Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 21:51

Le Parisien vient de publier un article relatant l'ouverture d'une enquête sur des possibles faits de corruption dans le cadre du programme PROSUB . 

http://www.leparisien.fr/faits-divers/vente-de-sous-marins-au-bresil-une-enquete-pour-corruption-est-ouverte-20-05-2017-6967692.php

"Le parquet national financier enquête depuis l’automne 2016 sur le contrat d’armement entre la France et le Brésil portant principalement sur cinq sous-marins. Signé en 2009 et d’un montant de 6,7 milliards d’euros, il pourrait avoir donné lieu à des pots de vin."

Je l'annonçais il y a presque ... deux ans ! Cela m'avait alors valu des réflexions haineuses de la part de patriotârds sur les forums et par mel privé !

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/2015/08/prosub-apres-le-karachigate-se-dirige-t-on-vers-un-brasiliagate.html

La blogosphère Défense & GP Brésilienne a relayé la visite de la juge Eliane HOULETTE

http://www.defesanet.com.br/prosub/noticia/25704/Franceses-investigam-projeto-de-submarino-brasileiro/

Les derniers témoignages font état d'une corruption active de la part d'un cadre de DCNS lors d'une rencontre à Paris avec une délégation Brésilienne d'Odebrecht . La Marine Brésilienne serait totalement innocentée par ce schéma de corruption . C'est à la demande d'un cadre de DCNS qu'Odebrecht a effectué un paiement de 40 millions d' Euros au lobbyiste José Amaro Ramos .

http://zh.clicrbs.com.br/rs/noticias/politica/noticia/2017/04/odebrecht-pagou-40-milhoes-de-euros-por-submarinos-diz-delator-9771965.html

http://politica.estadao.com.br/blogs/fausto-macedo/odebrecht-pagou-40-milhoes-de-euros-por-contrato-de-submarinos/

 

 

Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !
Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !
Brésil - PROSUB - DCNS : J'annonçais le scandale de corruption il y a presque  deux ans !
Repost 0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 18:58

La Grèce est-elle un état condamné à être perpétuellement en faillite ? Presque tous les états Balkaniques issus du démembrement de l'Empire Ottoman au XIX éme siècle ont connu des difficultés financières : Bulgarie , Serbie , Roumanie et Grèce . Cette dernière a connu plusieurs faillites retentissantes dont celle de 1897 . Contraints de se financer auprés des " puissances Européennes " - France , Autriche-Hongrie et Angleterre principalement - afin de construire des infrastructures [ chemins de fer , routes , ports , ...] et développer une industrie dans leurs territoires négligés et pillés durant l'occupation Ottomane , ces états se sont vite vu confrontés à des difficultés financières . Le taux des emprunts était alors de 5%-6% avec parfois des exceptions : 14% lorsque la Serbie empruntait à Vienne qui était en outre l'unique débouché de son agriculture [ porcs , tabac , blè ]  .

Dans le cas de la faillite Grecque de 1897 , la dette fut restructurée et un emprunt de 150 millions de francs à un taux de 2,5 % fut accordé par les " puissances Européennes " . Le gage en était le contrôle des douanes et des impôts sur le tabac . En fait une partie des revenus provenants de ces taxes était directement affectée au remboursement de l'emprunt , les états débiteurs restant pour la plupart du temps - pas toujours -  maîtres de fixer l'assiette et le taux de l'impôt . [ voir extrait ]

Notons ici que cet abominable Bolchevique qu'est Jean-Luc Melenchon a récemment proposé de refinancer la dette Grecque à un taux de 1% , soit à peine moins que le taux accordé par ces crypto-gauchistes de banquiers Français , Austro-Hongrois ou Anglais en 1897  ! [ Lien ]

L'autre point intéressant est que les " puissances Européennes " ne forçaient pas les états débiteurs à vendre leurs actifs comme aujourd'hui - infrastructures portuaires  par exemple dans le cas de la Grêce -  mais se gageaient sur les revenus de ces actifs . L'état débiteur restait le nu-propriétaire tandis que l'état créancier - ou la banque créancière - devenait l'usufruitier sur une période donnée [ 20 ans - 30 ans ] .

En regardant de près l'histoire économique de la période 1815-1945 , on constate aussi que les taux des emprunts et des avantages économiques comme la célebrissime " clause de la nation la plus favorisée " étaient le plus souvent fixés  à la " tête du client " . Les Anglo-Saxons utilisent le terme pudique de linkage .[ Exemple : Lien ] *J'ai évoqué le cas de la Serbie et de l'Autriche-Hongrie . Ce n'est finalement que l'octroi par la " place de Paris " d'un emprunt à un taux de 6% et une ouverture du marché Français aux produits agricoles Serbes qui provoquent un rapprochement politique entre la France et la Serbie à la veille de la première guerre mondiale.

La France emprunte au début des années 20 auprés de la Banque JP Morgan à des taux de 6%-6.5% alors que l'Allemagne et la Belgique empruntent à cette même banque à des taux de 3%-3.5% !

La France empruntait pour financer sa dette de guerre contractée  aux EU , alors que la politique extérieure de ces EU n' a pas cessé durant cette période de diminuer le montant des réparations de guerre de l'Allemagne ! [ Source : Voyage autour de la chambre du 11 mai - Nouvelle librairie nationale ] .

 

* Un concept auquel on du mal à se faire les chefs politiques Ukrainiens !

detgrec10001

 

  Source : Histoire des peuples Balkaniques - René Ristelhueber - Les grandes études historiques - Libraire Anthème Fayard - 1950

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 13:54

SEVERODVINSK, 15 juin - RIA Novosti

 

Un programme uni du développement de la construction navale militaire et civile sera prochainement adopté, a déclaré mardi le président russe Dmitri Medvedev lors d'une cérémonie de la mise en service du sous-marin nucléaire Severodvinsk.

"Lors d'une réunion du Conseil de sécurité la semaine passée, j'ai chargé d'élaborer un programme uni du développement de la construction navale militaire et civile. Ce programme sera bientôt adopté", a indiqué le chef de l'Etat.

Selon lui, la construction de toute une série de sous-marins du type Severodvinsk sera un des domaines clés de ce programme.

Le K-329 Severodvinsk est le premier sous-marin nucléaire de 4e génération du projet 885 Yassen. Développé dans les bureaux d'études Malakhit, le projet 885 Yassen prévoit la construction de 6 à 7 submersibles polyvalents équipés de missiles de croisière.

 

La semaine dernière le Président Medvedev a signé un decrêt déclarant le holding United Shipbuilding Corporation - Объединённая судостроительная корпорация - d'intêret stratégique et précisant que  les participations de l'Etat Russe dans les entreprises  lièes à la construction navale seront transférées à ce holding . [ 1 ]

Il a aussi précisé dans son discours qu'il était urgent de savoir quelles technologies seraient développées en Russie et quelles technologies devraient être acquises à l'étranger pour accélerer la modernisation du secteur , ce qui fait penser au dossier de l'acquistion de BPC de la classe Mistral .

Les dernières déclarations du premier ministre Vladimir Poutine parlant de l' "acquistion de technologies " se référaient ainsi à l'acquistion de techniques de construction et non pas à des technologies lièes aux systémes de commandement ,  de communications ou de systèmes d'armes . [ 2 ]

 

Le Président Medvedev poursuit la politique entreprise par le Président Poutine d'un soutien actif au secteur de la construction navale particulièrement important sur la façade Arctique  et Baltique de la Russie mais aussi dans l'Extrême-Orient Russe .

Ce secteur fait parti des " technologies de souveraineté " non seulement nécessaires pour la Défense Nationale mais aussi par exemple pour la mise en valeur du palteau continental Arctique au travers de la construction de plateformes . Le rôle de la construction navale dans la  " luttte pour les ressources arctiques " a d'ailleurs été clairement évoqué par le Président Medvedev lors de la réunion .

 

 

Au mois de décembre 2009 , le Premier Ministre Vladimir Poutine a annoncé la mise en oeuvre d'un plan de développement du secteur de la construction navale dans l'Extrême-Orient Russe et des investissement de 5 Milliards USD à l'horizon 2020 .[ 3 ]

La première  partie de ce plan qui necessitera un investissement de USD 700 Mio prévoit la construction d'un nouveau chantier naval prés de Vladivostock destiné à la fabrication de plateformes et d'une cale séche à Bolchoï Kamen destinée à la production de pétroliers et de méthaniers en collaboration avec le Sud-Coréen Daewoo .

 

A l'image du Brésil qui relance le secteur de la construction navale par des commandes de la société Petrobras , la Russie va favoriser les commandes de sociétés nationales comme Gazprom ,  Sovkcomflot  et Rosneft .

 

 

 

 

Liens :

[ 1 ] Russia's United Shipbuilding Corporation declared 'strategically important' company depêche de Ria Novosti du 10 juin 2010 .

[ 2 ] Mistral: achat possible uniquement avec transfert de technologies (Poutine) - Depêche de Ria Novosti du 9 juin 2010 .

[ 3 ]  Putin estimates $5bln for shipbuilding in Russian Far East by 2020 - Depêche de Ria Novosti du 28 décembre 2009 .

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 22:50

DOHA (AFP)

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/CPS.RUN67.180310223930.photo00.photo.default-512x340.jpg
La conférence de la CITES a refusé jeudi d'inscrire le thon rouge d'Atlantique Est sous sa protection et renvoyé son avenir à la gestion des pêcheurs, comme le souhaitait le Japon.

Par une large majorité (68 voix, contre 20), grâce à l'abstention de l'UE, les Etats parties à la Convention internationale sur le commerce des espèces sauvages menacées (CITES) ont rejeté une proposition de Monaco qui lui aurait permis de suspendre les exportations de cette espèce à haute valeur commerciale, particulièrement prisée sur le marché japonais.

"L'UE a voté en faveur de sa propre proposition et s'est abstenue sur la proposition de Monaco", a expliqué un expert européen à l'AFP.

"Le soutien européen était conditionnel à l'ajout de l'annotation" que l'UE avait souhaité apporter, différant l'entrée en vigueur de la mesure (inscription à l'Annexe I de la Convention) dans l'attente de nouvelles analyses scientifiques, a poursuivi l'expert sous couvert de l'anonymat.

La proposition européenne venait d'être massivement rejetée (72 voix, contre 43).

L'UE, comme Monaco, soutenue par les Etats-Unis et la Norvège, souhaitait la création d'un groupe de travail pour étudier d'éventuels amendements à leur proposition. Mais la Libye et le Soudan ont court-circuité les débats en exigeant de passer immédiatement au vote.

"Je regrette un débat avorté et de n'avoir pu répondre à certaines contre-vérités énoncées", a indiqué Patrick van Klaveren, chef de la délégation de Monaco. "La majorité des pays a décidé de faire confiance à l'ICCAT", la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique, qui réunit une cinquantaine de pays pêcheurs.

"Ils ont jugé qu'elle avait tous les éléments pour résoudre le problème. Qu'elle le montre!", a-t-il ajouté. "Sinon, ce n'est pas la CITES qui ruinera les professionnels, mais la nature qui enverra une sanction sans appel".

Masanori Miyahara (Japon) a exprimé sa "satisfaction" et, reprenant aussitôt sa double casquette de conseiller en chef des pêcheries japonaises et représentant de son pays à l'ICCAT, a ajouté: "Mais nous avons aussi beaucoup de devoirs à faire".

Depuis son arrivée à Doha, M. Miyahara soulignait que la CITES n'était pas le bon outil pour gérer les stocks de thon: "Faisons notre boulot avec l'ICCAT, pas la CITES", a-t-il répété jeudi, assurant qu'il serait sinon "presqu'impossible" par la suite de lever l'interdiction du commerce.

Mais M. Van Klaveren a rappelé aux délégués qu'en 1992, une proposition similaire de la Suède avait été retoquée et la gestion des stocks de thon rouge confiée alors à l'ICCAT: "Le résultat est que la capacité de reproduction du stock est passée de 200.000 tonnes à 60.000 en moins de 20 ans, que la taille des thons a été divisée de moitié (...) et que la pêche illicite a été multipliée par trois".

Le thon rouge, a-t-il insisté, "n'est pas pêché pour satisfaire les besoins alimentaires des populations mais pour alimenter un marché hautement spéculatif".

Consommateur de 80% des thons pêchés, le Japon a été accusé de conduire un lobbying effréné, ralliant de nombreux pays en développement (Tunisie, Indonésie, Venezuela, Chili, Corée, Maroc) qui ont défendu jeudi le rôle prioritaire de l'ICCAT.

Grenade a déclaré craindre pour "sa sécurité alimentaire" et le Sénégal, comme la Namibie, a redouté que d'autres espèces de thon ne soient à leur tour inscrites à la CITES.

"C'est très décevant et très irresponsable", a commenté Sue Lieberman, directrice des politiques internationales du PEW Environment Group, regrettant que "l'avenir du thon rouge soit renvoyé dans les mains de l'ICCAT".

Pour Carlos Drews (WWF), "c'est la défaite de cette espèce emblématique. D'autant que l'ICCAT n'a pas montré sa performance dans le passé. On lui avait fait confiance en 1992 et aujourd'hui on est au bord de l'effondrement".

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 16:20
AFP
Les Islandais ont rejeté à plus de 93% par référendum l'impopulaire accord Icesave , selon des résultats quasi-définitifs annoncés ce matin, portant sur plus de 90% des suffrages exprimés.

Sur la base de 130.575 bulletins dépouillés, le non remporte une écrasante victoire avec 93,3% des suffrages, contre seulement 1,7% pour le oui, le reste étant composé de bulletins blancs ou nuls, selon les résultats encore provisoires annoncés par la télévision publique RUV, qui centralise les comptages de commissions électorales locales.

Un rejet plus fort que prévu

Quelque 230.000 Islandais étaient appelés à voter et sur la base de chiffres de participations dans plusieurs régions dont la capitale Reykjavik, la participation, qui était de 54,5% une heure avant la fermeture des bureaux de vote, devrait avoisiner les 60%. Par rapport aux élections législatives d'avril 2009, où près de 85% des inscrits s'étaient déplacés, la participation au premier référendum en Islande depuis l'indépendance en 1944 a été faible.

Les résultats définitifs ainsi que les chiffres définitifs de la participation sont attendus en fin de matinée, des voix de localités isolées par le mauvais temps n'ayant pu être comptées.

En rejetant encore plus fortement que prévu l'impopulaire accord Icesave, les Islandais ont accentué selon les analystes la pression sur leur gouvernement, qui a immédiatement annoncé son intention de faire tout son possible pour trouver un nouvel accord avec Londres et La Haye.

Note de l'Editeur :

BRAVO !
Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 10:08

MOSCOU, 6 mars - RIA Novosti
Le producteur russe de diamants Alrosa a annoncé vendredi avoir devancé pour la première fois le botswanais Debswana et le sud-africain De Beers en 2009 en termes de production en carats grâce à la crise financière mondiale.

Ces dix dernières années, le Botswana et la Russie se sont partagés la première place sur le marché mondial. La Russie produit plus de diamants bruts en carats que le Botswana, mais les pierres africaines sont légèrement plus précieuses. Toutefois le Botswana où les diamants représentent 40% de l'économie nationale, a dû réduire sa production après un recul spectaculaire de la demande et des prix sur le marché des diamants en raison de la crise financière. Le groupe sud-africain De Beers, qui détenait 50% du marché avant la crise, a aussi baissé sa production, rapporte l'agence Reuters.

Dans le même temps, Alrosa a bénéficié d'un soutien d'État d'environ un milliard de dollars en vendant des diamants à l'Agence d'État russe des métaux et pierres précieuses (Gokhran) au moment d'absence de la demande sur le marché.

Selon le ministère russe des Finances, la Russie a produit 34,76 millions de carats de diamants en 2009. Le monopole botswanais Debswana - une coentreprise formée par De Beers et le gouvernement du Botswana - n'a extrait que 17,7 millions de carats, d'après le groupe Anglo American. En 2008, la production russe s'était chiffrée à 36,925 millions de carats et celle du Botswana à 32,3 millions de carats. La production de De Beers a été divisée par deux, baissant de 48,1 millions de carats de diamants bruts en 2008 à 24,6 millions de carats en 2009, toujours selon Anglo American.

Note de l'Editeur :
La reprise en mains du secteur de la production diamantifère Russe par l'administration du Président Vladimir Poutine en 2001 et les réformes admnistratives [ regroupement de kraïs ] entreprises dans la république de Sakha-Yakoutie avaient en leur temps été accompagnées par une vague d'articles mensongers dans la presse Occidentale à l'exemple de celui-ci publié par Lorraine Millot dans  " L'Aberration " .[ 1 ]
Ils témoignent , une fois de plus , que cette politique de réappropriation de ses ressources naturelles par la Russie entreprise par Vladimr Poutine a considérablement gené les visées des intêrets hostiles à la Russie que le président précédent , Boris Eltsine ,avait favorisé .
Intervenant apres l'opération Russe de rétablissement de la paix dans le Caucase , le candidat Républicain John Mac Cain avait ainsi manifesté son intention de reconnaître une République de Sakha-Yakoutie indépendante de la Fédération de Russie .[ 2 ]
Sous le couvert de " La défense des peuples opprimés " , c'est l'appât des richesses naturelles de la Féderation de Russie , en Sibérie et dans l'Arctique , qui est le principal moteur des " drouâdelômistes " et de ceux qui les financent .
Curieusement , une démarche semblable à celle du Président Poutine en 2001  entreprise par les autorités Groenlandaises n'a pas autant d'écho .
Les autorités Groenlandaises ont retiré la gestion des ressources naturelles , dont les mines de rubis , aux autorités locales pour les mettre sous la supervision du Bureau des Mines et du Pétrole ce qui fait dire aux petits entrepreneurs locaux qu'il s'agit de l'instauration d'un " apartheid-arctique " [ 3 ] .


Liens:
[ 1 ]La misère sur un tas de diamants - Article de Libération du 19 septembre 2006 .
[ 2 ]Sarah Palin prône une guerre avec la Russie pour le contrôle énergétique
[ 3 ] Greenland Moves To Formalize Arctic-Apartheid System In Gemstone Exploration




http://fr.beta.rian.ru/images/18619/74/186197465.jpg
 

http://pics.livejournal.com/b_nemtsov/pic/0000pdc2/s320x240

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 20:18

Abstract :
Russia may export as much as 25 Mio tons of cereals  in 2010 . As its traditional markets in North Africa and in the Middle-East are shinkring , Russia looks for other markets for its cereals in Asia ,  mainly in South-East Asia .
The built-up of Russian agriculture and its capcaity for exportation raises concerns in the West which fears the birth of a " CerealProm " which could give Russia political leverage on some countries .


BERLIN, 16 janvier - RIA Novosti

En 2010, les exportations céréalières russes pourraient atteindre 25 millions de tonnes, a annoncé aux journalistes le premier vice-premier ministre russe Viktor Zoubkov.
"S'agissant de nos exportations de céréales, leur niveau varie peu depuis quelques années: 23 millions de tonnes en 2008 et 20 millions en 2009. Cette année, elles doivent se situer dans les limites de 23 à 25 millions de tonnes",  a-t-il affirmé, ajoutant que Moscou ne se bornerait pas à exporter ses céréales vers les pays qui les achètent traditionnellement, mais se lancerait également sur de nouveaux marchés.
Les marchés traditionneldu blé Russe sont l'Egypte, l'Arabie saoudite, la Tunisie, le Maroc ,....
Mais une baisse de consommation dans ces pays oblige la Russie a rechercher de nouveaux débouchés , principalement en Asie .
D'après le président de l'Union céréalière russe Arkadi Zlotchevski, les exportateurs russes devraient poursuivre sans doute leur expansion vers les marchés d'Asie du sud-est.  L'année dernière, la Russie a effectué ses premières livraisons de céréales au Japon et à la Corée du sud. "C'est un très vaste marché", a-t-il constaté, rappelant que sa conquête était aggravée par des problèmes logistiques. [ 1 ]
Pour faire face à ces problèmes logistiques comme le manque de terminaux d'exportation et de navires , la Russie pourrait faire appel à des partenaires étrangers .
La société japonaise Sojitz Corp. envisage de lancer en 2010 des livraisons de céréales russes sur les marchés asiatiques et d'investir dans la construction de terminaux céréaliers en Extrême-Orient,
"L'Union céréalière de Russie a conclu un accord de coopération avec la maison de commerce et d'investissement japonaise Sojitz Corp. Il s'agit du premier accord signé par l'Union avec une société asiatique. Sojitz Corp. a l'intention de réaliser des investissements afin de construire, conjointement avec ses partenaires russes, des terminaux céréaliers dans les ports extrême-orientaux de la Russie" selon un communiqué publié par  l'Union céréalière de Russie (RZS).[ 2 ]
RZS et Sojitz envisagent également d'organiser avec le concours du ministère russe de l'Agriculture une conférence internationale consacrée aux perspectives du commerce de céréales russes en Asie du sud-est. La conférence doit avoir lieu à Singapour les 24-27 février 2010.

Les autorités russes ont abordé l'élaboration d'un accord spécial visant à lancer les exportations de céréales russes vers le Bangladesh, a annoncé lundi 25 janvier aux journalistes le directeur généra de la Société céréalière unifiée, Sergueï Levine lors de la visite d'une représenattion diplomatique Bangladaise .[ 3 ]

Lors d'une conférence de presse à L'Aquila le 10 juillet dernier lors du sommet du G8 , le président Medvedev a déclaré que la Russie pourra dans 5 à 10 années exporter tous les ans jusqu'à 50 millions de tonnes de céréales . [ 4 ]
La montée en puissance de l'agriculture Russe et de ses capacités exportatrices fait redouter en Occident l'émergence d'un " CerealProm " .[ 5 ]


Liens :

[ 1 ] Moscou en quête de nouveaux marchés pour ses céréales (expert) - Dêpeche de Ria Novosti du 27 juillet 2009.
[ 2 ]
Céréales russes: le japonais Sojitz lancera en 2010 des livraisons vers l'Asie (producteurs) - Depêche de Ria Novosti du 10 novembre 2009 .
[ 3 ]
La Russie prête à livrer au Bangladesh des céréales - Depêche de Ria Novosti du 25 janvier 2010 .
[ 4 ]
La Russie capable d'ici 5-10 ans d'exporter jusqu'à 50 M de tonnes de céréales (Medvedev) - Depêche de Ria Novosti du 10 juillet 2009 .
[ 5 ]
L'Occident redoute un "Céréalprom" - Editorial de Vlad Grinkevitch pour  RIA Novosti du 7 aout 2008 .

Articles associés :

Robert Louis Dreyfus , Marseille , la Mer Noire , le blé , un " CerealeProm " et la lutte pour les ressources agricoles .

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 20:23

S'il y avait besoin d'une preuve de plus que la véritable sécurité énergétique Européenne passe par des accords dans ce domaine avec la Russie , celle ci a été donnée par les incidents d'approvisionnement qui ont frappé l'Angleterre cette semaine  , un pays dont les chefs politiques se sont toujours glorifiés de ne pas " céder au chantage gazier de Moscou " et qui enjoignent l'Europe continentale a en faire de même .
C''est aussi  d'Angleterre que sont venues les plus vives critiques contre le gazoduc Nord-Stream au nom d'une prétendue " indépendance énergétique de l'Europe " , mais ces mêmes Anglais ont été bien content ces derniers jours de pouvoir disposer de ce gaz Sibérien qui alimente l'Europe continentale depuis trente ans .[ 5 ]
Une constatation d'autant plus amusante , on n'arrête pas de savourer son plaisir , qu'elle est faite dans les colonnes de The Guardian qui deux jours auparavant écrivait encore que " Gazprom avait le pouvoir de plonger l'Europe dans le noir " [ 1 ] et qui ne cesse de dénoncer depuis le début le " Gazoduc Molotov-Ribbentrop " [ 2 ] .
Afin de faire face aux interruptions d'approvisionnement en provenance de Norvège - pourtant considérée comme un partenaire fiable par les Anglais - des champs gaziers d' Omen Lange et de Troll  [ 3 ] , la Grande-Bretagne a du importer du gaz Russe de Sibérie via le gazoduc Zeebrugge [ Belgique ]-  Bacton [ 4 ]
Pour une fois un des principaux responsables Britanniques du secteur prend aussi conscience du "chantage gazier " exercé par l'équipe de voleurs en place à Kiev :
" Cela aurait été une situation désespérée si nous  aurions vu de nouveau le type de disputes qui se sont produites entre la Russie et l'Ukraine et qui ont réduit les livraisons de gaz sur le continent les deux ou trois Janvier derniers " [ 1 ] affirme Eddie Proffitt du Major Energy Users' Council .
Mieux , les coupables de ces disputes sont désignés de manière claire , ce sont les " voisins de la Russie "  :
" Si les Russes auraient eu le même genre de problèmes avec leurs voisins que les années précédentes , nous serions tombés de l'autre côté du fil de la lame sur lequel nous sommes assis avec nos approvisionnements en gaz " déclare le parlementaire John Hemming .
Comme quoi ! Quelques dizaines d'heures dans le froid et l'obscurité , ou cette simple perspective ,  et l'on change d'avis sur la Russie et Gazprom , on oublie les " atteintes aux drouâdelôms " du crypto Stalino-Fasciste Poutine et l'on reécrit l'histoire des relations internationales en Europe de ces quatre dernières années ...
.
Cet incident d'approvisionnement amène aussi les politiciens et les responsables énergetiques Britanniques à remettre en question la politique d'approvisionnement en gaz de la Grande-Bretagne [ qui compte sur une part importante de GNL dans l'avenir - NDLR ] .
" Cet hiver nous a montré que le systéme que nous avons imaginé n'a pas la résilience qu'il aurait du avoir .[ la résilience est la capacité de résistance à un choc - NDLR ] . Il fonctionne sur le principe du " juste à temps " ce qui procure des bénefices en termes économiques si il fonctionne mais il peut se terminer en " juste trop tard " si tout commence à aller mal " .


Liens :
[ 1 ]
Russian energy group with the power to plunge Europe into darkness - Reportage de The Guardian du 11 janvier 2010 .
[ 2 ]
Germany and Russia: likely bedfellows - Article l'inénarable Luke Harding dans The Guardian du 25 septembre 2009 .
[ 4 ]
Russia comes to the rescue as Norwegian gas supplies to Britain falter - Article de The Guardian du 13 janvier 2010 .

Articles associés :
[ 3 ]
Norvège: production suspendue dans le gisement gazier d' Ormen Lange suite aux intempéries
[ 5 ]Du gaz Russe pour l'Europe ( 2 ) : Le 1er Janvier 1984 , le GAZ de Siberie arrive en Europe .





http://static.guim.co.uk/sys-images/Admin/BkFill/Default_image_group/2010/1/13/1263404347118/The-National-Grid-pipelin-001.jpg

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 12:30
Une centaine de passagers d'une croisière , 105 exactement , majoritairement d'origine Britannique sont bloqués à bord du " Kapitan Khlebnikov " pris dans la glace  antarctique .
Selon une déclaration d'un responsable de la société de croisière à Ria Novosti ceux ci n'ont pas besoin d'assistance et il faut juste attendre un ou deux jours pour que les conditions métérologiques changent [ 1 ]
Le développement du tourisme arctique , apres le tourisme antarctique et  avec ou sans M.Michel Rocard comme conférencier pour vous parler de la " gouvernnance de l'arctique  " , et plus particulièrement des croisières met en avant la necessité pour les états riverains de l'arctique de disposer d'unités de recherche et de sauvetage , de ports en eaux profondes sur leur littoral .
La problématique du secours  à apporter à des paquebots de croisière ou à des brise-glaces transportant des touristes fait l'objet de nombreuses interventions lors des colloques consacrés aux " nouvelles menaces dans l'arctique " .
Les autorités des nations riveraines soulignent aussi la necesité de mettre en place de nouvelles régles concerannt les équipements et les régles de navigation des navires de croisiére [ 2 ]- [ 3 ]
Des exercices comme " Northern deployment " ou " Barents Rescue " intégrent desormais aussi des missions d'assistance à un paquebot en peril dans les eaux arctiques .
Les résultats ne sont pour l'heure guère encourageants : La façade Groenlando-Candienne par exemple ne dispose que d'un seul port en eau profonde , Thule , pour pouvoir accueillir les moyens de secours et les naufragés. [ 4 ]
La " peur du gendarme " reste pour l'instant le seul moyen de prévenir les comportements les plus dangereux et les plus iirespectueux des règles de sécurité élémentaires .
Les autorités Groenlandaises ont ainsi déja infligé des amendes aux propriètaires des paquebots et aux capitaines qui se sont approchés trop prés d'un iceberg ( moins de cinquante mètres pour un paquebot Allemand cet été ) .
Les agences de voyage dans un context de plus en plus concurrentiel sont amenées à proposer des produits qui mettent desormais la vie des croisièristes en danger comme la visite des des grottes provoquées par l'érosion marine dans les icebergs ou le débarquement des croisièristes sur la banquise .
D'un autre côté , elle ne font que répondre à la demande d'un public qui recherche toujours plus d'émotions et d'adrénaline .
 Correctif
Le brise-glace est attendu dans le port Argentin d'Ushuaïa Jeudi ou Vendredi .

Liens :
[ 1 ] Icebreaker trapped in Antarctic ice, 105 passengers safe - Article de Ria Novosti du 16 novembre 2009
[ 2 ] Danish admiral echoes Canadian calls to toughen Arctic shipping rules - article de CBC news du 13 aout 2008 .
[ 3 ] Increased security in the Arctic waters -
[ 4 ] Tourism organisations are against a proposal requiring large ships to sail in convoys - Depêche de Sermitsiaq.ql du 13 septembre 2009 .

Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 21:56
Thalassa a diffusé ce soir un superbe reportage réalisé mi-juin 2009 sur la reprise de la chasse à la baleine en Islande , annoncée dans les colonnes de ce blogue dés février  .[ 1 ]
C'est la première campagne depuis l'instauration du moratoire en 1986   que le gouvernement démissionaire au début de l'année avait suspendu . Le nouveau gouvernement " Rouge-Vert " n'a pas osé abroger le decrêt malgrés son agenda Européiste .
Le quota de prise de cétacés a été porté à 100 baleines de Minke et 150 rorquals, contre 40 baleines de Minke et 9 rorquals l'an passé.


Le 13 juin dernier le navire baleinier HVALUR 9 ( RE 399 ) quittait le port de Reaykjvik avec un équipage composé de marins qui n'avaient pas chassé depuis 20 ans et qui apprennaient avec une intense émotion les gestes ancestraux de leurs pères et de leurs grand-pères à des jeunes agés de 18 ans  qui n'étaient donc pas nés au moment de l'instauration du moratoire .
Pour les Islandais la reprise de la chasse à la baleine est aussi un réapprentissage des gestes ancestraux : Beaucoup d'entre eux , même les plus agés , ont oublié comment cuisiner la viande de baleine qui a fait son retour sur les étals des marchés et des supermarchés de Reykjavik .
Produite sur place la viande de baleine est aussi moins chère que la viande d'importation .
Seul un restaurant de Reykjavik proposait de la viande de baleine à ses clients : Le patron,à l'annonce du moratoire , en avait fait congeler prés de 40 tonnes .
La reprise de la chasse à la baleine a aussi permis la réouverture de la sation baleinière de Akranes située à 20 km de Reykjvik et y  a favorisé la création de nombreux emplois .
De la même manière que les navires du directeur de la société Hvalur ( voir infra ) , la station baleinière de Akranes avait été vandalisée par des écolo-terroristes et c'est donc dans des bungalows métalliques flambant neuf que les ouvriers résident durant la saison de chasse .  
Tout comme sur les navires baleiniers , les " anciens " doivent apprendre aux " jeunes " les techniques de dépeçage et de découpe  des cétacés : Immédiatement, ces grands rorquals -ou rorquals communs- ont été dépecés et découpés afin de séparer la graisse de la viande. Une viande goûtée sur place dans la foulée par des inspecteurs pour en évaluer la qualité sous les yeux d'une population qui redécouvre des traditions oubliées .

Kristjan Loftsson , le directeur de la société Hvalur , a été victime en 1986 d'un acte de vandalisme de la part de la secte écolo-terroriste  " Sea shephered " [ 2 ] qui a coulé deux de ses baleiniers dans le port de Reaykjavik .
Par défi aux partisans du moratoire , il les a renfloués et les expose sur les quais du port de Reaykjavik  traitant les Khmers-Verts de l'assocaition environnementaliste Anglo-Saxonne de " Pique-Assiettes " :
" Chaque fois qu'on en voit un quelque part , il est en train de quémander des subventions [ Alors que nous on travaille pour gagner notre vie - NDLR ] "
Lors du retour de la première campagne le 16 juin 2009 à Akranes - deux grands rorquals d'environ 35 tonnes chacun d'environ ,et de 20 m de long pêchés au large des côtes d'Hvalfjsrour -  , il a accordé une interview à l'AFP .
Comme il le souligne les aspirations identitaires du peuple Islandais [ en Février 2009 , 76% des Islandais ont approuvé la reprise de la chasse à la baleine - NDLR ] , s'opposent à l'agenda Européiste de la coalition Rouge-Verte .
Pour le moment Kristjan Loftsson est le seul patron a avoir repris la chasse à la baleine en Islande . La plupart de ses anciens confrères pêchent desormais la morue mais n'excluent pas de reprendre la chasse à la baleine si le marché s'y prête .


Islande: Kristjan Loftsson, chasseur de rorquals et anti-UE

REYKJAVIK - Kristjan Loftsson, patron de la compagnie baleinière islandaise Hvalur (baleine), pense que ses compatriotes refuseront l'adhésion de l'Islande à l'Union européenne car elle mettrait fin à la chasse à la baleine, une tradition ancestrale dans cette île de l'Atlantique nord.

Chasseur de baleines depuis l'âge de 13 ans, ce sexagénaire dirige la seule entreprise de l'île autorisée à chasser le rorqual avec ses deux navires-baleiniers, les Hvalur 8 et Hvalur 9, et ses quelque 150 employés.

Q: Le gouvernement islandais envisage d'adhérer à l'Union européenne. La poursuite de la chasse à la baleine est-elle dans ce cas menacée?

R: "Je ne serais pas surpris et il est même très vraisemblable que la chasse à la baleine soit stoppée. Mais je suis très sceptique sur la possibilité d'adhésion de l'Islande à l'UE dans un futur proche. Je pense que la nation islandaise est suffisamment informée pour dire non à l'Europe (un référendum est prévu à la fin du processus, ndlr). Non pas pour défendre les intérêts de la chasse à la baleine mais dans l'intérêt de toute l'industrie de la pêche".

Q: Le gouvernement islandais a considérablement augmenté cette année les quotas de prise de cétacés, passant de 9 à 150 rorquals. Qu'en faites vous et combien cela vous rapporte-t-il?

R: "La viande et une partie de la graisse de baleine sont congelées et exportées pour la consommation, par les Japonais surtout, via Asia Trading CO. Les os sont broyés pour faire des farines animales. Récemment, Greenpeace a dit avoir interviewé le directeur de cette compagnie qui aurait assuré que la consommation de baleine au Japon était en déclin. C'est faux, et c'est un montage. Chaque baleine assure un revenu qui dépend de sa taille et de son âge. Nous n'aurions pas cette activité sans profit à la clef. La chasse à la baleine est comme toute industrie: elle crée des emplois, apporte des revenus et des devises. Ce dont le pays a besoin maintenant".

Q: Ne craignez-vous pas une extinction des espèces de baleines menacées, dénoncée par de nombreux pays et ONG?

R: "Notre entreprise chasse les baleines depuis 1948 et les Islandais pensent que si les réserves le permettent, la chasse peut continuer. Il s'agit simplement d'une ressource naturelle que nous pouvons exploiter. Il y a près de 20.000 rorquals dans les mers d'Islande. Si l'on en chasse 150 dans l'année (le quota autorisé, ndlr) ça ne fera pas une grande différence. Nous pensons qu'en septembre nous l'aurons atteint."

Note du rédacteur :
La semaine dernière la dernière franchise Mac Donalds ( R ) a fermé ses portes à Reykjavik .[ 3 ]
Les Islandais seraient bien d'inspirés d'ouvrir une chaîne de restauration rapide servant de la viande de baleine .
Un excellent moyen de concilier " modernité " et " tradition" .

Liens :
[ 2 ] Hiroshi Hatanaka: Anti-whaling terrorists put lives at risk - Lettre ouverte de Hiroshi Hatanaka à Greenpeace du 27 décembre 2005 .

Articles associés :
[ 1 ]
L'Islande va poursuivre la chasse à la baleine .
[ 3 ] Neafst-food : La fin d'une épqoue en Islande .




Repost 0
Published by DanielB - dans Economie
commenter cet article

Liens