Publié le 22 Mai 2010

Voilà une nouvelle qui va encore donner des démangeaisons à notre ami  Ariel Cohen de l'Heritage , gageons qu'il va nous ressortir un " Russian uranium grab ! " ! et demander à " engager la Russie " sur le front Namibien [ 1 ]  C'est aussi l'occasion de se tourner vers une terra incognita de la géopolitique mondiale , la Namibie .

La Russie poursuit la sécurisation de ses approvisionnements en Uranium et après la Mongolie c'est vers la Namibie que se déplace son intêret .

Avec les prises de participation Russes dans les mines d'Uranium en Afrique et en Asie , la fourniture d'électricité " prise en mains " en Turquie [ 2 ] , l' axe " Ribbentrop-Molotov " de l'alliance Siemens-Rosatom est en train de devenir un des principaux acteurs de la filière electro-nucléaire à travers le monde  .

  La Russie n'est pas le seul membre du BRIC à s'intéresser à la Namibie et son Uranium . Si la Russie s'implante aussi dans cet état au travers de projets éducatifs , la marine Brésilienne assure la formation de la Garde-Côtière Namibienne [ la Namibie dispose de ressources halieutiques non négligeables ] .Les contrats miniers , les projets éducatifs et la coopération militaire entre des nations comme la Namibie et des membres du BRIC témoignent du rôle croissant de cette organisation et du poids de plus en plus important de ses membres alors qu'il y a seulement quelques années de tels contrats miniers n'étaient envisageables qu'avec des multinationales Anglo-Saxonnes .

 

 

MOSCOU, 20 mai - RIA Novosti

Le consortium public russe Rosatom a présenté une demande de mise en valeur du plus grand gisement d'uranium namibien Rössing South, lit-on dans les documents diffusés à la veille des négociations entre le premier ministre russe Vladimir Poutine et le président namibien Hifikepunye Pohamba en visite à Moscou.

"Le consortium Rosatom continue de négocier la conclusion d'un accord intergouvernemental de coopération dans le nucléaire civil", indiquent les documents.

Parmi les démarches appelées à dynamiser cette coopération, les documents citent "la demande de mise en valeur du gisement d'uranium Rössing South déposée par le consortium russe".

"Nous pouvons jouer le rôle d'investisseur stratégique dans les gisements prospectés. Nous sommes prêts à investir environ un milliard de dollars. Ces fonds sont déjà réservés (…) Le nouveau mémorandum de coopération sur l'uranium ouvre la voie à la coopération dans ce domaine", a assuré  Sergueï  Kirienko [directeur du groupe nucléaire public russe Rosatom ]  commentant la signature jeudi du mémorandum intergouvernemental sur la création de coentreprises russo-namibiennes de prospection, de production et d'enrichissement d'uranium.

 

Le directeur du groupe russe Atomredmetzoloto (ARMZ, filiale de Rosatom) Vadim Jivov a annoncé plus tôt que le holding avait l'intention d'acheter des actifs d'uranium namibiens. ARMZ possède les deuxièmes réserves mondiales d'uranium (plus de 538.000 t au 1er janvier 2009) et fait partie des cinq plus grands producteurs d'uranium du monde.


Un des plus grands gisements d'uranium au monde, la mine Rössing est située dans le désert de Namibie  non loin de la ville d'Arandis. L'extraction de minerai à faible radioactivité est effectuée à ciel ouvert.

 

 

Liens :

 

 

null

[ 1 ] COHEN : Russia's race to Mongolia . Article de The Washington Times du 25 juin 2008 .

[ 2 ] Gros contrat nucléaire russe en Turquie - Depêche de La Tribune du 12 mai 2010 .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #La Russie dans le monde

Repost0

Publié le 21 Mai 2010

Malgré les dommages  écologiques mais surtout médiatiques de la catastrophe de la plate-forme Deepwater Horizon le groupe Shell ne renonce pas à ses projets de forages exploratoires dans la Mer des Tchoukhes et dans la Mer de Beaufort au large de l'Alaska .[ 1 ]

Le groupe a annoncé au MMS - Minerals Management Service - que des mesures de sécurité additionnelles seraient prises dont la présence sur zone d'une cloche de confinnement semblable à celle utilisée - sans succés - par le groupe BP dans le Golfe du Mexique . De la même manière les essais du blowout preventer , la vanne qui n' a pas fonctionné sur la plate-forme Deepwater Horizon , seront doublés . Une dispositif permettant d'activer cette vanne au moyen  d'un cable à partir de la surface sera aussi deployé sur zone .

Les responsables de Shell mettent aussi en avant que les conditions de forage , et en particulier la profondeur , seront moins contraignantes dans la zone prospectée dans l'Arctique que celles de la plate-forme de BP dans le Golfe du Mexique . [ 2 ]

Deux ex-cadres de l'industrie pétrolière , Robert Bea de Shell et Susan Harvey de BP , mettent toutefois en doute les affirmations et les capacités de la société pétrolière à faire face à une catastrophe dans les eaux arctiques et se joignent aux environnementalistes du WWF pour demander au secrétaire d'Etat à l'Intérieur Ken Salazar l'arrêt des forages off-shore dans l'Arctique . [ 3 ]

 

Le pétrolier est soutenu par la classe politique de l'Alaska , Démocrates et Républicains confondus , qui savent que l'exploitation du pipeline Trans-Alaska nécessitera dans les prochaines années la mise en service de nouveaux gisements . Le pipeline transporte seulement le 1:3 de son débit maximum de 2 millions de barils atteint en 1988 . [ 4 ]

Ces dernièrers semaines Shell a du faire face à des actions en justice menées par des opposants au projet , principalement des associations indigènes , mais les plaignants ont été déboutés . [ 5 ]

 

Au dela de l'Alaska , le groupe Shell s'intéresse aussi à l'Arctique Russe comme son malheureux compétiteur BP [ 6 ] .

Royal Dutch Shell PLC vient de poser sa candidature pour un projet d'usine de liquéfaction sur un projet gazier , probalement Bovanenkovo , dans la péninsule du Iamal , l' " entrepôt gazier de la Russie " [ 7 ] - [ 8 ]

 

Comme je l'ai  déja souligné sur ce blogue  , aprés celle de BP la candidature de Shell à un projet de développement pétrogazier dans l'Arctique Russe est un camouflet cinglant à ceux , je pense en particulier à la constellation de faiseurs d'opinions de la presse économique Anglo-Saxonne et à l'équipe médiatique orbitant autour de l'avocat Canadien Robert Amsterdam , qui appellaient à un boycott de l'offre du Premier-Ministre Russe Vladimir Poutine de mise en valeur de la péninsule du Iamal  . [ 9 ]

Les perspectives  offertes , ou supposés telles , hors de Russie [ Etats-Unis , Pologne , Chine  ] par les gaz de schistes ne détournent pas non plus les investisseurs Occidentaux du " gaz conventionnel " de l'Arctique Russe .

Les " Poutinites " , et même les " Chavites " , peuvent encore compter jouer un rôle de premier plan sur le marché mondial du gaz  et le " shale gaz " n'est peut-être pas ce " game changer " de la géopolitique des ressources que l'on annonce !

 

Liens :

[ 1 ] Shell moves forward with Arctic drilling without a backup plan

[ 2 ] Shell outlines safety measures for Arctic drilling

[ 3 ] Shell Oil Unable To Assure Safety Of Arctic Drilling; Proposal Is “Imagineering, Not Engineering,” Says Former Shell Official

[ 4 ] BP spill spurs fears over Shell Oil's Arctic plans

[ 5 ] Shell faces final hurdles for 2010 Arctic drilling

[ 7 ] UPDATE: Shell Makes Bid For Arctic LNG Project

 

Articles associés

[ 6 ] Le groupe pétrolier BP veut s' implanter dans l'arctique Russe ...pour sauver la Grande-Bretagne de la pénurie énergetique .

[ 8 ]   Le Yamal ( Iamal ) , l'entrepôt gazier de la Russie ( Yamal - Russia's gas storehouse )

[ 9 ] Yamal: feu vert aux investissements étrangers dans les gisements gaziers du " Qatar arctique " .

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #petrole et gaz dans l'Arctique

Repost0

Publié le 21 Mai 2010

 

Seules les troupes de choc de l'Empire sont capables de faire un tel travail ! "

 

 

 

null

 

Source : North Korea threatens 'all-out war' as torpedo row grows

Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/worldnews/article-1279828/North-Korean-torpedo-DID-sink-Souths-navy-ship-propellor-lettering-proves.html#ixzz0oVyvP6eM

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Defense

Repost0

Publié le 20 Mai 2010

Vous aurez pu constater une nouvelle baisse de régime sur Ice Station Zebra . C'est que depuis une semaine , par dose quotidienne de 1h30 , je regarde et j'enregistre la série Likvidatsaya diffusée sur la chaîne RTR Planeta .

Celle-ci se déroule dans la cité d'Odessa en 1946 et raconte la lutte des autorités Sovétiques et de la police locale dirigée par le Lieutenant-Colonel Gotsmann [personange inspiré du capitaine de la milice David Mikhailovitch  Kurlyand ]  contre la criminalité organisée , celle des " Vori v'Znakone " , et une bande dirigée par " Akademik " dont l'objectif est de prendre le contrôle de la ville pour en chasser les Soviètiques afin que l'exemple serve aux " peuples opprimés de l'URSS " . Cette bande est composée d'anciens collaborateurs Ukrainiens des nazis qui mènent leur actions de terrorisme depuis les faubourgs de la ville , dans la campagne ainsi que de collaborateurs des réseaux " Stay- Behind " laissés en place par les nazis .

Très vite Gotsmann rentre en conflit avec le maréchal Joukov depêché sur place pour mettre fin à la criminalité qui a explosé dans la ville comme partout dans l'Ex-URSS .

Un thème nouveau de plus en plus abordé dans les feuilletons Russes traitant de la période de l'aprés -guerre , y compris au sein de l'Armée Soviétique comme dans la série " Diversant " .

Celui-ci n'hésite pas à militariser la lutte contre la criminalité en préfigurant des méthodes utilisées durant la " Bataille d'Alger " : Le GRU fait une descente dans les locaux de la police locale , s'empare des dossiers des " Vori v' Zakone " et les photographie . C'est comme ceci que commença la militarisation de la lutte contre l'insurrection Algéroise : La saisie des archives policières par les parachutistes .

Des agents du GRU déguisés en civils sont dispersés dans la ville [ Ils utilisent des camions de transport de pain - Klib - les Black- Marias du NKVD ] et au cours de leurs rencontres executent les gangsters , ce sera l'operatsaya Maskarada .

Le dernier épisode diffusé ce soir verra la destruction dans une carrière d'un groupe d'insurgés des " Frères de la forêt " déguisés en soldats Soviètiques  [ Les Frères de la forêt furent en réalité un groupe d'ex-colalborateurs Baltes des nazis qui menèrent dees opérations de guérilla jusqu'en 1965 ] qui tentent de s'emparer d'Odessa pour y instituer un gouvernement provisoire et la fin du réseau terroriste dirigé par " Akademik " , un des plus proches collaborateurs de Gotsmann .

Cette série est bien sûr une fiction mais basée sur des élèments réels :

- Le Maréchal Joukov a effectivement combattu la pègre à Odessa , la " bande du chat noir " ,  et aprés son départ  la criminalité y diminua de 80% . Pour parvenir à ce résultat  il dut se livrer à des executions extra-judiciaires . Interrogés il y a un peu plus d'un an par la télevision Russe lors de la première diffusion de ce feuilleton  , beaucoup d'Odéssites prèférent d'ailleurs oublier sa présence dans la ville et il a toujours été peu disert sur cette période de sa glorieuse carrière .

- Des groupes armés d'ex-collaborateurs des nazis ont effectivement sévis en Ukraine mais aussi dans les pays Baltes et ceci jusqu'à la fin des années 50 . Ce ne fut pas le cas que dans l'ex-URSS mais aussi en Afrique du Nord ou certains dignitaires religieux furent démis par le maréchal Juin pour leur proximité soupçonnée avec les nazis .Pour un excellent ouvrage sur les réseaux Stay-Behind nazis en Afrique du Nord et en Europe , je vous propose de consulter " Les fabricants de guerre " de Jacques Bloch-Mohrange .  

-" Odessa Mama " beaucoup plus que " Rostov Papa " a été depuis le XIX ème siècle et à cause de l'organisation criminelle juive " Zwi Migdal " un des centres criminels le plus important  sinon le plus important de l'Empire Russe puis de l'Ex-URSS .

On ne peut s'empêcher de penser à Weltmeere und Weltmächte de Karl Haushofer qui oppose l'industrieux port de Kiel à Marseille et ses quartiers mal-famés .

Espace  de projection de la terre vers la mer , un port est aussi un centre criminogène qui peut servir de point d'appui à des forces extérieures qui peuvent s'appuyer sur les élèments criminels pouren prendre le contrôle . Ce fut la thèse développée pour cacher une opération immobilière  par le régime de Vichy afin d' entreprendre le " nettoyage " et la destruction du quartier du Vieux-Port à Marseille sous le code d' " Opération Sultan " et c'est finalement la thèse sous-jacente de " Likvidatasya " : Odessa deviendra , peut-être avec l'appui de " forces extèrieures " , le point d'appui pour  la " Libération de l'URSS " .

Akademik , prisonnier dans un Fort-Chabrol final avec Gotsmann n'hésitera pas à déclarer : " Tout ce que je fais , je ne le fais pas par amour des Allemands mais par  haine de vous [ Les Soviétiques - NDLR ] . Vous m'avez gaché la vie à moi et à des millions d'autres " .

Encensé et plébiscité par les télespectateurs Russes au moment de sa diffusion en 2008 , Likvidatsaya est ainsi de plus en plus perçu et analysé comme une " série Anti-Soviétique " !   Batka un des chefs des " Vori v' Zakone " n'hésitant pas à déclarer à Gotsmann au plus fort des executions extra-judiciaires dans les rues d'Odessa  ordonnées par Joukov : " Je préferais encore l'occupation Roumaine ! " tandis qu'un autre chef de la pègre à l'enterrement de son fils lui jette " Pourquoi nous abattre ainsi  comme des chiens ? Pourquoi ne pas revenir comme avant , " dans la loi " ? " .

- Le caractère multi-ethnique et multi-culurel  de la ville est largement mis en avant : Gotsmann est juif , vit dans une komunalka avec une " Yeddishe Mama " plus vraie que nature ainsi que son fils .[ Voir deuxième vidéo ]  Un des aides du réseau terroriste est un pêcheur d'origine Grecque qui emploie deux prisonniers ou déserteurs Roumains . Les acteurs de la série  ont ainsi reçu des cours de diction pour imiter l'accent local et les accents communautaires .

Gostmann l'Odéssite s'oppose souvent aux Moskals de l'entourage de Joukov .

 

 

Le temps de compiler mes CD's et je vous proposerais quelques extraits .

 Juste à signaler l'immense talent de Vladimir Menchov dans un Joukov plus vrai que nature et celui de Konstantin Lavronenko excellentissime dans un nouveau rôle de " salaud " aprés " Operatsaya Kitaskaya Chkatulka " évoqué sur ce blogue  ! La scéne ou l'on voit le  maréchal Joukov executant des pas de danse devant un immense portrait de Staline , seul dans son bureau , est sublime : Le maréchal exilé est de nouveau vainqueur face à la pègre ce coup-ci !

 

 

" Kartina Maslom " © : Zhukov is back in Odessa !

 

 

null 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kulturkampf

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

D'aprés Le Figaro .

 

Le nouveau premier ministre hongrois veut réparer l'«injustice» du traité du Trianon qui amputa la «grande Hongrie» des deux tiers de son territoire.

 

 

Vieux serpent de mer de la politique hongroise, la question de la nationalité des minorités hongroises avait conduit à la tenue d'un référendum populaire en 2004, déjà à l'initiative du Fidesz alors dans l'opposition. Il s'en était fallu de peu que la Hongrie ne provoque une crise sérieuse avec ses voisins d'Europe centrale. Moins de 40% des électeurs s'étaient déplacés, signe d'un désintérêt relatif pour le sujet, et le scrutin avait été annulé.

La situation a bien changé en six ans. La Hongrie a connu les pires émeutes de son histoire récente à l'automne 2006, à cause des mensonges du premier ministre socialiste de l'époque, Ferenc Gyurcsany, sur l'état réel de l'économie du pays. Le sentiment nationaliste a prospéré dans le pays, conjugué au divorce croissant entre les élites et le peuple. Au sein de l'extrême droite s'est créé un mouvement paramilitaire, la «Garde hongroise», dissoute le 2 juillet 2009 par la justice, mais dont les membres continuent de parader, arborant le drapeau à rayures rouge et blanc, symbole de la Hongrie millénaire d'Arpad, le Clovis magyar, mais aussi de l'ex-parti nazi des Croix fléchées.

 

Une provocation aux yeux des Slovaques

 

Le premier ministre hongrois a-t-il signé un discret compromis avec le Jobbik parti d'extrême droite  auréolé des 16% des voix lors des élections législatives du 25 avril ? «Orban voulait donner des gages aux nationalistes, estime Anton Pelinka, politologue à la Central European University (CEU) de Budapest. Comme il ne souhaite encourager ni l'antisémitisme, ni la xénophobie, surtout dirigée contre les Roms, il a joué une carte plus “modérée”, celle de la double nationalité pour les minorités magyarophones à l'étranger.»

Le danger pourrait venir de l'interminable querelle avec la Slovaquie, plutôt sourcilleuse sur le statut de sa minorité hongroise, forte de 500 000 âmes, soit 10% de la population totale, à laquelle elle refuse l'exception linguistique. «L'initiative d'Orban constitue une provocation grave aux yeux des Slovaques, peut-être aussi des Roumains, poursuit Pelinka. Elle va réveiller des nationalismes antagonistes au sein de l'Union européenne.»

Si la proposition de loi n'a pas fait de vagues en Voïvodine serbe et en Transylvanie roumaine, où vivent d'importantes communautés hongroises, la Slovaquie a déjà prévenu qu'elle pourrait protester devant l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont le siège se trouve à Vienne. Robert Fico, le premier ministre slovaque, a qualifié de «menace à la sécurité» les projets du Fidesz et rappelé l'ambassadeur slovaque en poste en Hongrie pour consultations. Entre Bratislava et Budapest, le torchon brûle à nouveau.

 

À peine installé, le leader du parti Fidesz (conservateur) a tenu parole. Fort d'une majorité parlementaire des deux tiers, le plus large soutien jamais consenti à un gouvernement démocratique européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Orban a soumis lundi aux députés une proposition de loi en ce sens. Elle pourrait être adoptée le 20 août, jour de la fête nationale hongroise, et entrer en vigueur le 1er janvier 2011, le jour même où la Hongrie assumera la présidence de l'Union européenne pour six mois.

Invoquant l'exemple américain où les 117 000 Hongrois installés aux États-Unis ont la double citoyenneté, le ministre des Affaires étrangères, Janos Martonyi, a précisé que celle-ci serait accordée «sur une base individuelle» à ceux qui seraient «d'ascendance magyare et parlent le hongrois».

 

La montée continue du sentiment nationaliste

Viktor Orban , le nouveau premier ministre hongrois, avait juré d'en faire l'absolue priorité de son mandat. Avant même de penser à réduire la fiscalité, relancer la croissance, tailler dans les dépenses publiques, mesures indispensables pour endiguer la récession la plus dramatique d'Europe centrale, il tenait à accorder la nationalité hongroise à 3,5 millions de magyarophones vivant hors des frontières. Pour ces Hongrois de souche résidant principalement dans les pays frontaliers (Slovaquie, Roumanie, Autriche, Croatie, Ukraine et Slovénie), la douloureuse «injustice du Trianon», du nom du traité de paix qui en 1920 amputa la «grande Hongrie» des deux tiers de son territoire, devait être réparée.

 

À peine installé, le leader du parti Fidesz (conservateur) a tenu parole. Fort d'une majorité parlementaire des deux tiers, le plus large soutien jamais consenti à un gouvernement démocratique européen depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Orban a soumis lundi aux députés une proposition de loi en ce sens. Elle pourrait être adoptée le 20 août, jour de la fête nationale hongroise, et entrer en vigueur le 1er janvier 2011, le jour même où la Hongrie assumera la présidence de l'Union européenne pour six mois.

Invoquant l'exemple américain où les 117 000 Hongrois installés aux États-Unis ont la double citoyenneté, le ministre des Affaires étrangères, Janos Martonyi, a précisé que celle-ci serait accordée «sur une base individuelle» à ceux qui seraient «d'ascendance magyare et parlent le hongrois».

 

Note de l'Editeur :

 

 

Curieusement cet article du Figaro oublie la Voijvodine Serbe ou le Grandisme Hongrois commence deja à susciter des troubles séparatistes et ceci depuis deux ans . Finalement les commentaires du géopolitologue Russe Vyachestalv Nikonov de " Politika " le 28 aout 2008 sur Pervyi Kanal dans l'émission " Souditi Sami " sont en train de devenir une réalité : L'Europe va subir le même sort que l'URSS et des recompositions de frontières sont à envisager dans un avenir plus ou moins proche et ceci à la suite de l'agression de l'OTAN contre la Serbie qui a fait des accords d'Helsinki un " chiffon de papier " que Dick Cheney essayait pitoyablement de ressuciter lors de sa tournée Européo-Caucasienne de septembre 2008  . Demain les Roumains auront beau jeu d'accorder un passeport Roumain aux Moldaves et aux populations Roumanophones d'Ukraine dans la province de Bucovine et peut être même jusqu'à Odessa comme ils en ont toujours rêvé [ Voir le feuilleton " Likvidatsaya " actuellement en cours de diffusion sur RTR Planeta]  , les Russes leur emboiteront le pas pour les populations Russophones de Crimée et plus personne ne pourra leur jeter la pierre . L'Europe est bien loin de la " fin de l'histoire " que l'on nous prommetait depuis sa fondation et il faut vite acheter des cartes contemporaines , car dans quelques années ce seront des " collectors " ! Je cite Vyachestlav Nikonov : " Apres le precédent du Kossovo et la reconnaissance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie [ par la Russie - NDLR ] il faut s'attendre à de nouveaux changements territoriaux en Europe , je parle ici de l'Union Européenne qui connaîtera le sort de l'URSS . Par là je veux dire que l'Ue eclatera en une conféderation centrale- Européenne qui défendra ses intêrets et une " extrême - Europe " ou " Vieille Europe " . Au sein de ces états il faudra s'attendre , comme pour l'ex- Yougoslavie , à des modifications de frontière et apres les vociferations , ces modifications de frontière devront être acceptées au nom du " principe de realité "

Le Kossovo , l'Abkhazie et l'Ossetie du Sud sont les premier signes d'agonie des accords d'Helsinki qui sont dans un coma irréversible .

L'attaque financière qui a visé l'Euro ces dernières semaines a encore plus fragilisé ce " systéme normé " que l'on supposait être entré dans la " fin de l'histoire " : l'Union Européenne .

De la même manière ses constituants , les Etats-Nations , sont aujourd'hui fragilisé encore plus par la démarche Hongroise et au delà de l' " a-territorialisation " des relations politiques que l'idée Européenne cherchait à promouvoir , les conflits identitaires qui réapparaiteront apres la fin de la lubie Européiste ne feront qu'accentuer la recherche de frontières qui sont loin de celles gelées depuis la fin de la SGM .

  Si l'analyse de Vyachestlav Nikonov peut en rebutter certains car " Russe " , lire Post-Mortem on Europe's First War of the 21st Century. Post-Mortem on Europe's First War of the 21st Century par  Michael Emerson .

 

Bibliographie conseillée :

 

Le désir de territoire. François Thual, éd. Ellipses, 1999, 187 pages

 

Au moment où certains prophétisent hâtivement, "la fin des territoires" comme donnée de base pour permettre une nouvelle formulation des rapports d’autorité entre institutions et des rapports de puissance entre acteurs internationaux, dont les Etats, privés de souveraineté, n’en seraient plus les éléments les plus éminents, François Thual remet les choses en place. Il écrit ainsi que "les constructions politiques -Etats, Empires, villes, etc.- doivent être saisies dans leur inscription dans l’espace et dans le temps, dans l’incrustation quasi-physique de leurs intentions et des conflits qu’elles ont générés". Le but de son livre se résume à ce que "dans chacun de ses développements, on (puisse) retrouver des mécanismes généraux qui règlent les relations entre le territoire et l’identité et qui demeurent la voie royale pour l’exploration de cette conflictualité qui détermine le champ de la géopolitique". Les trois parties du livre découlent donc naturellement de ce constat du désir territorial, qu’il s’agisse de l’étude des dispositifs territoriaux, des dispositifs impériaux, et des dispositifs identitaires. La fresque ainsi dévoilée nous révèle les mécanismes psychologiques des peuples à travers le monde entier, sans tomber dans un "européo-centrisme" forcément réducteur, et resitués dans le cadre d’une étude des déterminants historiques d’une grande ampleur. Un livre marquant et intéressant dans la double perspective d’approfondissement de la connaissance géopolitique et du retour au réel contre les modes abstraites et finalement évanescentes, telle que la très médiatique et improbable "fin des territoires".

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

KIEV, 19 mai - RIA Novosti

L'accord sur la délimitation de la frontière maritime entre l'Ukraine et la Russie résultera d'un compromis, a déclaré mercredi lors d'un point de presse Andreï Gontcharouk, chef adjoint de l'administration du président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

Selon lui, ce thème fait l'objet de négociations qui se poursuivent depuis plusieurs années.

"Il est clair que la solution résultera d'un compromis. Elle tiendra nécessairement compte des intérêts nationaux de l'Ukraine et de la Russie", a affirmé M.Gontcharouk cité par l'agence ukrainienne UNIAN.

Le 17 mai, lors de la visite du président Dmitri Medvedev à  Kiev, la Russie et l'Ukraine ont signé un accord sur la délimitation de leur frontière terrestre.

Les parties sont également déterminées à régler le problème de leur frontière maritime, notamment dans le détroit de Kertch.

Kiev affirme qu'une frontière administrative séparait dans ce détroit la Russie et l'Ukraine lorsqu'elles faisaient partie de l'Union Soviétique.

Moscou souligne pour sa part qu'il n'y avait pas de frontières administratives entre les républiques fédérées dans les eaux intérieures de l'URSS. Aussi n'existe-t-il pas de documents légaux consacrant la ligne de partage dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 17 Mai 2010

La Russie et l'Ukraine n'ont pas pu s'entendre sur la délimitation de la frontière  maritime dans le détroit de Kertch  lors de la visite à Kiev du Président Dmitri Medvedev mais les parties poursuivront les négociations sur la question a déclaré lundi le Président Ukrainien  Viktor Ianoukovitch.

" Nous n'avons pas pu cette fois ci parvenir à un accord en raison du manque de temps , mais nous allons continuer à travailler sur cette question et je pense que nous allons bientôt parvenir à un accord "  a déclaré le Président Ukrainien .

 

La position de l'Ukraine concernant  la frontière maritime est qu' entre les anciennes républiques soviétiques - la Russie [ territoire de Krasnodar de la RSFSR ] et l'Ukraine [ Crimée ] - existait une frontière administrative dans le détroit de Kertch.

 Moscou rappelle que, conformément à la législation soviétique, les eaux intérieures n'étaient pas délimitées entre les républiques de l'URSS et par conséquent  il n' y avait pas et il n' y a pas de documents Soviétiques qui auraient pu  fixer  la frontière dans les eaux de la mer d'Azov et du détroit de Kertch . La Russie propose de s'en tenir aux normes internationales stipulant que la frontière doit suivre le chenal navigable .

Dans ce contexte, la Russie ne peut pas reconnaître le tracé établi unilatéralement par l'Ukraine en 1999.

 La dispute entre la Russie et l'Ukraine porte essentiellement sur le contrôle du chenal- canal de Kertch-Yenikal [  en pointillés blancs sur la carte , il a été creusé en 1874. Sa profondeur initiale était  de 5,5 m ]  sous administration Ukrainienne qui seul permet le passage de navires de 8m de tirant d'eau . Deux autres passes sous administration Russe [ situés le long de la frontière maritime ] , les fairways ( chenaux balisés )  № 50 et № 52 , ne permettent que le passage de navires de tirant d'eau de 3 m maximum .

Le Passage du détroit de Kertch sans pilote est interdit et le coût de passage sur le chenal de  de Kertch-Yenikal est deux fois plus élevé que sur les passages Russes .

Récemment la Russie et l'Ukraine ont convenu de créer un organisme commun de gestion du canal pour augmenter la sécurité du trafic et les problèmes d'entretien  .[ 2 ]

 

 

Liens :

[ 1 ] Москва и Киев продолжат переговоры по делимитации морской границы - Depêche de Ria Novosti du 17 mai 2010 .

[ 2 ] Украина и Россия начнут эксплуатировать Керчь-Еникальский канал - Depêche de Ria Novosti du 5 mai 2010 .

 [ 3 ] Sea of Azov: Invisible reefs

 

 

 

 null

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Géopolitique de la Russie

Repost0

Publié le 17 Mai 2010

Qui a dit que la réalité dépasse toujours la fiction ! Notre Marga d'Andurain aux petits pieds , notre Getrude Bell d'opéra-bouffe travaillait bien pour les "services" ! Jean Dujardin a desormais une partenaire toute trouvée pour terminer  la trilogie des OSS 117 ! Ou peut être que Pierre Richard va nous sortir un remake de " La grande blonde  avec des talons noirs "

Elle semble en avoir toutes les compétances !

[| Je vous avoue que j'allais écrire " La grande conne avec des talons noirs " ! ]

D'apres AFP et AP .

 

 

Pierre Siramy, ancien sous-directeur de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), a accusé hier sur la chaîne d'information LCI Clothilde Reiss  "d'avoir travaillé au profit de la France pour collecter des informations" sur l'Iran.

"Elle a travaillé au profit de la France pour collecter des informations qui étaient de nature de politique intérieure et d'autres qui étaient sur la prolifération nucléaire. Elle est immatriculée à la DGSE", a révélé Pierre Siramy, qui a publié en mars 2010 "25 ans dans les services secrets" chez Flammarion.

"Selon Pierre Siramy, c'est par patriotisme que Clotilde Reiss se serait d'elle-même présentée à l'ambassade dès son arrivée en Iran. Un engagement que les autorités locales auraient découvert, d'après lui, en scrutant sa correspondance par internet avant de l'arrêter le 1er juillet 2009. Des affirmations auxquelles les autorités françaises n'ont, pour l'heure, apporté aucune réaction", a expliqué la chaîne LCI.

Clotilde Reiss avait été arrêtée le 1er juillet 2009 à l'aéroport de Téhéran alors qu'elle rentrait en France après avoir travaillé cinq mois comme lectrice à l'université d'Ispahan, dans le centre de l'Iran. Elle s'était vu reprocher d'avoir transmis des informations sur les manifestations post-électorales en Iran l'été dernier, d'avoir ainsi compromis la sécurité nationale et d'avoir participé aux rassemblements anti-gouvernementaux. Des accusations "hautement fantaisistes" pour Nicolas Sarkozy qui avait exigé sa libération immédiate.

Le gouvernement français a par ailleurs démenti "catégoriquement" tout lien entre Clotilde Reiss et les services de renseignement français, par la voix de Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Ce n'est pas une espionne. C'est un contact de notre représentant à Téhéran. Elle faisait des rapports sur des éléments d'ambiance et dans le domaine de la prolifération. Elle l'a fait volontairement", a-t-il affirmé sur la radio Europe 1. Le porte-parole adjoint du ministère de la défense, le général Christian Baptiste, a également démenti cette affirmation. "Clotilde Reiss n'a jamais travaillé pour la DGSE, ce n'est pas une source de la DGSE", a-t-il assuré.


Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Opinions

Repost0

Publié le 17 Mai 2010

Le succés ,  insuffisamment médiatisé en " Occident " , des commandos Russes de la frégate anti-sous-marins Maréchal Chapochnikov dans la libération des otages du pétrolier " Moscow University " va peut être permettre à la Russie de réaliser un très vieux projet  géopolitique : S'implanter dans la corne de l'Afrique .

La république de Djibouti autorisera le stationnement dans son port des bâtiments de guerre russes participant à la lutte contre la piraterie maritime, a déclaré dimanche un représentant officiel de la Marine djiboutienne lors d'une réception à l'ambassade de Russie.

"Nous sommes prêts à mettre notre port à la disposition des navires de guerre russes qui mènent la lutte contre les pirates dans la région", a-t-il dit.

"Dans ce but nous avons un littoral et toute l'infrastructure nécessaire", a-t-il indiqué.

[ Ria Novosti - 12 mai 2010 ]  

 

Si tout le monde a en tête la présence Russo-Soviètique  dans les années 70 en Ethiopie , ce projet d'implantation dans la Corne de l'Afrique est beaucoup plus ancien et date du ...XIX ème siècle !

Une  histoire peu connue mais qui mèrite d'être contée : C'est l' " affaire de Sagallo " en 1889 .

 

Complètement oubliée de nos jours, l'affaire de Sagallo, minuscule bourgade sur les bords du golfe de Tadjourah, en Côte française des Somalis souleva en 1878 une émotion considérable à Paris et à Saint Petersbourg et faillit altérer sérieusement les relations entre la France et la Russie.

Ce fut une bien curieuse histoire où le drame et la comédie se mélèrent étroitement et dont les péripéties, dignes des meilleurs romans d'aventures, firent les délices des journalistes de la fin du siècle dernier. Pour mieux la situer et la comprendre, nous allons esquisser un rapide tour d'horizon de la situation internationale en mer Rouge pendant la dernière décade du XIXe siècle.

A cette époque, et depuis le percement du Canal de Suez ouvert à la circulation maritime en 1869, les grandes puissances européennes redoublaient d'efforts pour prendre pied solidement sur les rives ouest de la mer Rouge qui se trouvaient sous la lointaine dépendance, toute conventionnelle, de l'Egypte. Cette dernière, à la suite de la révolte de Méhemet Ali en 1811, avait peu à peu secoué la souveraineté turque et le Traité de Londres de 1841, tout en laissant subsister une vague autorité du Sultan de Constantinople avait rendu, en fait, indépendant le Khédive du Caire. L'Egypte avait conquis le Soudan et, en 1866, elle avait reçu de la Turquie Massawa, proprété turque depuis 1555. Etendant sa puissance le long des côtes de la mer Rouge et du golfe d'Aden, elle avait conquis le Darfour et en 1874 occupé Chéren en Erythrée, le Harrar en Ethiopie et, sur la côte, Zeilah, Tadjourah et Berbera portant sa juridiction jusqu'au cap Guardafui.

 

La suite sur Stratisc.org :

UNE TENTATIVE D'IMPLANTATION RUSSE EN CÔTE FRANÇAISE DES SOMALIS

 null

 

 

 

 

 

 

 

 

null

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0

Publié le 17 Mai 2010

D'aprés La Presse Canadienne

 

OTTAWA - Le Canada et le Danemark ont signé vendredi un accord de coopération sur l'Arctique.

 

Cette entente a été conclue à Ottawa, à l'issue d'une rencontre de deux jours entre le général Walt Natynczyk, chef d’état-major de la Défense nationale canadienne, et son homologue danois, le général Knud Bartels.

 

Dans un communiqué émis par le gouvernement canadien, on indique que le protocole d’entente permettra aux deux pays d’approfondir leur collaboration dans leur région arctique respective, grâce à l’amélioration de la consultation, des échanges d’information, des visites et des exercices.

 

Le Canada et le Danemark collaborent déjà étroitement dans l’Arctique. Le mois dernier, durant l’Opération NUNALIVUT, une patrouille danoise de traîneaux à chiens a rencontré des Rangers canadiens dans l’Extrême-Arctique. Le Danemark participera aussi à une portion des exercices militaires de l’Opération NANOOK 2010, une opération majeure des Forces canadiennes dans le Nord canadien .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique

Repost0