Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : ICE STATION ZEBRA
  • ICE STATION ZEBRA
  • : Blog initialement consacré à la géopolitique de l'Arctique . Il traite désormais de l'actualité politique , economique , socio-culturelle , historique et militaire et présente des analyses " non conformistes " .Il ne pretend pas à l' " objectivité " mais presente un point de vue alternatif , en opposition avec les pretendues " analyses " syndiquées des " mediats libres " des " democrassies occidentales "
  • Contact

Recherche

28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 23:01

Le titre pourra choquer quelques esprits cocardiers ou quelques vieilles ganâches de l' EM Français nostalgiques de l' Opération Manta mais c'est l'esprit d' Ice Station Zebra : Tout comme l'on y trouve Fidel Castro et Miguel Primo de Riveira côte à côte , je ne peux m'empêcher d'associer le raid audacieux effectué ce jour par une colonne de " Kadhafistes " sur l'oasis de Koufra à la geste de Leclerc au Sahara ! Et je l'avoue , je ne m'en cache pas : J'éprouve de l"admiration pour ces " Kadhafistes " ! De la belle ouvrage ! je ne peux m'empêcher de reprendre la citation deDu Guesclin choisie par le général François Ingold pour préfacer son livre :

" Pas d'attaques sans surprises ! "

 

 

Pour comprendre la complexité d'une telle opération je vous livre quelques scans de " L'épopée Leclerc au Sahara " du Général Ingold paru aux éditions Berger-Leverault en 1945 et préfacé par Mongénéral - celui de Londres -  himself !

C'est un veritable bréviaire qui tient à la fois du guide de logistique et d'un cours de tactique : Tout ce qu'il vous faut pour organiser votre petite colonne mobile dans le Fezzan et la ravitailler . .. Je le conseille d'ailleurs aux Pieds Nickelés du COS qui se sont égarés il y a quelques jours dans la région .

Il n'y manque plus que l'odeur du sable chaud et le regard de braise des belles houris .

Je tiens aussi à signaler aux " grincheux " que " Heia Safari " n'est nullement un " chant nazi " .

Ma filleule l' a appris chez les Schwestern  Allemandes dans son Kamerun natal ! C'est une ode à l'audace , et un hommage à ce maître de la " guerre asymétrique " que fut Paul Emil von Lettow-Vorbeck .  

 

Ci-dessous , relevés de l'officier orienteur , le capitaine Edmond Pinhède .

 

Leclerckoufra10001

 

 

  Leclerckoufra20001

Leclerckoufra30001

Leclerckoufra40001

Leclerckoufra50001

 

Calculs de carburant par le Chef d'escadron Jacques de Guillebon

 

 

 

 

Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 19:54

(Belga) Les forces loyales au dirigeant Mouammar Kadhafi ont pris le contrôle jeudi de la ville d'al-Koufra, dans le sud-est de la Libye, a annoncé à l'AFP la rébellion.

"Une soixantaine de 4X4, avec à leur bord quelque 250 soldats libyens, sont arrivés à al-Koufra", a déclaré un combattant rebelle. Les insurgés se sont retirés après "avoir peu résisté", a-t-il dit, précisant que les pro-Kadhafi "contrôlaient maintenant les trois quarts de la ville". Selon lui, l'arrivée des troupes loyalistes n'a "pas fait de victimes". "Ils ont attaqué le tribunal et planté un drapeau vert" de la Libye, a déclaré un autre insurgé. Jalal al-Gallal, un porte-parole du Conseil national de transition, organe représentatif de la rébellion, a confirmé cette information, indiquant que les insurgés se préparaient à "envoyer des renforts". (MUA)

Camionetta A.S.42/43 Sahariana

  http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichecitoyennete.php?idLang=fr&idCitoyen=29

KOUFRA, début d'une épopée -26 janvier-1er mars 4Carte des opérations1 null

 

Le butin pris aux Italiens

 

 

Camions Bedford entre Koufra et Faya-Largeau

 

Prisonniers italiens sur les pistes entre Koufra et Faya-Largeau

 

Colonne motorisée italienne ("sahariana")

 

 

Nota : Si la nouvelle est de l'agence AFP , je la retire et je la reformate !

Aux " spécialistes  "de la " chose militaire " qui viendraient à lire cette page , j'aimerais poser cette question .

Comment se fait-il qu'une colonne d'une soixantaine de véhicules a pu se former et progresser en toute impunité alors que la maîtrise de l'air est totale et en faveur des coalisés ? S'est elle formée à proximité de Koufra ce qui impliquerait que les tribus locales sont entièremment acquises aux " Kadhafistes " ?

 
Repost 0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 21:01

L'image que l'on a en " Occident " de la "gauche " Latino-Americaine est considérablement déformée par ce que le géopolitologue Allemand Karl Haushofer appellait le " prisme déformant des fantasmes " . Alors que parmi " notre " gauche , les notions d'ethnie , d'identité culturelle comme l'Hispanidad ou l' Amérindianité , de nation [ au sens large de " communauté populaire " ] sont frappés de tabou au profit d'un sanfrontièrisme , d'un sanpapièrisme et d'un drouâdelômisme béat frôlant le crétinisme absolu et le degré du zéro absolu - cad -273°C , la température de l'hélium liquide  - de l'analyse politique , ces " constantes " sont prégnantes dans la pensée politique Latino-Américaine et en particulier dans la pensée politique de " gauche " , ou perçue comme telle en Occident !

Comment ainsi l'expérience politique de Francisco Solano Lopez , de son père Carlos Antonio López et de José Gaspar Rodríguez de Francia entre 1811 et 1870 au Paraguay peut elle être acceptée comme étant " socialiste " en Amérique-Latine - Le lider Maximo Fidel Castro lui-même y  a fait référence dans ses discours fleuves - et " despotique " en Europe ? Curieux ces " socialistes " Latino-Américains qui s'inspiraient de Napoléon et de Bismarck , qui expulsaient les koulaks latifundiarios locaux pour construire des kolkhozes   Estancias da patria , qui ont chassé  manu militari les curés des églises  50 ans avant la France , qui redonnaient droit de cité aux  langues Amérindiennes tout en lançant leur pays dans une industrialisation planifiée et centralisée proto-Stalinienne !

 

 

Notons  que cette remarque vaut aussi pour les mouvements qualifiès aujourd'hui de " fascistes " - et bien sûrs d' " antisémites " - qui sont apparus en Amérique Latine au cours des années 30 comme l' " Ação Integralista Brasileira " de Plinio Salgado et Gustavo Barroso au Brésil .

Comment expliquer à un cerveau hémiplégique politiquement que le comité politique directeur d'un " mouvement fasciste " pouvait comprendre le Rabbi Steinberg de Rio de Janeiro , des noirs musulmans de l'état de Pernambouco  , un matelot révolté - lui aussi noir - , le très catholique Dom Helder Camara - qui termina son engagement sacerdotal en odeur de soufre au Vatican - ainsi que des femmes " basanées " - pretas , mulatas et morenas  - issues de la " classe ouvrière " alors que le " crime d'honneur " était parfaitement accepté sinon légal au Brésil et que le " salut fasciste " était un salut ... Amérindien tupi : ANAUÊ [ Je suis ton frère ] .

 

Cette incompréhension des racines idéologiques de la " gauche Latino-Americaine " se manifeste par des réactions épidermiques lorsque l'on évoque les relations du Cuba de Fidel Castro avec l' Espagne de Francisco Franco mais aussi au travers des commentaires qui commencent à fleurir sur la candidature et la personnalité d' Ollanta Humala .

Christian Bouchet qui vient d'écrire un article sur les élections présidentielles Péruviennes , avait déja fait une excellente analyse des origines du MAS Bolivien d' Evo Morales : Accrochez vos ceintures !

 

Les origines fascistes d’Evo Morales

 

Le 6 décembre 2009, en obtenant 63% des suffrages, contre 27% à son principal adversaire, Evo Morales a facilement été réélu président de l'État bolivien. Les journalistes qui ont rendu compte de ce succès n’ont pas manqué de rappeler, pour s’en féliciter ou s’en inquiéter, que notre homme était « de gauche », voire « de gauche extrême ». D’ailleurs, preuve de son engagement progressiste, n’était-il pas soutenu, au Parlement et dans la rue, par le parti qu’il a dirigé jusqu’en 2005, date de sa première élection au poste suprême, le Movimiento al socialismo ? Ce n’est qu’en consultant la presse latino-américaine que l’on pouvait trouver des articles osant rappeler que ce parti s’est longtemps appelé le Movimiento al socialismo-unzaguista et que son « socialisme » n’avait que très peu de points en commun avec celui de la gauche occidentale.

Unzaguista ? Il est bien évident qu’un tel adjectif ne peut pas évoquer grand chose chez les journalistes occidentaux dont la connaissance de l’histoire de l’Amérique latine est faible voire nulle. Si leur culture dépassait les habituels clichés sur Che Guevara, la révolution cubaine et le sous-commandant Marcos, ils sauraient, qu’en Bolivie, on définit comme « unzaguistes » les disciples de Oscar Únzaga de la Vega (1916-1959) qui, en 1937, fonda la Falange socialista boliviana, à l’imitation de la Falange Española de las JONS de José Antonio Primo de Rivera...

Dans les années 1930, en Amérique latine, une importante fraction de la jeunesse étudiante avait les yeux braqués sur l’Europe et s’enthousiasmait pour les diverses expressions qu’y adoptaient le nationalisme autoritaire et la résistance au bolchevisme. Ainsi vit-on naître sur le continent sud-américain des expériences de fascisme autochtone qui prirent des aspects différents selon les pays : il y eut le nacisme au Chili, l’intégralisme au Brésil, le synarchisme au Mexique, le sancherisme au Pérou, l’unzaguisme en Bolivie, etc.. À la différence de l’Europe, ces mouvements et leurs dirigeants ne connurent aucune répression en 1945 et ils ne furent nullement exclu de la vie politique. Il y en eut alors qui se modérèrent et se fondirent dans les partis de la droite traditionnels, certains disparurent, d’autre comme la Falange socialista boliviana continuèrent leur combat comme si rien ne s’était passé.

Lors de sa fondation en août 1937, la Phalange socialiste bolivienne se proclama anti-marxiste et anticapitaliste, déclara que son idéologie pouvait se résumer en trois mots « Dieu, patrie et foyer » et qu’elle voulait instaurer un « État nouveau », adopta le salut le bras tendu et se dota de sections d’assaut... Durant la deuxième guerre mondiale elle milita en faveur de la neutralité, ce qui signifiait, vu le positionnement géopolitique de l’Amérique latine d’alors, qu’elle luttait contre tout soutien accordé aux Alliés…

Cependant, la FSB, inconstestablement inspirée par les fascismes européens, n’en était pas uniquement un clone et Oscar Únzaga de la Vega prit en compte, ce qui fut la cause de son audience et de la longevité de son mouvement, les spécificité boliviennes. La principale de celles-ci est la composition ethnique du pays, peuplé très majoritairement de descendants d’indiens Quechua et Aymara, et de métis, tandis que les Boliviens de souche européenne représentent moins de 15% de la population. Le nationalisme de la FSB fut donc un indigénisme. Oscar Únzaga de la Vega prit ainsi soin d’écrire la première biographie de Tupaj Katari, un chef indigène qui dirigea, en 1780, une importante révolte des tribus indiennes contre la colonisation espagnoles et il en fit la figure de référence du nationalisme bolivien. De plus la Phalange milita pour une réforme agraire qui rendrait la terre aux indiens et s’opposa aux grandes sociétés minières qui exploitaient durement un prolétariat entièrement composé d’indigènes. La conséquence de cela fut qu’aux élections législatives de 1947, la Phalange socialiste bolivienne obtint un nombre très conséquent de députés et qu’à la présidentielle de 1951 son candidat arriva en troisième position.

En 1952, un coup d’État porta au pouvoir Víctor Paz Estenssoro, le dirigeant du Movimiento nacionalista revolucionario qui proposa à la FSB de l’associer au pouvoir en lui confiant un nombre non négligeable de postes ministériels. La réponse d’Oscar Únzaga de la Vega fut sans appel : jamais la Phalange ne collaborerait avec un gouvernement qu’il considérait comme « infiltré par les communistes et les trotskistes »… Tout au contraire, Únzaga choisit l’affrontement. La FSB critiqua l’influence grandissante, tant politique qu’économique, des USA dans les affaires intérieures boliviennes, accusant le gouvernement d’être sous la coupe directe des ambassadeurs américains à La Paz malgré sa rhétorique de gauche. Elle dénonça aussi la réforme agraire qui en divisant les terres avait créée une masse de petits paysans pauvres, alors que pour la Phalange la solution passait par le retour à une culture collective des sols par les communautés rurales. Le 19 avril 1959, pensant son heure était venue, la Falange socialista boliviana tenta de prendre le pouvoir par les armes. L’affaire échoua et Únzaga de la Vega fut tué lors des combats. Il s’en suivit, une longue période de répression contre les militants phalangistes dont certains créèrent des groupes de guérilla dans les zones les plus montagneuses du pays.

En 1964, ces groupes armés participèrent au coup d’État qui donné le pouvoir au général René Barrientos. La Phalange ne fut pas directement intégré alors au pouvoir, mais son influence sur le gouvernement fut grande. En 1971, elle fut de nouveau parti prenante dans le coup d’État militaire du général nationaliste, souvent dénoncé comme « fasciste », Hugo Banzer. La condordance de pensée entre celui-ci et les éléments les plus modérés et les plus droitistes de la FSB fit qu’une partie de ses cadres et militants passa avec armes et bagages à l’Action démocratique nationaliste, un parti de droite nationaliste que fonda le général en 1978. Ceux qui restèrent fidèles à Oscar Únzaga de la Vega se partagèrent entre une fraction orhodoxe et une aile gauche qui fit scission en 1987 pour fonder le Movimiento al Socialismo-unzaguista qui changea son nom en Movimiento al Socialismo dix ans plus tard et qui vit alors accéder à sa direction un certain Evo Morales.

Dans les références et la doctrine de celui-ci, il n’est pas difficile de retrouver de multiples traces d’unzaguisme, que ce soit son nationalisme indigéniste, sa défense du monde paysan, son hostilité aux Etats-Unis, sa référence à Tupaj Katari, etc.

Alors de gauche Evo Morales ? Peut-être… Mais en tous les cas d’une gauche bien particulière et aux racines bien étranges, très différente de celle que l’on connaît en Occident !

 

 

 

 

 

null 

 

 null 

 null 

 null

Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 23:53

L'un des axes de la propagande de guerre déployée contre le gouvernement Libyen - réduit à la figure de son chef politique Mouammar Kadhafi - consiste à développer la thèse selon laquelle la dispersion des véhicules blindés des forces gouvernementales au sein des cités et l'utilisation de véhicules civils par ces forces gouvernementales Libyennes constitue une atteinte aux " us et coutumes de la guerre " . C'est une vieille antienne des propagandistes qui consiste à affirmer que l' " ennemi utilise des armes et des tactiques interdites " .

 

Je cite pour exemplel'intervention du colonel Michel GOYA dans les colonnes du site Theatrum Belli :"  L’outil militaire de Kadhafi peut aussi s’adapter à la menace aérienne en le camouflant par "civilianisation" (que se passera-t-il par exemple si les mercenaires utilisent des voitures de tourisme comme véhicules de transport ?), en s’incrustant dans le terrain et en cherchant à porter le combat à l’intérieur des villes "
Une propagande de guerre reprise en choeur par les plumitifs [ et même les " experts " ]  , à l'exemple de Jean Jacques Mevel dans Le Figaro qui se fend en plus d'un Reductio ad Milosevicium et d'un Reductio ad Sadammhusseinium

«À Misrata comme dans d'autres villes, les forces de Kadhafi dissimulent leurs blindés, poursuit Carmen Romero. L'armée libyenne se déplace désormais dans des voitures civiles. Elle s'abrite aussi derrière des boucliers humains.»

Nota : Carmen Romero est la .......porte-parole de l'OTAN !

 

 

Tout d'abord reprenons la définition d'une " guerre civile "  

Une guerre civile est la situation qui existe lorsqu'au sein d'un Etat  une lutte armée oppose les forces armées régulières à des groupes armés identifiables, ou des groupes armés entre eux, dans des combats dont l'importance et l'extension dépasse la simple révolte  ou l'insurrection .



Cette définition incorpore la notion de " groupes armés identifiables " .



Les guerres civiles de l'époque moderne ont vu s'affronter des armées " gouvernementales " à d'autres armées mais aussi à des " groupes armés identifiables " à l'exemple des Chouans lors de la Guerre de Vendée , des " confédérés  "de la Guerre de Sécession ou des " milices " de la Guerre civile Espagnole . Si chacun des camps a essayé de doter ses forces combattantes de marqueurs identifiables , il n'en reste pas moins que les considérations logistiques ont fait qu' à un moment ou un autre ces forces combattantes ont vu leur marqueurs

d'identification se " civilianiser "  pour au moins une des parties prenantes au conflit .

Une étude historique nous montre d'ailleurs que ce phénoméne est important au début des conflits lorsqu'il faut rechercher n'importe ou ce qui permet d'équiper un homme pour le combat  et à la fin des conflits lorsqu'une des parties ne dispose plus des capacités industrielles pour équiper de manière standardisée ses forces combattantes  . Je ne citerais que les cas de la guerre de Sécession , tant pour les " Nordistes  "que pour les " Sudistes " au début  , et la guerre civile Espagnole avec les " milices " Républicaines . Vers la fin de ces conflits , le seul marqueur identifiable du "combattant" vis à vis du "civil" était le plus souvent un chapeau miteux et cradingue marqué " CSA " ou un casque Adrian bosselé . Il arrive d'ailleurs souvent qu'une des parties au conflit utilise des élèments de l'uniforme de l'adversaire pour pallier à des déficiences logistiques : Un des objectifs du raid du général Lee sur Gettysburg était de ...s'emparer des stocks de chaussures de l'Union !

Cela permet il de dénier à ces personnes - hommes et femmes -  le statut de " combattant " ? Bien sûr que non !



Il en est de même pour les véhicules . Il n'est écrit nulle part que les véhicules des " forces gouvernementales " doivent présenter tous les marqueurs d'un véhicule tactique ou blindé " occidental "  : Camouflage , identification nationale ,...et l'utilisation de véhicules civils , " militarisés " ou non ,  est parfaitement légitime dans le cadre d'une ... guerre civile .

C'est d'ailleurs le cas pour la " rébellion " qui utilise aussi bien des pick-up 4x4 " militarisés " que des voitures civiles pour amener ses troupes au front - et pour les évacuer aussi le plus souvent . Sans parler bien sûr de véhicules tactiques et de blindés camouflés " traditionnels " pris aux forces gouvernementales Libyennes .

Cette utilisation de véhicules civils par les forces gouvernementales Libyennes ne peut même pas être considérée comme une ruse de guerre qui consiste à combattre sous une " fausse bannière " comme le suggère implicitement le colonel Goya ou la porte -parole de l' OTAN puisque l'adversaire n'utilise pas de marqueurs spécifiques sur ses véhicules et que les " forces gouvernementales "  ne cherchent pas à les utiliser ! On pourrait opposer aux " Kadhafistes " qu'ils enfreignent les " us et coutumes de la guerre " à partir du moment ou ils metteraient des éléments prétant à une véritable confusion avec l'adversaire , une croix jaune sur le capot comme l'OTAN suggére de le faire aux " rebelles " par exemple .Signalons pour conclure ce point que durant l'agression Israélienne contre le Liban au cours de l'été 2006 , des soldats Israéliens ont utilisé leur véhicule [ civil ] personnel pour acheminer des munitions sur la ligne de front et faire face aux déficiences de la chaîne logistique de " Tsahal " .



L'autre point est un summum de Tartufferie : La présence de véhicules blindés " gouvernementaux "  au sein des cités .

Il faut ici se rappeller que l'un des objectifs d'une " guerre civile " est le contrôle des centres urbains et des populations . A ce titre , la présence de " blindés " comme matériel en dotation au sein des forces armées d'une des parties au conflit n'est pas incongrue au sein d'une ville pas plus que son utilisation ! Le combat urbain étant devenu d'ailleurs une principales caractéristiques des conflits civils de ces dernières décennies .

 

http://image.shutterstock.com/display_pic_with_logo/1325/1325,1236565258,1/stock-photo-vista-ca-mar-a-closeup-of-confederate-uniforms-during-a-civil-war-reenactment-on-march-26296882.jpg



 

 http://i58.photobucket.com/albums/g264/ossoperative/SCW001.jpg

 



http://historiasconhistoria.es/imagenes/tiznaos/tiznaoportada.jpg

 

 http://historiasconhistoria.es/imagenes/tiznaos/columnadurruti.jpg

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 19:55

Je ne reviendrais pas dans cet article sur la " propagande de guerre " distillée par les mediats mais , exception à l'exception , à la manière dont les opérations sont commentées .

Là aussi , rien n'est épargné pour tenter d'excuser la " rebellion " et ses branlèes échecs  militaires !

Voici ce que l'on pouvait lire dans Liberation aujourd'hui :

 

Lors d'opérations de guérillas, en territoires accidentés ou dans une ville, l'inexpérience peut être compensée par un terrain favorable. Ce n'est malheureusement pas le cas en Libye. Toute la guerre se déroule le long d'une unique route côtière, qui traverse quelques villes. Ils est donc très facile d'avance rapidement et de reculer tout aussi rapidement.

Comme le note le journaliste Jean-Dominique Merchet sur son blog Secret Défense: «lors de la guerre d'Afrique du nord (juin 1940-mai 1943), les belligérants avaient déjà connu ce genre de situation. Rommel et son Afrikakorps, avec les Italiens, progressaient puis reculaient aussi vite sous la pression des Britanniques... et de quelques Français.»

 

Pôvres "rebelles" ! Même Dame Nature leur est hostile pour se délivrer de l'ogre Kadhafi  !

 

 Or en se reportant à cette " campagne du désert " on constate que ce sont bien les troupes de Rommel - qui ont toujours été en infériorité numérique tant sur le plan du personnel que du matériel avec parfois un ratio 1: 8 face aux forces Britanniques , comme les " rebelles " - qui ont largement usé les possibilités offertes par le désert pour contourner les positions Britanniques établies le long de la Via Balbia , menant ainsi une " guerre de guérilla " contre la VIII éme armée !  D'ou le surnom donné à Rommel : Le renard du désert !  Cette tactique fut mise en oeuvre jusque dans la région d' El- Alamein ou la dépression de Kattara empêchait toute manoeuvre de contournement .

Signalons en passant -  ce que l' " expertise " de M. Merchet ommet - que la géographie favorise bien les " rebelles " et l'appui aérien offert par la coalition tout comme elle favorisait les Alliès durant la seconde guerre mondiale et en l'occurence ce sont bien les lignes de communications des forces gouvernementales - qui rappellons le ne bénéficient d'aucun appui aérien - qui sont distendues , " overstreched "  !Les " rebelles " pourraient ainsi profiter de leur mobilité pour reprendre les raids du LRDG - déja équipé à l'époque uniquement de " technicals " - et ceci sans craindre l'intervention d'une Luftwaffe . Comme je l'ai déja écrit sur ce blogue , ce sont d'autres part bien les troupes gouvernementales Libyennes qui malgrès l'absence totale d'appui aérien rééditent les exploits manoeuvriers d' Erwin Rommel dans le désert Libyen :

 L'armée restée fidèle au dirigeant libyen a, dans un premier temps, tendu une embuscade à un convoi hétéroclite de pick-up et de voitures particulières rebelles devant Syrte avant de les déborder dans le désert à l'occasion d'une manoeuvre demandant la sorte de discipline
qui fait entièrement défaut aux insurgés.( Source : Reuters )

 

 

Je vous livre ci-dessous deux cartes montrant ces manoeuvres d'enveloppement effectuées par la DAK .

contournement10001

 contournement20001

 

 





 

 

  Conclusions :

1- Quand on se pique d'histoire militaire , il faut se référer à de bonnes sources et ne pas regarder que les cartes synthètiques .  [ voir références infra ]

La guerre en Afrique du Nord cela a été beaucoup plus complexe qu'un chassé-croisé le long de la Via Balbia .

2- Les dignes héritiers de Rommel , les nouveaux " renards du désert " ce sont bien les officiers de l'armée régulière Libyenne qui n'ont pas déserté au profit de la rebellion  . A cela je dirais qu'il n' ya rien d'étonnant : Les " officiers libres " comme Nasser et Sadate , et bien que Mouammar Kadhafi appartienne à une autre génération , sont connus pour avoir deux mentors en matière d'instruction militaire : " L'histoire de la seconde guerre mondiale " de Basil Liddell Hart et " Les  généraux du désert " de Correlli Barnett d'ou sont tirés les explications et les illustrations .

3- " Quand on veut jouer les traîneurs de sabre , il faut avoir autre chose que des sabres à trainer ! " Et il ne faut pas uniquement compter  sur les " baïonnettes de l'étranger " !

 

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 17:16

Ice Station Zebra est bien le seul blogue ou vous trouverez le Lider Maximo aux côtés de José Antonio Primo de Rivera !

Etonnant ?

Non , sauf pour ceux qui souffrent d' hémiplégie politique tant sur leur gôche que sur leur drouâte .

Pas si étonnant non plus si l'on sait que le Caudillo Espagnol , Francisco Franco , fut un des plus  fervents et actifs soutiens sur la scéne internationale du Lider Maximo et de la Révolution Castriste et ceci au moins autant que la défunte URSS : Soutien politique à l'ONU mais aussi soutien économique en pesetas et dollars trébuchants , ceci bien sûr au nom de l' Hispanidad et du contentieux de la guerre Hispano-Americaine .

Une proximité datant d'ailleurs déja de la période de la lutte contre le dictateur Batista ou de nombreux compagnons de lutte de Fidel trouvérent refuge à l'ambassade d'Espagne à La Havane . Pas étonnnant non plus si l'on sait que le Che Guevara aimait à assister à des courses de taureaux à Madrid en compagnie de responsables des services secrets Franquistes ...

 

Dans une déclaration le chef politique Cubain vient de comparer " l'agression fasciste de l'OTAN " à l'intervention Germano-Italienne dans la Guerre d'Espagne . Je me sens moins seul !

 

 

"Nossa espécie jamais conheceu tal situação e não existia nada parecido há 75 anos, quando os bombardeiros nazistas atacaram objetivos na Espanha".

 

 

[ 1 ] Reflexão de Fidel Castro: A guerra fascista da Otan 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 01:15

Le Reductio ad Hitlero aurait été par trop facile et je ne l'aurais pas fait sans la prise de position officielle de la FE-JONS - voir un article précédent - sur l'intervention Occidentale  contre la Libye : La Guerre de Libye , car il faut appeller un merde par son nom , présente désormais de nombreuses similitudes avec le conflit connu sous le nom de " Guerre d'Espagne " : Une guerre civile ou des puissances étrangères prennent parti en faveur de l'un des belligérants et l'aident à s'imposer militairement et politiquement alors que le sort des armes lui était défavorable .

Toutes les contorsions sémantiques des diplomates , des politiques et des publicistes , et même et surtout des militaires , qui cherchent à maquiller le terme " guerre " n' y peuvent rien . On pourrait aussi chercher des parrallèles entre les motivations géoéconomiques de l'intervention Germano-Italienne ( minerais des Asturies ) et celles des " puissances Occidentales " en Libye . Les " dictatures " ne sont pas intervenues en Espagne pour voler au secours d'un régime avec lesquelles elles se trouvaient des affinités mais aussi pour des raisons économiques . De la même manière les " puissances Occidentales " n'interviennent pas dans le cadre de la guerre civile - et même tribale - Libyenne pour des considérations morales .

 

Je reviens sur la déclaration de la FE-JONS car il faut préciser un point de la pensée " Primoriveriste " - la plupart du temps inconnue et caricaturée *- dont ce mouvement se veut l'héritier direct : José Antonio Primo de Rivera  ne voyait dans les forces armées qu'un instrument aux service des masses pour l'aboutissement du mouvement révolutionnaire et leur déniait en particulier toute conscience politique et encore plus la capacité à constituer un corpus doctrinal cohérent **. L'armée c'était " l'ultime recours pour la sauvegarde du permanent , lorsque l'existence de celui-ci était menacé " .

A ce titre on ne s'étonnera pas des critiques ad hominem contre le colonel Mouammar Kadhafi qui figurent dans le communiqué de la JONS ., les " colonels libres " étant des militaires politiques .

 

 José Antonio Primo de Rivera était d'autre part rabiquement opposé à toute intervention étrangère - à fortiori militaire - dans le cadre des luttes politiques internes Espagnoles et là on peut y voir un point de vue " Robespierrien " : Il était parfaitement conscient que seul un mouvement indigène aurait une légimité auprés des masses et que tout pouvoir acquis par la " force des baillonettes de l'étranger " ne pourrait se maintenir que par la répression et in fine un assujetissement à ces forces étrangères .  Ce fut le cas de l'Espagne Franquiste dont la perenité jusqu'aux années 70 n'est pas à chercher dans la structure du régime lui-même mais dans sa capacité - et son incapacité - à s'adapter aux changements géopolitiques extérieurs .

C'est très probablement ce qui risque d'arriver en Libye .

Comme le disait Primo de Rivera , ce nouveau régime venu par la force des armes de l'étranger ne devra pas être jugé par rapport à l' " Ancien Régime "  - facilité que s'accordent tous les commentateurs , politiques et plumitifs - mais bien par ses fruits :

Ni la dictature, ni la république ni aucun fait révolutionnaire ne se justifient, ni ne se sont jamais justifiés par rapport à l'ordre juridique antérieur. Tout système politique qui existe dans le monde, sans aucune exception, est né d'une lutte ouverte avec l'ordre politique préexistant parce qu'une des choses qui ne sont pas inclues dans les facultés des ordres politiques est celle de tester "

 

 

 

 


NI UN SOLDADO ESPAÑOL FUERA DE NUESTRAS FRONTERAS.
NI UNA GOTA DE SANGRE AL SERVICIO DEL IMPERIALISMO YANQUI.
¡NO A LAS GUERRAS DE ZETAPÉ!

 

 



  * Un intervenant sur ce blogue  décrit ainsi la FE-JONS  comme des " nostalgiques du Franquisme " ...

** Les " colonels révolutionnaires " - Argoud et consorts  - et le " quarteron de généraux " de la Guerre d'Algérie n'apparaissent ainsi que ce qu'ils sont : Des mystificateurs dont le degré de " conscience politique " avoisinait celui du lombric  !

 

Repost 0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 21:48

" The present reign of terror and international lawlessness began a few years ago. ... Without a declaration of war and without warning or justification of any kind, civilians, including vast numbers of women and children, are being ruthlessly murdered with bombs from the air. In times of so-called peace, ships are being attacked and sunk by submarines without cause or notice. Nations are fomenting and taking sides in civil warfare in nations that have never done them any harm. Nations claiming freedom for themselves deny it to others.

Innocent peoples, innocent nations, are being cruelly sacrificed to a greed for power and supremacy which is devoid of all sense of justice and humane considerations ."

 

Repost 0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 21:08

Comme je l'ai écrit je n'ai nullement l'intention de revêtir ma tenue de combat Mod. F1 ou ma combinaison de vol , mon embonpoint nécessitant d'ailleurs un équipement adapté , et commenter les " événements " de Libye : Je partage à la virgule près la position de M. Dmitri Rogozine .

Juste deux remarques :

- Les forces gouvernementales Libyennes auraient réussi deux opérations amphibies sur les arrières des factieux pour s'emparer de Ras Lanouf .

Le " Renard du Désert " avait lui aussi envisagé de telles opérations mais ne les a jamais entreprises .

L'opération la plus avancée était prévue pour les 27-28 mai 1942 et devait permettre de contourner les défenses Anglaises à Gazala .[ lien ]

La réussite de ces opérations en Libye  démontre la necessité pour des états disposant d'un développement littoral substanciel de disposer de ces moyens amphibies : C'est à cette aune que des états comme le Chili et le Brésil augmentent leur capacités dans ce domaine et non pas pour des interventions dans le cadre de la " communauté internationale " .

 

 

 

 

- Les actualités nous montrent des " technicals " :  4X4 à plateau  équipés d'une arme collective d'infanterie , d'une arme d'appui ou anti-aérienne .

Ceux-ci existaient déja dans la région durant la SGM : C'étaient les camions Chevrolet du Long Range Desert Group !

 

 

 

Tout ceci en attendant le retour des " Tigres Volants " de la " Communauté internationale " sous la forme des moyens aériens de l'Organisation Terroriste de l'Atlantique Nord .

Je vous invite d'ailleurs à lire l'ouvrage éponyme " Le retour des Tigres Volants " dans la série Buck Danny . A lire au second degré bien sûr car je ne suis nullement amateur de cette série BD à la gloire du militarisme Etasunien :  On y découvre comment s' " internationalise " l'interventionisme Etasunien  ! [ Lien ]  

 

 

 

 

 

Repost 0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 17:11

Ce sont des toponymes qui doivent " sonner " aux moins avertis et moins intéressés en histoire ou géopolitique qui suivent l'actualité de la crise Libyenne : Tobrouk , Benghazi ,...

Bien sûr je fais référence à la campagne d'Afrique entre 1941 et 1943 , aux " rats du désert " , au " renard du désert " .

Comme il y a prés de 70 ans , l'essentiel des combats entre les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi et les forces de la sédition Islamiste se déroulent sur la frange côtière Libyenne , plus précisemment le long de l'ancienne Via Balbia .

Ceci pour plusieurs raisons :

- Les combats sont livrés pour le contrôle des populations et des villes , or toutes deux sont trés majoritairement situées sur le littoral .

- Le réseau routier , comme il y a 70 ans , permet des déplacements plus rapides tandis que le désert est innacessible - ou du moins difficilement accessible - aux véhicules et même aux blindés .

Comme je l'ai déja écrit , je n'ai nullement l'intention de décrire ou d'analyser les combats : Je laisse ce soin aux Clausewitz et aux Le May du clavier , journalistes , directeurs de conscience patentés , " experts " , " intellectuels " et mêmes les " intellectuels assis " chers à Michel Audiart , qui ont déja tous revêtus - notre philosophe national Lévy y compris - qui leur tenues de combat F1 - pardon Félin - qui leurs combinaisons de vol .

Je vous livre juste l'analyse de ces combats d'il ya 70 ans par une " plume " passée à la postérité : Le capitaine Sir Basil Liddel Hart .

Ces documents sont extraits de la sublime série Historia Magazine - 2e guerre mondiale - [ N°336 ] parue dans les années 1970 .

Je vous livre une troisième carte extraite de l'excellent " Les Generaux du desert " de Correlli Barnett .

Bien sûr , et vous l'aurez compris celui qui deviendra maître du Rimland Libyen empochera par accession comme butin de guerre le Hinterland  cad le Fezzan et ses richesses pétrolières . Il aura a sa disposition  les ressources et les corridors d'évacuation de ces ressources .

Mais le Fezzan posséde sa propre valeur géostratégique qui n'avait pas échappée à de Gaulle et à Leclerc : C'est un espace de projection du Sahara -Sahel vers la Mediterranée et inversement , plus particulièremment au travers de la Piste N°5 située dans le Fezzan Tripolitain et que Leclerc voulait conserver à la France aprés la seconde guerre mondiale .

Nos " amis Anglais " - agissant au travers de la monarchie Sénoussie Libyenne , celle dont se réclament les insurgés - nous en opnt expulsés en 1953 .

Lisons la profondeur de la pensée géostratégique du général Charles de Gaulle :

" Le Fezzan doit être la part de la France dans la bataille d'Afrique. C'est le lien géographique entre le Sud tunisien et le Tchad "

  La conquête du Fezzan est une nécessité imposée par l'avancée des Britanniques en Libye : "S'ils réussissaient à atteindre la frontière tunisienne, il serait essentiel que nous y soyons avec eux, ayant, au préalable, aidé à battre l'ennemi. Si, au contraire, celui-ci parvenait à les refouler, nous devrions tout faire pour concourir à l'arrêter avant qu'il ne submergeât l'Egypte."  [ Lien ]

Le Fezzan est une plateforme de projection à partir du Sahel à la fois vers la Tunisie et la Mediterranée Occidentale et vers l'Egypte et la Mediterranée Orientale .

Nul besoin de souligner la valeur de cet espace pour l'exportation des richesses minières de l'espace Sahelien , en particulier l'Uranium !

Cette valeur géostratégique du Fezzan , les services de renseignement Germano-Ottomans l'avaient aussi  parfaitement perçue  lors de la première guerre mondiale lorsqu'ils lancérent la révolte Sénoussie contre le Sahara Français , l' AOF et l' AEF ! D'ou l'importance des " évenements " actuels en Libye : Leur issue va conditionner tout le devenir de l'espace Saharo-Sahelien .

 

 

Panzer rollen in Afrika vor !  Reportage photo de Der Spiegel sur la prise de Ras Lanouf par les forces blindées gouvernementales Libyennes .

 

 

 

 

 

 Und wenn auch noch so wild
Der brit'sche Löwe brüllt,
Es nützt ihm nichts sein großes Maul,
Wir jagen ihn zu Tod.
Denn Jäger, die sind wir
Im weiten Jagdrevier;
Das Gadhafi  Korps in Afrika
Heia, heia Safari!

 

 

Guerredesert10001

Guerredesert20001

 

 Guerredesert30001 

 

 

 

Repost 0

Liens