economie

Publié le 12 Août 2021

Ice Station Zebra se fixe très modestement une vocation de ré-information et d'information . Du moins quand ses rédacteurs en ont le temps .

Tout le monde connait l'expression de John Maynard KEYNES : " A long terme nous serons tous morts ! " 

Alors qu'il y a un an tout le monde annonçait la chute à brève échéance du président LOUKACHENKO et de son " régime " il apparaît qu'au bout d'un an il est toujours là . Ceci ne préjuge bien sûr en rien de l'avenir à brève , moyenne ou longue échéance .

Après une salve de sanctions sectorielles contre l'industrie chimique ( potasse ) et pétrochimique ( pétrole ) , le tabac , le transport aérien , ... Le journal Kommersant dresse a bout d'un an - à très grands traits - le portrait socio-économique de ce pays au moyen de quelques graphiques .

Bien sûr certaines des sources sont le gouvernement Biélorusse et rien n'est dit sur les stratégies de contournement comme une éventuelle exportation des potasses par les ports Russes de la Baltique . Deux mois avant l'interception de l'avion de RyanAir des responsables Russes et Biélorusses se sont rencontrés pour accélérer le développement de ces nouvelles voies d'exportation , en particulier au travers d'un nouveau terminal minéralier près de OUST-LUGA . Le Président Biélorusse a de nouveau brandi cette menace il y a 72 h , menaçant la Lituanie de réorienter ses exportations via des ports Russes . Le départ de la potasse Biélorusse des ports Baltes sera un nouveau coup dur pour l'économie de ces trois états qui doivent déjà faire face de la désaffection du commerce Russe , principalement depuis la réintégration de la Crimée . 

Une fois de plus le rôle stratégique de l'Arctique et de l'Arcto-Pacifique est mis en avant dans la géopolitique des flux  puisque c'est au travers du port de  Mourmansk et de la Route Maritime Nord que le Président LOUKACHENKO se propose d'exporter la potasse Biélorusse à destination de l'Inde qui est le principal marché export . 

C'est loin d'être une hypothèse de travail puisque la Biélorussie a déjà exporté deux chargements de potasse à destination de la Chine au mois d'octobre 2020 le long du Sevmorput , c'est à dire au moment où la menace de sanctions sectorielles a commencé à être brandie . Maintenant il est clair que les terminaux Russes de l'Arctique n'ont pas les capacités du terminal de KLAIPEDA en LITUANIE * qui jusqu'à présent était le débouché de la potasse Biélorusse mais c'est peut-être une bonne occasion de développer ces infrastructures . D'autant plus que la Russie exploite sur la péninsule de KOLA des gisements d'engrais . Le terminal minéralier et charbonnier de LAVNA pourrait ainsi se reconvertir vers l'exportation de la potasse Biélorusse et devenir le " nouveau - KLAIPEDA " Les responsables Biélorusses se sont rendu compte à cette occasion que le cout et la durée du transport étaient largement réduits par rapport à l'axe empruntant la Baltique , la Méditerranée , le canal de SUEZ et le détroit de MALACCA   . 

Cette voie maritime mettra surtout les exportations Biélorusses hors d'atteinte d'une saisie par les marines de l'OTAN dans la Baltique ou la Méditerranée dans le cadre d'une action visant à appliquer l'embargo contre ces exportations . Voir même d'une interception par des " pirates " - surtout des " pirates étatiques " -  dans le détroit de MALACCA  . Elle leur évitera aussi éventuellement d'être bloquée dans le Canal de Suez mais pour d'autres raisons ... C'est désormais parfaitement assumé par les responsables Russes qui présentent la Route Maritime Nord comme une " route maritime exempte de sanctions " entre l'Europe et l'Asie  .   

 

* Le chargement du 5 octobre 2020 est parti du port de KLAIPEDA

Une nouvelle division du monde qui se manifeste aussi dans la reconnaissance ou non du résultat des élections Biélorusses

Une nouvelle division du monde qui se manifeste aussi dans la reconnaissance ou non du résultat des élections Biélorusses

Les manifestations en Biélorussie : Une nette décrue !

Les manifestations en Biélorussie : Une nette décrue !

Cout des sanctions par rapport au PNB

Cout des sanctions par rapport au PNB

En avril 2021 les Etats-Unis et l'UE ont imposé des sanctions sectorielles . Le cout est estimé à ce jour est de 1,7 milliard USD soit 3% du PIB . Ce cout est estimé à 70 000 USD par jour pour le seul secteur aérien .

Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse !

Evolution des réserves de la banque centrale Biélorusse . Celle-ci a du soutenir le cours de la monnaie et elles ont chuté de 2 milliard USD soit 20% de la réserve initiale . La dette extérieure est passée de 63% à 70% du PIB . Le taux de change du Rouble Biélorusse a baissé par rapport à certaines devises mais est resté stable par rapport au Rouble Russe . C'est en soi important car la part de la Russie dans le commerce extérieur Biélorusse est appelé à augmenter .Le marché Russe est déjà le débouché de nombreux produits comme les camions spéciaux BelAZ , des véhicules légers , des tracteurs et des produits sidérurgiques 

Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse ! Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse !
Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse !
Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse ! Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse !
Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse ! Biélorussie-Bélarus : Quelques chiffres au bout d'un an et une nouvelle route Arctique vers l'Asie  pour la potasse Biélorusse !
Le port de Mourmansk est peut-être appelé à devenir une des principaux points d'exportation de la potasse Biélorusse .

Le port de Mourmansk est peut-être appelé à devenir une des principaux points d'exportation de la potasse Biélorusse .

La distance SOLIGORSK-KLAIPEDA est de 600 Km par train . Elle sera de 2250 Km entre SOLIGORSK et MOURMANSK mais c'es une mobilité ferroviaire ( Bonjour M. MacKinder ) qui sera largement compensée par le gain sur le trajet maritime vers l'Asie ( Inde et RPC ) Wagons transportant de la potasse à VILNIUS La distance SOLIGORSK-KLAIPEDA est de 600 Km par train . Elle sera de 2250 Km entre SOLIGORSK et MOURMANSK mais c'es une mobilité ferroviaire ( Bonjour M. MacKinder ) qui sera largement compensée par le gain sur le trajet maritime vers l'Asie ( Inde et RPC ) Wagons transportant de la potasse à VILNIUS

La distance SOLIGORSK-KLAIPEDA est de 600 Km par train . Elle sera de 2250 Km entre SOLIGORSK et MOURMANSK mais c'es une mobilité ferroviaire ( Bonjour M. MacKinder ) qui sera largement compensée par le gain sur le trajet maritime vers l'Asie ( Inde et RPC ) Wagons transportant de la potasse à VILNIUS

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 3 Juin 2021

Alors qu'Emmanuel MACRON se livre à une nouvelle attaque contre la présence de la Russie en Afrique , et plus particulièrement en République Centrafricaine , un des vecteurs principaux de cet " entrisme " Russe en Afrique avec le " Groupe WAGNER " avait pignon sur rue au Forum Economique International de Saint-Petersbourg ( SPIEF )  : L 'Agence Internationale pour le Développement Souverain - en Français dans le texte - dont le stand affichait un portait géant d'Alexandre DOUGUINE .

Il faut rappeler ici que ce dernier est proche de l'activiste Africaniste Kémi SEBA qui est la cible de nombreuses attaques de la presse Française - ici Benoît VITKINE -  mais aussi des services de renseignements Français .

 

 

Anti-France : L'Eurasisme et Alexandre DOUGUINE présents au SPIEF 2021 .
Anti-France : L'Eurasisme et Alexandre DOUGUINE présents au SPIEF 2021 .
Anti-France : L'Eurasisme et Alexandre DOUGUINE présents au SPIEF 2021 .
Anti-France : L'Eurasisme et Alexandre DOUGUINE présents au SPIEF 2021 .
Anti-France : L'Eurasisme et Alexandre DOUGUINE présents au SPIEF 2021 .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Mars 2018

La décision du Président Donald Trump d'imposer des droits de douane a été commentée lors d'un discours où il évoque la " destruction de nombreuses communautés [ ouvrières ] " .

La production de minerai de fer , leur transport sur les Grands Lacs , l'industrie métallurgique et l'industrie automobile ont été des éléments identitaires fondamentaux de l' Américanisme . C'est que Donald Trump a compris , et pas nos commentateurs mondialistes . Je prends pour exemple  ici le début du film " Voyage au bout de l'enfer " ou " Flashdance " . Dans beaucoup de chansons " ouvriéristes " comme " Forty Hour Week (For A Livin') " les ouvriers de l'industrie métallurgique sont à la place d'honneur .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Kulturkampf, #Economie, #Guerre de l'information

Repost0

Publié le 13 Novembre 2017

En fait cette kleptocratie pétrolière est incapable de trouver de nouveaux moteurs pour  générer des richesses : 2. Venezuela lacks the ability to create wealth on its own while debt repayment sources are highly fragile, thus a low solvency

Dagong Places Venezuela’s Sovereign Credit Rating on the List of Negative Reviews

http://en.dagongcrg.com/index.php?m=content&c=index&a=show&catid=88&id=432

发布时间:2017-11-07 10:50:10    点击: 74

Dagong Global Credit Rating Co., Ltd. (hereinafter referred to as “Dagong”) has decided to place the sovereign credit rating of the Bolivarian Republic of Venezuela (hereafter referred to as Venezuela) on the list of negative reviews. On November 2 local time, Venezuela announced to restructure its total external debt, which indicates that facing the continuing deterioration of its domestic economy and government finance, as well as pressure from low solvency in local and foreign currency, the Venezuelan government demonstrated an increased unwillingness to repay its debt, thus growing default risks concerning its 183-million USD debt maturing on November 7 and other maturing debts. Specific reasons are set out as below:

 

1. The bleak prospect of debt restructuring causes considerable uncertainty as to whether the Venezuelan government can repay its maturing debts, thus resulting in high default risks.

 

Firstly, up until now, Venezuela’s international reserves coverage on total external debt has been around 10%. It is projected that by June 2018, the Venezuelan government and the state-owned petroleum company’s principal and interests on maturing debt will make up 21.0% and 10.5% of the international reserves, respectively. Though international reserves can cover maturing debt in the near term, they ultimately cannot cover long-term debt.

 

Moreover, following the Venezuelan government’s announcement on November 2 that it would restructure its total external debt, a panel was set up immediately; yet nevertheless, facing the 183-million USD debt maturing on November 7 as well as other debts maturing in the following months, the Venezuelan government has not displayed its willingness to repay the existing debt. Before opening the negotiation over debt restructuring and reaching an agreement, there exists considerable uncertainty as to whether Venezuelan government can repay debt as scheduled or not.

 

Last but not least, around 60% of those holding Venezuela’s treasuries are Americans, although America’s financial sanctions against Venezuela are still in place. Therefore, it remains difficult to restructure debts held by American creditors while refinancing channels are limited. As far as non-American creditors are concerned, Venezuela sees large-scale debt extension, so it is challenging to predict the future concerning Venezuela seeking refinancing from non-American creditors and the outcome of debt restructuring, thus the resulting uncertainty over future negotiations on debt restructuring. That being said, the short term will see considerable default risks.

 

2. Venezuela lacks the ability to create wealth on its own while debt repayment sources are highly fragile, thus a low solvency.

 

Since oil prices plummeted at the year-end of 2014, Venezuela saw a sharp economic recession, and ongoing hyperinflation, which caused a substantial drop in financial revenues and undercut its wealth creation capabilities. Facing a huge deficit and pressure from maturing debt repayment, due to the fact that relatively large government assets cannot act as a reliable repayment source due to weaker liquidity and the understanding that debt financing cannot continue owing to high costs and limited channels, the Venezuelan government depends heavily on currency issuance and debt repayment sources are vulnerable.

 

At the same time, due to dwindling international reserves and tremendous pressure of local currency depreciation, the government faces significant risks in repaying external debt. The year-end of 2016 saw Venezuela’s international reserves fall to 11 billion USD, which are forecasted to keep falling in 2017 and 2018. International reserves coverage will only be 37.3% and 37.7% respectively, which by no means guarantees repayment to external debt. That, coupled with the pressure of local currency devaluation due to money issuance, incurs serious risks against the country’s external debt.

 

Dagong will continue following any changes to Venezuela’s sovereign credit risks and adjust its credit rating accordingly

Mélenchonisme tropical : Une agence de notation Chinoise lâche Maduro , l'UBU Moustachien de Caracas

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique, #Economie

Repost0

Publié le 28 Octobre 2017

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie, #Géopolitique des frontières

Repost0

Publié le 20 Mai 2017

Le Parisien vient de publier un article relatant l'ouverture d'une enquête sur des possibles faits de corruption dans le cadre du programme PROSUB . 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/vente-de-sous-marins-au-bresil-une-enquete-pour-corruption-est-ouverte-20-05-2017-6967692.php

"Le parquet national financier enquête depuis l’automne 2016 sur le contrat d’armement entre la France et le Brésil portant principalement sur cinq sous-marins. Signé en 2009 et d’un montant de 6,7 milliards d’euros, il pourrait avoir donné lieu à des pots de vin."
Je l'annonçais il y a presque ... deux ans ! Cela m'avait alors valu des réflexions haineuses de la part de patriotârds sur les forums et par mel privé !

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/2015/08/prosub-apres-le-karachigate-se-dirige-t-on-vers-un-brasiliagate.html

La blogosphère Défense & GP Brésilienne a relayé la visite de la juge Eliane HOULETTE

http://www.defesanet.com.br/prosub/noticia/25704/Franceses-investigam-projeto-de-submarino-brasileiro/

Les derniers témoignages font état d'une corruption active de la part d'un cadre de DCNS lors d'une rencontre à Paris avec une délégation Brésilienne d'Odebrecht . La Marine Brésilienne serait totalement innocentée par ce schéma de corruption . C'est à la demande d'un cadre de DCNS qu'Odebrecht a effectué un paiement de 40 millions d' Euros au lobbyiste José Amaro Ramos .

http://zh.clicrbs.com.br/rs/noticias/politica/noticia/2017/04/odebrecht-pagou-40-milhoes-de-euros-por-submarinos-diz-delator-9771965.html

http://politica.estadao.com.br/blogs/fausto-macedo/odebrecht-pagou-40-milhoes-de-euros-por-contrato-de-submarinos/

 

 

Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !
Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !
Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Geopolitique, #Défense, #BRICS - IBAS, #Economie, #Technologies

Repost0

Publié le 7 Septembre 2011

La Grèce est-elle un état condamné à être perpétuellement en faillite ? Presque tous les états Balkaniques issus du démembrement de l'Empire Ottoman au XIX éme siècle ont connu des difficultés financières : Bulgarie , Serbie , Roumanie et Grèce . Cette dernière a connu plusieurs faillites retentissantes dont celle de 1897 . Contraints de se financer auprés des " puissances Européennes " - France , Autriche-Hongrie et Angleterre principalement - afin de construire des infrastructures [ chemins de fer , routes , ports , ...] et développer une industrie dans leurs territoires négligés et pillés durant l'occupation Ottomane , ces états se sont vite vu confrontés à des difficultés financières . Le taux des emprunts était alors de 5%-6% avec parfois des exceptions : 14% lorsque la Serbie empruntait à Vienne qui était en outre l'unique débouché de son agriculture [ porcs , tabac , blè ]  .

Dans le cas de la faillite Grecque de 1897 , la dette fut restructurée et un emprunt de 150 millions de francs à un taux de 2,5 % fut accordé par les " puissances Européennes " . Le gage en était le contrôle des douanes et des impôts sur le tabac . En fait une partie des revenus provenants de ces taxes était directement affectée au remboursement de l'emprunt , les états débiteurs restant pour la plupart du temps - pas toujours -  maîtres de fixer l'assiette et le taux de l'impôt . [ voir extrait ]

Notons ici que cet abominable Bolchevique qu'est Jean-Luc Melenchon a récemment proposé de refinancer la dette Grecque à un taux de 1% , soit à peine moins que le taux accordé par ces crypto-gauchistes de banquiers Français , Austro-Hongrois ou Anglais en 1897  ! [ Lien ]

L'autre point intéressant est que les " puissances Européennes " ne forçaient pas les états débiteurs à vendre leurs actifs comme aujourd'hui - infrastructures portuaires  par exemple dans le cas de la Grêce -  mais se gageaient sur les revenus de ces actifs . L'état débiteur restait le nu-propriétaire tandis que l'état créancier - ou la banque créancière - devenait l'usufruitier sur une période donnée [ 20 ans - 30 ans ] .

En regardant de près l'histoire économique de la période 1815-1945 , on constate aussi que les taux des emprunts et des avantages économiques comme la célebrissime " clause de la nation la plus favorisée " étaient le plus souvent fixés  à la " tête du client " . Les Anglo-Saxons utilisent le terme pudique de linkage .[ Exemple : Lien ] *J'ai évoqué le cas de la Serbie et de l'Autriche-Hongrie . Ce n'est finalement que l'octroi par la " place de Paris " d'un emprunt à un taux de 6% et une ouverture du marché Français aux produits agricoles Serbes qui provoquent un rapprochement politique entre la France et la Serbie à la veille de la première guerre mondiale.

La France emprunte au début des années 20 auprés de la Banque JP Morgan à des taux de 6%-6.5% alors que l'Allemagne et la Belgique empruntent à cette même banque à des taux de 3%-3.5% !

La France empruntait pour financer sa dette de guerre contractée  aux EU , alors que la politique extérieure de ces EU n' a pas cessé durant cette période de diminuer le montant des réparations de guerre de l'Allemagne ! [ Source : Voyage autour de la chambre du 11 mai - Nouvelle librairie nationale ] .

 

* Un concept auquel on du mal à se faire les chefs politiques Ukrainiens !

detgrec10001

 

  Source : Histoire des peuples Balkaniques - René Ristelhueber - Les grandes études historiques - Libraire Anthème Fayard - 1950

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 15 Juin 2010

SEVERODVINSK, 15 juin - RIA Novosti

 

Un programme uni du développement de la construction navale militaire et civile sera prochainement adopté, a déclaré mardi le président russe Dmitri Medvedev lors d'une cérémonie de la mise en service du sous-marin nucléaire Severodvinsk.

"Lors d'une réunion du Conseil de sécurité la semaine passée, j'ai chargé d'élaborer un programme uni du développement de la construction navale militaire et civile. Ce programme sera bientôt adopté", a indiqué le chef de l'Etat.

Selon lui, la construction de toute une série de sous-marins du type Severodvinsk sera un des domaines clés de ce programme.

Le K-329 Severodvinsk est le premier sous-marin nucléaire de 4e génération du projet 885 Yassen. Développé dans les bureaux d'études Malakhit, le projet 885 Yassen prévoit la construction de 6 à 7 submersibles polyvalents équipés de missiles de croisière.

 

La semaine dernière le Président Medvedev a signé un decrêt déclarant le holding United Shipbuilding Corporation - Объединённая судостроительная корпорация - d'intêret stratégique et précisant que  les participations de l'Etat Russe dans les entreprises  lièes à la construction navale seront transférées à ce holding . [ 1 ]

Il a aussi précisé dans son discours qu'il était urgent de savoir quelles technologies seraient développées en Russie et quelles technologies devraient être acquises à l'étranger pour accélerer la modernisation du secteur , ce qui fait penser au dossier de l'acquistion de BPC de la classe Mistral .

Les dernières déclarations du premier ministre Vladimir Poutine parlant de l' "acquistion de technologies " se référaient ainsi à l'acquistion de techniques de construction et non pas à des technologies lièes aux systémes de commandement ,  de communications ou de systèmes d'armes . [ 2 ]

 

Le Président Medvedev poursuit la politique entreprise par le Président Poutine d'un soutien actif au secteur de la construction navale particulièrement important sur la façade Arctique  et Baltique de la Russie mais aussi dans l'Extrême-Orient Russe .

Ce secteur fait parti des " technologies de souveraineté " non seulement nécessaires pour la Défense Nationale mais aussi par exemple pour la mise en valeur du palteau continental Arctique au travers de la construction de plateformes . Le rôle de la construction navale dans la  " luttte pour les ressources arctiques " a d'ailleurs été clairement évoqué par le Président Medvedev lors de la réunion .

 

 

Au mois de décembre 2009 , le Premier Ministre Vladimir Poutine a annoncé la mise en oeuvre d'un plan de développement du secteur de la construction navale dans l'Extrême-Orient Russe et des investissement de 5 Milliards USD à l'horizon 2020 .[ 3 ]

La première  partie de ce plan qui necessitera un investissement de USD 700 Mio prévoit la construction d'un nouveau chantier naval prés de Vladivostock destiné à la fabrication de plateformes et d'une cale séche à Bolchoï Kamen destinée à la production de pétroliers et de méthaniers en collaboration avec le Sud-Coréen Daewoo .

 

A l'image du Brésil qui relance le secteur de la construction navale par des commandes de la société Petrobras , la Russie va favoriser les commandes de sociétés nationales comme Gazprom ,  Sovkcomflot  et Rosneft .

 

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia's United Shipbuilding Corporation declared 'strategically important' company depêche de Ria Novosti du 10 juin 2010 .

[ 2 ] Mistral: achat possible uniquement avec transfert de technologies (Poutine) - Depêche de Ria Novosti du 9 juin 2010 .

[ 3 ]  Putin estimates $5bln for shipbuilding in Russian Far East by 2020 - Depêche de Ria Novosti du 28 décembre 2009 .

 

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 18 Mars 2010

DOHA (AFP)

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/CPS.RUN67.180310223930.photo00.photo.default-512x340.jpg
La conférence de la CITES a refusé jeudi d'inscrire le thon rouge d'Atlantique Est sous sa protection et renvoyé son avenir à la gestion des pêcheurs, comme le souhaitait le Japon.

Par une large majorité (68 voix, contre 20), grâce à l'abstention de l'UE, les Etats parties à la Convention internationale sur le commerce des espèces sauvages menacées (CITES) ont rejeté une proposition de Monaco qui lui aurait permis de suspendre les exportations de cette espèce à haute valeur commerciale, particulièrement prisée sur le marché japonais.

"L'UE a voté en faveur de sa propre proposition et s'est abstenue sur la proposition de Monaco", a expliqué un expert européen à l'AFP.

"Le soutien européen était conditionnel à l'ajout de l'annotation" que l'UE avait souhaité apporter, différant l'entrée en vigueur de la mesure (inscription à l'Annexe I de la Convention) dans l'attente de nouvelles analyses scientifiques, a poursuivi l'expert sous couvert de l'anonymat.

La proposition européenne venait d'être massivement rejetée (72 voix, contre 43).

L'UE, comme Monaco, soutenue par les Etats-Unis et la Norvège, souhaitait la création d'un groupe de travail pour étudier d'éventuels amendements à leur proposition. Mais la Libye et le Soudan ont court-circuité les débats en exigeant de passer immédiatement au vote.

"Je regrette un débat avorté et de n'avoir pu répondre à certaines contre-vérités énoncées", a indiqué Patrick van Klaveren, chef de la délégation de Monaco. "La majorité des pays a décidé de faire confiance à l'ICCAT", la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique, qui réunit une cinquantaine de pays pêcheurs.

"Ils ont jugé qu'elle avait tous les éléments pour résoudre le problème. Qu'elle le montre!", a-t-il ajouté. "Sinon, ce n'est pas la CITES qui ruinera les professionnels, mais la nature qui enverra une sanction sans appel".

Masanori Miyahara (Japon) a exprimé sa "satisfaction" et, reprenant aussitôt sa double casquette de conseiller en chef des pêcheries japonaises et représentant de son pays à l'ICCAT, a ajouté: "Mais nous avons aussi beaucoup de devoirs à faire".

Depuis son arrivée à Doha, M. Miyahara soulignait que la CITES n'était pas le bon outil pour gérer les stocks de thon: "Faisons notre boulot avec l'ICCAT, pas la CITES", a-t-il répété jeudi, assurant qu'il serait sinon "presqu'impossible" par la suite de lever l'interdiction du commerce.

Mais M. Van Klaveren a rappelé aux délégués qu'en 1992, une proposition similaire de la Suède avait été retoquée et la gestion des stocks de thon rouge confiée alors à l'ICCAT: "Le résultat est que la capacité de reproduction du stock est passée de 200.000 tonnes à 60.000 en moins de 20 ans, que la taille des thons a été divisée de moitié (...) et que la pêche illicite a été multipliée par trois".

Le thon rouge, a-t-il insisté, "n'est pas pêché pour satisfaire les besoins alimentaires des populations mais pour alimenter un marché hautement spéculatif".

Consommateur de 80% des thons pêchés, le Japon a été accusé de conduire un lobbying effréné, ralliant de nombreux pays en développement (Tunisie, Indonésie, Venezuela, Chili, Corée, Maroc) qui ont défendu jeudi le rôle prioritaire de l'ICCAT.

Grenade a déclaré craindre pour "sa sécurité alimentaire" et le Sénégal, comme la Namibie, a redouté que d'autres espèces de thon ne soient à leur tour inscrites à la CITES.

"C'est très décevant et très irresponsable", a commenté Sue Lieberman, directrice des politiques internationales du PEW Environment Group, regrettant que "l'avenir du thon rouge soit renvoyé dans les mains de l'ICCAT".

Pour Carlos Drews (WWF), "c'est la défaite de cette espèce emblématique. D'autant que l'ICCAT n'a pas montré sa performance dans le passé. On lui avait fait confiance en 1992 et aujourd'hui on est au bord de l'effondrement".

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 7 Mars 2010

AFP
Les Islandais ont rejeté à plus de 93% par référendum l'impopulaire accord Icesave , selon des résultats quasi-définitifs annoncés ce matin, portant sur plus de 90% des suffrages exprimés.

Sur la base de 130.575 bulletins dépouillés, le non remporte une écrasante victoire avec 93,3% des suffrages, contre seulement 1,7% pour le oui, le reste étant composé de bulletins blancs ou nuls, selon les résultats encore provisoires annoncés par la télévision publique RUV, qui centralise les comptages de commissions électorales locales.

Un rejet plus fort que prévu

Quelque 230.000 Islandais étaient appelés à voter et sur la base de chiffres de participations dans plusieurs régions dont la capitale Reykjavik, la participation, qui était de 54,5% une heure avant la fermeture des bureaux de vote, devrait avoisiner les 60%. Par rapport aux élections législatives d'avril 2009, où près de 85% des inscrits s'étaient déplacés, la participation au premier référendum en Islande depuis l'indépendance en 1944 a été faible.

Les résultats définitifs ainsi que les chiffres définitifs de la participation sont attendus en fin de matinée, des voix de localités isolées par le mauvais temps n'ayant pu être comptées.

En rejetant encore plus fortement que prévu l'impopulaire accord Icesave, les Islandais ont accentué selon les analystes la pression sur leur gouvernement, qui a immédiatement annoncé son intention de faire tout son possible pour trouver un nouvel accord avec Londres et La Haye.

Note de l'Editeur :

BRAVO !

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Economie

Repost0