .

 

Note de l'Editeur  :

  Ceci est une claire rebuffade de Nelson Jobim à certains cercles Européistes relayés par des diplomaties nationales qui tentent d'imposer à l'Amerique du Sud le modèle intégrationniste Bruxellois  - Fin de la note .

 

[ I ] En ce qui concerne l'Europe , il faut aussi prendre en compte l'existence d'un organisation qui se surimpose à l'Union Européenne en ce qui concerne les questions de défense : L' OTAN dont le membre le plus important n'appartient même pas ua continent .

La dynamique de l'insertion Nord-Américaine sur le  théatre Européen de la défense augmente les contrastes des réalités du " Vieux Monde " et de l'Amérique du Sud .

La géopolitique de l'énergie s'y développe de manière distincte .

Il n'y a pas dans cette partie de la planéte [ L'Amérique du Sud ] des alliances qui s'étendent en direction des frontières d'anciens empires .

De la même manière le phènomène du terrorisme n' y a pas la résonance acquise en Europe .

 

Aucune nation Sud-Américaine ne fait partie d'une alliance défensive régionale qui s'autorise à intervenir dans n'importe quelle partie du monde sous les pretextes les plus divers .

[ J ] Il est toutefois illusoire d'imaginer qu'il n'existe pas de problèmes dans le domaine de la sécurité en Amérique du Sud .

Ils sont essentiellement d'ordre administratifs au sein des institutions crées pour les résoudre .

Je mentionne juste le Conseil  de Défense Sud-Americain à laquelle j'ai eu l'honneur de participer à sa construction .

Sur ce point il est nécessaire de procéder à un eclaircissement :

Le Brésil fait parti de l'Amérique du Sud mais n'est pas l'Amérique du Sud .

Je réafirme que chaque état doit garder sa souveraineté dans le choix de ses propres thématiques en matière de défense et de sécurité .

C'est pour cette raison que je trouve incorrect , au moins dans cette partie du monde , qu'un pays parle au nom de la région .

 

Note de l'Editeur  :

Le lecteur pourra noter sans problèmes la vision démocratique choisie par le Conseil de Défense Sud-Américain     [ Site ] pour définir les menaces et l'Ukaze Etasunien qui transparaît à chacune des lignes des menaces telles qu'elles sont définies dans le nouveau concept stratégique de l'OTAN qui vient d'être adopté à Lisbonne , en particulier sur le problème de la sécurité face aux - prétendues - menaces ballistiques .Fin de note .

 

Je tiens ici à préciser que je parle en mon nom propre

 

Note de l'Editeur

La position de Nelson Jobim reflète toutefois la ligne directrice de la diplomatie Brésilienne

telle qu'elle a été formatée par le Ministre des Affaires Stratégiques Pinheiro Guimaraes.

Fin de note .

 

Il serait toutefois hypocrite de nier l'importance du Brésil dans ce contexte et son rôle dans le maintien d'une Amérique du Sud stable et pacifique .

En constituant une nation Brésilienne comme un élément de pondération et d'équilibre sur le paln régional , il est impossible d'oculter sa contribution à la préservation de relations amicales dans le sous-continent et par extansion sur le plan international .

Encore une fois en contraste avec la réalité Européenne telle qu'elle généralement perçue , il faut signaler que le Brésil développe une stratégie claire de coopération avec tous les pays Sud-Américains .

En Europe par contre , il existe des distinctions entre les pays qui sont membres de l'Alliance Atlantique et ceux qui n'en font pas partie .

En Amérique du Sud tous les états participent aux institutions de gouvernance régionale , y compris dans le domaine de la défense .

 

Il n' ya pas de différentiation au sein du Conseil de Défense  Sud-Américain par exemple .

La fluidité du dialogue , en parrallèle avec l'inclusion de tous en dépît d'asymétries évidentes , permet que l'Amérique du Sud chemine vers le renforcement des liens y compris dans le domaine de la défense .

 

Note de l'Editeur :

 

Nelson Jobim place ici le Brésil en parralléle avec les Etats-Unis et compare le processus decisionnel au sein de l'OTAN et au sein de l'Unasul .

Alors que les Etats-Unis sont de facto un prima inter pares au sein de l'OTAN et usent de la disymétrie résultant de leur poids économique , diplomatique et militaire pour y imposer leur agenda , Le Brésil respecte l'équité du pouvoir décisionnel des états au sein de l'Unasul mais aussi d'autres institutions comme le Mercosul-Mercosur ou il n'essaye pas de faire jouer des paramètres comme le PIB et sa population pour imposer ses vues et ses intêrets . Fin de Note .

 

Il est de l'intention du Brésil de renforcer ce processus afin que la collaboration Sud-Américaine atteigne un niveau tel qu'elle se transforme en  un facteur de dissuasion extra-régionale .

 

[ K ] L'autre élément important qui dénote la diiférence des réalités regionales [ Entre l'Europe et l'Amerique du Sud ] est le contexte liè à la conjoncture économique .

La crise économique profonde qui frappe le vieux continent oblige nombre de ses états à limiter les dépenses militaires .

 

La fin du cycle de vie des systémes d'armes des armées sud-américaines ( associé au maintien d'unecroissance économique pour une grande partie des pays du sous-continent ) fait que des nations dont le Brésil se voient dans l'obligation de réapareiller leurs forces armées .

L'augmentation des dépenses militaires en Amérique du Sud résulte principalement de circonstances économiques favorables .

 

Ici je tiens à rejeter la notion , indigente selon le point de vue conceptuel , qu'il existerait une course aux armements dans la région qui reste la plus desarmée au monde .

C'est une des régions au monde qui présente le moins de risques d'escalade des conflits vers leur limite logique [ la guerre ].

Les pretendus analystes qui défendent cette thèse [ de la course auxarmements ] devraient prendre en compte les décennies de sous-investissement en matière de défense dans la région .


[ L ] Nelson Jobim va parler de manière synthétique sur les perspectives des deux régions en ce qui concerne la défense .

Il rappelle son " Discours de Lisbonne " en ce qui concerne le nouveau concept stratégique de l'OTAN et ne croit pa sà une autonomisation de l'Europe vis à vis des Etas-Unis à moyen terme .

Ceci en raison des difficultés économiques du moment auquelles s'ajoutent :

( a ) : L'augmentation de la xénophobie

( b ) L'attitude récalcitrante des élites du vieux monde dans l'idée d'admettre une ouverture à l'immgration pour compenser le déclin démographique .

( c ) les difficultés lièes à l'approfondissement du processus d'intégration .

   " Tout ceci amène à penser que l'Europe ne deviendra pas un acteur géopolitique à la hauteur de son soft-power dans les 30 années à venir " .

[ M ]

L' Amérique du Sud [ par contre ] si elle maintient son rythme actuel de croissance économique verra son profil géopolitique encore modeste s'amplifier pour deux raisons :

( a ) Une augmentation de la participation de la région dans le PIB mondial

( b ) L'importance croissante de ressources dont elle dispose en abondance :



- eau potable

- protéines animales

- grains

- énergies renouvelables et non-renouvelables

- minéraux

- biodiversité

 

Note de l'Editeur .

Nelson Jobim dans le choix des facteurs de puissance de l'Amérique du Sud limités à la géopoltique des ressources ne mentionne pas l'existence - surtout en ce qui concerne le Brésil -  du manpower cad l'existence d'une population nombreuse et dont le niveau de formation et d'éducation augmente de plus en plus . C'est cette population qui est capable d'exploiter et de transformer ces richesses naturelles présentes en abondance .

Sergio Gabrielli - le directeur général de Petrobras - avait dans un exposé concernant le champ de Prè-Sal mis en avant l'existence au Brésil de ces deux facteurs de puissance et leur interaction à contario de puissances pétrolières comme la Séoudie ou le Nigéria .

Pour Sergio Garbielli , le Brésil appartient aux groupe d'états comme les Etats-Unis , l'Angleterre , la Norvège et la Russie qui disposent à la fois des ressources et de potentiel humain et donc qui sont capables de développer les technologies pour les exploiter et les valoriser .

C'est un non dit de Nelson Jobim mais le Brésil se voit bien au travers de ses techniciens et ingénieurs comme élément d'opérationalisation des potentialités des nations du littoral Ouest-Africain - Fin de note .



On peut démonter qu'il y a une perception de la tendance de l'augmentation du profil géopolitique du sous-continent comme celui de l'Afrique .

 

C'est le cas par exemple de certaines puissances , y compris Européennes  [ le Portugal agissant comme proxy de l'OTAN- NDLR  ] qui cherchent à inclure l'Atlantique Sud dans leurs schémas diplomatiques et de défense .

[ N ] La réponse Brésilienne à ces tendances  doit se donner à plusieurs niveaux

- Diplomatique

Redoubler les efforts d'intégration pour que l'Amérique du Sud puisse agir unie face aux circonstances qui pourraient surgir - en plus du maintien de la défense de la démocratisation du pouvoir au systéme international .

- Economique

Diminuer les goulets d'étranglements qui corsettent notre compétitivité et agir sur la densifaction des infrastructures d'interconnexion du sous-cointinent [ en particulier celles des transports et de l'énergie ]

- Environnementale

Garantir l'exploitation rationnelle de nos richesses et des immenses actifs dont nous disposons , transformant le potentiel en richesse et prospérité pour notre population .

- Militaire

Construire un appareil dissuasif tourné vers les menaces extra-régionales qui permettera au pays de dire " NON " quand il devra  dire " NON " .


Les perspectives des relations entre l'Amérique du Sud et l'Europe dépendront de notre capacité de rencontrer des solutions satisfaisantes aux divergences qui ne manqueront pas de surgir .

 

[ O ]

 

En ce qui concerne la défense , le Brésil posséde d'excellentes relations avec plusieurs pays Européens .

Certains d'entre euxsont nos partenaires dans le processus de modernisation de nos capacités industrielles .

Il y a d'énormes possibilités de coopération dans ce domaine .

 " Ces possibilités seront d'autant plus grandes que sera mineur l'appui de l'Europe à des schémas diplomatiques militaires qui pourraient arriver à être interprétés  comme des tentatives de réduire la marge d'autonomie du Brésil "



[ P ]

Je vais terminer comme j'ai commencé .

Je pense que l'Etat- [ Nation ]  est et continuera d'être le principal acteur du systéme international .

Le Brésil ne rennonce pas à garantir sa souveraineté de manière autonome .

Nous ne rejettons pas la participation de ceuxqui sont prêts à contribuer à cet objectif .

Par la nature de notre culture et parle processus historique qui nous a donné naissance ; nous ne cultivons pas la haine ou des sentiments agressifs .

Nous aimons la paix et nous ne ferrons de mal à qui que ce soit mais aimer la paix ne signifie pas une incapacité à défendre ses intêrets .

 

Íntegra da Conferência do Ministro da Defesa do Brasil, Dr Nelson A. Jobim, na abertura da VII Conferência Forte de Copacabana, 03 Novembro 2010, Rio de Janeiro

 

“SENHORAS E SENHORES,

[ A ]IMAGINO QUE O TÍTULO DESTE PAINEL REFLITA A INTENÇÃO DOS ORGANIZADORES DESTA CONFERÊNCIA:

CONHECER DISTINTAS VISÕES SOBRE A PROBLEMÁTICA DE SEGURANÇA NOS CONTEXTOS SUL-AMERICANO E EUROPEU.

NÃO É A SEGURANÇA UM SUJEITO AUTÔNOMO, DOTADO DE VONTADE PRÓPRIA.

POR ISSO, CLARO ESTÁ QUE, NESTE CASO, OS REFERENTES DA SEGURANÇA SÃO A AMÉRICA DO SUL E A EUROPA.

ESSA TAREFA REVESTE-SE DE GRANDE DIFICULDADE.

O CONCEITO DE SEGURANÇA LATO SENSU PODE ABARCAR VIRTUALMENTE QUALQUER DOMÍNIO DA ATIVIDADE HUMANA.

PARA EVITAR TAL GENERALIDADE, CONCENTRO-ME APENAS NO PLANO DA SEGURANÇA INTERNACIONAL – RECORTE QUE EM SI MESMO É EXTREMAMENTE AMPLO.

RECORTO AINDA MAIS O CONCEITO.

ABORDO O QUE SE CONVENCIONOU CHAMAR DE "SEGURANÇA MILITAR EXTERNA".

OU SEJA, TRATAREI DE “DEFESA”.

[ B ]FALEMOS AGORA, CONTUDO, SOBRE O CONCEITO MAIS AMPLO DE SEGURANÇA.

DESDE JÁ, DEVEMOS TER EM MENTE QUE OS CONTEXTOS SUL-AMERICANO E EUROPEU SÃO NOTAVELMENTE DISTINTOS.

É DISTINTA A REALIDADE DESSAS DUAS REGIÕES EM INÚMERAS OUTRAS DIMENSÕES.

FALAR SOBRE UMA PERSPECTIVA RELACIONADA À SEGURANÇA DA AMÉRICA DO SUL E DA EUROPA, SEM INCORRER EM GENERALIZAÇÕES GROSSEIRAS, CONSTITUI DESIDERATUM IMPOSSÍVEL.

A HONESTIDADE INTELECTUAL OBRIGA-NOS A FALAR EM VÁRIAS PERSPECTIVAS - NÃO SÓ UMA.

[ C ]A AFIRMAÇÃO DA PLURALIDADE REPRESENTA O FATO INSOFISMÁVEL DE QUE HÁ INÚMERAS VOZES, INÚMEROS OLHARES, QUE FALAM SOBRE A REALIDADE INTERNACIONAL.

TODOS VÊEM ESSA REALIDADE DE FORMA DISTINTA, POR VEZES INCOMPATÍVEL.

COMO EXEMPLO PROVOCATIVO, MENCIONO AS IMPLICAÇÕES DA ADOÇÃO, EM ESCALA GLOBAL, DO PROBLEMÁTICO CONCEITO DE SEGURANÇA HUMANA.

SE FORMOS CONSIDERAR COM SERIEDADE ESSE CONCEITO E O SEU FOCO NO VALOR UNIVERSAL DA PROTEÇÃO DO INDIVÍDUO, VEREMO-NOS, NO LIMITE, CONFRONTADOS COM SITUAÇÕES EM QUE SERÁ IMPRATICÁVEL JUSTIFICAR A PRÓPRIA PROTEÇÃO DAQUELES QUE SE QUER PRESERVAR.

ESSA AFIRMATIVA NADA TEM DE OUSADA.

BASTA CONSIDERAR QUE O SER HUMANO, ATÉ O PRESENTE, NÃO ENCONTROU FÓRMULA QUE FOSSE UNIVERSALMENTE ACEITA COMO CAPAZ DE HIERARQUIZAR VALORES QUE, ISOLADAMENTE CONSIDERADOS, SÃO PERFEITAMENTE LEGÍTIMOS À LUZ DA ESCALA AXIOLÓGICA DOMINANTE NO MUNDO OCIDENTAL.

[ D ]EXEMPLIFICO COM UMA PERGUNTA:

QUEM PODE AFIRMAR, DE MODO INEQUÍVOCO, A PREVALÊNCIA DO DIREITO À AUTODETERMINAÇÃO DO KOSOVO - ASPIRAÇÃO DA MAIORIA ALBANESA - SOBRE O DIREITO À PRESERVAÇÃO DA INTEGRIDADE TERRITORIAL DOS ESTADOS - ASPIRAÇÃO DA MINORIA SÉRVIA - QUE PRETENDE SE MANTER ATRELADA AO SEU ESTADO ORIGINAL?

NÃO SERIAM AS DUAS ASPIRAÇÕES LEGÍTIMAS?

NÃO SERIAM ELAS CONTRADITÓRIAS?

ESSAS PERGUNTAS RETÓRICAS NÃO DEVEM OCULTAR A VERDADE: 

 [ E  ]SIM, ESSES VALORES, ISOLADAMENTE CONSIDERADOS, SÃO LEGÍTIMOS.

NO ENTANTO, A POLÍTICA INTERNACIONAL NOS CONFRONTA COM ESCOLHAS AGÔNICAS EM QUE SE TORNA NECESSÁRIO OPTAR PELO MAL MENOR.

NÃO HÁ CASUÍSTICA QUE SIRVA DE BÚSSOLA PARA O HOMEM DE ESTADO EM SITUAÇÕES COMO ESSA.

A EXTREMA DIVERSIDADE E COMPLEXIDADE DOS RELACIONAMENTOS INTERNACIONAIS NÃO COMPORTAM SOLUÇÕES DE MANUAL.

ESSA DIGRESSÃO DE MODO ALGUM CONSTITUI DEFESA DO RELATIVISMO MORAL.

PRETENDE, ISTO SIM, PROBLEMATIZAR O CONCEITO DE SEGURANÇA HUMANA E SUA ÊNFASE NO INDIVÍDUO.

[ F ]NOTE-SE QUE A ATOMIZAÇÃO EXTREMA DO REFERENTE DA SEGURANÇA, GERADA PELA APLICAÇÃO SIMPLISTA DA IDÉIA DE PRESERVAÇÃO DO SER HUMANO COMO UNIDADE INDIVISÍVEL PORTADORA DE VALOR, TORNA O CONCEITO IMPRATICÁVEL.

DAÍ DERIVA O COROLÁRIO LÓGICO DE QUE O OUTRO EXTREMO DO CONTINUUM - A HUMANIDADE - PASSA A SER, AO FIM E AO CABO, O REFERENTE DA SEGURANÇA HUMANA.

ESSE NÍVEL DE AGREGAÇÃO TÃO INCLUSIVO, CONTUDO, É IGUALMENTE PROBLEMÁTICO.

O FATO, LAMENTÁVEL OU NÃO, A DEPENDER DA PERSPECTIVA ADOTADA, É QUE A HUMANIDADE, COMO CONCEITO, POSSUI UMA LIMITADA CAPACIDADE DE MOBILIZAÇÃO POLÍTICA – E ISSO MESMO DEPOIS DO HOLOCAUSTO E DAS DECLARAÇÕES UNIVERSAIS DE DIREITOS HUMANOS DA ONU.

O VETOR PRIMORDIAL DA FORMAÇÃO DAS IDENTIDADES CONTINUA A SER O DO CONTRASTE ENTRE EGO E ALTER.

ISTO FAZ COM QUE A IDÉIA DE COLETIVIDADE HUMANA TENHA POUCO IMPACTO SOBRE A FORMAÇÃO DAS LEALDADES POLÍTICAS.
[ G ]ORA, SE AS CONSIDERAÇÕES MENCIONADAS FIZEREM SENTIDO, PARECE-ME PERFEITAMENTE PLAUSÍVEL QUE O ESTADO NACIONAL SE MANTENHA COMO O REFERENTE MAIS RELEVANTE DA SEGURANÇA INTERNACIONAL.

É NELE QUE SÃO CONSTRUÍDAS E REPRODUZIDAS AS LEALDADES POLÍTICAS MAIS PROFUNDAS E DURADOURAS.

EM SÍNTESE, DEFENDO A TESE DE QUE O ESTADO NACIONAL DEMOCRÁTICO REPRESENTA DUAS FUNÇÕES:

(a) A MELHOR CHANCE DE PRESERVAÇÃO DOS DIREITOS HUMANOS; e
(b) O PILAR MAIS SÓLIDO DE MANUTENÇÃO DA PAZ, TANTO NO PLANO INTERNACIONAL COMO NO DOMÉSTICO.

NÃO CREIO QUE O ESTADO NACIONAL DEMOCRÁTICO VENHA A SER SUBSTITUÍDO EFICIENTEMENTE NESSAS FUNÇÕES:

(a) SEJA PELA FRAGMENTAÇÃO DE PODER, CONSUBSTANCIADA NA MIRÍADE DE GRUPOS SUBNACIONAIS;
(b) SEJA PELA CONCENTRAÇÃO DE PODER EM UMA ORGANIZAÇÃO PLANETÁRIA VERDADEIRAMENTE UNIVERSAL.

SE O ESTADO NACIONAL CONTINUAR A SER O REFERENTE TRANSCENDENTAL DA SEGURANÇA ENTENDIDA EM SENTIDO LATO, TEMOS DE PRONTO UMA DISTINÇÃO ÓBVIA ENTRE AS REALIDADES SUL-AMERICANA E EUROPÉIA.

[ H ]A ÚLTIMA, PROPULSADA POR UM PASSADO DE INTERMINÁVEIS GUERRAS, MORTE E DESTRUIÇÃO, EMBARCOU NO MAIS AMBICIOSO PROJETO DE INTEGRAÇÃO CONHECIDO, TENDENTE À CRIAÇÃO DE UM SUPERESTADO.

ASSIM O FEZ PREOCUPADA EM GARANTIR QUE O FUTURO NÃO REPETISSE O PASSADO.

ESSE PROJETO, FUNDAMENTADO NOS IDEAIS COSMOPOLITAS DA ILUSTRAÇÃO, HOJE ENFRENTA DIFICULDADES DE TODA ORDEM.

FAÇO REFERÊNCIA A UM PENSAMENTO CORRENTE:

“A EUROPA É UM BOM LUGAR PARA VIVER, MAS NÃO PARA SONHAR”.

LOGO, ENQUANTO OS EUROPEUS SE DEBATEM PARA PROSSEGUIR NA ROTA DE CONSTRUÇÃO DE UMA CONFEDERAÇÃO DE ESTADOS, NADA DE SEMELHANTE EXISTE NA AMÉRICA DO SUL – NA VERDADE, EM QUALQUER OUTRA PARTE DO MUNDO.

OS PROJETOS DE INTEGRAÇÃO SUL-AMERICANOS SÃO MENOS AMBICIOSOS, MAS NEM POR ISSO MENOS BEM SUCEDIDOS NA MANUTENÇÃO DE UM AMBIENTE DE PAZ E COLABORAÇÃO.

NESTA PARTE DO MUNDO, PRETENDE-SE APROFUNDAR OS ESFORÇOS INTEGRACIONISTAS, INCLUSIVE NO PLANO DA DEFESA, MAS SEM QUE ISSO SIGNIFIQUE ABDICAÇÃO DE SOBERANIA A ORGANISMOS SUPRANACIONAIS.

[ I ] HÁ QUE SE CONSIDERAR, IGUALMENTE, A EXISTÊNCIA, NO ÂMBITO EUROPEU, DE UMA ORGANIZAÇÃO QUE SE SUPERIMPÕE À UNIÃO EUROPÉIA NO QUE SE REFERE À DEFESA.

FALO AQUI NITIDAMENTE DA OTAN, CUJO MEMBRO MAIS IMPORTANTE NEM SEQUER PERTENCE AO CONTINENTE.

A DINÂMICA DA INSERÇÃO NORTE-AMERICANA NO TEATRO EUROPEU DE DEFESA TORNA AS REALIDADES DO VELHO MUNDO E DA AMÉRICA DO SUL AINDA MAIS CONTRASTANTES.

NÃO HÁ ESTADOS NUCLEARMENTE ARMADOS NO SUBCONTINENTE SUL-AMERICANO.

A GEOPOLÍTICA DA ENERGIA PROCESSA-SE DE MODO INTEIRAMENTE DISTINTO.

INEXISTEM NESTA PARTE DO PLANETA ALIANÇAS SE EXPANDINDO EM DIREÇÃO ÀS FRONTEIRAS DE ANTIGOS IMPÉRIOS.

TAMPOUCO O FENÔMENO DO TERRORISMO AQUI POSSUI A RESSONÂNCIA ADQUIRIDA NA EUROPA.

NA MESMA LINHA, NENHUMA NAÇÃO SUL-AMERICANA É PARTE DE UMA ALIANÇA REGIONAL DEFENSIVA QUE SE ARVORA PODER INTERVIR EM QUALQUER PARTE DO MUNDO COM BASE NOS MAIS VARIADOS PRETEXTOS.

[ J ] SERIA ILUSÓRIO IMAGINAR QUE NÃO HOUVESSE QUAISQUER PROBLEMAS NO CAMPO DA DEFESA NA AMÉRICA DO SUL.

CONTUDO, ELES SÃO PLENAMENTE ADMINISTRÁVEIS NO SEIO DAS INSTITUIÇÕES CRIADAS PARA DELES DAR CONTA.

MENCIONO APENAS A MAIS RECENTE: O CONSELHO SUL-AMERICANO DE DEFESA, PARA CUJA FORMAÇÃO TIVE A HONRA DE CONTRIBUIR.

NESTE PONTO, ESCLAREÇO O SEGUINTE:

O BRASIL FAZ PARTE DA AMÉRICA DO SUL. O BRASIL NÃO É A AMÉRICA DO SUL.

VOLTO A REAFIRMAR QUE CADA ESTADO DEVA SER SOBERANO NA ESCOLHA DE SUA PRÓPRIA PERSPECTIVA SOBRE AS TEMÁTICAS DE SEGURANÇA E DEFESA.

POR ISSO, NÃO SERIA CORRETO, AO MENOS NESTA PARCELA DO GLOBO, QUE APENAS UM PAÍS FALASSE EM NOME DA REGIÃO.

A DESPEITO DAS CONSIDERAÇÕES GERAIS QUE FAÇO EM VISTA DO TÍTULO DESTE PAINEL, GOSTARIA DE SALIENTAR QUE FALO EM MEU NOME PRÓPRIO.

SERIA HIPÓCRITA, EM OUTRO SENTIDO, NEGAR A IMPORTÂNCIA DO PAÍS NESSE CONTEXTO E SEU PAPEL NA MANUTENÇÃO DE UMA AMÉRICA DO SUL ESTÁVEL E PACÍFICA.

AO CONSTITUIR A NAÇÃO BRASILEIRA ELEMENTO DE PONDERAÇÃO E EQUILÍBRIO NO PLANO REGIONAL, TORNA-SE IMPOSSÍVEL OLVIDAR A SUA CONTRIBUIÇÃO PARA A PRESERVAÇÃO DE RELAÇÕES AMISTOSAS NO SUBCONTINENTE E, POR EXTENSÃO, NO SISTEMA INTERNACIONAL.

MAIS UMA VEZ EM CONTRASTE COM A REALIDADE EUROPÉIA GENERICAMENTE COMPREENDIDA, CABERIA ASSINALAR QUE O BRASIL POSSUI UMA CLARA ESTRATÉGIA DE COOPERAÇÃO COM TODOS OS PAÍSES SUL-AMERICANOS.

NA EUROPA, NO ENTANTO, HÁ DISTINÇÃO ENTRE PAÍSES MEMBROS E NÃO MEMBROS DA ALIANÇA ATLÂNTICA.

NO ESPAÇO SUL-AMERICANO TODOS OS ESTADOS PARTICIPAM DAS INSTITUIÇÕES DE GOVERNANÇA REGIONAL, INCLUSIVE NO CAMPO DA DEFESA.

NÃO HÁ DIFERENCIAÇÃO OU EXCLUSÃO DE PAÍSES NO SEIO DO CSAD, POR EXEMPLO.

A FLUIDEZ NO DIÁLOGO, ACOPLADA À INCLUSÃO DE TODOS, A DESPEITO DE SUAS ÓBVIAS ASSIMETRIAS, PERMITE QUE A AMÉRICA DO SUL CAMINHE UNIDA NO SENTIDO DA AMPLIAÇÃO DE SEUS LAÇOS NO CAMPO DA DEFESA.

É INTENÇÃO DO BRASIL FORTALECER ESSE PROCESSO, DE MODO QUE A COLABORAÇÃO SUL-AMERICANA ALCANCE PATAMAR TAL QUE ELA PRÓPRIA SE TRANSFORME EM FATOR DE DISSUASÃO EXTRA-REGIONAL.

[ K ] OUTRO ELEMENTO DIFERENCIADOR DAS REALIDADES REGIONAIS EM DISCUSSÃO É O QUE DIZ RESPEITO À CONJUNTURA.

A PROFUNDA CRISE ECONÔMICA QUE ASSOLA O VELHO CONTINENTE OBRIGA MUITOS DE SEUS ESTADOS A CORTAREM GASTOS MILITARES.

O ESGOTAMENTO DO CICLO DE VIDA DOS SISTEMAS DE ARMAS DOS EXÉRCITOS SUL-AMERICANOS (ADICIONADO À MANUTENÇÃO DO CRESCIMENTO ECONÔMICO DE GRANDE PARTE DOS PAÍSES DO SUBCONTINENTE) FAZ COM QUE VÁRIAS NAÇÕES, ENTRE ELAS O BRASIL, VEJAM-SE NA CONTINGÊNCIA DE APARELHAR SUAS FORÇAS ARMADAS.

O AUMENTO DO GASTO MILITAR NA AMÉRICA DO SUL É MUITO MAIS UMA DECORRÊNCIA DE CIRCUNSTÂNCIA ECONÔMICA FAVORÁVEL.

NÃO É O RESULTADO DE ESFORÇOS NACIONAIS VOLUNTARISTAS QUE OBJETIVEM COBRIR DEFICIÊNCIAS NO CAMPO DE SUAS ESTRUTURAS DE DEFESA EM FACE DE PERCEPÇÕES AGUDAS DE AMEAÇA.

NESSA LINHA, GOSTARIA DE RECHAÇAR VEEMENTEMENTE A NOÇÃO, POR SINAL INDIGENTE DO PONTO DE VISTA CONCEITUAL, DE QUE HAVERIA EM CURSO NA AMÉRICA DO SUL UMA CORRIDA ARMAMENTISTA.

A REGIÃO PERMANECE SENDO A MAIS DESARMADA DO MUNDO.

É UMA DAS REGIÕES QUE MENOR TENDÊNCIA APRESENTA À ESCALADA DOS CONFLITOS AO SEU LIMITE LÓGICO (A GUERRA).

ADEMAIS, OS SUPOSTOS ANALISTAS QUE DEFENDEM ESSA IDÉIA FALHAM EM CONSIDERAR AS DÉCADAS DE BAIXÍSSIMO INVESTIMENTO EM DEFESA PREVALECENTE NA REGIÃO.

DA MESMA FORMA, DESCONSIDERAM A CONVIVÊNCIA POLÍTICA CIVILIZADA PREDOMINANTE NO SUBCONTINENTE.

NÃO PRETENDO ME ESTENDER MUITO MAIS.

 [ L ] FALO SINTETICAMENTE SOBRE AS PERSPECTIVAS DAS DUAS REGIÕES NO QUE TOCA À DEFESA.

COMO TIVE OPORTUNIDADE DE REFERIR EM CONFERÊNCIA REALIZADA NO INSTITUTO DA DEFESA NACIONAL DE LISBOA, QUE DISCUTIU O NOVO CONCEITO ESTRATÉGICO DA OTAN, NÃO ACREDITO QUE A EUROPA SE LIBERTE DE SUA DEPENDÊNCIA EM RELAÇÃO AOS ESTADOS UNIDOS NO MÉDIO PRAZO.

TEM-SE AS DIFICULDADES ECONÔMICAS PREVALECENTES NESTE MOMENTO.

A ELAS SE SOMAM:

(a) O AUMENTO DA XENOFOBIA;
(b) A RECALCITRÂNCIA DAS ELITES EUROPÉIAS EM ADMITIR QUE O VELHO MUNDO TERÁ DE SE ABRIR À IMIGRAÇÃO PARA IMPEDIR O DECLÍNIO DEMOGRÁFICO; e
(c) OS PERCALÇOS RELACIONADOS AO APROFUNDAMENTO DO PROCESSO DE INTEGRAÇÃO.

TUDO ISSO LEVA A CRER QUE A UNIÃO EUROPÉIA NÃO SE TORNARÁ NOS PRÓXIMOS 30 ANOS UM ATOR GEOPOLÍTICO À ALTURA DE SEU ‘SOFT-POWER’.

[ M ] A AMÉRICA DO SUL, A SE MANTER O RITMO ATUAL DE CRESCIMENTO ECONÔMICO, MUITO PROVAVELMENTE TERÁ O SEU BAIXO PERFIL GEOPOLÍTICO AMPLIFICADO.

ISSO DEVERÁ OCORRER POR DOIS MOTIVOS:

(a) O AUMENTO DA PARTICIPAÇÃO DA REGIÃO NO PIB MUNDIAL; e
(b) A CRESCENTE IMPORTÂNCIA DE ALGUNS DOS ATIVOS DE QUE DISPÕE EM ABUNDÂNCIA:

- ÁGUA POTÁVEL;
- PROTEÍNA ANIMAL;
- GRÃOS;
- ENERGIA RENOVÁVEL E NÃO RENOVÁVEL;
- MINÉRIOS, e
- BIODIVERSIDADE.

HÁ DEMONSTRAÇÕES EVIDENTES DE QUE JÁ EXISTE A PERCEPÇÃO DA TENDÊNCIA DE AUMENTO DO PERFIL GEOPOLÍTICO DO SUBCONTINENTE, ASSIM COMO DA ÁFRICA.

É O CASO, POR EXEMPLO, DE AÇÕES DE ALGUMAS POTÊNCIAS, INCLUSIVE EUROPÉIAS, QUE VISAM ENVOLVER O ATLÂNTICO SUL EM SEUS ESQUEMAS DIPLOMÁTICOS E DE DEFESA.

[ N ] A RESPOSTA BRASILEIRA A ESSA TENDÊNCIA PRECISA DAR-SE EM VÁRIOS PLANOS:

- DIPLOMÁTICO;
- ECONÔMICO;
- AMBIENTAL; e
- MILITAR, DENTRE OUTROS.

NO DIPLOMÁTICO:

-- REDOBRAR OS ESFORÇOS DE INTEGRAÇÃO PARA QUE A AMÉRICA DO SUL POSSA ATUAR COESA FRENTE ÀS CIRCUNSTÂNCIAS QUE VIEREM A SURGIR – ALÉM DA MANUTENÇÃO DA DEFESA DA DEMOCRATIZAÇÃO DO PODER NO SISTEMA INTERNACIONAL.

NO ECONÔMICO:

-- DIMINUIR OS GARGALOS QUE TRAVAM NOSSA COMPETITIVIDADE E ATUAR PARA O ADENSAMENTO DA INFRAESTRUTURA DE INTERCONEXÃO DO SUBCONTINENTE (SOBRETUDO A DE TRANSPORTES E ENERGIA).

NO AMBIENTAL:

-- GARANTIR A EXPLORAÇÃO RACIONAL DOS IMENSOS ATIVOS DE QUE DISPOMOS, TRANSFORMANDO O POTENCIAL EM RIQUEZA E PROSPERIDADE PARA NOSSA POPULAÇÃO.

NO MILITAR:

-- CONSTRUIR UM APARATO DISSUASÓRIO VOLTADO PARA AMEAÇAS EXTRA-REGIONAIS QUE PERMITA AO PAÍS DIZER NÃO QUANDO TIVER DE DIZER NÃO.

ISSO ENVOLVE INVESTIMENTO NA REDUÇÃO DE NOSSAS VULNERABILIDADES MILITARES E NO REFORÇO DA CAPACITAÇÃO INDUSTRIAL BRASILEIRA.

POR FIM, ENTENDO QUE AS PERSPECTIVAS DO RELACIONAMENTO ENTRE A AMÉRICA DO SUL E A EUROPA DEPENDERÃO DE NOSSA CAPACIDADE DE ENCONTRAR SOLUÇÕES MUTUAMENTE SATISFATÓRIAS PARA AS DIVERGÊNCIAS QUE CERTAMENTE SURGIRÃO.

[ O ] NO QUE TANGE À DEFESA, O BRASIL POSSUI EXCELENTE RELACIONAMENTO COM VÁRIOS PAÍSES EUROPEUS.

ALGUNS DELES SÃO PARCEIROS NO NOSSO PROCESSO DE APARELHAMENTO E CAPACITAÇÃO INDUSTRIAL.

HÁ ENORMES POSSIBILIDADES DE COOPERAÇÃO NESSE CAMPO.

ESSAS POSSIBILIDADES SERÃO TANTO MAIORES QUANTO MENOR FOR O APOIO DA EUROPA A ESQUEMAS DIPLOMÁTICO-MILITARES QUE VENHAMOS A ENTENDER COMO TENTATIVAS DE REDUZIR A MARGEM DE AUTONOMIA DO BRASIL.

[ P ] FINALIZO COMO COMECEI.

ACREDITO QUE O ESTADO É E CONTINUARÁ A SER O PRINCIPAL ATOR DO SISTEMA INTERNACIONAL.

O BRASIL, PORTANTO, NÃO ABRE MÃO DE GARANTIR A SUA SOBERANIA DE MODO AUTÔNOMO.

POR ÓBVIO, NÃO DESCARTAMOS A PARCERIA DE TODOS AQUELES DISPOSTOS A CONTRIBUIR PARA ESSE OBJETIVO.

PELA NATUREZA DE NOSSA CULTURA E PELO PROCESSO HISTÓRICO QUE NOS DEU ORIGEM, NÃO CULTIVAMOS ÓDIOS OU SENTIMENTOS AGRESSIVOS.

SOMOS AMANTES DA PAZ E NENHUM MAL FAREMOS A QUEM QUER QUE SEJA.

CONTUDO, AMAR A PAZ NÃO SIGNIFICA INCAPACIDADE DE DEFENDER SEUS INTERESSES.

MUITO OBRIGADO.

Nelson A. Jobim, Ministro da Defesa do Brasil”

 

 

  Articles associés :

[ 1 ] Les canons de Copacabana :Nelson Jobim ne veut TOUJOURS PAS de l'OTAN dans l'Atlantique Sud . 

 

Texte : © Daniel BESSON - Novembre 2010

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 00:25

Aprés vous avoir livré le Verbatim du discours du Ministre de la Défense Brésilien s'exprimant sur le nouveau concept stratégique de l'OTAN , voici celui du Premier Ministre Russe s'exprimant à la conférence organisée par Ria Novosti sur l'Arctique : Arctique , territoire de dialogue .

Je vous en ferais le résumé à défaut de l'éxegèse dés que je dispose d'un peu de temps , mais vous pouvez déja vous reporter aux pages Russes ou Françaises de Ria Novosti qui en décortiquent les principaux points .

J'ai décidé de créer cette rubrique Verbatim afin de disposer d'une base de donnée de référence sur des discours importants souvent tronqués par les médiats Occidentaux et en particuliers Français ou dont le contenu , à l'exemple de la tirade " la plus grande catastrophe géopolitique du siècle " , est détourné de son sens premier par incompétance ou par volonté de nuire .

Cette rubrique n'est pas une traduction assermentée de la pensée de l'auteur ni une analyse  visant à en retirer la substantifique moelle , mais plus modestement en cas de doute tout le monde pourra se reporter au document de référence .

 

Source : Services du Premier Ministre de la Fédération de Russie .

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Verbatim
commenter cet article

Liens