mer noire

Publié le 16 Mai 2022

Il y a trente ans , le 16 mai 1992 , l'amiral Russe Igor KASATONOV commandant la flotte de la Mer Noire et le vice-amiral Boris  KOJIN commandant la marine Ukrainienne se promettaient dans la presse l'un à l'autre de ne pas se combattre . On a vu ce qu'il en est advenu ...

Un article intéressant , de The New York Times™ cette fois ci , qui discute un an après cette promesse d'amitié éternelle du partage de la flotte Soviétique de la Mer Noire , de l'existence de la base Russe de SEBASTPOL et de la souveraineté de la Crimée . On peut juste constater que le MSM s'efforçait de maintenir un débat équilibré entre Russes et Ukrainiens . Il suffit de se faire violence et de lire cette feuille de chou aujourd'hui pour voir la différence !

Un élément intéressant est que ces deux amiraux étaient chacun des " ultras " au sens que chacun connaît historiquement : Igor KASATONOV a interdit aux personnels et aux équipages de la flotte de la Mer Noire de prêter serment à l'Ukraine , la flotte de la Mer Noire Russe lui doit son existenceBoris KOJIN a milité lui dés le début des années 90 dans des cercles d'officiers qui envisageaint de prêter serment à un état Ukrainien indépendant . 

On notera qu'alors pour de nombreux officiers Russes comme le capitaine Konstantin VASILTSEV la principale menace était alors la flotte Turque .

En 2018 le vice-amiral Boris KOJIN avait oublié ses promesses d'amitié éternelle et promettait le retour de la Crimée à l'Ukraine .

Les frères ennemis ! Les frères ennemis !

Les frères ennemis !

Frères Ennemis : Ne jamais dire " Jamais ! "

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Histoire, #Histoire militaire, #Mer Noire, #Guerre navale

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

Lorsque l'on consulte les archives historiques URSSiennes , en l'occurrence un " Tartaria.ru " qui serait un espèce de " Gallica.fr " local ,  on tombe dans une capsule temporelle à rebours .

C'est le cas du numéro du Samedi 11 septembre 1943 du journal Izvestia avec un article " Comment Marioupol fut prise " et " Qui a besoin de la neutralité Turque ? " .

 

Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  !
A qui profite la neutralité de la Turquie ? ( On se le demande encore près de 80 années plus tard ! )
A qui profite la neutralité de la Turquie ? ( On se le demande encore près de 80 années plus tard ! )

A qui profite la neutralité de la Turquie ? ( On se le demande encore près de 80 années plus tard ! )

Un élément intéressant est l'utilisation massive dans l'Empire Russe et en URSS de vedettes fluviales blindées -  Речной бронекатер qui sont les précurseurs des vedettes de notre époque avec des missiles qui ont remplacés les canons et dans le cadre d'une Action Contre la Terre  . Ce fut le cas lors de la prise de Marioupol en 1943 . Elles ont pour la plupart terminé leur carrière comme monuments , en particulier sur les rives de la Mer Noire et de la Mer d'Azov comme à Berdyansk et à ... Marioupol .

 

 

Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  !
Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  !
Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  ! Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  ! Histoire parallèle : "Comment  Marioupol fut prise "et " A qui profite la neutralité de la Turquie ? "  !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 23 Avril 2022

C'est la confirmation de l'hypothèse que j'avais formulé dans mon premier article sur le croiseur  MOSKVA  ainsi que dans l'article dans lequel je vous avais parlé de l'hypothèse formulée par le capitaine de 1er rang Sergueï GORBACHEV : Une mission d'inspection puis très probablement une mission de récupération de composants sensibles sur l'épave du croiseur et très certainement de destruction de cette épave vient d'être lancée par la flotte de la Mer Noire .

A priori il n'y aurait rien d'exceptionnel quand à la difficulté de cette mission - mise à part qu'elle se déroule dans une zone d'opération des armées - sauf que cette mission nous ramène plus d'un siècle en arrière , il y a exactement 110 ans ,  au débuts de ce que l'on nomme désormais le " seabed warfare " . Une histoire dont je vous avais donné les grandes lignes aussi sur ce blogue .

Le navire d'assistance KOMMOUNA vient d'être dépêché sur les lieux du naufrage du MOSKVA . Il n' y aurait rien d'exceptionnel si le KOMMOUNA n'était pas le navire de guerre en service le plus ancien au monde puisqu'il a été lancé en 1912 , c'est à dire sous le règne du Tsar Nicolas II . Son activité opérationnelle a commencé en 1915 dans la Baltique et il a participé à d'innombrables missions sous tous les " Tsars Rouges " , de LÉNINE à BREJNEV. Cette actualité pourrait être regardée par la " petite lorgnette " , avec mépris comme le font le MSM et la blogosphère Défense & GP en particulier Francophone , mais j'estime qu'il faut la traiter avec plus de sérieux comme le fait - presque - toujours H.I. SUTTON dans son blog " Covert Shores " . 

La genèse de ce navire et son architecture caractéristique de type " catamaran "sont intimement liés à l'émergence de l'arme sous-marine au début du XX éme siècle et à la nécessité de porter secours à des submersibles en difficulté , le plus souvent avariés ou en panne sur le fond marin . La cause des avaries pouvant être une action de guerre ou une " fortune de mer " comme ce fut le cas avec les sous-marins " Farfadet " et " Pluviôse  " de la Marine Nationale le 23 juillet 1905 et le 26 mai 1910 . Les tâtonnements , les accidents au cours des opérations de secours  et le manque de moyens dédiés ont eu un grand impact au sein des marines de guerre à travers le monde , y compris jusqu'en Amérique Latine au Brésil . A delà du concept de " navire ravitailleur de sous-marins " - submarine tender - le concept d'un navire dédié à des missions de secours et de maintenance des submersibles prenait corps . 

Le " Petit Journal " constitue comme toujours avec les cartes-postales un excellent moyen pour avoir une idée très précise des " moyens et des techniques " de secours de l'époque . J'en profite pour vous donner la première photo sous-marine datant de 1899 . Comme le montrent des CP d'époque le principal accident qui survenait lors des opérations de secours et en particulier de renflouage était le chavirage des barges sur lesquelles étaient installées les grues ou les chaînes de relevage . C'est dû tout simplement au moment de basculement et donc pour éviter ce chavirage il fallait symétriser les efforts au travers de deux pontons placés de part et d'autre du submersible à relever . Dans le cas du Pluviôse le chavirement fut causé par la rupture d'une chaîne de pesage  . L'étape suivante ce fut de réunir ces deux pontons au moyen d'une architecture de type " catamaran " par des fermes métalliques et de créer une darse centrale  . Ces fermes servent aussi de points d'accrochage aux élingues de relevage des charges immergées et aujourd'hui au bathyscaphe AS-28 ( voir schéma de relevage du L-55 )   Il semble d'ailleurs que cette idée existait depuis l'antiquité Grecque et Romaine pour relever des colonnes et d'autres charges  tombées d'un bateau de transport  - une maquette de ces navires-grues est visible dans cette exposition -  comme pour les péniches de débarquement avec les navires huissiers ! 

Il faut ici noter le courage du capitaine Anatoly ISHINOV qui a réussi à convaincre sa hiérarchie de moderniser ce navire en 2018 - alors âgé de 105 ans - et de le garder au service actif . Mis à part un système de positionnement dynamique ce navire est parfaitement " moderne " dans le cadre du seabed warfare contemporain et peut certainement servir de modèle pour la conception d'un successeur . Si l'on veut être rigoureux intellectuellement , l'entrée du KOMMOUNA  dans le Seabed warfare  date de 1967 avec la refonte - je préfère à rétrofit - du navire pour ses 55 ans et sa transformation de navire de relevage sous-marin en navire d'appui à des submersibles de secours et d'exploration sous-marine .

Un navire avec cette architecture en catamaran est en tout cas beaucoup plus fonctionnel dans des missions de support au seabed warfare ( bathyscaphes , drones XLUUV , ROV , ... ) que des navires de la classe  Marcel Le Bihan

Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA ! Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !
Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !

La première marine au monde à adopter un tel type de navire fut non pas la Marine Nationale , ni la Royal Navy ou l' US Navy mais la Kaiserliche Marine avec le SMS VULKAN .

Lancé le 28 septembre 1907 et armé le 28 février 1908 , c'est à dire entre les naufrages du " Farfadet " et du " Pluviôse " , il a directement servi de modèle au navire qui allait devenir le KOMMOUNA  !

Je ne reviendrai pas sur les caractéristiques techniques de ce navire - au départ " VOLKHOV -  ВОЛХОВ - lors de sa construction qui est évoquée sur ce site  et sur celui-ci . Juste pour évoquer sa structure en deux coques réunies par quatre fermes métalliques . Il faut noter ici qu'à l'époque le calcul de telles structures " en treillis "  est parfaitement maitrisé comme en attestent des calculs contemporains refaits par ordinateur avec la méthode des éléments finis *. Le " Pape de la RDM " - ou plutôt le " Pope de la RDM " - Stephen TIMOCHENKO aurait participé à sa conception . De la même manière la légende sur la " formule de l'acier PUTILOV™ " qui aurait été perdue après la révolution Russe est à relativiser : Comme le montrent des études métallographiques  réalisées par OAO KOMPOZIT™ sa résistance exceptionnelle à la corrosion proviendrait du brunissage de l'acier SIEMENS-MARTIN utilisé pour sa fabrication . ( voir vidéo )  Des travaux d'entretien réguliers sont toutefois nécessaires car corrosion il y a .

Il faut aussi noter que la propulsion du SMS VULKAN était assurée par deux groupes turbine vapeur-électrique alors que la propulsion du VOLKHOV était assuré par deux diesels . La propulsion du SMS VULKAN  est donc quelque part plus " moderne " que celle du VOLKHOV  devenu  KOMMOUNA  car elle s'adapterait plus facilement à un positionnement dynamique . 

* Diagramme de CREMONA et méthode de RITTER . Débuts des méthodes énergétiques pour les systèmes hyperstatiques et critères de résistance . Il y 20 ou 30 ans le calcul - manuel - de l'élingage d'un submersible aurait été un " classique " en " taupe " ou en BTS-DUT , voir en secondaire . 

Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !
Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" ! Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !
Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" ! Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !

Un rêve de Gadzart Steampunk qui aurait " collé " pas mal de "taupins" !

Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !
Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront ! Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !

Des détails de la coque rivetée et de l'hélice . Comme ça tous ceux qui parlent sans savoir , sauront !

Je ne vais pas vous faire l'historique de toutes les missions du VOLKHOV-KOMMOUNA , juste pour vous rappeler le sauvetage des submersible AG-15 et L-55 qui sont parfaitement documentés photographiquement .  

Il faut aussi signaler la mission de relevage d'un Su-24 en 1977 à une profondeur de 1700 m qui est souvent évoquée à propos de ce navire mais très peu - pas du tout - documentée . Ce n'est pas sans rappeler la mission de relevage du F-35 de la Royal Navy en Méditerranée qui relève bien du " seabed warfare " . 

Aujourd'hui le KOMMOUNA est le navire support de ROV's de fabrication Occidentale et surtout d'un bathyscaphe de type AS-28 . Celui qui fut coincé dans un réseau d'hydrophones lors d'un exercice de la flotte du Pacifique en 2005 et dégagé par un ROV de modèle SCORPIO™ . Ses derniers équipements " Occidentaliens " sont toutefois en voie de " Russification " , en particulier avec des robots sous-marins Russes de type ROV dérivés du MARLIN-350 МАРЛИН-350  qui remplacent les ROVs Britanniques achetés par la Marine Russe

L'épave du MOSKVA vient d'être déclarée comme " patrimoine de l'UNESCO " par le gouvernement Ukrainien qui affirme qu'elle repose sur des fonds marins dépendant de sa juridiction . Rien n'est moins sûr !

Quelque soit cette prise de position qui semble relever d'une argutie juridique il ne faut pas oublier que les fonds marins sont comme la rue : Ils appartiennent à ceux qui y descendent ! C'est même l'adage de base du " seabed warfare " . Si le KOMMOUNA n'est bien sûr pas capable de relever l'épave du MOSKVA , ses capacités de levage sont largement suffisantes pour relever des radars ou des missiles conteneurisés et pour ensuite déposer des charges explosives pour détruire l'épave . 

Un ajout intéressant pour un futur navire de ce type serait de mettre sur une des fermes un bras multiple rotatif  semblable à celui du YANTAR pour la mise à l'eau de véhicules sous-marins .

 

Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA ! Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !
Seabed warfare : Retour vers le futur sur l'épave du MOSKVA !

La mission du KOMMOUNA se déroule toutefois dans ce que l'on appelle une " zone d'opérations des armées " , une " zone de guerre " et il doit être protégé contre les attaques , en particulier celles d'une  mosquito fleet  et contre les menaces aériennes ! La position de l'épave permettrait toutefois de le protéger par une " bulle AA " à partir de la Crimée .

Pour terminer cet article je vous invite à aller sur ce site  et sur celui-ci ! Vous en saurez autant , sinon plus , sur le KOMMOUNA que tous les " ôxpôrts "  du MSM et de la blogosphère Défense & GP Francophone qui commentent cette actualité ! 

 

Nota  : Les rédacteurs de ce blog ne répondent à aucune sollicitation de collaboration 

Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication 

Maj du 24-04-2022 15h30 : Replacement de " KOMOUNA " par " KOMMOUNA " 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 19 Mars 2022

Alors que les forces aérospatiales Russes annoncent avoir frappé un dépôt de munitions Ukrainien avec une " arme du futur " - à savoir un missile hypersonique Kinjal - c'est un " retour vers le futur " qui se déroule sur les côtes Ukrainiennes : Les services du FSB annoncent une  possible " pollution " de la Mer Noire et même du Détroit du Bosphore et de la Méditerranée par des mines Ukrainiennes posées le long du littoral d'ODESSA  , OCHAKOV , CHORNOMORSK et YOUJNE .

Le danger proviendrait de la nature et de la vétusté technologique de ces mines estimées à environ 420 . 

Plusieurs types de mines ont été identifiées . 

 Ce sont essentiellement des mines fluviales et des mines " anti-amphibie "Противодесантная мина ) ПДМ-1 dont la conception remontrait à la fin de la Grande Guerre Patriotique à l'aune du RETEX des opérations amphibies Etasuniennes durant la Seconde Guerre Mondiale . Ces mines ne sont pas les plus dangereuses et auraient été posées essentiellement sur le littoral de la ville de MARIOUPOL . Il faut ici signaler que dés avril 2014 le littoral Ukrainien de la Mer Noire avait été " renforcé " sur le modèle du " Mur de L'Atlantique " avec ce qu'alors l'analyste militaire Russe Igor KOROTCHENKO  avait alors surnommé la " Ligne TURCHINOV " . L'utilisation de champ de mines contre la Flotte de la Mer Noire est évoquée de manière régulière par certains experts militaires Ukrainiens pour empêcher une opération amphibie Russe . 

J'ai évoqué ce type d'exercices amphibies sur ce blogue , il y a bientôt tout juste un an ! 

La capitainerie du port de SOTCHI a publié le 18 mars 2022  une notification  portant sur le danger présenté par des mines navales " old school " à ancrage de type  ЯМ  et ЯРМ  .

NAVAREA III preview 0118/2022
×BLACK SEA
RUSSIAN FEDERATION AUTHORITIES REPORTS:
1.- DANGEROUS DRIFTING MINES ARE DETECTED IN NORTH-WESTERN,
WESTERN AND SOUTH-WESTERN BLACK SEA PARTS,
2.- MARINERS ARE REQUESTED TO NAVIGATE WITH CAUTION

L'ancrage de certaines de ces mines se serait rompu sous l'effet des courants et des vagues et elles menaceraient le trafic maritime dans la Mer Noire mais aussi dans le détroit du Bosphore et jusqu'en Méditerranée .  Selon des hydrographes Russes ( information non corroborée ) il existe plusieurs courants dans la Mer Noire . L'un d'entre eux part des côtes de la Turquie en direction de la Crimée . De là il se divise en deux courants , l'un part vers l'Ouest et l'autre vers l'Est . Le courant Occidental qui est le plus susceptible de participer à ce phénomène de dissémination de mines ayant rompues leurs ancrages longe la côte - encore - Ukrainienne vers ODESSA puis la côte Roumaine , Bulgare jusque vers le Bosphore Turc et les Dardanelles . ( voir carte ) 

Ces mines de type  ЯМ et ЯРМ sont les " mines navales " dont nous avons presque tous une image dans la tête ... Qui date de la fin du XIX éme siècle ! ( voir image ci-dessous ) . Le site topwar.ru a publié à peine un peu plus d'un mois avant le début de ce conflit deux articles - très - critique de l'arsenal Russe .  Le premier est donné sur ce lien .

Les autorités Ukrainiennes parlent de désinformation .

 

Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .
Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .
Retour vers le futur sur le littoral de la Mer Noire
Retour vers le futur sur le littoral de la Mer NoireRetour vers le futur sur le littoral de la Mer Noire

Retour vers le futur sur le littoral de la Mer Noire

Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .
Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .
Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .Seabed warfare : Retour vers le futur sur les côtes Ukrainiennes .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Février 2022

La " Jeune École " est une théorie navale développée par l'Amiral Théophile AUBE à la fin du XIX éme siècle qui - de manière succincte - privilégiait les " petits " torpilleurs face aux barlus de l'époque , les cuirassés . Ce concept était idéologique au delà d'être strictement technico-militaire puisque les " petits navires " étaient représentatifs selon les défenseurs de cette doctrine des nations démocratiques - comme la France - alors que les " gros navires " étaient représentatifs des nations impérialistes comme la Grande-Bretagne . Les théoriciens de la Jeune École prenaient pour exemple la nature en évoquant les microbes dont on venait de prouver scientifiquement l'existence qui pouvaient terrasser des êtres vivants des centaines de milliers de fois plus grands qu'eux ! 

C'est vers la constitution d'une  Mosquito fleet sur le modèle de la Jeune École  que s'oriente la marine Oukarïnienne avec l'achat auprès de la Grande-Bretagne de vedettes lance-missiles rapides P-50U Fast Inshore Attack Craft armées de missiles mer-mer Maritime BRIMESTONE.

Cet achat suit l'acquisition par l'Oukraïne en 2020 de vingt patrouilleurs auprès de la société OCEA™.

Izvestia fait le point sur cette montée en puissance de la Mosquito Fleet  Kyiévienne , les nouvelles ladyas de la marine Oukraïnienne , et son implication pour la Marine Russe dans l'espace de la Mer Noire  .

 

 

Young School  : La " Mosquito fleet" Ukrainienne représente elle un danger pour la flotte Russe dans la Mer Noire ?
Young School  : La " Mosquito fleet" Ukrainienne représente elle un danger pour la flotte Russe dans la Mer Noire ?

Voir les commentaires

Rédigé par DanielB

Publié dans #Guerre navale, #Mer Noire, #Défense, #La nouvelle Guerre Froide

Repost0

Publié le 22 Décembre 2021

J'ai évoqué dans un article précédent les exercices Russes de lutte anti-drone en milieu montagnard - ou montagneux . Un nouvelle étape de ces exercices a été franchie la semaine dernière en Crimée avec l'interception par un drone ORION-E armé d'une version antiaérienne du missile antichar " Kornet " qui a détruit au cours d'un exercice un drone hélicoptère de type " CAMCOPTER S-100 " .

Comme l'avait mentionné l' expert militaire Viktor MURAKHOVSKY à Izvestia les drones Azéris ont utilisé le relief Caucasien pour surprendre les défenses Arméniennes et ces reliefs permettent aux drones d'échapper en partie à la détection des radars . La guerre peut se faire de manière " électronique " en brouillant les systèmes de géolocalisation et de communication du drone ou de manière " cinétique " en le détruisant avec un missile .

C'est cette deuxième option qui a été choisie lors de ces exercices avec la destruction par un missile air-air d'un drone à voilure tournante . Si ce choix a élevé des doutes chez certains commentateurs quand à la possibilité de ce couple drone ORION -missile de détruire un drone de type BAYRAKTAR TB-2 il n'en demeure pas moins que ces doutes peuvent être levés sur trois  points :

1- Les deux drones ont très probablement des vitesses voisines de 220 Km/h 

2- La destruction s'est faite après acquisition de la signature thermique de la cible et non pas par guidage filaire ou désignation laser comme cela peut se faire avec un missile anti-char utilisé contre un hélicoptère .

3- L'aérodynamique du missile convient bien à des cibles comme les drones MALE qui n'ont pas la maniabilité d'un chasseur à réaction .

Ces exercices illustrent cette guerre anti-drone dans les reliefs : Plusieurs ORION-E décollent et patrouillent en altitude comme un " aigle "  , distants d'une centaine de kilomètres . Ils sont cet " AWACS " qu'évoque l'expert militaire cité par Izvestia . Le drone agresseur - un drone-cible VM-V de la société TEKHNODINAMIKA , essaye de se camoufler derrière le relief des falaises Criméennes mais il est détecté , même au travers d'une couverture nuageuse , par sa signature thermique qui guide le missile . ( voir 1ére vidéo ci-dessous ) 

Cette annonce du dimanche 19 décembre a été suivi par celle ce jour de l'ouverture d'une nouvelle usine de production par le constructeur de l'ORION , la société KRONSTADT . Située à DOUBNA dans l'oblast de Moscou elle emploiera 1500 ingénieurs , techniciens et ouvriers sur une superficie de 45000 m. Sa production sera constituée de drones de frappe et de leurs stations de contrôle au sol . De nombreux commentateurs soulignent que c'est la première usine aéronautique construite en Russie depuis la fin de l'URSS il y a tout juste trente ans . Equipé au départ d'un moteur ROTAX™ , ce drone sera équipé d'un moteur Russe suite à la politique de substitution des importations mise en place après les sanctions Occidentales . La fabrication de la cellule et des ailes en matériau composite bénéficie d'un autre procédé breveté mis au point pour la fabrication des ailes du nouveau biréacteur Russe , le MC-21 , suite à l'imposition de sanctions . L'Ukraine a de son côté annoncé le début de la production sur son territoire des drones BAYRAKTAR BT-2 . 

Remarques :

1-Le camouflage est celui du drone ORION en Syrie 

2- Les étoiles rouges avec une lettre au centre ( 2éme vidéo ) sont les marques des missions : Reconnaissance - Frappe - Désignation de cible . 

 

 

La nouvelle usine de la société KRONSTADT à DOUBNA

La nouvelle usine de la société KRONSTADT à DOUBNA

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Décembre 2021

Une photo , ici un photomontage , résume parfois mieux que tout un article . Celui de Izvestia en l'occurrence sur les interceptions d'avions Français lors de missions ROEM prés de la Crimée : Un Rafale™ derrière un drapeau Etasunien . 

La géopolitique et la géostratégie - celles des conséquences dont MM. MACRON et MilliTalleyrand ont menacé M.POUTINE -  ? Mais c'est très simple !  

Le cœur de l'article est tout aussi explicite : La raison du déploiement de ces avions Français à la veille de la conversation prévue entre M. MACRON et M.POUTINE est liée à l'agenda électoral Français . M. MACRON veut se donner la posture d'un chef d'état qui s'oppose à la Russie de M.Vladimir POUTINE dans le dossier Oukraïnien . L'article souligne aussi que l' Armée de l'Air et de l'Espace agit comme " prestataire de service " de l'OTAN dans le recueil du ROEM  .

Le diplomate Sergueï ORDJONIKIDZE souligne dans cet article que la posture que prend M.MACRON élude un aspect " technique " des choses : " Tout cela est planifié pour l'électeur Français ! MACRON se doit de démontrer la grandeur de la France . Il le montre : * Je n'ai pas peur des Russes , la France peut observer les mouvements des troupes Russes dans la région de la Mer Noire avec ses avions de reconnaissance . Nous n'avons pas peur de leurs forces armées * Mais en même temps il est muet sur le fait qu'il doit mener ce travail de renseignement dans le cadre de l'OTAN . Les Etats-Unis ont depuis longtemps tout décidé dans cette organisation et attribué les rôles - qui , quand et avec quels moyens mèneront telle ou telle activité aux frontières de notre pays "  

Sergueï ORDJONIKIDZE conseille de ne pas rompre le dialogue avec la France mais en même insiste que pas plus ni  M.MACRON que la France ne sont plus indépendants comme c'était le cas avec le général de GAULLE , Georges POMPIDOU ou Jacques CHIRAC .

" Il est difficile de parler de l'indépendance de la France et de la sienne [ M.MACRON NDLR ] . L'actuel Président Français n'est pas Charles de GAULLE , Georges POMPIDOU ou Jacques CHIRAC " 

Curieusement M.Valéry Giscard d'ESTAING n'est pas cité dans cette liste alors que lors du déploiement des troupes Soviétiques en Afghanistan il s'était rendu de manière particulièrement indépendante dans le " Monde Libre " à VARSOVIE pour rencontrer les dirigeants Soviétiques .

C'est un contraste manifeste avec les articles " technicisto-diplomatiques " que l'on a pu lire ici et là dans la blogosphère Défense & GP Francophone sur ces interceptions  .

Il faut noter ici que le titre de l'article " Le gambit Français ; Les observateurs de l'OTAN ont changé au dessus de la Mer Noire " fait directement référence au livre de Boris AKOUNINE " Le gambit Turc " dont l'action se déroule dans la région de la Mer Noire lors de la guerre Russo-Ottomane ! 

 

Mer Noire : Le gambit Français à l'ombre de la bannière Etasunienne

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés avant publication . Les commentaires avec des liens renvoyant vers des sites interdits seront supprimés .

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 13 Avril 2021

C'est un peu le serpent de mer des derniers jours : Le déploiement de la flottille Russe de débarquement de la Caspienne dans la Mer Noire dans un contexte de tensions accrues avec l' Oukraïne *.

Des photos récupérées il y a 48h sur les RS montraient ces péniches arrivant dans la région de Rostov sur le Don . Il faut signaler parmi ces péniches les péniches du  projet 11770 Classe Serna qui malgré leur aspect vieillot ont une technologie qui leur permet d'atteindre des vitesses relativement élevées de 30 noeuds ( 55 Km/h ) au travers d'une injection d'air sous la coque .

MAJ : Ils ont été spotés il y a 48 h à Rostov [ voir 2éme série de photos ] 

Dans le cas d'une tentative de débarquement Russe , la marine Oukraïnienne* réussira t'elle à intercepter le " Moscow Express " avec sa " Mosquito fleet " de patrouilleurs OCEA™et Anglais  comme le firent des Schnellboot  Allemands lors des préparatifs du débarquement allié en Normandie le 21 avril 1944 dans le golfe de LYME ?  

DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ]
DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ] DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ]
DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ]
DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ]
DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ] DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ] DON pas paisible : Les péniches de débarquement Russes de la flotte de la Mer Caspienne arrivent dans la Mer Noire . [ MAJ ]

* J'adore cet orthographe désuet , tout comme Sin-Kiang ! 

 

Nota : Les commentaires de ce blog sont modérés . 

Voir les commentaires

Repost0