Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 00:10

Le Rafale pourrait perdre un de ses derniers soutiens de poids au sein du gouvernement Brésilien : Le Ministre de la Défense Nelson Jobim . Selon le journal A Folha , la présidente Dilma Rousseff aurait convoqué ce jeudi d'urgence à Brasilia le Ministre de la Défense pour lui signifier que si il ne renonce pas à son poste , elle serait obligé de demander sa démission . Nelson Jobim  a déféré à l'injonction présidentielle en annulant même une réunion prévue avec des militaires .

Dans une interviouve donnée la semaine dernière il avait révélè que lors des dernières élections présidentielles il avait voté pour le candidat José Serra au second tour . L'affaire commençait à se calmer lorsque dans une nouvelle interviouve Nelson Jobim a qualifié une des ministres du gouvernement de " un peu faiblarde " et a reproché à une autre de " à peine connaître Brasilia " .

Selon plusieurs sources le remplaçant de Nelson Jobim pourait être le vice-président d'origine Libano-Brésilienne Michel Temer issu lui aussi du PMDB . A cette occasion il pourrait cumuler les deux postes ce qui n'est pas une nouveauté au Brésil  . En 2004 , José Alencar Gomes da Silva , décédé le 29 mai 2011 , avait déja assumé les deux charges sous la présidence de Lula da Silva . Le PMDB de son côté  estime que le vice-président ne pourrait pas assumer les deux charges et pousse les sénateurs Eduardo Braga (PMDB-AM) et  Vital do Rego (PMDB-PB).

Selon le général ( CR ) Clovis Bandeira 1er vice-président du Clube Militar les déclarations du ministre Nelson Jobim relevraient du suicide politique . " Il a toujours été habile . Il n'a jamais cherché à créer des aspérités . Peut-être est-il en train de créer les conditions pour sortir du ministère ?  "  Interrogé sur la question de savoir si les militaires avaient des préférences , le général a répondu que ce n'était pas une question de personnes mais que les forces armées préférent désormais un militaire comme Ministre de la Défense : " A la Santé , le ministre est un médecin , aux transports c'est un ingénieur et à l'éducation un professeur . Ce que nous voulons à la défense , c'est un spécialiste de la question , un militaire " . Nelson Jobim critiquerait les interventions de la Présidente Dilma Rousseff dans les questions de défense .

Outre le dossier de l'achat d'un avion de combat , le futur ministre devra défendre face aux militaires le dossier de la Commission de la Vérité , sur les crimes commis par le régime militaire au pouvoir entre 1964 et 1985 .

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 15:06

Un retour sur la situation géopolitique et géostratégique de la Libye en 1959 aprés les premières découvertes pétrolières et avant l'indépendance de l'Algérie .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suite sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1959_num_24_6_2413

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 13:54
MOSCOU, 3 août - RIA Novosti

Andreï Kapitsa, qui a découvert le lac Vostok en Antarctique est décédé à Moscou à l'âge de 80 ans, a annoncé mercredi à RIA Novosti le frère du défunt, le célèbre physicien Sergueï Kapitsa.

Andreï Kapitsa a participé à quatre missions antarctiques soviétiques menées entre 1955 et 1964 et a été le chef de l'expédition de l'Académie des sciences d'URSS en Afrique de l'Est (1967-1969). Il fut le fondateur et premier directeur de l'Institut russe de géographie de l'océan Pacifique.

Savant de renom et professeur honoraire de l'Université de Moscou, M.Kapitsa est l'auteur d'une des plus importantes découvertes géographiques du XXème siècle - le lac Vostok en Antarctique, enfoui sous 4 kilomètres de glace.

 

Article associé : Antarctique - Russie : Course contre la montre pour atteindre le lac Vostok .

Andreï Kapitsa

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 02:19

De quelle manière les géopolitologues Allemands de 1937 voyaient-ils le monde ? Quelle était leur fameuse Weltanschauung sur la planéte ? La réponse se trouve peut-être dans le livre Welt in gärung - [ Le monde en fermentation ! ] - zeitberichte deutscher geopolitiker - publiè en 1937 aux éditions Breitkopf & Härtel - Leipzig .

Placé sous sous le trés haut patronage du Prof.Dr. Karl Haushofer et du Dr. Gustav Fochler- Hauke  ce livre de 235 pages agrémenté de nombreuses cartes et photographies regroupe 13 articles les plus divers traitant des " points chauds " de l'époque ,  Mediterranée , Proche-Orient et Asie du Sud -Est , de la question de la répartion des nationalités en Europe Centrale et Orientale , de la géopolitique des ressources , des Pan-idées , de l'influence [ bénefique ] Allemande dans le monde , des forces et des menaces du Bolchevisme , de la question raciale en Afrique et aux Etats-Unis , et at last [ c'est le dernier article ]but not the least de MM. Benito Mussolini , Francisco Franco et Adolf H .[ Nationalsozialismus , Faschismus und verwandte bewegungen in der Neu-ordnung welt ]

Le livre est d'autant plus accessible - aux germanisants même médiocres - que mis à part la part la page de garde il n'est pas imprimé dans cette terrible Fraktur qui rebute tant le lecteur lorsque l'on veut aboder un livre publié en Allemagne durant la première partie du XX éme siècle . On peut le trouver à des prix très abordables sur les sites de vente par correspondance malgrè son interdiction en 1945 par les  Alliès . Attention toutefois , certains d'entre-eux filtrent cette vente .

La première des choses qui surprend à sa lecture est la modernité non seulement des analyses , qu'est ce qu'un état Méditerranéen par exemple [ voir carte - illustration 1 - Toulouse serait elle Mediterranéenne ?  ]  , mais aussi des situations . On continue de protester au Caire et en Palestine mais pas pour les mêmes raisons ou presque pas pour les mêmes raisons : En 1936 c'était contre le colonisateur Britannique et contre le projet Sioniste en Palestine [ voir illustration 2 - 3  ] . En France , on continue de voir des personnes dormir sous des journaux et occuper des usines mais heureusement les Ligues ne défilent plus à Meaux ! L'Amérique du Sud est toujours sous la menace du Dollarkolonialismus Etasunien tandis que la question raciale - Rassenfrage - et la question ouvrière ne sont  pas réglées aux Etats-Unis et trois petits nègres souriant dans les rues de Harlem en 1936 n'ont pas réglé la question noire plus que l'élection de BHO . Des grêves continuent aux Etats-Unis face à la reduction des salaires et les atteintes  aux droits ouvriers . Le combat des employés de maison de Chicago qui protestent en 1936 contre une baisse de 20% de leurs salaires est toujours d'actualité ! [ Lien ] Bien entendu la question de la Géopolitique des ressources est largement abordée au travers d'un magnifique article de Rupert Von Schumacher : Der Kampf um die Rohstoffe - La lutte pour les matières premières . Tout est dans le titre !

Tout comme il y a trois quart de siècle [ Eh Oui ! ] le monde est toujours divisé entre les having-not et les beati possidentes  et mis à part l'Uranium , les terres rares et le Lithium la plupart des ressources pour lesquelles le monde de 1937 était prêt à se faire la guerre continuent d'être l'objet d'âpres luttes . Même le charbon et le coton n'ont pas tellement perdu de leur importance de 1937 puisque desormais l'on se bat entre Russes , Chinois et " Occidentaux " pour contrôler les réserves de charbon cokéfiable ou thermique de la Mongolie [ lien ] - [ Lien ] et que le coton demeure la principale fibre naturelle pour la fabrication des vêtements . [ Lien ] Tout comme en 1933 le Japon envahissait la Mandchourie pour y planter du soja - sur les berges du fleuve  Sungari - [ Illustration 8 ] afin de nourrir sa population , la Chine continue aujourd'hui d'envahir - beaucoup plus pacifiquement - l'Afrique et le Brésil pour y trouver des souces d'approvisionnement en y achetant ou louant des terres .[ article ]  

 En 1937 , Rupert Von Schumacher définit la répartition des principales matiéres premières entre les trois principaux " pôles de puissance " de l'époque , Etats-Unis , Reich Empire global Anglais et Union-Soviétique . [ Illustration 7 ] Lors de la Guerre Froide de telles statistiques étaient régulièremment publièes en différentiant les ressources accessibles au Monde Libre et celles accessibles à l'Empire du Mal l'URSS et ses alliès . Je me souviens avoir vu dans un livre d'Hist-Géo des années 70 de telles cartes alarmistes . Gageons que la plupart des services de renseignements , des instituts analytiques travaillent d'une certaine manière un peu comme travaillaient les fonctionnaires Allemands de l' Institut für Geopolitik   que Frank Capra décrit dans le premier de ses opus de " Pourquoi nous Combattons - Les Nazis attaquent " [ voir vidéo ] : Collecter des informations , classer , définir ce qui est à Nous et ce qui est à Eux [  Libye , Russie , Venezuela , Bolivie , Iran ,... ]  et comment faire pour ce qui est à Eux devienne à moindre coût - pour Nous -  à Nous sans que les Autres [ Brésil , Russie , Inde , Chine ] puissent y avoir accés  ! Quels coups fourrés monte-on , quelle tribu  Amérindienne de l' Altiplano Bolivien est-on en train de " travailler " pour qu'elle demande son autonomie vis à vis de La Paz  afin que le Lithium Bolivien alimente Nos fabriquants de batteries et Nos véhicules électriques et que les Brésiliens , les Russes , les Indiens et les Chinois  ne puissent que les acheter chez Nous et que Leurs projets de véhicules électriques ne sortent jamais de la planche à dessin ?[ Lien ]

Pour plus de détails le lecteur se reportera bien sûr à la Guerre secrête pour le pétrole et la Guerre secrête pour le coton  d'Anton Zischka . A peine peut-on écrire pour le pétrole ou le gaz que la question de l'oléoduc Mossoul-Haïfa a été remplacée par la question du Bakou -Tbilissi- Ceyhan ou du South-Stream ! [ Illustration 8 ]

  Enfin ce livre fourmille de merveilles . Je vous en cite une . Il s'agit bien sûr d'un article écrit par le Maître , le Prof.Dr. Karl Haushofer , sur la GP de l'Asie du Sud-Est : Oostasiatiches kräftspiel . Karl Haushofer nous annonce l'attaque de Pearl-Harbor - il faut bien sûr le décoder - et la bataille de Midway en plaçant l'archipel d' Hawaïi comme point de rencontre des lignes de forces géopolitiques de la région [ voir carte - Illustration 6 ] et la base de Pearl Harbor comme l'arbitre ultime  d'un conflit entre les EU et le Japon dans le Pacifique . C'étaient  les deux Flotten-Stützpunkten de l' US Navy dans le Pacifique  .

Oui, en lisant ce livre et en regardant les émeutes du Caire et de Palestine ou en regardant ces sacs de soja entreposés en Mandchourie , on constate que le monde de 2011 s'il est différent de celui de 1937 n'en présente pas moins certaines similarités ou constantes géopolitiques .Espérons seulement que notre monde en fermentation de 2011 n'explose pas deux années plus tard comme il le fit en 1937  et que c'est aussi un monde en espérance  ! Welt20001

Welt10001Welt30006

Welt30007

Welt30002

Welt30009

Welt30003

nullWelt30004

Welt30005

Welt30001

Welt30008

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 22:55
Plusieurs nouvelles positives concernant le développement de la Marine Russe sont tombées ces derniers jours et sans faire concurrence à des blogs qui traitent le dossier  - en profondeur oserais-je écrire-  il convient de les rappeler :
-          Lancement en 2012 d’un programme de destroyers à capacités océaniques à propulsion nucléaire dont l’entrée au service actif est prévue pour 2016 [ lien ]
-          Confirmation du planning du programme de submersibles de la classe Ekaterinburg [ Lien ] et du programme d’équipement de la Flotte de la Mer Noire .[ Lien ]  
Parmi celle-ci , une est passée inaperçue mais qui est d’une importance comparable aux autres . Les chantiers Yantar de Kaliningrad viennent de lancer le 29 juillet 2011 le navire d’assistance océanographique et d’appui SeligerProjet 11 982 .  Mis en chantier fin juillet 2009 , ce navire opéré par la Marine Russe est destiné à plusieurs missions dans des «  mers fermées  » - Mer Noire et Mer Baltique : Support logistique aux bathyscaphes Mir-1 et Mir-2 , au nouveau bathyscaphe Konsul [ voir photos ] qui vient de terminer ses essais dans l' Atlantique Nord et aux futurs ROV Russes , missions d’inspections et d’entretien des gazoducs et des pipelines immergés , poses de balises , recherches océanographiques sur le plateau continental , missions de recherche et de sauvetage en appui aux submersibles Russes , essais de matériels , sonars et appareils de géophysique civils et militaires   . C’est le premier navire de ce type mis en chantier depuis l’implosion de l’URSS et dont la Marine Russe manquait cruellement comme l’a démontré la tragédie du Koursk et l’accident de l’ AS-28 en aout 2005  . Dans le cadre de sa stratégie de contournement de l’Ukraine et de la Pologne par des gazoducs sous-marins à destination de l’Europe – projets Nord-Stream et South-Stream  - la Russie se devait de disposer d’une autonomie d’intervention sur ces projets infrastructurels et avoir une capacité à sécuriser ses infrastructures énergétiques immergées comme l’a mis en évidence le retour d’expérience des exercices Ladoga 2009 dont une partie a été consacrée à la défense du gazoduc Nord-Stream alors au début de ses travaux de pose . [ Lien ] . Ces navires ainsi que les batyscpahes dont ils seront dotés constituent une augmentation considérable des capacités de projection de la Marine Russe dans la 3éme dimension océnanique . D’une longueur de 59.7 m , d’une largeur de 10.8 m et déplaçant 1110 tonnes le navire conçu par le bureau d’études Almaz aura une autonomie de 1000 nm et une vitesse de 13 nœuds . Il sera manœuvré par un équipage de 16 personnes et pourra embarquer 9 chercheurs . Actuellement terminé à 70% ,  les essais en mer sont prévus  en octobre 2011 dans la Mer Baltique et le navire sera basé à Temryouk sur la péninsule de Taman sur la Mer d’Azov [ Mer Noire ] .Son entrée au service opérationnel est prévue pour la fin 2011 .
Selon le Vice-Amiral Alexei Burilichev responsable des projets en eau profonde au sein du Ministére de la Défense Russe qui assistait au lancement  un sister-ship du Seliger – destiné à la flotte de la Baltique - sera livré à la Marine Russe fin 2014 . «  Qu’on le veuille ou non mais dans les océans et les mers   il y aura toujours quelque chose à explorer et pour laquelle on luttera et que l’on cherchera à partager  . Nous devons avoir les moyens pour y  défendre nos positions . »
Обитаемый подводный аппарат "Консул"Обитаемый подводный аппарат "Консул"Обитаемый подводный аппарат "Консул"
Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 17:08

MOSCOU, 27 juillet - RIA Novosti

Le sous-marin nucléaire russe Ekaterinbourg de la flotte du Nord a effectué mercredi un tir de missile balistique intercontinental Sineva depuis la mer de Barents, a annoncé à Moscou le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"Le tir a été effectué par un sous-marin en plongée pour vérifier la fiabilité de la Marine stratégique russe. Les têtes du missiles ont atteint leurs cibles sur le polygone de Koura, au Kamtchatka, à l'heure prévue", a indiqué le colonel Konachenkov devant les journalistes.

Les tirs précédents de missiles Sineva se sont déroulés en avril et en mai derniers en mer de Barents. Les missiles tirés par le sous-marin nucléaire Ekaterinbourg avaient atteint leur cible au Kamtchatka.

Le missile à trois étages RSM-24 Sineva (Skiff SS-N-23, selon la classification de l'OTAN) a une portée de plus de 10.000 km. Long de 14,8 m avec un diamètre de 1,9 m, le missile peut emporter une charge de 2,8 t. Son poids au décollage est de 40,3 t. Le missile à combustible liquide peut être tiré d'une profondeur allant jusqu'à 55 m et porter quatre ou dix têtes nucléaires de 100 kt chacune.
Le missile équipe les forces armées russes depuis le 9 juillet 2007Missile balistique de stationnement naval Sineva R-29RMU2

Repost 0
Published by DanielB - dans SNLE et missiles
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 02:32

Au-delà de la peine et de la douleur , il convient de tirer dés à présent les leçons du terrible attentat politique qui vient d’être commis à Oslo et de la faillite patente des Services de Renseignements Norvégiens , des chefs politiques et militaires  à identifier une menace et à la neutraliser  .Les commentaires que l’on peut lire ça et là soulignent le caractère de «  surprise stratégique  »  que constitue  la découverte par la communauté du renseignement Norvégien  non seulement de l’existence d’un «  ennemi intérieur  »  mais aussi  sa capacité à mener une véritables opération de guerre attentatoire à la sécurité de l’état et celle  de ses chefs politiques . Contrairement à ce que laissent  apparaître les premiers éléments de l’enquête , il est en effet plus que probable que les tueries d’Oslo sont l’œuvre d’un groupuscule – et c’est donc une conspiration – que d’un loup solitaire et la menace existe donc toujours .Quelles sont donc les menaces – ou perçues telles -  qui apparaissaient sur les radars des service de sécurité , systèmes d’alerte avancé des décideurs Norvégiens , à la veille du 23 juillet 2011 ? Pour répondre à cette question il convient de consulter un document public – et donc décrivant de manière partielle la réalité des choses -  publié par les Services de sécurités intérieurs Norvégiens le 3 janvier 2011 :  Annual Threat assessment 2011  Il apparaît à sa lecture que si le radar des Sr Norvégiens a balayé la quasi totalité  du spectre des menaces , y compris l’espionnage industriel , il n’en a pas moins «  filtré  » certaines – l’ennemi intérieur et l’extrémisme politique , celui qui a frappé Oslo – pour privilégier la «  menace Islamiste » extérieure  lièe au «  terrorisme international  » . Et ce filtrage est bien le résultat de l’utilisation d’un prisme de fantasmes qui déforme la réalité . Ainsi lorsque la menace extrémiste intérieure est évoquée , c’est l’influence que pourraît exercer sur elle les  «  Oranges-Bruns » Russes [ voir article ] qui est mise en avant !

 

D’où provient une telle erreur ? Pourquoi ce prisme déformant ?

L’analyse des cablegates publiés par l’organisation Wikileaks nous apporte la réponse . Depuis l’attaque contre le WTC , la diplomatie Etasunienne n’ a cessé de presser les chefs politiques et militaires de toute la planète pour que ceux-ci adoptent l’agenda sécuritaire Etasunien et Israélien , que ce soit  au travers de la «  menace Islamiste » d’attentats terroristes ou de la «  menace nucléaire  » Iranienne voir d’ une «  menace Russe  » ou une «  menace Chinoise » . Au Brésil , la diplomatie Etasunienne fustige ainsi la «  paranoîa  » des chefs politiques et militaires  Brésiliens lorsqu’ils se préoccupent de l’intégrité territoriale du Brésil en Amazonie face à une invasion étrangère par «  une puissance de l’hémisphère Nord agissant seule ou dans le cadre d’une Alliance » et les pressent de s’occuper des organisations caritatives Chiites à Foz do Iguaçu ou de la « communauté arabe » de Sao-Paulo  . En Norvège , ces diplomates s’offusquent que le gouvernement de Jens Stoltenberg s’oppose au déploiement d’éléments , radars et/ou intercepteurs , du bouclier anti-missiles sur son territoire et mène une politique indépendante tant que faire se peut face à la Russie et au Proche-Orient . Ils cherchent à maintenir au sein des services de renseignements Norvégiens une mentalité de Guerre Froide en se réjouissant de l’existence d’une «  expertise sur la Russie » , cad de l’existence de réseaux d’espionnage , et encouragent les chefs politiques Norvégiens à la développer [ au détriment bien sûr d’autres domaines du renseignement ] .

 En France , Xavier Raufer soulignait que la quasi-totalité de nos capacités de renseignement ont été phagocytées et mises au service de la «  lutte contre le terrorisme international  » [ Islamiste ]  , délaissant des pans entiers de notre territoire national qui deviennent petit à petit des terrae incognitae sur le plan sécuritaire . Pendant que nos agents de renseignement crapahutent – accompagnés par les ptit’s gars du COS - dans le djebel Sahélien à la poursuite de l’AQMI , nos banlieues et désormais  nos campagnes sont livrées aux bandes armées et aux trafics et l’on s’étonne de voir un jour des hordes de «  sauvageons  » déferler dans le métro Parisien pour y régler leurs comptes à coups de couteaux et de battes , des cités et des villages échapper au contrôle des autorités , de voir des attaques de transports de fonds et des règlements de compte se dérouler avec des armes de guerre , le trafic de stupéfiants exploser  .Qui a observé  ces bandes se constituer , grandir , s’armer ? Personne ! Nos satellites militaires surveillaient la Crimée sur l’injonction de M. Kouchner pour y détecter une «  invasion Russe  » tandis que les services de sécurité intérieurs filaient la moindre barbe ou djellaba d’un imam autant excité qu’inoffensif quand ils ne traquaient pas la burqua ! Qui surveillait la montée en puissance des trafics d’armes et de drogue dans nos banlieues , la militarisation des gangs ? Personne ! Pire qu’en mai 1940 ou nous n’avons pas su prévoir ou l’ennemi allait frapper , nous sommes désormais incapables d’identifier cet ennemi et à fortiori de le «  traiter  » !

Pis ! En embrigadant la planète dans leur « Croisade contre le terrorisme [ Islamiste ] » , les  Etats-Unis et Israël ont créé des menaces réelles pour de nombreux peuples alors qu’elles n’existaient pas auparavant . C’est bien par ce que nous sommes intervenus en Afghanistan que ce «  terrorisme Islamiste » nous menace . Mais peut-on reprocher aux Afghans – ou aux Libyens – de vouloir porter la guerre sur notre territoire et au sein de nos populations  alors que nos militaires volens nolens massacrent – les dommages collatéraux - des civils innocents dans ces pays ?  C’est par ce que la Norvège fait partie de cette « coalition  contre le terrorisme »  qu’elle s’est crue menacée – peut être à juste titre – par la menace terroriste «  Islamiste » et qu’elle n’ pas consacrée toute l’attention et les moyens nécessaires à la menace extrémiste intérieure . Entre 1946 et 1954 la France a mené en Indochine une guerre au nom de «  La défense du monde libre  »  - ou pour reprendre la tirade de Marius Moutet «  Empêcher les hordes rouges venues des steppes de l’Asie Centrale de déferler sur les rivages de la Mer de Chine  » - alors qu’un accord de paix était possible en 1946 et 1947 avec un Vietminh qui  n’avait encore qu’un agenda de libération nationale et sociale . Cette guerre nous a couté des milliards alors que l’on mourrait de froid en France faute de logements et a handicapé la reprise économique de notre pays après la guerre  !  De la même manière nous menons aujourd’hui une guerre en Libye contre un des derniers remparts face au sectarisme tribal et Islamiste  en prenant nos ordres de marche et nos plans de vol à Londres ou Tel-Aviv pour en fin de compte faire déferler sur les rives de la Méditerranée une menace terroriste et sectaire pour l’instant circonscrite au Sahara-Sahel ! Il est donc plus que temps de rapatrier nos soldats d’Afghanistan , non pas en 2014 mais au travers d’un pont-aérien et d’un désengagement immédiat des régions ou ils sont déployés quitte à laisser le matériel sur place après l’avoir rendu inutilisable . Il faut cesser sur le champ notre guerre contre la Libye du colonel Kadhafi qui était notre première digue contre une immigration-tsunami – une véritable menace pour la stabilité intérieure de nos sociétés - et cesser toute ingérence vis-à-vis de  la Syrie laïque de Bachar El Assad .

 

En présentant ses condoléances au peuple Norvégien , BHO a cru bon de manière impudique d’appeler les autorités Norvégiennes à plus de «  coopération  dans le domaine du renseignement »  . Une fois de plus la consultation des cablegates nous indique la réalité de cette novlangue .

«  coopération dans le domaine du renseignement » ne signifie ni plus ni moins que le formatage des services de renseignements et des forces armées d’un état à l’agenda sécuritaire Etasunien et Israélien. C’est le contrôle des  méthodes de travail , de la la budgétisation et même des matériels . .L’ensemble étant présenté sous les doux noms d’ «  interopérabilité  » et d’ «  effort commun  » . En agitant le spectre de menaces fantômes ou de menaces que nous aurions pu ne pas créer , la diplomatie Etasunienne – agissant parfois comme fondé de pouvoir de la diplomatie Israélienne – cherche à mettre toutes nos forces de sécurité , civiles et militaires , sous la dépendance du complexe militaro-industriel Etasunien et Israelien . Arguant de l’instantanéité de ces – prétendues – menaces cette diplomatie  oblige nos chefs politiques et militaires à s’équiper de drones et de systèmes de biométrie Israéliens , d’équipements de sécurité aéroportuaires Etasuniens … En cédant à ces demandes pressantes  nos chefs politiques ont même renoncé à minima de financer des programmes nationaux  ou Européens dans ce qui devient de plus en plus  des technologies de souveraineté et mettant ainsi en péril la viabilité et la pérennité de nos entreprises du secteur de la sécurité et de la défense . Ceci sans compter l’atteinte à la souveraineté nationale , à la sécurité nationale et à liberté que constitue la transmission de données confidentielles , dont les données biométriques et bancaires , de millions de personnes à des états étrangers .

 La première des conclusions à tirer des terribles événements d’ Oslo est donc que l’agenda sécuritaire Etasunien ou la sacro-sainte «  sécurité d’Israël  » © n’ont ABSOLUMENT RIEN  à voir avec NOTRE sécurité ou alors de manière très marginale , à moins que nous considérions que NOS intérêts économiques , politiques , géopolitiques et géostratégiques soient identiques à ceux des Etats-Unis  ou d’ Israël ? De la même manière les guerres Américaines et les guerres Israéliennes ne sont en aucune manière NOS guerres et nous ne faisons qu’augmenter – pour «  pas un rond  » en m’excusant pour cet écart de langage – notre vulnérabilité en nous y associant .

A l’aune de cette constatation il convient de reprogrammer immédiatement ce radar qui est constitué par nos services de renseignements afin qu’il ne se contente pas de se focaliser sur ces prétendues menaces mais qu’il soit capable de balayer l’ensemble du spectre des  menaces aussi bien intérieures qu’extérieures qui peuvent se présenter , qu’il n’en filtre aucune et n’attribue pas d’importance exagérée à d’autres !

Cela passe aussi par la redéfinition et le reformatage des missions et des matériels de nos forces de sécurité civiles et militaires , non pas à l’aune de menaces agitées devant nos yeux par les Etats-Unis ou Israel mais à l’aune de menaces intérieures ou extérieures qui peuvent nuire à NOS intérêts économiques , politiques , géopolitiques et géostratégiques ou à ceux de nos voisins Européens et alliès à travers le monde pour peu qu’ils adoptent un même point de vue sur la question de la sécurité .  C’est ainsi que ce que l’on regroupe sous le vocable de «  moyens de projection » ne doit pas être formaté à l’aune d’interventions multinationales – principalement sous la bannière sanglante de l’OTAN – ou de guerres néo-coloniales mais à l’aune de la défense de nos lignes de communications commerciales , d’approvisionnement et de nos possessions d’outre-mer avec leur potentielles richesses du plateau continental .  Il convient ici de dénoncer avec la plus grande virulence les discours de personnes comme M. Jean-Sylvestre Montgrenier de l’Institut Thomas-More qui , citant l’exemple des Croisades ou de …la guerre de Crimée , présente la France comme étant dépositaire d’une «  Destinée Manifeste  »  historique à intervenir à tout bout de champ «  au-delà de l’horizon ».C’est ce type de discours qui amène la menace – réelle – sur notre territoire au-delà de son relent impérialiste nauséabond  !

Sur le plan de la sécurité intérieure cela nécessite une dotation accrue des services de renseignement et de sécurité en personnels ayant pour mission la collecte du renseignement et la répression du phénomène des «  bandes  » et des gangs de plus en plus violents qui opèrent dans le trafic des stupéfiants . Cela passe par une véritable prise en compte de la menace que constituent les groupuscules extrémistes de « droite » comme de « gauche » . Cette menace étant d’autant plus dangereuse  lorsque ces groupuscules font référence dans leurs paradigmes et discours  à des symboliques ésotériques médiévales ou  Templiéristes : Le «  manifeste  » du «  tueur d’Oslo » présente ainsi en son sein de nombreuses références iconographiques et une vulgate développée en son temps par l’Ordre du Temple Solaire de sinistre mémoire ou par Unabomber   . Mais si nos «  services  » ne cessent de recruter des  arabisants  , des locuteurs du Farsi ou du Pachtoune pour faire face à la – prétendue - «  menace Islamiste  » ou «  menace Iranienne »  , de combien disposent ils de spécialistes dans le domaine des phénomènes sectaro-politiques  , ésotériques , de l’ «  underground » de nos banlieues ou tout simplement de psychologues et de criminalistes  !

 

L’autre élément intéressant fourni par les cablegates en provenance d’Oslo est l’existence reconnue par les diplomates  Etasuniens d’ «  élèments » aux niveaux intermédiaires et subalternes des forces de sécurité civiles et militaires Norvégiennes , de la classe politique Norvégienne ( opposition conservatrice ) et des centres analytiques qui sont prêts à s’aligner sur l’agenda sécuritaire Etasunien . On peut désormais légitimement se poser la question si de tels éléments au sein des services de renseignement Norvégiens n’ont pas biaisé – volontairement ou involontairement - la perception du paysage sécuritaire Norvégien et  tromper ainsi les chefs politiques  sur la nature réelle de la menace ? Le rapport Norvègien Annual Threat assessment 2011 évoque bien que «  les services de renseignements de certains états sont actifs en Norvège …et  cherchent à influencer les décisions des autorités Norvégiennes »  mais cette phrase sibylline désigne elle les Etats-Unis ou Israël ? C’est fort peu probable et gageons que c’est  la Russie ou la Chine qui font partie entre-autre des «  usual suspects » ! En octobre 2010  la chaîne de télèvision Norvégienne NR2 présentait toutefois un programme ou elle dévoilait l'existence  au sein de la police Norvégienne d' Insiders agissant en tant qu'agents de renseignement et d'influence pour le compte du renseignement Etasunien [ Lien ] .

 

 Des cablegates en provenance de l’ambassade de Paris – j’invite le lecteur à s’y reporter , des noms y figurent - montrent que des personnes au sein de notre appareil judiciaire ( juridiction antiterroriste ) , de notre police et de notre classe politique semblent avoir la même prévenance , je n’ose écrire complaisance , pour le discours sécuritaire en provenance de Washington (et de Tel-Aviv comme on pu le voir récemment à l’aéroport de Paris ) . Il n’est pas tabou de penser à «  nettoyer les écuries d’Augias » en envisageant des mutations , des mises à la retraite anticipée et même des mises à pied et des procédures judicaires afin que les services de renseignement , nos services de sécurité , notre hiérarchie militaire et notre appareil judiciaire défende NOS intérêts vitaux et non pas ceux de Washington ou Tel-Aviv . Combien y a t’il  de « capitaines Stehlin  » , «  commandants Stehlin » , «  colonels Stehlin  » , «  généraux Stehlin  » , de «  commissaires Stehlin » de «  contrôleurs généraux Stehlin  » et de «  juges Stehlin »  en France ?

Il convient en tout cas dés à présent de lancer une enquête sur la présence d'agents travaillant pour le compte du renseignement Etasunien au sein de la Police Nationale et d'évaluer l'intensité avec laquelle ils auraient pu influencer notre sécurité intérieure .  

 

 Cette «  grande lessive » , n’ayons pas peur aussi de l’appeler «  chasse aux sorcières » , doit aussi concerner les centres analytiques dans la mesure ou ils bénéficient d’un financement public ainsi que l’audiovisuel public . Il est en effet intolérable que sous couvert d’ « analyses » , ces nouveaux faiseurs d’opinions que sont les «  experts  » ne cessent de nous abreuver avec la propagande de la Jamestown Foundation , de l’ Heritage ou du CFR avec l’objectif évident de nous enrôler dans de nouvelles guerres pour le bénéfice du locataire de la case Blanche ou de la Knesset  . Propagande recopiée parfois servilement à la virgule prés et relayée par ces nouveaux perroquets savants que sont les journalistes . La sécurité c’est aussi l’affaire de  tous et il est à ce titre indispensable que tout un chacun  , au delà de nos chefs politiques et militaires , soit informé de manière impartiale  des véritables menaces qui pourraient se présenter devant nous !

 

 

Document :

http://www.pst.politiet.no/Filer/utgivelser/trusselvurderinger20engelsk/Unclassified_threat_assessment_2011.pdf

 

 

 

    Russia, NATO end talks on sectoral missile defense

 

 

 

Repost 0
Published by DanielB - dans Defense
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 00:53

Tant le modus operandi que les cibles et le timing laissent penser que l'attentat commis hier à Oslo ne relève pas de l'attentat terroriste [ Islamiste ] sui generis mais bien de l'attentat politique et même de l'assassinat politique - de tentative - avec pour cibles le Premier Ministre Jens Stoltenberg et le Parti Travailliste -Arbeiderpartiet  . Cet attentat a été commis  avec la volonté évidente de minimiser les dégats collatéraux à ces deux cibles , en particulier en choisissant une période de la semaine ou l'espace urbain autour des bâtiments gouvernementaux était quasi-désert tandis que la fusillade sur l'île d' Utøya  ne pouvait que frapper des militants du Parti Travailliste ou des sympathisants puisque celle-ci est la propriété d'une assocaition de jeunes travailleurs lièe au Parti Travailliste  . On est en effet bien loin de la stratégie du " terrorisme international " [ Islamiste ] qui vise à frapper de manière anonyme les foules afin que celles-ci se retournent contre leurs chefs politiques .  Les moyens déployés lors de cet attentat politique , la simultanéité des attaques montrent que qu'il n' a pas pu être commis par un groupe inexpérimenté - et à fortirio par un marginal ou un loup solitaire - mais par des personnes au fait des techniques des explosifs et des actions de commandos . Ces attentats ont béneficié d'une sérieuse préparation tant sur le plan du renseignement -  Jens Stoltenbeg se trouvait bien a proximité de l'explosion et son bureau a été détruit -  que de la logistique .

En partant de l'hypothèse de l'attentat politique dans un état Scandinave , on pense immédiatement à celui qui a visé Olof Palme le 18 février 1986 . À la fois pragmatique et homme de conviction ,Olof Palme mena une politique internationale courageuse pour certains ,risquée pour d'autres [ notamment contre la guerre du Viet-Nam , l'apartheid et la prolifération  des armes nucléaires ] . Il provoqua la rupture des relations diplomatiques entre la Suède et les États-Unis pour avoir participé personnellement, en tant que ministre, à une manifestation d'opposants à la guerre du Viêt-Nam. Durant la crise des missiles , il prit fermement position contre le déploiement des missiles Pershing  américains en Europe, ce qui le rapprochait de l'URSS .

 Or si l'on prend tant les prises de position en matière de politique internationale que les personnalités , Olof Palme et Jens Stoltenberg , le Parti Travailliste et le Parti Social Démocrate présentent des similarités beaucoup plus grandes qu'il n' y paraît . Bien sûr , la principale différence entre la Norvège et la Suède est que la première est un des piliers de l'OTAN tandis que la seconde ne fait pas partie de l' Alliance .Mais une politique étrangère pro-active et indépendante sur plusieurs dossiers semble avoir provoqué des irritations du côté de la diplomatie Etasunienne et Atlantiste .

Cette grille permet non pas de désigner les coupables ou les commanditaires mais permet de s'affranchir de la traditionelle " analyse " - Norvége - Islam - Afghanistan - Libye aussitôt mise en avant par les " experts " aprés l'annonce de l'attentat . J'ai donc choisi la grille Norvège - Russie - Defense anti missile - OTAN et j'ai utilisé les cablegates en provenance de l'ambassade d' Oslo .

1- Il est reproché à Jens Stoltenberg , au Parti Travailliste et à la MD Anne-Grete Strom-Erichsen de s'opposer au projet de bouclier anti-missiles tout comme Olof Palme s'était opposé au déploiement des missiles Pershing .

ID
08OSLO72
SUBJECT
NORWAY STANDING ALONE AGAINST MISSILE DEFENSE
DATE

2008-02-12 09:02:001. (C)

Summary: Norway remains opposed to U.S. plans for missile defenses and was the only NATO ally to publicly express skepticism over these plans during the recent Defense Ministerial in Vilnius. Defense Minister Anne-Grete Strom-Erichsen told the media that Norway doubts the need for missile defense and believes it could lead to an arms race. Responding to Ambassador Whitneys observation that it is unusual for Norway to block consensus in NATO, Strom-Erichsen stated that the GON has not yet decided on its approach to this issue (including whether to use its veto) at the Foreign Ministerial or the NATO summit in Bucharest. In a February 11 meeting with Ambassador Whitney, MFA State Secretary Raymond Johansen said that the GON is constrained on this issue but wants to frame the issue in such a way that they can keep from having to block it in NATO. The USG should point out that GON persistant and public support for Russias line on missile defense is troubling even if Norway eventually allows U.S. and NATO goals. End Summary

Alone in NATO: Public Opposition to Missile Defense
--------------------------------------------- ---------------

¶2. (SBU) The Norwegian Defense Minister, Anne-Grete Strom-Erichsen, was the only Defense Minister to publicly oppose the U.S. plans for missile defenses against long-range missiles during the Vilnius Defense Ministerial. Repeating oft stated doubts over the threat and claiming that this system would create an arms race, Strom-Erichsen appeared surprised that the GON was alone in this public skepticism.

¶3. (SBU) Missile defense has been a hot issue for the GON, primarily because of the Socialist Lefts (SV) presence in the governing coalition. SV succeeded in inserting a commitment to oppose missile defense plans in the coalitions government platform (the Soria Moria document). Reluctant to break this commitment (and risk splitting the coalition) and generally skeptical of U.S. policies and goals (reftel A), the GON has been vocally opposed to missile defense plans, despite strong USG efforts to present information on the threat and the system, including visits by Ambassador Nuland, General Obering, journalist tours, and extensive outreach by Ambassador Whitney and other embassy officials

¶8. (C) Ref A noted the need to counter negative trends in bilateral relations. Missile defense is a good place for us to continue to stress the potential cost of Norways policies. Even if Norway eventually accomodates U.S. and NATO priorities on missile defense, the long, public campaign parroting Russias arguments has been damaging, something increasingly noted in Norway and the U.S

2 - Il est reproché à Jens Stoltenberg de favoriser une politique de rapprochement avec la Russie qui prend trop en compte les interets Norvégiens face à ceux de l' Alliance . De la même manière on avait reproché à Olof Palme sa proximité avec l' URSS .

ID
07OSLO658
SUBJECT
PM STOLTENBERG´S RUSSIA TRIP: GRADUAL GAINS IN THE
DATE

2007-06-18 11:39:001.

(SBU) Prime Minister Jens STOLTENBERG,s June 7-10 visit to Russia produced progress on Norwegian priorities in the Barents region. Despite some controversial statements on missile defense and some public criticism of Russia,s human rights record, STOLTENBERG,s visit was primarily characterized by some successes for Norway,s High North priorities, including resolution of a small part of Norway,s disputed sea-border with Russia and new Russian commitments on safety and economic development of the Barents Sea region. This result will likely encourage the government to continue Norway,s enthusiastically positive approach to Russia, downplaying tensions over security matters within NATO and other negative aspects.4. (C) Perhaps the most controversy of the visit was generated by a quote on missile defense STOLTENBERG made while in Murmansk. STOLTENBERG called on the U.S. and Russia to discuss missile defense, and said it was important for both sides to reduce harsh rhetoric and to avoid a new arms race. He continued to say that Norway has all along been skeptical of missile defense plans and would not allow missile defenses in Norway. Russian suspicions of the Vardoe radar site in northern Norway and false complaints about its supposed use in U.S. missile defense plans were a staple of past meetings of Norwegian and Russian leaders and continue to be a sub theme of Russian complaints about U.S. missile defense plans at NATO. However, during this visit the radar was not directly raised by either side.

And Gets Criticized
------------------

¶5. (U) Norwegian media reaction to STOLTENBERG,s statement was critical, with editorials in Norway,s largest paper castigating STOLTENBERG for expressing his criticism of U.S. missile defense plans while in Russia, while not even mentioning Putin,s strong threats against NATO. The paper stated that the PM,s criticism of the U.S. on such a sensitive issue, without any balancing criticism of Russia, creates an impression of Norwegian servility towards Russia and shows that Norway is intimidated. The paper called for the PM to speak out against Putin,s harsh rhetoric, and make clear that Russia does not have veto power over missile defense plans in NATO countries. The editorial also stated that U.S. plans are no threat to Russia and that if the PM needs to criticize missile defense because of internal governmental reasons he should do so in another place than Russia. The Prime Minister,s office and the MFA have claimed that the PM,s comments reported in international media were taken out of context and that he intended to promote dialogue and make clear that Norway would not be used for any missile defense systems. See ref a for more the GON approach to Missile Defense.

Likely Results: Confirmation of Norways Current Russia Policy --------------------------------------------- -------------

¶6. (C) In a summary to the press before he returned to Norway, STOLTENBERG highlighted his satisfaction with reaching an agreement over the border in Varangerfjord. He also called for more frequent contacts with Russian leadership and invited President Putin to Norway. The border agreement, Statoil,s meeting with Putin and the positive developments on nuclear safety in the Barents were all key successes for Norway,s High North priorities. These successful results will likely encourage the GON,s natural inclination to avoid criticism of Russia and to stress their interest in co-operative projects in the North. This does not mean that the GON is unaware or unconcerned about the developments in Russia. We hear frequent private expressions of concern from lower-level members of the Defense Department and the Ministry of Foreign Affairs over Russia,s new aggressiveness and Russia is a topic which will continue to generate media and public interest. However, the GON appears determined to continue its course of downplaying disagreements in order to focus on its goal of close cooperation with Russia in the Barents region and make progress in its high priority High North policy. Elite opinion, including in the MFA, also includes sympathy for the worn argument that Russian misdeeds are often reactions to mistakes by the west, and in particular the U.S. Whitney.                  

ID
09OSLO399
SUBJECT
 
DATE
2009-06-18 07:44:00

                    RUSSIA: Public Positivism and a Focus on the Bilateral --------------------------------------------- ---------

¶3. (C) The GONs official RUSSIA policy has been characterized by a consistent stress on the positive and a reluctance to publicly criticize RUSSIA actions (the Georgia war was one exception but the GON shows little public solidarity when RUSSIA pressures the Baltics, Poland or other allies). Norway has chosen to prioritize the bilateral aspects of its relations to RUSSIA, working to achieve greater cooperation in the Barents, defending its interests in a quiet manner and stressing the benefits of greater RUSSIAn integration into the European economic and political regimes. The GON works to maintain steady and positive contacts with RUSSIA as evidenced by the recent meetings of PM STOLTENBERG with President Medvedev and PM Putin, FM Stoeres meetings with FM Lavrov and other meetings between Ministers of Energy and Industry. (Reftel A and D)

¶4. (C) As a member of the wider European community, Norway has been much more passive, at times criticizing RUSSIAn actions, but primarily arguing for dialogue and inclusion. Norways focus on the bilateral relationship has resulted in cooperative and well-functioning relationships in environmental cleanup, nuclear safety, fisheries management and people-to-people exchanges. It also has led to a greater potential for cooperation in the development of energy resources in the Barents (StatoilHydros share of the Shtockman Development Company is the prime example).

¶5. (C) These achievements impact the wider relationship as the GON does not want to throw away the hard earned progress in bilateral relations (or damage the potential future cooperation on energy development or agreement on a maritime border) for events elsewhere. GON priorities were illustrated by a recent meeting between the Deputy Foreign Minister and a high-ranking USG official. When speaking about RUSSIA the Deputy Minister choose to focus on a recently concluded fishing agreement with RUSSIA, ignoring any other wider concerns.Comment -------

¶13. (C) Norway has succeeded in creating a low tension relationship with RUSSIA with real and functioning cooperative agreements in the Barents. This is positive but it is unclear that this is a result of GON policy or simply of RUSSIAn disinterest. Some are wondering if this is worth the price of GON reluctance to show solidarity when RUSSIA pushes allies or other states. Despite GON claims that other nations should follow their lead, it appears to us that Norways relationship is unique and a model RUSSIA might favor, but not other allies.

¶14. (C) Norways underlying concerns over RUSSIA will however continue to be an important piece of the continued close U.S.-Norway bilateral relationship. Close intelligence and military connections have continued despite the end of the cold war, and Norway had maintained its RUSSIAn expertise when others scaled back. Norways desire for increased attention to the High North is a healthy impulse and one which should compliment increasing U.S. interest in the Arctic. Norway has expressed a desire to re-start the dormant U.S.-Norway High North talks and discussing ways to combine our RUSSIAn expertise may be a topic of mutual interest for this initiative. Norway strongly supports U.S. determination to increase engagement with RUSSIA and "reset" the relationship. We should ask Norway to also support the firm U.S. and NATO positions on RUSSIA when necessary, rather than relying on others to do so

 

3 - Cette politique indépendante , le gouvernement Norvégien l' a aussi developpé au Proche-Orient en s'opposant à la politique belliciste de l'Entité Sioniste aka " Israël "  . De la même manière que les  brutales attaques contre le Liban et Gazza ont contribué à la détestation du Sionisme en Norvège , les massacres de Sabra et Chatila ont provoqué la detestation de ce Sionisme dans la Suède d' Olof Palme .  

                     

En 2006, une crise diplomatique a éclaté entre les deux pays suite aux propos tenus par l'ambassadrice d'Israël.

En juin 2010, la Norvège a exigé une enquête internationale sur l'abordage par Israël de la flotille turque.


En aout 2010, la Norvège se désengage de deux investissements israéliens jugeant ces sociétés moralement condamnables.


En octobre 2010, la Norvège a interdit des exercices de submersibles  israéliens, construits en Allemagne, dans ses eaux territoriales . Jonas Gahr Stoere, le ministre des Affaires étrangères norvégien, a déclaré, pour l'occasion, que la Norvège n'exportait pas de «matériel ou de services dans le domaine de la défense vers des pays où la guerre menace».

 

En 2007 la Norvége a reconnu le Hamas

Le Gouvernement Norvégien vient de se pronnoncer en faveur de l'admission de la Palestine à l' ONU .

ID
09OSLO739
SUBJECT
SCENESETTER FOR YOUR VISIT TO OSLO
DATE
2009-11-30 15:25:00

Mid-East Peace Process
----------------------

¶9. (S) During the Oslo Peace Process of the 1990s, NORWAY
hosted Israeli-Palestinian peace talks, and the Nobel
Committee awarded the Nobel Peace Prize in 1994 to Yasser
Arafat, Shimon Peres, and Yitzhak Rabin. Tragically, Rabin
was assassinated a year later by a figure opposed to his
peace overtures. Subsequently, NORWAY has played a
diminishing, often independent, and sometimes unhelpful role
in the Middle East. NORWAY strongly believes it should
engage everyone, including HAMAS, which it has not designated
as a terrorist organization, unlike the United States and the
European Union. In a break with the international Quartet,
NORWAY recognized the HAMAS-Fatah Unity Government in 2007.
NORWAY more helpfully serves as a highly effective Co-Chair
of the Ad-Hoc Liaison Committee (AHLC), the main
international donor group for coordinating economic
assistance to the Palestinian Authority, and works to keep
AHLC activities in concert with the political track of
negotiations led by the U.S. NORWAY's relations with Israel
have been strained in recent years due to its contact with
HAMAS, Norwegian disapproval of Israeli actions during the
fighting in Gaza last winter, and periodic, privately-led
boycott campaigns against Israeli businesses and
universities. The Norwegian Government fully supports your
intensive efforts to restart direct Israeli-Palestinian
negotiations. Norwegian and Israeli officials told us this
fall that NORWAY has now initiated steps to improve the
bilateral relationship with Israel, including through
scientific or other exchanges and other activities. In early
November, the government publicly condemned a private effort
at a university in Trondheim to boycott Israeli academics,
defining the effort as contrary to academic freedom. The
university's board ultimately unanimously rejected the
boycott proposal a few days later on November 12.

 

 4- Il est reproché à Jens Stoltenberg d'avoir fait une alliance avec un parti " Anti-OTAN " , la Gauche  Socialiste ( SV )  .      

ID
07OSLO1161
SUBJECT
NORWAY'S DEFENSE POLICY AT A CROSSROADS: CLARITY
DATE
2007-12-18 13:17:00

 

What? Soldiers Actually Shoot?
--------------------------------
¶2. (SBU) Background to this debate includes a government
which rhetorically affirms NATO as NORWAY,s primary security
provider but which is at heart skeptical of the use of
military power in all but the most benign ways, tempted by
the idea of closer Nordic defense cooperation and includes an
ANTI-NATO party, the Socialist Left (SV) as a member of the
governing coalition. The vigorous internal governmental
debate over NORWAY,s contributions to ISAF, as well as
repeated public negative comments concerning NATO and U.S.
missile defense plans are illustrative of the general impulse
of this government (see reftels for details).     

 Conclusion: Looking for Security and Ideological Comfort
---------------------------------------
¶15. (C) Comment: FM Stoere realizes the need for continued
close security ties to NATO and the U.S. but at the same time
is uncomfortable with the direction of U.S. and NATO security
policy. His evolving public comments indicate the GON is not
looking to replace NATO but seeks additional partners in
security which are a better ideological match with the GON
and can balance the U.S. heavy NATO alliance. One example is
NORWAY's increased defense ties with the EU and its
participation in the EU Nordic Battle Group, despite being a
non-EU member. Cooperation with Sweden and Finland offers
both the possibility of savings on equipment purchases and
the chance to work with likeminded nations who prioritize UN
involvement, favor peacekeeping over peacemaking and who are
concerned about Russia. Stoere's coalition partners from SV,
of course, are unabashedly ANTI-NATO and anti-defense.

Implications for U.S. Policy
------------------------
¶16. (C) The decisions made by the GON on the Defense
Studies, recommendations on funding, the purchase of new
aircraft and on its relations to its neighbors will have a
significant impact on NORWAY,s ability and desire to meet
NATO commitments and spark a reassessment of NORWAY's defense
policies. We expect NORWAY's move toward Nordic cooperation
and preference for UN mandated peacekeeping missions to
remain, even if the current government does not win the 2009
election. This tend combined with a general antipathy to
missile defense, efforts to ban cluster munitions, focus on
disarmament instead of non-proliferation and reluctance to
use its vast energy wealth to fund defense spending open
questions regarding NORWAY's commitment to be a serious and
dependable ally. Thus, despite continued close and
productive military to military relations, the GON,s actions
and long-term trends bear watching in NATO and bilaterally.
In this atmosphere it is more vital than ever that we speak
and act clearly and at senior levels when NORWAY is an
outlier on key issues. Eager to act more independently but
loathe to be seen as weakening trans-Atlantic ties, the GON
will listen and respond when confronted. Assuming generally
common interests and policies, however, would be a mistake.
This is not the NORWAY many remember, and failing to make  

 

 

 

4- rechercherchait- on un successeur à Jens Stoltenberg au sein du Parti Travailliste ? Un Carl Bildt Norvégien ?    

ID
08OSLO406
SUBJECT
NORWAY'S DEPUTY MINISTER OF DEFENSE, ESPEN BARTH EIDE, POWER IN NORWAY'S MOD AND RISING STAR IN THE LABOR PARTY
DATE
2008-07-21 09:09:00

 

 1. (C) Summary. Ministry of Defense State Secretary, Espen Barth Eide is one of the more powerful politicians in the current GON despite his deputy minister portfolio. His ties to the Ministry of Foreign Affairs, think tanks, NGOs and the UN as well as his influential current position likely will result in either a ministerial position in a future Labor government or a high ranking UN or EU position. Barth Eide is particularly interested in UN peacekeeping operations and may be interested in a future UN position. End Summary.

--Power Behind the Throne--

¶2. (C) Ideologically on the more conservative side of the Labor Party, Barth Eide is one of the most experienced and influential government figures. After the 2005 national election many observers thought that PM Jens STOLTENBERG meant to appoint Barth Eide as a State Secretary in the MFA, but after being forced to appoint a weak defense minister, STOLTENBERG moved Barth Eide to the MOD. Barth Eide is regarded as the force which steers the defense ministry and is an eloquent and knowledgeable speaker and writer on defense and security matters. He is often quoted in the press, more so than the Defense Minister, Anne-Grete Strom-Erichsen. Strom-Erichsen was appointed minister without any background in defense matters and has relied on Barth Eide to be her subject matter and policy expert while she deals with political issues. Barth Eide has wide leeway in determining what areas to focus on and is self-confident in determining priorities.

--Past Positions--
¶3. (C) His current position as deputy minister (or state secretary in the Norwegian term) is the second time he has held that rank. The first was in the MFA from 2000-2001 under then Foreign Minister Thorbjorn Jagland (now President of Parliament). Interspersed between government posts, Barth Eide led the Norwegian Institute of International Affairs (NUPI) 2002-2005, focusing on UN issues and peacekeeping, particularly the Balkans. He also has been a long time supporter of Norwegian membership in the EU, acting as the general secretary for the European Movement from 1991-1993, prior to the failed 1994 referendum on EU membership in Norway. Barth Eide has also been involved in several UN projects, serving as a senior consultant on the UN reform process and on the UN Panel on Threats, Challenges and Change from 2003-2004. Barth Eide has been co-editor of the London Based journal International Peacekeeping and was nominated a "Global Leader of Tomorrow" by the World Economic Forum in 2003.

--Interactions with the USG--
¶4. (C) In his relations with the Embassy, Barth Eide has been difficult to characterize. Barth Eide is a skilled and subtle interagency player who is largely pro-U.S. but should not be trusted to reliably uphold U.S. interests. On several important issues Barth Eide has been helpful, such as missile defense (where he helped prevent a Norwegian veto of NATO plans), the sale of land to the USG for construction of a new embassy building (intervening on touchy real estate issues affecting the U.S. purchase of land for the new embassy) and pushing for Norwegian deployments to Afghanistan. On other issues, such as the decision process on the purchase of new fighter aircraft and the Norwegian approach on cluster munitions, he has hedged his bets. Barth Eide has avoided the gratuitous negative comments about the Bush Administration that other GON figures have made. Barth Eide also takes pains to stress NATO as the cornerstone of GON security policy and the importance of the Norwegian-U.S. relationship. He has given the Embassy good advice on how to approach the GON on several occasions. However, some very senior U.S. officials have felt that he has been hard to pin down on several issues of concern and characterized Barth Eide as "weasily". Senior Norwegian officials, with strong pro-U.S. instincts, have also told the Embassy in private that Barth Eide is not to be relied upon to promote U.S. priorities. One key test of Barth Eide's inclinations will be the MOD recommendation on which fighter plane to purchase, the Joint Strike Fighter or the Saab Gripen.

 

Repost 0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 16:12

Réunis à Bali lors de la conférence des MAE de l'ASEAN, la Chine et les états membres de l'ASEAN sont tombés d'accord pour adopter un ensemble de règles , de lignes de conduite et de procédures pour régler les conflits de souveraineté en Mer de Chine méridionale . Cet accord cadre non contraignant fixe " une feuille de route " pour les modalités d'application de la DOC - Declaration On the Conduct of parties in the south china sea - signée à Phnom Penh en aout 2002 [ Voir document ci-dessous ] entre la Chine et l'ASEAN . Il a pour objectif de régler les conflits de souveraineté croisés qui  existent en Mer de Chine méridionale entre la Chine , Taiwan et le Vietnam , Brunei , les Philippines la Malaisie et qui se sont agravés ces derniers mois avec des manoeuvres militaires et des visites de chefs politiques sur les îles contestées .L'ASEAN réunit le Brunei, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar (Birmanie), les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.
Les participants ont réaffirmé leur engagement envers la DOC ainsi que leur volonté de l'appliquer pleinement et effectivement pour la paix, la stabilité, la sécurité et la sûreté maritime dans la région. "Nous sommes fermement disposés à renforcer nos relations avec les pays de l'ASEAN", a déclaré aux journalistes Liu Zhenmin, assistant du ministre Chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi .  

Une fois de plus les Etats-Unis qui n'ont pas ratifié la CNUDM auquel la convention de Phnom Penh fait explicitement référence cherchent à s'imiscer dans la région alors que la Chine , tout comme la Russie sur le dossier des îles Kouriles , préfére un accord bilatéral avec ses voisins . L'année dernière , le Département d' Etat qui se pose en " gardien de la liberté des mers " avait déclaré cette zone comme " faisant partie des interets stratégiques des EU " . Le secretaire d'état Philippin Albert F.Rosario a quand a lui signifié jeudi dernier que l'accord de défense mutuel Phillippines - EU couvrait les territoires revendiqués  par les Philippines et en particulier l'archipel des Spratleys -  revendiqués aussi par le Vietnam , la Malaisie , Taïwan et le Brunei - ou une délegation de cinq parlementaires Phillippins s'est rendue cette semaine provoquant une vive réaction de la diplomatie Chinoise .

 Au delà de pousser son traditionel pion que sont les Philipinnes , la nouvelle stratégie du Département d' Etat Etasunien serait de pousser l'Inde a développer une politique pro-active contre la Chine dans la région en y associant le CMI Etasunien .  Les EU cherchent d'autre part à renforcer leur coopération militaire - contre la Chine - avec le Vietnam . Au travers de cette posture diplomatique  qui consiste à se poser en " honnête courtier "  les Etats-Unis cherchent à utiliser les litiges territoriaux comme un prétexte pour étendre leur présence politique et militaire dans la région Asie-Pacifique, afin de garantir leur domination de la zone .

   En dehors de possibles ressources en hydrocarbures présentes sur le plateau continental des archipels contestés  - Spratley et Paracel  - ceux-ci comme les Kouriles pour la Russie avec la Mer d' Okhotsk permettent à la Chine non seulement de sécuriser ses lignes de communications navales - indispensables à son commerce et à son approvisionement en matières premières -  mais aussi de disposer d'un bastion naval ou ses SNLE peuvent patrouiller en sécurité . La stratégie agressive adoptée par les EU qui consiste à rapprocher la première ligne de leurs " tranchées navales " le plus près possible de la Chine est en tout point semblable à celle adoptée contre l'Empire du Japon au cours des années 20-30 et qui a conduit à l'affrontement entre les deux puissances du Pacifique . *

Depuis deux ans  plusieurs articles alarmistes publiés par les centres analytiques neo-cons aux EU [ Jamestown foundation , Heritage , CFR , .... ] s'acharnent  à brandir une hypothétique " menace navale Chinoise "  basée sur une fantasmagorique stratégie du " Collier de perles "**    analyses reprises servilement à la virgule près par la quasi-totalité des " géopolitologues " et " analystes militaires " Francophones . Par pudeur pour eux , je ne citerais pas les noms !

 

 * Lire " La lutte pour le Pacifique " de Gergory Bienstock - Payot - 1936

 

**  " Collier de perles " est la traduction  béatement servile par les analystes - ou prétendus tels - Francophones  de l'expression " string of pearls " apparue pour la première fois dans un rapport du DoD datant de 2005 . [ Lien ]   "The “String of Pearls” describes the manifestation of China’s rising geopolitical influence through efforts to increase access to ports and airfields, develop special diplomatic relationships, and modernize military forces that extend from the South China Sea through the Strait of Malacca, across the Indian Ocean, and on to the Persian Gulf.”

 

 

 

 

 

 Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono (6th from L) poses for a photograph with ministers from ASEAN countries during the opening of 44th ASEAN Foreign Ministers' Meeting in Nusa Dua, in Indonesia's resort island of Bali July 19, 2011. From left, the ministers are: Myanmar's Foreign Minister U Wunna Maung Lwin, Philippines' Foreign Affairs Secretary Albert del Rosario, Singapore's Foreign Minister K. Shanmugam, Thailand's Deputy Permanent Secretary for Foreign Affairs Chitriya Pinthong, Vietnam's Foreign Minister Nam Pham Gia khiem, Indonesia's President Susilo Bambang Yudhoyono, Indonesia's Foreign Minister Marty Natalegawa, Cambodia's Secretary of State for the Ministry of Foreign Affairs Kao Kimhourn, Brunei's Minister for Foreign Affairs and Trade Prince Mohamed Bolkiah, Laos' Foreign Minister Thongloun Sisoulith, Malaysia's Deputy Foreign Minister Kohilan Pillay and ASEAN Secretary General Surin Pitsuwan REUTERS/Widodo S/ANTARA/Handout

   

 

 

     

 

 

 

 

 

DECLARATION ON THE CONDUCT OF PARTIES IN THE SOUTH CHINA SEA

 

The Governments of the Member States of ASEAN and the Government of the People's Republic of China,

REAFFIRMING their determination to consolidate and develop the friendship and cooperation existing between their people and governments with the view to promoting a 21st century-oriented partnership of good neighbourliness and mutual trust;

COGNIZANT of the need to promote a peaceful, friendly and harmonious environment in the South China Sea between ASEAN and China for the enhancement of peace, stability, economic growth and prosperity in the region;

COMMITTED to enhancing the principles and objectives of the 1997 Joint Statement of the Meeting of the Heads of State/Government of the Member States of ASEAN and President of the People's Republic of China;

DESIRING to enhance favourable conditions for a peaceful and durable solution of differences and disputes among countries concerned;

HEREBY DECLARE the following:

1. The Parties reaffirm their commitment to the purposes and principles of the Charter of the United Nations, the 1982 UN Convention on the Law of the Sea, the Treaty of Amity and Cooperation in Southeast Asia, the Five Principles of Peaceful Coexistence, and other universally recognized principles of international law which shall serve as the basic norms governing state-to-state relations;

2. The Parties are committed to exploring ways for building trust and confidence in accordance with the above-mentioned principles and on the basis of equality and mutual respect;

3. The Parties reaffirm their respect for and commitment to the freedom of navigation in and overflight above the South China Sea as provided for by the universally recognized principles of international law, including the 1982 UN Convention on the Law of the Sea;

4. The Parties concerned undertake to resolve their territorial and jurisdictional disputes by peaceful means, without resorting to the threat or use of force, through friendly consultations and negotiations by sovereign states directly concerned, in accordance with universally recognized principles of international law, including the 1982 UN Convention on the Law of the Sea;

5. The Parties undertake to exercise self-restraint in the conduct of activities that would complicate or escalate disputes and affect peace and stability including, among others, refraining from action of inhabiting on the presently uninhabited islands, reefs, shoals, cays, and other features and to handle their differences in a constructive manner.

Pending the peaceful settlement of territorial and jurisdictional disputes, the Parties concerned undertake to intensify efforts to seek ways, in the spirit of cooperation and understanding, to build trust and confidence between and among them, including:

a. holding dialogues and exchange of views as appropriate between their defense and military officials;

b. ensuring just and humane treatment of all persons who are either in danger or in distress;

c. notifying, on a voluntary basis, other Parties concerned of any impending joint/combined military exercise; and

d. exchanging, on a voluntary basis, relevant information.

6. Pending a comprehensive and durable settlement of the disputes, the Parties concerned may explore or undertake cooperative activities. These may include the following:

a. marine environmental protection;
b. marine scientific research;
c. safety of navigation and communication at sea;
d. search and rescue operation; and
e. combating transnational crime, including but not limited to trafficking in illicit drugs, piracy and armed robbery at sea, and illegal traffic in arms.

The modalities, scope and locations, in respect of bilateral and multilateral cooperation should be agreed upon by the Parties concerned prior to their actual implementation.

7. The Parties concerned stand ready to continue their consultations and dialogues concerning relevant issues, through modalities to be agreed by them, including regular consultations on the observance of this Declaration, for the purpose of promoting good neighbourliness and transparency, establishing harmony, mutual understanding and cooperation, and facilitating peaceful resolution of disputes among them;

8. The Parties undertake to respect the provisions of this Declaration and take actions consistent therewith;

9. The Parties encourage other countries to respect the principles contained in this Declaration;

10. The Parties concerned reaffirm that the adoption of a code of conduct in the South China Sea would further promote peace and stability in the region and agree to work, on the basis of consensus, towards the eventual attainment of this objective.

Done on the Fourth Day of November in the Year Two Thousand and Two in Phnom Penh, the Kingdom of Cambodia.

   

Repost 0
Published by DanielB - dans Geopolitique
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:27

Le désengagement progressive de l'Allemagne du nucléaire , l'instabilité politique en Afrique du Nord et plus particulièrement en Libye qui compromet la stratégie de " diversification vis à vis du gaz Russe " © [ hydrocarbures d'AN , projet DESERTEC  ]  de l'Ue pourrait à terme rendre nécessaire la construction d'un " troisième tube " pour le projet Nord-Stream ! C'est en tout cas une cinglante défaite - une de plus -  pour les diplomaties Baltes , Polonaises et Anglo-Saxonnes qui se sont opposées ces dernières années à ce projet qualifié de " gazoduc Molotov- Ribbentrop " par la presse financière Anglo-Saxonnes et de nouvelles crises d'apoplexie en perspective  pour Vladimir Socor de la Jamestown Foundation .

 

Medvedev-Merkel, les entretiens intrigants de Hanovre

Les vapeurs de gaz de l’amitié russo-allemande

Lors de ces forums, accompagnés de consultations intergouvernementales, auxquels participent les principaux ministres, le plus intéressant se passe toujours "en coulisses". Bien avant cette réunion, il était clair qu'on attendait des progrès en ce qui concerne les accords économiques. Berlin fonde de grands espoirs sur la Russie en tant que marché d'exportation pour ses produits: sans cela le premier exportateur de l’UE aura d’importants problèmes économiques. Notamment dans le contexte de la crise des dettes souveraines qui secoue l'Union européenne et des incertitudes qui entourent l'évolution de la conjoncture de toute la Grande Europe. Il est certain qu'à court terme, la demande ne devrait pas y augmenter.

Mais en Russie, la demande existe. Medvedev a ouvertement déclaré que cette année les échanges commerciaux atteindraient le niveau record de 2008. Cela signifie qu’ils pourraient dépasser 60-70 milliards de dollars (51,8 milliards de dollars en 2010). Dans le même temps (en 2008), l’Allemagne a investi en Russie 10,4 milliards de dollars. Les deux pays mettent actuellement en œuvre le programme Partenariat et Modernisation, qui sera étendu à de nouveaux secteurs: des transports ferroviaires aux nouvelles usines de pneumatiques, en passant par l’échange de hautes technologies.

Mais aujourd’hui les Allemands sont de plus en plus préoccupés par les fondements énergétiques de la prospérité économique du pays. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, Berlin a annoncé le début de l’arrêt des centrales atomiques et sa sortie définitive du nucléaire pour 2022. Cependant, il n'existe pas d'alternative pour couvrir ses besoins énergétiques, à moins d'augmenter les importations de gaz russe (en premier lieu) et de pétrole.

L’Allemagne est le premier importateur de gaz russe en Europe. Il est désormais difficile de compter sur la fiabilité de l'approvisionnement énergétique venant d'autres sources, comme l’Afrique du Nord. Les pays de cette région mettront encore beaucoup de temps à se remettre de "l’élan révolutionnaire" qu'ils traversent. Et on ignore ce qui arrivera en Libye, la plus grande puissance gazière d’Afrique du Nord.

Or, en raison du début de la fermeture des centrales nucléaires, les usines allemandes connaissent déjà des problèmes d'approvisionnement électrique. Et les prix de l’électricité commencent progressivement à prendre l'ascenseur. Dans cette situation, il est difficile de se passer de Moscou quand bien même ce "rapprochement gazier" entre la Russie et l’Allemagne provoque toujours une forte opposition politique de Washington.

On dit que Berlin et Moscou n’excluent pas la construction d'un troisième tronçon du gazoduc Nord Stream, qui acheminera du gaz russe vers l'Europe en passant sous la mer Baltique. Les deux premiers devraient être mis en service dès le mois d'octobre 2011, autrement dit deux tubes sont déjà installés. Quoi qu’il en soit, cette question a été abordée pendant l’entretien de Merkel avec Medvedev.

Si un troisième tronçon reliait l’Allemagne et la Russie, les liens gaziers entre les deux pays seraient encore plus forts que ne le prévoyait le prédécesseur de Merkel, Gerhard Schroeder, actuellement le chef du comité des actionnaires de Nord Stream AG, principal opérateur du gazoduc éponyme. Il n’est pas exclut que si Nord Stream était rallongé, la Russie soit contrainte de suspendre les travaux de construction de son autre gazoduc, South Stream. D’autant plus que les négociations pour la mise en œuvre du projet rencontrent des difficultés avec la Turquie et la Bulgarie. South Stream est un projet auquel participent la Russie, l’Italie et la France. Il était prévu de faire passer ce gazoduc sous la mer Noire en reliant la région de Novorossiïsk à la région de Varna en Bulgarie, puis à l’Autriche et à l’Italie en passant par les Balkans

Repost 0

Liens